LE JEÛNE HYDRIQUE HYGIÉNISTE - Le jeûne selon Shelton / Rocan / Reygade / Passebecq
 Retour ACCUEIL     Retour SOMMAIRE       Retour L'HYGIÉNISME-COURS      Retour HYGIENISME      Retour HYGIÉNISME-AUTHENTIQUE       Retour NATUROPATHIE      Retour HYGIÉNISTE       Retour ALIMENTATION VIVANTE CRUE

LE JEÛNE HYDRIQUE HYGIÉNISTE

Le jeûne selon Shelton / Rocan / Reygade / Passebecq

   

Avant-propos : Le jeûne hydrique hygiéniste... ! En quelques clics...

Ce dossier, à force d'ajouts... aux ajouts est devenu "lourd" ! Vous venez d'arriver... et vous voulez comprendre !
Alors : Un peu d'explication sur le jeûne : #Explications_sur_le_jeune
La cure de jeûne hydrique : #La_cure_de_jeune
Film "Le jeûne, une nouvelle thérapie" vu sur Arte :
vidéo au lien : https://www.youtube.com/watch?v=ytbXFXoT57w (55') ou sur Google
ou https://www.youtube.com/watch?v=ytbXFXoT57w :
Dossier : #video_le_jeune_nouvelle_therapie Enquête de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade.
Le film est aussi visible à ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=2BrZ-E0GsAg&feature=youtu.be (55'21)

QU’EST-CE QUE L’HYGIÉNISME ?
RÉSUMÉ POUR LES DÉBUTANTS
à lire au lien : http://les-hygienistes-authentiques.blogspot.fr/p/blog-page_22.html ou ici

DOSSIER HYGIÉNISME
L'information de base

DOSSIER JEÛNE
Le jeûne hydrique

DOSSIER HYGIÉNISTE
Vers la nutrition hygiéniste

COURS HYGIÉNISME
Cours de base de T.C. Fry

CARTE
"Les amis hygiéphiles"

SOUTENIR LE FILM D'YVES LANGLOIS SUR LE JEÛNE

ACTUALITÉS HYGIÉPHILES

PRÉSENTATION
SITES INTERNET
STAGES
Stage de jeûne, région de Bordeaux et détails pratiques
LIVRES
VIDÉOS

ENTREVUE AVEC ALBERT MOSSÉRI
Livre : "LE JEÛNE" par H.M. Shelton (à télécharger, sommaire et extraits)
Livre "JEÛNER POUR REVIVRE" par Albert Mosséri (sommaire et extraits)

Livre : "JEÛNER POUR LA SANTÉ" par Nicole Boudreau (avec extraits)
Livre"SANTÉ RADIEUSE PAR LE JEÛNE " par Albert Mosséri (avec extraits)
Livre : "LE JEÛNE, MEILLEUR REMÈDE DE LA NATURE" par Albert Mosséri (avec des extraits et un résumé du livre)
Livre : "Santé et guérison par le jeûne" par Arnold Erhet

ET... :

HYGIÉNISME & RÉALISATION PRATIQUE DU JEÛNE DANS LA MÉTHODE HYGIÉNISTE - Conseils par Évelyne CURT

STAGE "Jeûner en Conscience" avec Évelyne CURT : www.conscience33.fr/jeune.html#Stage_en_France
"Un peu d'explications sur le jeûne" - Fiche n° 3 à télécharger au lien ou à lire ici : www.conscience33.fr/jeune.html#Explications_sur_le_jeune
"Les modalités pour le stage" à télécharger au lien ou à lire ici : www.conscience33.fr/jeune.html#Modalites_pour_le_stage
"Se préparer" à télécharger au  lien ou à lire ici : www.conscience33.fr/jeune.html#Se_preparer

AUTRES DOCUMENTS COMPLÉMENTAIRES POUR FAIRE UNE CURE DE JEÛNE par Évelyne CURT :
"La cure de jeûne" - Fiche n° 4 à lire au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#La_cure_de_jeune
"Particularités de la pratique du jeûne dans la méthode hygiéniste" - Fiche n° 6 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Cure_de_jeune_Particularites
"Cure de jeûne - Citations - extraits de livres"
- Fiche n° 5 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Extraits_de_livres
"Option pour l'accompagnement"
par Évelyne Curt au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Option_pour_accompagnement

DOCUMENTS CONCERNANT L'HYGIÉNISME par Évelyne CURT :
"Qu'est-ce que l'Hygiénisme ?"
- Fiche n° 1 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Hygienisme
"Les grands principes de l'Hygiénisme"
- Fiche n° 2 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Les_grands_principes_hygienistes
"Notes sur l'eau"
- Fiche n° 7 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Notes_sur_l_eau
"Qu'avez-vous mangé aujourd'hui ?"
- Fiche n° 9 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Qu_avez_vous_mange_aujourd_hui
"Bases de la pratique hygiéniste"
- Fiche n° 17 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Bases_de_la_pratique_hygieniste
"Le jeûne matinal"
au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Le_jeune_matinal
"Les combinaisons alimentaires"
- Fiche n° 10 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Les_combinaisons_expliquees
"Que faire en cas de douleurs ?"
- Fiche n° 20-21 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Que_faire_en_cas_de_douleurs
"Conseils alimentaires pour commencer"
- Fiche n° 23 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Conseils_alimentaires_pour_commencer
"Les intoxications métalliques"
au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Les_intoxications_métalliques

TÉMOIGNAGE : Une première expérience hygiéniste :
7 jours de jeûne à l’eau + 3 jours de reprise

BOIRE PENDANT ET APRÈS LE JEÛNE Extraits de livres et dcuments téléchargeables

REPOS PENDANT ET APRÈS LE JEÛNE Extraits de livres et dcuments téléchargeables

INFORMATIONS GLANÉES DANS LE GROUPE "L'HYGIÉNISME SELON SHELTON"

COURS : "The Life Science Health System" par T.C. Fry (à télécharger) - Sommaire du cours
Le cours en entier et partiellement traduit en francais au lien : http://www.conscience33.fr/HYGIENISME_COURS.html


AUTRES :

Texte : MORALITÉ HYGIÉNISTE par le Dr Jean-Marie Compagnon (préface de "Manger pour vivre sans maladies")

Livre : "MANGER POUR VIVRE SANS MALADIES" par Albert Mosséri (sommaire et extraits)

Livre : "LE SPORTIF HYGIÉNISTE" par Roger Marteau et Extraits

Livre : "LA SANTÉ PAR LA NOURRITURE" par Albert Mosséri (sommaire et extraits)

Livre : "LES COMBINAISONS ALIMENTAIRES ET VOTRE SANTÉ" par Herbert M. Shelton (sommaire et extraits)

Livre : "LA NOURRITURE IDÉALE ET LES COMBINAISONS SIMPLIFIÉES" par Albert Mosséri (sommaire et extraits)

Livre : "LA SANTÉ SANS MÉDICAMENTS" par Dr Herbert M. Shelton (sommaire et extraits)

Livre : "TUMEURS ET CANCERS" par H.M. Shelton (sommaire et extraits)

CALENDRIER DES STAGES DE JEÛNE ET ACTIVITÉS 2016 :
Voir au lien : http://www.cytunilia.com/calendrier-2016/

CALENDRIER DES STAGES DE JEÛNE ET ACTIVITÉS 2015 :
à télécharger au lien : http://www.conscience33.fr/Programme_2015.pdf

HYGIÉNISME AVEC EVELYNE CURT :
2015 - Calendrier des stages de jeûne, randonnées et rencontres,
à télécharger au lien : http://www.conscience33.fr/Programme_2015.pdf

COMPLÉMENTS :
STAGES D'HYGIÉNISME 26-31 MAI 2015
Lire au lien : http://www.conscience33.fr/programme_mai_2015.pdf

RENCONTRE HYGIÉNISTE 16-24 AOÛT 2015
Lire au lien : http://www.conscience33.fr/annexe_programme_aout_2015.pdf

NOTES :
1) Les cures de jeûne se font dans un but thérapeutique global selon la méthode d'Albert Mosséri : repos total pendant toute la durée du séjour, répartie entre le jeûne et le demi-jeûne selon les besoins.
Pour la préparation, vous recevez des fiches résumées sur le jeûne et des conseils personnalisés.
Pendant le séjour, sont prévus un suivi et des soins individuels si besoin, ainsi que la réunion du groupe chaque soir.

2) Les accompagnants :
Evelyne Curt accompagne en jeûne depuis 15 ans, en cure individuelle ou en groupe, pour des cures de toute durée et quelles que soient les motivations, afin de venir à bout de toutes les difficultés.
Evelyne Bouchet s'est d'abord intéressée aux médecines douces et alternatives.
Peu à peu, son chemin l'amène vers la pratique du jeûne et de l'hygiénisme qu'elle découvre auprès d'Evelyne Curt et de Thierry Casasnovas. Evelyne Bouchet vous accueille dans sa maison en Ariège, et dispose de trois chambres individuelles.
Christiane Rak : je vous accompagne dans les jeûnes 3+3 ou bien une cure de jus vert. L'endroit est merveilleux dans son paysage et dans sa simplicité de vie. Nous sommes dans l'essentiel et l'épurement.
Contribution financière, modique ça va de soi !
Je peux venir vous chercher à l'aéroport.
Soyez les bienvenus.

3) Informations pratiques : l'eau et la nourriture du demi-jeûne sont fournies et incluses dans le tarif ; les draps sont fournis à Saint Julien, pas aux autres lieux.
Si vous prenez du congé ou si vous venez en train, assurez-vous que les dates n'ont pas été modifiées.
Si vous souhaitez que l'on vienne vous chercher à la gare, prévenez-nous avant d'acheter le billet.
L'accueil en chambre individuelle est toujours possible sous réserve de disponibilité.

4) Tarif : pour tous les stages, ajouter au tarif indiqué 15 euros d'adhésion à l'association de fait des Amis Hygiéphiles, par chèque séparé à l'ordre de Evelyne Curt.
Une réservation obligatoire de 50 euros par semaine est demandée, et encaissée en début de stage.
En cas d'impossibilité à participer, elle n'est pas remboursée, mais pourra être reportée sur un autre stage sans limitation de durée.
Toute semaine commencée est due en entier, sauf accueil libre (prix indiqué à la journée).
Réduction à demander pour les couples, les groupes et pour les séjours longs (3 ou 4 semaines).
Paiement de la réservation à l'ordre de l'accompagnant :
- Evelyne Curt - 42 rue Vaucourte - 26270 LORIOL sur Drôme, ou par virement bancaire : IBAN FR86 2004 1010 0718 6186 5P03 838 – BIC
- Evelyne Bouchet - lieu-dit Bidoune - 09230 FABAS
Le solde doit être payé le premier jour du stage , une régularisation est faite si le séjour est raccourci ou prolongé, quel qu 'en soit le motif.

5) Les rencontres annuelles sont une organisation bénévole et collective des Amis Hygiéphiles ; elles sont l'occasion d'expliquer les principes fondamentaux
de l'hygiénisme, et de créer des liens d'amitié durables.
L'hébergement et la nourriture sont à la charge de chacun des participants. N'apportez que de la nourriture entrant dans un menu hygiéniste.
Pour s'inscrire, envoyez l'adhésion annuelle de 15 euros par personne adulte, non remboursable, à Evelyne Curt.
Pour soutenir nos actions, vous pouvez renouveler votre adhésion dès le 1er janvier.

6) Pour tout renseignement, consultation, et inscription :
- par courrier ou par email : ak.tamari@gmail.com (Evelyne Curt), eb . d e tox @gmail.com (Evelyne Bouchet)
- par téléphone : 07 81 58 52 47 (Evelyne Curt)
: 06 71 49 75 92 (Evelyne Bouchet)

Au plaisir de vous rencontrer pour grandir ensemble.
Evelyne Curt.

 


 

LE JEÛNE SELON SHELTON

VOIR AUSSI LE DOSSIER CONCERNANT L'HYGIÉNISME AU LIEN :
http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html

et l'HYGIÉNISTE au lien : hygieniste.html

Lire en complément le chapitre "LES ALIMENTS" http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#Les_aliments et
"LES COMBINAISONS ALIMENTAIRES" http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#les_combinaisons_alimentaires

Groupe "L'Hygiénisme selon Shelton" : https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!forum/hygienisme
Visitez ce groupe à l'adresse http://groups.google.com/group/hygienisme?hl=fr
(pour s'y inscrire expliquez vos motivations)

 

L'HYGIÉNISME

 

 
Il me semble que les différentes écoles : 80/10/10, hygiénisme et quelques autres sont des approches différentes qui conduisent au final au même résultat (si l'on ne s'arrête pas en chemin), c'est-à-dire manger un fruit cru à midi et un légume cru le soir.

Il me semble important de voir chaque méthode quelle qu'elle soit comme un processus évolutif et non comme une recette figée où nous recherchons la sécurité existentielle bien illusoire. Si l'on reste à ce niveau-là, le passif nous rattrape.

Ne pas oublier dans la définition de la pratique hygiéniste la première condition : le jeûne.

Beaucoup trop de gens suite à notre formatage intellectuel le voient encore comme un remède à nos maladies.
Il est avant tout un outil très puissant d'évolution et ouvre la porte du discernement... si l'on veut bien lui demander de nous redonner ce pouvoir. C'est faire les choix justes pour son alimentation, ses relations et ses choix de vie. 

Donc en tout, trois fondements à la pratique hygiéniste :
- le jeûne
- le choix des bons aliments,

- l'observation des bonnes combinaisons.

(Évelyne Curt - 6 août 2013 dans le forum "L'Hygiénisme selon Shelton")


 

DÉFINITION :

QU'EST-CE QUE L'HYGIÉNISME ? voir le dossier au lien : http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html

ARTICLES :

TÉMOIGNAGES :

COMPTE-RENDU JEÛNE AVEC ROGER : TÉMOIGNAGE - Une première expérience hygiéniste : 7 jours de jeûne à l’eau + 3 jours de reprise

Le déroulement des semaines de cure aux jus frais et de jeûne : http://dejusfraisetdejeune.free.fr/deroulement_023.htm

L'histoire de la vie de H.M. Shelton et du jeûne de nos jours : http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/t18-le-jeune-hm-shelton

Conseils nutrition : http://www.chateaudestouches.com/Bien-etre et group 13.01.11

Des témoignages : http://www.hygienisme.org/01%20Temoignage.htm

 

Témoignage de Daniel VRANCKX : http://sida69.free.fr/Daniel/daniel.htm et ici. Vidéo au lien https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=1V4Fgpfsyfs.

 

Évelyne CURT : Tél. : 04 89 00 95 48 ou 06 21 03 52 70 http://vivrecru.org/jeune-au-pied-du-vercors/#.UZ3P2odhU2U et http://etre-en-conscience.over-blog.com/article-sejours-de-jeunes-avec-evelyne-curt-111771395.html et ici ou . Message de Evelyne Curt ici.

 

TÉMOIGNAGE PARU SUR LE PROFIL FACEBOOK DU CENTRE VAL-SANTÉ LE 31 MAI 2013 : https://www.facebook.com/pages/Centre-Val-Sant%C3%A9/364719920219333

Témoignage dédié à Albert Mosséri, grand hygiéniste de notre époque, ayant supervisé plusieurs milliers de jeûneurs: 

"Début 2003, devant une santé plus que délabrée à 43 ans, du surpoids, la perspective de devoir prendre des médicaments àvie, et une attaque violente de tachycardie qui me fit très peur, je me suis tourné vers le jeûne que je nommais à tord « jeûne thérapeutique » à l’époque. Je ne comprenais pas que le jeûne ne guérit rien. Mais qu’en désintoxiquant l’organisme il supprime du même coup les causes de la maladie qui disparaît faute d’être « alimentée ».

Je consultais donc les ouvrages précieux du grand Shelton ainsi que les vôtres, avant de me jeter dans un jeûne de 26 jours, chez moi. C’était de la folie et de l’amateurisme pur,je le reconnais aujourd’hui, car rien ne vaut un jeûne pratiqué sous la conduite d’un hygiéniste expérimenté dans un centre spécialisé. Mais j’étais pressé et poussé par la peur de mourir soudainement. Par bonheur, tout se passa bien. En plus je me « nourrissais » au quotidien de cette abondante littérature hygiéniste qui ne quittait pas mon chevet. Ma réalimentation progressive se passa sans histoire, car je suivais à la lettre les conseils donnés par vos livres. 

Puis, 50 jours plus tard, au meilleur de ma forme, je constatais avec ravissement les merveilles que le jeûne avaient accompli sur moi : disparition du problème cardiaque, de cette satanée migraine persistante qui m’empoisonnait la vie, disparition également d’une dépression vieille de plusieurs années et de sa meilleure amie : l’insomnie tenace, de la diarrhée fréquente, des hémorroïdes, des varices, de la sinusite persistante, amélioration spectaculaire de ma vue (je n’ai plus besoin de lunettes et la médecine du travail s’étonne de constater qu’elle a progressé de 2 points…), amélioration de l’ouie de mon oreille gauche, pleine forme physique sans précédent (je pouvais courir avec mon chien durant des kilomètres), plus d’essoufflement… 

Enivré de ce résultat, j’en parlais à mon médecin qui me regarda comme un extra-terrestre, et j’écrivis aux spécialistes que je consultais régulièrement sans réponses de leur part. Je repris avec le temps un peu de poids, car il n’est pas évident de devenir hygiéniste du jour au lendemain, les tentations sont nombreuses. Mais comme lorsque je reprenais mes « mauvaises habitudes alimentaires » j’étais aussitôt malade comme un cheval, je jeûnais à nouveau un jour ou deux, et reprenait le menu hygiéniste à la lettre.

Aujourd’hui à 45 ans, je jeûne 10 jours par an, je jouis d’une santé parfaite, j’ai un poids idéal, et traverse toutes les pseudo épidémies hivernales sans problème. J’ignore même le simple rhume. Voilà presque 3 ans que je n’ai plus de migraine, mon cœur fonctionne comme une horloge, je dors comme un nouveau né, j’ai un moral d’acier et mon médecin s’ennuie de moi… Et tout cela, c’est à vous et à l’hygiénisme que je le dois. Merci Monsieur Mosseri pour cette grande œuvre." - E.V.

Témoignage : Jeûne la méthode Mosséri : http://www.nature-sante.org/index.php?option=com_content&view=article&id=267:jeune-la-methode-mosseri&catid=18:jeune&Itemid=25

 

La rencontre estivale des amis hygiéphiles a eu lieu en 2013, près de Vichy, par Évelyne Curt, du 17 août au 22 août 2013, à télécharger : Rencontre.pdf

Texte : "Les 10 pires erreurs à éviter avec l'alimentation vivante" par Frédéric Patenaude http://www.fredericpatenaude.com/francais/10erreur.pdf

SITES :

Site officiel de l'association "L'Hygiénisme": http://www.hygienisme.org/ (site de Albert Mosséri)
Des témoignages : http://www.hygienisme.org/01%20Temoignage.htm


Site "L'Hygiénisme - Un système révolutionnaire de santé" : http://hygienisme.free.fr/ (site de Daniel Vranckx) et...
Site d'Equisano asbl (Daniel Vranckx) : http://danvkx.free.fr/

 

Groupe "L'Hygiénisme selon Shelton" : http://groups.google.com/group/hygienisme?hl=fr ou https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!forum/hygienisme (pour s'inscrire, explquez vos motivations)

 

*** Site CYTUNILLA : http://www.cytunilia.com/ Holistic Art of Life (par Pauyel) : Hygiène Naturelle - Pratiques Crues - Evénements - Jeûner...

 

Site Vivre Cru : http://vivrecru.org/ Ce site est orienté vers le cru, mais n'est pas complètement hygiéniste.

 

 

et sur "Conscience 33" :

DOSSIER HYGIÉNISME
L'informations de base

DOSSIER JEÛNE
Le jeûne hydrique

DOSSIER HYGIÉNISTE
Vers la nutrition hygiéniste

COURS HYGIÉNISME
Cours de base de T.C. Fry

Le jeûne dans les médias : http://www.ffjr.com/medias.php

 

SUR FACEBOOK :

- "Tout sur le jeûne" (groupe ouvert) : https://www.facebook.com/groups/toutsurlejeune/

Ce groupe a été créé pour discuter de la pratique du jeûne thérapeutique, donc à l'eau et au repos. Ce groupe est un espace pour partager vos expériences de jeûne, vos témoignages, pour poser vos questions et partager vos ressources sur le sujet.

Que la connaissance des bienfaits du jeûne et de l'autonomie en matière de santé grandisse !

Ce groupe est géré par Sonya Anvor, du Canada, qui a un site "Santé radieuse" : http://santeradieuse.org/
et un profil Facebook : https://www.facebook.com/sonyaanvar123/

- Jeûne Thérapeutique et autres cures - Nouvelle Approche (groupe public) : https://www.facebook.com/groups/580787631939929/

- LE JEÛNE (groupe public) : https://www.facebook.com/groups/132973240135088/ Groupe dirigé par Patrick Josset avec les expériences de chacun pour accompagner, rassurer, informer les jeûneurs


- "Jeûne hydrique long" (groupe privé) : https://www.facebook.com/groups/634947623267009/ Groupe en français, pour partager des informations sur l'expérience du jeûne complet à l'eau (éventuellement tisanes ou bouillon) pendant des durées de plus de 5-6 jours d'affilée, en vue de nettoyer l'organisme.

FORUMS : Voir une liste au lien http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#SITES

- Un forum jeûne hydrique, ayant principalement pour objectif de... maigrir, est ouvert depuis 2009 au lien :

http://www.regimesmaigrir.com/regimes/commentaires/jeune.php (groupe public)

 

 

PERSONNES AVEC UNE FORMATION HYGIÉNISTE :

Désiré MÉRIEN Sur le blog Hygiène vitale : responsable de "Nature et Vie"
Blog de Désiré MÉRIEN : http://nature-et-vie.fr/blog/ (il propose un cours de conseiller hygiéniste par correspondance ici et - informations par Raphaël Perez)
Site de Désiré MÉRIEN : http://www.nature-et-vie.fr/

Albert MOSSÉRI (1925-2013) : Son site : http://www.hygienisme.org/ Auteur de nombreux livres -
Hommage à Albert Mosséri : #HOMMAGE_A_ALBERT_MOSSERI

André PASSEBECQ (1920-2010) (source ici) : sur Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Passebecq -
Hommage à André Passebecq : http://www.ouvertures.net/le-celebre-naturopathe-andre-passebecq-est-mort/ et http://aps94.free.fr/IMG/article_PDF/article_a190.pdf.
Texte "Les points de Knap" au lien http://www.welwel-multimedia.com/cnc/429647.pdf
Document : COURS D'HARMONISATION ÉNERGÉTIQUE" par André Passebecq, 1991 - 248 pages.

Pour jeûner avec Évelyne CURT : http://vivrecru.org/jeune-au-pied-du-vercors/#.UZVQ5LVhU2U ou http://etre-en-conscience.over-blog.com/article-sejours-de-jeunes-avec-evelyne-curt-111771395.html et http://www.cytunilia.com/calendrier-2016/

Blog de Dominique FRANÇOIS : http://provencejeun.e-monsite.com/ et http://provencejeun.e-monsite.com/album/ ou http://provencejeun.e-monsite.com/pages/l-hygienisme-et-moi.html

Docteur Jean-Marie COMPAGNON : http://www.compagnon-nutrition.fr/ et ici ou .

FÉDÉRATION FRANCAISE D'HYGIÈNE NATURELLE (FFHN) déclarée le 7 février 2013 : http://www.net1901.org/association/FEDERATION-FRANCAISE-DHYGIENE-NATURELLE-FFHN,1086777.html - Objet : regrouper les associations qui oeuvrent pour la promotion ; d’une hygiène de vie saine pour la prévention des maladies, le maintien de la santé, la recherche d’un poids de forme et de performances physiques ; de l’écologie, de l’environnement et de la santé des êtres vivants; du développement durable, de comportement médicamentaux raisonnés pour éviter les abus de médicaments, limiter la pollution par les rejets ; procéder à une éducation populaire, sanitaire, sociale et culturelle, déterminer les règles de fonctionnement de ses adhérents, informer les citoyens pour permettre à chacun de déterminer ses choix de consommateurs, hors de toutes contraintes dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation et de la vente.  Adresse : 21 quai Joseph Gillot 69004 Lyon.
Le président en 2013 est Raphaël Perez : http://www.hygienenaturelle-alimentation.com/article-hommage-a-albert-mosseri-116535943.html


FORUMS :

Groupe "L'Hygiénisme selon Shelton" : https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!forum/hygienisme Visitez ce groupe à l'adresse http://groups.google.com/group/hygienisme?hl=fr (pour s'y inscrire expliquez vos motivations)

Forum : "La santé dépend-elle de l'alimentation : Faut-il devenir végétarien ?" http://novusordoseclorum.discutforum.com/t5957p30-la-sante-depend-elle-de-l-alimentation-faut-il-devenir-vegetarien (depuis le 21/12/2010)

Forum : "Hygiénisme" http://www.onpeutlefaire.com/forum/topic/5788-hygienisme/ (2006-2008)

JEÛNE ET SANTÉ :
Forum Thème "Jeûne et santé": http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/ Plusieurs discussions autour des différents types de jeûne.
Forum Thème "Éléments de connaissance du jeûne" : http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/f9-elements-de-connaissance-du-jeune dont :
"Rupture et réalimentation : suite au jeûne Shelton/Rocan/Reygade/Passebecq" http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/t226-rupture-et-realimentation-suite-au-jeune-shelton-rocan-reygade-passebecq (2012 : 1 page avec tableau des compatibilités alimentaires selon Reygade) et
"Jeûne (le) intégral par Jean Rocan" http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/t210-jeune-le-integral-par-jean-rocan (2012) "Tiré de l'ouvrage du biologiste Jean Rocan (1910-2001) : "Médecine de Demain"".
"Les contre-indications au jeûne" http://forum1.aimoo.com/lejeunetherapeutique2/General-Discussion/RE-les-CONTRE-INDICATIONS-au-je-ne-1-1402124.html (forum devenu "Jeûne et santé")


STAGES :

STAGES EN FRANCE :

- AVEC ÉVELYNE CURT - A 26 Loriol et se déplace en France - Voir les Actualité hygiéphiles : http://www.conscience33.fr/hygieniste.html#actualites
Lu dans le blog de "Être en Conscience" : http://etre-en-conscience.over-blog.com/article-sejours-de-jeunes-avec-evelyne-curt-111771395.html
Citée aussi au lien : http://vivrecru.org/jeune-au-pied-du-vercors/#.Ulxe1yQvVoQ

Jeûner en Conscience avec Évelyne CURT :
Inscriptions : Évelyne CURT - 04 89 00 95 48 ou 07 81 58 52 47 - ak.tamari@gmail.com

Lire les informations et documents : Lire "Stage de jeûne, région de Bordeaux" au lien #Stage_jeune_Bordeaux et détails pratiques

CALENDRIER DES STAGES DE JEÛNE ET ACTIVITÉS 2016 :
Voir au lien http://www.cytunilia.com/calendrier-2016/

CALENDRIER DES STAGES DE JEÛNE ET ACTIVITÉS 2015 :
à télécharger au lien : http://www.conscience33.fr/Programme_2015.pdf

HYGIÉNISME AVEC EVELYNE CURT :
2015 - Calendrier des stages de jeûne, randonnées et rencontres,
à télécharger au lien : http://www.conscience33.fr/Programme_2015.pdf

COMPLÉMENTS :
STAGES D'HYGIÉNISME 26-31 MAI 2015
Lire au lien : http://www.conscience33.fr/programme_mai_2015.pdf

RENCONTRE HYGIÉNISTE 16-24 AOÛT 2015
Lire au lien : http://www.conscience33.fr/annexe_programme_aout_2015.pdf

 

HYGIÉNISME & RÉALISATION PRATIQUE DU JEÛNE DANS LA MÉTHODE HYGIÉNISTE - Conseils par Évelyne CURT

STAGE "Jeûner en Conscience" avec Évelyne CURT : www.conscience33.fr/jeune.html#Stage_en_France
"Un peu d'explications sur le jeûne" - Fiche n° 3 à télécharger au lien ou à lire ici : www.conscience33.fr/jeune.html#Explications_sur_le_jeune
"Les modalités pour le stage" à télécharger au lien ou à lire ici : www.conscience33.fr/jeune.html#Modalites_pour_le_stage
"Se préparer" à télécharger au  lien ou à lire ici : www.conscience33.fr/jeune.html#Se_preparer

AUTRES DOCUMENTS COMPLÉMENTAIRES POUR FAIRE UNE CURE DE JEÛNE par Évelyne CURT :
"La cure de jeûne" - Fiche n° 4 à lire au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#La_cure_de_jeune
"Particularités de la pratique du jeûne dans la méthode hygiéniste" - Fiche n° 6 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Cure_de_jeune_Particularites
"Cure de jeûne - Citations - extraits de livres"
- Fiche n° 5 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Extraits_de_livres
"Option pour l'accompagnement"
par Évelyne Curt au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Option_pour_accompagnement

DOCUMENTS CONCERNANT L'HYGIÉNISME par Évelyne CURT :
"Qu'est-ce que l'Hygiénisme ?"
- Fiche n° 1 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Hygienisme
"Les grands principes de l'Hygiénisme"
- Fiche n° 2 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Les_grands_principes_hygienistes
"Notes sur l'eau"
- Fiche n° 7 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Notes_sur_l_eau
"Qu'avez-vous mangé aujourd'hui ?"
- Fiche n° 9 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Qu_avez_vous_mange_aujourd_hui
"Bases de la pratique hygiéniste"
- Fiche n° 17 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Bases_de_la_pratique_hygieniste
"Le jeûne matinal"
au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Le_jeune_matinal
"Les combinaisons alimentaires"
- Fiche n° 10 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Les_combinaisons_expliquees
"Que faire en cas de douleurs ?"
- Fiche n° 20-21 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Que_faire_en_cas_de_douleurs
"Conseils alimentaires pour commencer"
- Fiche n° 23 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Conseils_alimentaires_pour_commencer
"Les intoxications métalliques"
au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Les_intoxications_métalliques

DOCUMENTS CONCERNANT LE JEÛNE (2015) :
- Stages de jeûne : http://www.conscience33.fr/Curt-stages-de-jeune.pdf
- Le jeûne : http://www.conscience33.fr/Curt-le-jeune.pdf
- Stages de jeûne - Pourquoi un stage de jeûne ? À qui s'adresse ce stage ? : http://www.conscience33.fr/Curt-Pourquoi-un-stage-de-jeune.pdf


 

Avec Évelyne CURT : Lieu LES JACYNTHES DES BOIS, 42 rue Vaucourte, 26270 LORIOL SUR DROME http://www.jacynthes-des-bois.fr/
Informations & réservations :
Catherine BOURGEOIS 04 76 24 66 65, cbrigitte642@gmail.fr ou Gilbert BASTIAN 06 85 65 33 27,  g.bastian@free.fr
Voir aussi les acivités hygiéphiles : http://www.conscience33.fr/hygieniste.html#actualites
CALENDRIER DES STAGES DE JEÛNE ET ACTIVITÉS 2016 :
Voir au lien http://www.cytunilia.com/calendrier-2016/
CALENDRIER 2014 DES STAGES DE JEÛNE, RANDONNÉES ET RENCONTRE :
à télécharger au lien :Calendrier.pdf

Blog de Dominique FRANÇOIS : http://provencejeun.e-monsite.com/ et http://provencejeun.e-monsite.com/album/ ou http://provencejeun.e-monsite.com/pages/l-hygienisme-et-moi.html
Cures de jeûne : http://provencejeun.e-monsite.com/pages/jeundefinedne.html

Voir aussi le site "DE JUS FRAIS ET DE JEÛNE" : http://dejusfraisetdejeune.free.fr/le_jeune_036.htm à Conie (Eure) près Chateaudin.
et où jeûner ? http://dejusfraisetdejeune.free.fr/ou_jeuner___070.htm
Le déroulement des semaines de cure aux jus frais et de jeûne : http://dejusfraisetdejeune.free.fr/deroulement_023.htm
Présentation du déroulement de ce stage au lien #deroulement_stage_de_jus_frais_et_de_jeune


AUTRES :

Stage de jeûne avec Eliane et Anicet LUSSEAU, du 22 au 29 mars 2014 à Bougon entre Niort et Poitiers.
Dossier Stage Jeûne à télécharger au lien : DOSSIER_Stage_Jeûne.pdf
Inscription auprès de : Anicet LUSSEAU Tél 06.67.23.13.85 ou
Eliane LUSSEAU Tél 06.79.52.79.60 aniceteliane@gmail.com
CALENDRIER 2014 DES STAGES DE JEÛNE, RANDONNÉES ET RENCONTRE :
à télécharger au lien : Calendrier.pdf


Blog d'Éric Gandon : Vidéos en relation avec le film d'Arte http://www.osenvol.fr/blog/2013/09/13/le-Je%C3%BBne-la-nouvelle-th%C3%A9rapie-le-livre.aspx
et témoignages de guérison par le jeûne hydrique : http://www.osenvol.fr/blog/2012/10/29/T%C3%A9moignage-gu%C3%A9rison-de-cancer-par-le-je%C3%BBne.aspx
Exemple Vidéo : Guéri du cancer par le jeûne -2- Michel : http://www.dailymotion.com/video/xlyajd_gueri-du-cancer-par-le-jeune-2-michel_lifestyle (18'20)


Maison de cure de Marie-France, Les Logis de Kafoutine http://www.cure-detoxination.fr/ Au village, 32130 Nizas - Tél. : 05 62 62 04 95 & 06 08 35 13 79. Centre créé en 2009 par Marie-France VEGA. "Marie-France VEGA est l'amie et la confidente des curistes, le bras-droit de Jean Claude Reygade" (lu au lien http://www.centre-monbejan.com/index.php).



CENTRES DE JEÛNE HORS DE FRANCE (Canada, Russie, Allemagne) :

- CANADA : "Centre Val-Santé" http://www.valsante.qc.ca/ à Rawdon à 55 km au nord de Montréal.
et sur Facebook : https://www.facebook.com/pages/Centre-Val-Sant%C3%A9/364719920219333 (beaucoup d'informations sur les divers jeûnes)
Jeûne intégral (à l'eau seulement). Descriptif : http://www.valsante.qc.ca/le-jeune/#sejour (il y est écrit : "... À Val Santé, nous préconisons le jeûne à l'eau déminéralisée...")

- CANADA : "La Ferme Rocan" avec Adèle Arsenault http://www.adelearsenault.com/ à Tingwick entre Montréal (160 km) et Québec (140 km).
"Un jeûne pour votre santé...", jeûne intégral.

- CANADA : "Maison de Santé du Lac Brome" avec Pierre Graveline http://jeuneintegral.com/ 408 Lakeside, Lac Brome, Québec, à 105 km à l'est de Montréal.
Uniquement des 
cures de jeûne intégral (eau seulement).


- RUSSIE : Lu au lien http://www.arte.tv/fr/complement-d-informations/6412060,CmC=6597032.html
Nota : Cet article fait suite à la diffusion du film d'Arte LE JEÛNE, NOUVELLE THÉRAPIE ? présenté au lien #VIDEOS
"En France, il n’existe pas de lieu  médicalisé (à notre connaissance) qui supervise les cures de jeûnes des patients.
Il faut donc aller jeûner en Allemagne, dans une clinique privée, ou en Russie.
Dans ce dernier cas, c’est moins cher (500 € en moyenne la cure de 15 jours) mais la pratique de la langue russe est indispensable.
Le sanatorium de Goryachinsk accueillerait volontiers des étrangers, et envisage de mettre en place un système de traduction, mais rien n’est encore prêt.
Pour ceux que l’aventure pourrait tenter, voici l’adresse électronique du centre de Goryashinsk, sur les rives du lac Baïkal : rdt2012@yandex.ru.mailloc ou fastingrussia@yandex.ru.mailloc"
Le centre médical de Goryachinsk : http://baikalkurortrb.com/ et http://baikalkurortrb.com/kgoyachensk/
Présentation du centre de Goryachinsk dans l'extrait du livre "Le jeûne, nouvelle thérapie" accessible en lecture seule : cliquer ici. Pour lire le livre entier cliquer ici.


- ALLEMAGNE : Lu au lien http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2014-04-13/jeune-therapeutique-allemagne
"... Les connaissances sur le jeûne sont enseignées au sein d'hôpitaux universitaires et, depuis 50 ans, dans l'établissement de la Charité à Berlin qui héberge le plus grand service de médecines naturelles d'Europe. S'y pratiquent des cures de jeûne de 12 à 14 jours remboursées par le système public d'assurance maladie..."
Pour info, site de la Charité à Berlin : http://www.charite.de/
Contact Charité - Universitätsmedizin Berlin - Abteilung Naturheilkunde - Immanuel Krankenhaus Berlin - Standort Berlin-Wannsee - Königstr. 63 - 14109 Berlin
Tel.: 030 805 05-0 - E-Mail:a.michalsen@immanuel.de Source : http://www.rbb-online.de/rbbpraxis/archiv/20140312_2015/Heilfasten.html
Un site : http://naturheilkunde.immanuel.de/naturheilkunde-leistungen/therapien/ernaehrungstherapie-heilfasten/

 

LIVRES :

 

Évelyne CURT conseille, avant de commencer une cure de lire absolument les trois livres suivants :

- "Jeûner pour la santé" par Nicole Boudreau

- "Santé radieuse par le jeûne" par Albert Mosséri

- "Le jeûne, meilleur remède de la nature" par Albert Mosséri

 

Livre : "JEÛNER POUR SA SANTÉ" par Nicole Boudreau - Conseillé par Évelyne Curt

Ce livre peut être commandé par exemple avec Amazon ou la FNAC ou Decitre : (en neuf : à partir de 15,11 €).
Extraits du livre : #
Extraits_Jeuner_pour_sa_sante

Description du livre : 
"Jeûner à l’ère du fast-food et de la médecine biotechnologique est considéré par plusieurs comme un anachronisme. Dans une société de loisirs et de plaisirs peu encline à la privation, le jeûne semble en effet austère. Pourtant, la recherche scientifique, après avoir connu un essor fantastique avec l’avènement de nouvelles technologies, nous ramène aujourd’hui au fondement de la santé humaine: le corps possède les moyens de se régénérer. La vie cellulaire est dynamique; elle se renouvelle constamment et le jeûne stimule ce renouvellement.

Effectué en période de repos et à l’abri du stress, le jeûne permet à l’organisme de digérer ses toxines, ses cellules et ses tissus endommagés. Le corps peut ainsi se détoxiquer et même rajeunir en profondeur. 

Cet ouvrage nous décrit les effets thérapeutiques du jeûne et nous fait pénétrer dans un centre où Michelle, Paul, Julie et Thérèse s’adonnent au jeûne non seulement pour leur santé, mais aussi pour leur bonheur. Épuisés par la surconsommation et par un environnement contraignant, ils redécouvrent une thérapie vieille comme le monde et partagent avec nous les bienfaits de cette découverte.

Nicole Boudreau est biologiste. Ses études en communication et son expérience en tant que journaliste et conférencière font d’elle une excellente vulgarisatrice."

Les commentaires parus sur Amazon.

Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Jeûner pour sa santé
Édition 2013
Jeûner pour sa santé
Édition 2012
Jeûner pour sa santé
Édition 2009
Jeûner pour sa santé
Édition 2006
Jeûner pour sa santé
Édition 1995


 

 

Livre "SANTÉ RADIEUSE PAR LE JEÛNE " par Albert Mosséri (2003) - Conseillé par Évelyne Curt

Ce livre peut être commandé par exemple avec Amazon. (15,96 €)

Extraits du livre : http://www.conscience33.fr/jeune.html#Extrait_Sante_radieuse_par_le_jeune

 

 

Livre : "LE JEÛNE, Meilleur remède de la Nature" par Albert Mosséri (2003) - Conseillé par Évelyne Curt

Complète"Santé Radieuse par le jeûne"
Ce livre peut être commandé par exemple avec Amazon. (17,39 €)

Extraits du livre : #Extraits_Le_jeûne_meilleur_remède_de_la_nature
Un résumé du livre très complet et très bien fait est présenté dans le Blog "Alimentation crue originelle" au lien http://alimentation-crue-originelle.blogspot.fr/p/livre-le-jeune-meilleur-remede-de-la.html
et retranscrite au lien #le_jeune_meilleur_remede_de_la_nature

Le livre "LE JEÛNE, Meilleur remède de la Nature" peut être téléchargé au lien : http://www.truthkeeperz.com/Albert_Mosseri_-_Le_jeune-texte.pdf (103 pages)

 



AUTRES LIVRES CONCERNANT LE JEÛNE SELON SHELTON (JEÛNE HYDRIQUE) :

Livre "JEÛNER POUR REVIVRE" par Albert Mosséri (1980) :
Sommaire et extraits au lien : #JEUNER_POUR_REVIVRE

Photo
Photo
Jeûner pour revivre
Edition 1992
Jeûner pour revivre
Edition 1980



Livre "LE JEÛNE" par H. M. Shelton (1987 Édition LE COURRIER DU LIVRE) :
Ce livre est téléchargeable gratuitement au lien : http://santeradieuse.org/wp-content/uploads/2014/03/Le-jeune-Shelton.pdf

Le livre peut être acheté chez Amazon : http://www.amazon.fr/Le-Jeune-H-Shelton/dp/270290016X et les critiques de ce livre ici.

Voir ici le sommaire et des extraits du livre : "Le Jeûne" par H.M. Shelton (lien : #LE_JEUNE)

Vous pouvez acheter le livre neuf (environ 20 €) en ligne auprès, par exemple, des Éditions Trédaniel ou de Amazon.


Livre : "Le jeûne, une nouvelle thérapie" par Thierry Lestrade en complément du film du même nom (voir au lien #VIDEOS)
Ce livre est proposé en lecture partielle au lien de Books.google : cliquer ici.
Ou à télécharger : http://batizen.blogspot.fr/2013/10/ebook-le-jeune-une-nouvelle-therapie.html#.U4PePfl_utI

Livre "SANTÉ ET GUÉRISON PAR LE JEÛNE" par Arnold Ehret (1906-1971)
Une vidéo : http://vivrecru.org/vf-o/#.Uh-u7D8cpJJ ou http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=90M0C4R2IhI (38'08) et
Site pour lire le livre : http://www.vegedia.com/blogs/677/52/sant-et-gu-rison-par-le-je-ne et
Document en PDF (33 pages) au lien : http://jeune-et-randonnee.pagesperso-orange.fr/Ehret.pdf
Lire le commentaire de Shambalah du 29 avril 2013 (http://vivrecru.org/vf-o/#.Uh-u7D8cpJJ) au lien #Santé_et_guérison_par_le_jeûne

 

* OUVRAGES en anglais : liste au lien :
http://www.soilandhealth.org/02/0201hyglibcat/0201hyglibcat.html (via http://www.soilandhealth.org/02/02healthlibwelcome.html et http://www.soilandhealth.org/)

(Pour avoir une approche en français des livres en anglais sur internet utiliser Google Chrome qui permet une traduction approximative d'une manière simple)

Nombreux livres à lire ou à télécharger de SHELTON, TILDEN, TRALL, CORNARO (hygiéniste du 15ème siècle), Article HYGIENIC REVUE etc...

SHELTON :

Shelton, Herbet M. The Hygienic System, Vol. III, Fasting and Sun Bathing. San Antonio, Texas: Dr. Shelton's Health School, Third Revised Edition, 1950. First Published 1934. 
   In his exhaustive study of therepeutic fasting, Shelton claimed: " In more than thirty years of conducting fasts, I have conducted over twenty-five thousand fasts, ranging in duration from three days to more than two months. I have conducted about six fasts that have gone sixty or more days, the longest being sixty-eight days. I have had literally hundreds of fasts that have lasted from forty to fifty and more days." Despite Shelton's possible overstatement of "twenty-five thousand," likely no one else has ever equalled his experience with fasting for the purpose of healing disease.PUBLIC DOMAIN.

"La toxémie expliquée" par John Henry Tilden au Blog Neptuname : http://neptuname.over-blog.com/5-categorie-11260379.html

AUTRES TEXTES ET LIVRES EN PDF présentés au lien http://www.jeune-et-randonnee.com/bibliographie.php :

  • Bertholet, Dr Ed.: « Retour à la Santé par le Jeûne ».Editions Aryana 1935-1971 Un vrai classique en langue française. Ses pages sur le docteur Guelpa se trouvent dans ce site.Et voici le livre en pdf

  • Guelpa, Dr Guillaume: Auto-intoxication et désintoxication. O. Doin et fils, 1910.BNF : 8-TE 89 (A) : L'un des nombreux livres du docteur Guelpa, très lu dans toute l'Europe au début du siècle, pratiquement oublié en France. Il propose une approche de la médecine et de la santé très proche de la mienne. En plus, l'un de ses disciples, le docteur Riedlin en Allemagne, a guidé le premier jeûne du Docteur Buchinger, qui est à l'origine de « Jeûne et Randonnée ». À consulter à la Bibliothèque nationale. Ici sa conférence sur le régime végétarien ... de 1911 !! Voici le texte intégral de son livre

  • Kerforne Philippe Se soigner complètement par les Médecines Naturelles, Editions Trajectoire, ISBN : 2-84197-229-1 : Guide très pratique de 50 médecines naturelles. dont 11 pages sur le jeûne. Avec une préface excellente du Docteur Jean-Claude Houdret.

  • Lanctôt Guylaine M.D.: La Mafia Médicale. Voici La Clef : Guylaine Lanctôt est pour moi une des figures phares de cette fin de siècle. Comme personne avant elle, elle tiré au grand jour les mécanismes du système médical actuel. Un classique. Un "must". Voici des extraits.

  • Noah, Yannick: Secrets etc.Plon : Un des rares jeûneurs qui osent le dire en France. Il parle aussi de "son" Yoga. Un type bien, quoi. 

 

Livre "Jeûne et santé" par Pascal JACQUOT (février 2011) en lecture au lien : http://www.ecoutetpartage.fr/ateliers_fichiers/Jeuneetsante.pdf
Document en PDF (16 pages) au lien : http://www.ecoutetpartage.fr/ateliers_fichiers/Jeuneetsante.pdf

Livre "Le jeûne et les traitements naturels" par le Dr Yves VIVINI (1970, nouvelle édition 1977) : http://crohn.superforum.fr/t2532-le-jeune-therapeutique#ehret
Document en PDF (292 pages) au lien : http://www.jeune-et-randonnee.com/old/VIVINI4.pdf

Livre "Le retour à la santé par le jeûne" par Dr Ed Bertholet :
Document en PDF (272 pages) au lien : http://www.jeune-et-randonnee.com/Bertholet.pdf

 

LIVRES A TELECHARGER PRESENTES AU LIEN http://www.truthkeeperz.com/

+ Albert Mosséri, Le jeûne (français): http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosseri_-_Le_jeune.pdf
version pdf-texte erreurs possibles              : http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosseri_-_Le_jeune-texte.pdf
Anglais: http://www.truthseekers.fr/Albert.Mosseri.the_Fast.Nature.s.Best.Remedy.htm
+ L’homme, le singe et le paradis    : http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosséri_-_L’homme_le_singe_et_le_paradis.pdf
Version pdf-texte erreurs possibles : http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosséri_-_L’homme_le_singe_et_le_paradis-texte.pdf
+ Jeuner pour revivre                      : http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosseri_-_Jeuner_pour_revivre.pdf
Version pdf-texte erreurs possibles : http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosseri_-_Jeuner_pour_revivre-texte.pdf
+ Orthotrophie http://www.truthseekers.fr/Albert_Isaac_Mosséri_-_Orthotrophie.pdf

Herbert Shelton (français): Le jeûne : http://www.truthseekers.fr/Shelton.Herbert.Macgolfin.-.Le.jeune.pdf

Note: les poids de sécurités réels sont ceux du premier livre de Désiré Merien ci-dessous (page 22 ~légèrement après 1/3 de la page),ceux d’Albert Mosseri sont erronés.

Désiré Merien, Palier detox: http://www.truthseekers.fr/desiremerien/Desire_Merien_Palier_Detox_EBOK.htm
Les clefs de la nutrition: http://www.truthseekers.fr/desiremerien2/Desire_Merien_-_Les_clefs_de_la_nutrition.htm
Note: Les produits laitiers sont des poisons qui causent de l’hyperpermeabilité intestinale et ils contiennent de la caseine indigeste et intoxicante, que ce soit cru et non pasteurisé n’y change rien.

 

Arnold Ehret* (français) (il s’est trompé sur les globules blancs): http://www.truthseekers.fr/EHRETFRENCH_EBOK.htm
Version différente plus ancienne et moins complète (manque les recettes* par exemple):http://www.truthseekers.fr/Arnold_Ehret_french_oldversion.htm
* Le blé d’aujourd’hui et les méthodes de préparation du pain n’ont rien à voir avec celles d’il y a 100 ans, les recettes d’Ehret avec du blé sont évidemment à éviter ou en l’enlevant / le remplaçant par autre chose. Et puis même le blé ancien est toxique dans tous les cas. Le seul pain acceptable est le pain Essénien (pain de graines germées broyées) à partir de graines germées de sarrasin et/ou de quinoa.

Robert Morse (anglais), le meilleur livre qui résume toutes les informations des différents livres et qui vas plus loin, plus précisément, plus proche de la réalité des choses:
http://www.truthseekers.fr/Robert_Morse_-_The_Detox_Miracle_Sourcebook_EBOK.pdf

Un document : Le Jeûne en Naturopathie par Pierre-Valentin Marchesseau au lien http://naturo-passion.com/jeune-naturopathie-pierre-valentin-marchesseau/
Acheter au lien http://www.spirvie-natura.fr/ancienne-edition/48-le-jeune-en-naturopathie.html


AUTRES

Français: http://www.truthseekers.fr/Norman_Walker_-_Votre-sante-par-les-jus-frais-de-legumes-et-de-fruits.pdf
Sante de l’intestin, le colon (français): http://www.truthseekers.fr/normanwalker/Norman_Walker_-_La_sante_de_lintestin_le_colon_EBOK.htm
Rajeunir et rester jeune (français): http://www.truthseekers.fr/Rajeunir_et_rester_jeune_par_Norman_Walker.pdf

Barbara Ann Brennan: http://www.truthseekers.fr/Barbara_Ann_Brennan_-_Le_pouvoir_bénéfique_des_mains.pdf
James Redfield, la prophetie des Andes: http://www.truthseekers.fr/La_Prophetie_Des_Andes-James_Redfield.pdf
Autre version du pdf: http://www.truthseekers.fr/La_Prophetie_des_Andes-James_Redfield-v2.pdf

Corinne Gouget – Les additifs alimentaires: http://www.truthseekers.fr/corinne_gouget-les-additifs-alimentaires.pdf

 

THESE :

- Sujet : "L’appellation ''jeûne thérapeutique'' est-elle fondée ou usurpée ? Eléments de réponse d’après une revue de bibliographie chez l’animal et chez l’homme."
THÈSE PRÉSENTÉE POUR L'OBTENTION DU DOCTORAT EN MÉDECINE DIPLÔME D'ÉTAT par Jérôme LEMAR
Thèse soutenue publiquement à la faculté de médecine de Grenoble * Le 12 Décembre 2011 (158 pages)
A télécharger au lien : http://sci.pam.szczecin.pl/~fasting/2011GRE15119_lemar_jerome_1_D_.pdf
*La faculté de Médecine de Grenoble n'entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans cette thèse ; ces opinions sont considérées comme propres à leur auteur.
Plus d'informations - Sommaire et extraits au lien #these

 

* COURS À TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT :

COURS : "The Life Science Health System" par T.C. Fry

Télécharger le cours complet en anglais (18 Mo) au lien :

https://groups.google.com/group/hygienisme/attach/bee21f0b734c0b90/Fry%20-%20the%20life%20science%20health%20system%20-%20t.c.%20fry.pdf?part=4&authuser=0

Présentation et début de traduction en français au lien : http://www.conscience33.fr/HYGIENISME_COURS.html

 

VIDÉOS :

 

* VIDEOS D'ALBERT MOSSERI :
Trois vidéos d'Albert Mosséri sur YouTube, enregistrées en 1996, il répond aux questions des jeûneurs en cure chez lui..."

Pour les visionner, dans YouTube :

- Albert Mosséri répond aux questions des jeûneurs en cure chez lui, le 19.02.1996.
https://www.youtube.com/watch?v=3a-PJ6kDfyw (4h05)

- Albert Mosséri répond aux questions des jeûneurs en cure chez lui, le 22.02.1996.
https://www.youtube.com/watch?v=l10GmwAd0Ig (5h09)

- Albert Mosséri répond aux questions des jeûneurs en cure chez lui, le 03.03.1996.
https://www.youtube.com/watch?v=hOYtKW2ZeHY (24'50)

et :

- Fréderic Patenaude a interviewé Albert Mosséri en 2010 : Comment avez-vous découvert l'Hygiénisme pour la première fois ? L'Hygiénisme et le jeûne...
https://www.youtube.com/watch?v=nRq1JH2nch8 Sous-titrée VOSTF (9'47) ou http://www.dailymotion.com/video/x1qdskk Sous-titrée VOSTF (9'48)
- Fréderic Patenaude continue son interview avec Albert Mosseri en 2010 : Qu'est-ce que le menu hygiénique que vous recommandez ?
https://www.youtube.com/watch?v=yjoINABPyTg
Sous-titrée VOSTF (9'28) ou http://www.dailymotion.com/video/x1qdtmz Sous-titrée VOSTF (9'29)


* Film : "LE JEÛNE, NOUVELLE THÉRAPIE ?" Mars 2012 (documentaire Arte) :
Vidéo au lien : https://www.youtube.com/watch?v=ytbXFXoT57w (55') ou sur Google
Le film est aussi visible à ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=2BrZ-E0GsAg&feature=youtu.be (55'21)
Un dossier aussi sur ce site au lien : http://www.conscience33.fr/tv-alimentation-hygienisme.html

Acheter la vidéo en VOD : 6,99 € au lien http://boutique.arte.tv/rechercheAvancee.html?motCleRechercheAvancee=le+jeune&filtreTerritoire=0
Louer la vidéo pour 48 heures : 2,99 €au lien http://boutique.arte.tv/rechercheAvancee.html?motCleRechercheAvancee=le+jeune&filtreTerritoire=0

Lire le "dossier de presse d'Arte" (6 pages) : http://download.pro.arte.tv/uploads/DDP-Jeune.pdf

Sur Facebook, l'événement : https://www.facebook.com/events/254234407984174/ "Le jeûne, une nouvelle thérapie ?" - "Science of fasting"
Un livre "Le jeûne, une nouvelle thérapie" par Thierry de Lestrade http://www.amazon.fr/je%C3%BBne-une-nouvelle-th%C3%A9rapie/dp/2707175579/
Extraits du livre au lien : http://www.jolpress.com/jeune-nouvel-espoir-cancer-thierry-de-lestrade-sante-article-821741.html
Des extraits de ce livre sont proposés en lecture simple au lien de Books.google : cliquer ici.
Un commentaire du Dr Lallement, cancérologue et auteur de "Les Clés de l'alimentation" : http://www.rebelle-sante.com/node/2062 Son site : docteur-michel-lallement.com/

Sur France Inter, un complément "Jeûner pas mangé" (15 octobre 2012) écoute disponible jusqu'au 11.07.2015 - émission Service Public avec Jean-Claude Noyé et Claude Fischler
au lien http://www.franceinter.fr/emission-service-public-jeuner-pas-mange

 

Lire et écouter Sylvie Gilman, co-réalisatrice du film "Le jeûne, nouvelle thérapie ?" au Congrès du jeûne thérapeutique (29 et 30 juin 2013 : http://fasten.tv/fr/) au lien :
http://fasten.tv/fr/vortraege/gilman
(21'31)

Extrait : ... « Le jeûne et les médias » : cette question est avant tout culturelle : on n’y répondra pas du tout de la même façon selon le lieu où l’on se place : les médias allemands et français n’ont en effet pas du tout la même approche du jeûne ... tout simplement parce que la réalité dans les 2 pays est très différente.
Cette réalité est tellement différente qu’Arte a modifié le titre français du documentaire que nous avons réalisé, plutôt que de le traduire littéralement. Le titre en français était simple et direct : « le jeûne, une nouvelle thérapie ? ». Impossible de poser la question en ces termes en Allemagne : la question aurait étonné tout le monde dans un pays où 15 à 20% de la population déclare avoir déjà jeûné. 
Nous serions passés pour des naïfs... voire pire! Arte a donc modifié le titre en : « Fasten und Heilen – Altes Wissen und neueste Forschung» ; ce qui, en français, signifie : « le jeûne, savoir ancestral et dernières recherches »...

 

AUTRES :

- Blog d'Éric Gandon : Vidéos en relation avec le film d'Arte http://www.osenvol.fr/blog/2013/09/13/le-Je%C3%BBne-la-nouvelle-th%C3%A9rapie-le-livre.aspx
et témoignages de guérison par le jeûne hydrique : http://www.osenvol.fr/blog/2012/10/29/T%C3%A9moignage-gu%C3%A9rison-de-cancer-par-le-je%C3%BBne.aspx
Exemple Vidéo : Guéri du cancer par le jeûne -2- Michel : http://www.dailymotion.com/video/xlyajd_gueri-du-cancer-par-le-jeune-2-michel_lifestyle (18'20)

- Article de Jean-Marc Dupuis "L'incroyable force du jeûne" (6.03.2014) :
http://www.santenatureinnovation.com/lincroyable-force-du-jeune/?utm_source=Newsletter-gratuite&utm_medium=emailing&utm_campaign=201403-06-jeune

- Une vidéo de Thierry Casanovas (23.07.2015) : https://www.youtube.com/watch?v=FmVBf9DorkI (26'30) Médecine vient du latin medicina, qui signifie "art de guérir" . Quelle autre approche que le jeûne et le recours aux capacités inhérentes au corps peut prétendre guérir quoi que ce soit ? Nulle guérison ne viendra d'un remède , la guérison est l'apanage du corps , tout produit extèrieur ne venant que soutenir (ou empêcher ) cette guérison. Suivez moi dans cette nouvelle exploration du premier moyen de guérison, le plus simple, le plus accessible , le plus efficace : le jeûne !

 

DÉROULEMENT D'UN STAGE
paru sur le site de "de jus frais et de jeûne"

Ce déroulement de stage est présenté au lien : http://dejusfraisetdejeune.free.fr/deroulement_023.htm


DÉROULEMENT DES SEMAINES... DE JEÛNE

L'arrivée se fait le dimanche en fin d'après-midi vers 18 h. Chacun prend possession de son espace personnel et solde le coût de son séjour. Une brève présentation des lieux et des règles de vie est faite.

...

Semaine de jeûne hydrique :

Le jeûne que nous pratiquons et proposons est le jeûne hygiéniste, où un repos strict est de mise. Cela afin de permettre une détoxination maximale en utilisant toute l'énergie disponible à cette fin. Par ailleurs, il s'agit, comme dans la cure de jus frais, d'être dans un état d'esprit propice à l'écoute de soi-même et disponible à ce qui se passe... en nous. Mais, on tend à être plus calme, plus en retrait d'autant plus que tous les processus d'élimination sont plus forts.  Une faiblesse peut-être ressentie, mais, sur des jeûnes de durée aussi courte cela reste très succint.

L'entrée en jeûne se fait dès l'arrivée et dure jusqu'au mercredi midi inclus, le demi-jeûne débute en fin d'après-midi de ce même jour. Sauf demande contraire, il se fait avec des pommes. Aucune nourriture n'est prise après 20 h et le jeûne matinal perdure pendant toute la durée du séjour. 

Pour un jeûne sans de grands désagréments, la préparation est primordiale, particulièrement la semaine précédant l'entrée en jeûne. Veillez à bien respecter les consignes ainsi que les conseils plus personnels qui vous auront été donnés.

 

 

STAGE "JEÛNER EN CONSCIENCE" avec Évelyne CURT :
Un peu d'explications sur le jeûne

Fiche n° 3 "Comment expliquer le jeûne" par Évelyne CURT

STAGE "JEÛNER EN CONSCIENCE" avec Évelyne CURT : Un peu d'explications sur le jeûne

Fiche présentée sur le site du blog de "Être en Conscience" au lien : http://etre-en-conscience.over-blog.com/article-sejours-de-jeunes-avec-evelyne-curt-111771395.html
https://docs.google.com/file/d/1Whc1dE3DlFrFNzBozOne_TKSExf9GQryz41WMvOb-a_TZbohTcTSSYI3jOHh/edit?pli=1

 

LE JEÛNE

Tout le monde a besoin de jeûner, et tout le monde peut jeûner.

Pour comprendre cela, partir du principe qu'en mangeant tous les jours, on ne respecte pas son corps.
Voir que tous les jours, on mange par habitude, par stress, par peur, par gourmandise, par faim, par plaisir.
Tout ceci se mélange et on ne sait plus bien discerner ce qui l'emporte, et si manger nous fait vraiment le bien qu'on en attend.
On a chacun un comportement alimentaire, certains préfèrent manger tous les jours la même chose, d'autres aiment changer, ...et on tient la route, tant bien que mal ...

Le jeûne, même très court, même de quelques heures, c'est un moment pour se respecter, se poser, se reposer, faire le point, s'arrêter, et rien d'autre que se relaxer, autant qu'on peut ; se relaxer n'est pas toujours facile, mais le jeûne aide la relaxation.
Jeûner est aussi un comportement, c'est aussi une habitude, qui peut être spontanée ou volontaire, c'est aussi un plaisir, le plaisir de découvrir de nouvelles sensations, de ne pas avoir de stimulations, de se sentir léger, d'avoir l'esprit plus clair, parfois d'avoir du temps pour lire, pour écrire.

Jeûner, est une expérience complètement différente de manger peu, c'est boire seulement de l'eau pure.

Dans le jeûne, il ne se passe rien, pourquoi ?
Parce que le corps attend, le corps attend car il sait que vous lui redonnerez à manger quand il aura besoin.
Simplement, en attendant, il perd du poids pour survivre et il profite pour faire le ménage, car il ne reste jamais inactif.

Si on n'a aucun problème se santé, le jeûne est naturel, on est à l'aise et heureux, on dort peu et bien, et si on a moins de tonus que d'habitude, on l'accepte comme un moment de repos, d'intériorisation.

Si le ménage à faire est important, alors le jeûne est une activité physique intense, comme le sport mais une activité physique interne, qui demande aussi de l'énergie, qui fait perdre du poids, et donc, comme le sport, il faut être en bonne condition, le pratiquer de façon régulière, et de façon progressive.
Commencer par une demi-journée, puis une journée, puis trois jours, et recommencer, en le faisant le plus souvent possible.
Avant un effort sportif, vous n'allez pas au restaurant, et les jours qui suivent vous prenez un temps de récupération ; pour le jeûne c'est pareil, on s'y prépare comme pour un évènement très important de sa vie, pour le rendre plus facile et agréable, et on sait qu'après, on aura besoin d'un temps de récupération.
Donc, même si on est en relative bonne santé, on va penser le jeûne en trois phases :
- le temps de préparation : dès qu'on commence à y penser
- le temps de repos : on ne fait rien d'autre
- le temps de récupération : le moment de la récompense commence à la fin de la récupération.

Le jeûne est naturel, on doit seulement réapprendre à jeûner.

Réapprendre à se détendre, à lâcher prise et ne pas se faire violence, obéir à son corps, ne rien attendre, observer en toute confiance et en toute sécurité tout ce qui se passe à l'intérieur de soi, et le comprendre comme une leçon de la nature. Et ainsi retrouver notre assurance et le sentiment de plénitude.
Ne pas jeûner, c'est s'oublier, se priver, se couper d'une partie de soi, d'une potentialité, c'est pécher, c'est agir par omission contre son intérêt.
Il y a un avantage à jeûner. Et peu à peu, le jeûne devient facile et agréable.

Pour beaucoup de gens, le jeûne paraît extrême ou violent. Il peut l'être d'une certaine façon, quand on est très intoxiqué nerveusement, mentalement, en tant que révélateur d'une situation elle-même extrême, violente, non maîtrisée, que l'on ne veut pas voir, dont on n'a pas conscience.
Si votre corps, c'est une voiture lancée à grande vitesse, vous ne la maîtrisez plus et vous risquez de vous écraser contre un mur. Il faut l'arrêter coûte que coûte, et il faut une grande force pour arrêter une voiture.
Mais si c'est vous qui décidez de ralentir puis de l'arrêter, de reprendre le contrôle, par votre seule force de caractère, alors vous arrêtez d'accélérer de façon inconsidérée, jusqu'à retrouver la maîtrise de la situation

 

 

STAGE "JEÛNER EN CONSCIENCE" avec Evelyne CURT :
Modalités pour le stage

STAGE "JEÛNER EN CONSCIENCE" avec Évelyne CURT : Modalités pour le stage

Présenté sur le site du blog de "Être en Conscience"http://etre-en-conscience.over-blog.com/article-sejours-de-jeunes-avec-evelyne-curt-111771395.html
et à télécharger au lien : https://docs.google.com/file/d/0B4s6P0-pRh2qODFfREhRRUFlZEU/edit

 

Photo

 

 

STAGE "JEÛNER EN CONSCIENCE" avec Évelyne CURT :
Se préparer

Fiche "La préparation au jeûne" par Évelyne CURT

STAGE "JEÛNER EN CONSCIENCE" avec Évelyne CURT : Se préparer

Présenté sur le site du blog de "Être en Conscience" au lien : http://etre-en-conscience.over-blog.com/article-sejours-de-jeunes-avec-evelyne-curt-111771395.html
https://docs.google.com/file/d/0B4s6P0-pRh2qODFfREhRRUFlZEU/edit

 

LA PRÉPARATION AU JEÛNE


S'assurer de sa disponibilité par rapport au travail, aux visites, rendez-vous, etc...

Se coucher tôt, se relaxer, sinon, dans le début du jeûne le corps va commencer par rattraper le retard de sommeil, pour reprendre des forces, avant d'entreprendre la détoxination...

Boire 1 ou 2 litres d'eau pure, froide ou tiède, mais pas bouillie, la nuit ou le matin à jeun, une eau peu minéralisée convient mieux : Montcalm, Mont Roucous, ou de l'eau osmosée.
Boire de l'eau pure et froide à jeun, la nuit ou le matin, cela permet de prévenir et d'atténuer tous les symptômes désagréables qui peuvent se manifester pendant la détoxination : fatigue, malaises, douleurs, etc ...

La préparation est très variable d'une personne à l'autre.
Elle peut être de quelques jours jusqu'à trois mois.
Le corps réagit par différence, à tout changement.
Les avantages de commencer le changement alimentaire avant la cure :
– le corps va pouvoir travailler plus en profondeur pendant le jeûne, sur des problèmes anciens et chroniques, donc cela fait gagner beaucoup de temps,
– le demi-jeûne sera plus facile et efficace (retour des selles et élimination cellulaire),
– on se prépare aussi pour les changements alimentaires que l'on veut maintenir à la reprise, soit pendant 1 ou 2 mois pour prolonger au maximum le bénéfice du jeûne, soit
de façon définitive, dans le cadre de la nutrition hygiéniste.

Pendant la préparation, améliorer son alimentation en supprimant les aliments malsains progressivement comme indiqué dans le guide vert de Albert Mosséri, et selon ses propres possibilités et objectifs.

Remarques : bien veiller à ne pas consommer d'aliments salés et acides :
– supprimer tout ce qui contient du sel : conserves, olives, sauces et plats préparés, fromages, pains, biscottes, etc ...
– supprimer tout ce qui contient des acides : vins, vinaigres, conserves, cornichons, moutarde, sauces et aussi les fruits pas assez mûrs, les agrumes, les jus en bouteilles, fruits en conserves, confitures, miels, ... notez que l'attirance pour les aliments acides est un besoin de compensation à l'excès de graisses, donc diminuer les graisses.
Éviter aussi les oléagineux, les boissons chaudes, bouillons, soupes, mueslis, compléments alimentaires...

Manger cru le plus possible, tous les fruits, légumes, graisses, protéines.
Diminuer les aliments concentrés, et augmentez les aliments plus juteux.
Commencez le repas par les aliments crus et juteux, et non l'inverse : par exemple, la salade verte et autres légumes crus, en début de repas, et non à la fin, et de préférence sans sauce (l'huile est un aliment concentré gras, donc plutôt en fin de repas).

Observer les réactions pendant la préparation : sur le poids, la digestion, la faim, le sommeil, l'énergie, le mental...

Demander conseil pour toutes questions ou réactions.

Bonne préparation !

 

 

[Note personnelle : - "Le petit guide vert" - Principes de base - à lire au lien :
http://vitae.pagesperso-orange.fr/guide%20vert%20de%20l'hygienisme.html
]

 

LA CURE DE JEÛNE par Évelyne CURT :

Fiche n° 4 "La cure de jeûne" par Évelyne CURT

 

Les journées de l'hygiénisme – Cours n° 2 – Fiche résumée.

LA CURE DE JEÛNE


Quelques connaissances sont nécessaires pour bien conduire un jeûne.
Une cure comprend 4 phases successives, la plus importante étant le demi-jeûne.

1 - La préparation
2 - Le jeûne
3 - Le demi-jeûne
4 - La reprise

Le repos complet est nécessaire pendant toute la durée du jeûne et du demi-jeûne.
La durée des différentes phases dépend du temps disponible, de la vitalité et du poids.
Par exemple, si vous disposez de 6 jours au repos :
1 semaine de préparation, 3 jours de jeûne, 3 jours de demi-jeûne, 1 semaine de reprise.

1 - La préparation consiste à adopter une alimentation hygiéniste jusqu'à disparition des principaux symptômes chroniques (sur-poids, indigestion, constipation, douleurs, dépression, etc.), tout en cherchant à comprendre les causes principales de chaque symptôme.
Vous pouvez faire la préparation en continuant vos activités, et manger à votre faim.

2 - Le jeûne consiste à boire de l'eau pure à volonté, en restant au repos complet. Évitez toute stimulation extérieure prolongée (lecture, discussion, exposition au soleil, douche, etc.).
La faim disparaît.
Vous perdez en moyenne 500 g par jour.
Les éliminations sont plus fortes la nuit et le matin, et souvent provoquent l'insomnie ; buvez abondamment, restez allongé et dormez la journée.

3 - Le demi-jeûne suit toujours le jeûne et consiste à manger l'après-midi 1 pomme toutes les deux heures (en moyenne 700 g par jour), ce qui provoque ou intensifie l'élimination.
Restez au repos complet allongé. Il faut boire abondamment la nuit et le matin, puis attendre que les éliminations se calment pour manger la première pomme.
Le poids se stabilise, la langue se colore et les fèces reviennent au bout de quelques jours.
Il est nécessaire d'être guidé pendant le demi-jeûne, au moins la première fois, car le travail est différent et plus intense que dans le jeûne.

4 - La reprise consiste à reprendre l'alimentation et les activités normales, de façon progressive.
Vous allez reprendre du poids et des forces.
Au bout de deux mois, observez tous les changements opérés par le jeûne.
C'est maintenant que vous en appréciez les bienfaits.

Quelques conseils, avant de commencer :
       – à lire absolument : Nicole Boudreau, Jeûner pour sa santé, éditions Québécor.
                                       Albert Mosséri,    Santé radieuse par le jeûne,
                                                                  Le jeûne, meilleur remède de la nature, éditions Aquarius.

       – avant de commencer, si vous êtes seul, prévoyez une bouillotte, plusieurs packs d'eau, et 5 kg de pommes mûres pour commencer le demi-jeûne.
       – Jeûne d'entretien à faire 1 ou 2 fois par an : 7 jours de jeûne + 3 à 6 jours de demi-jeûne.
       – N'attendez pas ...

Les journées de l'hygiénisme – Cours n° 2 – Fiche résumée.

 

LA CURE DE JEÛNE : PARTICULARITÉS par Évelyne CURT :

Fiche n° 6 "La cure de jeûne - 2" par Évelyne CURT

LA CURE DE JEÛNE : PARTICULARITÉS par Évelyne CURT
– Cours d'hygiénisme n°2 -

 

LA CURE DE JEÛNE

Commencer par lire la fiche résumée du cours d'hygiénisme n°2 - [Fiche n° 4 à lire au lien : #La_cure_de_jeune] et les ouvrages conseillés.

Voici un rappel de questions qui vont se poser lors de votre première cure. Pour tous compléments d'informations, consultez une personne compétente.

PARTICULARITÉS DE LA PRATIQUE DU JEÛNE DANS LA MÉTHODE HYGIÉNISTE :

Le jeûne hygiéniste se pratique seul et non en groupe, de façon à se donner les conditions les plus favorables à sa propre situation, et à pouvoir adapter ces conditions tout au long du déroulement de la cure. Il est important de :
– choisir soi-même les dates les plus favorables,
– déterminer soi-même le temps de préparation nécessaire, le temps de repos total disponible pour la cure et prévoir le temps de récupération après la cure,
– bénéficier d'un suivi individuel pendant toute la durée de la cure, c'est-à-dire : avant le jeûne pour la préparation, pendant, et après pour la reprise, afin de recevoir toutes les explications sur le jeûne, le demi-jeûne, l'alimentation et le mode de vie en général.

Le jeûne hygiéniste se pratique au repos complet pendant toute la durée du jeûne et du demi-jeûne, et si besoin les premiers jours de la reprise. Il ne faut prévoir aucune autre activité que de jeûner, pendant toute la durée de la cure, hormis quelques distractions (musique ou lectures,...), éviter toutes stimulations extérieures prolongées (douches, bains de soleil, bavardage, ...), éviter de sortir de chez soi, éviter tout effort comme porter du poids...).
Ne prévoir aucune contrainte, ni visite, ni rendez-vous, ni aucun programme, tout remettre à plus tard !
L'énergie n'étant plus dispersée dans l'activité, elle est entièrement disponible pour le travail interne. Il s'ensuit une sensation de faiblesse quand on se lève et une envie de rester immobile, un sommeil plus irrégulier la nuit avec des manifestations de détoxination, le besoin de dormir la journée. Tous ces symptômes sont variables selon la toxémie, d'une personne à l'autre et aussi d'un jeûne à l'autre.

Le jeûne hygiéniste dure de quelques jours à 21 jours, soit 6 à 7 semaines pour la cure complète. Si on est limité dans le temps, il faut prévoir la répartition de la durée totale au repos entre le jeûne hydrique et le demi-jeûne, sachant que :
- un jeûne de sept jours doit être suivi d'un demi-jeûne d'au moins six jours,
- un jeûne long doit être suivi d'un demi-jeûne d'au moins dix jours.
Le demi-jeûne doit se faire au même lieu où est fait le jeûne. Si c'est en dehors de chez soi comme sur un lieu de cure, il n'est pas possible de rentrer chez soi pour continuer le demi-jeûne, car, d'une part, le repos et l'accompagnement sont beaucoup plus importants dans le demi-jeûne que dans le jeûne, et d'autre part, le voyage interrompt le travail de l'élimination du demi-jeûne. Il vaut mieux raccourcir la durée du jeûne que celle du demi-jeûne, ou bien, pour les personnes en bonne santé, commencer le jeûne en activité, et faire le demi-jeûne au repos complet.
Comme exemples, avec un séjour de 25 jours (temps de repos disponible) :
– personne âgée qui n'a pas jeûné depuis plusieurs années, ou personne qui ne peut pas perdre de poids :
3 jours de jeûne, 14 jours de demi-jeûne, 8 jours de reprise
– personne avec beaucoup de vitalité et pouvant perdre 7 à 8 kg (le poids peut être repris après la cure) :
15 jours de jeûne, 10 jours de demi-jeûne.

Si on n'est pas limité en temps, on peut prévoir d'aller jusqu'à la fin du jeûne, puis jusqu'à la fin du demijeûne ; il faut bien connaître les critères et être attentif aux signes qui permettent de savoir quand on arrive au moment où le corps n'a plus la capacité de continuer le jeûne, et pareillement pour le demi-jeûne. Ces signes apparaissent trois jours avant.
Toute personne en bonne santé peut jeûner une semaine dès la première fois.
Il n'est jamais conseillé de jeûner au-delà de 21 jours, ni au- delà de la deuxième stabilisation du poids.
Dans tous les cas, le jeûne peut être arrêté à tout moment en passant au demi-jeûne.

L'efficacité de la cure est liée, selon les besoins :
– à la répétition successive de plusieurs jeûnes et demi-jeûnes, dans la même cure, ou très rapprochés,
– à une pratique régulière, par exemple : 1 jour par semaine, 1 semaine tous les deux mois ou trois mois, ...
– sinon à une pratique annuelle : au moins 1 ou 2 fois par an, pendant quatre ou cinq ans.
Éviter de rester plusieurs années sans faire de jeûnes, d'autant plus que l'on avance en âge.

CE QUE PROCURE LE JEÛNE : QUE PEUT-ON EN ATTENDRE ?

Le jeûne au repos complet donne au corps l'opportunité d'un travail de régénération cellulaire qui reconnecte la personne avec sa propre histoire, passée et à venir, c'est-à-dire résout tout ce qui était resté à l'état latent, qui peut se présenter dans le moment présent et qui aurait resurgi dans l'avenir. La pratique régulière du jeûne fait resurgir une après l'autre toutes les situations non terminées. C'est une réactivation des processus d'élimination.
Chaque jeûne reprend le travail là où le précédent s'est arrêté, et réalise un travail différent, qui fait progresser dans le sens de la résorption de tout ce qui s'est accumulé.
Le jeûne sert ainsi de révélateur : pendant la cure, la diversité et l'intensité des symptômes permet la prise de conscience et l'évaluation d'une partie de la toxémie ; après la cure, grâce à l'état de relaxation retrouvé, on ressent mieux les besoins réels de son corps, les rythmes naturels, le besoin de repos, les réactions à toute agression, on peut mieux discerner ce qui est « bon » ou « mauvais » pour soi. On retrouve un regain d'énergie et plus de confiance en soi, le mental se clarifie, et on retrouve le fil conducteur de sa vie, on peut prendre des décisions importantes pour son avenir et se repositionner dans ses relations.

Le jeûne court, de 1 à 7 jours, permet de faire face rapidement à toute situation qui se manifeste dans le présent, de garder le contrôle et d'obtenir un soulagement immédiat, qu'il s'agisse de :
– changer d'habitudes alimentaires et rétablir une bonne digestion,
– stopper une dépendance (pour le tabac : 3 jours de jeûne, 3 jours de demi-jeûne),
– résorber une inflammation, une congestion (fièvre, abcès, oedème, ...),
– se rétablir après un choc, une contrariété ..., arrêter les émotions négatives, prendre les décisions justes,
– augmenter son potentiel pour un examen ..., autant physique que intellectuel,
– se préparer à un évènement (déménagement, voyage, ...),
– se préparer à une grossesse, aussi bien pour la mère que pour l'enfant.
Le jeûne de 7 jours opère un nettoyage général de tout l'organisme. Pour une personne en bonne santé, il n'épuise pas les réserves, ne nécessite pas de surveillance, et la récupération est rapide. Il fait partie intégrante de l'hygiène de vie .
Le jeûne de plus de sept jours doit être surveillé et accompagné par une personne compétente, même si on est en bonne santé et expérimenté. La deuxième semaine touche plus les aspects émotionnels, psychologiques et relationnels. La troisième semaine touche la personnalité et permet de recontacter sa
véritable identité. Le jeûne long marque toujours un nouveau départ, une nouvelle orientation dans sa vie.
Pour une personne ayant des symptômes chroniques importants dûs, soit à de graves intoxications, soit à l'intoxication accumulée depuis le début de sa vie, le jeûne long permet d'obtenir un résultat plus rapide.
Cependant, ces problèmes ne peuvent être résorbés par un seul jeûne, même long ; il faut jeûner régulièrement pendant 4 ou 5 ans pour une amélioration satisfaisante.
Dans tous les cas, la nourriture hygiéniste, pratiquée de façon permanente entre chaque jeûne, évite toute complication et toute aggravation, laisse le temps de rechercher les causes de chaque symptôme, et le moyen de remédier à ces causes. Ne pas oublier que le temps de reprise est proportionnel à la durée du jeûne.

LE DÉROULEMENT DU JEÛNE, DU DEMI-JEÛNE, ET DE LA REPRISE :

Le début de chaque étape demande une adaptation de deux ou trois jours.
Pendant toute la durée du jeûne et du demi-jeûne, boire à volonté une eau pure non minéralisée, donc plutôt acide, qui convient mieux pour transporter les matières éliminées. Il vaut mieux boire trop que pas assez, car la soif n'est pas toujours ressentie en tant que telle, et il faut apprendre à repérer les nombreux symptômes qui peuvent indiquer la nécessité de boire plus (douleurs, urines foncées, malaises, vertiges ...). Il est plus efficace de boire de façon alternative, aux heures les plus favorables, pour respecter les rythmes du corps, et de boire une grande quantité d'un coup (plusieurs grands verres), plutôt que par petites gorgées, afin que
l'eau puisse bien circuler vers toutes les cellules.
Dès le début du jeûne, la faim s'arrête car le corps puise dans les réserves les éléments nécessaires pour assurer son fonctionnement ; on perd en moyenne 500 gr par jour. L'élimination des matières nocives et la perte de poids se font plutôt la nuit et le matin. A ce moment-là, les toxines sont drainées par tous les
liquides du corps avant d'être évacuées. Cela occasionne des symptômes (douleurs, nausées, agitation, ...) qui apparaissent et disparaissent selon les rythmes de l'élimination. Les symptômes liés à l'état de jeûne doivent être supportables et non permanents ; si ce n'est pas le cas, il faut rechercher une autre cause (produits qui ne peuvent pas être éliminés, fractures, hématomes, ...). L'évacuation des toxines se fait par tous les moyens ; on peut observer la couleur de la langue, le goût de la bouche, l'odeur de l'haleine, la
variation du poids, la couleur des urines, les règles, la peau morte, la chute de cheveux, ..., et moins souvent, les vomissements, les crachats, les saignements, la transpiration, l'urticaire ....
Si des difficultés trop grandes surviennent pendant le jeûne et le demi-jeûne, cela est dû le plus souvent à une préparation insuffisante ou incorrecte, par manque de temps, de repos ou de connaissances ; cela peut être pallié par la succession de plusieurs jeûnes et demi-jeûnes, très efficace pour faire baisser l'acidité, augmenter les réserves vitales, et rétablir tous les équilibres. Le jeûne « soutenu » ou « atténué » en prenant un fruit le soir au coucher est un autre moyen, pour pallier l'insuffisance de préparation, d'atténuer les symptômes en drainant l'acidité, ou de soutenir le corps pour ne pas perdre de forces.

Quand on a décidé le passage au demi-jeûne, on mange un fruit toutes les deux heures l'après-midi et le soir, en restant couché immédiatement après avoir mangé chaque fruit et en se relaxant, on peut même s'endormir. Toute activité arrête le demi-jeûne en déviant l'énergie vers l'extérieur ; son efficacité est rendue
maximale par le repos complet.
Pour la plupart des gens, la soif diminue à la fin du jeûne et redevient plus intense pendant toute la durée du demi-jeûne. Donc boire abondamment (cela facilite aussi le retour des selles), surtout la nuit et le matin, et si besoin, l'après-midi, ¼ d'heure avant chaque fruit.
Il y a trois façons de commencer le demi-jeûne :
– avec les fruits : commencer par les pommes, puis varier si besoin ; tous les fruits aqueux conviennent, mûrs et non acides ; s'ils sont mal supportés, essayer avec d'autres fruits.
– il vaut mieux parfois commencer avec des légumes (frais, sans sauce, entiers ou en jus) ; tous les légumes conviennent ; puis revenir aux fruits, si c'est possible, ou bien alterner.
– très rarement, il faut commencer avec un bouillon de légumes chaud, surtout en cas de tension ou stress psychologique (sentiment de désarroi, de panique, ...).
Le poids se stabilise et l'élimination est relancée au bout de deux ou trois jours lorsque le corps a retrouvé assez de force pour réagir ; à ce moment, la langue se colore. Continuer au moins jusqu'au retour de selles normales et régulières. A la fin du demi-jeûne, la soif s'arrête et la langue redevient rose.
On peut arrêter à tout moment le demi-jeûne, par faute de temps, pour passer à la reprise, caractérisée par la reprise progressive de l'activité. Commencer par 10 mn de marche les derniers jours du demi-jeûne, puis éviter les efforts et activités sportives pendant encore un ou deux mois jusqu'au retour complet des forces ;
c'est à ce moment-là que l'on peut faire l'évaluation de la cure et observer les changements durables.
Pour la reprise alimentaire, il est intéressant d'introduire une seule variété d'aliments chaque jour, afin d'observer les réactions du corps, de bien-être ou de rejet, en notant la digestion, la qualité du sommeil, le niveau d'énergie, etc..

EN RÉSUMÉ :
Chacun doit, lorsqu'il envisage la cure, estimer pour lui-même, et selon son objectif :
– le jeûne est-il bon pour moi ?
– de combien de jeûnes ai-je besoin ?
– quelle est la durée de la cure qui me convient et combien de temps je décide d'y consacrer ?
– est-ce que je suis prêt ?
– suis-je dans les bonnes conditions pour toute la durée de la cure, sachant qu'il est important de rester
allongé, à la chaleur, dans le silence, seul, hormis les visites du surveillant, de ne rien faire d'autre, d'être
bien informé, sécurisé et satisfait ? Egalement quelle seront les conditions pour la reprise ?


– Cours d'hygiénisme n°2 -

 

 

LA CURE DE JEÛNE par Évelyne CURT : Option pour l'accompagnement

Fiche "Option pour l'accompagnement" par Évelyne CURT

 

OPTION POUR L'ACCOMPAGNEMENT

Evelyne CURT
25, impasse du Loup
26300 Saint-Vincent-la-commanderie
Tél : 04 75 40 88 65
Email : ak.tamari@gmail.com


Si vous souhaitez
changer votre mode alimentaire ou le perfectionner,
tout en recevant des conseils pour la transition vers la nourriture hygiéniste,
si vous souhaitez effectuer une cure de jeûne avec accompagnement,

voici toutes les possibilités envisageables :

en accueil pour une cure individuelle et des soins personnalisés, toute l'année, tarif à la journée :
chez Evelyne Curt (sur demande) ou chez Dominique François (site http://provencejeun.e-monsite.com/)

en stages de jeûne d'une, deux ou trois semaines, en groupe de cinq à dix personnes, en chambre
individuelle ou partagée, dans toute région de France, tarif variable en fonction du lieu

un stage de reprise alimentaire peut suivre et compléter le stage de jeûne, ou bien

un stage d'hygiénisme avec des cours complets d'hygiénisme et la préparation des repas

à votre domicile (je viens chez vous, les conditions sont à préciser ensemble)

par rendez-vous téléphoniques ; tarifs :
consultation occasionnelle : don libre, échange et adhésion à l'association « les amis hygiéphiles »
suivi pendant un jeûne   : 40€ par semaine pour un contact tous les jours
suivi pendant un mois    : 40€ pour un rendez-vous par semaine (3/4 fois)
suivi pendant trois mois : 40€ pour un rendez-vous par mois (3 ou 4 fois)

La cure de jeûne et l'accompagnement peuvent avoir toute motivation :
– un temps de repos et de retraite
– provoquer et aider la détoxination
– faciliter le changement alimentaire
– résoudre des difficultés relationnelles
– nouvelle orientation de vie
– décision à prendre

La cure est un moment privilégié. Le jeûne est une démarche autonome mais aussi une technique très
précise qui nécessite un apprentissage : il est important d'effectuer chaque étape dans les bonnes
conditions.
L'accompagnement sert à créer les conditions favorables et à apporter toutes les informations utiles au
fur et à mesure de l'expérience.

Voici les documents annexes envoyés sur demande :
– modalités de fonctionnement du groupe « les amis hygiéphiles »
– accueil à Saint-Vincent-la-commanderie (Drôme)
– tarifs 2013 des livres et revues d'Albert Mosséri
– liste de consultants hygiénistes
– liste des fiches résumées
– tarif des prestations de Evelyne Curt
Me contacter pour toute information complémentaire

 

 

LA CURE DE JEÛNE - Extraits de livres

Fiche n° 5 "La cure de jeûne - Citations" par Évelyne CURT

LA CURE DE JEÛNE par Évelyne CURT

LA CURE DE JEÛNE


CURE DE JEÛNE – CITATIONS




EXTRAITS DE NICOLE BOUDREAU « JEÛNER POUR SA SANTÉ »

Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Jeûner pour sa santé
Édition 2013
Jeûner pour sa santé
Édition 2012
Jeûner pour sa santé
Édition 2009
Jeûner pour sa santé
Édition 2006
Jeûner pour sa santé
Édition 1995

 

« Le jeûne est une aventure fascinante. Non pas que jeûner soit une pratique aventureuse, mais découvrir que notre corps peut survivre sans nourriture étonne les mangeurs assidus que nous sommes.
Le jeûneur novice constate avec étonnement que toutes les fonctions de son organisme s'accomplissent avec, en prime, une forte activité de détoxication et de régénération.
L'organisme orchestre lui-même sa détoxication ; il suffit de cesser de manger, notre corps fait le reste.
Tous les organismes vivants ont la capacité de se détoxiquer en jeûnant. Les gens qui tentent l'expérience s'étonnent même de la facilité de la chose. Ils s'en disent agréablement surpris et jeûnent avec entrain.

Que fait-on pendant le jeûne ?
Le jeûne est un repos physiologique complet : on se dorlote sans gêne et sans culpabilité.
Mais peut-on travailler pendant le jeûne ?
Peut-on jouer au tennis ou doit-on garder continuellement le lit ?
Dans certaines cliniques de jeûne, les gens font une activité physique (marche, bicyclette, natation), magasinent, se promènent dans la nature et font acte de présence au bureau.

On leur conseille cependant de mâcher de la gomme à l'épreuve de la mauvaise haleine et de doubler leur utilisation de désodorisant pour contrer les odeurs marquées de l'organisme en détoxication accélérée.
On leur enseigne également que leurs réflexes peuvent être diminués et que leurs facultés au volant peuvent en être affectées.
On leur précise également qu'il est normal de se sentir plus léthargique en périodes de jeûne.
Dans ces cliniques de jeûne actif, on prône que l'être humain peut vivre normalement et travailler sans se nourrir, en évitant cependant les stress très intenses ou les séances harassantes de travail, qui épuiseraient même une personne pleinement nourrie. [page 35]

Mais le jeûne actif n'est pas thérapeutique.
C'est une question de calories et d'énergie.
Pour se détoxiquer en profondeur, le corps a besoin d'énergie ; or le travail musculaire multiplie de dix à vingt fois sa dépense énergétique par rapport à l'organisme en repos.
C'est un coût énergétique très onéreux pour un organisme en jeûne qui vit de ses réserves.
Quand une personne marche, elle doit fournir des calories aux muscles longs de ses cuisses, la circulation sanguine est amplifiée dans les jambes en action au détriment des autres organes.
Le débit sanguin dans l'organisme ne peut être maximal dans tous les organes à la fois.
Lorsqu'il y a afflux supplémentaire de sang dans un organe en travail, il y a baisse dans un autre.
Un organe en autolyse a besoin d'un apport d 'énergie important, et la circulation sanguine s'y intensifie.
La personne qui jeûne ressent clairement cet accroissement localisé du débit sanguin ; elle ressent un engorgement dans l'organe en autolyse.
Si elle décide de courir, la circulation sanguine est immédiatement canalisée vers les muscles des jambes ; l'autolyse cesse alors complètement dans l'organe où elle se déroulait.
Les processus d'autolyse sont exigeants.
Le repos stimule l'autolyse et l'activité physique la freine.
Il est donc nettement préférable de garder le lit en période de jeûne et de dormir le plus possible.
En panne de sommeil, on se détend, on reste allongé et on rêvasse. Pendant que l'on se repose et que l'on dort, le corps se transforme, se rénove.
Dans la vie de tous les jours, ces activités de régénération se déploient surtout la nuit, quand le corps est inactif.
Chaque nuit de sommeil est une pause au cours de laquelle le corps se détoxique et se rééquilibre.
Ces activités réparatrices ne se produisent pas si l'on passe la nuit debout. Elles ne s'accomplissent pas non plus si l'on jeûne debout.

Le jeûne en repos est donc doublement payant : l'organisme désintègre ses toxines et ses structures usées pour se sustenter, et l'état de repos exalte les activités de réparation.
Le jeûne devient donc thérapeutique. Et la motivation à le pratiquer s'en trouve décuplée.

Jeûner dans le confort et la détente n'est donc pas un exercice austère ; c'est un acte de santé et de survie.
Le jeûne n'est pas un acte de compétition ou de bravoure accompli par des exécutants à l'esprit spartiate et endurci ; le jeûne n'est pas davantage une punition ou un acte de fanatisme. [pages 35 & 36]

Le jeûne de sept jours
Le jeûne de sept jours est l'exercice de prévention le plus fréquent.
Durant cette période, le corps se livre à un grand ménage de ses tissus et répare ses dommages les plus criants ; il s'agit donc d'un jeûne, qui malgré sa durée relativement courte, procure des bienfaits importants.
La première étape du jeûne consiste en un déblayage des toxines et des matières mortes logées dans tous les organes.
Les reins se nettoient, le système digestif se désengorge, les tissus se débarrassent de leur oedème et les voies respiratoires se décrassent.
Ces opérations de nettoyage provoquent des malaises types tels une sensibilité accrue des reins et des urines malodorantes, des éructations, des gaz ou des diarrhées, un désenflement des jambes, du visage et du ventre, et une haleine très amère.
Les odeurs corporelles deviennent particulièrement âcres ; la langue est très blanche et les narines sont surchargées de déchets.
Les séquelles et les résidus de vieilles inflammations sont drainés et éliminés définitivement.
Outre les toxines circulantes et tissulaires, l'organisme autolyse, dès l'entrée en jeûne, les infections bactériennes ou virales.
Les grippes, les otites, les gastrites, les infections de la vessie ou les laryngites actives sont autolysées en priorité.
La défense orchestrée en priorité contre les virus dès le commencement du jeûne assure une protection unique de l'organisme : aucun médicament ne combat les virus ; seuls les anticorps produits par les globules blancs peuvent les neutraliser. les activités autolytiques mises en jeu en début de jeûne sont canalisées vers l'organe le plus intoxiqué, surtout s'il s'agit d'un organe vital tel que le coeur, les reins, le foie, les poumons, le système nerveux.

Un jeûne de sept jours peut donc s'avérer profitable.
En fait, on y observe souvent les réactions les plus intenses, car l'autolyse des problèmes urgents et importants entraîne des sensations proportionnelles à l'état du tissu.
Il s'agit d'un premier nettoyage qui s'attaque à la toxémie de toute sa vie.
Il faut donc y mettre un minimum de temps et jeûner un minimum de sept jours.
Quand une personne fait un premier jeûne de quatre ou cinq jours, elle coupe sa détoxication en plein élan, ce qui est peu satisfaisant.
Le jeûne de sept jours sert d'apprentissage ; il nous permet de découvrir et d'apprivoiser les réactions d'autolyse qui surviennent.
Mais l'état de santé des personnes usées par le stress, le surmenage ou la surconsommation justifie un jeûne plus long. [pages 90 & 91]

Le jeûne de quatorze jours
En deuxième semaine de jeûne, le corps est généralement débarrassé de ses toxines et de ses infections.
L'autolyse se déploie vers les couches de cellules plus profondes et vers les tissus secondaires de l'organisme (ossature, muscles, peau).
Les dommages chroniques tels que les kystes, les ulcères, les fibromes, les diverticules, l'arthrite, les problèmes de peau, l'hypertension, les sinusites chroniques, etc., sont autolysés progressivement ; la réparation de ces dommages chroniques constituent un travail physiologique plus long, plus exigeant.
Mais, en général, on se sent plus fort qu'aux premiers jours de jeûne.
Le corps se porte déjà mieux des suites de la détoxication de la première semaine ; son niveau d'énergie est plus stable.
On ne se sent aucunement affaibli par le prolongement du jeûne, si, évidemment, on dispose des réserves nécessaires à sa poursuite.
La langue devient moins chargée au cours de la deuxième semaine ; toutefois, lorsque l'organisme orchestre une séance intensive d'élimination, elle se charge à nouveau pour quelques jours, jusqu'à ce que le travail d'élimination se soit atténué.
Le jeûne de quatorze jours s'adresse surtout aux personnes qui, au tournant de la quarantaine, désirent faire peau neuve et prolonger leur jeunesse. [page 91]

Le jeûne de vingt jours ou plus
Les jeûnes plus longs conviennent aux personnes dont la toxémie est généralisée à tous les organes du corps.
La régénération s'étant déroulée au niveau de chaque cellule, de chaque tissu et de chaque organe, elle s'opère, dans un dernier temps, au niveau de l'ensemble du corps.
Les jeûnes plus longs permettent au corps de corriger les déséquilibres internes causés par la toxémie.
Certains dérèglements physiologiques entraînent de multiples effets secondaires.
Les gens qui, par exemple, souffrent d'hypertension, ont le coeur et les reins fatigués.
Les personnes arthritiques montrent toujours une hyperacidité du tube digestif.
La présence de cristallisations dan les reins n'arrive jamais seule : elle s'accompagne le plus souvent de « pierres au foie » et de raideurs articulaires.
L'organisme est comme une horloge suisse : tous les rouages métaboliques sont interdépendants et la défection d'une fonction a des répercussions sur les autres.
Une détoxication et une régénération profondes permettront à l'organisme de se réajuster et d'aiguiller l'ensemble de ses fonctions métaboliques vers un nouvel équilibre ; le corps s'en trouve profondément revitalisé.
Le jeûne long est donc un point tournant de la vie physiologique : il constitue une « opération chirurgicale sans scalpel ».
Il doit cependant être pratiqué avec précaution.
Le jeûne long devrait être supervisé professionnellement, les signes vitaux tels que le pouls, la tension artérielle ou les réflexes doivent demeurer stables. [pages 91 & 92]

Les états psychologiques du jeûneur
Pendant le jeûne, la modification des stimuli sensoriels est majeure : on ne mange plus la nourriture qui excite les sens et déclenche une chaîne de sensations métaboliques et psychologiques.
On ne dispose plus de l'encadrement que nous procurent l'organisation et la consommation des repas.
Par conséquent, on ne peut plus se fier aux repères habituels : que fera-t-on avant dîner s'il n'y a pas de dîner ?
Quand éprouvera-t-on le plaisir de manger s'il n'y a plus de repas ?
Si l'ennui survient, comment pourra-t-on s'en échapper si on ne peut pas fouiller au réfrigérateur pour se trouver un amuse-gueule ?
Si on est attristé par des émotions négatives, comment pourra-t-on s'en détourner si on ne peut consommer des douceurs ? La nourriture constitue en quelque sorte un cordon ombilical qui nous lie à la matière et au quotidien.
Une fois détachée du lien solide avec la nourriture, notre psyché s'active et se vivifie.
Notre vie émotive et inconsciente se manifeste plus clairement, car nous ne disposons plus des aliments pour camoufler nos peines et nous détourner de nous-mêmes ; en fait, la privation sensorielle qu'est l'exercice du jeûne provoque rapidement une certaine déstabilisation du moi. Le moi devient plus flexible, plus disponible et plus perméable.
La conscience se modifie tout en restant intègre.
L'assouplissement du moi amène un contact plus clair avec l'inconscient ; les barrières conscientes que nous avons posées pour refouler des émotions négatives ou oublier des épisodes traumatisants, sautent.
De vieilles peines reviennent nous hanter ; ce sont, la plupart du temps, des deuils, des déceptions, des conflits de travail, des séparations douloureuses dont l'effet traumatisant a été nié ou refoulé ; la résurgence des émotions qui y étaient liées montre que ces souffrances n'étaient pas évacuées.
La décharge d'énergies bloquées se manifeste comme une crise de rejet d'une partie de soi-même et permet de revivre ces épisodes traumatisants.
Ils sont de la sorte éliminés et les conflits internes diminuent.
Il en résulte une hausse de la confiance de soi.
La libération des charges émotives qui se comportent comme des corps étrangers au sein de la personnalité psychique est thérapeutique.
Le Dr Magnone observe une autre modification psychique amenée par le jeûne : c'est la possibilité d'établir des rapports intimes avec son « soi ».
Le soi est le centre intérieur, qui guide l'évolution et l'enrichissement de la personnalité. Cet élément de la personnalité émerge de la conscience pour agir concrètement, à cause de la capacité du moi qui jeûne d'avoir une attitude passive, réceptive.
Il est connu que quand on jeûne, on a plus de mémoire, plus de lucidité, voire une intuition aiguisée.
On résout souvent des problèmes et on planifie le futur de façon plus claire. on ressent une sensibilité accrue, qui nous mène à un état d'harmonie avec nous-mêmes.
La déstabilisation partielle du moi en cours de jeûne est donc positive, car en y faisant face, on règle des conflits refoulés et on reprend contact avec ses désirs profonds et positifs.
Le jeûne représente donc un formidable voyage intérieur, car il remue des forces psychiques et mentales qui étaient freinées ; cette restructuration psychique produit des effets qui se répercutent au-delà du jeûne.
Le Dr Magnone précise que le jeûne amène parfois des tournants décisifs pour la personne qui s'y investit corps et âme.
Après avoir scruté et découvert les sources d'insatisfaction de sa vie personnelle, le jeûneur retourne à sa vie normale avec une lucidité accrue et il peut entreprendre de corriger les sources d'insatisfaction qui le rongent.
La pratique du jeûne demande donc une participation tant psychique que physiologique de notre part.
La détoxication physique de l'organisme procure par elle-même un mieux-être psychologique.
Au fur et à mesure que progresse la détoxication physiologique, l'état de l'organisme s'améliore et le jeûneur se sent de mieux en mieux.
Une personne dont l'organisme est détoxiqué éprouve une profonde sensation de paix et de sérénité.
Elle ne se sent plus tourmentée et inquiétée par ses maladies et ses malaises.
Enfin, si nos troubles physiologiques sont d'origine psychosomatique, la détoxication et le rééquilibre physiologiques amenés par le jeûne ainsi que l'assouplissement thérapeutique du moi qui facilite la résolution de conflits internes, procurent un effet combiné de guérison psychologique et physiologique : puisqu'il est résolu sur les plans psychologique et physique, le problème psychosomatique est définitivement éludé.
Le jeûne est provocateur : il stimule notre vie psychique et remue notre vie intérieure.
Il éveille tant notre corps que notre esprit, et la personne qui l'expérimente en retire une vision élargie d'elle-même. [pages 131 à 133]

 



EXTRAITS DE ALBERT MOSSÉRI « LE JEÛNE MEILLEUR REMÈDE DE LA NATURE »

Photo

Chap 19 : deuxième phase LE DEMI-JEÛNE – LA LANGUE COLORÉE
Une prodigieuse découverte
...«Or après trois jours de sa rupture, entrant dans sa chambre pour lui apporter quelques petites pommes ratatinées de la culture de l'année passée, il me dit : - Monsieur Mosséri, voyez ma langue.
Elle était noir charbon !
Il ne m'a fallu pas davantage pour que je réfléchisse subitement à cette chose surprenante.
J'avais déjà vu, il est vrai, quelques cas où la langue devenait noire pendant le jeûne. Mais dans le cas présent, la couleur n'était pas fortuite. ...
J'aurais pu provoquer cette relance de l'élimination beaucoup plus tôt, vers le 20ème jour du jeûne.
Il avait donc perdu une dizaine de jours, pendant lesquels l'élimination était très faible.
Sa langue demeura noire durant quelques jours, puis vira vers la couleur moutarde pendant plusieurs semaines, avant de devenir couleur rose bonbon.
En même temps, la faim revint, une faim véritable, les douleurs rénales disparurent et je lui donnai alors le menu normal.
... Je recommençais de la même façon avec deux soeurs, venues à sa suite, et leur langue se chargea d'une couleur marron, dès le lendemain de leur alimentation.
Depuis lors, 90% des curistes développent une langue colorée, et le 10% restant ne la développent qu'à l'occasion d'une seconde cure.
Il faut naturellement poursuivre ce demi-jeûne tant que la langue restait tant soit peu colorée.
Les curistes ne sont plus pesés qu'une fois par semaine et la perte varie entre une livre et un kilo par semaine.
Puis, la question fut naturellement soulevée dans mon esprit, à savoir : à quel moment faut-il passer à la deuxième phase du jeûne, celle du demi-jeûne ? et quelle quantité de crudités faut-il donner aux curistes ?... [pages 144 & 145]

Une langue noire dénote que l'élimination se produit du fonds des cellules, pour rejeter des médicaments pris 10 ans, 20 ans auparavant.
Selon la méthode classique, prônée par Shelton, le jeûne se poursuit à l'eau, au lit.
Toutefois, quand le jeûne est poussé alors que le corps ne perd plus de poids, on perd du temps inutilement.
L'élimination devient insignifiante. ...
Quand on poursuit le jeûne à ce stade de stagnation, le poids ne baisse presque plus, l'élimination est à peine existante, car le corps n'a plus assez de vitamines et d'enzymes pour éliminer. Il lui en reste tout juste pour survivre.
Comme nous l'avons vu précédemment, les réserves du corps ne sont pas équilibrées.
On a toujours trop de graisses et de toxines et peu d'éléments essentiels (vitamines, etc.). [pages 145 & 146]

Quand on passe à la deuxième phase du jeûne, celle du demi-jeûne, la langue se colore dans presque 90% des cas.
Pour les autres, elle se colore lors d'un second jeûne. ...
Quand la langue se colore (noir, jaune, marron, moutarde, vert ou beige), le demi-jeûne doit être poursuivi jusqu'à ce que la couleur devienne naturellement rose.
C'est-à-dire jusqu'à la fin de l'élimination.
Ensuite, on peut réintroduire des aliments plus concentrés. ...
La langue devient rose en même temps que les crachats cessent, que l'urine devient claire, que l'haleine est douce, les maux de tête disparus. [page 146]

Le demi-jeûne peut durer une ou plusieurs semaines, selon la toxémie.
Avec cette nouvelle méthode, le jeûne devient plus aisé.
Elle comporte moins d'ennuis et de risques.
Le jeûne devient mathématique, précis, scientifique, sans zones d'ombre et sans surprises.
Il arrive durant ce demi-jeûne que la langue se décharge puis se recharge plusieurs fois, sur toute sa surface ou sur la moitié seulement.
On remarque des stries, des taches rondes, des lignes, ou d'autres formes colorées.
Une dame avait sa langue devenir couleur citron. Elle avoua avoir pris autrefois des médicaments à base de soufre. C'était bien mon cas personnel aussi. Or, on sait que le soufre est jaune...
Cette importante découverte condamne les jeûnes longs comme une perte de temps, sinon qu'ils sont risqués et inutiles. [page 146]

 


EXTRAITS DE ALBERT MOSSÉRI « SANTÉ RADIEUSE PAR LE JEÛNE »
À QUEL MOMENT PEUT-ON PASSER À LA DEUXIÈME PHASE DU JEÛNE (LE DEMI-JEÛNE) ?

IL NE FAUT PAS COUPER NET UN JEÛNE !
– À quel moment faut-il couper le jeûne ?
Je réponds catégoriquement :
– Il ne faut jamais couper net un jeûne ! Sinon, ce serait une erreur qui mène à la boulimie, aux pieds d'éléphants et à d'autres inconvénients.
Je ne veux pas dire par là qu'il faut jeûner toute savie. Non, je m'explique.
Dans l'esprit de Shelton, comme de tous les hygiénistes, il faut couper le jeûne à un certain moment, puis se nourrir progressivement, jusqu'à arriver à un régime
normal au bout de quelques jours. C'est une rupture totale du jeûne.
Or comme la majorité des jeûneurs n'ont pas terminé leur désintoxication à ce moment-là, il ne faut pas penser à couper le jeûne, mais passer à la phase suivante qui est le demi-jeûne. [page 225]

LES RÉSERVES DÉSÉQUILIBRÉES
Chez tous les individus, il existe des réserves qu'on peut classer en trois catégories :
1) les réserves ordinaires : sucre, glycogène, graisses, protéines.
2) les réserves essentielles extraordinaires : vitamines, enzymes, oligo-éléments, sels minéraux
3) les toxines, les poisons et les déchets divers.

Deux cas peuvent ainsi se rencontrer :
a) les individus en parfaite santé qui ont plus de réserves essentielles que de toxines (cas très rares).
b) les individus mal portants qui ont des toxines et des poisons, plus que les réserves essentielles.

Pour la première catégorie, en bonne santé et qui n'ont pas beaucoup de toxémie, le jeûne aboutit rapidement à la purification totale de l'organisme, avant l'épuisement des autres réserves précieuses.
Dans ces cas rares, les symptômes suivants se manifestent simultanément : langue propre et rose, faim, goût agréable de la bouche au réveil, urines claires.

Chez les personnes mal portantes qui forment la majorité de nos jours, le jeûne produit les symptômes suivants :
– langue chargée,
– goût de la bouche désagréable, au réveil,
– urines chargées, au réveil,
– absence de faim réelle,
– la perte de poids se ralentit (stabilisation du poids).

La stabilisation du poids (ralentissement de la perte de poids)
Lorsqu'on se pèse tous les jours durant le jeûne, on notera qu'il arrive vers le 10ème jour que la perte de poids se ralentit (à 200 gr par jour) ou se stabilise, durant trois jours consécutifs.
Ensuite, la perte reprend de nouveau, pour arriver à un second palier de ralentissement vers le 20ème jour du jeûne.
Comment expliquer ces paliers de ralentissement de la perte de poids ?
Pour éliminer, comme pour digérer, le corps a besoin de dépenser certaines de ses réserves vitales, comme les vitamines, les sels minéraux, les enzymes, de pair avec les autres réserves ordinaires, comme le sucre, les corps gras. Ces réserves vitales finissent par s'épuiser et l'élimination se ralentit.
Cela se manifeste par le ralentissement de la chute de poids.
Mais le corps ne se laisse pas prendre au dépourvu. Il s'arrange pour élaborer des transmutations biologiques qui transforment des aliments existants en ceux qui manquent. Par exemple, quand le corps manque de calcium, il prend le potassium et le transforme en calcium. lire à cet effet le l'ouvrage de Louis Kevran : les transmutations biologiques (courrier du Livre).
On y lira surtout que des poules à qui on a donné une nourriture complètement dénuée de tout calcium, ont continué à pondre des oeufs, comme si de rien n'était. Or on sait que la coquille est très riche en calcium. D'où ont-elles tiré ce calcium ? Peut-être aussi l'ont-elles tiré de leurs réserves.
Mais par la suite, cette capacité de l'organisme d'opérer des transmutations biologiques, finit par diminuer vers le 20ème jour du jeûne, et le poids se stabilise de nouveau. Il est inutile de poursuivre le jeûne maintenant, car le corps n'a plus cette capacité de transmutation des réserves. Il faut passer au second stade, celui du demi-jeûne. [pages 225 & 226]

 

QU'EST-CE QUE L'HYGIÉNISME par Évelyne CURT

Fiche n° 1 "Hygiénisme" par Évelyne CURT

 

Qu'est-ce que l'Hygiénisme ?


L'hygiénisme est l'art de vivre en bonne santé par le respect des lois de la nature et par la bonne connaissance des aliments spécifiques à l'espèce humaine.

L’Hygiénisme est une conception révolutionnaire de la santé, née aux États-unis au début du 19ème siècle, à l'initiative de médecins dissidents. Ses principes ont été affinés au 20ème siècle grâce au travail magistral du Dr américain Herbert Shelton (Dr en biologie et en philosophie) qui a fait de toutes les connaissances scientifiques éparses une magnifique synthèse des lois de la vie.


Cette conception est révolutionnaire au sens noble du terme, parce qu'elle est aux antipodes des modes de pensée habituels, lesquels ont engendré la diversité extraordinaire des systèmes médicaux.
L’Hygiénisme, au contraire, nous enseigne la vanité de la recherche ou de l'utilisation de remèdes ou de toutes sortes de thérapies.


L'hygiénisme nous permet de comprendre que :

Tout est régi par des lois naturelles. D'où l'importance de connaître les lois de la vie et celles qui régissent l'espèce humaine en particulier.

Dans la fabuleuse organisation de la vie interne cellulaire, il n'y a pas de place pour le hasard. En d'autres termes, la théorie fataliste des microbes, virus, bactéries est une
nouvelle démonologie insensée. Quant à la vaccination, elle est une nouvelle absolution illusoire.

Notre organisme, et lui seul, possède la prérogative de nous sortir du désordre (maladie) par son propre pouvoir d'auto guérison, sous réserve que l'on supprime l'origine du déséquilibre.
 Il existe un lien de continuité et d'évolution entre les différents états pathologiques: aigus, chroniques et de dégénérescence.


Contrairement à la médecine officielle qui traite les symptômes, l’Hygiénisme nous dit :

supprimer la cause et l'effet disparaîtra.


L’hygiénisme est donc un enseignement tiré directement de la vie, par l'observation de ses Lois. C'est le plus précieux bagage culturel auquel un homme sain d'esprit puisse rêver, car il permet de vivre libre et autonome de l'enfance jusqu'au soir de la vie.

En un mot, c'est un véritable art de vivre.

L'Hygiénisme enseigne les principes de base pour tous, mais chacun doit doser chaque facteur de santé selon son propre pouvoir d'assimilation pour devenir ainsi
l'artisan de sa santé.

Pour en savoir plus : le guide du débutant de Albert MOSSÉRI

 

[Note personnelle : "Le guide du débutant" est présenté au lien http://www.hygienisme.org/ et quelques extraits sont au lien
http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#Le_guide_du_debutant]

 

LES GRANDS PRINCIPES HYGIÉNISTES par Évelyne CURT :

Fiche n° 2 "Les grands principes hygiénistes" par Évelyne CURT

 

LES GRANDS PRINCIPES DE L'HYGIÉNISME


Ces principes nous sont enseignés par Albert Mosséri.
Il nous les transmet avec la plus grande clarté et la plus grande générosité dans tous ses livres.
Il est nécessaire de les relire régulièrement afin d'apprendre à voir ces principes dans tous les évènements de notre vie quotidienne, et continuer à corriger nos habitudes.


Le retour à un mode de vie hygiéniste repose sur trois points clefs :
1 – connaître les lois de la nature vivante, savoir respecter tous nos besoins fondamentaux, apprécier notre vitalité et notre capacité de récupération.
Une personne mal portante qui mange un aliment avarié aura le lendemain une diarrhée pour l'expulser.
Une personne bien portante qui mange le même aliment le vomira sur le champ.

2 – reconnaître et interpréter les symptômes d'élimination, évaluer le niveau et l'origine de la toxémie.
Cela consiste à trouver toutes les causes possibles, et à les supprimer, par ordre d'importance, de sorte que la toxémie commence à diminuer.

3 – recréer les conditions favorables à l'élimination par le repos complet prolongé et le jeûne, qui doit être surveillé par une personne détachée, bienveillante et
compétente.
L'élimination véritable commence au niveau de toutes les cellules du corps.
Ces cellules rejettent dans le sang toxines et déchets, qui sont ensuite évacués par les émonctoires.


Autrement dit, notre corps est un aquarium où circule une eau trouble ; 3 actions doivent être menées en parallèle pour le purifier :
1 – remplir avec de l'eau propre (connaître nos besoins et prendre de bonnes habitudes)
2 – arrêter d'ajouter de l'eau sale (trouver la cause et arrêter les mauvaises habitudes)
3 – gratter tous les anciens dépôts (favoriser l'élimination par les cellules de toutes les toxines accumulées).


« Un mode de vie simple, ordonné, naturel, sobre, une pensée élevée, noble, aimante rendent la vie plus belle et contribuent à la joie de vivre. »

 

NOTES SUR L'EAU par Évelyne CURT

Fiche n° 7 "Notes sur l'eau" par Évelyne CURT

 

Notes sur l'eau


Bien comprendre que l'eau pure osmosée est totalement neutre et sans danger, on peut boire jusqu'à saturation.
Le danger ne vient pas de l'eau pure, mais de l'excès de toxines dans le corps, qui par un excès d'eau vont être dissoutes et circuler dans le corps sans pouvoir être évacuées assez rapidement.
L'excès d'eau est une transition nécessaire pour diluer les toxines des aliments concentrés qui se sont accumulées avec le temps.

Donc, boire de l'eau jusqu'à saturation s'inscrit dans les mêmes conditions que le jeûne, c'est-à-dire avec une préparation préalable progressive de mise en pratique de l'hygiénisme – suppression de tous les aliments salés et diminution des aliments concentrés, et préférence aux aliments aqueux, crus et non acides – et dans les conditions de repos et de chaleur favorisant l'élimination.

On peut même dire que pour un hygiéphile, boire de l'eau va atteindre les tissus plus en profondeur et dissoudre les vieilles calcifications résiduelles, alors qu'avec une alimentation ordinaire, un excès d'eau ponctuel peut certes soulager une douleur, un malaise, une constipation, mais risque aussi de trop diluer le bol alimentaire, d'entretenir un oedème, et n'aura pas d'efficacité en profondeur.

Boire de l'eau n'est pas toujours agréable : frissons, sensations de lourdeur, écoeurement, trop plein, indigestion, ballonnements, gargouillements, forces coupées, ... Mais n'est-il pas plus dangereux de garder des toxines et la rigidité des tissus, causés par les dépôts de matières inertes et desséchées ?

De même que pour la nourriture, le stress donne envie de manger des aliments concentrés, c'est pareil pour l'eau : le stress enlève l'envie de boire, on a l'impression que « ça ne passe pas », et c'est le cercle vicieux de la toxémie, au plus on est intoxiqué, au plus on mange des aliments concentrés et au plus il est difficile de boire et de jeûner. La difficulté à boire est liée au stress et à la toxémie, et non à l'absence du besoin d'eau. Attention : au plus on mange d'aliments concentrés, au moins on ressent la soif et au plus on a des réticences à boire.
Le refus de boire dénote la peur du changement, le refus d'aller plus loin, la difficulté à affronter et éliminer de vieilles émotions, et des toxines difficiles à éliminer, comme les métaux et les graisses cuites.

L'eau s'accorde avec le jeûne, et quand on suit l'hygiénisme, on pratique souvent le jeûne matinal, c'est le moment de boire, même si on n'a pas le temps ou les forces pour prolonger le jeûne.
Si on jeûne plusieurs jours, on peut boire à tout heure, mais souvent, on respecte spontanément le rythme de l'élimination qui est de boire surtout la nuit et le matin, pas ou peu l'après-midi, et reprendre à la tombée du jour.
L'important est la quantité totale sur une journée ; on peut rester plusieurs heures sans boire, si on est au repos, sans malaises et sans douleurs. Mais si on marche l'après-midi, alors toujours emporter une bouteille d'eau, car la marche peut déclencher la soif ou un malaise.

Le stade le plus représentatif de l'élimination est le demi-jeûne : à la fin du jeûne, on a de plus en plus de difficulté à boire, et dès qu'on passe à la deuxième phase du jeûne, qui est le demi-jeûne, en prenant environ 700g de fruits aqueux dans l'après-midi, l'élimination est relancée et la soif revient.
Les fruits apportent l'énergie et les éléments catalyseurs (vitamines, enzymes, minéraux, ...), l'eau est le véhicule qui permet les échanges et les évacuations. En demi-jeûne, l'eau des fruits ne suffit pas à hydrater suffisamment le corps pour diluer et transporter les dépôts de sels, de cristaux, de « colles », qui sont éliminés par les cellules quand l'énergie remonte ; il faut parfois plusieurs litres d'eau pure. D'autre part, si on consommait une plus grande de fruits, cela pourrait couper ou ralentir
le travail de l'élimination, en apportant trop d'éléments nutritifs.
Demi-jeûne = repos complet + beaucoup d'eau + peu de fruits.
Le demi-jeûne montre donc bien la différence de fonction entre l'eau des fruits et l'eau pure.
La soif dans le demi-jeûne se manifeste surtout la nuit et le matin, on peut être réveillé la nuit par la soif, c'est-à-dire en phase d'élimination, alors que les fruits sont consommés l'après-midi, en phase d'assimilation, quand l'énergie est disponible.

Pendant le demi-jeûne, le critère est la soif, c'est-à-dire que quand le demi-jeûne est terminé, si on va jusqu'au bout, les éliminations s'arrêtent, la soif s'arrête ; alors on sait qu'il faut passer à la dernière phase qui est la reprise, qui est en quelque sorte la période de convalescence où on reprend doucement l'activité en commençant par marcher, sans faire d'efforts violents.

A la fin du demi-jeûne, quand la soif s'arrête, les premiers jours de reprise sont parfois les moments les plus difficiles, car la plupart du temps, la détoxination n'est pas complètement terminée, mais le potentiel est épuisé pour pouvoir aller plus loin.
Le plus souvent, comme on ne va pas jusqu'au bout du demi-jeûne, il est bien de continuer de boire encore beaucoup pendant les premiers jours de la reprise d'activité, car chaque stade de la reprise peut déclencher une nouvelle élimination, de même qu'on peut encore avoir besoin de quelques moments de repos.

En dehors des périodes de jeûne, et si le corps n'est pas en élimination, on peut ne pas boire du tout.

Avec une nourriture exclusivement crue, le corps ne transpire pas, pas de déperdition d'eau, pas de rétention d'eau non plus, pas d'oedème, ni d'obésité, pas de douleurs,car nous ne consommons pas de sels toxiques, ni médicaments.
Mais à tout moment, le corps peut déclencher une détoxination sans prévenir !
Dans ce cas, aussitôt, se reposer et boire de l'eau, sinon l'élimination entraîne la tentation de revenir aux aliments malsains dont le corps est en train d'éliminer les résidus

Rester de longues périodes sans boire n'est pas conseillé non plus, même si on est en bonne santé, du moment que l'on ne pratique pas une nourriture parfaite, c'est-à-dire si on mange tant soit peu : trop d'aliments concentrés, des aliments cuits, des produits traités (même les produits bio sont traités), si on fait des écarts réguliers, si on est en contact avec des pollutions qu'on ne peut éviter, par l'air, la poussière, etc, et en état de stress quelconque.
Il est souhaitable de boire, aussi si on pratique l'hygiénisme depuis peu de temps, si on a commencé à un âge avancé, si on a encore des symptômes anciens ou chroniques. Toutes les personnes qui ont des problèmes de vue, ou d'audition, ou de calcifications, de raideur, et donc toutes les personnes âgées devraient boire beaucoup, à titre curatif et préventif aussi, sinon les aliments cuits, ceux que l'on cuit soi-même, ou bien les fruits séchés par exemple, vont provoquer des dépôts dans toute la micro-circulation, en particulier les endroits sensibles comme les yeux et les oreilles.

Comment boire pour dissoudre les cristallisations et relâcher les micro-tensions du corps ?
Par exemple, une fois par semaine, boire 2 litres le matin, et tous les jours ½ litre, c'est le minimum.
Plus si on peut, on peut aller jusqu'à saturation, et à jeun (sauf urgence !)
On va constater 3 phases :
1 – si on a du mal à boire, il faut passer un cap et boire un ou deux grands verres pour débloquer
2 – ensuite, on peut boire facilement une grande quantité, parfois 1 ou 2 litres en peu de temps
3 – puis on sent que le corps est réellement saturé, là on peut arrêter de boire, on sent l'eau qui circule partout dans tout le corps et là, l'eau peut servir à dissoudre toutes les vieilles calcifications, même dans les yeux, le cerveau, les oreilles, les os ... si besoin, il faut s'allonger, se couvrir pour avoir bien chaud, et ne pas manger avant 1 ou 2 h pour que ce travail soit terminé.

Au plus on jeûne, au plus le jeûne devient facile, et on ressent dès que le corps le demande, avant même d'être malade. Pareil pour l'eau, après une période de transition, on boit facilement et on ressent mieux le besoin de boire, qui ne s'exprime pas toujours par la soif.
Sans toxémie, l'eau est agréable, comme la vraie faim est agréable, et comme le jeûne est facile

 

« QU'AVEZ-VOUS MANGÉ AUJOURD'HUI ? » par Évelyne CURT :

Fiche n° 9 « Qu'avez-vous mangé aujour'hui ? » par Évelyne CURT

 

« QU'AVEZ-VOUS MANGÉ AUJOURD'HUI ? »

Ceux qui découvrent l'hygiénisme posent souvent ces questions :
Que mangez-vous dans une journée? les heures de prise des repas et les quantités ?
Il faut surtout bien analyser notre fonctionnement et observer ce qui l'influence :
les facteurs que l'on ne peut pas changer :
– les rythmes biologiques communs à tous que décrit l'hygiénisme
– les rythmes personnels de chacun (horaires de sommeil, ...)
les facteurs très variables d'une personne à l'autre, et qui évoluent :
– le capital-santé (énergie, vitalité, toxémie, symptômes, ...)
– les contraintes extérieures (les horaires de travail, le climat, les approvisionnements ...)
C'est en tenant compte de tous ces facteurs que vous pourrez appliquer dans votre vie ces règles de base qui sont les trois piliers de l'hygiénisme, afin de trouver la façon de manger qui vous assure une santé parfaite :

        1) attendre la vraie faim pour manger
Le corps élimine la nuit et le matin, et assimile l'après-midi. Il ne fait pas les deux en même temps, donc si on mange avant que les éliminations du matin soient terminées, on arrête cette élimination et on va accumuler la toxémie.
Comment savoir à partir de quelle heure le corps est prêt à manger ? ... lire les ouvrages d'Albert Mosséri expliquant comment reconnaître la vraie faim et la fausse faim.
Attendre la vraie faim peut amener à sauter un repas de temps en temps, et souvent jeûner plusieurs jours ; on retrouve la sensation de la vraie faim au bout de quelques jours de demi-jeûne.

        2) ne consommer que les aliments spécifiques à l'espèce humaine
Un poison est toujours un poison, quel que soit la quantité et l'heure.
Il vaut mieux manger un kg de pommes qu'un seul gramme de pain !
Une salade verte ou une pomme n'est pas un aliment toxique quelle que soit l'heure où on la mange.
Pas d'aliments industriels ! Votre corps sait faire la différence.

        3) manger en respectant les combinaisons alimentaires
Attendre la faim, ne manger que des aliments spécifiques sont les deux premières conditions à la santé, mais si on mange plusieurs aliments au même repas, il faut encore être sûr qu'ils soient compatibles.
La noix et la tomate sont deux aliments spécifiques, mais si on mange les deux au même repas, il y a toujours indigestion.

Si on n'arrive pas tout le temps à respecter ces trois conditions pour une parfaite santé, on a déjà de bons résultats si on peut respecter au moins deux sur trois.
Pour exemples :
– la vraie faim et les combinaisons : une tranche de pain essene le soir avec crudités et pas de fruit.
– la vraie faim et les aliments spécifiques : une salade à 13h avec carottes, pommes, endives et avocat
– les aliments spécifiques et les combinaisons : un repas de fruits le matin.
Vous l'aviez déjà compris : le [café-jus d'orange- pain-beurre-confiture] du matin, c'est tout faux : cela revient à manger sans faim, des aliments toxiques et en mauvaises combinaisons !!!
Très résumé : pas d'aliments concentrés le matin, pas de protéines/glucides avec les fruits, pas d'aliments toxiques.

Donc, au final, peu importe les horaires, les quantités, les aliments, du moment que l'on respecte ces trois règles au mieux de ses possibilités. Dans la pratique : un aura faim à 10h et l'autre à 13h – un dort 4 heures et l'autre 8 heures, un aime les fraises et l'autre les mangues – un fait deux repas et l'autre en fait quatre, un mange 1kg par jour et l'autre 3 kg - un ne mange pas le matin et l'autre ne mange pas le soir – un a mal auxdents et l'autre non – etc...

Faites ce qui vous convient, ce qui vous rend la vie plus facile !
Écoutez votre rythme, vos goûts, vos symptômes, et juste lâchez les idées préconçues, les a priori, les mauvaises habitudes, tout ce qui est contrainte, tout ce que vous n'avez pas vous-même décidé, ... rebellez-vous !


La discipline de l'hygiénisme conduit à la plus grande liberté.

 

BASES DE LA PRATIQUE HYGIÉNISTE par Évelyne CURT :

Fiche n° 17 "Bases de la pratique hygiéniste" par Évelyne CURT

 

BASES DE LA PRATIQUE HYGIÉNISTE


PAS DU TOUT DE MÉDICAMENTS, tous sont des poisons mortels,

PAS UNE SEULE GOUTTE D'ACIDE, l'acide est un décapant, pas un aliment,

PAS DU TOUT DE SEL DE CUISINE, il est inflammatoire, mais on peut prendre de l'eau de mer.


BOIRE DE L'EAU PURE (NON BOUILLIE), À JEUN, ET LE PLUS POSSIBLE, on peut boire le soir au coucher, pendant la nuit, le matin tant qu'on n'a rien absorbé (ni boissons, ni aliments), et une demie-heure avant chaque repas.


COMMENCER CHAQUE REPAS PAR BEAUCOUP DE CRUDITÉS, fruits bien mûrs et/ou légumes crus variés, sans sauces,
si cela ne suffit pas à combler la faim,
on peut rajouter en petites quantités et en alternant : figues séchées, dattes, ou banane crue, écrasée, ou cuite, pommes de terre vapeur, châtaignes (entières, farine ou purée), pain essene, caroube, manioc, jaunes d'oeufs crus, avocat, un peu d'huile, noix de coco fraîche lentilles germées, haricots mungo germés, ...
Penser aussi aux aromates frais (menthe, persil, estragon, oignon, gingembre, vanille ...)


BIEN ÉQUILIBRER LES TEMPS D'ACTIVITÉS ET DE REPOS, respecter le besoin de sommeil, heures et rythme, veiller à ce que la récupération dans le sommeil soit complète, prendre des temps de repos complet dans la journée (sieste, relaxation, ...), prendre du temps pour une activité agréable (lecture, chant, promenade, ...)


... ET DE TEMPS EN TEMPS FAIRE LE BILAN accepter les périodes de maladies comme très importantes et prioritaires.
Faire un jeûne régulièrement et en prévention, au moins deux fois par an

 

LE JEÛNE MATINAL par Évelyne CURT :

Fiche "Le jeûne matinal" par Évelyne CURT

 

Le jeûne matinal
« Faut-il déjeuner le matin ? »


Albert Mosséri, « jeûner pour revivre » pages 147 à 153, « le jeûne matinal » :
« Ce jeûne consiste à sauter le repas du matin tous les jours de l'année. »

Ces pages sont à lire pour comprendre pourquoi manger le matin est contraire aux lois de la physiologie.
« L'élimination se passe surtout la nuit et au réveil elle n'est pas encore terminée. »

Aussi pour mesurer tous les avantages que l'on obtient sur le confort de vie, la santé, et toutes les facultés...
« Ce fut une délicieuse expérience qui me parut à ce point concluante, que immédiatement je renonçai à tout repas le matin. »
« La suppression du petit déjeuner dans mon cas personnel me dota d'une vie nouvelle. »

Pourquoi alors tant de gens mangent le matin, croient et affirment que cela leur est nécessaire ?
Lire :
A. Mosséri « la santé par les aliments compatibles », pages 41 à 44, et « le guide du débutant », pages 1à 9, pour comprendre comment faire la distinction entre la vraie faim et la fausse faim, reconnaître les symptômes de l'élimination, laisser le corps terminer ce travail, et reconnaître les signes indiquant que le corps est à nouveau prêt à digérer.

C'est souvent le premier pas dans l'hygiénisme, et le plus simple : ne pas manger le matin.


Avant de commencer l'hygiénisme, tous les gens sont dans l'état de tolérance aux aliments malsains, dans la fausse faim, et dans les tentations de la stimulation.
Le « jeûne matinal » convient à tous , à de rares exceptions près ;
par exemple, les personnes qui ont l'habitude de ne pas manger le soir, peuvent commencer plus tôt le lendemain, puisque l'élimination pourra commencer plus tôt le soir, dès la tombée du jour.
Donc vous pouvez, pour vous-même, trouver le nombre d'heures entre le dernier repas du soir et le premier repas du lendemain, qui correspond à votre rythme et au retour de la vraie faim.

En fait, le jeûne matinal consiste simplement à respecter dans le rythme biologique journalier, l'alternance de l'assimilation et de l'élimination ; il est donc idéal d'en faire une habitude permanente, quelles que soient les circonstances.

Certains diront « je ne peux pas », trouvant un prétexte ; alors en transition, commencez par supprimer du petit déjeuner tous les aliments malsains, céréales, graisses,
... trouvez des astuces pour les remplacer agréablement.
Et profitez des jours de congé, par exemple, pour ne rien manger jusqu'en début d'après-midi.

Le jeûne matinal permet une régulation très rapide des fonctions organiques, mais ne suffit pas pour un nettoyage en profondeur.
Pour cela, il faut de temps en temps le prolonger (jeûner 24h, 36h, quelques jours...).
Si on ne peut pas, alors en attendant, profiter des jours de congé, pour faire le jeûne matinal avec le repos complet, en restant couché toute la matinée sans activités, et manger 1 fruit en début d'après-midi, quand vous sentez que les éliminations s'arrêtent.

Le jeûne au repos est le seul moyen de diminuer la toxémie ancienne des cellules – celle dont souvent on n'a même pas conscience !
Bien sûr, quand le jeûne se met en route, vous sentirez peut-être qu'un matinée ne suffit pas !
Mais, c'est mieux que rien, ne reportez pas.
D'autant qu'avec la pratique, le corps prend l'habitude de se mettre de plus en plus rapidement en détoxination profonde.
Et de toute façon, la plupart du temps, on arrête le jeûne avant que l'élimination qui aurait pu se faire dans ce jeûne, ne soit terminée, faute de temps.
Un seul jeûne, même s'il est accompli jusqu'au bout ne peut arriver au bout de la détoxination...

Et toujours rechercher la cause et rétablir un mode de vie compatible avec la santé.

 

[Note personnelle : "Le guide du débutant" est présenté au lien http://www.hygienisme.org/ et quelques extraits sont au lien
http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#Le_guide_du_debutant

Un site présente le jeûne matinal sous le titre "Le jeûne intermittent" au lien http://naturo-passion.com/jeune-intermittent/

Vois aussi ikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Je%C3%BBne_intermittent]

 

LES COMBINAISONS ALIMENTAIRES par Évelyne CURT :

Fiche n° 10 "Les combinaisons alimentaires" par Évelyne CURT

 

LES COMBINAISONS ALIMENTAIRES
Comprendre le principe de base


Le principe des bonnes et mauvaises combinaisons alimentaires repose sur des vérités physiologiques ; rien de dogmatique.
Il peut être appliqué avec tous les types d'alimentation.

Chaque sorte d'aliment provoque un processus de digestion adapté à cet aliment.
Et si on mange ensemble des aliments de nature différente, il y a indigestion et donc intoxication.

Deux types d'indigestion : celle liée aux aliments malsains, qui sont dénaturés et/ou non spécifiques, et celle liée aux aliments sains mais incompatibles entre eux.
Même en pleine nature, si vous avez un poirier et un noyer, il vaut mieux ne pas manger ensemble des poires et des noix, c'est le principe des bonnes et mauvaises combinaisons.

Les deux extrêmes sont d'un côté l'alimentation classique et de l'autre l'alimentation dissociée.

En pratique, le respect des bonnes combinaisons permet d'éviter l'alimentation totalement dissociée, tout en favorisant une digestion et une assimilation parfaites.

L'alimentation classique consiste à manger un peu de tout à chaque repas, c'est la notion de repas équilibré.

Cette tendance est due à toutes les idées fausses sur nos besoins alimentaires et notre physiologie ; idées fausses qui servent de prétexte pour justifier notre recherche de mélanges nocifs qui sert en réalité à calmer la fausse faim et à tromper le plaisir gustatif.
Chaque « plat » est souvent déjà par sa préparation un mélange de différents aliments, et adjuvants, qui ne tient pas compte des bonnes associations, et donc provoque une rapide dégradation de l'état de santé.

L'alimentation dissociée consiste à manger un seul aliment par repas.
Par aliment, il faut comprendre un aliment naturel, non fabriqué à partir de plusieurs autres, et mangé sans rajouter de sauces ou condiments.
C'est un bon test pour savoir si un aliment est correct.
C'est une bonne expérience à faire sur une courte période allant jusqu'à quelques semaines, et surtout quand on dispose de fruits et légumes de saison, frais, juteux et savoureux.
On peut également procéder par monodiètes : un seul aliment pendant plusieurs jours.
Il faut tenir compte des temps de digestion de chaque aliment pour l'espacement des repas.

Les peuples traditionnels
nous montrent l'exemple d'une très bonne santé avec des types d'alimentation très peu variée et identique depuis des générations.

Les associations invisibles
sont celles des aliments naturels avec les pollutions invisibles.
Ces pollutions sont, soit celles que nous absorbons chaque jour par notre environnement ou par nos aliments, soit celles qui sont déjà présentes dans le corps car accumulées dans le passé, depuis celles que la mère a transmis par la grossesse et l'allaitement, puis celles accumulées pendant toute la vie.
Nous devons penser à ces associations invisibles pour interpréter les symptômes, et pour choisir notre alimentation.

Nous devons penser que le corps ne peut pas faire chaque jour le travail d'élimination, et que la quantité de toxines venant de la nourriture, des médicaments et de toutes les pollutions, qui restent logées dans tous les tissus et à l'intérieur de chaque cellule augmente tout au long de notre vie.
La détoxination cellulaire est pour le corps un « travail à temps complet », qui n'est possible que pendant un jeûne, ce que démontre la pratique du jeûne hygiéniste qui se fait uniquement avec le repos complet.
En période d'élimination, il est préférable de ne consommer aucun fruit acide, ni oléagineux, car le corps élimine toujours des acides, des médicaments, des métaux, etc.
Seules les personnes ayant retrouvé une excellente santé, indépendamment de leur vitalité, peuvent manger exclusivement des fruits pendant de longues périodes.

La capacité enzymatique est un des indicateurs de notre niveau de santé ; elle découle de tous ces facteurs : héritage du passé, et toutes les pollutions ; elle varie d'une personne à l'autre et permet de comprendre que nous n'avons pas les mêmes tolérances.


Comment procéder en pratique.
Les bonnes combinaisons demandent de réfléchir avant chaque repas pour choisir des aliments compatibles, et il faut y penser déjà au moment de faire ses courses.

Avant de commencer un repas, nous devons prendre le temps pour :
– évaluer de quels aliments nous disposons, et pour chacun, de quelle quantité et de quelle qualité
– ressentir quels sont les besoins prioritaires de mon corps, à ce moment, et sans faire appel au mental
– savoir quels sont les aliments compatibles entre eux, et dans quel ordre il est préférable de les manger
– Nous pouvons alors composer notre repas, en fonction de ces trois facteurs ; cette préparation vaut bien mieux que toutes les recettes de cuisine !
– Au moment de faire les achats, il est bien de déjà faire cette réflexion, afin de ne pas acheter trop d'aliments incompatibles, et de prévoir pour disposer chaque jour d'une gamme de produits en quantité et en qualité suffisantes.

Pour cela, il faut bien connaître plusieurs classifications :
aliments crus et aliments cuits
aliments non acides et aliments acides
aliments aqueux et aliments concentrés

La nourriture hygiéniste idéale consiste à ne consommer que des aliments crus, non acides et aqueux.

Dans ce cas, la question des combinaisons alimentaires ne se pose quasiment pas.

Très peu de personnes pratiquent la nourriture idéale toute l'année, mais par contre, nous devons tous le faire plusieurs fois par an, le plus longtemps possible, selon son état de santé, et en augmentant progressivement la durée.

Dès qu'on s'écarte de la nourriture idéale, on doit veiller aux bonnes combinaisons. C'est-à-dire, chaque fois que l'on rajoute des aliments cuits, ou acides ou concentrés.

Les aliments cuits sont ceux qui ont été chauffés à plus de 40°C, soit par la cuisson, soit par les procédés de conservation et de maturation.
Les aliments acides sont détectés par la couleur et le goût. On doit toujours préférer les moins acides.
Les aliments concentrés sont classés en sucres, graisses, protéines (glucides, lipides, protides).


Les règles de base sont :

protéines et acides est le mélange le plus dangereux,
car aucun des deux ne peut être correctement digéré, c'est le plus irritant et le plus acidifiant.

protéines et sucres, graisses et sucres sont incompatibles
ce mélange est moins dangereux, mais il bloque les éliminations, provoque des mucosités, fait prendre du poids.

manger chaque aliment séparément et dans un certain ordre facilite la digestion et l'assimilation.
Perdre les habitudes de rajouter des sauces, des boissons, des desserts, ...

les légumes crus (fruits, feuilles et racines) sont compatibles entre eux et avec tous les autres aliments.
Avoir toujours la plus grande variété de légumes. Tous se conservent facilement une semaine et plus. Il faut goûter tous les légumes crus, car presque tous peuvent être consommés crus. En période de transition, pour ceux qui ont des difficultés de mastication, pour les enfants, pour les personnes âgées, ou très déminéralisées, très acidifiées, avec des difficultés de santé, .... ou simplement pour le plaisir, il est nécessaire d'utiliser un extracteur de jus (jus ou légume écrasé) qui permet d'en manger en plus grande quantité, à toute heure, et en faisant de délicieux mélanges.

Les aliments les plus acides doivent être pris en premier.
Les aliments les plus juteux, en premier, après les plus acides.
Les protéines, en premier.
Les graisses, en dernier.
Les légumes cuits, en dernier, après les crudités, avant les graisses ou les fruits secs doux.
On peut aussi respecter cet ordre tout au long de la journée, et prendre en dernier les aliments qui ralentissent le transit ; sinon, il faut attendre un temps plus long entre les repas, ou bien intercaler un repas de légumes crus, qui servent d'aliments « tampons ».

Comme exemple, si on consomme habituellement : amandes - oranges - pommes - dattes - avocats - carottes crues - salades vertes - jaunes d'œufs crus - légumes cuits - pain essénien – pastèque

Classification : aliments aqueux :                            pastèque – salade verte – orange – pommes – carottes crues - légumes cuits
                       aliments concentrés : - sucrés       : dattes
                                                         - protéinés : amandes - jaune d'œuf cru – pain essénien
                                                         - gras         : avocats
                        aliments acides :                             orange, pommes (selon la variété et la maturité)

On ne doit jamais cuire les aliments concentrés, ni les fruits

sauf les bananes ; on peut les cuire car elles ne sont pas acides.
Il faut absolument éviter les olives et tous les fruits oléagineux du commerce, qui sont tous séchés à forte température, (arachides, noix de cajou, etc.), à l'exception des amandes ; également sous forme de purées, car ils sont grillés avant d'être broyés.
Sont moins dangereux, mais il est mieux de les éviter : les avocats passés au maturateur, la noix de coco séchée, etc.
Tous les fruits secs doux du commerce sont aussi irritants et acidifiants, car séchés à forte température (bananes, abricots, ...), à l'exception de certaines variétés de dattes et de figues.
Également à éviter : les sauces tomates (car ce sont des fruits), compotes, confitures (même sans sucre), les jus de fruits en bouteilles, etc.

Donc, on ne peut cuire que les légumes
; en général, on préfère cuire les racines, pommes de terre, graines germées, car les légumes aqueux sont faciles à manger crus.

Dans les exemples de menu suivants, supprimez l'aliment incompatible et classez dans l'ordre :
dattes - pommes
bananes - pommes
avocat – tomate – fenouils - noix
dattes – oranges - salade verte orange - salade verte - dattes
pain éssénien - haricots verts - salade verte
noix - carottes - figues sèches - chou

Corrections :
pommes - dattes
pommes - bananes
noix – fenouil - avocat ou tomate – fenouil -avocat
orange - salade verte - dattes
salade verte - haricots verts - pain éssénien
noix - carottes - chou ou carottes – chou - figues sèches


et n'oubliez pas les combinaisons invisibles :

– dans tous les aliments que vous achetez :
dans les fruits et légumes : tous les engrais de culture, dans les jaunes d'œufs : les farines de céréales, etc.

– dans l'environnement : évitez tout contact avec des produits toxiques, au travail, à la maison, ...

Tous les produits de ménage sont extrêmement dangereux et inutiles. Le liquide de vaisselle écologique est le moins dangereux, le plus économique et convient pour tous les travaux de ménage (sol, vitres, lessive du linge, voiture, etc.)

– dans notre corps : les toxines alimentaires, les médicaments, les vaccins, les plombages, etc... les éléments polluants en circulation et ceux qui sont expulsés des cellules et repassent dans le sang en période d'élimination, se combinent avec les aliments en cours de digestion, et ont toujours plus ou moins déjà altéré toutes les fonctions.

Quelles que soient les difficultés et symptômes, toujours augmenter la quantité de légumes crus et diminuer les fruits et les légumes cuits.
Jeûnez aussi souvent que possible.

 

QUE FAIRE EN CAS DE DOULEURS ? par Évelyne CURT :

Fiche n° 20-21 "Que faire en cas de douleur ?" par Évelyne CURT

 

Que faire en cas de douleurs ?



La douleur est un symptôme d'élimination, donc une réaction bénéfique pour la survie, mais qui doit rester supportable et ne doit pas durer, comme c'est le cas dans un jeûne (douleurs pendant la nuit puis qui s'arrêtent la journée), ou après des excès (courbatures, indigestion, etc, qui se résorbent en deux ou trois jours).

La toxémie chronique
, qui est à la fois d'origine alimentaire et médicamenteuse, entraîne des douleurs qui peuvent être insupportables ; même après des années d'hygiénisme, des crises violentes peuvent survenir, car le corps continue de nettoyer les tissus en profondeur, ou bien parce que nous continuons à faire certaines erreurs, sans en avoir conscience, ou en sous-estimant leur conséquence et leur degré de gravité.

Comment répondre à la question : « Faut-il soulager la douleur ? »
Ça dépend : quel type de douleur, combien elle dure, et par quel moyen on la soulage ?


Une douleur d'élimination, même violente, mais qui ne dure pas et se résorbe en quelques heures ne nécessite pas de traitements ; c'est l'attitude hygiéniste : "attendre que ça passe", ce qui signifie laisser le corps faire lui-même le travail de guérison qu'il a commencé, et le laisser aller à son terme.

Pour les personnes très intoxiquées mais de bonne vitalité : le changement alimentaire en passant à la nourriture hygiéniste (y compris l'eau et le jeûne), peut suffire pour que les crises douloureuses deviennent supportables et que la guérison puisse aller à son terme.
On doit être sûr que l'arrêt des crises douloureuses soit bien une amélioration progressive, et non une accalmie entre deux crises : l'élimination s'arrête alors car les conditions ne sont pas favorables, mais repartira plus fort ultérieurement, car la toxémie continue d'augmenter ...).
La surcharge alimentaire, l'insuffisance d'eau, le sport, l'activité, le travail, les tensions, les contrariétés, les émotions négatives, les mauvaises compagnies, ... empêchent les éliminations.

Prendre l'habitude de s'accorder régulièrement des périodes favorables au travail de l'élimination
, même si on n'a pas conscience de notre toxémie, car c'est dans le repos qu'elle se révèle le mieux.

Le premier des calmants pour toute douleur inflammatoire est de boire plusieurs verres d'eau froide (à la température normale). Certaines personnes ont des difficultés à boire l'eau pure : aller progressivement, programmer la détoxination, manger moins et boire plus, pratiquer la relaxation et faire des jeûnes courts.

Toute douleur est due à un excès de sels, d'acides et de métaux
(absorbés depuis le début de sa vie par les aliments, les médicaments, la pollution ...) ; tous les tissus en sont gorgés (y compris les os et le système nerveux), il faut des années de nourriture correcte pour s'en débarrasser ...
Les médicaments pour arrêter la douleur vont, à long terme, amplifier les douleurs et les rendre de plus en plus insupportables, de même que la consommation de sels et d'acides dans l'alimentation.

Donc quand on commence l'hygiénisme, on commence par supprimer complètement de la nourriture tout ce qui contient sel et/ou acides : le sel de cuisine (séché à 200°, il est très inflammatoire) et tout ce qui en contient : fromages, pains, biscuits, conserves, plats préparés, olives, ... l'alcool, le vinaigre, et tous les aliments préparés qui en contiennent : cornichons, moutarde, sauces, etc... (lire les ingrédients).
Pas de sel dans l'eau de cuisson.
Attention aussi aux fruits pas assez mûrs.
Pas d'agrumes qui sont trop acides, pas de fruits cuits (sauf s'ils ne sont pas acides comme la banane), pas de confitures, ni jus en bouteilles, etc.
Fruits mûrs, légumes crus, pommes de terre vapeur, ... conviennent, avec priorité aux jus de légumes frais et à tous les légumes frais et mangé crus.

Si la toxémie est trop grande, et la personne trop faible, si les douleurs durent, alors il faut soulager la douleur
par des moyens qui n'augmentent pas la toxémie, c'est-à-dire sans médicaments et autres produits dangereux.
Il faut absolument éviter tous les médicaments, tous les traitements intoxiquants et illusoires qui sont d'autant plus dangereux quand on est déjà affaibli, c'est alors l'engrenage infernal, dont il est difficile de sortir.

Certains moyens de soulager la douleur, ne sont pas intoxiquants, et même s'ils ne suppriment pas la cause, ce sont des aides en période de transition vers l'hygiénisme, et à tout moment pour éviter la tentation de revenir aux médicaments, pour calmer des symptômes trop violents, pour ceux qui ne peuvent pas arrêter leur travail, etc ... ; ces moyens sont : l'homéopathie, l'ostéopathie, l'acupuncture, etc. (attention : très rares sont les praticiens compétents, et on peut aussi apprendre soi-même certains soins), l'argile, la chaleur, les bains, etc.
Ces techniques, bien employées, associées autant que possible au repos, à la tranquillité et au changement alimentaire, aident sans contrarier le travail de détoxination, sans augmenter la toxémie, et sont un soutien pour les personnes affaiblies.
Et ils seront d'autant plus efficaces que l'on commence aussi la nourriture et le mode de vie hygiénistes, c'est-à-dire que l'on recherche et supprime la cause des symptômes.

Le repos est toujours préférable, et le surmenage est dangereux.

Bien que l'activité puisse aussi être un soutien moral, une compensation à des difficultés familiales, pour aider à traverser des périodes de changements difficiles ou de dépression.

Très important d'être aussi à l'écoute de sa propre détresse psychologique, de ses propres schémas mentaux de destruction, de ses mauvaises habitudes de comportement, etc, qui sont des barrières au rétablissement complet.
Le repos favorise aussi cette écoute intérieure.
Mais surtout, ne pas tomber dans le piège de la psychologie officielle, tout à fait identique à celui de la médecine (lire les livres d'Alice Miller).


En conclusion, ne jamais laisser un organisme dans une souffrance qui se prolonge : on constate dans la cure de jeûne (jeûne et demi-jeûne) que le corps gère la détoxination de façon progressive, pour qu'elle soit supportable, et même si certains moments sont plus pénibles, le corps alterne des moments de travail et de repos, selon les rythmes naturels. Et dès que le corps n'a plus assez de forces, le demi-jeûne apporte ensuite le soutien pour prolonger ce travail.

Attention : le jeûne n'est pas toujours le moyen le plus approprié, en cas de crises violentes, de grande faiblesse, ou toutes autres conditions défavorables, ... mais il faut y revenir dès que possible, comme le seul moyen de remédier aux erreurs du passé, de corriger son mode de vie, de laisser le corps s'exprimer, de mieux comprendre son fonctionnement
Au fur et à mesure que l'état général se restaure, jeûner devient de plus en plus facile, surtout si on fait des jeûnes rapprochés, à chaque fois que le besoin s'en fait sentir, et sans attendre d'être en état de saturation ou d'épuisement.


Ne pas accepter une douleur qui dure : soit on n'a pas éliminé la cause, soit l'organisme a besoin d'un soutien.
Rechercher immédiatement toutes les causes possibles, anciennes et présentes, se donner toutes les conditions favorables à l'élimination, et si besoin, soutenir l'organisme dans son effort de rétablissement, par tous moyens naturels.
Nombreux sont les moyens de rendre la douleur supportable sans entraver le processus spontané de guérison.


Et ne pas oublier : une douleur... un grand verre d'eau !

 

CONSEILS ALIMENTAIRES POUR COMMENCER par Évelyne CURT :

Fiche n° 23 "Conseils alimentaires pour commencer" par Évelyne CURT

 

CONSEILS ALIMENTAIRES POUR COMMENCER


SUPPRIMER :

– charcuteries, pâtés et jambons
– alcool, vin, bière, vinaigres, moutarde, cornichons, mayonnaise, sauces,
– coulis de tomates, olives, plats préparés, conserves, tamari,
– le sel et tout ce qui contient du sel
– thés, cafés, chocolat
– pain, pâtes, céréales, biscottes, biscuits, brioches, pâtisserie, flocons, mueslis
– miel, confitures, sucre, bonbons, compotes
– fromages, fritures, purées d'oléagineux, crèmes dessert, préparations au soja
– fruits acides, fruits pas mûrs, jus en bouteilles, boissons industrielles


BON :

– jus de légumes frais, tous légumes crus
– graines germées crues
– fruits frais crus


PETITES QUANTITÉS OU PAS TOUS LES JOURS :


– figues séchées, dattes, bananes,
– légumes cuits, pommes de terre, manioc
– sirop d'érable, sirop d'agave
– avocats, noix de coco
– galettes de riz sans sel, pain essénien
– oléagineux frais germés, huile de colza
– châtaignes, haricots mungo
– œufs crus, pochés ou coque
– ail, oignons, aromates


 

LES INTOXICATIONS MÉTALLIQUES par Évelyne CURT :

Fiche "Les intoxications métalliques" par Évelyne CURT

 

LES INTOXICATIONS MÉTALLIQUES



Sommaire :
1 - Liste des métaux
2 - Pourquoi s'intéresser aux métaux ?
3 - Comment les absorbe-t-on ?
4 - Les symptômes liés aux métaux
5 - Tests et analyses
6 - Traitements de détoxination
7 - Métaux et conscience


1- LES MÉTAUX, QU'EST-CE-QUE C'EST ?
Vous dîtes à quelqu'un qu'il est intoxiqué au fer, il répond « mais le fer, il en faut, le corps en a besoin. »
. Donc bien différencier le métal du minéral, qui portent le même nom.
Par exemple : le fer, le cuivre, le zinc, l'aluminium, l'argent, désignent aussi bien le métal toxique que les minéraux nécessaires à notre constitution.
Le métal est fabriqué par l'industrie, il est toujours toxique et inutilisable par l'organisme.
Les minéraux sont des éléments naturels, présents dans la terre, dans l'eau, dans les végétaux et dans les tissus du corps des animaux et des humains.

Les métaux, ce n'est pas une catégorie strictement délimitée.
Les métaux sont plus ou moins lourds (le zinc n'est pas un métal lourd), plus ou moins toxiques (les symptômes sont très variables d'un métal à l'autre), plus ou moins conducteurs (les métalloïdes sont moins conducteurs que les métaux, mais autant toxiques, comme l'arsenic).
Chacun a des propriétés physiques particulières.
Le mercure est souvent mis en avant comme le plus toxique de tous les métaux lourds ; ce n'est pas une réalité : tous les produits de l'industrie sont toxiques.

Comment établir une liste de métaux et comment savoir ceux que nous sommes susceptibles d'avoir dans notre corps ?

On peut établir cette liste à partir de la liste des souches homéopathiques, parce que par définition, cette liste comprend plus de mille souches dont les principaux produits toxiques fabriqués par l'homme, c'est-à- dire tous les médicaments, tous les métaux et autres produits de l'industrie chimique.
Cette liste ayant une visée thérapeutique de détoxination, elle recense les éléments que nous sommes tous susceptibles d'avoir dans notre corps.
Pour chaque métal, elle recense les principaux dérivés : par exemple, une trentaine pour le fer et le mercure, vingt-quatre pour le zinc, seize pour l'argent et le plomb, neuf pour l'étain, etc.
Il faut savoir que chacun peut entraîner des symptômes très différents.
La table de Mendeleïev (classification périodique des éléments) peut apporter des informations complémentaires dans cette recherche.
On arrive ainsi à établir une liste de plusieurs centaines des principaux produits toxiques que nous sommes susceptibles d'avoir stocké dans tous nos tissus, à l'intérieur comme à l'extérieur de toutes nos cellules.


Voici quelques éléments métalliques de base :

acier pulvérisé – aluminium – argent – antimoine – arsenic – béryllium – bismuth – bore – brome - cadmium – caesium – calcium – carbone – cerium – chininum – chlore – chrome – cobalt - columbium – cuivre – deutérium – dysprosium – erbium – étain – fer – fluor – gadolinum – gallium - gelsémium – germanium – glucinum – hafnium – holmium – hydrogène – indium – irridium – iode – lithium – magnésium – manganèse – mercure – métallum – molybdène – néodyme – nickel – niobium – or – oxygène – palladium – phosphore – platine – plomb – plutonium – polonium – praesodyme – potassium – radium – potassium – radium – rhenium – rhodium – rubidium – rhutenium – selenium – sodium – silicium – soufre – strontium – tantalum – tellure – terbium – thallium – thorium - thulium – titane – tungstène – uranium - vanadium – ytterbium – yttrium – zinc – zirconium ...
de quoi se mettre en appétit, ....tout un festin !


2 – DANS NOTRE PRATIQUE DE L'HYGIÉNISME, POURQUOI S'INTÉRESSER AUX MÉTAUX ?

Pour citer Monsieur Mosséri : « Malheureusement, certains médicaments à base métallique ne sont pas éliminables par le corps qui n'a pas été constitué pour éliminer l'argent, l'or, le mercure, etc., comme tous les métaux lourds qui empoisonneront l'organisme jusqu'à la mort. ».
Ça veut dire que par la pratique du jeûne et de l'hygiénisme, on élimine une grande partie des produits toxiques de l'industrie, mais pas tous.
Notamment, les métaux, en raison de leurs propriétés biophysiques, sont très difficiles à éliminer.
Comme, simultanément, on continue d'en absorber, cela signifie que nous en avons de plus en plus, qui sont stockés dans tous les tissus de notre corps.
À partir de là, comme pour toute toxémie, se posent les questions : jusqu'à quel niveau est-ce supportable ?
Quels sont les symptômes ?
Comment peut-on aider le corps à les éliminer ?


Tout ce que le corps ne peut pas éliminer nous rend fou, particulièrement les métaux.
Pourquoi ?

– tant qu'on n'a pas pris conscience de la présence des métaux, on cherche ailleurs la cause de nos symptômes.
Donc on se trompe de cause, et cela nous maintient dans une impasse et un sentiment d'insécurité, d'inefficacité et d'échec.

– les métaux causent des symptômes qui touchent en premier le système nerveux.
Par conséquent, ce sont des symptômes incontrôlables, comme, par exemple : l'insomnie, les spasmes, l'épilepsie, la paralysie, le bruxisme, l'épuisement, les tics nerveux, la tachycardie, l'anorexie, la boulimie.
Aux niveaux d'intoxications les plus élevés, c'est la psychiatrie ou la paralysie, entraînant la dépendance physique.

– ces symptômes sont quasiment permanents, ou en alternance, et imprévisibles ; il devient plus difficile d'organiser sa vie, ses déplacements, ses rendez-vous, jusqu'à même renoncer à certaines activités, ou les modifier complètement.

– par ricochet, ces symptômes nerveux, avec le temps, entraînent aussi des modifications dans notre comportement comme le pessimisme, l'irritabilité, l'impatience, les angoisses, la timidité, le sentiment de culpabilité, le manque de confiance en soi, les obsessions, l'indécision, la rigidité, l'hyperactivité. Tout ceci rend les relations avec notre entourage plus difficiles.

– ne pouvant pas éliminer les métaux, le corps cherche à neutraliser leur électricité par d'autres moyens, on est alors tenté par tout ce qui peut soulager le système nerveux à court terme : drogues, tranquillisants, cigarettes, excès alimentaires, activités sportives, etc.


Pour employer des expressions populaires : on pète les plombs, on disjoncte, on est survolté, on est électrifié, on est en enfer, on ne peut plus vivre en paix ; c'est une réalité quotidienne pour beaucoup.
Il est plus facile d'en prendre conscience avec l'hygiénisme, puisqu'on ne cherche plus à dissimuler les symptômes.
Pour citer Nicole, « je ne suis pas en paix et ma santé n'est pas terrible, bien que je sois certaine d'être sur le bon chemin, je n'arrive pas à y être complètement ». Ce qui signifie concrètement : malgré mes efforts, mon corps ne peut pas éliminer tout ce qu'il voudrait.
La présence permanente des métaux nous coupe de nos ressentis physiques, de nos sensations (goût, ouïe, odorat, toucher), de nos énergies subtiles, de notre intuition, de notre propre identité, de notre maîtrise.

Le corps est habité par des éléments étrangers qui court-circuitent notre énergie, créant ainsi rigidités et blocages, physiques et émotionnels. Aux niveaux d'intoxications les plus élevés, c'est soit la paralysie, soit la dépression, la drogue, la psychiatrie, la folie.
La folie, c'est ne pas obtenir ce dont on a le plus besoin. Le besoin du corps est de se purifier, entre autres choses des métaux, et c'est impossible à réaliser. Vous savez à quel point on se sent bien après une bonne fièvre ou un jeûne ; avec les métaux, c'est impossible, on est « mal » en permanence.
Les métaux ne tuent pas directement, mais ils nous empêchent toujours de vivre, de faire tout ce qu'on voudrait.
On peut évaluer qu'on vit par exemple à 70%, ou à 50%, ou encore moins !
Combien de personnes sont concernées ? Tout le monde, plus ou moins.
Quand on a compris quels sont les symptômes liés aux métaux, il est facile de les ressentir précisément pour soi-même, et de les voir immédiatement chez les autres.


3 – COMMENT ABSORBE-T-ON LES MÉTAUX ?

On a commencé à en absorber depuis des siècles, dès qu'on a commencé à les produire pour fabriquer par la sidérurgie, des armes, des outils, des ustensiles de cuisine etc.
Pendant la gestation, les métaux qui sont dans le sang de la mère passent dans le fœtus, et donc notre corps est déjà imprégné de métaux à la naissance.
On peut ainsi avoir dans notre corps tous les métaux utilisés depuis des siècles, même si on ne les a pas absorbés dans notre vie.
Depuis les deux derniers siècles, on a fabriqué des centaines de nouveaux produits, multipliant aussi les occasions de les absorber, et la difficulté à les éliminer.
Ils sont présents partout, dans :

– l'eau du robinet, les engrais agricoles, les boîtes de conserves,
– les médicaments, les vaccins , les plombages ,
– les produits de beauté, les teintures,
– les peintures, les produits domestiques,
– tous les ustensiles de cuisine, casseroles et couverts,
– la pollution de l'air...
On les absorbe :
– par le placenta avant la naissance,
– par la respiration, y compris le mercure des plombages,
– par la peau (chlore de l'eau, produits de nettoyage, produits de beauté ...),
– par l'eau de boisson, par l'alimentation,
– par les médicaments,
– par l'activité professionnelle.
On ne peut pas éviter complètement d'en absorber.
Et donc l'imprégnation de notre corps par les métaux s'accroît à chaque génération.


4 – LES SYMPTÔMES LIÉS AUX MÉTAUX.

On retrouve pratiquement la même liste de symptômes dans tous les ouvrages, car ils s'inspirent des mêmes recherches scientifiques.
Liste de symptômes liés aux métaux :
Effets sur le système nerveux central : irritabilité, nervosité, peurs, angoisses, dépression, idées fixes, insomnies, cauchemars, perte de mémoire, diminution de la concentration, instabilité émotionnelle, manque de confiance, timidité, indécision...
Symptômes neurologiques : fourmillement des mains, sensation de brûlure constante avec engourdissement des membres inférieurs, légers tremblements des mains.
Dans la région de la tête : saignements des gencives, gencives qui se rétractent, dents qui bougent, mauvaise haleine, sentiment de brûlure sur les lèvres, la langue et le visage, abcès buccaux, vertiges, sifflements dans les oreilles, troubles de l'audition, difficultés oculaires, chute des cheveux, bruxisme, vertiges, contractions musculaires involontaires, migraines, intolérance aux odeurs, excès de salive, goût métallique, aphtes, troubles de l'élocution, bégaiement, dyslexie, sensibilité des yeux au soleil....
. Sur le système digestif : constipation, coliques...
Symptômes cardiaques : arythmie, tachycardie, hypertension ou hypotension...
Autres symptômes : fatigue inexpliquée, extrémités froides et violacées même si chaleur, peau sèche, crampes, démangeaisons, difficultés respiratoires, gonflement des seins, stérilité, excès de poids, amaigrissement, dérèglements glandulaires, transpiration des mains et des pieds...

Par l'observation, on peut aussi classer les symptômes selon les métaux, par exemple :
– fer : frilosité...
– mercure : constipation, manque de confiance en soi, cauchemars, vertiges, herpès, lumbago...
– aluminium : acouphènes, perte de mémoire...
– uranium : chaleur, sécheresse...
Ce classement a peu d'intérêt, car il existe des centaines de composés métalliques tous différents, et que chacun de nous les possède, à des doses et à des endroits du corps différents.
Donc, ces observations restent intéressantes au niveau de l'expérience de chacun, mais ne suffisent pas pour établir un diagnostic ou un traitement.


Comment savoir que ces symptômes sont provoqués par les métaux ?

Pour les symptômes qui touchent principalement le système nerveux, c'est simple à comprendre : les métaux créent un courant électrique parasite dans le corps, qui perturbe l'électricité naturelle à la base de tous les échanges.
Cela provoque des « désordres » nerveux tels que : paralysies, narcolepsie, catalepsie, insomnie, tachycardie, etc...

Pour les autres types de symptômes, les métaux en sont la cause de façon indirecte.
Il faut comprendre ceci :
les métaux modifient toujours tout notre comportement alimentaire, de façon durable, et ceci depuis des générations car leur présence, disséminée partout dans le corps provoque une électricité parasite permanente qui crée une fausse faim.
C'est la raison pour laquelle l'hygiénisme n'est plus spontané comme il devrait l'être, et que sa mise en pratique demande un effort conscient.
La réaction de défense du corps est de chercher à neutraliser cette électricité par tous les moyens.
On utilise la nourriture comme une drogue, pour enrober les métaux, pour étouffer l'électricité, pour calmer le système nerveux.
Dans les tumeurs, on retrouve à l'analyse des quantités anormales de métaux lourds, ce qui peut laisser supposer que le corps cherche à les neutraliser par ce moyen, en les enrobant dans les graisses.
En touchant aux tumeurs, on risque de remettre subitement en circulation une quantité importante de toxines, de même que quand on procède à la dépose des amalgames dentaires.
La présence des métaux nous incite à la consommation d'aliments contre-nature, c'est-à-dire des aliments cuits, salés, gras et concentrés, qui sont indigestes, encrassants, inflammatoires, déminéralisants, entraînant inévitablement un état permanent d'acidification.

Donc, toutes les maladies qu'elles soient chroniques ou aigües, indirectement, sont provoquées par les métaux, c'est pour cela que la liste est aussi longue.
Bien sûr, la quantité de métaux est déterminante ; à faibles doses, on vit avec eux sans le savoir, et on considère notre état comme normal, même si nos facultés sont diminuées proportionnellement aux quantités présentes.
Chez une personne jeune avec une bonne vitalité, cela peut seulement entraîner un besoin calorique accru, sans conséquences graves ou évolutives.
À fortes doses, la nourriture ne suffit plus à satisfaire la fausse faim, et on est poussé à consommer cigarettes, alcool, thé, café , puis tranquillisants, somnifères, anxyolitiques, psychotropes : ce sont tous des coupe-faim.


Concrètement, comment les métaux altèrent-ils toutes les fonctions ?

Les métaux dans le corps prennent la place des bons minéraux, un peu plus à chaque génération, mais à l'inverse de ceux-ci, ils ne sont pas utilisables (même chose pour les vitamines synthétiques).
C'est-à-dire que le corps ne peut plus fixer les minéraux, et que les réserves minérales s'appauvrissent de plus en plus, ceci explique que l'on ne puisse plus jeûner aussi longtemps qu'à l'époque de Shelton, et que l'élimination se fait mieux dans le demi-jeûne que dans le jeûne.

Les métaux empêchent donc à la fois une bonne minéralisation, même si la nourriture est correcte, le bon déroulement des transmutations biologiques, le bon déroulement des fonctions enzymatiques, la neutralisation des acides, même l'acidité naturelle des fruits.

C'est pourquoi les symptômes liés aux métaux sont quasiment les mêmes que ceux liés à la déminéralisation, à l'acidification, à la carence en vitamine B12, aux carences enzymatiques, etc., car ce sont tous des dis-fonctionnements liés à la présence des métaux.
Pour exemple : ostéoporose, épuisement, caries dentaires, lumbagos, sciatiques, etc..

Pour citer Monsieur Mosséri : « on sait, par analogie, qu'un milieu trop acide permet le passage de l'électricité dans les fils électriques plus rapidement . C'est la même chose qui se produit pour l'état nerveux du patient. »
Les métaux empêchent de vivre, mais ne tuent pas.
Par contre, le danger vient toujours de la combinaison « métal + acide » : c'est un mélange explosif !
Dans la réalité, on a toujours « métal + sel + acide », le sel augmentant les douleurs incite à la consommation de médicaments, qui sont eux-mêmes des acides.
C'est la porte ouverte à toutes les maladies mortelles.


5 – LA DÉTOXINATION

L'hygiénisme seul n'apporte pas de solutions aux intoxications les plus graves et ne permet pas d'aller jusqu'au bout de la détoxination des métaux.
L'hygiénisme ne suffit pas,
certes, mais, par contre, dans tous les cas, il est absolument nécessaire, car il permet d'éviter la combinaison : métaux + acides.

La nourriture ordinaire est toujours extrêmement acidifiante, y compris la nourriture végétarienne et biologique.
On entend souvent dire de quelqu'un qui est mort subitement d'un cancer : « pourtant il était végétarien, pourtant il mangeait des produits bios ».
L'alimentation végétarienne, même biologique, est très acidifiante.
Seule la pratique de l'hygiénisme, avec les jeûnes répétés, peut permettre d'éliminer l'acidité accumulée depuis le début de sa vie,
y compris les antibiotiques et la plupart des médicaments, et de désacidifier le corps, suffisamment pour éviter toutes les aggravations et toutes les complications.

Quand des traitements complémentaires sont nécessaires, la pratique de l'hygiénisme rend ces traitements beaucoup plus efficaces et permet ainsi d'atteindre ses objectifs.
La première difficulté est de ne pas se décourager en chemin ; il faut être accompagné.
Cela prend plusieurs années, avec des périodes difficiles.

Première chose : prendre conscience des différents symptômes, de leur ancienneté, et identifier les principales sources d'intoxications passées et présentes pour éviter de continuer à en absorber.
Sauf pour les plombages : ne jamais conseiller à quelqu'un de faire enlever ses plombages, car il risque d'absorber des quantités importantes de métaux lors de la dépose, et d'aggraver les symptômes ou d'en avoir de nouveaux.

La pratique constante de l'hygiénisme va désacidifier et reminéraliser l'organisme dans la mesure du possible.
L'élimination des métaux est facilitée si on évite tous les acides, même les fruits, ainsi que toutes les graisses (huiles et avocats).

Le jeûne n'aggrave jamais les symptômes dus aux métaux.

Il y a toujours une amélioration de l'état général, du fait qu'on élimine des acides.
Les métaux n'empêchent pas le jeûne,
même s'ils le rendent plus pénibles : difficulté à le décider et à le commencer, faiblesse et amaigrissement plus prononcés, paralysie, crampes, décharges électriques, secousses, agitation, cauchemars, insomnies, trouver le temps long...
Les symptômes liés aux métaux peuvent apparaître pendant le jeûne, alors qu'on ne les avait pas auparavant, et ils se résorbent de la même façon que les autres symptômes.
Par contre, sur les symptômes permanents, le jeûne n'a aucun effet (surdité, acouphènes, spasmes, tachycardie, ..., déjà présents avant de commencer le jeûne).

Pour aller jusqu'au bout de la détoxination , il est nécessaire d'utiliser d'autres techniques, qui soient compatibles avec l'hygiénisme.

Même si cela suppose une intervention extérieure pour encourager la détoxination, celle-ci est acceptable si elle est sans danger, ne rajoute pas de nouvelles toxines, et crée des conditions favorables à la détoxination, avec des dosages supportables.

Ce qu'il ne faut surtout pas faire : les méthodes médicales utilisent des chélateurs chimiques seulement pour des cas extrêmement graves, en donnant des compléments de minéraux, car les chélateurs emportent sans discernement les minéraux en même temps que les métaux.
Les hygiénistes qui ont essayé ont arrêté au bout de trois ou quatre jours (effet dévastateur !)

Ce qui est inefficace et toxique : ce sont tous les compléments alimentaires, ne pas se laisser tenter par les publicités, ce ne sont que des stimulants.

Différentes méthodes récemment mises au point sont efficaces, sans danger, et compatibles avec l'hygiénisme :
Les tests et analyses sont toujours coûteux et donnent, dans tous les cas, et quelles que soient les méthodes, des informations partielles.
Ils ne sont pas toujours nécessaires, mais peuvent être utiles pour mettre face à la réalité, stimuler la motivation, comprendre la cause et l'origine d'une partie des intoxications.


6 – MÉTAUX ET CONSCIENCE
La question, c'est « qu'est-ce que ça peut changer dans ma vie ?, quel est l'enjeu ? ».
On part d'une réalité quotidienne souvent pénible, avec des symptômes qui empêchent de vivre :
ça peut être l'épuisement, on perd ses amis, on perd son travail,
ça peut être la sclérose en plaques, avec le handicap physique et la dépendance matérielle,
ça peut être la dépendance affective et les difficultés dans les relations,
ça peut être l'humiliation avec l'hôpital psychiatrique.

Première étape : c'est prendre conscience des métaux en tant que cause physique de toute notre difficulté à vivre.
Quand on n'est pas prêt, au début, la première fois qu'on nous le dit, soit ça nous fait peur, soit on n'y croit pas, soit on coupe court, on ne veut pas en entendre parler, c'est un sujet qui dérange beaucoup, et c'est normal.

C'est un nouveau pas à franchir dans la détoxination, après le pain et le fromage, après les pommes de terre et les yaourts, c'est les métaux !
Les hygiénistes ont tendance à dire : « je suis mal parce que je ne fais pas l'hygiénisme suffisamment bien, je fais des écarts » .
Il faut inverser ce raisonnement : c'est parce que mon corps ne peut pas éliminer certains produits chimiques que je n'arrive pas à pratiquer l'hygiénisme correctement.
Pour raisonner par l'absurde, sans aucun produit étranger dans le corps, il serait naturel, spontané et facile pour chacun d'avoir une nourriture frugale de fruits et légumes crus.
Le fait de dire « l'hygiénisme, c'est difficile », ce que l'on entend très souvent, c'est un symptôme d'intoxication par les métaux.
L'hygiénisme, c'est la simplicité et la facilité ; par contre, la détoxination est toujours difficile.

Donc, pour s'ouvrir à cette conscience, il faut commencer par lire plusieurs livres sur le sujet ; on a aussi besoin, pour que cela soit plus tangible, pour y croire, de faire un ou deux tests, de les voir écrit noir sur blanc, ou de se l'entendre dire d'un médecin ou d'un thérapeute.
Une fois qu'on a accepté cette réalité, il faut enlever tous les sentiments de culpabilité, de dévalorisation, d'humiliation qu'on a pu avoir, et s'ouvrir à toutes les solutions possibles.

Toute intoxication est liée à un point faible dans notre conscience et bloque notre évolution.

Les métaux nous empêchent de ressentir tous les courants subtils de notre corps, en les remplaçant par des courants plus grossiers.
De même que dans le jeûne, tous les symptômes qui ont été bloqués par des antibiotiques réapparaissent, car le corps en éliminant les antibiotiques, lève le barrage, et continue son travail de guérison ; pour les métaux, c'est pareil.
À un moment donné de notre évolution, on ne peut plus avancer sans faire la détoxination des métaux, car ils créent un barrage physique à notre évolution.
Comme pour la nourriture, quand on renonce au pain, au fromage, la détoxination des métaux est aussi en résonance avec nos émotions, par toutes les difficultés que nous avons éprouvées dans notre vie.
On peut remonter le fil de sa vie ; dès la naissance, si la mère nous en a transmis beaucoup, la relation maternelle est faussée, dans le sens où la mère est impuissante à comprendre la souffrance de son enfant et à lui porter secours.


« La nervosité due à l'accumulation des métaux dans mon corps
est la seule chose qui puisse expliquer le refus de mon corps à manger cru,
et qui me déculpabilise de toutes les transgressions que j'ai pu me faire subir par désespoir ;
je retrouve enfin l'espoir, je vais retrouver mon âme et abandonner le cœur de pierre
que m'ont donné les psychotropes. »


CONCLUSION :

En tant que hygiénistes, comme l'a toujours fait Monsieur Mosséri, nous devons mettre l'hygiénisme à la portée de tous ceux qui souhaitent le pratiquer.
Même aux personnes qui ont les pires intoxications, on doit pouvoir apporter des solutions, à tous ceux qui souhaitent réaliser ce rêve.

__________________________________________________________________________________________________________________

INFORMATION COMPLÉMENTAIRE PAR MAURICE GAULTIER :

Un excellent article à lire : "SE DÉSINTOXIQUER DES MÉTAUX LOURDS" par Elke Arod, paru au lien :

http://bioventure.ouvaton.org/intox.htm (article paru dans Bio contact n° 120, décembre 2002)

 

ENTREVUE AVEC ALBERT MOSSÉRI
par Frédéric Patenaude

 

Cet article est extrait du lien : http://www.fredericpatenaude.com/francais/mosseri.html

 

"Entrevue avec Albert Mosséri"

19 Novembre 2004, par Frédéric Patenaude

Le document présenté ne concerne que ce qui est relatif au jeûne, la totalité du document peut être lue au lien :

http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#ENTREVUE_ALBERT_MOSSERI

...

Et une fois qu’on a trouvé les causes ?

Il faut les écarter, les supprimer, et ensuite, si c’est possible, entreprendre une cure de jeûne, en sautant un repas, ou un jour, ou plusieurs jours.


Vous avez eu un centre de jeûne pendant longtemps ?

Oui, j’ai eu un centre de jeûne qui a fonctionné pendant 30-40 ans. J’ai surveillé environ 4000 jeûneurs.


Est-ce que vous pourriez nous donner quelques exemples de guérisons qui ont été vraiment miraculeuses ?

De guérisons miraculeuses... bien j’ai eu un monsieur de 60 ans qui était sourd, et quand je donnais des causeries tous les soirs aux curistes qui étaient chez moi — il y en avait entre 15 et 20, il regardait les oiseaux, il regardait le ciel. Il ne m’écoutait pas, parce qu’il était sourd. Au bout de 20 jours de jeûne, il me regardait, il me posait des questions, sa surdité avait déjà disparu.

Et puis j’ai soigné aussi par téléphone il y a un an, une dame suisse, en Suisse, qui avait un ulcère à l’estomac. Elle a fait une cure de 15-20 jours de jeûne, et son ulcère s’est guéri complètement, et elle est en parfait état actuellement. Voilà deux exemples.

Et puis j’ai un autre exemple qui est vraiment le plus terrible qui soit. Il y a un an, j’ai eu un monsieur, de mes adeptes, qui avait laissé de côté le menu hygiéniste et toutes les idées hygiénistes, et qui avait mangé comme tout le monde, avec de la bière, avec de la viande, avec tout. Il a pris 30 kilos. Il pesait finalement 90 kilos. Et il a eu une jambe qui commençait à lui faire mal, il a été voir un médecin qui lui a fait un test médical qui s’appelle le doppler, et il lui a dit : « Monsieur, vous avez un caillot. Alors le caillot peut monter au cerveau et causer une paralysie, ou monter au coeur et vous serez mort en quelques minutes ». Alors il lui a donné des anti-coagulants et des médicaments pour liquéfier le sang. Lui qui était contre les médicaments, il savait plus quoi faire. Il ne pouvait pas marcher 2-3 mètres sans avoir de fortes douleurs dans la jambe. Alors, il m’a appelé, et il a accepté de suivre un jeûne. Je l’ai fait jeûné 32 jours, à l’eau, il a perdu 20 kilos, il a arrêté avec beaucoup de difficultés les anti-coagulants et le médicament qui doit liquéfier le sang. Je dis avec beaucoup de difficultés parce qu’il avait une peur bleue que je me trompe. Si je me trompe, alors c’est la mort pour lui. Il allait dans les bibliothèques consulter des livres médicaux, il a demandé à des médecins de lui faire plusieurs examens, l’un après l’autre, tous des dopplers, et dans les dopplers on voit sur un écrans, des images, des ombres, alors il faut vraiment être expérimenté pour comprendre exactement ces ombres-là et ne pas se tromper.Il avait peur que la doctoresse chez qui il faisait ses dopplers se trompe et ne trouve pas exactement si le caillot se trouve à l’endroit qu’elle avait précisé la fois d’avant. Alors, avec le temps, la doctoresse lui a dit, peut-être au bout de 5 examens, elle lui a dit « Votre caillot n’existe plus ».


Après le jeûne ?

Oui, après le jeûne. Ça ne l’a pas tranquillisé, parce qu’il avait toujours mal à cet endroit. Je lui ai dit, il faut patienter, ça va disparaître. En effet, le corps s’est rétabli, peu à peu, et actuellement il ne souffre plus de rien. Alors il m’a dit, textuellement, « Je suis condamné à suivre le menu hygiéniste. Je n’ai pas le choix ».

...

Rappel : Monsieur Albert Mosséri nous a quitté le 11 février 2013 : http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#HOMMAGE_A_ALBERT_MOSSERI:

 

INFORMATIONS GLANÉES DANS LE GROUPE "L'HYGIÉNISME SELON SHELTON"

Groupe "L'Hygiénisme selon Shelton" : http://groups.google.com/group/hygienisme?hl=fr ou

https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!forum/hygienisme

Les points de repères sont une sélection subjective personnelle !

Le groupe est né en 2010.

 

LES POINTS DE REPÈRES :

16.04.12 : ... Le jeûne de H Shelton est hydrique, repos intégral , physiologique et mentale, un point c'est tout ! Pour moi, le jeûne en randonnant est une erreur monumentale. Cest l'intelligence cellulaire qui est capable de rénover un organe ....

24.10.12 : On ne pas faire l'hygiénisme sans faire des jeûnes régulièrement, c'est la base de la pratique, et cela s'apprend, car il y a beaucoup d'informations fausses (ou inconsistantes et insuffisantes) sur le jeûne.
Il faut commencer par lire les livres de A Mosséri et faire l'expérience...

26.01.13 : Mais pour la santé, on en revient toujours à ces trois bases de l'hygiénisme : aliment non dénaturé, pas de mélanges, et jeûnes. Avec ces trois bases, il n'y a aucun risque d'erreur.
L'hygiénisme n'est pas coercitif, comme le dit Thierry dans sa vidéo du 5/01, il n'est pas contraignant, c'est un système intelligent ; intelligent veut dire :  faire ce qui est bon pour soi.

Aucun aliment n'est indispensable ! 
Si on peut se passer d'un aliment, il faut s'en passer ! 
Si on ne peut pas s'en passer, il faut seulement chercher à respecter les trois bases.

Autant le jeûne est une méthode, un calque adaptable à tout le monde, 
autant la nourriture est variable à l'infini comme la création...

19.02.13 : je jeûne 1 fois par semaine sur 2 jours, de midi à midi.  Le midi je mange uniquement des fruits bien associés + 2 yaourts laitiers ou soja depuis 31 ans.  Des fois 1 orange, 1 kiwi, 1 heure avant les fruits doux. Le soir salade +crudités avec avocat et olives pour accompagner. Le citron est acceptable puisque que les crudités sont faiblements amidonnées. Les acides sont interdits avec les amidons concentrés. Temps de digestion incompatibles et enzymes opposées !  Aprés les crudités, soit un amidons concentré, pommes de terre, potimarron  ou légumes vapeur. L'huile en minime proportion ( l'huile 5 en 1 de la vie claire est excellente ). Elle accompagne tous les aliments, sauf acides. Ne pas en abuser. Je termine par les protéines, jaune d'oeufs, fromage blanc. Les noix sont mieux digérées avec les crudités. Avec les crudités en début de repas soit avocat ou noix. Bien comprendre que plus une alimentation est complexe, plus la digestion est difficille ! Toujours attendre la faim et écouter la satiété  source de santé remarquable...

20.03.13 : Un jeûne aux de légumes et fruits n'est pas un jeune hydrique. Le jeûne hydrique, c'est uniquement de l'eau la plus pure possible. C'est une alimentation non cellulosique, une descente vers le jeûne hydrique. Dans ce mode l'élimination est déjà conséquente 

23.03.13 :

Mais avec le recul et l'expérience, si on veut tirer bénéfice du jeûne, il faut le faire sans s'activer et en se reposant afin que l'énergie soit dirigée vers l'élimination. Du reste, en s'alitant, on a souvent plus de crises d'élimination mais le but final est de se désintoxiquer un maximum même si sur le moment, c'est désagréable.

D'autre part, tout dépends du niveau de toxémie que l'on a dans son corps, du passif accumulé... N'hésite pas à poser des questions, tu as des hygiénistes compétents comme ROGER et EVELYNE qui ont une grande expérience...

29.03.13 : En principe l'alimentation hygiéniste aide énormément la volonté à l'arrêt de la cigarette. C'est bien connu des centres anti-tabac que les végétariens arrêtent plus facilement le tabac et ne recommencent jamais la cigarette. 
 
 Le jeûne hydrique doit être un arrêt total de toutes assimilations, encore plus d'éléments de dégénérescence. En oubliant la cigarette, votre vie sera meilleure . 

La cigarette et ses dérivés détruit la vie. Observer les 2 photos d'un poumon sain et d'un poumon rongé par les goudrons. Le foie aussi est mis à rude épreuve...

06.04.13 : Pour information j'avais appelé Mosséri pour un cancer du sein d'un membre de ma famille, il m'avait dit qu"il fallait faire un jeûne de 21 jours puis 3 mois plus tard un autre de 21 jours si le 1er n'était pas suffisant...

08.04.13 : Si tous les citoyens s'adonnaient à 1 jour de jeûne par semaine, un vrai progrès vers la santé pour l'humanité...

09.04.13 : Toutes les dénégérescences sont dues à la toxémie . 

La toxémie se positionne sur des organes faibles. Ces organes détériorés par les chimies diverses est à l'origine de ces faiblesses.
 Enoncé Loi vitale n° 30 sur la maladie aigue : la maladie prend la forme aigue quand le potentiel vital est élevé. Enoncé loi vitale N° 31 : la maladie prend la forme chronique quand le potentiel vital est faible. 
La guérison n'existe pas en terme hygiéniste ! L'organe se désintoxique par élimination des déchets accumulés endogènes et exogènes et par suite l'intelligence cellulaire rénove. L'hygiénisme c'est la BIOGONIE. 
Pour vous, il est nécessaire d'entreprendre une élimination par une alimentation simple hygiéniste : association des aliments et supprimer tous les irritants, alcaloides. Cette orientation permet une élimination des toxines en douceur. Par la suite il est nécessaire de dérouler un jeûne hydrique suivi d'un demi-jeûne de rénovation...

10.04.13 : Pour appuyer le commentaire de ROGER, Mr MOSSÉRI consacre 8 pages (p. 53 à 60 "Ma sclérose en plaques") dans son livre "LE JEÛNE Meilleur remède de la nature"; ces 8 pages relatent le témoignage d'une personne qui a jeûnée pour éliminer les symptômes de la sclérose en plaque.
À noter que sur ce même livre, au chapitre précédent p. 49 à 52, Mr MOSSÉRI évoque un cas de ZONA & POLYARTHRITE disparu après un jeûne...

13.04.13 : Les personnes qui débutent à l'hygiénisme doivent savoir les manifestations à venir avec une toxémie élevée. Le retrait des gencives, l'érosion des dents à la limite des gencives, les ongles qui ne poussent pas, qui sont déformés dans les mains et les pieds. Tendance à avoir des verrues ou une prolifération de verrues. L'alimentation idéale peut aboutir à tout cela.

Revenir à la viande et aux poissons seraient une erreur. Certains hygiénistes l'ont fait par le passé.

L'altération neurologique peut-être due à une carence de la vitamine B12 et des facteurs essentiels.

 Les débutants avec une toxémie élevée peuvent développer une mauvaise absorption, des facteurs anti-nutritionnels et des défauts enzymatiques. Pour cette raison, le jaune d'oeuf et le fromage blanc au lait cru sont conseillés pour éviter les états d'anémie par le crudivorisme. Des salades mixées, un peu de fruits, des jaunes d'oeufs tous les jours permet de rebatir et normaliser le rapport des globules blancs avec les globules rouges. On observe au rétablissement de l'anémie, de l'émaciation et de la grande faiblesse.

Chez ceux dont les systèmes digestifs et enzymatiques sont altérés au point de ne pas pouvoir digérer les noix diverses, le fromage et même les salades, le jaune d'oeuf cru est facile à digérer. Il contient tous les acides aminés et s'assimile facilement alors que tous le reste ne marche pas. Cela prouve que le jaune d'oeuf représente la transition idéale pour ramener ces personnes à un état qui leur permette de rétablir leurs enzymes et leur pouvoir digestif pour digérer après quelque temps les noix diverses.

 Mosséri pense que c'est l'abus de noix !

La cellulose de certains légumes est difficile à digérer quand la flore intestinale est endommagée. Les légumes cuits agissent comme un milieu favorable pour restaurer la croissance de flore endommagée.

Le jeûne permet de mieux restructurer la flore intestinale, si on peut le dérouler rapidement à la prise de conscience de l'hygiénisme...

14.04.13 : Tu dis n'avoir vu aucun cas de problèmes durant le jeûne dans les ouvrages de SHELTON et MOSSÉRI. Alors relis bien les 2 de MOSSÉRI : 
SANTÉ RADIEUSE PAR LE JEÛNE... LE JEÛNE MEILLEUR REMÈDE DE LA NATURE...

16.04.13 : Pour le jeûne, Mr MOSSÉRI a écrit 3 livres sur le jeûne.

JEÛNER POUR REVIVRE
SANTÉ RADIEUSE PAR LE JEÛNE 
LE JEÛNE MEILLEUR REMÈDE DE LA NATURE...

18.04.13 : L'eau est nécessaire pour accomplir les fonctions vitales. La première source d'ou elle doit etre tirée sont les fruits et légumes. Je pense qu'aucun hygiéniste le conteste ! La supériorité du végétal apporte une eau douce et pure et saine. Le gorille suce la sève des plantes. L'eau composant le végétal (sève) est SOURCE de vie. C'est une eau de meilleure qualité que n'importe quelle eau. Elle contient des vitamines, des sels minéraux organiques et oligo-éléments. Avec une alimentation de fruits et légumes, le vidage de la vessie est plus fréquente la nuit.

En principe, en observant une alimentation hygiéniste, la soif ne se fait sentir, uniquement avec des exercices physiques, sport, activité intense, ce qui est normal !

L'alimentation conventionnelle crée la soif.

Noyer les aliments avec l'eau affaiblit les sécrétions digestives, source de fermentation et putréfaction intestinale. Ceci pour toutes boissons, encore pire quand elles sont alcoolisées.

Ingurgiter de l'eau sans soif, met en suppression les reins qui doivent l'éliminer rapidement, ceci affaiblit la fonction rénale. De plus trop d'eau dilue le contenu du colon ; cette eau devient toxique et réabsorbée par les tubes du colon augmente la toxémie de l'organisme.

Par cette remarque, il est certain que les lavements du colon avec l'eau est une opération contraire à la physiologie de l'organisme. Une partie de l'eau de lavement est réabsorbée par les fonctions du colon.

Si on admet le coup de balais pour les impuretés du colon, la flore précieuse aussi est balayée. Ce qui est grave, l'instinct somatique doit la reconstituer, d'ou l'effet de bien être (stimulation).

L'hygiénisme spécifie bien aucune intervention extérieure, l'intelligence cellulaire est seule solution !  Chaque intervention nuit à l'organisme.

Le meilleur moyen pour assainir l'intestin, une purge naturelle pour les obèses ou personnes très toxèmiques suivi d'une alimentation de fruits et légumes. La cellulose c'est le balai ; un point c'est tout...

L'eau pendant le jeûne est nécessaire, 1 verre toutes les heures. Aucune crainte, la bile aseptise le contenu intestinal...

21.04.13 : La mono diète c'est manger qu'un seul fruit dans la journée ou par repas ;)...

21.04.13 : Il ne faut jamais s'activer en déroulement de jeûne .

En préparation de mon 1er jeûne de 15 jours en 1985 : fruits le matin ; crudités le midi ; légumes cuits le soir avec pommes de terre, en exerçant mon activité professionnelle. Aucun retrait d'énergie !...

28.09.2013

... Tes intestins seront rénovés avec le jeûne et demi-jeûne. L'aliments ne rénove pas, c'est l'instinct somatique qui doit puiser dans l'aliment les composants vitaux nécessaires à la rénovation. Toute substance alimentaire doit être remaniée par les fonctions hépatiques. Les jus passent trop vite. Le bienfait obtenu c'est la stimulation pour évacuer ce jus de quantité. (Les Respiriens et plus... - Roger)


o O o

 

Livre : LE JEÛNE
par H.M. Shelton

 

LE JEÛNE (édition LE COURRIER DU LIVRE) :

Ce livre est téléchargeable gratuitement aux liens : http://dl.free.fr/qwSADnwmY (356 pages) ou http://www.t411.me/torrents/le-jeune-h-m-shelton et http://www.galopin-librairie-numerique.org/01/186/herbert-m-shelton-le-jeune.htm.

Autre lien pour télécharger : http://www.fluket.com/uptobox-le-jeune-h-m-shelton/p815210/.

Le livre peut être acheté chez Amazon : http://www.amazon.fr/Le-Jeune-H-Shelton/dp/270290016X et les critiques de ce livre ici.

 

AVERTISSEMENTS IMPORTANTS PAR L’AUTEUR DU RÉSUME :

Il est souhaitable de lire en premier le livre et/ou le résumé du livre LE JEÛNE par H. M. Shelton.

Cette présentation de 10 pages, réalisé à partir à partir d’un livre de 356 pages ne peut en être qu’une présentation incomplète. 

Il est une invitation à lire, si vous en sentez l’intérêt, l’intégralité du livre.

Les points de suspension qui apparaissent correspondent à des parties de phrases volontairement retirées ou à plusieurs phrases omises, avant ou après le texte.

Les titres des chapitres (en gras) sont ceux du texte original.

Un résumé est surtout utile à celui qui a d’abord lu avec attention le livre dans son intégralité.

Ce livre étant en Copyright, vous êtes priés d'en respecter la propriété intellectuelle des auteurs pour toute citation éventuelle de phrases extraites du résumé.

 

Cette présentation (10 pages 21x29,7) ne peut être qu'un aperçu de ce livre que vous pouvez acheter neuf (environ 20 €) en ligne auprès, par exemple, des Éditions Trédaniel ou de Amazon.

 

 

 

LE JEÛNE
Extraits

Herbert M. SHELTON © 1987 Éditions de LA NOUVELLE HYGIÈNE – Le Courrier du Livre – Paris - 356 pages

Avertissement de l’auteur de ces « extraits » : les textes choisis sont volontairement subjectifs.
Les phrases sont extraites du livre.
Merci de respecter le copyright concernant les phrases extraites du texte du livre.

PRÉFACE

     … Lorsqu’il s’agit de santé (de son absence plutôt, car c’est alors qu’on s’en inquiète), le malade fait généralement appel à un praticien de la profession médicale qui, en France notamment, est le seul autorisé à « guérir »; ou bien il se tourne vers ceux que l’on nomme « guérisseurs », c’est-à-dire qui ne sont pas autorisés à donner des soins, encore qu’en plusieurs pays, et non des moindres, les naturopathes, chiropracteurs, etc., peuvent, sous certaines conditions, exercer leur art. (1)
     Herbert M. Shelton n’appartient à aucun de ces groupes. Ses connaissances et son autorité n’en sont pas moins immenses car il n’est guère de problème touchant aux conditions de la vie saine qu’il n’ait approfondi au cours de sa longue carrière. L’auteur de cet ouvrage est un savant, un hygiéniste non dans le sens restreint donné habituellement au mot « hygiène », mais dans l’acception la plus large et la plus précise du terme, c’est-à-dire en tant que science du maintien et du rétablissement de la santé…
     Toutefois, avant d’entreprendre le plus, il reste d’essayer le moins, c’est-à-dire effectuer de courts jeûnes de 24 à 48 heures, chaque fois que l’organisme donne le signe d’un malaise ; ce petit repos est de bonne sagesse…
     Cette traduction de l’ouvrage du Dr Shelton sur le Jeûne est loin d’être parfaite, et nous demandons l’indulgence du lecteur pour les lourdeurs de style et autres travers qu’une traduction difficile ne nous a pas permis de toujours éviter. De plus l’auteur fait de nombreuses répétitions, qui ne sont pas involontaires, car il est dans ses habitudes d’insister plusieurs fois sur ce qui lui paraît important de souligner...

 

TABLE DES MATIÈRES (les numéros des pages sont ceux du livre)
Introduction 11
Chapitre I. Définition du jeûne 21
Chapitre II. Le jeûne chez les animaux inférieurs 24
Le jeûne pendant la période de rut. . Le sommeil de la pupe. . Le jeûne après la naissance. . Le jeûne quand la faim est absente. . Le jeûne dans les cas de colère ou d’énervement. . Le jeûne en captivité. . Jeûnes expérimentaux. . Le jeûne en cas de blessure. . Le jeûne dans la maladie. Le manque de nourriture. . Le jeûne au cour d’emprisonnement accidentel. . Hibernation. . L'hibernation chez les plantes. . L'hibernation chez les animaux. . L'hibernation chez les ours. . L'hibernation chez les rongeurs. . L'hibernation chez les chauves-souris. . L'hibernation chez les animaux à sang froid. . L'hibernation des insectes. . Inanition et durée de l'hibernation. . Le métabolisme pendant l’hibernation. . L'estivation. . Combien de temps les animaux peuvent-ils s'abstenir de nourriture ? . Le jeûne en tant que moyen de survivance.
Chapitre III. Le jeûne chez l’homme 50
Le jeûne religieux. . Le jeûne en tant que magie. . Les jeûnes disciplinaires. . Jeûnes périodiques et annuels. . Les grèves de la faim. . Les jeûnes d’exhibition. . Les jeûnes expérimentaux. . Le jeûne quand l’alimentation est impossible. . Marins et voyageurs naufragés. . Mineurs ensevelis. . Le jeûne dans la maladie. . Famine et guerre. . Le jeûne en cas de choc émotionnel. . Le jeûne chez l’aliéné. . L'hibernation chez l'homme. . Le jeûne instinctif. . Les longs jeûnes chez l’homme. . Aptitude au jeûne et survivance.
Chapitre IV. Un menu pour les malades 68
Chapitre V. L’autolyse 75
L'autolyse chez les plantes. . L'autolyse chez les animaux. . L'autolyse durant le sommeil pupal (ou de la nymphe). . La distribution des matériaux. . L'autolyse est contrôlée. . La désintégration autolytique des tumeurs.
Chapitre VI. Jeûner n’est pas mourir de faim 86
Chapitre VII. Les modifications chimiques et organiques pendant le jeûne 93
Les changements du sang. . La peau. . Les os. . Les dents. . Le cerveau, la moelle épinière et les nerfs. . La moelle épinière. . Le cerveau. . Les reins. . Le foie. . Les poumons. . Les muscles. . Le cœur. Le pancréas. . La rate. . L'estomac. . Les modifications chimiques.
Chapitre VIII. Le rétablissement des organes et des tissus pendant le jeûne 107
Chapitre IX. L’influence du jeûne sur la croissance et la régénération 110
Chapitre X. Les modifications de la fonction fondamentale pendant le jeûne 115
Le repos physiologique. . Le métabolisme. . La respiration. . L'élimination. . Le nettoyage organique. . Actions relatives aux poisons.
Chapitre XI. L’esprit et les organes des sens pendant le jeûne 122
Les capacités spirituelles. . L'aliénation mentale. . Le psychisme anormal. . Les sens.
Chapitre XII. Sécrétions et excrétions 134
La salive. . Le suc gastrique. . La bile. . Les sucs pancréatiques et intestinaux. . Le lait. . La transpiration. . Le mucus. . L'urine.
Chapitre XIII L’activité intestinale 140
Chapitre XIV. Le jeûne et le sexe 149
Chapitre XV. La régénération par le jeûne 154
Chapitre XVI. Gain et perte de force pendant le jeûne 159
Chapitre XVII. Gain et perte de poids pendant le jeûne 166
Il n'y a aucun danger découlant de la perte de poids.
Chapitre XVIII. Le jeûne ne produit pas de « maladie » de carence 172
Chapitre XIX. La mort pendant le jeûne 179
Chapitre XX. Les objections au jeûne 187
Chapitre XXI. Le jeûne guérit-il la « maladie »? 199
Chapitre XXII. L’analyse raisonnée du jeûne 205
La nature se prépare au jeûne. Ceux qui travaillent doivent manger. Elimination. .Compensation.
Chapitre XXIII. La durée du jeûne 212
Chapitre XXIV. Faim et appétit 219
Chapitre XXV. Les contre-indications au jeûne 227
Chapitre XXVI. Le jeûne dans les périodes et conditions spéciales de la vie 230
Quand jeûner. . Le jeûne chez les végétariens. . Le jeûne chez le nourrisson et chez l'enfant. . Le jeûne dans la vieillesse. . Le jeûne chez la femme enceinte. . Le jeûne pendant l’allaitement. . Le jeûne chez le fort et chez le faible. . Le jeûne chez le très maigre. . Le jeûne dans les carences:
Chapitre XXVII. Symptomatologie du jeûne 241
Symptômes subjectifs. . Le pouls. . L'appétit. . La langue et l'haleine. . La température. . La sensation de froid. . Les frissons. . La fièvre de famine. . Le sommeil.
Chapitre XXVIII. La progression du jeûne 251
Les premiers jours du jeûne. . La disparition des symptômes. . L'augmentation des symptômes. . Les crises durant le jeûne (Crachements. Crises nerveuses. Catarrhe. Crises cutanées. Maux de tête. Membres endoloris. Nausées. Vomissements. Crampes. Gaz. Diarrhée. Vertiges. Evanouissements. Mal de gorge. Palpitations. Insomnie. Troubles visuels). . Complications sérieuses (Grande faiblesse. Pouls irrégulier. Respiration difficile. Rétention d’urine. Pétéchie). .Force et faiblesse.
Chapitre XIX. L’hygiène du jeûne 265
La conservation. . Le repos. . Les influences mentales. . La peur. La pondération. . L'air frais. . La chaleur. . L'exercice. . Le travail durant le jeûne. . Le bain de soleil. . Le mauvais goût dans la bouche. . Chewing-gum. . L'absorption d'eau durant le jeûne. . Amélioration du goût de l’eau. . L'eau froide. . Intervalles entre les aliments. Le lavement pendant le jeûne. .Le lavage d'estomac pendant le jeûne. . Les dentiers. . Mesures de coercition.
Chapitre XXX. Rupture du jeûne 288
La faim après le jeûne. . L'alimentation après le jeûne.
Chapitre XXXI. Reprise de poids après le jeûne 295
Chapitre XXXII. Mode de vie après le jeûne 299
Chapitre XXXIII. Le jeûne en période de santé 303
Chapitre XXXIV. Le jeûne dans les « maladies » aiguës 306
Les enseignements erronés de la « science médicale ». . Répugnance instinctive pour la nourriture dans les « maladies » aiguës. . Se nourrir pour se sustenter. . Incapacité digestive pendant la maladie aiguë. Pas de nourriture sans digestion. . Alimentation rectale et dermique. La décomposition gastro-intestinale. . L'estomac et les intestins dans les « maladies » aiguës. . La nausée et le vomissement. . L'alimentation augmente la souffrance. . Compensation. . Repos physiologique. . Prévention. . Pas de danger d'inanition. . La douleur. . La torture des cas sans espoir. . Le jeûne dans les cas de fièvre. . La typhoïde. . La pneumonie. . L'appendicite. . Le rhumatisme. . La toux. . La diarrhée. La dvsenterie. . Dépérissement dans les troubles aigus malgré l’alimentation. . La faiblesse.
Chapitre XXXV. Le jeûne dans les « maladies » chroniques 326
Le régime contre le jeûne. . La perte de l'appétit. . Une abondance de bons aliments nourrissants. . La peur non fondée du jeûne. . L'inanition résultant de la suralimentation. . Le désir fictif pour la nourriture. Aliments non digérés dans l’estomac. . Le manger instinctif. . La nature accepte le jeûne. . L'élimination. . Le repos physiologique. . Le soulagement de la douleur. . Les plaisirs du praticien. . Quelques témoignages « orthodoxes ». . Examen de quelques « maladies ». . Le jeûne dans les « maladies » nerveuses.
Chapitre XXXVI. Le jeûne et la toxicomanie 340
L'alcoolisme. . Nicotinisme. . Le café, le thé, le cacao. . D'autres toxicomanies. . Opiomanie. . Soins après la guérison.
Chapitre XXXVII. Cures de désintoxication 348
Le jeûne contre les régimes d’élimination. . Les régimes alimentaires. Les carences. . Moins on mange, mieux cela vaut.

 

Attention : Les nuuméros de pages sont ceux du livre (retirer 3 pour avoir le numéro des pages du document téléchargé !)

INTRODUCTION (page 12)

     … Comme on le verra plus loin, le jeûne, déjà en usage bien avant l’avènement de l'Histoire, a été employé dans de nombreux buts…

 

Chapitre I – DÉFINITION DU JEÛNE (page 21)

     … Le jeûne, tel que nous l’entendons, est l’abstention volontaire et totale de tout aliment excepté d’eau…
     … Nous n’employons pas le mot jeûne pour décrire une diète de jus de fruits, par exemple…
     Le jeûne est un repos : des vacances physiologiques. Ce n’est pas une épreuve ni une pénitence. C’est une mesure de nettoyage qui mérite d’être mieux connue et plus largement employée.

 

Chapitre II LE JEÛNE CHEZ LES ANIMAUX INFÉRIEURS (page 24)

     … Le jeûne pendant la période de rut. . Le sommeil de la pupe. . Le jeûne après la naissance. . Le jeûne quand la faim est absente. . Le jeûne dans les cas de colère ou d’énervement. . Le jeûne en captivité. . Jeûnes expérimentaux. . Le jeûne en cas de blessure. . Le jeûne dans la maladie. Le manque de nourriture. . Le jeûne au cour d’emprisonnement accidentel. . Hibernation. . L'hibernation chez les plantes. . L'hibernation chez les animaux. . L'hibernation chez les ours. . L'hibernation chez les rongeurs. . L'hibernation chez les chauves-souris. . L'hibernation chez les animaux à sang froid. . L'hibernation des insectes. . Inanition et durée de l'hibernation. . Le métabolisme pendant l’hibernation. . L'estivation. . Combien de temps les animaux peuvent-ils s'abstenir de nourriture ? . Le jeûne en tant que moyen de survivance.
    
     … En considérant la condition émaciée des animaux à la fin de leurs diverses périodes de jeûne, il devient évident que tandis que les différentes espèces varient quant à la quantité de pertes qu’elles peuvent subir sans danger, il n’y a aucun risque de détérioration ou de mort avant qu’un fort pourcentage du poids corporel n'ait été perdu. II n'y a donc aucun danger à jeûner pendant des durées assez longues, en cas de maladie.

 

Chapitre III – LE JEÛNE CHEZ L’HOMME (page 50)

     … Le jeûne religieux. . Le jeûne en tant que magie. . Les jeûnes disciplinaires. . Jeûnes périodiques et annuels. . Les grèves de la faim. . Les jeûnes d’exhibition. . Les jeûnes expérimentaux. . Le jeûne quand l’alimentation est impossible. . Marins et voyageurs naufragés. . Mineurs ensevelis. . Le jeûne dans la maladie. . Famine et guerre. . Le jeûne en cas de choc émotionnel. . Le jeûne chez l’aliéné. . L'hibernation chez l'homme. . Le jeûne instinctif. . Les longs jeûnes chez l’homme. . Aptitude au jeûne et survivance.

     Si l'homme peut jeûner, c’est parce qu’il transporte, tout comme les formes de vie inférieures, une réserve de nourriture qu’il peut utiliser en cas de nécessité, ou quand les matières premières ne sont pas disponibles.

 

Chapitre IV – UN MENU POUR LES MALADES (page 68) - voir aussi plus au lien : #le_jeune_chapitre_IV

     … Jeûner, c'est s'abstenir de toute nourriture, excepté d’eau, jusqu’à ce que les réserves nutritives soient consommées. Mais dépérir, c’est s’abstenir de nourriture après que ces réserves ont été consommées…
     Si le jeûneur se repose, ses réserves durent plus longtemps que s’il est actif durant le jeûne. De meilleurs résultats sont obtenus par le jeûne si le repos est observé. Le travail, de longues marches, des exercices fatigants, etc., gaspillent les réserves du corps sans offrir aucun avantage en compensation.
     L'effort physique, le froid extérieur, les soucis, les émotions fortes, accélèrent l'utilisation des réserves. La fièvre produit sans doute le même effet, du moins dans la plupart sinon dans tous les états aigus…
     … Un jeûne antérieur semble entraîner le corps à utiliser ses réserves de façon plus économique. On voit ainsi l’économie énorme réalisée par une utilisation éduquée des forces du corps. Un second ou un troisième jeûne est aussi presque toujours plus facile que le premier bien que pour beaucoup, pendant le premier jeûne, il n’y ait pas de gêne du tout…

 

Chapitre V – L’AUTOLYSE (page 75) - voir aussi plus au lien : #le_jeune_chapitre_V

L'autolyse chez les plantes. . L'autolyse chez les animaux. . L'autolyse durant le sommeil pupal (ou de la nymphe). . La distribution des matériaux. . L'autolyse est contrôlée. . La désintégration autolytique des tumeurs.

     … II y a plus de cent ans, Sylvester Graham écrivait : « C’est une loi générale de l'économie vitale, que lorsque, par un moyen quelconque, la fonction de décomposition dépasse celle de composition ou de nutrition, les agents de décomposition s'attaquent toujours en premier lieu aux substances les moins nécessaires à l’économie et les éliminent; par conséquent, toutes les accumulations morbides, tels que goitres, tumeurs, abcès, etc., sont rapidement réduites et souvent complètement désintégrées à la suite de jeûnes prolongés ou d’abstinence sévère »…   
     … En général, les bons tissus ne sont pas utilisés aussi rapidement que les mauvais et la tumeur sera soumise à « l’inanition » avant le reste du corps. Sauf dans le cas où la tumeur est très grosse, nous pouvons être certains que la faim reviendra avant que les tissus vitaux ne soient endommagés. Dans plus d’un cas de cancer où on avait eu recours à des sédatifs pour calmer la douleur, j’ai vu le
Soulagement apporté par trois ou quatre jours de jeûne.
     Il faut noter une autre limitation : des tumeurs situées de telle sorte qu’elles font obstacle à la circulation lymphatique continueront à grossir (se nourrissant de l'excès de lymphe qui s’accumule derrière elles), malgré le jeûne.
     Dans les cas où on n’obtient pas la résorption complète, la grosseur de la tumeur est suffisamment réduite pour n’être plus dangereuse. Par la suite, un mode de vie convenable empêchera une nouvelle croissance. En fait, nous   bien des cas où la tumeur a continué de diminuer lors d’une vie saine observée à la suite du jeûne.

 

Chapitre VI – JEÛNER N’EST PAS MOURIR DE FAIM (page 86)

     … Des milliers de jeûnes, variant de quelques jours à trois mois, chez des humains des deux sexes, vieux et jeunes, dans toutes les conditions vitales, ont démontré que l'homme pouvait passer de longues périodes sans nourriture sans que cela puisse lui être nuisible et qu’il retirait un grand bénéfice d’un jeûne rationnellement conduit. L'inanition, c'est mourir; jeûner, c’est vivre.

 

Chapitre VII – LES MODIFICATIONS CHIMIQUES ET ORGANIQUES PENDANT LE JEÛNE (page 93)

Les changements du sang. . La peau. . Les os. . Les dents. . Le cerveau, la moelle épinière et les nerfs. . La moelle épinière. . Le cerveau. . Les reins. . Le foie. . Les poumons. . Les muscles. . Le cœur. Le pancréas. . La rate. . L'estomac. . Les modifications chimiques.

     … Que le corps possède une réserve considérable de fer, même dans l’anémie pernicieuse, est prouvé par la régénération rapide du sang et la grande augmentation d'hémoglobine et de globules rouges pendant un jeûne dans ce cas. Le fer libéré par la réduction des tissus est retenu dans le corps et n’est pas rejeté pendant le jeûne. Une quantité considérable de fer et proportionnellement d’autres éléments nécessaires sont utilisés pendant le jeûne, bien que le corps accumule beaucoup de ce fer dans la rate, le foie, les cellules de la moelle et dans de nombre accru de globules rouges...

 

Chapitre VIII – LE RÉTABLISSEMENT DES ORGANES ET DES TISSUS PENDANT LE JEÛNE (page 107) - voir aussi plus au lien : #le_jeune_chapitre_VIII

     … La réparation ne se produit pas seulement pendant un jeûne, mais elle s'effectue souvent plus rapidement pendant un jeûne que lorsqu’on s’alimente. En effet, j'ai vu des blessures et anciennes plaies qui avaient longtemps refusé de guérir, complètement et rapidement guéries pendant un jeûne…

 

Chapitre IX – L’INFLUENCE DU JEÛNE SUR LA CROISSANCE ET LA RÉGÉNÉRATION (page 110)

     … La continuation de la croissance pendant le jeûne et l’accélération rapide de la croissance après le jeune indiquent de façon nette que le corps retient et utilise pour son plus grand profit les substances appelées vitamines, qui sont destinées à jouer des rôles si importants dans la croissance et la régénération des tissus. Il se peut même que le corps ne perde aucune de ses réserves en vitamines pendant le jeûne le plus prolongé. L’absence totale de preuves visant à montrer que le corps perd des vitamines est aussi suggestive que la preuve qui démontre que le jeûne non seulement n’arrête pas la croissance, mais en fait l'accélère.



Chapitre X – LES MODIFICATIONS DE LA FONCTION FONDAMENTALE PENDANT LE JEÛNE  (page 115)

Le repos physiologique. . Le métabolisme. . La respiration. . L'élimination. . Le nettoyage organique. . Actions relatives aux poisons.

     … Le système nerveux du jeûneur devient relativement plus puissant qu’à d'autres moments, et sa sensibilité est accrue. Pour cette raison, les actions du corps relativement aux drogues sont plus promptes et plus fortes lorsqu'on jeûne que lorsqu'on mange. A cause de ceci, le jeûneur est obligé de rompre avec l’habitude de prendre des drogues. Ce sujet sera discuté plus complètement dans un chapitre suivant. Le jeûneur devrait éviter de prendre des drogues, quelles qu'elles soient.

 

Chapitre XI – L’ESPRIT ET LES ORGANES DES SENS PENDANT LE JEÛNE (page 122)

Les capacités spirituelles. . L'aliénation mentale. . Le psychisme anormal. . Les sens.

     … La faiblesse et la diminution de la perception sensorielle chez l'homme est due principalement à la diminution de la vitalité et à l’accumulation dans les tissus d'excès de nourriture et de déchets retenus. Le jeûne, en débarrassant les excès et les déchets, en les éliminant de l’organisme et aussi en permettant la récupération nerveuse, rétablit les sens émoussés.

 

Chapitre XII – SÉCRÉTIONS ET EXCRÉTIONS (page 134)

La salive. . Le suc gastrique. . La bile. . Les sucs pancréatiques et intestinaux. . Le lait. . La transpiration. . Le mucus. . L'urine.

 

Chapitre XIII – L’ACTIVITÉ INTESTINALE  (page 140)

     … Le jeûne donne un repos complet à l’estomac, à l’intestin grêle et au côlon, qui sont ainsi capables de restaurer leurs structures abîmées…

 

Chapitre XIV – LE JEÛNE ET LE SEXE  (page 149)

     … L'amour semble aussi diminuer le désir de manger chez les garçons et chez les filles…

 

Chapitre XV – LA RÉGÉNÉRATION PAR LE JEÛNE (page 154)

     Upton Sinclair dit : « La plus grande chose à propos du jeûne est qu'il nous donne un nouveau niveau de santé »…

Chapitre XVI – GAIN ET PERTE DE FORCE PENDANT LE JEÛNE (page 159)

     « La plupart des hommes peuvent comprendre que manger donne des forces », dit le Dr Tilden, « mais il leur faut longtemps pour comprendre qu’arrêter l’alimentation donne des forces. »…

 

Chapitre XVII – GAIN ET PERTE DE POIDS PENDANT LE JEÛNE (page 166)

     … Le poids perdu pendant un jeûne est rapidement regagné, si ceci est désirable. La perte de poids n'offre pas le moindre danger.

 

Chapitre XVIII – LE JEÛNE NE PRODUIT PAS DE « MALADIE » DE CARENCE (page 172)

     … Le jeûne ne produit pas de lésions profondes et cachées qui se font ressentir plus tard. Il n'y a aucune lésion dangereuse des tissus importants ou vitaux qui puisse survenir pendant un jeûne.

 

Chapitre XIX – LA MORT PENDANT LE JEÛNE (page 179)

     … Nous devons encourager le jeûneur et collaborer avec lui, et ne jamais l'effrayer à en mourir.

 

Chapitre XX – LES OBJECTIONS AU JEÛNE (page 187)

     … Je n’ai pas rencontré une seule objection au jeûne qui n’était pas basée sur un manque de connaissance du jeûne, ou simplement sur une demi-vérité…
     … Au risque de quelques répétitions, qu’on me permette ici de dresser la liste de quelques-unes des choses que le jeûne ne produit pas :
     Le jeûne ne cause pas l’atrophie de l’estomac.
     Le jeûne ne provoque pas l’adhérence des parois de l'estomac par resserrement.
     Le jeûne n’agit pas de telle sorte que les sucs digestifs de l’estomac s’attaquent à lui et le digèrent.
     Le jeûne ne paralyse pas les intestins.
     Le jeûne n’appauvrit pas le sang ni ne produit l’anémie.
     Le jeûne ne produit pas l'acidose.
     Le jeûne n’affaiblit pas le cœur, ni ne cause sa défaillance.
     Le jeûne ne produit pas d’.dème de malnutrition.
     Le jeûne ne produit pas la tuberculose, ni ne prédispose à son développement.
     Le jeûne ne diminue par la résistance à la « maladie ».
     Le jeûne n’abîme pas les dents.
     Le jeûne n’affecte pas le système nerveux.
     Le jeûne n’affaiblit pas les forces vitales.
     Le jeûne n’abîme aucun des organes vitaux.
     Le jeûne n’abîme pas les glandes.
     Le jeûne ne produit pas de psychisme anormal.

 

Chapitre XXI – LE JEÛNE GUÉRIT-IL LA « MALADIE » ? (page 199)

     … Pour nous il n'y a pas vingt mille « maladies » mais de nombreux états locaux provenant d'un dérangement général de l’organisme. Nous ne cherchons pas à soigner la « maladie », mais à supprimer les causes de l’altération et à procurer à l'organisme malade toutes les conditions naturelles ou hygiénistes qui faciliteront son retour spontané à la normale biologique et physiologique…
     … Le jeûne fait partie des soins rationnels du corps malade, il ne traite ni ne guérit la maladie…
     … Nous ne prétendons pas que le jeûne restaure la santé, mais simplement qu'il permet à l’organisme de se guérir lui-même. Quel est donc le rôle du jeûne ?
     1° Il donne un repos complet aux organes vitaux.
     2° Il arrête l’absorption d’aliments qui se décomposent dans les intestins et qui ensuite intoxiquent le corps.
     3° Il vide les voies digestives et les débarrasse des bactéries de putréfaction.
     4° Il donne aux organes d’élimination l’occasion de mettre leur travail à jour, et il facilite l'élimination.
     5° Il rétablit la chimie physiologique normale et les sécrétions normales.
     6° Il favorise la désintégration et l’absorption des déchets (excrétions), effusions, dépôts, tissus « malades », et excroissances anormales.
     7° Il rajeunit les cellules et tissus, et il régénère le corps.
     8° Il permet la conservation et la recanalisation de l'énergie.
     9° Il augmente les pouvoirs de digestion et d’assimilation.
     10° Il éclaircit et fortifie l’esprit.
     11 ° Il améliore le fonctionnement général du corps.
     Chacune de ces affirmations a été entièrement prouvée au cours de ce livre.

 

Chapitre XXII – L’ANALYSE RAISONNÉE DU JEÛNE (page 205)

La nature se prépare au jeûne. . Ceux qui travaillent doivent manger. . Elimination. . Compensation.

 

Chapitre XXIII – LA DURÉE DU JEÛNE (page 212)

     … Il n'est pas possible d'avoir une règle rigide pour nous guider ici; chaque cas devra être traité selon ses propres besoins et selon l’état général du malade…

 

Chapitre XXIV – FAIM ET APPÉTIT (page 219)

     … On ne prend pas un mal de tête pour de la soif.
     On connaît trop bien la sensation de soif. La faim réelle est également ressentie dans la bouche et dans le gosier. En cas de faim réelle, on sent un besoin net et conscient d’aliments. On éprouve une sensation de confort, et non de souffrance et de malaise...
     … L’appétit
     L'une des erreurs commises le plus fréquemment en diététique est de confondre l'appétit avec la faim. L’appétit n’est pas plus de la faim que la passion sexuelle n'est de l'amour…

 

Chapitre XXV – LES CONTRE-INDICATIONS AU JEÛNE (page 227)

     … Les livres sur le jeûne donnent une liste de cas où le jeûne est contre-indiqué ; ceux-ci demandent à être élucidés. Ce sont les suivants :
     1° Peur du jeûne de la part du malade. La peur peut tuer dans des cas où le jeûne pourrait apporter un bienfait appréciable. Si la peur du jeûne peut être surmontée, il n’y a pas de raison pour ne pas l'entreprendre.
     2° Maigreur extrême. Dans ce cas, un jeûne prolongé est impossible. Un jeûne court, de un à trois jours, peut souvent être bienfaisant, ou bien une série de petits jeûnes, avec des intervalles plus longs, et une alimentation soignée, peuvent être recommandés…
     3° Dans des cas de faiblesse extrême ou de dégénérescence extrême…
     4° Dans les cas de reins inactifs accompagnés d’obésité…
     5° Dans les cas de « maladies par carence »…
     6° Dons les cas de respiration difficile : ce symptôme est parfois observé dans deux genres de cas; ce sont les cas nerveux et les cas de maladies cardiaques. Dans les cas nerveux, ce n'est pas un signe de danger. Dans les cas cardiaques, il est nécessaire de suivre attentivement le rythme cardiaque. Si celui-ci venait à montrer des signes d’affaiblissement, il faudrait rompre le jeûne immédiatement…
     … 11 y a des cas où il vaut mieux procéder avec prudence, et où une personne inexpérimentée ne devrait pas tenter de faire entreprendre un jeûne; mais, en général, il y a rarement une contre-indication au jeûne, de même qu’il y a rarement ou jamais une contre-indication à une forme quelconque de repos.

 

Chapitre XXVI – LE JEÛNE DANS DES PÉRIODES ET CONDITIONS SPÉCIALES DE LA VIE (page 230)

Quand jeûner. . Le jeûne chez les végétariens. . Le jeûne chez le nourrisson et chez l'enfant. . Le jeûne dans la vieillesse. . Le jeûne chez la femme enceinte. . Le jeûne pendant l’allaitement. . Le jeûne chez le fort et chez le faible. . Le jeûne chez le très maigre. . Le jeûne dans les carences.

 

Chapitre XXVII – SYMPTOMATOLOGIE DU JEÛNE (page 241)

Symptômes subjectifs. . Le pouls. . L'appétit. . La langue et l'haleine. . La température. . La sensation de froid. . Les frissons. . La fièvre de famine. . Le sommeil.

 

Chapitre XXVIII – LA PROGRESSION DU JEÛNE (page 251)

Les premiers jours du jeûne. . La disparition des symptômes. . L'augmentation des symptômes. . Les crises durant le jeûne (Crachements. Crises nerveuses. Catarrhe. Crises cutanées. Maux de tête. Membres endoloris. Nausées. Vomissements. Crampes. Gaz. Diarrhée. Vertiges. Evanouissements. Mal de gorge. Palpitations. Insomnie. Troubles visuels). . Complications sérieuses (Grande faiblesse. Pouls irrégulier. Respiration difficile. Rétention d’urine. Pétéchie). .Force et faiblesse.

     … Les vertiges. . Ils constituent un symptôme très fréquent, qui se manifeste principalement au début du jeûne, ou lorsqu’on se lève d’une façon soudaine. Il ne dure que quelques secondes et on peut l'éviter en se levant lentement. On éprouve souvent des vertiges pendant le jeûne, ce qui provient du retrait soudain du sang du cerveau. Si le jeûneur se meut avec pondération, il sera rarement sujet au vertige…
     … Ce qui peut, au début, sembler paradoxal, c’est que lorsqu’un malade devient très faible en jeûnant, s'il persiste dans son jeûne, la faiblesse cesse et il devient plus fort….

 

Chapitre XXIX – L’HYGIÉNE DU JEÛNE (page 265)

La conservation. . Le repos. . Les influences mentales. . La peur. La pondération. . L'air frais. . La chaleur. . L'exercice. . Le travail durant le jeûne. . Le bain de soleil. . Le mauvais goût dans la bouche. . Chewing-gum. . L'absorption d'eau durant le jeûne. . Amélioration du goût de l’eau. . L'eau froide. . Intervalles entre les aliments. . Le lavement pendant le jeûne. . Le lavage d'estomac pendant le jeûne. . Les dentiers. . Mesures de coercition.

     … Le jeûne n’est pas un jouet avec lequel un ignorant peut s’amuser, et il ne faut pas non plus le considérer comme une bravade…
     L’absorption d’eau durant le jeûne
     La plupart des adeptes du jeûne conseillent de boire beaucoup d’eau durant le jeûne. Cela est basé sur la théorie qui veut que l’eau favorise l’élimination des toxines du corps. Levanzin exprime cette théorie comme suit : « En général, il est bon de boire beaucoup d'eau pendant le jeûne, puisque cela aide à laver
le système et à le débarrasser des impuretés qui s’y étaient accumulées ».
     Carrington et Macfadden conseillent de boire plus d'eau que la soif n'en exige pendant le jeûne. Carrington préconise l’absorption d’eau comme un moyen pour soulager les sensations morbides de l'estomac ressenties parfois au début du jeûne. L’eau est ainsi utilisée comme palliatif et non pour satisfaire à un besoin quelconque du corps. L'eau prise en excédent doit être rejetée rapidement, afin que l'excès ne puisse causer de tort ; cette eau prise en excédent n’augmente, en aucun cas, l'élimination des toxines.
     Voilà une erreur que les premiers hygiénistes - Graham, Jennings, Trall, Alcoot, etc. - n'ont pas commise. Ils réprouvaient l’habitude consistant à boire trop d'eau. En vérité, une trop grande quantité d’eau n’est ni nécessaire ni profitable. Boire de l'eau par routine n'est pas à recommander. On peut se fier à la soif pour savoir quand et combien il faut boire. Il faut boire quand on a soif, et ne pas boire lorsqu'on n'a pas soif...

 

Chapitre XXX – RUPTURE DU JEÛNE (page 288)

La faim après le jeûne. . L'alimentation après le jeûne.

     … Il est d'importance vitale que le jeûne soit correctement dirigé…
     L’alimentation après le jeûne
     Après le jeûne, la nourriture devrait être la meilleure au point de vue qualités nutritives. Il ne faut pas employer de jus de fruits en bouteille ou en conserve pour rompre le jeûne. Seuls des fruits et légumes frais doivent être utilisés. Si des aliments secs doivent être employés, seuls les aliments séchés au soleil doivent servir. Tout aliment utilisé doit avoir sa teneur complète en vitamines et en minéraux. Produits conservés, fruits sulfatés, aliments dénaturés de toutes sortes, aliments trop cuits ou qui ont été hachés ou écrasés de sorte qu'ils ont subi des pertes vitales par oxydation, ne doivent pas être employés. La perte des minéraux et vitamines ne peut être compensée par des pilules de vitamines, quelles qu'elles soient, ni pas des préparations de minéraux quelle qu'en soit leur provenance. Ces éléments doivent être fournis par des aliments naturels.
     Après un long jeûne il y a un besoin plus grand de protéines que d’hydrates de carbone. Comme l'organisme qui a jeûné va reconstruire ses tissus rapidement, il lui faudra plus de protéines que dans un régime normal. Il lui faudra des protéines de bonne qualité, qui devront être aussi fraîches et complètes que possible. Il devrait être superflu d’ajouter qu’il ne faut pas donner la ration complète de protéines dès le premier jour. La rupture d’un long jeûne demande de la circonspection et des précautions, et c’est graduellement que le malade doit être amené du jeûne à des repas complets.

 

Chapitre XXXI – REPRISE DE POIDS APRÈS LE JEÛNE (page 295)

     La reprise de poids après un jeûne est habituellement très rapide. Souvent elle est aussi rapide que la perte de poids durant le jeûne. Des personnes qui avaient toujours été maigres et émaciées, par suite de digestion et d’assimilation déficientes, acquièrent alors un poids normal…

 

Chapitre XXXII – MODE DE VIE APRÈS LE JEÛNE (page 299)

     « Le jeûne est une chose vaine, dit Tilden, si le malade retourne à ses anciennes habitudes. Ceci est vrai de la convalescence en général. »…

 

Chapitre XXXIII LE JEÛNE EN PÉRIODE DE SANTÉ (page 303)

     … Le jeûne en période de maladie diffère beaucoup, à plusieurs égards, du jeûne en période de santé, mais fondamentalement le processus du jeûne est le même dans les deux cas…
     … Nous pouvons ajouter le fait évident qu’il n’y a pas, à notre connaissance, d'homme parfaitement sain; de sorte qu'il n'existe pas de personne qui ne puisse tirer profit du jeûne…

 

Chapitre XXXIV – LE JEÛNE DANS LA MALADIE AIGUË (page 306)

Les enseignements erronés de la « science médicale ». . Répugnance instinctive pour la nourriture dans les « maladies » aiguës. . Se nourrir pour se sustenter. . Incapacité digestive pendant la maladie aiguë. Pas de nourriture sans digestion. . Alimentation rectale et dermique. . La décomposition gastro-intestinale. . L'estomac et les intestins dans les « maladies » aiguës. . La nausée et le vomissement. . L'alimentation augmente la souffrance. . Compensation. . Repos physiologique. . Prévention. . Pas de danger d'inanition. . La douleur. . La torture des cas sans espoir. . Le jeûne dans les cas de fièvre. . La typhoïde. . La pneumonie. . L'appendicite. . Le rhumatisme. . La toux. . La diarrhée. . La dysenterie. . Dépérissement dans les troubles aigus malgré l’alimentation. . La faiblesse.

     « Plutôt que d’employer des médicaments, jeûnez un jour » écrivit Plutarque. Quelqu'un d'autre a dit : « Les gens sages, lorsqu’ils ont une indisposition quelconque, prennent un bain, se mettent au lit et jeûnent, laissant la nature faire son propre travail de rétablissement, et n’empêchant pas son action bienfaisante.»
     Un des premiers signes de maladie est le manque d'appétit...

 

Chapitre XXXV LE JEÛNE DANS LA MALADIE CHRONIQUE (page 326)

Le régime contre le jeûne. . La perte de l'appétit. . Une abondance de bons aliments nourrissants. . La peur non fondée du jeûne. . L'inanition résultant de la suralimentation. . Le désir fictif pour la nourriture. Aliments non digérés dans l’estomac. . Le manger instinctif. . La nature accepte le jeûne. . L'élimination. . Le repos physiologique. . Le soulagement de la douleur. . Les plaisirs du praticien. . Quelques témoignages « orthodoxes ». . Examen de quelques « maladies ». . Le jeûne dans les « maladies » nerveuses.

     Il n'est pas de personne qui, comprenant à fond le jeûne, puisse conserver des doutes quant à ses possibilités et à ses limites. La plupart des personnes qui ont volontairement eu recours au jeûne pour se débarrasser d’une maladie chronique, l'ont fait en dernier ressort. Elles étaient généralement en très mauvais état avant de consentir à jeûner. C’est un fait remarquable que les résultats aient pu être aussi grands, quand nous considérons le type de malades qui jeûnent. Il faut s'attendre à ce que certaines personnes ne retirent du jeûne que de maigres résultats, parce qu’il y en a tellement qui ne se décident à jeunet que lorsqu’ils approchent de la mort. Le jeûne ne permet pas au corps d’accomplir des miracles, mais quatre-vingt-quinze pour cent des malades chroniques peuvent entreprendre un jeûne, convenablement surveillé, avec toutes les chances de succès…

 

Chapitre XXXVI – LE JEÛNE  ET LA TOXICOMANIE (page 295)

L'alcoolisme. . Nicotinisme. . Le café, le thé, le cacao. . D'autres toxicomanies. . Opiomanie. . Soins après la guérison.

     Dewey semble avoir été le premier à attirer l’attention sur la grande valeur du jeûne pour combattre l’alcoolisme…
     … Quand on a admis que l'alcoolisme est une maladie chronique, il est aisé de comprendre comment et pourquoi le jeûne peut être utile dans cette condition. C'est une période de repos pendant laquelle l’organisme, dont on a tellement abusé, procède à des ajustements et à des réparations nécessaires et récupère ses énergies gaspillées. Quand le jeûne est terminé et que l’organisme a été débarrassé des toxines accumulées, et, ce qui est encore plus important, lorsque le système nerveux a recouvré la santé, la prétendue soif ardente de l'alcool n'existe plus…
     … Remarquez qu'il enseignait que la viande, l'alcool et d'autres « stimulants » produisent l'énervation, qui est un « gaspillage du tissu nerveux ». L’énervation est la base de toutes les toxicomanies, et pour éviter une rechute il est essentiel que l'individu vive de façon à ne pas s’énerver. Alors que dans ce qui précède le Dr Jackson insiste sur l'alcoolisme, ce qu'il dit s'applique à toutes les toxicomanies. Il faudrait dire aussi que la viande est loin d'être le seul ou le plus grand facteur d'énervement dans la vie de notre peuple. Toutes les sources d'énervation devraient être soigneusement évitées. Un corps bien nourri, dont les énergies sont préservées, conservées, grâce à de bonnes habitudes, ne ressentira pas « le besoin » de stimulants et n’aura pas besoin de « soulager » des malaises et douleurs.

 

Chapitre XXXVII – CURES DE DÉSINTOXICATION (page 348)

Le jeûne contre les régimes d’élimination. . Les régimes alimentaires. Les carences. . Moins on mange, mieux cela vaut.

     … Employer des aliments pour soigner, au lieu d'éliminer les causes de la maladie et d'employer ensuite les aliments pour nourrir le corps, est fondamentalement aussi incorrect que d'employer des médicaments pour guérir. Les aliments ne soignent pas. Jusqu'à ce que nous nous soyons débarrassés de notre foi dans les cures, il ne peut y avoir d'approche intelligente aux problèmes présentés par la souffrance, ni de bon usage des aliments par ceux qui sont malades. Je ne me satisfais pas de demi-mesures. Je les ai vu échouer trop souvent, dans des cas où un jeûne a procuré de rapides résultats, pour être leurré par les pré- tentions de gens inexpérimentés et mal informés. Dans plusieurs cas, l’échec a été si important que le malade a été dégoûté du jeûne pour toujours…

 

___________________________________________________________________________________________________________________

SUR INTERNET : Extraits du livre "Le jeûne" par H.M. shelton présentés au lien :

[1] http://www.freedom-generation.com/le-jeun/jeuner (10.01.2013) ou

[2] http://www.histoires-de-guerisons.com/2013/07/comme-la-grenouille-qui-mange-sa-queue/ (20.07.2013)

Attention : Les nuuméros de pages sont ceux du livre (retirer 3 pour avoir le numéro des pages du document téléchargé !)

Chapitre IV - "UN MENU POUR LES MALADES" :

Page 68 :

     « ... Les organismes accumulent les résultats du travail conjoint de leurs différents organes et systèmes physiologiques sous la forme de potentiel énergétique et de réserves utiles de substances. Ce matériel brut biologique qu’ils ont incorporé à leurs tissus et converti en leur chair et sang, ce capital de réserve, ils peuvent apprendre à l’utiliser au profit de l'organisme entier, ou en effectuant un travail utile; ou bien, ils peuvent le gaspiller d'une façon ou d’une autre, ou encore l'employer dans des circonstances spéciales, telles que la « maladie » ou la famine, quand la nourriture ne peut pas être digérée ou n’est pas disponible...  » [1]

     « ... Les oiseaux et poissons femelles qui jeûnent absorbent les oeufs accumulés dans leur corps et les utilisent comme nourriture. Morgulis expérimentant sur le triton (batracien), Duemyctuin, trouva que la femelle fécondée résistait mieux à l’inanition, parce qu’elle absorbe et utilise la grande réserve de nourriture accumulée dans les œufs qu’elle porte, et sauve de cette façon ses tissus et autres organes du dépérissement. Heidkamp trouva, au cours de ses expériences sur le Tritoncristatus (un saumon d'eau douce), que lorsque la femelle était privée de nourriture, les œufs pleinement développés en elle étaient les premiers à être absorbés...  » [1]

Page 69 :

     « ... On a fait des objections contre le jeûne chez l’homme, sous prétexte que ce n'est pas un animal hibernant. 11 est vrai que l'homme ne possède pas de
réserves de nourriture spéciales, comme l’ours russe, par exemple ; mais il possède des réserves nutritives généralisées comme tous les animaux. Le chien, le chat, la vache, le cheval, l'éléphant, etc., ne sont pas des animaux hibernants, cependant ils refusent tous instinctivement de manger quand ils sont malades ou blessés.

     Les animaux hibernants sont inactifs et ont des réserves nutritives qui ont été mises de côté pour cette période; mais il y a d’autres animaux qui vivent longtemps sans nourriture et qui sont très actifs pendant ce temps. Le phoque d'Alaska et le saumon en sont des exemples remarquables. Le fait est que tous les animaux, l'homme y compris, sont pourvus de réserves nutritives qui sont emmagasinées en vue d’une période d’abstinence forcée ou nécessaire.

     C'est une tendance économique de l’organisme d’accumuler des réserves dans le corps de sorte que dans les périodes de tension, d’effort ou de privation et de besoin, ce dernier sera capable de se passer pour quelque temps de l'approvisionnement ordinaire en nourriture. L'homme ou l'animal, dans des cas de famine, de naufrage ou autres circonstances durant lesquelles la nourriture ne peut pas être obtenue, périraient immédiatement s’ils n'avaient pas ces réserves nutritives généralisées, emmagasinées dans le corps.

     Nous avons vu dans un chapitre précédent que chaque cellule et chaque organe a sa propre réserve de nourriture. En plus de cela, il y a une quantité considérable de glycogène accumulé dans le foie, un excédent de protéines et d'autres substances nutritives transportées dans le sang et dans la lymphe, plusieurs kilos de graisse dans le corps (même les personnes minces ont une quantité considérable de graisse), et beaucoup de réserves nutritives dans la moelle des os. Dans les glandes il y a une réserve considérable de vitamines. Il est possible que le corps puisse conserver et réutiliser ses vitamines comme il peut le faire pour le fer et certains autres minéraux. Collectivement, les provisions ci-dessus constituent une réserve nutritive qui est capable de subvenir aux besoins des organes vitaux et à leurs fonctions durant des périodes de longueur considérable...  » [1]

Pages 70 à 72 : (Comment un organisme en jeûne se nourrit-il ?)

     « ... L'ensemble des réserves nutritives corporelles est bien équilibré en ce qui concerne les divers éléments nutritifs, sels, vitamines, etc. Elles sont capables de subvenir aux besoins des tissus vitaux pendant de longues périodes...  » [1]

     « ... Les réserves des animaux omnivores, bien qu’étant abondantes habituellement, sont rapidement épuisées quand la nourriture fait défaut. Chez les chiens et chez l'homme le canal alvin est presque immédiatement vidé de son approvisionnement en nourriture, de sorte que la vraie période de jeûne est plus rapidement atteinte. C'est presque dès le début du jeûne que toute la dépense est faite au détriment des réserves nutritives de leur corps.

     L'hibernation diffère du jeûne ordinaire en ce que l’animal hibernant possède des réserves spéciales pour cette période, et en ce que le taux métabolique est beaucoup plus bas dans le cas d'hibernation, diminuant ainsi le besoin de nourriture.

     L'organisme qui jeûne subsiste aux dépens des matériaux précédemment accumulés dans ses tissus. Il serait faux de supposer que pendant un jeûne, dans n'importe quelle condition, les processus de nutrition sont suspendus. Seuls ceux qui concernent la digestion et l'absorption des matières premières sont interrompus.

     L'organisme qui jeûne est aussi bien nourri par ses réserves accumulées que s'il consommait journellement une grande quantité de la meilleure nourriture. Morgulis dit en effet que : « Le jeûne peut être regardé comme une forme spéciale — peut-être la plus simple — de nutrition ». Il ajoute que les matériaux pour la croissance et la réparation des tissus, l'énergie pour l’entretien, et l’énergie pour le travail sont fournis « dans les conditions du jeûne » par le « riche dépôt des substances nutritives que chaque organisme contient dans ses tissus, substances qui constituent les aliments communs lorsqu'ils servent à nourrir un autre organisme ».
     Morgulis dit plus loin : « La croissance et la régénération actives ne sont pas incompatibles avec le jeûne, et les détériorations, du moins dans certains organes, sont si complètement réparées qu’on peut échapper pendant un certain temps aux effets d'une restriction alimentaire. Le jeûne ne détruit pas l’aptitude à un effort extrême et soutenu ».

     Dans des circonstances ordinaires, les réserves nutritives généralisées de l'homme et de l'animal sont capables de maintenir l'intégrité fonctionnelle et structurale durant un temps considérable, sans consommation de nourriture. Dans les circonstances les plus favorables de repos, de tranquillité et d’équilibre mental, ces réserves sont capables de durer beaucoup plus longtemps... Ces réserves sont précisément accumulées pour de tels besoins, et elles doivent être utilisées à certains moments et dans certaines conditions. En effet, il y a des conditions de « maladie » dans lesquelles il est impossible d’accepter aucune autre nourriture : conditions qui font que le corps est incapable d'utiliser les matières premi ères ingérées.

     Non seulement ces réserves nutritives sont capables de nourrir les tissus vitaux de l'organisme durant un certain temps, mais aucun des tissus vitaux du corps
ne peut être endommagé ou consommé tant que ces réserves durent. C’est seulement après épuisement de ces réserves que la nature permettra qu’un des tissus vitaux ou fonctionnels du corps soit endommagé. Les organes vitaux ne sont pas affectés par un jeûne prolongé. La peur du jeûne n’est pas fondée, elle est basée sur l'ignorance ou une mauvaise information.

     Jeûner, c'est s'abstenir de toute nourriture, excepté d’eau, jusqu’à ce que les réserves nutritives soient consommées. Mais dépérir, c’est s’abstenir de nourriture
après que ces réserves ont été consommées....  » [1]

     « ... Quand on prive un homme ou un animal de nourriture, les substances qui servent au maintien des structures et au maintien des fonctions des tissus vitaux
sont puisées dans les réserves de l’organisme jeûnant.

     L'organisme qui jeûne tire le profit maximum du matériel disponible : il fait durer les ressources aussi longtemps que possible ; en effet, les substances qui sont absolument essentielles à la préservation de l’étincelle vitale, ou à la continuité du mouvement d’organes nécessaires, tels le cœur et le système nerveux central, ne sont utilisées que lorsque les autres organes ne peuvent en fournir. Les graisses et les réserves de glycogène sont d’abord utilisées, en plus d’une partie des protéines, jusqu’à ce que la machine s’arrête par manque de force motrice, lorsque le quart ou la moitié du poids a été perdu.

     Si le jeûne continue, des réajustements s'accomplissent pour assurer les demandes minimum faites sur les réserves nutritives ; pendant que le jeûne progresse,
le corps tend à conserver ses provisions en diminuant l’activité à la fois physique et physiologique, de sorte que le taux de perte diminue graduellement.

     Chez les animaux à sang froid, chez lesquels le jeûne est un événement physiologique normal dans le cycle vital, les réserves sont habituellement abondantes et la demande qui en est faite est petite, de sorte qu'ils peuvent jeûner pendant de longs intervalles sans être forcés de renouveler leurs provisions. Chez les animaux à sang chaud, chez qui les réserves sont fréquemment moindres et dont les activités sont plus grandes, les réserves s’épuisent plus rapidement. Cependant, c'est seulement une fois que toutes ces réserves sont épuisées que les tissus organiques sont réquisitionnés en tant que substances nutritives.

     Si le jeûneur se repose, ses réserves durent plus longtemps que s’il est actif durant le jeûne. De meilleurs résultats sont obtenus par le jeûne si le repos est observé. Le travail, de longues marches, des exercices fatigants, etc., gaspillent les réserves du corps sans offrir aucun avantage en compensation.

     L'effort physique, le froid extérieur, les soucis, les émotions fortes, accélèrent l'utilisation des réserves. La fièvre produit sans doute le même effet, du moins dans la plupart sinon dans tous les états aigus.

     La Nelson’s Encyclopédie dit : « Les observations faites durant le jeûne de Succi et celui d'autres personnes montrent que le corps perd moins rapidement quand le jeûneur est tenu au chaud et au repos. Les tissus adipeux sont utilisés les premiers ; viennent ensuite les protides des muscles du squelette et intestinaux. Le muscle cardiaque ne diminue pas sensiblement et probablement prend-il sa substance dans les muscles moins essentiels. Dans les longs jeûnes les tissus s’épuisent plus rapidement durant les premiers jours. Par la suite le corps utilise ses réserves nutritives de façon plus économique ».

     Un jeûne antérieur semble entraîner le corps à utiliser ses réserves de façon plus économique. On voit ainsi l’économie énorme réalisée par une utilisation éduquée des forces du corps. Un second ou un troisième jeûne est aussi presque toujours plus facile que le premier bien que pour beaucoup, pendant le premier jeûne, il n’y ait pas de gêne du tout.

     Dans The Natural Cure, p. 73, le Dr Page dit : « La chair humaine, par absorption, constitue un régime des plus appropriés dans certaines maladies (1). L'absorption et l'excrétion des tissus malades sont, dans certaines circonstances, le seul travail que la nature puisse entreprendre sans danger, et dans ces cas, aucun renforcement ne peut-être accompli jusqu’à ce qu’une fondation solide soit atteinte et jusqu'à ce que les débris soient enlevés ; ensuite, à moins que ce bon travail ne se poursuive, les organes nutritifs ont alors l'occasion de se renouveler virtuellement ».

     La chair humaine, par absorption, devient le menu des malades, le seul régime possible dans toutes les maladies aiguës sérieuses. Le Dr Dewey étant assistant-chirurgien aux U.S.A s'occupait, en 1864, d'une salle du Chattanooga Field Hospital où il dit que « les autopsies étaient de règle » et qu'elles étaient nombreuses. En discutant de ces autopsies il dit qu' « il ressortait de chacune d'elles un fait de signification prodigieuse, qui ne faisait aucune autre impression sur mon esprit, que de m'obliger à m’en souvenir ». Ce fait est que, quel que soit l'amaigrissement du corps, et même si la condition squelettique a été atteinte, le cerveau, le cœur et les poumons, sauf s’ils sont eux-mêmes malades, ne subissent jamais aucune perte...

     (1) L'auteur veut dire que l'organisme absorbe lui-même ses chairs et tissus inutiles (autolyse). (Note de l'éditeur.)... » [1]

Pages 73 & 74 :

     « ... Ces études nous révèlent qu’il y a dans le corps des réserves alimentaires amassées pour servir en cas de besoin. Ces réserves nutritives sont disponibles pour être utilisées dès que le besoin s’en fait sentir et avec peu de dépense d’énergie par le corps. Elles sont capables de satisfaire tous les besoins essentiels du moment, et peuvent être restaurées à loisir, après que le travail de reconstitution a été accompli.

     Si tous les tissus adipeux et autres réserves sont disponibles en abondance, on peut jeûner de trente à quatre-vingt-dix jours ou plus sans entamer une seule cellule des tissus essentiels du corps.

     « Lorsqu’elle n’a pas de travail digestif à faire, écrit Oswald, la Nature emploie le loisir longuement désiré à des fins de nettoyage général. Les accumulations de tissus superflus sont examinées et analysées; les parties utilisables sont renvoyées au système nutritif, les déchets sont enlevés complètement et d’une façon permanente... » [1]

     « ... L'ensemble des tissus de l'organisme peut être considéré comme un réservoir d'alimentation capable d'être dirigé sur n’importe quel point, selon le besoin. La capacité du corps à nourrir ses tissus vitaux à partir de ses réserves nutritives et de ses tissus moins vitaux, est d'une grande importance pour le malade qui est incapable de digère et d’absorber de la nourriture. Sans cette capacité, le malade en crise aiguë périrait de faim... » [1]

     Contrairement à l’opinion courante (et même professionnelle), les tissus vitaux de l'organisme qui jeûne ne commencent pas à se décomposer dès que la nutrition cesse.

     Le corps qui jeûne perd du poids, mais les pertes de poids ne sont pas des indications sûres que des changements interviennent dans les tissus internes. Durant un jeûne, c’est aux réserves corporelles de graisse qu’est fait le plus grand appel, aussi bien chez l'homme que chez les animaux; la perte rapide de poids durant les premiers quatre jours de jeûne, particulièrement remarquable chez les gros, est due à la tendance de la graisse à se dissoudre rapidement.

     Ainsi, on a vu que les tissus vitaux sont nourris d'abord par les réserves de nourriture et, quand celles-ci sont épuisées, par les tissus vitaux les moins importants. Aucun dommage ne sera causé, ni ne pourrait être causé, à aucun des tissus vitaux du corps tant que ses réserves seront suffisantes pour répondre aux besoins nutritifs de ces tissus. Ceci varie de quelques jours chez les gens très maigres à quelques mois chez les individu» très gras.

     Il n’y a pas besoin d’avoir peur de jeûner, même du jeûne le plus prolongé, sous une conduite intelligente et expérimentée. Le corps humain peut avoir accumulé en lui des ressources d'énergie tellement grandes qu’il sera à même de jeûner de nombreux jours.

     Parce qu'ils sont ignorants des réserves du corps animal, qui sont disponibles pour l'entretien, quand, pour une raison quelconque, la nourriture est refusée, les médecins, les gardes-malades, les malades, leurs parents et amis sont effrayésdu jeûne et insistent pour que les malades mangent afin de « maintenir leurforce ». On n’a jamais commis plus grande erreur.

     Un aspect important du jeûne a été entièrement perdu de vue par tous les prétendus expérimentateurs scientifiques du jeûne. Je fais allusion à la manière dont il cause la destruction, l'absorption et l'élimination ou l’utilisation des excroissances anormales, des effusions, exsudats, dépôts, etc. Les chercheurs ont fait toutes leurs expériences sur des animaux ou des hommes en bonne santé et, pour cette raison, ils ne peuvent connaître ses effets sur le corps malade.

     Ils ont appris que la graisse inutile et les tissus les moins essentiels sont d'abord utilisés, et que les tissus les plus essentiels du corps sont à peine touchés, même au moment où la mort par inanition en résulte ; mais n’ayant jamais surveillé le processus, ils ne peuvent rien savoir de la rapidité avec laquelle le liquide hydropique, par exemple, est absorbé à partir des cavités ou des tissus et est utilisé comme nourriture. Ils ne peuvent pas savoir comment des excroissances comme des tumeurs sont souvent rapidement absorbées et comment même de grosses tumeurs sont réduites. La résolution dans la pneumonie est hâtée, le processus se produisant si rapidement qu'il serait souvent difficile d'y croire si on ne le voyait de ses propres yeux. Les tissus « malades » sont détruits, les tumeurs, exsudats, effusions et dépôts sont absorbés pour être utilisés ou éliminés. Durant le jeûne, le corps utilise tout ce dont il peut se passer, afin de préserver l’intégrité des tissus essentiels. Les choses inutiles et moins essentielles sont sacrifiées en premier lieu.


Chapitre V - "L'AUTOLYSE" :

Page 75 :

     « ... Au cours du processus de transformation en grenouille, le têtard développe quatre pattes. Lorsque celles-ci sont entièrement constituées, la queue qui était tellement utile au têtard ne lui sert plus à rien; aussi procède-t-il à son élimination, non en la faisant tomber, comme on le pense couramment, mais en l'absorbant.

     ... Pendant la période où la queue de l’ex-têtard est en voie d’absorption, la jeune grenouille ne mange pas... Il se peut que le jeûne soit essentiel pour permettre l'absorption de la queue, ou du moins il hâte le processus, car il oblige l'utilisation de la queue comme nourriture pour subvenir aux besoins des tissus vitaux de la grenouille jeûnant... » [1] et [2]

Page 76 :

     « ... Le mot autolyse... On l'emploie en physiologie pour désigner le processus de digestion ou de désintégration de tissus par des ferments (enzymes) produits dans les cellules ferments (enzymes) produits dans les cellules elles-mêmes. C’est un processus d’auto-digestîôn, de digestion intra-cellulaire... » [2]

     « ... Les phénomènes qui se produisent au cours d’un jeûne donnent de nombreux exemples du contrôle que le corps exerce sur ses processus d'autolyse. Par exemple, les tissus sont perdus en raison inverse de leur utilité — les graisses et excroissances morbides s'en vont en premier lieu, puis les autres tissus... » [1]

Page 77 : "L'autolyse chez les plantes" :

     « ... Le règne végétal offre de très nombreux exemples d’autolyse... Tous les bulbes — et l'oignon nous servira d'exemple —... En fait, le bulbe peut être retiré du sol et mis de côté durant de longue périodes. L'oignon peut commencer à germer dans le seau ou le sac dans lequel il se trouve... Le bulbe se ramollit graduellement, et bientôt il ne reste plus qu’une simple enveloppe, la substance de l'oignon ayant été digérée et utilisée par la plante en voie de croissance.
     Les éléments nécessaires à la croissance sont fournis par la digestion autolytique des substances contenues dans le tubercule, et même hors de terre ces plantes produisent racines et feuilles, et elle poussent.... » [2]

Page 80 : "L'autolyse est contrôlée"

     « ... durant l’inanition, il n’y a pas dépérissement indiscriminé du corps, mais plutôt, comme il a été déjà observé pendant le jeûne, la même sauvegarde des tissus vitaux et un lent sacrifice des tissus moins indispensables... » [2]

Page 81 :

     « ... Il est intéressant de noter que ce contrôle de l’autolyse s’étend également aux tissus malades, tels que tumeurs, dépôts, écoulements, etc. et qu’il n’est pas limité aux tissus normaux. Des enzymes intra-cellulaires qu’il possède, le corps est capable de digérer ses propres protéines, lipides et glucides (…) Le corps est capable de contrôler le processus d’auto-digestion, et il le limite strictement aux tissus non essentiels. Le corps est capable d’utiliser les produits terminaux de la désintégration autolytique de ses propres tissus pour nourrir ses parties les plus essentielles et les plus vitales... » [1]

     « ... les tissus vitaux du corps ne seront pas sacrifiés pendant une abstention même prolongée de nourriture. Ainsi nous savons, de façon certaine, que seuls les tissus non essentiels seront digérés et que leurs composants seront transportés à travers le corps pour nourrir les tissus vitaux... » [2]

Page 82 : "La désintégration autolytique des tumeurs"

     «... Pour bien comprendre ceci, le lecteur doit savoir que les tumeurs sont constituées de chair, de sang et d’os.
Il existe divers noms pour indiquer les différentes sortes de tumeurs, mais ces noms indiquent la nature du tissu dont la tumeur se compose.
Par exemple,
un ostéome est fait de tissu osseux ;
un myome est constitué de tissu musculaire ;
un neurome, de tissu nerveux ;
un lipome, de tissu adipeux ;
un fibrome, de tissu fibreux ;
un épilhéliome, de tissu épithélial, etc.
Des excroissances de ce genre sont techniquement désignées sous le nom de néoplasmes (nouvelles croissances) pour les distinguer des simples gonflements ou enflures.
Une grosse boule au sein peut n'être que l’enflure d’une glande lymphatique ou d’une glande mammaire. Une telle glande, ainsi enflée, peut être fort douloureuse mais ce n’est pas un néoplasme.

     Les tumeurs étant composée de tissus du même genre que les autres tissus du corps, elles sont susceptibles de désintégration autolytique, de même que les tissus normaux, et elles se résorbent et sont digérées dans certaines circonstances et en particulier pendant le jeûne.... » [2]

Page 83 :

     «... La rapidité d’absorption des tumeurs chez les individus qui jeûnent varie suivant une variété de circonstances connues et inconnues. Voici quelques facteurs dont dépend cette rapidité :
.
l’état général du patient,
. la quantité de surplus contenue dans son corps,
. le genre de tumeur,
. la dureté ou la mollesse de la tumeur,
. le siège de la tumeur,
. l’âge du patient.

     Voici deux exemples extrêmes qui montreront la grande variation qui existe dans la rapidité d’absorption.
     Une femme de moins de 40 ans avait un fibrome utérin de la grosseur d’un pamplemousse moyen. Il se résorba complètement en vingt-huit jours d'abstinence totale de nourriture, excepté d’eau. Cette rapidité d’absorption fut particulièrement rapide.
     Un autre cas est celui d'une tumeur semblable chez une femme à peu près du même âge. Dans ce cas, le fibrome était de la grosseur d’un œuf d'oie. Un jeûne de vingt et un jours réduisit la tumeur à la grosseur d’une noix. Le jeûne fut interrompu à cause du retour de la faim. Un autre jeûne, qui eut lieu quelques semaines plus tard et qui dura dix-sept jours, fut nécessaire pour amener la résorption totale de la tumeur. C’est un exemple de résorption particulièrement lente.
Des boules dures au sein, semblables à des tumeurs, dont la grosseur peut varier de celle d'un petit pois à celle d’un œuf d’oie, disparaissent dans un espace de temps allant de trois jours à trois semaines.
     Voici un cas remarquable, à la fois intéressant et instructif. Une jeune femme de 21 ans avait une forte enflure dure au sein droit, qui lui avait fait très mal pendant quatre mois. Finalement, elle consulta un médecin qui diagnostiqua un cancer et conseilla une intervention chirurgicale immédiate. Elle alla chez un autre médecin, puis chez
un autre et encore chez un autre, et chacun fit le même diagnostic et conseilla l'ablation d'urgence. Au lieu d'avoir recours à la chirurgie, elle eut recours au jeûne; au bout de trois jours exactement sans nourriture, le « cancer » et les douleurs disparurent. Aucune rechute ne se produisit après vingt-trois ans...

Voici un exemple récent. Un industriel de Los Angeles vint me voir avec sa femme qui avait une tumeur au sein. Elle avait consulté plusieurs médecins. Chacun d'eux avait vivement conseillé l’ablation du sein. Je lui fis entreprendre un jeûne qui dura trente jours. A la fin du jeûne, la tumeur, qui au début avait la grosseur d'une noix, était réduite à la grosseur d’un pois. Mise ensuite à un régime de légumes et de fruits, cette femme vit disparaître ce qui restait de la tumeur en moins d'un mois.... » [2]

Page 85 :

     «... Au cours de ma propre expérience, j’ai vu de nombreux fibromes de l’utérus et du sein, des lipomes sur diverses parties du corps, des épithéliomes tout un groupe de myomes et d’autres tumeurs être autolysés et disparaître pendant un jeûne entrepris par le malade. J’ai vu des verrues disparaître en cours de jeûne et j’en ai vu d’autres sur lesquels le jeûnesemblait n’avoir aucun effet. Je n’ai jamais vu un grain de beauté affecté par le jeûne. J’ai vu des kystes complètement dissous par le jeûne et d’autres réduits... » [1]

Chapitre VIII - "LE RÉTABLISSEMENT DES ORGANES ET DES TISSUS PENDANT LE JEÛNE" :

Page 108 :

     « ... Mes observations montrent que la pousse des cheveux est lente pendant un jeûne et que la barbe est beaucoup plus douce qu’à l’ordinaire, le corps sacrifiant les poils dans l'intérêt des structures plus importantes, bien que le jeûne arrête fréquemment la chute des cheveux... » [1]


¤

Rappel des références :

SUR INTERNET : Extraits du livre "Le jeûne" par H.M. shelton présentés au lien :

[1] http://www.freedom-generation.com/le-jeun/jeuner (10.01.2013) ou

[2] http://www.histoires-de-guerisons.com/2013/07/comme-la-grenouille-qui-mange-sa-queue/ (20.07.2013)

 

 

Livre : JEÛNER POUR REVIVRE
par Albert Mosséri

 

JEÛNER POUR REVIVRE
Techniques de l’hygiénisme (Sommaire et Extraits)

Albert Mosséri © 1980 Le Courrier du Livre – Paris - 312 pages

Avertissement de l’auteur de ces « extraits » : les textes choisis sont volontairement subjectifs.
Les phrases sont extraites du livre.
Merci de respecter le copyright concernant les phrases extraites du texte du livre.

Ce livre, épuisé, peut être acheté d'occasion, par exemple, chez Amazon : http://www.amazon.fr/Je%C3%BBner-pour-revivre-Albert-Mosseri/dp/270290095X

Photo    ou     Photo

"Dédié au lecteur militant qui a jeûné, pour qu’il écrive à la presse en relatant son expérience et pour réfuter ainsi les mensonges qu’elle propage sur ce sujet vital."
(L’Auteur)

Chapitre 1 – PRATIQUE DU JEÛNE ANNUEL CHEZ LES ANCIENNES PEUPLADES (page 9) – Pratique du jeûne annuel dans l’île Maurice – Le demi-jeûne annuel chez les Hounzas – Le jeûne annuel chez les Arabes – Le jeûne dans le monde animal

 

Chapitre 2 LE MÉTABOLISME ET L’AUTOLYSE DURANT LE JEÛNE (page 15)

 

Chapitre 3 – LES RÉSERVES DU CORPS (page 16)

 

Chapitre 4 – LE JEÛNE, PUIS L’INANITION (page 19) 

 

Chapitre 5 – PRIMAUTÉ DE LA FAIM DURANT LE JEÛNE ET DANS LA VIE COURANTE (page 23)

     … Le moyen infaillible, selon nous, de distinguer la vraie faim de la fausse faim, c’est d’attendre une heure. La vraie faim devient de plus en plus aiguë, tandis que la fausse faim disparaît peu à peu.

 

Chapitre 6 – LES CARENCES (page 28)

 

Chapitre 7 – LES MORTS DURANT LE JEÛNE (page 31)

 

Chapitre 8 – LES MÉDICAMENTS ET LE JEÛNE (page 40)

 

Chapitre 9 – LE JEÛNE N’EST PAS UN REMÈDE (page 50)

     … En médecine, la conception de la maladie est entitative et la guérison se conçoit comme une maladie annihilée. Or, en hygiénisme, la maladie est une élimination et la « guérison » devient la fin de cette élimination. C’est pour cela que nous ne devons pas parler de guérison car cela implique une conception médicale à laquelle nous sommes opposés. Nous dirons « rétablissement ».

 

Chapitre 10 – EN QUOI CONSISTE LE JEÛNE (page 52)

     … Il faut garder le lit presque tout le temps…

 

Chapitre 11 – QUAND, OÙ ET COMBIEN DE TEMPS JEÛNER ? (page 55)

 

Chapitre 12 – COMMENT NE PAS JEÛNER ? (page 60)

     Ceux qui jeûnent sans une surveillance qualifiée peuvent commettre un nombre d’erreurs incroyables…

 

Chapitre 13 – LA PRÉPARATION DU JEÛNE (page 63)

     Selon Shelton, aucune préparation n’est nécessaire pour jeûner…
     … Dans certains cas particuliers, cette préparation est indispensable, sans quoi on court au-devant de l’échec…

 

Chapitre 14 – LE DEMI-JEÛNE (page 67)

     … Ce demi-jeûne peut consister à prendre le soir une demi-orange à sucer ou un demi-pamplemousse ou même une demi-poire…

 

Chapitre 15 – CONSEILS DURANT LE JEÛNE (page 70)

     … Les hygiénistes rejettent totalement toutes les tisanes, que ce soit durant le jeûne ou en dehors du jeûne…
     … « Il n’existe pas de méthode plus efficace d’accroissement de l’élimination que celle du repos. »…

 

Chapitre 16 – LES PURGES ET LES LAVEMENTS DURANT LE JEÛNE (page 83)

 

Chapitre 17 – LE BOUCHON COLLÉ (page 88)

 

Chapitre 18 – LES SYMPTÔMES ET LES CRISES DURANT LE JEÛNE (page 92)

     La personne en excellente santé peut jeûner des semaines sans ressentir le moindre alaise. L’élimination se fait alors en douceur. Par contre, l’individu de santé moyenne aura des réactions suivant son état – violentes s’il est pourvu d’une bonne vitalité et faibles si celle-ci est faible…
     … Parmi les symptômes ressentis durant le jeûne, le plus courant est le vertige. Le sang est concentré dans l’abdomen et si on se lève brusquement le corps n’a pas le temps d’envoyer du sang vers le cerveau et on risque de s’évanouir…

 

Chapitre 19 – QUAND ET COMMENT COUPER LE JEÛNE (page 99)

 

Chapitre 20 – LA FRUGALITÉ APRÈS LE JEÛNE PAR LE SYSTÈME MOSSÉRI (page 116)

     … Le pire de tout c’est l’excès de protides, puis vient l’excès de dattes, figues sèches, etc…

 

Chapitre 21 – COMMENT VIVRE APRÈS LE JEÛNE (page 126)

     À quoi sert-il de jeûner si on doit retourner aux vieilles et mauvaises habitudes ?...
     … Le jeûne n’est pas une panacée. Il faut absolument supprimer les causes d’empoisonnement : café, tabac, etc., de même que les aliments non spécifiques à l’espèce qui empoisonnent l’organisme en l’acidifiant (pain, céréales, viandes, etc.)…

 

Chapitre 22 – LES CURES DE JUS ET AUTRES (page 135)

      … Aucun aliment en soi n’a de propriété éliminative. Les aliments n’aident pas à éliminer…
     … À tous ceux qui utilisent les jus de fruits à la place du jeûne, le Dr Tilden conseille dès 1927 l’abandon de cette pratique…

 

Chapitre 23 – LES QUATRE FORMES DE JEÛNE : Le jeûne hebdomadaire – Le jeûne annuel – Sauter un repas occasionnel – Le jeûne matinal (système Dewey)  (page 141)

     … LE JEÛNE MATINAL (OU LE SYSTÈME DEWEY)
     Ce jeûne consiste à sauter le repas du matin tous les jours de l’année. En effet, on n’a pas faim le matin. De toute façon, jamais avant 10 ou 11 heures. À ce moment, on peut calmer sa faim avec une pomme…
     … L’élimination se passe surtout la nuit et au réveil elle n’est pas encore terminée. Voilà pourquoi on n’a jamais faim le matin…

 

Chapitre 24 – RAJEUNIR, MAIGRIR, GROSSIR PAR LE JEÛNE (page 154)

     … Le jeûne permet le rajeunissement de dix ans au moins, surtout chez les obèses ou même chez ceux qui sont de poids normal…
     … Le rajeunissement par le jeûne n’est toutefois possible que si on n’est pas trop vieux. L’âge avancé ne permet qu’un rajeunissement limité…

 

Chapitre 25 – L’ACCOUTUMANCE AUX DROGUES BRISÉE PAR LE JEÛNE (Tranquillisants – tabac – café – alcool) (page 160)

 

Chapitre 26 – LE JEÛNE DANS LES MALADIES AIGUËS (page 164)

 

Chapitre 27 – LE JEÛNE DANS LES MALADIES CHRONIQUES (page 171)

 

Chapitre 28 – ÉVOLUTION DE LA MALADIE (page 182)

 

Chapitre 29 – LE RETOUR À LA SANTÉ (page 185)

 

Chapitre 30 – L’HYGIÉNISME (page 186)

     L’hygiénisme est un mouvement qui naquit en Amérique il y a environ 150 ans, et qui est dénommé hygiène naturelle. Comment le mot hygiénisme a-t-il été choisi ? C’était vers l’année 1950. Je résidais alors en Egypte sans être un égyptien, car je suis d’origine syrienne. Après un stage en Inde dans deux maisons naturopathies de jeûne durant environ 1 an, je revins au Caire et découvrit les écrits de Shelton, après Thomson. Je rejetai aussitôt la naturopathie pour embrasser l’hygiène naturelle. C’est alors qu’un ami, psychologue grec vivant au Caire en ce temps, avec lequel j’avais l’habitude de discuter très longuement, critiqua l’appellation hygiène naturelle employée par Shelton à cause de sa longueur. C’est lui qui me suggéra le mot hygiénisme avec argument à l’appui…
   … Avant d’adopter définitivement le mot hygiénisme, j’écrivais à Shelton pour avoir son avis. Il me répondit que ce mot sonnait mal en anglais, mais qu’il pouvait aller en français…
     … J’ai été donc le premier à employer le mot hygiénisme pour désigner notre mouvement et ceux qui l’emploient pour parler de naturopathie cherchent à profiter du crédit qu’il porte…

 

Chapitre 31 – LES REMÈDES NATURELS PENDANT LE JEÛNE (page 188)

     … L’élimination se passe surtout au niveau des cellules qui forment tout l’organisme…
     … L’élimination au niveau des cellules se fait à l’aide de l’énergie nerveuse…

 

Chapitre 32 – LA NOTION DE REMÈDE (page 193)

     … L’idée de l’existence des remèdes est un non-sens…
     … Quelle est la cause de la maladie ? La seule cause que les hygiénistes puissent accepter est un mode de vie malsain. Voilà la vraie cause…

 

Chapitre 33 LES TISANES DURANT LE JEÛNE (page 197)

     … Toutes les plantes médicales qui servent à faire des infusions et des tisanes sont utilisées pour combattre les symptômes : constipation, insomnie, nervosité, etc. Or il  faut combattre les causes et non les symptômes pour avoir un effet durable…

 

Chapitre 34 – CAS VÉCUS (page 204)

     … Arthritisme – Tumeur…
     … À 70 ans, il élimine l’asthme, la prostatite, l’impuissance, la surdité, la sinusite et la bronchite en jeûnant 32 jours… (.. Vers le 32ème jour du jeûne, il retrouva son ouïe de l’oreille gauche. Neuf mois après, l’audition par l’oreille gauche demeure parfaite…)…  – page 208
     … Paralysie, dépression, vertiges, vue faible…
     … Constipation, diarrhée, maux de tête, insomnie…
     … Paralysie partielle – Bronchite – Le foie…
     … Surdité (17 jours… L’ouïe empira quelques jours, puis du pus s’écoula et il put entendre mieux que jamais. On l’avait condamné comme sourd incurable !)…  – page 211
     … Calculs et abcès dentaires… Rhumes, ankylose des jointures, varices…
     … Maux de tête, nausées colite – Paralysie – Albumine, cœur, obésité…
     … Eczéma, hémorroïdes, vue faible, rhumatisme, reins affectés, constipation, etc…
     … Goitre – Asthme – Migraines – Calcul – Paralysie droite – Arthritisme – Cécité …
     … Névrite et surdité (… Un jeûne de 36 jours lui redonne l’ouïe de l’oreille droite qu’elle avait perdue durant 25 années !)…  – page 215
     … Rhumatisme – Estomac et surdité (… a jeûné 57 jours et se délivra de troubles stomacaux et de surdité partielle…)… - page 216
     … Rajeunissement – L’enseignement apprécié – Dépression nerveuse, insomnies et tentatives de suicide – Fièvre paludéenne – Enceinte (nausées, vertiges, « coup de pompe », hépatite) – Accouchement chez soi et par soi – Étudiant en médecine – Le pessimisme – Les convulsions durant le jeûne – L’arthrose, périarthrite, lumbago, sciatique, goutte, arthritisme, etc… - Cirrhose du foie, dépression – Obésité, constipation – Absence de menstruation – Zona, colite, brûlures à l‘anus – La fausse constipation – Arthrose, dépression – Asthme – Maux de tête, constipation, insomnie, nerfs – Vésicule biliaire… obésité – Goitre, calcul, arthrose, rajeunissement – Artérites graves – Blessures infectées, foie, maigreur, estomac, etc… - Arthritisme, rhumes – Les réserves – L’asthme – Maux de tête, foie, estomac, fatigue – Rétablissement spectaculaire d’un malade mental… page 235
     … D’autres cas mentaux – Tumeur à la gorge, ulcères dans l‘œsophage et foie malade – Selles volumineuses et non moulées – Maux de tête… page 255
     … L’inanition – Fatigue, constipation – 74 ans, yeux, estomac, arthrose, sommeil – Le tabac – Accouchement après jeûne – Les drogués aux tranquillisants et aux somnifères – Prostate et polyarthrite (blocage) – Cancer de la peau (… Le cancer c’est toujours une infection et l’infection est toujours causée par les protides. Ces derniers furent donc supprimées de son menu…)…  page 263
     … Maigreur et fatigue - Foie affecté, ulcère et eczéma – Fibrome et myopie – Sinusite grave, ulcères des yeux, herpès de la cornée – Ulcère – L’opinion d’une infirmière suisse – Arthrose, sinusite – Dépression, insomnie - … et je porte un sac de ciment… page 268
     … Dépression nerveuse – Artérite…
     … Le jeûne n’est pas toujours la solution… page 272
     … Se rapprocher de Dieu – Jeûner pour revivre – Un kyste éliminé – Pierre a 6 ans – Asthme – Sanctuaire de la santé – Calculs…

 

Chapitre 35 CORRESPONDANCE AVEC H.M. SHELTON ET V. VETRANO (page 281)

     … Pour la France A. Passebecq…, aussi Nature et vie… (1963)… (page 281)

« … D’autre part, on a fait trop de publicité sur les Hounzas. Une légende a été forgée autour de leur cas… » par H.M. Shelton le 23.02.1970 (page 299)

 

___________________________________________________________________________________________________________________

SUR INTERNET : Extraits du livre "Jeûner pour revivre" par A. Mosséri présentés au lien :

[1] http://www.freedom-generation.com/le-jeun/jeuner

[2] http://santenature.over-blog.com/article-30546563.html

 

Chapitre 2 - "Le métabolisme et l'autolyse durant le jeûne" :

page 15 :

     «... Durant le jeûne, le métabolisme se ralentit. La respiration, le pouls, la circulation et toutes les activités vitales sont en général ralenties.

     Après le jeûne, le métabolisme devient plus actif...

     ... L’autolyse est l’autodigestion des cellules et des tissus à l’aide d’enzymes intracellulaires. Ce phénomène est connu des physiologistes depuis longtemps, mais le mérite revient au Dr Shelton d’avoir le premier et lui seul souligné son importance dans les processus constructifs des organismes vivants...

     ... Durant le jeûne, le phénomène de l’autolyse entre en action. C’est un phénomène que le corps contrôle parfaitement et par lequel les matériaux inutiles sont d’abord digérés. Les premiers à être digérés sont la graisse, les excroissances morbides, puis les autres tissus. C’est ainsi que les tumeurs sont éliminées, alors que le système nerveux n’est pas touché... » [1]

Chapitre 34 - Cas vécus :

Pages 211 à 214 :

Surdité
 
     «... Robert B.  29 ans, a jeûné 17 jours.  Surdité.  Poids avant et après le jeûne 62/54 kg.  L'ouïe empira quelques jours, puis du  pus s'écoula et il put entendre mieux que jamais.  On l'avait condamné comme sourd incurable!
 
La surdité provenant de catarrhes ou de pus peut être éliminée.  Mais celle qui provient d'un accident ou de produits chimiques ou d'antibiotiques ne peut pas être remédiée.  Les premières surdités sont progressives et les autres subites.
 
Quel plaisir de remarquer ces anciens sourds quand ils changent leur comportement en société.  Avant, ils étaient toujours distraits, le regard ailleurs, puis quand ils retrouvent leur ouïe ils prennent part aux discussions et à la conversation... » [2]
 
                                                            -------------------------------------------------------

Calculs et abcès dentaires
 
     «... Diana Young a jeûné 32 jours.  Calculs rénaux, dents ulcérées, ongles incarnés.  Les grands professeurs avaient conseillé d'urgence 3 opérations!  Elle n'accepta aucune, mais jeûna.  Le 16 ième jour du jeûne, elle expulsa les calculs.  Après le jeûne, les rayons X montrèrent que les abcès dentaires avaient disparu tout en gardant ses dents qu'on voulait lui arracher.  Les ongles se rétablirent aussi.  Depuis lors, sa santé est parfaite.
 
Au sujet des calculs, quand ils sont très gros, il faut prévoir un jeûne de 30 à 60 jours pour les  dissoudre et les éliminer.  Les crises doivent être supportées et la douleur acceptée.  Un bain chaud de 20 min. peut calmer... » [2]
 
 
Maux de tête, nausées, colite
 
     «... Mme R.T., 32 ans, a jeûné 18 jours.  Poids avant le jeûne: 45 kg.  Elle avait souffert de longues années durant de maux de tête, nausées, manque d'appétit et  douleurs violentes dans le côlon ascendant.  Tous ces symptômes disparurent et elle demeura bien par la suite... » [2]
 
 
Paralysie
 
     «... G.W.S.,  45 ans, a gardé le lit durant 9 ans, paralysé totalement avec anesthésie.  Aucun traitement n'était utile.  Il jeûna 79 jours.  Ses forces revinrent et il put mouvoir ses membres, ses doigts et s'asseoir.  Le rétablissement ne fut possible qu'à moitié.
 
Nous avons surveillé un jeune homme de 18 ans souffrant de sclérose en plaques qui jeûna 32 jours sans aucune amélioration.
 
"On a supervisé plusieurs personnes avec scléroses en plaque dont une très avancée qui aujourd'hui est très bien, elle a fait plusieurs jeûnes dont un de 21 jours et quelques un de 14 jours. Elle a aussi fait beaucoup de travail autant de croissance personnelle que spirituelle.
 
Il y en a une qui fait une semaine par année , elle dit que ça lui fait beaucoup de bien , on voit des améliorations mais elle a encore des difficultés."  (Adèle Arsenault)
 
(courrier reçu le 25/05/2007 d'Adèle Arsenault: spécialiste du jeûne ayant oeuvré aux côtés des biologistes Jean Rocan et Nicole Boudreau)   Adèle Arsenault est toujours active dans le domaine... » [2]
 
 
 
 
Albumine, coeur, obésité
 
     «... Le Dr J. Eales a jeûné 30 jours durant lesquels il perdit 12 kg.  Il souffrait d'albuminurie aiguë, de troubles cardiaques fonctionnels et d'obésité.  Tous ces symptômes ont disparu par le jeûne.  (ce jeûne avait été publié à l'époque dans un journal de Saint-Louis (É.U.)  le "Saint-Louis Republic"... » [2]
 
 
Eczéma, hémorroïdes, vue faible, rhumatisme, reins affectés, constipation, etc.
 
     «... Van R. Willcox a jeûné 60 jours tel qu'il l'a décrit dans son livre: Correct Living (Vie Correcte).   Il souffrait de furoncles, eczéma, hémorroïdes, paralysie partielle, vue défectueuse, calvitie, rhumatisme, maladie des reins, etc.   Tous ces symptômes disparurent à jamais.  Après le jeûne, il gagna 26 kg... » [2]
 
                                                                            ---------------------------------------------
 
Goître
 
     «... Jeune fille de 27 ans,  goître depuis 2 ans avec des symptômes nerveux.   Son état empire avec le traitement classique.  Un jeûne de 28 jours la délivre de toute la tumeur et des symptômes nerveux.  Un an plus tard, pas de retour des symptômes.
 
Nous avons eu une dame de 40 ans avec un très gros goître bénin, les yeux pas exhorbitants et le pouls normal.  Au bout de 20 jours de jeûne, son goître avait diminué de moitié, mais elle n'avait  pas le courage de continuer à jeûner malgré ces résultats excellents.  Que peut-on faire pour porter ces malades à désirer un peu plus le rétablissement de leur santé?
 
Nous n'avons jamais eu de résultats avec les goîtres malins, même avec des jêunes très prolongés.  Le pouls est resté très élevé par la suite... » [2]
 
 
Asthme
 
     «... Femme mariée, 36 ans, a souffert d'asthme pendant 2 ans.  Traitement médical inutile.  Un jeûne de 25 jours la délivra de l'asthme.  Le sujet retourna au Canada où elle pratique les sports d'hiver.  Pas de retour des symptômes après un an... » [2]
 
 
Migraines
 
     «... Femme mariée, 37 ans, a souffert de migraines pendant 15 ans.  L'usage continu des analgésiques se transforma en habitude.  Durant un jeûne de 40 jours, vomissements excessifs de bile et parfois des spasmes aux mains et aux pieds.  Le rétablissement total ne survint qu'après 3 autres jeûnes de 4 jours chacun.
 
Les maux de tête peuvent s'aggraver durant le jeûne:  c'est un bon signe d'élimination qu'il ne faut pas contrarier.  Nous avons eu une dame qui avait jeûné sous la surveillance d'un médecin durant 20 jours.  À chaque  paroxysme, elle subit divers traitements pour la soulager des migraines.  Elle n'obtint en fin de compte aucun résultat.  Quand elle vint jeûner sous notre surveillance un an plus tard, nous lui expliquâmes que les paroxysmes de migraines ne doivent pas être soulagés.  C'est ce qui se passa et à la fin de son séjour les migraines avaient disparu à jamais.  Le jeûne peut aboutir à un échec selon la façon dont il est mené... » [2]
 
 
Calcul
 
     «... Femme mariée, 46 ans, ablation d'un rein et gros calcul dans l'autre rein.   Un jeûne de 12 jours permit au calcul de s'effriter et de descendre morceau par morceau sans douleur.  Rétablissement total.
 
En général, il faut prévoir un jeûne de 40 à 50 jours ou plus avec crises très douloureuses quand les calculs sont gros.  Il n'est pas nécessaire d'opérer.
 
Un bain chaud de 20 minutes calme les crises... » [2]

                                                        --------------------------------------------------

Rappel des références :

SUR INTERNET : Extraits du livre "Jeûner pour revivre" par A. Mosséri présentés au lien :

[1] http://www.freedom-generation.com/le-jeun/jeuner

[2] http://santenature.over-blog.com/article-30546563.html

¤

 

"SANTÉ ET GUÉRISON PAR LE JEÛNE"
par Arnold Erhet

Une vidéo : http://vivrecru.org/vf-o/#.Uh-u7D8cpJJ ou http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=90M0C4R2IhI (38'08)
Sites pour lire le livre : http://jeune-et-randonnee.pagesperso-orange.fr/ehret.htm et : http://www.vegedia.com/blogs/677/52/sant-et-gu-rison-par-le-je-ne

Commentaire de Shambalah du 29 avril 2013 (http://vivrecru.org/vf-o/#.Uh-u7D8cpJJ) :

 

V = F – O
27 avril 2013

Arnold Ehret est un très grand hygiéniste, la personne qui a le mieux incarné l’idéal hygiéniste par son accomplissement physique, spirituel et émotionnel. Il a vraiment montré comment un individu « vicié » à la base (il était d’une constitution très faible), en favorisant les forces de régénération à l’œuvre, peut manifester quelque chose de l’ordre de l’accomplissement.

Il a résumé son enseignement par cette équation : V = F – O.

V : la vitalité d’un individu au moment présent
F : la force, le potentiel en moi, qui a à voir avec l’hérédité et les ressources de mon organisme
O : les obstructions

La vitalité au moment présent, c’est la force moins les obstructions.

La vitalité n’est pas du « plus ». Il n’est pas question de carences ici. On raisonne au contraire en termes d’obstructions, d’empêchements, d’entraves. Il ne manque rien, mais par contre, il y a des choses qui entravent.

Le but de ce cours (semaine de stage) est de cerner ce que sont ces obstructions pour accéder à un maximum de vitalité. Chacun à une force (F) qui lui est propre, unique (hérédité). Il est donc normal que tout le monde n’ait pas le même accomplissement.

Dans les stages, il y a 2 types de personnes : ceux qui sont très malades, très souffrants, et ceux qui sont très performants (sportifs de haut niveau) et qui en veulent encore plus.
On se met en marche parce que les obstructions nous débordent, et que la vitalité devient toute petite par rapport à la force. A quoi ça tient ? Qu’est-ce qui fait déclic ?

Il s’agit donc d’arriver à définir ces obstructions, et à les comprendre pour savoir ce qu’on va en faire.

Thierry revient sur son parcours : « J’étais mourant. Ce qu’on appelait des obstructions étaient des signaux, et les vraies obstructions, on ne m’avait jamais mis le doigt dessus ».

Attention, ce n’est pas une question de volonté. Ce n’est pas nous qui levons les obstructions (« nous » dans le sens de mental et de volonté), ce sont les forces d’homéostasie.

« Homéostasie » signifie « maintien du même état ».
Un système doué d’homéostasie a la capacité, en cas de déséquilibre, de revenir à l’équilibre (image d’un culbuto). C’est l’ensemble des processus prévus permettant le retour à l’équilibre. C’est notre méconnaissance de ces processus qui fait, qu’en général, on les empêche.

Il s’agit d’observer ces processus pour ne pas les entraver. Notre mental a besoin de comprendre et d’analyser. On va donc déconstruire du mental… avec du mental !

Ces forces d’homéostasie sont épatantes : il y a en chacun de nous des forces capables de nous ramener à l’équilibre, c’est-à-dire à l’état de pleine santé. Le corps, l’être, les émotions, le spirituel : tout ça revient à l’équilibre si on arrête d’entraver les processus.

Le culbuto a un seuil : s’il penche trop, il tombe. Pareil pour nous : si le déséquilibre est trop grand, parfois, il n’y a rien à faire… Mais on peut penser qu’il y a eu pas mal de signaux d’alerte qu’on n’a pas entendus avant d’en arriver là.

Les forces d’homéostasie sont un capital. Il s’agit d’un coffre rempli d’or, c’est notre héritage.
Si on ne sait pas qu’on a un coffre plein d’or en nous, on passe sa vie à mendier, mendier un peu de santé, un peu d’information, un peu de mieux-être, et on vit comme un mendiant alors qu’on a ce coffre en nous.
Alors que si on le sait, on va aller à la banque chercher cet argent pour pouvoir en disposer C’est ça le chemin de la régénération : c’est se donner les moyens de faire en sorte de pouvoir disposer de cet héritage !

Accéder à la compréhension et à la connaissance : ça revient à déjà avoir cet héritage. Quelque part, on est guéris ! On sait où est la banque et comment y aller, on n’a plus qu’à se bouger pour y aller.

Sur le chemin, certains vont me dire « Tu n’as pas cet argent », etc. mais la compréhension de notre physiologie permet de garder le cap.

Il y a des forces en nous qu’on ne comprend pas toujours. Cf. par exemple les crises de détoxination : ce sont les forces d’homéostasie qui sont à l’œuvre.

Dans cette équation, on ne rajoute rien (compléments alimentaires par ex.), on commence par enlever les obstructions.

Image de l’extracteur de jus : si le filtre est bouche, on aura beau mettre des fruits, rien ne sort. L’humain est un extracteur de jus : là où on pousse les aliments : c’est le mental, la volonté. Plus c’est bouché, et plus le mental pousse fort ! Alors qu’il suffit de nettoyer le filtre !

Dans le processus digestif, le seul mouvement qui soit volontaire, c’est celui de remplir le système (manger). Tout le reste se passe malgré nous. Si ce remplissage était involontaire, il n’y aurait pas de problème, puisque ça s’arrêterait tout seul quand c’est bouché. Finalement, notre malheur, c’est le poussoir ! (19’52 pour celles et ceux qui veulent voir les images pour mieux comprendre l’analogie)

Les forces de régénération sont les forces d’homéostasie. Ce principe concerne tout le monde.

Le principe d’homéostasie est connu de tous les scientifiques. Il s’applique à un individu, à un continent, et même à la planète (Cf. le livre l’hypothèse Gaïa).

Dans le corps, il y a l’homéostasie du sang. Le sang doit avoir un taux d’acidité fixe. C’est le pH. Il doit être de 7.4.
A 7.3 : maladies chroniques
A 7.35 : maladies intracellulaires
A 7.2 : la mort.

Tout découle de cette équation.

Le sang a 3 façons de réguler tout ça :
1) L’œdème : appel d’eau pour diluer les acides (poisons)
2) Le Stockage des graisses et l’évacuation : la graisse « protège » le corps en évitant que les acides brûlent les tissus (les acides sont l’alimentation non-physiologique mais aussi le stress, l’agressivité et toutes les émotions négatives). Cette graisse, c’est le cholestérol, qui va se déposer à l’intérieur des artères mais aussi à l’extérieur.

Parenthèse : la lymphe est un liquide gras qui circule dans le corps et qui constitue 75% des liquides corporels. Son rôle est de recueillir les toxines et de les conduire vers les émonctoires.

3) Neutralisation des acides grâce aux minéraux, prélevés dans les os, les cheveux, les ongles. Le corps pompe dans ce stock pour neutraliser les acides.

Sur l’échelle de pH : 7 : basique
Si on associe un élément acide et un élément basique, on obtient quelque chose de neutre : l’acide est ainsi neutralisé. (J’en déduis que les minéraux sont basiques ?)

Pour une toxine donnée, on a soit un processus, soit l’autre :
- soit stockée telle quelle avec la graisse
- soit neutralisée par les minéraux
Ceci explique que certains sont en surpoids et moins déminéralisés, alors que d’autres sont maigres et déminéralisés…

Que sont les obstructions ?

Les obstructions se manifestent par les acides entourés de graisse. Cette lymphe, dans laquelle le sang se décharge de ses déchets :
- se charge d’amener les acides vers la sortie ( = les émonctoires)
- entoure les cellules

Le sang doit donc passer par la lymphe pour atteindre les cellules, il ne peut pas les atteindre directement. Si la lymphe est encombrée, alors les cellules ne sont pas bien alimentées, elle dégénèrent.

Toxémie, congestion, acidose : tout ça, c’est la même chose : accumulation de matériaux inadaptés : il y en a trop par rapport aux capacités d’évacuation de l’organisme. Parce qu’on en apporte encore et encore, et parce qu’on n’a pas « nettoyé le filtre » !

C’est comme si on essayait de mettre plus d’aliments inadaptés dans l’extracteur juste pour voir ce que ça donne… On peut aider à débloquer en mettant une carotte dans l’extracteur. C’est pareil dans le corps : la carotte peut aider à désengorger si on a abusé des aliments inadaptés.

Jeûne = levée des obstructions. On donne le maximum de potentiel au corps pour se désengorger.

Manger cru = donner des carottes à l’extracteur = changer de carburant.

Ca va sortir en masse : uriner plus (6 litres alors qu’on a bu que 2 litres, c’est l’œdème qui se réduit), aller plus à la selle (les vieilles selles sortent enfin).

Il est normal de connaître des passages difficiles.

Potion magique : citron, gingembre, curcuma, piment.
Ce sont les aliments les plus aidants pour les émonctoires. Le but est de faciliter la sortie (pas d’être le plus malade possible sous prétexte de détoxination).

Attention : On ouvre les émonctoires avant de tout mettre en circulation !

Le « O » d’obstructions est le « O » d’ouvrir : ouvrir les portes de sortie.

 

 

 

COMPTE-RENDU Jeûne avec Roger
"Une première expérience de jeûne hygiéniste"
Témoignage

Ce compte-rendu est présenté complet dans le groupe "L'Hygiénisme selon Shelton" : https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!forum/hygienisme

au lien : https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!searchin/hygienisme/roger/hygienisme/MyzCjZp1j6Q/AAnRutiWBTcJ


Une première expérience hygiéniste :
7 jours de jeûne à l’eau + 3 jours de reprise

 

Tous mes remerciements à Roger pour son invitation spontanée, son accueil chaleureux et son accompagnement sécurisant.
J’ai vécu grâce à lui une très belle expérience enrichissante de 7 jours de jeûne à l’eau + 3 jours de reprise dans une ambiance très privilégiée puisque j’ai eu la chance de recevoir tout un enseignement particulier sur l’hygiénisme que je découvre depuis peu.   
Je n’interviens pas souvent dans les discussions, j’apprends surtout à travers ses échanges.
Aujourd’hui, je partage avec vous mon expérience de ces 7 jours de jeûne + 3 jours de reprise chez Roger avec ce petit compte rendu récapitulatif sur ce jeûne avec ses effets psychologiques et physiologiques.

  1. PRISE DECONTACT AVANT DEPART 

Suite à un entretien téléphonique préalable avec Roger : questions-réponses sur mon état général, ma santé physique (poids, taille, hygiène de vie, activités, si médicaments…),  ma santé émotionnelle (mes difficultés, mon passé, points forts et points faibles…), mon mode de vie  alimentaire, mes antécédents, mon environnement, etc.…
Ouah ! Un côté professionnel rassurant et encourageant. Ce petit bilan général se conclue sur une préparation au jeûne chez moi.

Mise en place du jeûne 1 semaine de préparation à mon domicile
Avant le lever, au lit : prise de température et rythme cardiaque ensuite pesée
Le midi : fruits
Le soir : légumes + crudités ou « cuidités » + pommes de terre

  1. DEPART CHEZ ROGER POUR DIX JOURS

Dès mon arrivée à la descente du train, sans le connaître, j’essaie de deviner, parmi cet attroupement de gens aperçus sur le quai de la gare, qui est Roger ? En espérant en tout cas, intérieurement, ne pas me tromper je me dis « J’espère que c’est lui… Cet homme au profil sympa» : Gagné ! La fraîcheur de son allure svelte et dynamique au visage lumineux encore jeune m’a tout de suite réconfortée sur ce qu’est un hygiéniste. Il sort du lot !   D’entrée, je me sentais en confiance.

 Mon arrivée sur place 
Présentation des lieux, c’est super, tout est là pour un séjour confortable dans un espace au-delà de mon besoin avec la nature. Tout est déjà prêt, organisé dans les détails et mes 12 bouteilles d’eau m’attendent à côté d’un pèse personne. Posologie approximative : 1 verre d’eau toutes les heures. Me voilà, dans le vif du sujet, le JEÛNE. Sur la table une grande feuille de soin de papier millimétré  un thermomètre, un pèse personne, un tensiomètre, papier PH.

 Déroulement du jeûne 
De toute ma vie, je n’ai jamais passé autant de temps allongée sans ne rien faire du tout, repos total. Une véritable initiation au repos. Pour respecter la recommandation de Roger, très souvent allongée ce qui permet une meilleure détoxination, pas de téléphone, pas de télévision, pas d’ordinateur, juste de la lecture. Rien qui ne puisse trop solliciter le système nerveux. Aucun effort physique, pas de stimulation externe, je me disais : « Lâche prise, tu en as pour 10 jours, c’est nouveau, j’ai choisi, je fais ». J’accueille donc ce qui me vient à l’esprit à partir du 3ème jour. Exemple : Je me rappelle les expériences des autres qui ont survécu, par obligation, sans manger, beaucoup plus longtemps, le corps immobilisé dans des conditions physiques et morales très douloureuses, à en perdre la notion du temps et sans en connaître le dénouement, (lors de longues expéditions qui tournent mal, contexte de guerre, grandes catastrophes géographiques…  J’ai trouvé curieux d’avoir pensé à ça, ça m’est venu l’esprit, et si j’étais dans ce cas ?).
Tout ça masquait je crois une angoisse diffuse devant la difficulté de MA PERCEPTION ET GESTION DE MON TEMPS. Il me fallait mettre en place une stratégie pour mieux vivre cet espace-temps où l’on a rien à faire, et ce afin que le temps semble moins long.
Le sommeil désorganisé, je me forçais à rester au lit le plus tard possible. J’attends le lever du jour filtré via la fenêtre pour m’autoriser le privilège de mettre les pieds au sol pour aller chercher le thermomètre et me peser.
Je retourne au lit, assise en tailleur, je fais mes prières et méditations habituelles du matin qui m’ancrer dans une belle énergie jusqu’à l’arrivée de Roger qui passe chaque matin vers 9h30 pour faire les tests  et remplir la feuille de soins au jour le jour. Là, chaque matin,  c’est un moment privilégié d’échanges avec Roger. Ensuite je me recouche jusque vers 10h30 avec de la lecture sur l’hygiénisme (sélectionnée par Roger sur ma demande) et qui renforce ma motivation à jeûner.

10h30 à 12h00
Après ma toilette au lavabo (une douche disperse trop l’énergie dans le corps), je vais me mettre au soleil dans le jardin jusqu’à midi (trop de soleil disperse l’énergie dans le corps) pendant que Roger continue son jardinage avec habituellement des allers-retours ponctués par un temps de pause qu’il m’offre pour répondre à ma nouvelle interrogation inspirée par ma lecture et générant une série de questions-réponses. A savoir qu’il n’hésite pas à répéter pour m’accorder le temps de reformuler si besoin ses infos pour m’assurer d’avoir bien compris pour noter sur mon bloc. C’est un homme très pédagogue.

12h00 à 13h00 
Heure du repas pour Roger. Retour à la chambre pour m’allonger.

  1. LES EFFETS PSYCHOLOGIQUES
  • Ma volonté d’optimiser l’efficacité de mon jeûne m’aide à suivre au maximum les conseils de Roger renforcés aussi par mes lectures.
  • En plus d’expérimenter un jeûne,  j’ai reçu de Roger un excellent enseignement. Mieux qu’un stage puisque j’avais mon professeur particulier.
  • Trouver des ressources mentales pour gérer au mieux ma perception du temps pendant le jeûne. Nécessité de structurer mon temps en mettant des repères. Heures de lecture, de sieste.
  • M’aide à lâcher prise : me reposer, rien d’autre à faire que de laisser faire mon corps et faire confiance au processus en prenant conscience de la grandeur du cadeau que j’offre à mon corps via ce sacrifice.
  • Je découvre un nouveau sentiment de faire confiance à mon corps.

 

  1. LES BIENFAITS PHYSIQUES

Disparition de mon souci de mauvaise circulation du sang dans les jambes générant jambes lourdes, rétention d’eau, surtout inconfort et ce surtout en période de chaleur.
Bruxomanie : depuis des années, je me réveille les mâchoires serrées à cause de ma bruxomanie. J’ai toujours avec moi ma gouttière. Je me rends compte les jours passant que je n’en ai plus besoin et mes mâchoires sont décontractées. Aujourd’hui, l’effet perdure.
Côté gauche de la tête, point douloureux au niveau de la tempe gauche comme des névralgies et sensation de barre dans la tête depuis plusieurs semaines : DISPARU.
Douleurs lombaires disparues avec aujourd’hui réapparition parfois.
Douleur chronique à l’épaule gauche disparue mais aujourd’hui se fait de nouveau sentir.

 

  1. VOIR TABLEAU RECAPITULATIF - Photo N° 19a

Chaque matin : pesée, rythme cardiaque, tension, langue, haleine, température. etc…. chaque information est reportée sur une feuille millimétrée. 
Selon Roger, j’ai fait une détoxination plutôt lente.

Points clés du jeûne 

·        1er et 2ème jour : urine claire - Voir photo N° 21a

·        3ème jour 

Urine avec dépôt + apparition d’une douleur vers la rate qui se maintient jusqu’au 9ème jour voir photo 21b + coup de blues. Là Roger me fait une séance de bio respiration. Découverte impressionnante qui me fait évacuer à la fin en sanglots incontrôlables venus ainsi de nulle part. Je me suis sentie soulagée.

 

  1. NOTE 

 

J’ai eu un coup de blues. Montée de tristesse, de souvenirs, je me sentais bizarre. Roger m’a alors fait une séance de bio-respiration. Nouvelle expérience très puissante : cette séance m’a permis de lâcher… un je ne sais quoi… évacué par sanglots sortis spontanément (alors que je ne pleure pratiquement jamais).

 

4ème au 8ème jour 
Rien de spécial dans mes urines, à mon grand regret. De plus, une douleur sur le côté gauche de l’abdomen et que je n’avais auparavant jamais ressentie apparait. La position allongée sur le dos devenue alors inconfortable, je jongle avec côté droit et  gauche. Ce dernier me soulage. Cette douleur disparait d’un coup du jour au lendemain le 9ème jour en même temps que mes urines chargées apparaissent.
Roger envisage d’accélérer de détoxination en appliquant à compter du 5ème jour le jeûne de sécurité : 1,5 litre avec 3 à 4 cuillères à soupe de jus de salade verte fraîche de son jardin.  
 

 

5ème jour - Voir photo 20a

Jeûne de sécurité : une bouteille d’eau avec 3 à 4 cuillère à soupe jus de salade verte. 

 

6ème jour, 9ème jour et 10ème jour 

Traces jaunes sur la langue : traces de soufre des différents médicaments pour dormir pris en excès environ 10 ans auparavant.  

9ème jour - Voir photo 21c      
Urine chargée + disparition de la douleur.

 

C’est  la reprise à mon retour qui a été le plus difficile à gérer. Je n'ai pas réussi à me conformer aux recommandations de Roger ; j'ai eu des compulsions boulimiques sur des "cochonneries" à savoir que dans le passé j'étais déjà boulimique vomitive. Je me suis reprise toujours aidée par Roger que je revois pour 5 jours de jeûne.
Meilleur retour. Actuellement, je suis sur la lancée fruits le midi AM aussi dans l'AM au feeling + légumes crus le soir avec pommes de terre cuites au four. Il m'arrive d'inverser. Je ressens le besoin de consommer un bouillon de légumes encore allongé à du lait végétal (lait de riz) et si je fais des incartades je les gère en jeûnant le lendemain. 

Belle journée à tous !
Patricia Leroy

 

 

 

BOIRE PENDANT ET APRÈS LE JEÛNE
Extraits de documents et de livres téléchargeables


Document
LA CURE DE JEÛNE Particularités de la cure de jeûne par Evelyne Curt :
Page 2 :
… Pendant toute la durée du jeûne et du demi-jeûne, boire à volonté une eau pure non minéralisée, donc plutôt acide, qui convient mieux pour transporter les matières éliminées. Il vaut mieux boire trop que pas assez, car la soif n'est pas toujours ressentie en tant que telle, et il faut apprendre à repérer les nombreux symptômes qui peuvent indiquer la nécessité de boire plus (douleurs, urines foncées, malaises, vertiges ...). Il est plus efficace de boire de façon alternative, aux heures les plus favorables, pour respecter les rythmes du corps, et de boire une grande quantité d'un coup (plusieurs grands verres), plutôt que par petites gorgées, afin que l'eau puisse bien circuler vers toutes les cellules…

Page 3 :
… Pour la plupart des gens, la soif diminue à la fin du jeûne et redevient plus intense pendant toute la durée du demi-jeûne. Donc boire abondamment (cela facilite aussi le retour des selles), surtout la nuit et le matin, et si besoin, l'après-midi, ¼ d'heure avant chaque fruit…
 

Document :
LA CURE DE JEÛNE par Evelyne Curt
… 2 - Le jeûne consiste à boire de l'eau pure à volonté, en restant au repos complet….
…3 - Le demi-jeûne suit toujours le jeûne et consiste à manger l'après-midi 1 pomme toutes les deux heures (en moyenne 700 g par jour), ce qui provoque ou intensifie l'élimination. Restez au repos complet allongé. Il faut boire abondamment la nuit et le matin, puis attendre que les éliminations se calment pour manger la première pomme…

 

Dans le livre
Le jeûne par Herbert Shelton
Page 166 :
GAIN ET PERTE DE POIDS PENDANT LE JEÛNE
… George S. Keith, médecin qui, pendant plusieurs années, employa avec succès le jeûne dans ses soins aux malades, écrit ceci : « Un homme en bonne santé qui ne prend pas de nourriture perd d’abord à peu près 500 g par jour, puis cette perte diminue graduellement de moitié si l’abstinence est prolongée »…
Page 171 :
Il n’y a aucun danger découlant de la perte de poids
… La perte de poids pendant un jeûne ne représente pas une perte de tissus vitaux, mais des éléments excédentaires, des déchets, des graisses, etc. Ce ne sont que des kilos de « maladie » que l’on perd. Les muscles, par exemple, diminuent de volume. Mais cela est dû à une diminution de leur quantité de graisse et à une diminution de la grosseur de leurs cellules. Il n’y a aucune diminution réelle du nombre des cellules musculaires pendant le jeûne ordinaire…

Page 258 :
Les crises durant le jeûne
… Précisions sur les Vomissements. . Les vomissements sont déshydratants. En période d’abstinence, ils peuvent durer plusieurs jours et affecter le jeûneur jour et nuit. Dans quelques cas isolés, une diarrhée peut se déclarer simultanément, ce qui contribue encore à appauvrir les réserves d’eau internes. Le foie expulse de grosses quantités de bile mêlée à du mucus et à d’autres substances qui, refluant dans l'estomac, provoquent de violentes nausées et des vomissements. Le goût dans la bouche à ce moment est amer, de sorte que l'envie de boire est neutralisée par crainte de vomir. Le jeûneur a donc tendance à s'abstenir de boire. Dans ce cas la déshydratation est rapide et la perte de poids d'autant plus accentuée.

On doit obliger les jeûneurs à boire dans ce cas; en leur faisant prendre de petites gorgées d’eau à intervalles rapprochés, on écarte le risque de vomissements. Lorsque le patient à de la peine à boire, même par petites gorgées, on ne devrait pas laisser se développer la période des vomissements. Le jeûne doit être coupé…

Page 275 :
… L’absorption d’eau durant le jeûne
La plupart des adeptes du jeûne conseillent de boire beaucoup d’eau durant le jeûne. Cela est basé sur la théorie qui veut que l’eau favorise l’élimination des toxines du corps. Levanzin exprime cette théorie comme suit : « En général, il est bon de boire beaucoup d'eau pendant le jeûne, puisque cela aide à laver
le système et à le débarrasser des impuretés qui s’y étaient accumulées ».

Carrington et Macfadden conseillent de boire plus d'eau que la soif n'en exige pendant le jeûne. Carrington préconise l’absorption d’eau comme un moyen pour soulager les sensations morbides de l'estomac ressenties parfois au début du jeûne. L’eau est ainsi utilisée comme palliatif et non pour satisfaire à un besoin quelconque du corps. L'eau prise en excédent doit être rejetée rapidement, afin que l'excès ne puisse causer de tort; cette eau prise en excédent n’augmente, en aucun cas, l'élimination des toxines.

Voilà une erreur que les premiers hygiénistes. Graham, Jennings, Trall, Alcoot, etc.. n'ont pas commise. Ils réprouvaient l’habitude consistant à boire trop d'eau. En vérité, une trop grande quantité d’eau n’est ni nécessaire ni profitable. Boire de l'eau par routine n'est pas à recommander. On peut se fier à la soif pour savoir quand et combien il faut boire. Il faut boire quand on a soif, et ne pas boire lorsqu'on n'a pas soif…

Page 276 :
… La perte de poids lorsqu'on ne prend pas d'eau est environ trois fois plus rapide que lorsqu'on en prend, la perte étant en moyenne de 1 kg 300 par jour au lieu de la diminution habituelle de 0 kg 450…

Page 278 :
On ne gagne certainement rien en se forçant à boire ou en buvant régulièrement par routine. Boire sans qu'il y ait demande physiologique s'exprimant par la soif n’apporte aucun avantage. Cette habitude peut s'avérer positivement néfaste…
… Quant on ne s'alimente pas, le besoin d'eau est diminué et la soif est proportionnellement moindre. Bien que beaucoup d'adeptes du jeûne affirment que le fait de boire de grandes quantités d’eau augmente l’élimination, je n’en ai pas eu la preuve, et ma propre expérience ne me permet pas de prouver cette assertion…

Page 352 :
Les régimes alimentaires
… Les diètes, les cures alimentaires sont basées sur deux demi-vérités. Quelques-unes sont basées sur la notion qui veut que le corps malade soit plein d'acides et qu'il faille fournir des aliments alcalins pour neutraliser les acides. Des aliments riches en bases sont prescrits dans ce but et d'habitude on conseille d'en prendre de grosses quantités.

Deux erreurs sont contenues dans cette théorie et cette pratique. Il n’est pas vrai que le corps malade soit plein d'acides. Il est vrai que les déchets cellulaires sont tous acides et que des produits acides de la fermentation pénètrent dans le corps par le tube digestif. Mais le corps ne tolérera pas d’acides un seul instant. Ceux-ci sont immédiatement « limités » par des alcalis et neutralisés.

La seconde erreur est dans la croyance que le corps utilise les substances alimentaires proportionnellement à la quantité ingérée. Ceci n'est pas vrai. L'ingestion de grosses quantités d’alcalis n’assure pas leur utilisation. En fait, on peut être absolument certain que le corps malade ne sera pas à même de les utiliser. Seul un corps sain, possédant toute sa force nerveuse, est capable de digérer et d’assimiler convenablement les aliments. Suralimenter le corps malade avec certains aliments ne rétablit pas la santé…

Page 354 :
Moins on mange, mieux ça vaut
Boire de grosses quantités de jus gorge les tissus et surmène les reins. Moins on prend de jus et plus vite on se remet.

Un jeûne est plus efficace que n’importe quelle sorte de diète; non pas parce que le jeûne soigne, car il n’en fait rien, mais parce qu’il donne à l’organisme une occasion de faire un nettoyage complet. Le malade a plutôt besoin d'excrétion que d’ingestion. Son corps est déjà surchargé. Le plus souvent il souffre d'excès alimentaires. L’abstention totale ou partielle, seulement, peut le sauver…

 

Thèse :
L’appellation ''jeûne thérapeutique'' est-elle fondée ou usurpée ? par Jérome Lemar - 2011

Page 71
Hygiénisme et water-only fasting
L’un de ces jeûnes fut l’objet du plus grand scandale dans l’histoire de l’hygiénisme, venant mettre un terme à sa carrière : en 1978, un patient de 49 ans souffrant d’une colite ulcérative se vit proposer par ses médecins une résection gastrique partielle et une résection intestinale large avec colostomie et iléostomie. Il décida de jeûner dans l’école de santé de Shelton (atteint alors d’une maladie de Parkinson depuis 1972), mais mourut d’une attaque cardiaque lors de son transfert en urgence à l’hôpital. Shelton fut condamné en 1983 à payer 890 000 dollars à la veuve du défunt, pour négligence. Il mourut 2 ans plus tard à l’âge de 90 ans. 50
50 Information et biographie plus complète disponible sur :
<http://www.soilandhealth.org/02/0201hyglibcat/shelton.bio.bidwell.htm>

Bien qu’il existe de nos jours quelques organisations outre Atlantique destinées à préserver et promouvoir les principes de l’hygiénisme51, il ne subsiste que peu d’intérêt et d’études scientifiques (en dehors des jeûnes de courte durée chez les volontaires sains), et aucune société savante pour ce courant de pensée. Tout au plus, l’une d’entre elles, l’International Association of Hygienic Physician (<http://www.iahp.net/>), fondée en 1978, regroupant quelques médecins et spécialistes divers du jeûne supervisé (ostéopathes, chiropracteurs ou naturopathes), a élaboré des standards de supervision du jeûne (portant essentiellement sur la bonne tenue du dossier), des principes d’éthiques et propose également une formation avec critères d’attestation.
51 La National Health Association, nouvelle dénomination de l’American Natural Hygiene Society, dont Shelton fut l’un des fondateurs en 1949 (<http://www.healthscience.org/>), la Société Nature et Santé au Québec (<http://www.nature-sante.org/>).

Page 72 :
… - Selon Goldhamer (d’après l’observation de 4 000 jeûnes) [79], seul le jeûne à l’eau pure est recommandé, pour un apport minimal d’1,2 L/jour. Celui-ci est considéré de valeur supérieure aux juice fasting car « la faim disparait presque totalement, la cétose apparait plus rapidement, il n’y pas d’œdème de dénutrition, la diurèse sodée est plus prononcée, la perte de poids est plus importante et composée de graisses plus que de protéines, le temps de guérison est plus court et la force du patient est plus grande »…

 

Livre :
Santé et Guérison par le Jeûne - Arnold Ehret 1906-1971

Page 27 :
… Les personnes obèses doivent boire pas mal pendant le jeûne….

Page 79 :
… Il faut boire pendant le jeûne. Les apôtres fanatiques du jeûne ne boivent que de l'eau, estimant qu'il vaut mieux renoncer à toute alimentation… Buvez pendant la journée chaque fois que vous aurez soif, mais en règle générale pas plus d'une bouteille par jour. Moins on boit, plus l'effet du jeûne est violent…

 

Livre :
Comment Et Quand Etre Son Propre Docteur par Isabelle A. Moser
Page 80 :
… Boire davantage peut aussi aider un peu. La nausée est également plutôt fréquente, à cause des charges toxiques de la vésicule biliaire. Boire beaucoup d'eau ou d'infusion de plantes permet de diluer la bile toxique dans l'intestin grêle et la rend plus supportable…

 

Document
Jeûne et santé Pascal Jacquot Février 2011
Page 10 :
Il est inutile de préciser qu’il est très important d’éviter une reprise trop rapide car, au cours de cette période de réalimentation progressive, se poursuit une élimination toxinique très massive. Les toxines libérées par les derniers jours de jeûne et qui n’ont pas encore été rejetées hors de l’organisme, sont alors éliminées assez rapidement. Les organes chargés de cette élimination, les reins, le foie ainsi que l’intestin peuvent être surmenés par cet effort nouveau important. Il faut alors apprendre à "manger" les liquides et à "boire" les solides, c'est-à-dire à bien mastiquer et à saliver…

Page 15 :
- Boire beaucoup. Certains jeûnes préconisent des bouillons ou des jus, d’autres ne conseillent que de l’eau. Quoi qu’il en soit, il est indispensable de s’hydrater pour éliminer les déchets…


 

REPOS PENDANT ET APRÈS LE JEÛNE
Extraits de documents et de livres téléchargeables


Document
LA CURE DE JEÛNE par Evelyne Curt :
PARTICULARITÉS DE LA PRATIQUE DU JEÛNE DANS LA MÉTHODE HYGIÉNISTE :
Page 1 :
… Le jeûne hygiéniste se pratique au repos complet pendant toute la durée du jeûne et du demi-jeûne, et si besoin les premiers jours de la reprise. Il ne faut prévoir aucune autre activité que de jeûner, pendant toute la durée de la cure, hormis quelques distractions (musique ou lectures,...), éviter toutes stimulations extérieures prolongées (douches, bains de soleil, bavardage, ...), éviter de sortir de chez soi, éviter tout effort comme porter du poids...).

Ne prévoir aucune contrainte, ni visite, ni rendez-vous, ni aucun programme, tout remettre à plus tard !
L'énergie n'étant plus dispersée dans l'activité, elle est entièrement disponible pour le travail interne. Il s'ensuit une sensation de faiblesse quand on se lève et une envie de rester immobile, un sommeil plus irrégulier la nuit avec des manifestations de détoxination, le besoin de dormir la journée. Tous ces symptômes sont variables selon la toxémie, d'une personne à l'autre et aussi d'un jeûne à l'autre…

… Le demi-jeûne doit se faire au même lieu où est fait le jeûne. Si c'est en dehors de chez soi comme sur un lieu de cure, il n'est pas possible de rentrer chez soi pour continuer le demi-jeûne, car, d'une part, le repos et l'accompagnement sont beaucoup plus importants dans le demi-jeûne que dans le jeûne, et d'autre part, le voyage interrompt le travail de l'élimination du demi-jeûne. Il vaut mieux raccourcir la durée du jeûne que celle du demi-jeûne, ou bien, pour les personnes en bonne santé, commencer le jeûne en activité, et faire le demi-jeûne au repos complet.

Comme exemples, avec un séjour de 25 jours (temps de repos disponible) :
– personne âgée qui n'a pas jeûné depuis plusieurs années, ou personne qui ne peut pas perdre de poids : 3 jours de jeûne, 14 jours de demi-jeûne, 8 jours de reprise
– personne avec beaucoup de vitalité et pouvant perdre 7 à 8 kg (le poids peut être repris après la cure) : 15 jours de jeûne, 10 jours de demi-jeûne…

Page 2 :
CE QUE PROCURE LE JEÛNE : QUE PEUT-ON EN ATTENDRE ?
… Le jeûne au repos complet donne au corps l'opportunité d'un travail de régénération cellulaire qui reconnecte la personne avec sa propre histoire, passée et à venir, c'est-à-dire résout tout ce qui était resté à l'état latent, qui peut se présenter dans le moment présent et qui aurait resurgi dans l'avenir…

Page 3 :
… Quand on a décidé le passage au demi-jeûne, on mange un fruit toutes les deux heures l'après-midi et le soir, en restant couché immédiatement après avoir mangé chaque fruit et en se relaxant, on peut même s'endormir. Toute activité arrête le demi-jeûne en déviant l'énergie vers l'extérieur ; son efficacité est rendue maximale par le repos complet…

… Chacun doit, lorsqu'il envisage la cure, estimer pour lui-même, et selon son objectif :
– le jeûne est-il bon pour moi ?
– de combien de jeûnes ai-je besoin ?
– quelle est la durée de la cure qui me convient et combien de temps je décide d'y consacrer ?
– est-ce que je suis prêt ?
– suis-je dans les bonnes conditions pour toute la durée de la cure, sachant qu'il est important de rester allongé, à la chaleur, dans le silence, seul, hormis les visites du surveillant, de ne rien faire d'autre, d'être bien informé, sécurisé et satisfait ? Egalement quelle seront les conditions pour la reprise ?…

 


Document :
LA CURE DE JEÛNE par Evelyne Curt
… Le repos complet est nécessaire pendant toute la durée du jeûne et du demi-jeûne…
 2 - Le jeûne
Les éliminations sont plus fortes la nuit et le matin, et souvent provoquent l'insomnie ; buvez abondamment, restez allongé et dormez la journée…  
3 - Le demi-jeûne
… Restez au repos complet allongé. Il faut boire abondamment la nuit et le matin, puis attendre que les éliminations se calment pour manger la première pomme…

… Par exemple, si vous disposez de 6 jours au repos :
1 semaine de préparation, 3 jours de jeûne, 3 jours de demi-jeûne, 1 semaine de reprise…
 

 

Dans le livre
Le jeûne par Herbert Shelton
Chapitre IV UN MENU POUR LES MALADES
Page 72 :
… Si le jeûneur se repose, ses réserves durent plus longtemps que s’il est actif durant le jeûne. De meilleurs résultats sont obtenus par le jeûne si le repos est observé. Le travail, de longues marches, des exercices fatigants, etc., gaspillent les réserves du corps sans offrir aucun avantage en compensation.
 La Nelson’s Encyclopédie dit : « Les observations faites durant le jeûne de Succi et celui d'autres personnes montrent que le corps perd moins rapidement quand le jeûneur est tenu au chaud et au repos. Les tissus adipeux sont utilisés les premiers ; viennent ensuite les protides des muscles du squelette et intestinaux.
Le muscle cardiaque ne diminue pas sensiblement et probablement prend-il sa substance dans les muscles moins essentiels. Dans les longs jeûnes les tissus s’épuisent plus rapidement durant les premiers jours. Par la suite le corps utilise ses réserves nutritives de façon plus économique »…

CHAPITRE XXIX - L’HYGIENE DU JEÛNE –
Page 267 :
Le repos
… Des observations faites au cours des jeûnes de Succi et d’autres montrent que le corps perd moins rapidement lorsque le malade est gardé au chaud et au repos. Le repos conserve les énergies et les substances du corps et hâte les processus de rétablissement.
Je suis d'accord avec Purincton (1): « Pas une once d’énergie ne sera dissipée pendant un jeûne extrême. Ceci implique l’insouciance, le repos et la flânerie ». Le lit est la meilleure place pour le jeûneur…
… La grande valeur du repos, dans tout état pathologique, est bien établie. Au-delà d’un minimum d’activité physique (dont on peut même avantageusement se passer dans des cas graves, et même dans certains états chroniques), plus l'organisme malade a de repos, plus la santé sera rapidement restaurée…
… La croissance et la récupération se font le mieux, chez l’homme, quand il se repose et quand il dort le plus possible. Plus le jeûneur peut approcher du repos parfait de la chrysalide, plus la conservation de ses énergies sera grande, et plus rapide la restauration déstructures lésées. Même lire, écrire, parler, écouter la radio et d'autres formes semblables d'activité devraient être évités le plus possible…

Page 268 :
L’exercice
Ma règle actuelle consiste à exiger le repos pour tous les malades qui jeûnent. Seuls les individus solides, qui jeûnent 10 jours ou deux semaines afin de faire un bon nettoyage interne, et les obèses qui jeûnent pour maigrir, font des exercices pendant le jeûne. Pendant le jeûne, le repos est l’élément essentiel. Après la reprise de nourriture, des exercices sont effectués…

Page 282 :
Mesures de coercition
Le repos, le calme, la tranquillité, la chaleur sont plus importants que n'importe quelle méthode de traitement jamais conçue…

CHAPITRE XXXII - MODE DE VIE APRES LE JEUNE
Page 298 :
… Si nous voulons continuer à nous porter bien après un jeûne, un bon régime, un exercice approprié et suffisant, une certaine quantité de soleil, d’air pur, de repos mental et physique, et une absence complète d’habitudes dévitalisantes, sont essentiels. La durée des résultats bienfaisants du jeûne dépend du mode de vie après le jeûne…

 

CHAPITRE XXXVII - CURES DE DESINTOXICATION
Page 353 :
Les carences
… Le grand but à atteindre est l’élimination des toxines. Rien n’est aussi efficace pour éliminer les toxines qu’un jeûne associé au repos…


 

STAGE DE JEÛNE
Région de Bordeaux

avec Évelyne Curt


Stage de jeûne, région de Bordeaux

du dimanche 10 / 11 / 2013 au dimanche 7 / 12 / 2013 : 1, 2 ou 3 semaines, avec Évelyne Curt

Le document présenté peut être téléchargé au lien :
Stage_jeune_Bordeaux.pdf

Lire aussi les détails pratiques au lien : #Stage_jeune_Bordeaux_details


Bonjour à tous,

voici quelques compléments d'informations pour répondre à vos questions.
(d'autres documents seront transmis à l'inscription)


Pourquoi un stage de jeûne ? À qui s'adresse ce stage ?

vous avez l'appréhension du premier jeûne ?
c'est l'occasion d'être rassuré et de découvrir le processus naturel du jeûne.
Il est toujours plus facile qu'on ne croît ; une semaine, ça passe très vite.

• vous vous posez encore des questions ? Vous doutez ?

c'est l'occasion d'être informé ; le jeûne est pratiqué depuis la « nuit des temps », les hygiénistes s'inscrivent dans cette tradition, alliant simplicité originelle, connaissances scientifiques et maîtrise de l'expérience. 
Lire les grands auteurs comme T.C. Fry, H.M. Shelton et Albert Mosséri.

• vous avez une difficulté particulière et récurrente à jeûner ?

(vomissements, douleur, angoisse, émotions, pas le temps, boulimie, ...ou autres) c'est l'occasion d'être soutenu, d'en parler, faire le point et envisager les solutions.
Pour tout problème, la solution existe, ne pas se décourager.

• vous avez l'habitude de jeûner en continuant vos activités, en travaillant, marchant ?

c'est l'occasion de faire une expérience nouvelle : le jeûne au repos.
Le repos complet détermine l'efficacité du jeûne pour l'élimination cellulaire.

• Vous jeûnez souvent et facilement, mais plus envie de le faire seul ?
c'est l'occasion de vivre ensemble un moment privilégié, partager ce qui nous anime, s'enrichir de nos expériences, créer une belle énergie qui nous portera chacun à aller plus loin. 
Vivre cette expérience en groupe, c'est un soutien pour descendre au plus profond de nous, et un tremplin pour l'avenir.

Un lieu paisible, une semaine de repos, un échange convivial,
déposer ses poids, retrouver des repères, se recentrer pour un nouveau départ.


Jeûner, c'est « poser un acte » , pour soi, et pour les gens qui nous entourent.
S'aider à trouver les décisions justes, gérer ses relations, et affirmer ses choix de vie.


du dimanche 10 / 11 / 2013 au dimanche 7 / 12 / 2013 : 1, 2 ou 3 semaines.


JEÛNE / DEMI-JEÛNE
, groupe de 5 à 10 personnes.
Inscription auprès de :
Evelyne Curt Tél : 04 75 40 88 65 - ak.tamari@gmail.com,

Tarifs : adhésion de 15€ par an, par chèque , à l'inscription à l'ordre de Evelyne Curt - 25, impasse du Loup - 26300 St-Vincent-la-commanderie. 
Vous recevrez les détails du séjour et les conseils pour la préparation.
Participation au stage, à régler en arrivant : 
160€ par semaine pour une chambre individuelle ou un couple,
120€ par semaine pour une chambre partagée. 
Option pour 3 semaines : 440 € ou 320 €.


Le jeûne se fera selon les modalités hygiénistes enseignées par Albert Mosséri.
Lire "santé radieuse par le jeûne" et "le jeûne, meilleur remède de la nature".
Donc, trois jours en jeûne et trois jours en demi-jeûne, le tout au repos complet.

Silence total le matin, promenade ou chaise longue en après-midi, et partage le soir jusqu'à 19h ou 20h.

Possibilité d'avoir une chambre individuelle, bien le préciser à l'inscription (tarif 160€ la semaine).
Possibilité de rester une, deux, ou trois semaines.
Documentation sur place et accompagnement individuel.
Possibilité de venir en camping-car. 
Pour venir en train : St-André-de-Cubzac à 10 km et Libourne à 25 km.
Avez-vous d'autres questions ?

Lieu du stage : ÉCOGÎTE "LA CANOPÉE", en Gironde,
35 km au Nord de Bordeaux, à Marsas.

PARC PAYSAGER CONSERVATOIRE DE LA BIODIVERSITÉ :
http:// www.ecogitelacanopee.fr/ situation.html

La réserve naturelle
PARC PAYSAGER CONSERVATOIRE DE LA BIODIVERSITE
Nous avons voulu favoriser le développement des milieux naturels, étangs aux nymphéas, zone humide, forêts, haies champêtres, prairies où paissent des moutons, jachères fleuries mellifères pour la survie des abeilles issues de plusieurs ruches, et potager/ verger cultivés biologiquement pour la consommation familiale. 
L’ensemble est parcouru par 3 km de sentiers pédestres permettant la découverte et l’observation de la faune sauvage (Présence de la « Cistude », espèce protégée de tortue d’eau, observable de mars à juin), de nombreuses espèces d’oiseaux (nichoirs et d’octobre à mars spectacle du nourrissage hivernal), et de la flore locale.

Une visite guidée et commentée est toujours proposée d’une durée de 2 heures environ. 
Par ailleurs le site reste en permanence accessible aux occupants du Gîte, ainsi que l’aire de pique-nique située près de l’étang aux nymphéas.

Caractéristiques :
Parc paysager conservatoire de la biodiversité sur 10 hectares.
En réserve naturelle depuis 1973.
Refuge LPO - Ligue Protection des Oiseaux.
Haies, boisements (Forêt mixte), association haie-fossé-talus.
Zone humide : étang, prairies inondables.
3 km de sentiers pédagogiques forestiers.
Nidification de nombreuses espèces d'oiseaux (nichoirs).
De novembre à mars : spectacle du nourrissage hivernal des oiseaux.
Quelques espèces de la faune sauvage à signaler : la tortue cistude (observable de mars à juin), la genette, le martin pêcheur, l'écureuil en abondance.
Depuis 1973, pas le moindre gramme d'insecticide ou d'engrais chimique n'a été utilisé sur le site.
Jachères fleuries mellifères (ruches).
Un chêne pédonculé remarquable de 30 m de hauteur et 3m30 de circonférence (300 ans environ).


Parc paysager ayant le label de la Société d'Horticulture de la Gironde.

Guide de visites "Balades en Jardins"



À bientôt dans ce cadre somptueux et privilégié,
pour une belle expérience de jeûne !


http:// www.ecogitelacanopee.fr/ le-gite.html

Photo

Lire aussi les détails pratiques au lien : #Stage_jeune_Bordeaux_details

 

STAGE DE JEÛNE - Région de Bordeaux
Détails pratiques

avec Évelyne Curt


Stage de jeûne, région de Bordeaux
Détails pratiques

du dimanche 10 / 11 / 2013 au dimanche 7 / 12 / 2013 : 1, 2 ou 3 semaines, avec Évelyne Curt

Le document présenté peut être téléchargé au lien :
Stage_jeune_Bordeaux_details.pdf

Lire aussi la présentation au lien : #Stage_jeune_Bordeaux


Bonjour,


Si vous souhaitez vous inscrire ou si vous êtes déjà inscrit(e) pour un stage de jeûne à Marsas :
entre le dimanche 10 novembre et le samedi 7 décembre 2013, avec option pour 1, 2 ou 3 semaines,

voici plus de détails sur le déroulement de ces stages, afin de répondre à vos questions :


LE JEÛNE : on appliquera les principes de l'hygiénisme que nous expliquerons ensemble.
La documentation sera disponible sur place. Je recommande particulièrement la lecture des livres « jeûner pour sa santé » de Nicole Boudreau (en librairie), « santé radieuse par le jeûne » et « le jeûne, meilleur remède de la nature » d'Albert Mosséri.
Je peux vous envoyer des extraits de ces trois livres.
Fiches de résumés jointes : le jeûne - la cure de jeûne - la préparation au jeûne - le jeûne matinal

1 – Me contacter pendant la préparation, le plus souvent possible, pour déjà se connaître.

2 – Il est conseillé de faire le repos complet pendant les six jours, pour un maximum d'efficacité, et pour mieux ressentir le travail intérieur que déclenche le corps, dès que nous le mettons en jeûne.
Cette réserve naturelle nous engagera chacun à rentrer facilement dans notre espace de paix.
Nous resterons en repos et en silence jusqu'en début d'après-midi, en observant nos rythmes.

3 – Nous commencerons par trois jours de jeûne à l'eau, suivis de trois jours de demi-jeûne.
Pour le demi-jeûne, et si vous venez en voiture, vous pouvez amener vos fruits et légumes (1kg par jour environ). Sinon, nous pouvons nous approvisionner au magasin « La vie claire » à St-André-de-Cubzac.

4 – Outre le suivi individuel, nous pouvons prévoir des réunions de partage en début de soirée :
causeries sur l'hygiénisme, le déroulement du jeûne et nos expériences personnelles.

LE SÉJOUR : le gîte est réservé pour nous du dimanche 10 novembre au samedi 7 décembre 2013.
Arrivée le dimanche pour s'installer, se préparer.
Si vous arrivez tôt, vous pouvez faire une visite du parc.
Le stage commence dimanche au soir vers 18h, avec l'introduction et les réponses à toutes les questions.
Jeûne complet à l'eau : lundi, mardi, mercredi, puis pour ceux qui ont choisi de rester une seule semaine, passage au demi-jeûne tout en restant au repos : jeudi, vendredi, samedi.
Samedi soir, bilan du séjour pendant la réunion du soir.
Départs prévus le dimanche, après rangement et ménage du gîte (ou option pour le paiement du ménage).

À APPORTER : draps (en 90 ou 140) ou sac de couchage, et taie d'oreiller, lampe de poche, boules quies, bouillotte, serviettes de toilette et de table, vêtement chaud, pantoufles silencieuses, pyjama confortable (on peut le garder la journée) et chaussettes de laine pour la nuit, peignoir ou châle, livres sur le jeûne...
Attention : ceux qui viennent en train doivent alléger les valises au maximum, en prévision du retour.
NB : nous éviterons télévision , radio, téléphone, ordinateur...
Ne sont pas conseillés : tisanes, bouillon, jus, purge.
En voiture, vous pouvez amener vos bouteilles d'eau.

LE TARIF : il comprend :
– l'adhésion aux « amis hygiéphiles » : 15 € non remboursable, à envoyer pour l'inscription en précisant les dates choisies, par chèque à : Evelyne Curt - 25, imp du Loup - 26300 St-Vincent-la-commanderie.
Vous recevrez les détails du séjour et les conseils pour la préparation.
– la participation au stage à régler en arrivant : 160€ par semaine en chambre individuelle ou pour un
couple, et 120€ en chambre partagée. Si vous restez 3 semaines : 440 € ou 320€.

L'ACCÈS : en venant de la N10, dans le village de Marsas, prendre à droite au premier rond-point la rue Jean de Combret, direction Salignac, et continuer environ 1,5 km, puis à droite en Y : « rue Théodore Monod », continuer 500m, et au « stop » prendre en face, puis premier chemin à gauche entre les arbres : n°3 gîte « La Canopée ».
Le gîte est la première maison à gauche. Il est impératif d'arriver avant la nuit.
Possibilité de venir en camping-car. La gare SNCF de St-André de Cubzac est à 10 km.
Adresse du gîte : René et Marie-France GALLET La Bernarde 3 rue Théodore Monod 33620 MARSAS

À bientôt de se retrouver, Evelyne CURT – tél : 04 75 40 88 65.




http:// www.ecogitelacanopee.fr/ le-gite.html

Photo

 

Lire aussi la présentation au lien : #Stage_jeune_Bordeaux

 

Livre "LE JEÛNE Meilleur Remède de la Nature"
par Albert Mosséri - résumé


Ce résumé est extrait du Blog "Alimentation crue originelle"
à lire au lien http://alimentation-crue-originelle.blogspot.fr/p/livre-le-jeune-meilleur-remede-de-la.html

Merci d'en respecter le Copyright

 

Livre: "Le jeûne, meilleur remède de la nature" par MOSSERI Albert

Ce qui suit est un résumé du livre d’Albert MOSSERI, "Le jeûne, meilleur remède de la nature"



L'HYGIENISME
Principe de base: TOUS LES "REMEDES" SONT EXCLUS

Les facteurs nécessaires à la santé sont:
s'alimenter selon l'alimentation spécifique à l'espèce humaine
l'absence de poisons chimiques dans les aliments
ne prendre aucun médicament, jamais aucun vaccin
pas de contexte émotionnel négatif (relations perverses, stress au travail ...)

Les facteurs nécessaires au RETOUR de la santé sont les MEMES.
On y ajoute le jeûne, qui est un complètement naturel, c'est un repos stomacal et un moment spécifique où le corps peut faire des travaux de nettoyage.


LES DIFFERENTS COURANTS HYGIENISTES
Tous ont en commun le principe de base: TOUS LES REMEDES SONT EXCLUS
Il faut supprimer la cause de la maladie. Le concept de "remède" est un non-sens.

Les divers courants hygiénistes se différencient principalement par leurs idées au sujet de l'alimentation qui serait spécifique à l'espèce humaine.

On note tout de même qu'il y a un consensus autour de l'idée d'une alimentation principalement CRUE.


LES ADVERSAIRES LOGIQUES DE LHYGIENISME
industrie pharmaceutique
industrie du tabac, de l'alcool, du café, du thé, du chocolat
industrie nucléaire
industries chimiques: pesticides, colorants, adjuvants divers comme les exhausteurs de goût, les conservateurs, les facteurs de sapidité ...
industrie agro-alimentaire: transformation des aliments


PREPARATION AU JEÛNE
Il est recommandé de faire une préparation avant de jeûner, pendant quelques semaines.

Le but de cette préparation est d'éviter des crises pendant le jeûne.

Cette préparation consiste en deux points:
1/ ARRETER LES MEDICAMENTS
Ceux qui commencent à jeûner sans avoir arrêté préalablement les médicaments, connaîtront les crises les plus violentes.
2/ pratiquer une ALIMENTATION HYGIENISTE classique, donc basée sur un fort pourcentage de CRUDITES et FRUITS CRUS

Pour les gros consommateurs de médicaments, on peut PROGRESSIVEMENT baisser les doses, PLUSIEURS MOIS A L’AVANCE.

Pendant cette phase de préparation au jeûne il est fortement recommandé d'éviter:
les CEREALES (donc le PAIN)
les produits LAITIERS
la VIANDE


Pour quelques précisions, voir annexe 1


DEMARRAGE DU JEÛNE
Le jeûne est tout de suite réalisé de façon INTEGRALE: il n'y a PAS de PALIERS, on ne diminue pas les rations alimentaires petit à petit, on les supprime totalement.
L'expérience montre que c'est plus facile ainsi.

PAS de PURGES, PAS de LAVEMENTS
Ce type de technique est toujours agressif pour les délicates muqueuses intestinales. Cela abîme la flore intestinale, agresse les muqueuses et peut provoquer des inflammations.

Les selles n'empoisonnent pas le corps. Celui-ci s'arrange pour les neutraliser en y déversant de la bile pour les aseptiser et en les asséchant. Cela les empêche de se putréfier et de fermenter.

Préparer le jeûne avec une alimentation appropriée est de très loin PREFERABLE aux purges et lavements divers.


CONDUITE du JEÛNE
REPOS

Plus l'environnement est calme, plus le jeûneur est au repos, plus le corps travaille aux éliminations.
MOSSERI considère qu'un jeûne de 5 jours avec repos total est équivalent à un jeûne de 15 jours où le jeûneur continue une activité normale.
L'énergie affectée pour les activités, ne sera pas affectée pour les éliminations.

Petite remarque intéressante: les médecins prétendent que garder le lit engendre un risque de phlébite. MOSSERI n'a jamais observé de phlébite chez les quelques 4000 jeûneurs qui sont passés chez lui. Il pense que ce sont les transfusions et perfusions qui en sont la cause.

Garder le lit n'affaiblit pas le jeûneur: la sensation d'affaiblissement provient du fait que le corps dévie ses énergies vers le travail d'élimination.


Le jeûneur sent une fatigue, mais aussi un bien-être, une relaxation.
Surtout si la préparation a été bien faite et que les produits stimulants ont été supprimés: VIN, CAFE, VIANDE, TABAC, FROMAGES ...

Il est conseillé de se faire de longues périodes de repos total:
sans TELE
sans RADIO
sans BAVARDAGES
Mais il est plus important d'éviter l'ennui que d'économiser son énergie, donc il vaut mieux avoir quelques activités tranquilles (lecture notamment, jeux de sociétés, broderie ...)


SOMMEIL
Quelques remarques: souvent les jeûneurs n'ont besoin de dormir que très peu, quelques heures, en général après minuit. Mais souvent ils ont des somnolences pendant la journée.

Il est aussi possible que les jeûneurs qui étaient insomniaques se mettent à dormir plus pendant le jeûne, comme pour rattraper un retard.


TEMPERATURE
Il faut que le corps soit AU CHAUD.


L'EAU
Un hygiéniste n'a JAMAIS SOIF et ne BOIT JAMAIS.
La totalité de l'eau dont il a besoin est contenu dans ses aliments.
Si il a soif c'est qu'il a mangé un aliment défendu.

Pendant le jeûne, faut-il boire ou non ?
L'idéal est de boire seulement quand on a soif.
Mais l'expérience montre que l'instinct est souvent déréglé et donc il vaut mieux boire un MINIMUM de DEUX à TROIS VERRES d'EAU par jour (tiède, froide, chaude, peu importe).
Pour les jeûnes longs, il vaut mieux que le minimum d'eau bue soit de un litre.

MOSSERI pense que le mauvais goût que trouve le jeûneur à l'eau est dû aux produits qu'il est en train d'éliminer et qui sont dans sa bouche.

Si le jeûneur n'arrive pas du tout à boire, alors, par sécurité, il vaut mieux lui donner un peu d'eau coupée avec du jus de citron, tout au long de la journée, par petites gorgées.

L'élimination est plus intense la nuit que le jour, et ne ralentit que vers midi. Il est conseillé de ne pas oublier de boire le matin.


BAINS
MOSSERI déconseille les bains de siège (eau froide) et les bains de vapeur.


PAS DE TISANES, PAS DE MIEL, PAS DE SUCRE, RIEN !
Tout ce qu'on prendra ne fera que stopper les éliminations. Si on a des douleurs, ce sont des signes d'élimination et il ne faut prendre aucun remède.


LES CRISES
Les crises seront évitées si la préparation au jeûne a été réalisée correctement.

Plus le corps est intoxiqué, plus les crises seront violentes. L'intoxication médicamenteuse peut conduire à des crises très dures à supporter.

Une personne peut se sentir très bien, même si elle fume et boit (par exemple) et donc se croire en bonne santé. Mais le jeûne révèle son véritable état de santé: elle va par exemple faire des crises d'asthme correspondant à une élimination des goudrons et nicotine de la cigarette.

IL EST DONC TRES IMPORTANT POUR LES PERSONNES TRES INTOXIQUEES DE FAIRE UNE LONGUE PREPARATION AVANT LE JEUNE (arrêter le tabac, les médicaments ...)


VERTIGES
C'est le symptôme le plus fréquent.
Il n'y aucun lieu de s'inquiéter, il faut seulement faire bien attention quand on se lève. Souvent c'est lorsqu'on se lève trop rapidement qu'on peut avoir un vertige, tomber et se blesser.


LES MIGRAINES
Elles peuvent durer de quelques heures, à plusieurs jours. Ne rien prendre pour les atténuer, ce sont des signes d'élimination.


MAUX de VENTRE
Ils peuvent être aigus, mais ce n'est pas dangereux: il ne s'agit pas de crise d'appendicite comme le croit certains jeûneurs effrayés par la douleur.
Il s'agit en fait de poches de gaz qui se forment à cause de putréfaction de certains aliments dans le tube digestif.
Une bonne préparation au jeûne évite ce genre de désagrément. Sinon il faut faire des massages doux du ventre.


FIEVRE
C'est une élimination dynamique.
Il ne faut rien faire pour couper la fièvre, il faut simplement faire attention à boire un peu plus.


FAIBLESSE
Très fréquent et tout à fait normal.
Signal d'alerte: le jeûneur ne peut plus marcher. Dans ce cas là il faut couper immédiatement le jeûne et passer au demi-jeûne en mangeant une petite portion de fruit cru (100 à 150g) toutes les heures ou toutes les deux heures.


CRACHATS, MAUVAISES HALEINES, SAIGNEMENT GINGIVALE
Tout à fait normal, ce sont des signes d'élimination.


PALPITATIONS
Les battements du cœur peuvent s'accélérer, ce n'est pas un problème.
Par contre, si le pouls est irrégulier il faut arrêter le jeûne, et passer au demi-jeûne.

Si une sensation de barre sur la poitrine apparaît, il faut aussi passer au demi-jeûne.


VOMISSEMENT DE BILE
Laisser faire.
Mais si cela produit au-delà du 15ème jour de jeûne, il faut passer au demi-jeûne.


DELIRES, HALLUCINATIONS, COMA, EVANOUISSEMENT, CRISES de FOLIE
Les jeûneurs ayant abusés de:
tranquillisants
tabac
somnifères
drogues
sédatifs 
médicament divers
divers autres poisons

peuvent avoir ce genre de symptôme.

Pour ces personnes-là, mieux vaut faire une préparation au jeûne de plusieurs semaines. Sinon, les crises peuvent être si violentes que le jeûneur hurle, se taillade les veines, saute par la fenêtre ...

En cas d'évanouissement, il ne faut pas relever le jeûneur ni lui soulever la tête. Simplement le mettre dans une position confortable, bien allongé. Il se réveillera au bout de quelques minutes.


URINES TEINTEES de SANG, CHARGEES DE CALCULS
Il faut boire beaucoup et en quelques jours ça passe.
Il est possible d'avoir des crises de calculs rénaux très douloureuses et en général passent en 4 à 5 heures, le temps que le corps désintègre le calcul.
Il ne faut surtout pas aller à l'hôpital, les conséquences peuvent être catastrophiques.


TETANIE, CONVULSIONS, SPASMES
Dès que la crise arrive il faut boire un bouillon de légume, puis passer en demi-jeûne.

SENSIBILITE A LA LUMIERE
Si le jeûneur a envie de mettre des lunettes de soleil même si la luminosité est faible, c'est un signe de carence. Il faut passer au demi-jeûne.
Pas de bouillons de légumes, car ils sont carencés par la cuisson et peuvent accentuer les déficiences du jeûneur.
La sensibilité à la lumière se rencontre rarement avant 50 jours de jeûne.


DIFFICULTE A RESPIRER
C'est vraiment très pénible et il faut le supporter tant bien que mal.
Dans un cas de douleurs respiratoires très intenses, le jeûne fut coupé avec une pomme chaque soir, et les effets furent excellents.
Attention, une difficulté à respirer + poul irrégulier est un signal de danger de mort.


DOULEURS AUX REINS ou aux POUMONS
Reins et poumons sont des émonctoires, et ils peuvent être accablés lors des éliminations. On peut alors ressentir une inflammation. Il faut alors boire 2 litres d'eau par jour et si ce n'est pas possible pour le jeûneur, couper l'eau avec du jus de citron ou d'orange dans les deux litres.
Si les douleurs intenses continuent, il faut passer au demi-jeûne.


MALAISE GENERAL
Le jeûneur peut éprouver un malaise général, avoir une forte perte de poids, des douleurs partout, une grande faiblesse, des difficultés à tenir debout ou marcher ...
Si ces symptômes persistent, il faut passer au demi-jeûne.


MENSTRUATIONS
Une femme en parfaite santé n'a pas de règles, comme les femelles sauvages dans la nature. Cela ne l'empêche pas d'avoir une ovulation mensuelle imperceptible et même des enfants.
Mais comme la majorité des femmes sont mal portantes, elles doivent éliminer tous les mois, à l'aide des menstruations. L'absence de menstruations dans ce cas n'est donc pas un signe de bonne santé, mais un signe qu'une soupape d'élimination est hors de service. Le jeûne peut la remettre en service.
Quand on entreprend une cure de jeûne, les règles s'annoncent 15 jours plus tôt, car le corps a plus d'énergies disponibles pour éliminer. Il faut donc prendre ses précautions à l'avance.


LA PESEE QUOTIDIENNE
Si vous effectuez une pesée quotidienne, et si vous buvez chaque jour la même quantité d'eau vous devriez remarquer la chose suivante:
Les premiers jours le poids descend, puis il se stabilise pendant trois jours.
Ensuite il recommence à descendre, pour atteindre quelques jours après un deuxième palier.
(l'exemple dans le livre de Mosseri montre que le palier 1 est situé sur les jours 10 à 12 du jeûne et que le palier 2 se situe sur les jours 17 à 19).

MOSSERI pense que le premier palier correspond à un épuisement des ressources en nutriments dans le corps et que sans ces nutriments, les éliminations ne peuvent pas se faire.
Il pense que pendant le palier numéro 1, le corps effectue des transmutations de certains éléments présents pour créer les nutriments qui lui manquent. MOSSERI parle par exemple de la transmutation du potassium en calcium.
Lorsque le palier 2 est atteint, le corps n'a plus aucune ressource.
Continuer le jeûne devient, selon lui, complètement inutile.

Points de repère:
Calcul du poids normal: si une personne fait 1m70, il faut faire 70-10= 60 kg. C'est le poids normal.
Le poids minimum est calculé en prenant 60% du poids normal. Donc 36 kg pour cette personne.


ARRET DU JEUNE INTEGRAL
Certains prétendent qu'il faut attendre le retour de la vraie faim.
Mais MOSSERI a observé que dans le plupart des cas, personne ne pouvait atteindre ce stade.

La fausse faim s'accompagne des symptômes suivants: 
bouche amère, pâteuse, sèche, mauvaise haleine
mal de tête, vertige, malaise
mauvaise humeur, pessimisme, esprit vaseux, indécision
fatigue, sommeil

Toutes ces sensations sont des symptômes d'élimination.

La vraie faim est une sensation agréable, avec une bouche propre, pleine de salive, avec un petit creux à l'estomac, et une demande diffuse dans tout le corps pour de la nourriture.
L'urine est claire, non chargée.
Pour s'assurer de la vraie faim il faut attendre un ou deux jours. Alors la vraie faim s'accentue et la fausse faim disparaît.

Mais ceci arrive TRES RAREMENT.

L'homme moderne est trop intoxiqué, trop détraqué, l'instinct ne fonctionne plus, et même si la vraie faim ne se fait pas sentir, il est possible que l'on soit dans état de carence avancé.


Le passage au demi jeûne s'effectue donc au moment du palier 2, c'est à dire environ au 20ème jour de jeûne.

Attention: dans le cas de crises graves (voir le chapitre sur les crises ci-avant), il faut passer immédiatement au demi-jeûne.

En général le deuxième palier s'accompagne des symptômes suivants: 
la soif disparaît
la langue se charge moins
le goût dans la bouche devient moins mauvais


LE DEMI JEUNE
Les aliments sont consommés CRUS.

Quantités: on mange environ 500g à 1 kg par jour, moitié fruit, moitié crudités et verdures, sans sauces.
Les fruits sont étalés sur l'après midi et le repas du soir est fait en deux fois.
Points de repère: 
1/ IL EST PREFERABLE DE NE MANGER QU'UNE SEULE VARIETE DE FRUIT PAR JOUR
2/ tout type de fruit peut faire l'affaire, mais la pomme est privilégiée
3/ si vous êtes grand (taille supérieure à 1m70), prendre 800g de fruits dans l'après midi. Sinon, 400 à 500g.


Exemple conseillé pour tout le monde:
1er et 2ème jour du demi-jeûne:
13h: une demi pomme (une pomme pour une personne de grande taille)
14h: une demi pomme
15h: une demi pomme
16h: une demi pomme
17h: une demi pomme
18h: une demi pomme
19h: une demi pomme

Jours suivants:
13h: une demi pomme (une pomme pour une personne de grande taille)
14h: une demi pomme
15h: une demi pomme
16h: une demi pomme
17h: une demi pomme
18h: 200g crudités sans sauce (300g pour les grandes tailles)
19h: 200g crudités sans sauce (300g pour les grandes tailles)

Crudités = tomate, concombre, carotte, poivron rouge, céleri branche, laitue, fenouil ...


Exemple particulier de demi-jeûne fait par un curiste de Mosséri: 
4 pommes, une toutes les heures l'après-midi, puis 100g de laitue (sans sauce), le soir. 
Pendant trois jours.
Puis passage à 500g de crudités le soir.
Demi-jeûne poursuivi pendant 42 jours, avec une perte de poids d'environ 1kg par semaine.

Autre exemple pour un autre curiste:
Une orange l'après midi.
300g de scarole le soir.
Pendant 7 jours
Puis ensuite: 
500g de fruits l'après midi, échelonné.
300g de scarole le soir.


Il ne faut pas dépasser 1 kg de nourriture par jour.
Il faut boire beaucoup entre minuit et midi, le moment où l'élimination est la plus forte.
Le fruit le plus utilisé par MOSSERI est la pomme. Il pense qu'elle agit comme un balai dans les intestins et entraîne les toxines qui sortent par les muqueuses intestinales, vers l'extérieur.
Parfois, pour certaines personnes, des fruits aqueux comme le melon ou la pastèque passent mieux que les pommes.
La langue, même si très colorée, ne doit pas être nettoyée.


LE JEUNE LONG EST INUTILE.
Le corps n'a pas assez de réserve en nutriments pour parfaire les éliminations.

LE DEMI-JEUNE permet au contraire de continuer les éliminations: la langue se colore au bout de quelques heures à quelques jours.
Pour le voir il faut regarder la langue en lumière naturelle, avec suffisamment de luminosité. Il peut y avoir des barres colorées, ou simplement une tâche au fond.

Avec le jeûne à l'eau, l'élimination reste superficielle, on ne fait que déblayer le terrain. Le demi-jeûne permet de NETTOYER EN PROFONDEUR.
Par contre, selon MOSSERI, le jeûne complet permet de gagner du temps. 

Il faut poursuivre le demi-jeûne jusqu'à ce que la langue devienne rose.
Cela peut durer une semaine, ou plusieurs semaines, selon l'état d'intoxication de la personne.

Pendant le demi-jeûne, le poids continue de descendre: en général entre 500g et 1kg par semaine.

Langue noire: il s'agit de l'élimination de médicaments. (couleur rencontrée dans 5% des cas)
Tranquillisants, somnifères, anesthésiques.
Autres couleurs remarquées: jaune, marron, moutarde, vert, beige.
Moutarde (couleur rencontrée dans 50% des cas): abus de protéines
Jaune (5%): abus de corps gras (beurre, huile, avocats)
Vert clair (1%): abus de sucre industriel
Marron (30%): consommation de café
Blanc (10%): dénote une difficulté à éliminer.

La langue se colore dans 90% des cas. Pour les 10% restant, il apparaît que la langue se colore si la personne refait plus tard un second jeûne.


EN CAS de PROBLEMES
la personne a un hoquet persistant
la personne vomit
impossible de rien avaler
...
Il faut alors donner du bouillon chaud de légumes durant un ou deux jours.
Ne pas donner de bouillon aux curistes qui n'ont pas de symptômes inquiétants.
Il ne faut pas donner ce bouillon plus de 2 jours, car le manque de vitamines dans ce bol cuit peut entraîner des carences.
Poursuivi pendant une semaine, le bouillon peut provoquer des ennuis très graves.


PREMIERE SELLE APRES LE JEUNE
Chez la plupart des jeûneurs il est tout à fait normal de ne pas aller à la selle.

Après le jeûne: il arrive pour certaines personnes que les selles ne reviennent qu'au bout de 15 jours.

Première selle:
On peut avoir une difficulté à l'expulser.
Si on arrive pas à l'expulser: réessayer pendant 2 jours, SANS FORCER.
Il faut donner au corps le temps d'élargir l'anus qui s'est resserré.

[Je ne comprends pas certains passages du livre de MOSSERI en ce qui concerne les selles, mais il semblerait que: ]
Il peut y avoir un bouchon qui est collé dans l'anus. Le corps fait un effort constant et un peu frénétique pour le dégager et on a toujours envie de déféquer mais sans pouvoir. Pratiquement toutes les dix à quinze minutes on a envie d'aller aux toilettes mais malgré tout effort, impossible de déféquer.
Cette envie apparaît le premier jour où l'on remange, parfois même immédiatement pendant l'ingestion du premier aliment du demi-jeûne.
Du liquide noir sort de temps à autre de l'anus, de façon incontrôlable.

Si cette envie de déféquer apparaît plus tard (les jours suivants), il ne s'agit pas d'un bouchon collé mais d'une simple difficulté à évacuer des selles dures comme des cailloux, mais il n'y a pas de bouchon collé à la paroi du rectum.

Pour se débarrasser du bouchon collé, MOSSERI conseille d'enfiler un gant chirurgical, d'huiler un doigt et de dégager le bouchon avec le doigt.


APRES LA CURE
Pratiquer un régime hygiéniste est la clé pour maintenir une santé optimale. C'est le moment idéal pour changer d'habitudes alimentaires.

Pour les personnes qui veulent ripailler à leur guise, il ne faut pas s'étonner si apparaissent chez eux les symptômes suivants, qui sont signes d'excès: enflures des pieds, enflures des chevilles, enflures des jambes.
C'est ce qu'appelle MOSSERI, les "pieds d'éléphants".

Intéressant: MOSSERI considère que les aliments naturels dont les excès sont les plus préjudiciables sont les aliments azotés:
Viandes et volailles, noix, poisson, légumineuses, blanc d'oeuf, huîtres ...
Ensuite viennent les excès de dattes, figues sèches et autres fruits secs.
Il dit qu'il faut tremper tous ces fruits 24 heures pour leur redonner leur aspect original, autrement ils sont indigestes.
Par ces excès, la santé peut être détruite en peu de temps et les ravages sont considérables: le pouvoir digestif est brisé, le système nerveux altéré, le sommeil perturbé, les forces musculaires anéanties, la vue baisse, le pessimisme s'installe, l'anxiété, la tête s'alourdit, l'esprit s'obscurcit et devient vaseux, c'est l'hésitation dans les décisions de la vie et du travail, l'optimisme disparaît et la joie de vivre avec lui.


QUI NE DOIS PAS JEUNER ?
ceux qui souffrent d'une maladie cardiaque véritable
(pour MOSSERI, il y a beaucoup de maladies cardiaques ou autres, qui sont mal diagnostiquées)
ceux qui souffrent de tuberculose véritable
ceux qui sont squelettiques, c'est à dire ceux qui pèsent 20 kg de moins que le poids normal, et qui ont des difficultés digestives, en plus.
Ceux qui n'ont pas arrêté les tranquillisants, les calmants, les sédatifs, et qui les prennent régulièrement
Les diabétiques qui prennent de l'insuline ou d'autres médicaments régulièrement depuis 2 ans.
Ceux qui prennent régulièrement de la cortisone depuis longtemps, ainsi que des hormones, à moins qu'ils n'arrêtent durant 3 mois au moins.
Ceux dont la glande thyroïde a été enlevée ou détruite par l'iode radio-actif.
Les anciens malades mentaux ou nerveux risquant le retour en force de leurs anciennes crises (délires, dépression, folie ...). Une préparation de 3 mois suffira pour qu'ils puissent jeûner ensuite en toute sûreté.
Les vieux de plus de 80 ans
Les femmes enceintes de plus de 6 mois
Les cas de cancer du foie et de la rate.
Et d'autres cas


ANNEXE 1 : Un exemple d'ALIMENTATION HYGIENISTE pendant la préparation au jeûne

A noter: MOSSERI considère que le corps n'a besoin que de très petites quantités de protéines, du moins pour les adultes, et que les fruits et les légumes en contiennent suffisamment pour satisfaire ces besoins.


MATIN ET MIDI: attendre le plus longtemps possible avant de faire un premier repas. Attendre que la faim soit aigüe.
Calmer la faim avec des FRUITS

17 heures: 
VERDURES et CRUDITES
Assaisonnement: huile vierge, citron, tomate, persil, oignons hâchés fins, etc ...
Interdit: tous les épices (dont poivre) et le sel, ainsi que mayonnaise, moutarde, vinaigre ...

SOIR: prendre l'un des trois repas suivant, en ne dépassant pas 1,5 kg de nourriture en tout.
1/ Pommes de terre cuites à l'eau + légumes cuits: aubergine, oignons, poivrons
2/ Pommes de terre + chou de Bruxelles cuits
3/ Légumes cuits varié avec éventuellement un jaune d'oeuf cru ou cuit.
Crudités autorisés.
LE DESSERT: dattes, figues, raisins secs trempés, abricots secs, bananes séchées.


Annexe 2 : REGIME HYGIENISTE
Liste non exhaustive des ALIMENTS dont il ne faut faire qu'une consommation exceptionnelle

CHOCOLAT
CAFE
THE
VIN
BIERE
LEVURE
FROMAGES, produits laitiers
VIANDE


Annexe 3 : des idées d'aliments crus

TOUS FRUITS ET LEGUMES
AVOCATS
MIEL
NOIX DE COCO
NOIX, NOISETTES, AMANDES, PISTACHES (en petites quantités)
COQUILLAGES (en petites quantités)
OLIVES
POIS CHICHES et LENTILLES TREMPEES ou GERMEES


Il faut consommer les aliments tels que la nature nous les offre.
Il ne faut pas les consommer modifiés, transformés, coupés, cuits, raffinés, altérés par l'industrie ou par une cuisson à outrance.
Les extraits et les concentrés n'ont pas de valeur, car les processus d'extraction et de concentration en usine détruisent la majorité des vitamines. Les aliments qui sortent d'usines ne sont pas acceptables.

 

 

 

INFORMATIONS GLANÉES ANS LE GROUPE
"L'HYGIÉNISME SELON SHELTON

Extraits du
Groupe "L'Hygiénisme selon Shelton" : http://groups.google.com/group/hygienisme?hl=fr ou
https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!forum/hygienisme

D'autres informations relatives à l'hygiénisme en particulier sont au dossier "Hygiéniste" :
http://www.conscience33.fr/hygieniste.html


Le jeûne,

14.06.2012 : ...L'eau bien sur est nécessaire pour hydrater les muqueuses intestinales, et non pas pour diluer le bol alimentaire. C'est le premier "remède" à la constipation, avec ensuite les aliments aqueux.
Dans le jeûne, j'ai vu seulement deux curistes qui ont souffert pour retourner à la selle : ce sont deux personnes qui refusaient de boire beaucoup pendant le jeûne et buvaient vraiment le minimum, soit 1/2 litre par jour.
Et qui n'avaient pas constamment une nourriture hygiéniste.
Il faut beaucoup plus d'eau pour que les parois intestinales restent normalement hydratées.
En temps normal, on ne devrait rien manger qui donne soif, que des aliments aqueux ; sinon, il faut faire des jeûnes très souvent pour finir d'évacuer les aliments trop concentrés, et donc boire beaucoup pendant le jeûne.
Mais comme on a déjà dit sûrement, ne pas utiliser le jeûne comme un médicament.
Le jeûne est fait pour éliminer les maladies anciennes, de toute la vie, pas pour évacuer les excès de la veille... [Evelyne]

26.06.2012 : Bonjour à tous. Le jeûne progressif est une réduction harmonieuse des réserves de l'organisme, c'est une dénutrition voulue et acceptée. Par contre dans un jeûne prolongé, une carence en éléments vitaux est à craindre. Les fonctions de glycogénolyse et néoglucogénèse peuvent se réduirent et compromettre le déroulement d'un jeûne. La production d'ATP aussi. Dans le sang la glycémie reste constante, mais n'est plus intégrée au niveau cellulaire, épuisement des vitamines B1 et B2 et les 4 principaux minéraux, sodium, calcium, potassium, magnésium. Le système nerveux et les cellules sanguines sont activées uniquement par le sucre. Les acides gras non estérifiés activent le coeur et les reins. On comprend où est le danger ! La vie d'une cellule dans un liquide purifié, sans apport d'éléments nutritifs s'éteint au terme de 3 semaines. Le jeûne au délà de cette période est inutile. L'organisme se positionne uniquement en survie. L'élimination s'arrête et par suite la rénovation organique. Bien observer les paliers pondéraux. Engager le jeune hydrique de sécurité qui relance l'élimination toxémique. J'ai expérimenté par intuition ce procédé, l'élimination rénale a été stupéfiante ! Ma réflexion de continuer le jeûne au délà de 3 semaines (jeûne tertiaire de Nature et Vie) pour confirmer l'autolyse des tissus dégénèrés est peut-être nécessaire. Au-delà de 3 jours, la protéolyse augmente. Un jeûne qui s'achemine vers les 3 semaines augmente la protéolyse des tissus dégénérés (autolyse selon les conception de l'hygiénisme). A savoir : une tumeur réduite partiellement est susceptible de ne plus gérer les fonctions vitales des autres organes (je dis bien TUMEUR et non TUMEUR en putréfaction). A condition d'une alimentation saine. L'alimentation hygiéniste rénove les organes, mais plus lentement qu'un jeune intégrale. Référence puisée dans des revues de biologie générale. A bientot pour la prochaine réfléxion. Marteau Roger

03.09.2012 Adaption au jeûne. Les hygiénistes savent que la maladie n'est pas externe mais est liée au niveau des déchets cellulaires non éliminés. Cela définit des surcharges humorales favorisant la dégénérescence des organes. Une cellule encombrée de déchets sont à l'origine des modifications morphiques des organites du cytoplasme ; ils se transforment en microbes ou virus (le polymorphisme du Pr Tissot 1946). La maladie est semblable au jeûne. Une réaction vitale est aussi un avertissement que le corps à besion de se purifier. Dépasser la faim douloureuse, c'est une observation attentive aux pulsions d'ordre vital, c'est un bain de jouvence. Une motivation psycho-sensorielle est nécessaire, un détachement qui autorise un changement de conscience pour accéder à une santé parfaite. La valeur du jeûne était reconnue par de nombreux médecins, avec des résultats de rénovation exceptionnelle. Le jeûne ne doit pas etre confondu avec malnutrition qui est une insuffisance d'éléments indispensables au maintient des processus vitaux. Le jeûne c'est l'inverse de l'assimilation, l'organisme se consacre à l'élimination et sa rénovation organique. La régénération est simplement extraordinaire. Dans le déroulement d'un jeûne apparait des signes carentiels qui indiquent d'y mettre un terme. Les vitamines B1 et 12 sont normalement suffisantes pour dérouler un jeune de 3 semaines . Elles sont indispensables à l'intégration du glucose au niveau du cerveau pour créer de l'énergie nerveuse. Les carences en ces vitamines (jeûne long ) en rapport avec une personne présentant une forte toxémie, alcool, fumeur, réserve grasseuse de dégénérescence aussi anoresie déclenchent des difficultés nerveuses. Une surveillance accrue est nécéssaire. La supplémentation en eau de sécurité vers le 15ème jour de jeûne semble une excellente précaution ; c'est spectaculaire au point de vue élimination. Un jeûne d'une journée arrête les saignements stomacaux pour les sujets en alimentation hétérogènes, irritation par l'acidité des repas. Trois jours de jeûne cicatrisent ces saignements. La détermination de jeûner ne doit pas se faire après un repas (estomac plein), mais la faim est présente. Le mental sera mieux structuré pour jeûner. A suivre. [Roger]

03.09.2012 : Le jeune hebdomaire est excellent je le pratique moi-même. [Roger]

24.10.2012 : On ne pas faire l'hygiénisme sans faire des jeûnes régulièrement, c'est la base de la pratique, et cela s'apprend, car il y a beaucoup d'informations fausses (ou inconsistantes et insuffisantes) sur le jeûne.
Il faut commencer par lire les livres de A. Mosséri et faire l'expérience...

12.11.2012 : Amis hygiénistes bonjour. Les réflexions que j'émets sont issues de mon expérience de mon association AIDE créée en 1988 et dissoute en 2003. De mes nombreuses lectures de ma bibliothèque traitant des sujets sur la vie biologique, de ma collaboration à Nature et Vie.  J'ai déroulé deux jeûnes : un de 15 jours en 1985 ; un de 18 jours en 1987. Je pense réaliser un 3ème jeûne en Juin 2013 sous la surveillance d'Evelyne Curt praticienne hygiéniste. Le praticien-ne hygiéniste qui surveille un jeûneur doit définir le potentiel vital de la personne désireuse de dérouler un jeûne. Une interrogation de ses activités physiques (sportives) , de son aspect physiologique , tete en particulier et les réactions vitales apparues dans son existence. Une surveillance accrue est nécessaire chez les grands toxémiques. En effet, leur réserve en triglycérides (graisses) est composée d'éléments chimiques très nocifs. Ils sont restitués dans les humeurs (sang et lymphe) et risquent de se déposer sur d'autres organes aux tissus faibles cicatriciels ou dégénérés, avec comme conséquence l'apparition  de tumeurs en cours ou fin de jeûne. Le point important c'est de repérer la fin d'élimination c'est-à-dire : les humeurs sont dégagées de la toxémie. Si le noyau de la cellule est dégénéré, soit il est autolysé ou enkysté (cas des substances chimiques non reconnues par l'intelligence somatique (mercure en particulier). La dégénérescence cellulaire s'accroit progressivement ; le schéma est simple : Sang > lymphe > Cytoplasme > noyau cellulaire. L'expérience en laboratoire d'une cellule isolée baignant dans une eau renouvelée constamment se maintient en vie trois semaines, si le noyau cellulaire n'est pas déstructuré. Là, on se rapproche d'un jeûne max 3 semaines. Si le noyau cellulaire est atteint par les poisons divers, le retour en arrière est impossible (à mon avis) et doit etre autolysé. Un autre organe important doit être dégagé de ses toxines : le foie, car son rôle est important pour recycler les éléments issus de l'autolyse. D'ailleurs l"abcès au foie est la bête noire du praticien hygiéniste. Des repères sont possibles. Le remaniement du cytoplasme se produit avec les lysosomes destinés à digérer les structures indésirables de la cellules. Ils se transforment en hydrolases lysosomiales et émises en dehors de la cellule pour une autolyse extra-cellulaire. Définir la fin d'élimination pour accéder à la rénovation des organes dans la phase de demi-jeûne. Roger Marteau.

18.11.2012 : Lors de ma visite à Mosséri  en 1997, je lui expliquai mon intéressement à la biologie cellulaire. Il me répond que cela n'est pas nécessaire. Néanmoins je pense qu'une corrélation est à observer. Mais évidemment les tests sont réalisés en dehors du corps humain. Toute cellule humaine extraite de son environnement change de morphisme ? Les fonctions vitales sont différentes. Les organites du cytoplasme modifient leur structure. Cela a été définit par le Professeur Tissot 1946, le polymorphisme des cellules lors de l'étude des fonctions vitales. C'est là que Mosséri à raison : entre l'étude de laboratoire et le terrain humain, c'est différent. Cela peux induire en erreur. Des études ont été réalisées à l'INSERM sur le jeuûne qui apportent une réfléxion pour parfaire un déroulement de jeûne, mais avec une application prudente. La thèse du Dr Duverney - Guichard sur le jeuûne (approche médicale et scientifique 1985) apporte de très bonnes réfléxions. A propos de la durée d'un jeûne, la toxémie et le potentiel vital interfèrent l'un sur l'autre. Pour définir la durée du jeûne hydrique, il faut observer les paliers de descente pondérale. La stabilisation du premier palier se maintient sur 2 jours ; si au 2ème palier se prolonge au délà de 2 jours, c'est l'indice que les réserves vitales sont épuisées, ne pas confondre avec la réserve lipidique. A ce moment là il faut passer au demi-jeûne. Cet épuisement doit s'observer avec les autres paramètres lors du jeûne. Pour les paliers ceci est mentionné dand les livres sur le jeûne de Mosséri . Pour cette raison le jeûne est variable selon les individus. L'élimination de la toxémie doit être totale pour la rénovation des organes avec une alimentation hygiéniste. Le post-jeûne est très important ; ne pas manger comme des affamés. La reprise de poids doit être progressive. J'ai revu des jeûneurs avec des joues gonflées et des yeux jaunes. Une reprise trop rapide. Un autre point important, l'autolyse des kystes qui renferment des molécules de synthèse isolées par l'intelligence somatique. Elles se propagent dans l'organisme et peuvent se fixer sur d'autres organes lors du jeûne. Les tissus qui englobent ces molécules de synthèse sont faibles (tissus cicatriciels). Ils priviligient  l'accumulation des toxines et reforme des tumeurs. On peut vivre longtemps avec une tumeur si elle ne gène pas les fonctions vitales d'autres organes (petites excroissances). Roger Marteau

23.12.2012 : Bonjour Corinne. Cette dame a rejeté tous les médicaments prescrits par la médecine conventionnelle. Une alimentation saine, sans être hygiéniste. Comme quoi avec la patience et la compréhension des lois de vie, la régénération des organes est possible. Avec une toxémie iatrogène, les facultés de régénération sont pratiquement éteintes. Une cellule encombrée à 75 % de déchets chimiques ne peut revenir en arrière. C'est pour cette raison que le jeûne est interdit pour ces cas. Une toxémie élevée libère un taux de toxines dans la lymphe et le sang qui très dangereux. Le praticien hygiéniste doit définir la toxémie de la personne pour dérouler un jeûne avec toutes les garanties de réussite. Aucun remède quels qu'ils soient ne peut apporter la rénovation des organes dégénérés ou détruits. C'est l'intelligence somatique qui opère pour reconstituer un organisme viable. C'est exactement cette faculté vitale qui bâtit l'être dans le sein de la matrice féminine : c'est la même ! Une mise en oeuvre subconciente. Nous sommes pas conscients des processus vitaux de la cicatrisation pour une blessure externe, à part la douleur qui est significative de l'action en cours. Une partie du foie enlevé ne se reconstruit pas, c'est les cellules hépatiques restantes qui s'hypertrophies pour suppléer à la carence organique. Idem pour un rein enlevé, l'autre prend le relais en hypertrophiant le néphron restant. Voilà pour ma réfléxion du dimanche. Roger

23.12.2012 : Oui pour un jeûne hydrique abrupt. Le risque est de libérer un taux important de toxines. Les personnes très toxémique doivent s'orienter vers les paliers alimentaires. ce système régule la libération des toxines dans les humeurs, c'est une sécurité ! Mosséri est d'accord, mais le déroulement peut s'effectuer chez soi. c'est un jeûne en douceur, mais néanmoins plus difficille qu'un jeûne hydrique. Ce système porte aussi un autre nom : assainissement intestinal. Il faut toujours observer les paramètres en descente paliers alimentaires. Le poids inférieur est très vite atteint pour les personnes très toxémiques avec un potenteil vital encore satisfaisant. Il faut partir du poids hygiéniste et non du poids du moment. Limite sup 20% ; limite inf 30%. Dépasser la limite inférieure est délicat ! Si le poids stagne il faut passer au jeune de sécurité. Pour les émaciés, cela laisse très peut de marge. Pour cette raison les paliers alimentaires sont préférables (système de Nature et Vie). Le corps ne se suicide jamais si on observe à la lettre les paramètres de descente de jeûne. Evaluer la toxémie d'une personne par un bilan énergétique.
Les maladies antérieures et quelles sortes de médicaments pour stopper les symptômes. Aussi son vécu de tous les jours (coucher heures tardives, sportif ou pas). Bonne réflexion. Roger Marteau et bonne soirée.

23.12.2012 : Bonjour Roger,

suite à tes réflexions du dimanche :
Comment peux-tu mesurer qu'une cellule est toxémique à 75 % ?

Je comprends que tu répondais à un cas précis, mais attention que l'on ne généralise pas :
concernant l'opportunité du jeûne dans tel ou tel cas, on ne peut pas généraliser des règles, et raisonner de façon scientifique.
L'appel pour le jeûne est avant tout l'expression de l'intuition, autrement dit de l'instinct de survie, qui lui seul, mieux que tout raisonnement, sait trouver au milieu d'un dédale de conjonctures multiples, la solution juste pour assurer la survie de la personne dans les meilleures conditions possibles. Peut-être peut-on comparer cela à la migration des animaux. Tout cela a une explication scientifique, mais répond une combinaison de facteurs multiples, et est dirigé par un instinct qui nous dépasse dans notre état actuel.

Bien sûr, nous humains avons perdu cet instinct infaillible, mais le but est de le retrouver, de le cultiver, pas de le remplacer, car il est irremplaçable. Le mental nous apporte des points de repère et donc une sécurité partielle, mais ne donne pas la certitude absolue dont nous avons besoin, car il ne possède jamais l'intégralité de toutes les données d'un problème.

Si j'avais suivi les règles que j'ai apprises, j'aurais empêché de jeûner bon nombre de personnes, et pourtant elles ont pu faire leur jeûne sans problème. Pourquoi ?

Nous ne devons pas craindre la détoxination.
Tout d'abord, elle ne se déclenche que dans certaines conditions. Cela ne dépend pas du niveau de toxémie ; nous pouvons être très intoxiqué et que les toxines restent dans les cellules et ne sortent pas, ne repassent pas dans le sang.
Nous voyons bien des gens très intoxiqués qui jeûnent sans avoir aucun symptôme.
Le jeûne ne suffit pas toujours à déclencher la détoxination, et celle-ci peut se déclencher même si on n'est pas en jeûne.
Donc, jeûne et détoxination sont deux choses différentes.
Ce qui est certain, c'est que le jeûne au repos total (physique, mental, sensoriel, physiologique) apporte les conditions les plus favorables : le corps libère les toxines de façon méthodique, progressive, sélective ...disons de façon intelligente, toujours selon l'instinct de survie.  Le moment de commencer le jeûne et la durée du jeûne doivent se faire dans la plus grande écoute du corps, sans a priori.

Les seules exceptions sont les afflictions mentales et psychologiques : sabotage, anorexie, chantage affectif, ... qui dévient l'énergie de guérison au profit d'objectifs qui sont pour la personne plus urgents que sa guérison physiologique, et qui probablement sont à l'origine des symptômes qu'elle manifeste. Il faut alors prendre en compte la réalité de cette priorité et accompagner la personne dans la souffrance affective, aider à reconstruire les maillons manquants, avant de prendre en compte la réalité de la souffrance physiologique.
La guérison physique ne peut s'opérer sans l'écoute des besoins psychologiques, puisqu'elle est l'expression même de ces besoins fondamentaux.

Quand une personne décide consciemment de faire un jeûne dans un but de détoxination physique, le corps entreprend une détoxination bien précise. Pour cette raison, certaines personnes qui ne connaissent pas le jeûne peuvent être déçues, car elles s'attendaient à quelque chose de plus spectaculaire ou une chose qu'elles avaient elles-mêmes décidée sans rien savoir des possibilités propres à leur corps, en relation avec leur état de santé, c'est-à-dire de l'accumulation de toxines sur toute la durée de leur vie, suivie de toutes les conséquences en chaîne (baisse de vitalité, déséquilibre des organes, etc.). Le corps ne détoxine qu'une petite partie à la fois,  par type de toxines ou par organe, et par couches comme on épluche un oignon.

La détoxination est loin d'être un processus anarchique et incontrôlable ; au contraire, c'est une programmation intelligente, avec un but précis, que nous pouvons accompagner par notre compréhension et notre volonté, dans la plus grande joie, ou au contraire, que nous pouvons refuser en bloquant le processus.

L'hygiénisme peut conduire à ce type d'attitude où l'on se contente d'une amélioration, d'un état stabilisé, de l'absence de symptômes, ou de symptômes supportables, d'ailleurs souvent considérés comme normaux.
Par exemple, "il est normal" de porter des lunettes après 50 ans, etc ....

Cela signifie qu'un jeûne ne programme toujours qu'une petite partie de la détoxination totale, que celle-ci est différente à chaque jeûne, et aussi qu'il peut très bien "ne rien se passer" pendant un jeûne ! Ceci quel que soit le niveau de toxémie des cellules.

Souvent d'ailleurs, les personnes qui jeûnent pour la première fois jeûnent très facilement, alors qu'une personne qui fait des jeûnent depuis trente ans peut avoir un jeûne particulièrement difficile !
Cela s'explique très facilement.
Pour illustrer cela, si une personne a l'urine très acide (mesure avec le papier PH), cela ne signifie pas que tout sont corps soit très acidifié. Peut-être élimine-t-elle seulement l'acidité du repas pris la veille.
Si elle a une urine neutre ou basique, cela ne signifie pas qu'elle n'est pas acidifiée. Mais seulement qu'elle n'est pas en train d'éliminer des acides à ce moment-là.
Le corps a la priorité de maintenir tous les paramètres du corps dans une certaine fourchette, en dehors de laquelle sa survie n'est pas possible, et donc il programme la détoxination par petites doses de sorte qu'elle ne soit jamais dangereuse.
Voilà pourquoi il faut toujours faire ABSOLUE confiance dans la capacité qu'a le corps de jeûner.
Sans la confiance dans la nature, il n'y a pas d'hygiénisme.
Notre rôle conscient est d'aider la détoxination, non pas de la diriger. Le corps seul entreprend et dose le travail, en fonction de tous les facteurs que nous ne maîtrisons pas nous-mêmes.

Bien à vous,
Evelyne

25.12.2012 : La chimie est une science exacte, mais elle n'a jamais apporté la vie. Certaines molécules chimiques empoisonnent en profondeur la cellule et sont très difficiles à éliminer. Ne pas confonfre élimination et évacuation ! Des jeûnes successifs sont nécessaires pour extraire cette toxémie iatrogène. Attendre toujours la vraie faim et aigue si possible. Cela indique que les sucres gastriques sont prêts à recevoir le bol alimentaire pour une digestion parfaite. Il y a une parfaite interaction entre l'ensemble du tube digestif et l'hypothalamus dans le cerveau qui gère les cycles dela faim . C'est une clé FONDAMENTALE de l'hygiénisme ! Observer la faim et la satiété = source de santé. bonne compréhension des lois de la vie. Roger Marteau

 

20.03.13 : Un jeûne aux de légumes et fruits n'est pas un jeune hydrique. Le jeûne hydrique, c'est uniquement de l'eau la plus pure possible. C'est une alimentation non cellulosique, une descente vers le jeûne hydrique. Dans ce mode l'élimination est déjà conséquente 

20.03.13 : Un jeûne aux de légumes et fruits n'est pas un jeune hydrique. Le jeûne hydrique, c'est uniquement de l'eau la plus pure possible. C'est une alimentation non cellulosique, une descente vers le jeûne hydrique. Dans ce mode l'élimination est déjà conséquente 

23.03.2013 : Mais avec le recul et l'expérience, si on veut tirer bénéfice du jeûne, il faut le faire sans s'activer et en se reposant afin que l'énergie soit dirigée vers l'élimination. Du reste, en s'alitant, on a souvent plus de crises d'élimination mais le but final est de se désintoxiquer un maximum même si sur le moment, c'est désagréable.

D'autre part, tout dépends du niveau de toxémie que l'on a dans son corps, du passif accumulé... N'hésite pas à poser des questions, tu as des hygiénistes compétents comme ROGER et EVELYNE qui ont une grande expérience...


28.03.2013 : J'aimerais insister, en tant hygièniste de longue date, sur la conviction que les plantes ont le pouvoir de rénovation organique. C'est faux !  Seule l'intelligence cellulaire est capable de régénérer. La cellule doit avoir un niveau de toxémie le plus bas possible qui lui permet de developper un fort potentiel vital. Le jeûne hydrique est idéal pour obtenir cet état...

Mais d'ou vient cette croyance dans le remède extérieur. Qu'il soit chimique ou naturel. D'accord avec Mosséri, instinct déformé. Aussi le miracle d'un être supérieur. Saugrenue comme idée...

L'aliment doit être le plus vital possible pour une bonne synergie avec la cellule...

Aucun éléments extérieurs possèdent la faculté de rénover un être humain . Un point c'est tout...


10.04.2013 : Pour appuyer le commentaire de ROGER, Mr MOSSÉRI consacre 8 pages (p. 53 à 60 "Ma sclérose en plaques") dans son livre "LE JEÛNE Meilleur remède de la nature" ; ces 8 pages relatent le témoignage d'une personne qui a jeûné pour éliminer les symptômes de la sclérose en plaque.
A noter que sur ce même livre, au chapitre précédent p. 49 à 52, Mr MOSSÉRI évoque un cas de ZONA & POLYARTHRITE disparu après un jeûne...

13.04.2013 : Le jeûne permet de mieux restructurer la flore intestinale, si on peut le dérouler rapidement à la prise de conscience de l'hygiénisme...

16.04.2013 : Pour le jeûne, Mr MOSSERI a écrit 3 livres sur le jeûne.

JEÛNER POUR REVIVRE
SANTÉ RADIEUSE PAR LE JEÛNE 
LE JEÛNE MEILLEUR REMÈDE DE LA NATURE...


19.04.2013 : ... Le jeûne n'est pas un remède, il replace l'organisme dans des conditions de vitalité optimale. Les organes rénovés n'ont plus besoin de déclencher des réactions somatiques fort désagréables, mais nécessaires à la survie de l'organisme. Toutes les céréales apportent des colloides au niveau pulmonaire évacués sous forme de mucus + ou - concentrés.

Le jeûne doit être suivi d'une alimentation hygièniste. Elle est monotone et austère mais bénéfique à une santé radieuse. Pour jeûner contacter Evelyne Curt. (Roger)


20.04.2013 : ... Lorsque l'on suit un régime purement hygiéniste, celui du frugivore que nous sommes, nous sommes hydratés par l'eau contenue dans les légumes crus et les fruits frais. De plus, nous ne consommons pas d'aliments qui réclament de l'eau (sel, céréales, pain, fromage)...

... Pour ce qui est du jeûne, que les animaux pratiquent dès qu'ils sont malades mais que les humains ne pratiquent plus à notre époque, cela vaudrait le coup que tu commences par essayer des "mini-jeûnes", c'est à dire que tu sautes un dîner ou tu sautes un petit-déjeuner (si tu as faim tu bois de l'eau et la faim est coupée). Ce sera un début... (Corinne)

21.04.2013 : Il ne faut jamais s'activer en déroulement de jeûne.

En préparation de mon 1er jeûne de 15 jours en 1985 : fruits le matin ; crudités le midi ; légumes cuits le soir avec pommes de terre, en exerçant mon activité professionnelle. Aucun retrait d'énergie !...

26.04.2012 : Je filtre l'eau du robinet, en Creuse elle est excellente. Sinon, la rosée de la reine en magasin BIO ou l'eau du mont Roucous. C'est la même. La 1ère est captée à la source, l'autre puisée par forage dans la nappe. Les caractéristiques sont intéressantes . PH ; RH ; RO. Proches de la vie, selon les conceptions de la BIO - électronique du Pr Vincent. Boire la moins minéralisée possible. Boire si la soif se fait sentir. En jeûne, 1 verre d'eau toute les heures par petites gogées. Salut et bon Jeûne. Marteau

03.07.2013 : ... Après un jeûne, ne pas s'alimenter quotidiennement avec des aliments de dégénérescences.
Le jeûne n'est pas un remède. On perd tout le bénéfice qu'apporte le jeûne si on dévie du mode hygiéniste.
Une incartade est admissible et atténuée par 1 jour de jeûne.

L'hygiénisme c'est vivre autrement son alimention, certe monotone et austère, mais bénéfique à notre existence. Au fil du temps, la conscience se modifie et l'alimentation saine devient plaisir... (Problèmes de vue - Roger)


04.07.2013 : ... Aucune solution avec les thérapies extérieures. C'est toujours un masque pour les symptômes ! Fausse rénovation. Le jeune hydrique déclenche les processus vitaux de l'intelligence cellulaire.

Deux phases dans le jeune :  1 ) l'élimination des toxines du sang, de la lymphe (humeurs) et des structures de la cellule (cytoplasme et noyau). 2 ) l'autolyse des tissus indésirables (indurations et tissus cicatriciels). La rénovation des organes se réalisent avec le demi- jeûne. La suite avec une alimentation saine dans les conceptions hygiénistes.
Nous détruisons notre corps avec la chimie, le retour vers des organes sains est toujours longs.

Des années de malbouffe, de médicaments, de vaccins, de rayons destructeurs est difficile et long à rétablir (selon son potentiel vital). Le miracle n'existe pas ! Il n'y a que les superstitions qui le promettent.  (Fibromyalgie vue par l'hygiénisme ? - Roger)

04.07.2013 : ... Toute substance indésirable au sein d'une cellule qui ne peut être éliminée est enkystée avec des tissus cicatriciels. 

Pour cette raison lors d'un jeûne ces tissus peuvent être autolysés et libèrent les substances nocives. Elles se propagent ailleurs dans d'autres organes. Mosséri en parle dans ses livres .

Si l'instinct somatique arrive à excréter ces subtances non conforment à la vie dans l'intestin, les fibres-celluloses issues du demi-jeûne les acheminent vers la voie colonique et évacuées dans les fèces.

Dans les cahiers de nutrition est développé le bienfait des fibres dans l'alimentation. C'est semblable au coup de balai dans une maison !

Rappel : un tissu cicatriciel est faible en vitalité et toutes les autres toxines s'y déposent . D'ou le grossissement du kyste = induration > tumeur et avec la chimio = CANCER. 
 
Pendant le jeûne l'intestin inverse ses fonctions. Il fait office de poubelle !

Le foie évacue des substances toxiques par la bile via l'intestin (jéjunum). La fonction rénale contribue aussi à l'élimination... (Fibromyalgie vue par l'hygiénisme ? - Roger)


06.08.2013 : « ... L'avantage du jeûne est qu'il agit sur l'être entier et sur toute la vie, et non pas seulement sur le problème localisé qui préoccupe dans le moment, et c'est bien ce qui peut déplaire. Pourtant, par ce biais, apparaît la solution au problème, même si le jeûne lui-même n'est pas la solution, car la période de jeûne au repos nous permet de rentrer en contact avec la cause. Le jeûne est donc bien toujours une condition nécessaire au rétablissement à long terme, mais pas toujours suffisante.

Le jeûne n'est pas un remède ; il faut toujours faire des jeûnes, courts et longs, cancer ou pas, juste pour remettre les pendules à l'heure, et laisser le corps faire son travail selon sa propre intelligence.
Le jeûne est imprévisible... ; heureusement que la nature peut nous surprendre, pauvres ignorants ou impuissants que nous sommes.
Par contre, nous nous sommes tellement éloignés de notre état naturel qu'il faut, dans la plupart des cas, aider notre corps, ce qui pour certain paraît contradictoire avec l'hygiénisme pur. Il n'en est rien.
Tout au cours du jeûne, il apparaît clairement les besoins prioritaires : chocs affectifs, blocages d'élimination sur lesquels il est parfois nécessaire d'intervenir.

L'hygiénisme "à l'eau de rose" (l'air pur, le soleil, jeûner jusqu'à la guérison ...) devient un peu trop naïf à notre époque pour satisfaire les besoins de tous, et il est inaccessible à tous ceux qui se sont fait prisonniers d'émotions fortes, de traitements lourds, de situations de vie embrouillées...  » (Kyste... - Évelyne)

 


28.09.2013 ... Tes intestins seront rénovés avec le jeûne et demi-jeûne. L'aliments ne rénove pas, c'est l'instinct somatique qui doit puiser dans l'aliment les composants vitaux nécessaires à la rénovation. Toute substance alimentaire doit être remaniée par les fonctions hépatiques. Les jus passent trop vite. Le bienfait obtenu c'est la stimulation pour évacuer ce jus de quantité. (Les Respiriens et plus... - Roger)


10.10.2013 : Le jeûne n'est pas un médicament. "Le jeûne ne guérit rien" disait Albert Mosséri dans son livre exceptionnel : "le jeûne meilleur remède de la nature".
Le médicament est la bonne nourriture.
Il n'est pas conseillé de jeûner quand on est malade. Tout au plus doit-on jeûner deux ou trois jours, ou mieux faire une diète liquide de bouillons, ou bien le jeûne matinal, une monodiète, un jeûne par aliment, etc . 
Que la maladie soit aigüe ou chronique,  "malade" signifie dans le langage courant que le "vase de la toxémie" est plein, et qu'il déborde ! Que cela s'exprime par la fièvre, le cholestérol, l'hypertension, ...
Cela signifie que le milieu extracellulaire lui-même est saturé (par le sel, les graisses cuites, etc), que la lymphe, le système circulatoire  et les organes sont engorgés.
Jeûner dans ces conditions au-delà de quelques heures ou de quelques jours met le corps en difficulté et peut être mortel si la vitalité est faible. 
Cela explique le rejet de l'idée même du jeûne par la plupart des gens, qui ne peuvent même pas concevoir de sauter un repas, tellement leur toxémie est grande. Ce rejet est compréhensible, instinctif et salutaire, pourrait-on même dire. Il faut procéder par étapes.
Cela explique aussi le succès des stages de "jeûne et randonnée", car ils utilisent le mot "jeûne" pour séduire, mais en réalité c'est une diète avec bouillons de légumes, jus de fruits, et divertissements, certificat médical à l'appui. Ce qui à juste titre est plus rassurant, et plus adapté pour des personnes novices non préparées.

Le but noble du jeûne hygiéniste hydrique d'une durée supérieure à trois jours est d'éliminer une toxémie plus ancienne, celle qu'il est impossible d'éliminer tant que la personne est en activité et en alimentation, même hygiéniste.   L'alimentation hygiéniste ne suffit pas pour l'élimination cellulaire, et la toxémie accumulée et "silencieuse" refera surface tôt ou tard. Comme exemple, un fumeur de cigarettes qui arrête de fumer risque fort de mourir des conséquences de la cigarette, même s'il a arrêté de fumer depuis 20 ans ou plus, ... sauf s'il fait beaucoup de jeûnes.

Ce travail d'élimination cellulaire nécessite que le milieu extra-cellulaire soit libre: sang, lymphe, organes d'excrétion, ... la plupart des symptômes courants disparaissent simplement en corrigeant l'alimentation : sur-poids, oedème, indigestion, douleurs, constipation, dépression, etc ). 
Nul besoin de jeûner dans ces cas.
N'oublions pas : la nourriture est le médicament ; cela est confirmé par la formidable découverte du demi-jeûne par Albert Mosséri.

Le jeûne au-delà de trois jours n'est pas souhaitable non plus en cas de crise quelconque difficile à gérer et en cas d'urgence : choc, accident, contrariété, conflit ...Seulement la diète liquide. 
Le repos dans tous les cas est la première condition pour gérer toute crise, qu'elle soit imprévue dans la vie de tous les jours, ou bien provoquée volontairement par un jeûne.
[Evelyne]


12.10.2013 :

Rappels d'hygiénisme : 

Le jeûne est un outil merveilleux pour se maintenir en santé.

Ne jamais attendre d'être « malade », d'avoir des symptômes insupportables, pour commencer le jeûne.

Une personne en bonne santé doit garder un rythme régulier « d'entretien », sachant que le jeûne est le meilleur « bilan de santé » , ceci est très important :

deux semaines par an de jeûne hydrique suivies chaque fois de 3 à 6 jours de demi-jeûne.

La durée du demi-jeûne est augmentée si l'état de santé est affaibli.

La durée de la préparation est augmentée s'il y a des symptômes gênants.

Un poids bas n'est jamais un obstacle à jeûner. Il est possible de jeûner en dessous du poids normal.

Sauf cas extrême comme un cancer en phase terminale ; et sauf si le poids est proche du poids mortel.

Le calcul du poids mortel indiqué par Albert Mosséri dans son livre « le jeune, meilleur remède de la nature » est le suivant :

  • poids normal = 10 de moins que la taille (ex : 1m70 – 60 kg) : cela se vérifie pour une personne avec une alimentation conventionnelle raisonnable, une musculature et une ossature moyennes ;

  • notez bien qu'une personne qui commence l'hygiénisme et supprime totalement de son alimentation les céréales cuites, le sel et les graisses (huiles, avocats...) peut facilement perdre 5 à 10 kg par rapport au calcul ci-dessus (ex :1m70 – 53 kg) : c'est donc le poids normal d'un hygiéphile ;

  • poids mortel = 60% du poids normal (ex : 1m70 – 60 kg x 60% = 36 kg) : pour ne pas mettre la vie en danger, il faut calculer une marge de 3 à 5 kg au-dessus du poids mortel.

Si on jeûne en dessous du poids normal, alors il faut attendre d'être remonté au poids initial avant de commencer un autre jeûne, ce qui peut prendre plusieurs mois. Pour avancer dans la pratique du jeûne et pour la restauration de la santé à long terme, alors il ne faut pas forcer la reprise de poids avec des aliments malsains, mais seulement avec des aliments qui n'augmentent pas la toxémie.

Références : Nicole Boudreau et Albert Mosséri.

Je pratique et enseigne le jeûne depuis 13 ans selon la technique d'Albert Mosséri, et je peux vérifier chaque jour la véracité, la pertinence et la pureté de son enseignement sur la pratique du jeûne à but thérapeutique.

L'expérience de Shelton et les repères qu'il indique pour la conduite du jeûne ne sont plus adaptés à notre époque. Cela nous montre à quel point le mode de vie et l'état de la santé humaine se sont altérés.

Cela nous oblige à affiner la compréhension de certains phénomènes, en donnant plus d'importance à :

  • l'alimentation totalement crue, et les méfaits de toute forme de cuisson ou séchage à chaud,

  • le rôle physiologique de l'eau pure dans le corps humain, et la présence de dépôts secs,

  • l'accumulation de dépôts métalliques d'une génération à l'autre.

Ces trois points - dénaturation de l'aliment, absence d'eau propre dans le corps, déminéralisation due à la présence de métaux et multitude de molécules industrielles - cumulent leurs effets négatifs sur la santé et ralentissent les processus de la restauration spontanée.

La dégradation de la santé modifie aussi le comportement et les réactions pendant le jeûne.

Le jeûne fait resurgir les symptômes et donne ainsi une bonne évaluation de l'état de santé.

Le jeûne est la pratique la plus sécurisante et qui donne les meilleurs résultats.
...

Evelyne Curt

5.11.2013 : ... Pour réussir un jeûne, surtout pour son cas, le repos absolu doit être observé, en principe c'est le plus difficile dans un déroulement d'un long jeune.
L'activité modérée se réalise l'après-midi vers 15 heures. La lecture non stimulante, non émotionnelle est tolérée. 
La correspondance avec son garçon est souhaitable si cela apporte sa tranquillité. 
La cause psychologique sera atténuée avec la Biorespiration. 
Pour autolyser une induration, entre 10 et 21 jours est nécessaire selon sa structure. Nodule de graisse ou de tissus cicatriciels. 
Bilan vital, assainissement des intestins avant le jeûne est nécessaire pour réussir sa rénovation.... Roger

06.11.2013 [Re: jeuner c'est la vie !]
Bonjour Corinne . Le jeûne long se réalise selon les paramètres relevés sur une feuille millimétrée. Il est parfois nécessaire de ralentir ou de couper le jeûne, si les paramètres sont défavorables. Par contre il me faut absolument ses caractéristes physiologiques : taille, poids. Evaluer aussi son potentiel vital , vaccins, maladies, médicaments.  
Il faut compter 1 jour de réalimentation pour 3 jours de jeûne. Le mieux serait 2 jours. C'est en regard du moyen du déplacement ? 
Connection internet pas de problème et visite pas trop longue surtout dans l'avancement du jeûne. Il est même certain qu'elle restera souvent au lit toute la journée. C'est elle qui décidera de la visite selon ses dispositions du moment et sur mes conseils.

Pour l'assainissement intestinal (descente de jeûne), si en activité professionnelle, il faut être très prudent au déplacement de l'énergie nerveuse : vertige, fatigue qui sont des réactions vitales d'élimination. Surtout si elle conduit ! 
Composition quantitative de l'assainissement intestinale : 8 h : bouillon de légumes en infusion ; 12 h : 500 GR de fruits bien associés ( pas d'agrumes ) ; 16 h : 100gr raisins secs réhydratés (pour éviter la cétogénèse ) 19 h : crudités sans tomates 500Gr + 300GR pommes de terre si activité. Le poids est à controler tous les matins et me le communiquer par internet ou tél. Pour information feuille de jeûne en document joint. Roger Jouvence .

08.11.2013 [Re: jeuner c'est la vie !]
Bonjour corinne. L'élimination intense au cours d'une préparation reflète toujours une toxémie au-dessus du seuil de tolérance toxémique. La réponse vitale s'est manifestée par le vomissement de la bile qui indique un foie surchargé en déchets cataboliques. Le réseau lymphatique contribue à la neutralisation des toxines par l'intermédiaire des ganglions. C'est une excellente réponse, mais néanmoins il est nécessaire de ralentir ce phénomène vital. Les reins seraient trop surchargés en excrétion. Pour cette raison, la descente progressive vesr le jeûne avec certains aliments est recommandé. J'ai pas opté pour le demi-jeûne d'Evelyne A mon avis le sucre des fruits n'est pas approprié pour relancer l'assimilation cellulaire. Pour cette raison, en cours de jeûne, j'incorpore la sécurité hydrique apprise à Nature et Vie avec une variante en regard de mes recherches. Je divise le jeûne en 3 phases (communication faites à la rencontre des hygiénistes).

1 - Déroulement hydrique de 3 jours ;
2 - Déroulement hydrique de 3 jours à 12 jours . 
3 - Déroulement hydrique de 12 jours à 21 jours . En plus préparation en premier et alimentation de reconstitution cellulaire en reprise. 
Le jeûne n'est pas un remède. Si le candidat au jeûne n'a pas résolu ses conflits psychologiques divers + retour à une alimentation de dégénérescence , les symptômes réapparaitrons au même endroit ou ailleurs selon la faiblesse des organes.

Toute déperdition de potentiel vital se concrétise par une augmentation au dessus du seuil de tolérance toxémique. Les transferts d'énergie nerveuse se font au détriment d'autres organes. La réfléxion est pointue : comment elle va se réalimenter en famille ?

Dans l'idéal et pour une réussite de son séjour : 1 semaine de préparation est absolument nécessaire... Roger


 

Cours : "The Life Science Health System par T.C. Fry

SOMMAIRE

Introduction

Cours avec la traduction automatique en français

Sommaire du cours en anglais

z

INTRODUCTION

Cours appelé "The Life Science Health System" par T.C. Fry (La Science de la Vie) 

Ce cours est présenté au lien : http://www.rawfoodexplained.com/science.html

Télécharger le cours complet en anglais (18 Mo) aux liens :

http://dl.free.fr/nlLoJLjKI ou

https://groups.google.com/group/hygienisme/attach/bee21f0b734c0b90/Fry%20-%20the%20life%20science%20health%20system%20-%20t.c.%20fry.pdf?part=4&authuser=0

 

 

TÉLÉCHARGER LE COURS
a
Fry - the life science health system - t.c. fry.pdf
18 Mo   Afficher  Télécharger

 

Lecture de la leçon n° 1 sur Youtube : http://www.youtube.com/watch?v=b2TwlU5qTiI&feature=youtube_gdata
(1h20'53 avec sous-titrages en anglais et en français)

Toutes les vidéos : http://www.youtube.com/user/Antisthenez?feature=watch

 

Possibilité de traduction automatique avec Google Chrome :

Traductions : Google Chrome dispose d'une fonction de traduction intégrée très pratique, 
possibilté d'utiliser le traducteur en ligne de Google
et/ou pour des phrases ou des paragraphes : Bing / Babel Fish de Yahoo


Autres traducteurs en ligne : http://www.systranet.com/translate et http://www.reverso.net

COURS AVEC LA TRADUCTION EN FRANÇAIS : HYGIENISME_COURS.html

SOMMAIRE DU COURS EN ANGLAIS :

 

 

Soutien à partir de 10 dollars Canadiens (7 €) :
https://www.indiegogo.com/projects/film-sur-le-jeune-de-40-jours-de-yves-langlois

Vidéo au lien :
https://www.youtube.com/watch?v=RylAwdxN4UQ (5'34)
ou
http://www.dailymotion.com/video/x21ijhj (5'35)
et
http://vimeo.com/99696461(5'34)


Bonjour
Mon nom est Yves Langlois.
Ce projet est pour réaliser un film sur les bienfaits du jeûne à partir de mon propre jeûne de 40 jours que je ferai devant vous.

À l'âge de 30 ans, j'ai été guéri par le jeûne de l'emphysème, une maladie de vieux. 
Les médecins m'avaient prescrit des médicaments qui allaient me permettre de survivre avec ma maladie mais ce que le voulais c'était guérir et c'est le jeûne qui m'a permis de guérir.
Après mon jeûne, le médecin qui m'avais diagnostiqué mon emphysème m'a affirmé : "Si je n'avais pas fait moi-même les radiographies avant et après, je ne croirais jamais qu'il s'agit du même homme. 
Vos poumons sont neufs comme un jeune homme de 15 ans."

 

Pendant que je jeûnais, j'ai vue d'autres personnes autours de moi être sauvées du cancer et d'autre maladies alors que des milliers d'autres en mourraient. 
Je me suis alors promis de réaliser un jour un film pour faire connaître le jeûne et l'hygiénisme.
30 ans plus tard, il y a quelques jours, mon médecin m'a annoncé que je souffrais d'angine de poitrine et que je devais me mettre à consommer une batterie de médicaments.

Comme je l'avais fait il y a 30 ans, j'ai plutôt choisi le jeûne pour me guérir. 
Je me prépare à jeûner 40 jours. 
Mais cette fois, je veux filmer le processus pour vous faire partager mon expérience et découvrir la merveilleuse capacité que possède notre corps de s'auto-guérir. 
J'ai aussi de l'arthrose aux doigts qui me fait souffrir et qui m'empêche de jouer de la guitare depuis des années, mon activité préférée. 
Je m'engage, à la fin du film, à vous jouer une petite sérénade. 
Je vais peut-être manquer de pratique mais je suis certain que mes doigts pourront se plier comme avant.

On a ici au Québec certaines des personnes les plus compétentes au monde dans le domaine du jeûne et de l'alimentation. 
Pendant mon jeûne, je serai accompagné et guidé par ces spécialistes d'ici qui ont supervisé des milliers de jeûnes et qui continuent à le faire: Pierre Graveline, Stella Altamura, Sonya Anvar et d'autres. 
Ils vous feront visiter leurs centres de santé et vous expliqueront comment le jeûne et l'alimentation  peuvent vous aider à régler vos problèmes de santé.

D'autre intervenants présenteront dans le film des techniques qui facilitent le retour à la santé, comme les massages, l'acupression, l'acuponcture l'irrigations du colon, le Qi Gong et, évidemment, l'alimentation saine. 
Et moi, heureux cobaye, je subirai devant vous de tous ces gentils traitement.
Vous pourrez constater l'évolution de mon corps et de ma santé pendant 40 jours et pendant les semaines de réalimentation qui suivront. 
Ensuite, je referai les mêmes examens médicaux que je viens de faire et nous pourrons comparer les résultats. 
Vous verrez aussi d'autres personnes jeûner et  témoigner de leur guérison grâce au jeûne et à l'hygiénisme.

La durée du film, le perfectionnement du montage dépendront du montant total reçu. 
Il n'y a ni minimum, ni maximum mais plus les collaborateurs seront généreux, plus le film pourra faire son chemin. 

Mais pour réaliser ce film, on a  besoin de votre aide. 
Toutes vos contributions seront largement récompensées. 
Vous pouvez lire à côté la description des cadeaux généreux des collaborateurs: consultations, massages, coaching, naturopathie, des livres, des films, des formations, des réductions importantes sur des cures de désintoxication et même des jeûne complets avec hébergement et encadrement  et surtout la reconnaissance publique de votre générosité.

Et vous savez quoi, vous contribuerez aussi à sauver des vies.
Merci

Venez voir notre blog http://jeune40joursyveslanglois.blogspot.ca

 

Entrevue de Yves Langlois sur son jeûne de 40 jours
par Dominique Laroche

Dominique : D'où t'es venue l'idée de jeûner 40 jours ?

Yves : Il y a 30 ans, j'ai eu un diagnostique d'emphysème, une maladie de vieux. 
On m'a prescrit des pompes et toutes sortes de médicaments. 
Je devais limiter mes exercices. 
Vivre tout ma vie avec des médicaments. 
J'ai parlé à M. Jean Rocan, le 1er qui a amené le jeûne au Québec. 
C'est un ami du célèbre docteur Shelton qui a fait connaitre le jeûne aux États-Unis, avec M. Bragg. 
Il m'a dit : "On peut non seulement améliorer ta condition mais régler ton problème."

J'ai fait 34 jours. 
Mon intention était 40. 
On connait l'histoire de Ghandi, de Jésus-Christ. 
J'avais les cheveux longs. 
Je trouvais ça cool. 
Je voulais vivre cette expérience là. 
Il m'a bien accueilli mais pour la partie physique seulement. 
C'était un scientifique. 
J'ai fait les premiers 30 jours sous sa supervision. 
Le 20ème jour j'ai vécu un évanouissement dans la salle de bain. 
Je m'étais levé trop vite. 
J'ai prit quelque temps à me réveiller. 
M. Rocan est arrivé et il a dit : "Je comprends que tu veux mettre fin à ton jeûne. On commence les jus demain." 
Mais j'ai refusé. J'étais prêt à continuer. 
À tous les jours il venait, prenait mon poids, ma pression  et mon pouls et me disait : "Tu veux continuer encore ?" 
Je sentais une réticence et je lui ai dit un jour : "Je ne veux pas seulement que vous m'autorisiez à continuer, je veux que votre doigt, que vous mettiez votre grand doigt (il avait un indexe énorme) dans ma face et que vous me disiez : "Tu vas jeûner mon gars, t'es capable, jusqu'à ce que tu sois complètement guéri." 
J'ai besoin de cette énergie là. 
J'ai besoin de votre force de caractère, quand je ressens que vous êtes réticent, ça ne m'aide pas. 
Ça me prends quelqu'un qui m'encadre." 
Il a dit ok.
Il a compris son rôle et depuis ce jour là, il m'a supporté jusqu'au 30ème jours. 
Puis je lui ai raconté ce que je vivais spirituellement. 
Alors il m'a dit : "T'arrête tout de suite". 
J'étais rendu à 99 livres. 
Je pesais 135 au début. 
Il m'avait dit au départ : "Je ne veux pas que tu perdes plus qu'un quart de ton poids." 
Puis ma langue était devenue toute rose, parce que pendant le jeûne la langue devient blanche et quand on revient à la santé, elle redevient rose. 
La preuve était faite que j'étais totalement guéri. 
Il n'y avait plus de raison, outre celle spirituelle qui ne l'intéressait pas. 
Je lui avais dit : "Je vois une lumière blanche au bout d'un tunnel. J'en approche. C'est merveilleux." 
Il m'a dit: "Wow wow, c'est la mort ça". 
J'ai dit : "Je suis en pleine santé je ne mourrai pas, je vais entrer dans cet univers là et en revenir. C'est ce qu'ont vécu les Gandhi, Jésus Christ... Ils ont compris vraiment ce qu'ils étaient."
Mais il m'a répondu : "Si tu trouves ça trop beau et que tu décides de ne pas revenir, moi je vais être obligé de fermer ma chop. Tu arrêtes de jeûner demain matin."
Mais il ne venait dans ma chambre que le matin pour prendre mes signes vitaux. 
La personne qui supervisait mon jeûne le reste du temps m'a dit : "Dans la chambre d'à côté il y a un comédien qui joue dans les Plouffe et qui doit jouer Les Plouffe 2 mais il a prit 15 livres en trop. Le réalisateur exige qu'il perde vite 15 livres, mais lui, jeûner, il s'en fout. Il n'a pas le goût de se priver. Il demande seulement un verre de jus par jour et M. Rocan ne veut pas. Si tu veux on va faire un petit truc, je vais lui donner ton verre de jus et toi tu n'auras pas besoin de le prendre." 
J'ai dit : "C'est bien correct". 
On a fait ça pendant 4 jours.

À tous les jours M. Rocan venait prendre mon pouls et ma pression. Mais après 30 jours de jeûne, je lisais dans les pensées des autres exactement comme on lit dans ses propres pensées. M. Rocan pensait: "Merde, il est en train de crever, il a encore un pouls de 45 alors que ça fait deux jours qu'il prend du jus. Il devrait être à 80-90. Qu'est-ce qui se passe?" Puis il me demandait: "As-tu pris ton jus ce matin?" Et là j'étais pris avec le gros sentiment de culpabilité: "Est-ce que je vais lui raconter une menterie ?" Parce qu'à ce moment-là j'avais l'âme pure. Ça m'était presque impossible et ça me déchirait le coeur mais je réussissais à dire un petit "oui". Je l'entendais qui pensait: "Il est train de mourir, qu'est-ce que je vais faire?" Il me disait: "Il n'y a pas de problème, tout va bien aller, je vais revenir." Et il pensait: "Je ne peux pas l'envoyer a l'hôpital, ils vont l'achever". Parce que les hôpitaux ne connaissent vraiment rien au jeûne et ils risquent de faire pire. Alors, toute la journée j'étais tourmenté par la culpabilité de l'âme qui a dit un mensonge. Toute la dimension spirituelle s'est terminée là. Plus rien ne se passait. Plus de tunnel, plus de lumière blanche. Donc, après 34 jours, j'ai mis fin à mon jeûne.

J'ai été totalement guéri d'emphysème. 
Quand le médecin qui avait diagnostiqué mon emphysème a vu mes radiographies, il a dit : "Si ce n'était pas moi qui avait pris les radiographies avant et après, je ne croirais jamais que c'est la même personne. Vos poumons sont comme un jeune homme de 15 ans." 
À ce moment là, je me suis promis que je ferais un film sur le jeûne un jour. 
Mais depuis 30 ans, j'ai essayé de convaincre des télédiffuseurs, Radio-Canada, l'ONF, tous les bailleurs de fonds pour me permettre de faire ce film. 
Personne ne s'est intéressé au jeûne. 
Les compagnies pharmaceutiques condamnent le jeûne, les médecins les croient. 
Les gouvernements condamnent les personnes qui prétendent avoir trouvé des cures naturelles au cancer parce que ça ruineraient toute l'industrie pharmaceutique et médicale. 
Je n'ai jamais pu avoir de financement.

Puis, récemment, j'ai été diagnostiqué d'angine de poitrine. 
Il faut dire que j'ai jeûné plusieurs fois depuis 30 ans, une quarantaine de fois. 
Des petits jeûnes de 3, 5, 10 jours, 20 jours. 
À chaque fois que j'ai un problème de santé, je jeûne.  
Je commence une grippe, je jeûne quelques jours, c'est réglé. 
Au 2èmejour les symptômes sont finis. 
Quand j'ai eu ce diagnostique  d'angine de poitrine, le médecin m'a dit : "Tu commences demain les médicaments contre le cholestérol, contre la pression, pour faciliter la circulation du sang, etc."  J'ai dis non. 
La plupart de mes frères et sœurs sont là dessus et mes parents et mes grands-parents sont morts de crises cardiaques malgré les médicaments. Je crois encore comme il y a 30 ans que le jeûne peut me guérir. 
C'est ce qui m'a décidé à commencer.  
Je viens de terminer deux films, j'ai une certaine période de disponibilité. 
Grâce à la collaboration de plusieurs de mes amis et à un projet Indiegogo, je réalise ce film. 
Quand j'aurai terminé mon jeûne de 40 jours, je pourrai retourner voir les bailleurs de fonds et leur montrer ce que j'ai tourné.

 

D: Yves tu as une réputation d'éveilleur de conscience, quand tu te lances dans un projet de documentaire, c'est avec cette vision de présenter une manière différente, d'appréhender une question, que ce soit sur les amérindiens, la sexualité, sur l'autisme, comment, du côté de l'éveilleur de conscience, ton documentaire va-t-il se manifester face au jeûne et dans ton expérience personnelle ?

Y: Faut dire que je ne suis pas contre la médecine, c'est important de le dire, même si j'ai été initié au jeûne par le livre Le jeûne de Shelton qui était médecin mais qui détestait les médecins. 
Il y a tellement de personnes qui se sont fait rabrouer par la médecine.

Les médecins ne connaissent rien au jeûne. 
Ce n'est malheureusement pas dans leur formation au Québec. 
Je donne un exemple qui s'est déroulé la semaine dernière dans ma famille où il y a une infirmière. 
Je lui disais à la blague : "Si je commence à jeûner la semaine prochaine, que je t'appelle après 30 jours de jeûne et que je te dis: je ne me sens pas bien, que me répondras-tu ?" 
Elle m'a dit : "Va manger un steak !" 
Et bien ça, ça me tuerait raide. 
Ils ne savent absolument rien du jeûne.

La médecine russe, à l'époque de l'URSS, a fait des études énormes, des milliers de pages sur des expériences scientifiques avec des dizaines de milliers de personnes sur plusieurs années et ils ont démontré  que le corps a une capacité d'auto guérison formidable et qu'il s'agit seulement de savoir comment jeûner. 
Ce n'est pas connu ici, les résultat de ces recherches n'ont jamais été traduits.

En Allemagne, ils ont aussi fait des études et les médecins, dans leurs cabinets, utilisent le jeûne. 
Ils disent aux gens : "Tu vas jeûner tant de jours" et peut-être aussi prendre un médicament parce que se sont des médecins. 
Mais ici les médecins ne savent pas ça.

Cette semaine une jeune maman de 39 ans m'a dit que depuis 3 jours elle a appris qu'elle a un cancer du sein. 
Elle était tout à fait découragée et elle avait vu mon blog sur internet et est venue me rencontrer. "Les médecins veulent m'envoyer tout de suite en chirurgie mais je ne veux pas aller en chirurgie".  
Je lui ai parlé du jeûne et je suis certain que cette personne peut guérir par le jeûne. 
Elle va jeûner avec nous la semaine prochaine. 
Je suis convaincu qu'elle va se débarrasser de sa tumeur cancéreuse. 
Quand on montrera ça au public, c'est comme ça qu'on va éveiller des consciences. 
Les gens vont comprendre qu'il ne faut jamais laisser aux médecins notre responsabilité face a notre santé. 
Pour mon angine, aucun médecin ne m'a demandé : Qu'est-ce que tu manges ? Qu'est-ce que tu fais comme exercice? Est-ce que tu as beaucoup de stress? 
Le surpoids oui.  
Les autres questions non.

Pour moi l'expression "médecine alternative" est très mal nommée. 
J'appelle ça la "médecine naturelle". 
Quand tu manges bien, tu fais de l'exercice à tous les jours, tu donnes de l'affection, tu reçois des câlins, tu t'exprimes, tu fais de la méditation, du yoga et qu'au bout de tout ça tu es encore malade, l'alternative c'est d'aller voir le docteur. 
C'est ça la médecine alternative. 
La conscientisation c'est ça, ce n'est pas vrai que les corporations médicales ou pharmaceutiques ne le savent pas.

Les compagnies pharmaceutiques inventent des médicaments qui maintiennent les gens malades longtemps pour pouvoir faire de l'argent longtemps. 
Ils veulent les maintenir en vie, ils ne veulent pas les tuer mais ils veulent quand même que ce soit rentable.  
C'est pour ça qu'ils ne feront jamais d'expérience scientifique sur l'utilisation de la betterave pour la santé ou d'autres produits naturels parce que ce n'est pas payant pour eux. 
A partir du moment où les gens constateront avec ce film et d'autres films, que la méthode naturelle ne coûte rien et est meilleure, leur conscience sera allumée.
Dans ce film, je ne parle pas seulement du jeûne. 
Je me fais dorloter, je reçois des massages, du yoga, du Qi Gong, des traitements énergétiques etc pour présenter d'autres méthodes. 
Ensuite les gens pourront faire un choix plus éclairé. 
Comme les télédiffuseurs ne sont pas encore intéressés par le jeûne, le public n'en entend pas parler.

Cette jeune femme qui est venue me parler de son cancer du sein me disait : "J'ai parlé du jeûne à mon médecin et il m'a dit non non non et j'ai appelé un autre médecin et il m'a dit non non non non. 
Je lui ai répondu : "Ne parle pas de ça avec ton médecin", les médecins de toute façon n'ont pas le droit de s'y intéresser. 
Ils risqueraient de perdre leur permis si jamais ils encourageraient quelqu'un à faire un jeûne. 
Quand on a un médecin dans sa famille et qu'on lui en parle en privé, il répond: "Écoute, même si j'avais la preuve que c'est efficace (Et les preuves existent), si j'osais dire ça à l'un de mes patients, je serais réprimandé". 
D'ailleurs plusieurs médecins qui ont essayé de défendre d'autres approches, ont perdu leur droit de pratique.
Donc, la conscientisation, l'éveil des consciences se fait simplement. 
Je dis : "Voici mon expérience, modestement. Je fais un jeûne de 40 jours et je vous montre comment ça se passe et faites votre propre choix. Décidez si ça vous tente d'essayer et soyez encadrés". 
Je vais à la maison de santé du Lac Brome et à Val santé. 
On ne jeûne pas n'importe où et n'importe comment. 
On permets à notre corps de s'auto guérir mais il y a une manière.
Je préconise la façon hygiéniste, le repos total. 
Le corps a 3 façons de dépenser son énergie. 
Tout d'abord, le système digestif qui consomme entre 30 % et 50% de notre énergie vitale. 
Une autre façon de dépenser de l'énergie c'est par tous les gestes et déplacements qu'on fait dans la journée. 
Si on va réparer une toiture pendant la journée, le corps va prendre toute son énergie pour faire ça et ne va pas se guérir. 
Le 3ème c'est tout le système neurologique qui inclut le stress, les préoccupations, les pensées, les peines d'amour, etc. ce qui consomme beaucoup d'énergie. 
Alors pendant un jeûne,  on s'en va dans un centre puis on se laisse guider.

Présentement je passe les premiers jours chez moi parce que j'en suis à mon 40ème jeûne mais j'ai quelqu'un qui veille sur moi et qui s'occupe de mon bien-être. 
Je connais bien mon corps. 
Mais pour quelqu'un qui n'a jamais jeûné, s'il commence un jeûne de plus de trois jours je lui recommande d'aller tout de suite dans un centre.

Pour moi, un jeûne, ça veut dire boire de l'eau, seulement de l'eau et se reposer. 
Il y a des gens qui boivent des jus et même des bouillons et disent qu'ils font un jeûne. 
Je pense que c'est une mauvaise utilisation du mot jeûne. 
A mon avis, le jeûne ce n'est pas de prendre d'autres aliments que de l'eau. 
Je craindrais la malnutrition car le corps ne se met jamais vraiment à l'arrêt.  
Il faut aussi être bien encadré, prendre le pouls, la pression à tous les jours, qu'il y ait quelqu'un qui nous surveille et puis ne pas bouger autant que possible, ne pas allumer son téléphone, son ordinateur et puis permettre au corps de faire son travail.

 

D: Maintenant au niveau de ce qui se passe intérieurement, peux-tu nous expliquer Yves les étapes ?
Début du jeûne, milieu, j'imagine qu'au début il y a un défi à se priver de nourriture après ça, on tombe dans un côté plus paisible, est-ce qu'on tombe dans une détresse ?
Dans une colère, qu'est-ce qui se passe au niveau intérieur ?

Y: En fait, si ça se passe, c'est plutôt dans les trois premiers jours ces sentiments parce qu'on arrête de manger. 
Présentement pour moi, c'est exceptionnel. 
J'avais l'intention de montrer d'autres méthodes pour les besoins du film.  
À chaque fois qu'une personne vient ici pour me donner un soin, me donner un massage, acupression ou quelque chose d'autre, il faut installer les caméras, discuter, se préparer et ça prends du temps. 
Malgré ce que je viens de prêcher, dans ces premiers jours, je n'ai pas été toujours au lit. 
Mais c'est un choix. 
Je donne à la société cette expérience parce que tant que les gens ne le verront pas de visu, ils n'y croiront pas. 
Donc  je me permets de le faire. 
À partir de la semaine prochaine, je serai dans des maisons de santé où ils sont habitués à superviser des jeûne longs. 
Là je me permettrai d'être beaucoup plus intériorisé.

Je veux dire une chose concernant la faim. 
Disons qu'un matin tu t'es levée un peu en retard pour travailler et que tu n'as pas eu le temps de déjeuner. 
Puis à midi le patron te dit qu'il y a une réunion importante. 
Tu vas à la réunion mais tu n'as pas mangé depuis la veille. 
À la fin de la journée tu dis : "J'ai vraiment faim !".  
Hé bien, c'est ça la faim, ça ne va pas être pire que ça. 
Tout le monde a déjà connu ça dans sa vie. 
Ça n'augmente pas. 
La faim est un signal du corps qui dit que c'est le temps de manger, c'est tout. 
Quand il a envoyé son signal tu n'as pas plus faim le 2ème jour puis encore plus le 30ème jour, le signal c'est toujours le même. 
Le signal, tu l'as entendu et tu passes par-dessus. 
Tu t'aperçois que c'est juste un signal et tu arrêtes de focusser là-dessus. 
Puis tu te rends compte qu'il y a un certain bien-être à sentir un vide à l'intérieur. 
Ce vide là est une plénitude en soi. 
Tout-à-coup tes pensées t'appartiennent. 
Tu deviens clair avec toi-même. 
Je me souviens qu'à la fin de mon jeûne de 34 jours, quand j'ai pris mon premier concombre j'étais "stoned" sur le concombre. 
Je sentais l'effet du concombre. 
Un couple de mois après, j'ai mangé de la viande et là ça a été épouvantable. 
J'ai vu le boucher approcher et j'ai senti un état d'anxiété. 
J'ai vu mon assassin qui s'en venait me couper la tête. 
J'étais l'animal en état de panique qui sentait que son heure était venue. 
On vit avec ça à chaque jour quand on mange du cadavre.

Peu à peu durant le jeûne, tu découvres un état de centration que tu n'as jamais connu et  tu trouves ça merveilleux. 
Le sentiment de la faim c'est très secondaire. 
Si on te demande : "La faim est-elle encore là ?" Tu dois te dire : "Attends une minute que j'y pense... mon estomac me le dit encore, mais après trois jours tu entres dans un processus où l'estomac et tout le système digestif, constatant que plus rien ne leur arrive, se mettent en arrêt. 
C'est là que tu retrouves une énergie extraordinaire. 
Chaque cellule se mets à chercher dans son environnement immédiat de quoi se nourrir et de quoi nourrir l'ensemble du corps, et c'est très sélectif. 
Ça commence par les graisses inutiles, tout ce qui traîne dans ton corps va alimenter ton corps et tu vas continuer à t'auto nourrir et le nettoyage se fait en même temps.

 

D: Lors de ton expérience, lorsque tu as mangé ta première viande et t'as senti l'animal en détresse, ça te fait réaliser à quelque part qu'on est ce qu'on mange, avec toute l'énergie avec tout ce qui contient de vivant, d'expérience de vie, de l'aliment lui-même.

Y: Pendant les derniers jours de mon jeûne de 34 jours, je m'étais fait un bobo, une bonne gale sur un doigt. 
Quand j'ai pris ma première orange, le lendemain je regarde mon doigt, et il est complètement guéri. 
Plus du tout de trace alors que ça faisait plusieurs jours que j'avais cette gale. 
Alors les larmes me sont sorties. 
Je criais devant tous les autres jeûneur qui me prenaient pour un fou : "Ceci est mon corps, ceci est mon sang, ceci est mon corps, ceci est mon sang. 
On n'a jamais rien compris, c'est l'orange que j'ai mangé hier, c'est pas une parole de bible ou de curé, ce qu'on mange, c'est ce qu'on est. 
On est ce qu'on veut. 
Si tu veux un corps en santé, tu veux un corps en forme, tu manges qu'est-ce qu'il faut pour, c'est tout. 
Cette prise de conscience a été très importante pour moi.

 

D: Ça fait partie de l'éveil de la conscience, est-ce que tu l'as porté tout le reste de ta vie ?

Y: Je l'ai porté toute ma vie, mais attention, ça s'échappe. 
Après cette première bouchée de viande, même si je ne voulais plus jamais toucher à ça, j'ai fait un deal avec la vie. 
Plus de produits animal ne rentre dans ma maison, dans mon frigo, pas de lait, pas de beurre, de fromage, de viande, mais quand je sors c'est différent. 
Je n'aime pas dire à mes amis : "Je ne mange pas de ton repas" 
Il a fait un beau mets, un beau souper, je pensais : "Je dois l'honorer". 
Parlant de mets, je vais lancer un défi à tous les grands chefs du monde : Essayez de trouver une recette meilleure que la recette de l'orange fraîche. 

Peu à peu, je me suis mis à accepter de reprendre de la viande. 
On se réveille des fois avec un sentiment d'angoisse, de mal-être. 
On pense que c'est associé à notre voisin qui n'est pas gentil ou à notre blonde qui nous a engueulé et on oublie que cet état de mal-être peut venir de ce qu'on a mangé la veille, un veau qui s'est fait assassiner.

Puis, peu à peu j'avais pris du ventre. 
Suite à un accident de ski, il y a deux ans, les médecins m'avaient interdit de faire de l'exercice pour 18 mois. 
Alors j'avais pris du poids. 
Et j'avais d'autres problèmes physiques. 
Je n'étais pas rendu au Mc Do ou à la pizza all dress mais j'avais besoin de remettre à niveau ma santé. 
Là, j'ai déjà perdu 20 livres.  
Je ne sais pas quel Yves Langlois sortira de là dans 40 jours.

 

D: Tu veux renouer avec cette expérience de l'orange, c'est un rendez-vous presque inachevé à trente ans et là , aller jusqu'au bout pourrait devenir quoi pour toi ?

Y: J'ai rencontré des grands maîtres comme Osho, Amma, le Dalai Lama et d'autres, pour moi ce sont des personnes qui vivent dans des états différents. 
Lisa Cairns et Eckart Tolle sont mes préférés aujourd'hui mais j'écoute encore Osho à tous les jours. 
Depuis que j'ai rencontré Osho, même si certains faux prophètes jouent au jeu lucratif du guru, il n'y a aucun doute qu'Osho avait atteint la réalisation.

La science admet maintenant que nous sommes dans l'illusion, que notre corps n'existe pas. 
Quand Bouddha disait ça il y a 2500 ans, on riait de lui mais aujourd'hui, la physique quantique est en train de démontrer que, dans ce qu'on croit être de la matière, il y au moins 99% qui n'est que de l'énergie. 
Ils disent 99% parce qu'ils n'ont pas encore réussi à aller voir dans le 1% qui reste si c'est de la matière ou de l'énergie.

Osho dit que notre ego correspond à une vague dans l'océan et tant qu'on pense qu'on est la vague, on veut dépasser les autres. 
Elle va être plus grosse que la précédente et tu vois ça des vagues qui dépassent les autres vagues quand un bateaux passe. 
Mais elles vont toutes s'écraser sur la falaise. 
J'en sais quelques chose. 
J'habite sur la rive dans un quartier qui s'appelle La Falaise. 
Osho dit : "Le jour ou la vague se rend compte qu'elle est l'océan, même si elle s'écrase sur la falaise, elle n'a plus à paniquer. De toute façon elle est l'océan. Elle est également les autres vagues qu'elle pensait dépasser."

Notre cerveau est très limité. 
Je me souviens qu'à l'âge de sept ans j'étais appuyé sur le frigo et j'étais écrasé de mal au ventre. 
Ma mère me demande : "Qu'est-ce que tu as ?" Je réponds: "Je ne peux pas comprendre ce qu'on m'a dit à l'école. C'est quoi l'éternité et l'infini. J'essais de rentrer ça dans mon cerveau et ça n'entre pas." 
Je me tordais de douleur pour essayer de comprendre. 
J'ai compris un jour que nos cerveaux sont trop petits, aussi puissants soient-ils. 
Nous sommes intelligents mais on ne comprendra jamais ça avec le mental parce que ça ne fait pas partie de la matière. 
C'est au delà de nos cerveaux. 
Il existe une vérité plus profonde et j'espère un jour l'atteindre puisque l'expérience humaine est à explorer dans toute son ampleur et toute sa splendeur.

 

D: J'espère que le jeûne va t'aider à tremper dans un état de conscience qui va ouvrir toutes tes perspectives, un corps renouvelé et un esprit en paix. Je te le souhaite de tout cœur, et que ton jeûne t'emmène au delà de tes attentes.

Y: Merci beaucoup !

D: Avec beaucoup de paix.


Lu au lien :
https://www.indiegogo.com/projects/film-sur-le-jeune-de-40-jours-de-yves-langlois

Venez voir le blog :
http://jeune40joursyveslanglois.blogspot.ca/

 

 

THESE (12.12.2015)
"L’appellation ''jeûne thérapeutique'' est-elle fondée ou usurpée ? Eléments de réponse d’après une revue de bibliographie chez l’animal et chez l’homme."

- Sujet : "L’appellation ''jeûne thérapeutique'' est-elle fondée ou usurpée ? Eléments de réponse d’après une revue de bibliographie chez l’animal et chez l’homme."

THÈSE PRÉSENTÉE POUR L'OBTENTION DU DOCTORAT EN MÉDECINE DIPLÔME D'ÉTAT par Jérôme LEMAR

Thèse soutenue publiquement à la faculté de médecine de Grenoble * le 12 décembre 2011 (158 pages)

A télécharger au lien : http://sci.pam.szczecin.pl/~fasting/2011GRE15119_lemar_jerome_1_D_.pdf

*La faculté de Médecine de Grenoble n'entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans cette thèse ; ces opinions sont considérées comme propres à leur auteur.

SOMMAIRE : Table des matières

Résumé ............................................................................................................................... 9
Abstract ............................................................................................................................. 10
Glossaire du jeûne thérapeutique .................................................................................... 11
Introduction ....................................................................................................................... 12
Méthodologie .................................................................................................................... 14

Chapitre 1 : Le jeûne, une pratique millénaire ................................................................ 17
- Les définitions ................................................................................................................. 17
- Dans le monde animal en milieu naturel ou domestiqué ............................................... 17
- Dans le monde humain .................................................................................................... 18
Les traditions religieuses ....................................................................................................... 18
L’inédie ou anorexie mystique ............................................................................................... 21
Les peuples ''premiers'' ......................................................................................................... 22
Le jeûne comme moyen d’action militante .............................................................................. 22

Chapitre 2 : Adaptation physiologique au jeûne .............................................................. 24
- Les définitions ................................................................................................................. 24
- Les modèles animaux ...................................................................................................... 24
- La balance énergétique ................................................................................................... 26
Dépenses énergétiques ......................................................................................................... 26
Réserves énergétiques ....................................................................... .................................. 27
- Les étapes du métabolisme énergétique lors du jeûne total ......................................... 28
Le jeûne immédiat (état post-absorptif) : adaptation à la prise discontinue de nourriture .......... 28
La phase de jeûne court : adaptation à l’absence temporaire de prise de nourriture ................ 29
La phase de jeûne prolongé : adaptation à l’absence prolongée de prise de nourriture ............ 30
La phase terminale : limites de l’adaptation au jeûne .............................................................. 33
- Métabolisme spécifique du jeûne dans les situations d’agression ............................... 35

Chapitre 3 : De l’anorexie à la diète ................................................................................ 37
- L’anorexie ou refus de nourriture................................................................................... 37
Définition .............................................................................................................................. 37
Modèles animaux .................................................................................................................. 37
L’anorexie chez l’homme ...................................................................................................... 37
- La diète ............................................................................................................................ 40
Définition .............................................................................................................................. 40
Pratiques vétérinaires............................................................................................................. 40
Pratiques médicales historiques .............................................................................................. 41
Diètes contemporaines et recommandations ........................................................................... 44

Chapitre 4 : Du jeûne total dans le traitement de l’obésité ............................................. 47
- Obésité animale et recommandations vétérinaires ........................................................ 47
- L’affamement thérapeutique comme traitement de l’obésité humaine ......................... 48
Caractéristiques de la perte de poids ...................................................................................... 48
Evolution pondérale et études de suivi .................................................................................... 49
Effets psychologiques ............................................................................................................ 52
Effets somatiques .................................................................................................................. 53
Complications fatales ............................................................................................................ 56
Publications actuelles ............................................................................................................. 60
- L’exercice physique et l’épargne protéique ................................................................... 62
- Du jeûne total aux jeûnes modifiés ................................................................................. 63

Chapitre 5 : Du jeûne thérapeutique dans les médecines non conventionnelles............. 69
- Histoires, géographies et protocoles des jeûnes thérapeutiques .................................. 69
Hygiénisme et water-only fasting ............................................................................................ 69
Médecine intégrative et jeûne Buchinger ................................................................................ 72
Fasting diet therapy ............................................................................................................... 74
Jeûne thérapeutique japonais ................................................................................................. 76
- Faisabilité et efficacité subjective du jeûne thérapeutique dans le cadre d’indications
larges.................................................................................................................................... 77
Jeûne thérapeutique japonais .................................................................................................. 77
Jeûne Buchinger ..................................................................................................................... 81
- Hypertension artérielle .................................................................................................... 84
- Polyarthrite rhumatoïde .................................................................................................... 88
- Syndrome de l’intestin irritable ........................................................................................ 92
- Syndromes douloureux chroniques .................................................................................. 94

Chapitre 6 : Jeûnes ''expérimentaux'' et prévention des maladies chroniques ............. 100
- Restriction calorique ....................................................................................................... 100
Définition ............................................................................................................................. 100
Modèles animaux ................................................................................................................. 100
Etudes humaines .................................................................................................................. 102
- Alternate-day fasting ...................................................................................................... 107
Définition ............................................................................................................................. 107
Modèles animaux ................................................................................................................. 107
Etudes humaines ................................................................................................................... 108

Chapitre 7 : De la détoxification par le jeûne .................................................................. 113
- ''Définitions'' et toxiques divers ..................................................................................... 113
- Pesticides lipophiles ........................................................................................................ 116
Modèles animaux ................................................................................................................. 116
Modèle humain .................................................................................................................... 116
- Chimiothérapies anticancéreuses .................................................................................. 117
Modèle animal ..................................................................................................................... 117
Modèle humain .................................................................................................................... 118

Discussion.......................................................................................................................... 120

Conclusion ......................................................................................................................... 124

Liste des annexes ............................................................................................................. 126

Références bibliographiques ............................................................................................ 144


QUELQUES EXTRAITS :

RESUME... Page 9
... Le jeûne a pris une place importante sous diverses formes dans l’histoire de la prescription thérapeutique.
Les progrès des connaissances médicales, auxquels il a participé dans une certaine mesure, en ont limité l’usage.
Quelques rares exemples persistent dans la médecine conventionnelle, dans le cadre de prises en charge de pathologies spécifiques et moyennant précaution. Dans la médecine non conventionnelle, plusieurs jeûnes prolongés dits thérapeutiques, aux sensibilités différentes, ont en commun de s’adresser à de nombreuses maladies chroniques.
Leurs contreindications sont rares et leurs mécanismes d’action restent hypothétiques.
Seules quelques indications ont fait l’objet d’une évaluation ciblée et publiée.
Insuffisante en termes de niveau de preuve, cette évaluation nécessiterait d’être plus rigoureuse pour juger de l’utilité réelle de ces pratiques et en déterminer le bien-fondé. L’étude du jeûne en intention de traiter s’accompagne toutefois d’importantes difficultés méthodologiques.
En conséquence, bien que la réponse à la question ne puisse être univoque, la majeure partie du ''jeûne thérapeutique'' relève de la croyance non scientifiquement prouvée.

GLOSSAIRE DU JEÛNE THERAPEUTIQUE... Page 11
Alternate-day fasting (ADF) : régime alimentaire consistant à jeûner partiellement ou totalement un jour sur deux.
Diète : régime alimentaire prescrit à titre hygiénique, prophylactique ou thérapeutique, parfois utilisé comme synonyme de jeûne.
Diététique : ensemble des règles d’hygiène alimentaire fondées sur l’étude du pouvoir calorifique et de la valeur nutritive des aliments, permettant d’établir le régime alimentaire approprié à chacun. L’adjectif est relatif à un régime alimentaire propre à conserver ou à rétablir une bonne santé.
Fast ou fasting : jeûne.
Jeûne : privation ou abstention alimentaire, partielle ou totale, à l’exception le plus souvent d’eau, pendant un certain temps.
Jeûne protéiné : jeûne apportant en quantité adéquate les éléments nutritionnels essentiels, protéines, vitamines et sels minéraux, sous forme naturelle ou à base de
compléments alimentaires, tout en y restreignant sévèrement l’apport calorique, de 220 à 600 kcal/jour.
Jeûne sec ou absolu : privation ou abstention totale d’aliments solides, liquides et d’eau.
Jeûne total, complet ou hydrique : privation ou abstention alimentaire totale, à l’exception de l’eau habituellement, faisant référence soit à l’affamement thérapeutique ou therapeutic starvation, soit au jeûne hygiéniste ou water-only fasting, soit à la fasting diet therapy (FDT).
Jeûne Buchinger : abstention d’aliments solides avec ingestion de bouillons de légumes, jus de fruit… pour un apport calorique ne dépassant habituellement pas 250 kcal/jour.
Juice fasting : jeûne modifié incluant la consommation de jus de fruits et de légumes selon des formules diverses et variées.
Modified fast : jeûne modifié faisant référence soit au jeûne Buchinger, soit au jeûne modifié aux protéines (jeûne protéiné), soit aux VLCD.
Monodiète : consommation d’un seul aliment ou type d’aliments.
Restriction calorique (RC) : diminution des apports caloriques habituellement ingérés (à partir et au-delà de 30 % de la ration calorique usuelle).
Starvation : affamement, parfois utilisé comme synonyme de jeûne.
Thérapeutique : ensemble des moyens propres à lutter contre les maladies, à rétablir, préserver la santé. Il s’agit également d’une branche de la médecine qui étudie, enseigne la manière de traiter les maladies et les moyens propres à guérir, à soulager les malades.
Végétarisme : exclusion de la consommation de chair animale, sans exclure certains produits issus du règne animal comme les produits laitiers, les oeufs, le miel (correspond habituellement à l’ovo-lacto-végétarisme, les préfixes désignant les aliments autorisés). Il existe des distinctions : exclusion de tout produit issu de l’exploitation animale et consommation de produits végétaux uniquement dans le végétalisme, consommation de poissons et fruits de mer dans le piscivégétarisme, de volailles dans le pollovégétarisme…
Very low calorie diet (VLCD) : tout régime apportant de 220 à 800 kcal/jour, quelle que soit la nature des nutriments apportés.


Chapitre 1 : LE JEÛNE, UNE PRATIQUE MILLENAIRE
... Page 17
- Les définitions ............................................................................................................. 17
- Dans le monde animal en milieu naturel ou domestiqué .............................................. 17


Dans son ouvrage Le jeûne [1], l’hygiéniste nord-américain Shelton propose, d’un oeil profane et autodidacte, l’approche d’une quantité conséquente d’exemples de jeûnes
rencontrés chez les animaux : pendant la période de rut chez le saumon mâle ou le phoque mâle à fourrure d’Alaska, post-natal chez le poussin, en cas de colère ou de chagrin chez le chien, en cas de blessure chez l’éléphant, en cas de maladie chez le chat et la vache et lors de maladies hyperthermisantes chez toutes les espèces domestiques...

Chapitre 5 : DU JEÛNE THERAPEUTIQUE DANS LES MEDECIES NON CONVENTIONNELLES... Page 69
- Histoires, géographies et protocoles des jeûnes thérapeutiques ................................... 69
Hygiénisme et water-only fasting ....................................................................................... 69


... L’hygiénisme (ou hygiène naturelle) est un courant de pensée né aux Etats-Unis dans la première moitié du XIXe siècle à l’initiative de quelques médecins dissidents, prônant le recours à des moyens naturels pour le maintien ou la restauration de la santé [47] (le jeûne, le régime végétarien, l’eau pure, le soleil, l’air pur, l’exercice, le repos, l’équilibre comportemental).

Le précurseur en fut probablement le Dr I. Jennings, renonçant définitivement à l’usage de la médication après la guérison d’une patiente atteint de typhus, promise à une
mort certaine et pour laquelle il se résigna à arrêter tout traitement, avec pour seule recommandation l’ingestion d’eau et le repos.
Ne rien faire et laisser le corps combattre la maladie devinrent les prémisses de la médecine de Jennings qui, pour rassurer ses patients, leur donnait des pilules de pain et de l’eau colorée.
Après vingt années de succès et d’imposture, il confessa le secret de ses réussites pour soulager sa conscience : l’usage illusoire de placebos et sa conviction profonde que le corps se guérit lui-même.
Il perdit par la même occasion une partie de sa patientèle.

Plus tard, le Dr J. Tilden, médecin marginal aux yeux de ses contemporains, fit par distraction la même découverte, oubliant fréquemment ses médicaments et se présentant
chez ses patients les mains vides [78] :
« Je trouvais invariablement mes malades en meilleur état. (…) La vérité est que l’amélioration était plus grande quand j’oubliais mes drogues que lorsque je les donnais. Finalement, je chargeai mon fusil de cartouches à blanc – des tablettes de sucres – et je donnai ces prétendus remèdes aux malades, jusqu’à ce que j’évolue mentalement pour comprendre que même les pilules de sucre étaient nocives. En effet, ces pilules à blanc faisaient croire aux malades que l’amélioration leur était due. Voici le mal perpétré contre les malades lorsqu’on attache l’idée curative à n’importe quoi ».
Selon lui, la toxémie – c’est-à-dire l’encombrement des tissus par des sous-produits métaboliques retenus à la suite de l’énervation (excès de fatigue, épuisement nerveux) – est la cause de toutes les maladies, ces dernières survenant dès lors que le niveau toxémique dépasse un certain seuil de tolérance.

Les autres pionniers de l’hygiène naturelle du XIXe siècle étaient pour la plupart des médecins malades et impuissants à se guérir par la médecine conventionnelle.
Parmi eux, le Dr R. Trall recueillait dans sa maison de santé les cas désespérés d’un hôpital voisin, avec l’eau et le repos pour seules ordonnances.
Ce dernier obtint des résultats si spectaculaires qu’il fonda à New York en 1853, une faculté reconnue par l’Etat pour former des praticiens hygiénistes qualifiés et ayant délivré plusieurs centaines de diplômes.
Persuadé que la médecine fondée sur l’hygiène naturelle remplacerait la médecine classique, celui-ci se mit à lancer des défis aux médecins sur la place publique.
Le plus célèbre de ces défis de l’époque est le jeûne public du Dr Tanner en 1880, auquel on peut attribuer sans doute la primauté du travail d’ « artiste de la faim » [48].

H. Shelton, un émule non médecin (chiropracteur, naturopathe, etc.) des Dr Trall et Tilden, devint au XXe siècle le penseur du mouvement hygiéniste, synthétisant les
recherches de ses prédécesseurs au sein d’une oeuvre prolifique [49].
Selon Shelton, parmi les facteurs contribuant à un mode de vie malsain, se trouve la consommation en excès de graisses et protéines animales, d’aliments modifiés, de tabac, d’alcool, de café, etc.
A l’opposé, une nourriture saine est constituée de crudivorisme, de végétarisme, de combinaisons alimentaires (encore appelées ''régime dissocié'').
Le jeûne permet quant à lui l’instauration d’un changement de mode de vie et des habitudes alimentaires, et favorise la désintoxication du corps.
Selon lui, le jeûne doit être strict à l’eau (les juice fasting, constitué de jus de fruits et/ou de légumes, n’étant pas considérés comme de vrais jeûnes), sans lavement intestinal (jugé inconfortable et fatiguant), ni traitement, avec repos complet (l’exercice modéré ou adapté à la force du malade était initialement préconisé, mais il érigea plus tard une règle d’évitement de la fatigue, comme participant aux bienfaits du jeûne).
La durée de jeûne étant conditionnée idéalement par le retour de la faim, témoin de l’épuisement des ressources (''fasting to completion''), celle-ci pouvait être extrêmement
variable d’un individu à l’autre.
Faute de liste claire et complète à ce propos, nous ne saurions présenter les indications (extrêmement larges) et contre-indications (extrêmement restreintes et dépendantes de l’expérience du praticien le supervisant) du jeûne de type Shelton, pouvant lui conférer au premier abord un aspect d’utopique panacée.
Shelton supervisa 60 000 jeûnes dans son école de santé, plusieurs fois délocalisée.
Il fut en outre un fervent défenseur d’une hygiène de vie sans drogues, de quelque nature qu’elles soient, y compris les médicaments (considérés comme des poisons), ce qui lui valut de nombreux ennuis judiciaires.
En dépit du fait qu’il considérait l’hygiénisme comme un enseignement ou une philosophie de vie saine, et non comme une technique curative, il fut emprisonné plusieurs fois pour exercice illégal de la médecine.
L’un de ces jeûnes fut l’objet du plus grand scandale dans l’histoire de l’hygiénisme, venant mettre un terme à sa carrière : en 1978, un patient de 49 ans souffrant d’une colite ulcérative se vit proposer par ses médecins une résection gastrique partielle et une résection intestinale large avec colostomie et iléostomie.
Il décida de jeûner dans l’école de santé de Shelton (atteint alors d’une maladie de Parkinson depuis 1972), mais mourut d’une attaque cardiaque lors de son transfert en
urgence à l’hôpital.
Shelton fut condamné en 1983 à payer 890 000 dollars à la veuve du défunt, pour négligence.
Il mourut 2 ans plus tard à l’âge de 90 ans [50].

Bien qu’il existe de nos jours quelques organisations outre Atlantique destinées à préserver et promouvoir les principes de l’hygiénisme [51], il ne subsiste que peu d’intérêt et
d’études scientifiques (en dehors des jeûnes de courte durée chez les volontaires sains), et aucune société savante pour ce courant de pensée.
Tout au plus, l’une d’entre elles, l’International Association of Hygienic Physician (<http://www.iahp.net/>), fondée en 1978, regroupant quelques médecins et spécialistes divers du jeûne supervisé (ostéopathes, chiropracteurs ou naturopathes), a élaboré des standards de supervision du jeûne (portant essentiellement sur la bonne tenue du dossier), des principes d’éthiques et propose également une formation avec critères d’attestation.
Afin de donner un cadre un peu plus précis au jeûne selon les principes de l’hygiénisme, nous devons nous tourner vers un livre de vulgarisation co-écrit par Goldhamer (dont nous présenterons plus loin 3 publications) et Salloum [79] et un article d’allure journalistique publié en 1998 dans le journal Alternative and Complementary Therapies [80] :

- Selon Holzman [80], parmi cette grande variété de maladies améliorées par le jeûne, l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires en général (athérosclérose, angine de poitrine, claudication d’origine artérielle), l’asthme, l’arthrite, le diabète non insulinodépendant, diverses maladies auto-immunes (polyarthrite rhumatoïde) et les
tumeurs fibroïdes (pour lesquelles un bénéfice significatif est obtenu pour un jeûne de 3 à 4 semaines) peuvent être classées par ordre approximatif d’efficacité.
La durée de jeûne typique varie de 10 à 21 jours.
La période de réalimentation recommandée (et nécessitant une supervision) dure la moitié de la durée du jeûne.

- Selon Goldhamer (d’après l’observation de 4 000 jeûnes) [79], seul le jeûne à l’eau pure est recommandé, pour un apport minimal d’1,2 L/jour.
Celui-ci est considéré de valeur supérieure aux juice fasting car « la faim disparait presque totalement, la cétose apparait plus rapidement, il n’y pas d’oedème de dénutrition, la diurèse sodée est plus prononcée, la perte de poids est plus importante et composée de graisses plus que de protéines, le temps de guérison est plus court et la force du patient est plus grande ».
La constipation est prévenue par 2 jours de repas constitués de fruits et légumes, les lavements intestinaux n’étant pas jugés nécessaires.
Une activité restreinte est préférable car elle minimise la fréquence d’hypotension orthostatique, d’arythmie, la déshydratation et les perturbations électrolytiques.
Des exercices d’étirement ou de petites marches sont néanmoins autorisés, ainsi qu’une exposition solaire de 10 à 20 min/jour.
L’adjonction de vitamines et d’éléments minéraux n’est pas nécessaire car leur excrétion devient très faible après 10 jours de jeûne.
Certains médicaments constituent une contre-indication au jeûne (non renseigné), d’autres ne peuvent être enlevés (corticoïdes, insuline, traitement hormonal thyroïdien).
Une attitude mentale positive est de grande valeur et donne au patient la satisfaction de jouer un rôle majeur dans l’amélioration de sa propre santé.

- Enfin, les contre-indications, effets secondaires, complications nécessitant l’interruption du jeûne et les critères déterminant la durée de jeûne d’après ces deux références sont présentés en annexe n°7.

[47] : Le lecteur intéressé trouvera une bibliothèque virtuelle anglophone donnant accès gratuitement à une volumineuse série d’ouvrages historiques sur l’hygiénisme et la santé naturelle, dont le jeûne, disponible à l’adresse suivante : <www.soilandhealth.org>

[48] Dans l’objectif de démontrer scientifiquement les bienfaits et l’innocuité du jeûne, Tanner réalisa un jeûne dans un théâtre, sous la supervision de 2 collègues médecins et le regard passionné de New York (le prix de la place était de 30 à 50 dollars). Il s’autorisa initialement à boire de l’eau, puis changea d’avis et décida de ne rien absorber du tout. Mais arrivé au 17e jour de jeûne, il était si mal que les médecins l’obligèrent à se réhydrater. Ce jeûne durera 42 jours au total.

[49] Pour ce qui nous concerne, Le jeûne (ibid.) est considéré comme un ouvrage de référence, mais sa nature en quelque sorte encyclopédique en pénalise le caractère didactique désiré.

[50] Information et biographie plus complète disponible sur : <http://www.soilandhealth.org/02/0201hyglibcat/shelton.bio.bidwell.htm>

[51] La National Health Association, nouvelle dénomination de l’American Natural Hygiene Society, dont Shelton fut l’un des fondateurs en 1949 (<http://www.healthscience.org/>), la Société Nature et Santé au Québec (<http://www.nature-sante.org/>).

ANNEXE N°7 : CONTRE-INDICATIONS, EFFETS SECONDAIRES ET DETERMINANTS DE LA DUREE DU JEÛNE DE TYPE HYGIENISTE selon Goldhamer et al. [79] et Cridland [80] ... Page 133

Contre-indications
• malnutrition sévère ; extrême faiblesse ; anémie sévère.
• grossesse (diabète gestationnel associé à un risque de complications foetales) ; allaitement (inhibition de la production de lait).
• insuffisance rénale ; diabète insulino-dépendant.
• certains types de cancer (non précisés).
• certains traitements au long cours (non précisés) ; insuline, corticoïdes et traitement hormonal substitutif thyroïdien ne peuvent être arrêtés pendant le jeûne.
• porphyrie ; déficit en acyl-CoA déshydrogénase des acides gras à chaine moyenne [101].
• syndrome d’immunodéficience aquise, cancer en phase terminale, maladie d’Alzheimer.
• peur de jeûner.

Effets secondaires mineurs et fréquents [102]
Céphalée, insomnie, fatigue, nausée, jambes flageolantes, palpitations, irritation cutanée, langue chargée, odeur corporelle, perturbation visuelle et auditive.
La pousse des cheveux est habituellement arrêtée et la peau peut devenir sèche et squameuse.

Complications amenant le jeûne à être interrompu

• extrême faiblesse.
• hypotension orthostatique.
• pouls rapide, lent, faible ou irrégulier ; arythmie cardiaque.
• hypothermie prolongée ; dyspnée.
• vomissements et diarrhées ; saignement gastro-intestinal.
• décompensation hépatique ; insuffisance rénale.
• crise de goutte sévère.
• délire ; détresse émotionnelle.

Critères déterminants la durée du jeûne

• taille des réserves énergétiques ; métabolisme individuel ; âge ; sexe.
• limitation financière ; emploi du temps (travail).
• sévérité de la maladie.
L’état mental et la vitalité du patient, sa réponse au jeûne, la progression de l’amélioration clinique ou le développement de symptômes tels que la faiblesse, associés à l’examen clinique (quotidien), aux examens de laboratoire (hebdomadaire : ionogramme, enzymes hépatiques et bilirubine, électrophorèse des protéines sériques, créatinine, acide urique, glycémie, bilan lipidique, vitesse de sédimentation ; ou fonction de la clinique) ou paraclinique (surveillance ECG des patients aux antécédents d’arythmies), sont autant de variables concourant à rendre la durée du jeûne difficile à prédire.
NB : La période de réalimentation recommandée dure la moitié de la durée du jeûne.

[101] Contre-indication plus théorique que pratique puisqu’il s’agit d’une maladie orpheline autosomique récessive (1-5/10 000) responsable d’hypoglycémie hypocétosique lors de jeûne prolongé ou d’infections, généralement avant la 2e année de vie (lorsque les réserves de sucre sont épuisées, l’organisme ne peut pas produire les corps cétoniques nécessaires au maintien du métabolisme énergétique).
Pour mémoire, elle a récemment été proposé comme 6e maladie dépistée par le test de Guthrie en France, avec la phénylcétonurie, l’hypothyroïdie néonatale, l’hyperplasie congénitale des surrénales, la drépanocytose et la mucoviscidose.

[102] : Témoignage de la présence de stimulants, d’hypoglycémies, de l’acidose, de l’élimination des déchets et des processus de réparation.

 

DISCUSSION... Page 120

... Si les diètes plus ou moins strictes ont pu trouver une certaine légitimité dans l’histoire de la médecine, notamment dans la prise en charge des maladies aiguës et en
fonction des connaissances et des moyens dont les médecins ont pu disposer au fil des siècles, cette approche historique en termes de fondement paraît bien fragile au regard des progrès de la médecine.
Il est juste de rappeler que dans une certaine mesure, l’observation empirique de jeûnes sous différentes formes a participé, participe et participera sans doute à certaines de ces avancées.
En outre, les pratiques médicales de jeûne plus ou moins strict et prolongé constituent souvent un reflet de ces avancées.
D’une part, elles trouvent une certaine popularité dans les situations où ces progrès sont jugés insatisfaisants ou insuffisants, que ce soit du point de vue du malade ou de celui du médecin.
D’autre part, cette popularité s’efface en majeure partie lorsqu’une prise en charge jugée moins délétère ou extrême, et parfois révolutionnaire en termes de progrès thérapeutique, est découverte.
Enfin, l’exemple de la diète cétogène dans les épilepsies pharmaco-résistantes pourrait également illustrer le fait que, aussi révolutionnaires soient-ils, ces progrès ont parfois des limites, et que le recours/retour à d’anciennes thérapies est envisageable au sein de la médecine même la plus moderne. Sans parler d’effets de mode cyclique, il est raisonnable de penser qu’il persistera durablement dans certaines croyances populaires ou médicales un fond de traditionalisme centré sur la bienfaisance de la Nature et du jeûne...

... Concernant les jeûnes portant explicitement le nom de jeûne thérapeutique, bien qu’ils s’accompagnent de nombreuses observations empiriques (fondement principal de ces pratiques, certaines étant du domaine de l’expérimentation humaine), leurs résultats contrastés à court-terme ne sauraient être suffisants pour en établir leur efficacité réelle...

... Au total et pour en revenir à cet éditorial, si les différents jeûnes thérapeutiques peuvent se présenter sous la forme d’un rituel au parfum de culte, affublé de nombreuses
croyances et inconnues au parfum d’occulte, ces raisons restent insuffisantes pour constituer un obstacle à leur étude et juger inutiles d’éventuelles recherches additionnelles...

 

CONCLUSION... Page 124

... Dans l’histoire de la médecine, le jeûne prescrit à des fins curatives ou préventives fait l’objet de controverses anciennes et récurrentes.

... Dans la médecine non conventionnelle, le jeûne dit thérapeutique est décrit comme une méthode simple et naturelle qui, sous réserve de quelques précautions et rares contreindications, serait utile pour une large variété de maladies.
Nos recherches ont permis d’en aborder plusieurs types aux sensibilités différentes sur le plan historique, géographique et protocolaire, tous essentiellement basés sur l’observation empirique.
Si leurs indications pressenties sont extrêmement nombreuses, nous n’en avons trouvé que quelques-unes à avoir fait l’objet de publications ciblées et référencées, conférant ainsi un statut de croyances non scientifiquement prouvées à la majeure partie du (et des) jeûne(s) thérapeutique(s).
Cette littérature a permis néanmoins une analyse plus approfondie de certains de ses aspects, plus ou moins spécifiquement au type de jeûne thérapeutique.
La lecture critique de ces articles a donné des résultats parfois intéressants, souvent contrastés et de faible niveau de preuve à court-terme, et des résultats majoritairement manquants à long-terme.
Dans ces études, certains biais ont paru évitables et justiciables d’une évaluation plus rigoureuse.
D’autres difficultés méthodologiques questionnent sur la potentialité d’obtenir des preuves factuelles solides lorsque le jeûne est évalué en intention de traiter.
Enfin, les bénéfices réels liés à ces pratiques sont restés à l’image de leurs mécanismes d’action, inconnus, imprécis et hypothétiques.

Au total, ce sujet incite à penser le jeûne, la médecine et l’humain dans leur complexité, raison pour laquelle nous n’avons pas pu trancher notre question de manière univoque.


REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES... Page 144

[1] Shelton H.M. Le jeûne. Le courrier du Livre, Paris, 5e édition, 1970 (Trad. de la 3e édition américaine par Bevan Y).

[79] Salloum T, Goldhamer A. Therapeutic fasting. Dans : Lisle D, Goldhamer A. The pleasure trap : mastering the hidden force that undermines health and happiness. Healthy living publications, Summertown, 2003.

[80] Holzman D. Fasting, health benefits versus risks. Alternative and Complementary Therapies. August 1998, 4(4): 227-230.

 

 

 

 

 

Retour ACCUEIL     Retour SOMMAIRE       Retour L'HYGIÉNISME-COURS      Retour HYGIENISME      Retour HYGIÉNISME-AUTHENTIQUE       Retour NATUROPATHIE      Retour HYGIÉNISTE       Retour ALIMENTATION VIVANTE CRUE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Flag Counter