Télévision - L'autisme est aujourd'hui la maladie qui se développe le plus rapidement dans le monde industrialisé.
Certaines recherches, peu connues du public, explorent une piste radicalement nouvelle : l'environnement, et en particulier l'alimentation, pourraient jouer un rôle décisif.
Retour ACCUEIL      Retour SOMMAIRE             Retour ALIMENTATION - HYGIENISME    Retour TV SANTÉ            Retour TV_SAGESSES_BOUDDHISTES      

TV - L'énigme de l'autisme
---------------------
Autisme : la nouvelle théorie d'une cause bactérienne.

PRÉSENTATION

- 27.03.2015 :L'énigme de l'autisme - Autisme : la nouvelle théorie d'une cause bactérienne sur Arte
Certaines recherches, peu connues du public, explorent une piste radicalement nouvelle : l'environnement...
Vidéo (53') au lien : #film

AUTOUR DES INTESTINS :

*** - 31.01.2014 : LE VENTRE, NOTRE DEUXIÈME CERVEAU sur Arte :
Conversation secrète de notre ventre avec notre tête grâce à… deux cent millions de neurones !
Au lien : http://www.conscience33.fr/tv-alimentation-hygienisme.html#le_ventre_notre_deuxieme_cerveau

- 24.01.2014 : L'INTESTIN : cerveau des émotions sur Arte (X:enius)
Au lien : http://www.conscience33.fr/tv-alimentation-hygienisme.html#l_intestin_cerveau_des_émotions

 

PRÉSENTATION :

 

Dossier relatif aux émissions de télévision concernant le domaine de la santé et pour réfléchir !

Il s'agit de comprendre comment la télévision nous renvoie les informations relatives à la santé.

Les transcriptions écrites sont faites avec l'aide des sous-titres.
- Site de Télé Scoop pour les scripts des sous-titres : http://telescoop.tv/



 


L'énigme de l'autisme
---------------------
Autisme : la nouvelle théorie d'une cause bactérienne.


Arte - Vendredi 27 mars 2015 - Documentaire

VIDÉOS - L'EMISSION - TRANSCRIPTION ÉCRITE - AUTRES INFORMATIONS

Certaines recherches, peu connues du public, explorent une piste radicalement nouvelle : l'environnement...



Photo de l'album sur Facebook


Vidéo VOSTF Sous-titrée en français :
http://rutube.ru/video/5393ca73a99bc91f62fd78a40783ca09/ (52'06)




Vidéo en replay
http://www.arte.tv/guide/fr/044582-000/l-enigme-de-l-autisme

Télécharger avec Captvty :
http://captvty.fr/



L'EMISSION :

Lu au lien : http://www.arte.tv/guide/fr/044582-000/l-enigme-de-l-autisme

L'autisme est aujourd'hui la maladie qui se développe le plus rapidement dans le monde industrialisé.
Certaines recherches, peu connues du public, explorent une piste radicalement nouvelle : l'environnement, et en particulier l'alimentation, pourraient jouer un rôle décisif.

L'autisme est aujourd'hui la maladie qui se développe le plus rapidement dans le monde industrialisé : l'amélioration des diagnostics ne peut expliquer à elle seule que les cas recensés aient augmenté de 600 % en l'espace de vingt ans. La science, qui l'a d'abord attribuée à des causes psychiques, puis génétiques, demeure perplexe devant cette énigme alarmante. Aussi certaines recherches, pour l'instant peu ou pas connues du public, explorent-elles désormais une piste radicalement nouvelle : l'environnement, et en particulier l'alimentation, pourraient jouer un rôle décisif. En effet, 70 % des enfants autistes souffrent aussi de symptômes gastro-intestinaux : le lien entre les microbes intestinaux et les fonctionnalités du cerveau se pose aujourd'hui d'une manière inédite.

Du continent américain à l'Europe du Nord, ce documentaire part à la rencontre des microbiologistes qui s'efforcent de tester la validité de l'hypothèse "bactérienne", et de deux mères qui se battent pour leur enfant autiste. D'origine somalienne, l'une d'elles travaille en étroite collaboration avec les chercheurs qui tentent de comprendre pourquoi la prévalence de l'autisme est particulièrement forte dans sa communauté. L'autre, engagée dans une démarche scientifique expérimentale, est persuadée que le traitement mis au point pour guérir son fils de ses problèmes gastriques lui a aussi permis d'apprendre à parler et à communiquer avec les siens.

Pays : Canada



AUTRES INFORMATIONS :

Dossier sur Arte Future : http://future.arte.tv/fr/autisme

 


TRANSCRIPTION DE L'ÉMISSION À PARTIR DES SOUS-TITRES :

Une transcription écrite est présentée sur TéléScoop au lien :
http://telescoop.tv/browse/915414/l-enigme-de-l-autisme-la-piste-bacterienne.html

Il leur faut une cuisine plus traditionnelle, à base de produits frais... (à 5'15)
… Et on a réalisé l'importance d'éliminer le gluten, le lait et le maïs...
(à 46'18)


TRANSCRIPTION ECRITE : EXTRAITS

...

(2'18) … Il y a cinquante ans, l'autisme affectait 1 enfant sur 10 000.
Aujourd'hui, on observe un taux allant de 1 sur 147 en Europe à 1 sur 38 en Corée du Sud.

(4'43) -70 % des enfants atteints d'autisme souffrent de troubles gastro-intestinaux, dont la gravité est proportionnelle à leur degré d'autisme.
Adar a remarqué la passion de ses fils pour les glucides et les produits laitiers et qu'il était bon de les en priver...
Il leur faut une cuisine plus traditionnelle, à base de produits frais...



(6'02) -En quête de réponse, Adar et son amie sont venues dans un lieu où convergent les parents en quête de solution.
La conférence AutismOne de Chicago est le plus grand rassemblement sur le sujet.



(9'32) -A la conférence AustismOne, le Dr MacFabe fait entendre sa théorie qui établit un lien entre l'environnement et les troubles intestinaux.
Son message gagne du terrain dans la communauté scientifique et fait largement écho à l'expérience des parents.

-Le Dr M. Herbert est également présente à la conférence.
Cette neuropédiatre travaille sur l'autisme et l'axe corps-cerveau.
Elle voit un lien entre l'autisme et la flore intestinale.

-Le microbiote intestinal est en train d'exploser devant nos yeux.
Des études démontrent que les bactéries intestinales agissent sur le cerveau.
Elles créent des troubles psychiatriques et il existe par leur truchement un continuum entre le cerveau et le corps.
Il est donc probable que les bactéries intestinales affectent les fonctions cérébrales et le comportement.

-La théorie de la flore intestinale confirme les soupsçons d'Adar sur l'alimentation et l'incidence de l'autisme dans sa communauté.

...

(11'56) -Le Dr Nicholson et ses collègues du London Imperial College étudient le rôle de la flore intestinale...



(13'27) – Le Dr Nicholson a observé une évolution dans les maladies occidentales.
La présence accrue de certains troubles dans un pays est corrélée à son niveau d'industrialisation.

Dr NICHOLSON :-La seconde Guerre mondiale a inauguré une nouvelle ère de technologie qui a apporté les fast-foods, mais aussi les antibiotiques.

Dr M. HERBERT : -Les deux tiers, voire les trois quarts des antibiotiques produits aux Etats-Unis sont destinés au bétail.
On fait manger du grain à des herbivores, ce qui engendre des indigestions acides.
On les bourre d'antibiotiques qui se reetrouvent ensuite dans les nappes phréatiques.
On a introduit les pesticides et les engrais chimiques, généralisé l'utilisation du maïs dépourvu d'oméga-3, multiplié le recours aux aliments industriels, bien moins nutritifs que les produis frais.
Je crois qu'il y a un lien entre l'alimentation et la vulnérabilité à l'autisme.

Dr NICHOLSON :-Notre constitution biologique, induite par notre mode de vie, a changé plus significativement ces 50, 60 dernières années qu'elle ne l'avait fait depuis l'âge de glace.
Un bouleversement pareil a forcément des répercussions.
Et on pense que l'une de ces répercussions est la transformation du paysage microbien intestinal.

-NARRATEUR :-Le Dr Midvedt étudie l'influence du microbiote sur le développement des jeunes enfants.
Les chercheurs scandinavec ont mis en évidence les liens entre intestin et cerveau.
Leurs idées se répandent.

Dr MIDVED :-On commence à reconnaître l'importance du système digestif.
On aurait dû le faire il y a des décennies.

NARRATEUR :-Au cours de ses années de recherche, il a découvert que les bactéries intestinales constituaient, du point de vue biochimique, l'organe le plus actif du cops.

Dr MIDVED :-Chacune de nos cellules est au moins cent fois plus grosse qu'un microbe.
Mais sur le terrain du nombre, ce sont les microbes qui l'emportent.
Concentrés dans le système digestif, ils sont cent fois plus nombreux que nos cellules.

NARRATEUR :-Dès la naissance, les bactéries colonisent le système digestif pour former le microbiote humain, une communauté microbienne parmi les plus diversifiées.

Dr MIDVED :-Une fois installées, elles vont avoir une incidence à long terme.
Chacune peut activer ou désactiver les gènes de vos cellules et produire des composés qui modifieront votre comportement.

NARRATEUR :-Pour se développer normalement, un enfant doit acquérir les bons microbes durant certaines phases de sa croissance.

Dr NICHOLSON:-Si un enfant a de mauvais microbes, des microbes hosiles, son développement métabolique peut en être affecté au niveau du cerveau.
Le processus d'installation des microbes, à partir de la naissance jusqu'au panel microbien adulte, prend environ trois ans et ça correspond exactement à la période voulue pour que les connexions synaptiques se fassent dans le cerveau.

NARRATEUR :-Une pertubation dans la flore intestinale expliquerait des autismes regressifs.
On parle d'autisme régressif quand l'enfant se développe normalement jusqu'à 3 ans avant de se replier.
Tout près de Chicago, une mère, confrontée à ce problème, a ouvert la voie à une nouvelle découverte...

...

(21'27) ELLEN:-J'ai entrepris des recherches malgré mon abscence de connaissances médicales.

NARRATEUR :-Ellen commence à comparer l'historique médical d'Andrew avec ceux de ses autres enfants.
La seule différence notable semble être les traitements aux antiobiotiques.
Elle tombe rapidement sur le nom de ''Finegold''.

Dr FINGOLD :-On le sait peu, mais les antibiotiques modifient la flore intestinale.

NARRATEUR :-A 90 ans, le Dr Finegold est toujours considéré comme l'un des meilleurs microbiologistes nord-américains.
Il étudie la flore intestinale depuis les années 1950.

Dr FINGOLD :-Les intestins humains sont fascinants.
Déroulés et mis à plat, ils recouvriraient l'espace d'un terrain de tennis.
Ils contiennent une variété incroyable de bactéries, entre 1 000 et 10 000 bactéries différentes.
Un enfant sujet aux otites infectieuses sera placé sous antibiotiques.
Ces derniers vont décimer la flore intestinale en épargnant certains micro-organismes, dont les clostridiums.

NARRATEUR :-Le genre clostridium rassemble 100 espèces de bactéries, dont un petit nombre résiste à la plupart des antibiotiques.
Elles libèrent des neurotoxines qui affectent le cerveau.

Ellen découvre qu'on peut attaquer les clostridiums avec un antibiotique particulier.

ELLEN :-Je sentais qu'il fallait partir la-dessus, que ça l'aiderait.
Un antibiotique qui ciblerait les clostridiums dans l'intestin pourrait améliorer considérablement son état.
Alors, j'ai commencé à écrire à des médecins.
Généralement, ils m'adressaient à un de leurs confrères.
Ca dépassait leur domaine de compétences.
On n'était pas dans le cadre des maladies infectueuses, de la gastroentérologie...
Chacun se renvoyait la balle.

NARRATEUR:-Après 15 mois de recherche et 37 médecins contactés, un gastroentérologue est séduit par sa théorie.
Il place Andrew sous traitement par le seul antibiotique réputé tuer les clostridiums.

ELLEN :-Le résultat était stupéfiant.
En quelques semaines, il est devenu calme.
Il réagissait à son environnement.
Il est même instantanément devenu propre.
Il s'amusait avec des jouets, supportait d'être habillé.

-Il faisait des puzzles.
A l'issue des 8 semaines de test, le Dr Sandler a dit : « Il faut essayer avec d'autres enfants. »

NARRATEUR:-C'est à ce moment qu'Ellen et son médecin contactent le Dr Finegold.
Il accepte de lancer une étude pilote portant sur 11 enfants.

Dr FINGOLD :-J'avais toujours pensé que la flore intestinale ne se bornait pas à causer des infections classiques.
J'en avais jamais eu la preuve, mais j'ai pu démontrer, grâce au fils d'Ellen Boltz, que les bactéries intestinales jouaient un rôle primordial.

NARRATEUR:-Le Dr Finegold trouve une forte concentration de clostridiums dans les selles des sujets.
Chez 80 % d'entre eux, l'antibiotique utilisé entraîne une nette amélioration.
Mais les clostridiums émettent des spores qui entrent en hibernation.

ELLEN:-Les spores résistent aux antibiotiques.
Je ne connais pas un antibiotique qui en vienne à bout.
J'étais très inquiète car si on avait éradiqué les bactéries, il restait les spores.
Je savais qu'une fois le traitement interrompu, les spores germeraient, et se remettraient au travail.
C'est malheureusement ce qui se passe.
Il y a de nombreuses aptitudes imortantes qu'Andrew a pu conserver, mais son comportement, les cris, l'irritabilité, le refus d'être touché, la marche sur la pointe des pieds, les actions répétitives, tout ça a réapparu.

NARRATEUR:-Ellen et des médecins cosignent un article sur cette étude qui paraît en 2000 dans le ''Journal of Child Neurolgy''.
Contrairement à leur souhait, l'article n'interpelle pas la communauté médicale.
Même si la présence d'un taux plus élevé de clostridiums a pourtant été confirmé, les spécialistes tardnt à admettre le lien.

Dr FINGOLD :-Il ne sera pas facile de convaincre tous ceux qui connaissent les maladies infectieuses que les bactéries peuvent avoir ce genre d'effet et qu'on peut les contrôler.

-La communauté scientifique a peut-être ignoré l'artice d'Ellen et du Dr Finegold car ils paraissaient vanter la vancomycine, traitement contre les bactéries résistantes aux antibiotiques.
Cependant, ce n'était pas le seul aspect problématique.

ELLEN :-A la publication des résultats, tous semblent s'être focalisés sur la régression post-traitement.
Les enfants régressent, mais ce n'est pas la question.

NARRATEUR:-Pourquoi y-a-t-il eu amélioration de leur état ?
Une bactérie aurait-elle été détruite par un antibiotique ?

ELLEN :Voilà une vraie question à laquelle on n'a pas répondu en onze ans, depuis la publication de l'étude.

NARRATEUR :-Dans son laboratoire, le Dr MacFabe s'appuie sur les travaux d'Ellen et du Dr Finegold en y appliquant sa propre théorie.

Dr MacFABE :-Je connaissais cet article du Dr Finegold soulignant la présence massive de clostridiums dans le système digestif des autistes régressifs.

-Les clostridiums produisent entre autres de l'acide proprionique, un acide gras qui s'avère dévastateur.

-Grâce à mes travaux, je savais que l'acide proprionique agissait sur le système nerveux central et pouvait affecter le métabolisme cérébral et les fonctions immunitaires.
On a donc additionné deux et deux.
Les enfants consomment des glucides, les bactéries provoquent la fermentation et excrètent de l'acide proprionique.
Dans ces aliments, l'acide proprionique est souvent utilisé comme conservateur.

NARRATEUR :-L'acide proprionique aparaît sous l'appellation ''E280'''.
C'est un conservateur très utilisé pour le pain, les gâteaux et les fromages industriels produits et vendus en Europe, en Australie, en Corée du Sud et aux Etats-Unis.

Dr MacFABE :-On a injecté de l'acide proprionique à des rats, afin de voir si leur attitude pourrait ressembler à l'autisme et si leur état serait transitoire.

NARRATEUR :-Les rats du Dr MacFabe ont un comportement typique.
Ce sont des aniaux sociaux.
Ils se saluent en se reniflant des pieds à la tete et interagissent en explorant leur environnement.
Mais après une injonction d'acide proprionique, tout change.

Dr MacFABE :-Deux minutes seulement après l'injection, l'animal se met à agir de façon très étrange.
IL est manifestement hyperactif, a des déplacements rapides et a des comportements répétitifs.
Ici, l'animal évolue anormalement, le dos courbé.
C'est un symptome de l'autisme trop peu pris enn compte.
Souvent les enfants courbent le dos.
On va introduire un autre animal à qui on a injecté de l'acide proprionique.
Nouveau comportement étrange.
On n'observe pas cette sociabilité d'ordinaire caractéristique des rats.

NARRATEUR :-Un système vidéo enregistre et compare le comportement des rats injectés avec celui des rats normaux.
D'autres expériences ont mis en évidence une rigidité des rats.
Autre fait étrange : l'effet de l'acide proprionique ne dure pas.

Dr MacFABE :-Une demi-heure s'est écoulée depuis ine injection d'acide et on constate un retour à la normale.
Comme c'est un acide gras, il a été brûlé par l'organisme.
Les animaux redeviennent sociaux.
Après ça, ils s'endorment.
L'hyperactivité et le comportement asocial sont réversibles.

-L'analogie de comportement entre les rats injectés et les autistes est éloquente, mais il s'agit de cerner l'action de l'acide proprionique sur le cerveau.

-La composition des lipides cérébraux étant liée au comportement, le Dr Thomas va évaluer l'influence de l'acide proprionique sur les graisses qui alimentent les cellules du cerveau.

Dr THOMAS:-L'acide proprionique issu des bactéries intestinales avait tendance à altérer les lipides cérébraux des rats.
Ils altèrent des oméga-3, des oméga-6 et les niveaux de saturation.
Ces altérations sont similaires à ce qu'on a pu observer chez des autistes.
Les injections d'acide proprionique induisent un changent brutal.

Dr MacFABE :-Les parents nous ayant dit que l'état de leur enfant se dégradait ou s'améliorait en fonction de l'alimentation, on a élaboré un modèle pour reproduire ces fluctuations.
Et Ray a révélé l'altération étonnante de certains lipides liés au développement, au fonctionnement et au métabolisme du cerveau.
Imaginez les bactéries produisant leur métabolite, l'acide proprionique.
Il va se diffuser dans le sang comme les autres graisses.
Et non seulement il va intégrer le système nerveux, mais il va y être aspiré par des composés spécifiques appelés ''transporteurs''.

NARRATEUR :-L'acide proprionique modifie la composition lipidique, lui donnant un profil autistique.
Le cerveau est à 60 % composé de graisses et le fonctionnement cellulaire découe de leur composition.
L'acide proprionique est soupsçonner d'activer et de désactiver les gènes associés à l'autisme.

Dr MacFABE :-Imaginez cette molécule venue de votre intestin pénétrant dans votre ADN pour activer ou désactiver des gènes liés au développement cérébral, à l'apprentissage, à la émoire et au métabolisme.
Il est très étonnant qu'une molécule aussi basique puisse agir sur le métabolisme cérébral caractéristique des autistes.

NARRATEUR :-A ce moment, aucune étude ne démontre la nocivité de l'acide proprionique sur les adultes.
Mais les travaux du Dr MacFabe laissent penser que les métaboites des bactéries intestinales pourraient déclencher l'autisme.

Dr MacFABE :-Un individu normal absorbant une grande quantité d'alcool ne se comportera pas normalement.
Des enfants normaux exposés à des taux élevés d'acide proprionique auront un comportement anormal.
Eliminer l'acide proprionique en tuant la bactérie, ou en ne la nourissant pas, ou en rééquilibrant le système digestif me paraît la bonne approche pour traiter la maladie.

ELLEN :-Honnêtement, c'est difficile de revoir ça.
J'ai le sentiment qu'on était si près du but il y a dix ans.
Personne n'a voulu nous écouter.

NARRATEUR:-De nombreux parents improvisent des traitements selon la théorie de la bactérie intestinale.

ELLEN :-Andrew a 19 ans.
J'ai du mal à croire que ça remonte si loin.
Pour moi, une guerre se joue dans l'intestin d'Andrew.
Une armée de bactéries hostiles s'y est implantée de pied ferme dès son plus jeune âge.
La flore qui vous a colonisé dans vos premières années vous suit jusqu'à votre mort.

NARRATEUR :-Continuer les prises d'antibiotiques aurait été dangereux à long terme.
Ellen a observé que si Andrew absorbait de grandes quantité de probiotiques, compléments alimentaires, ses symptômes pouvaient être contenus.
Les clostridiums, bien que toujours présents, sont étouffés sous des flots d'autres bactéries.

L'effet bénéfique des probiotiques a été largement démontré.

ELLEN :-Il se débrouille très bien, vraiment.
Sachant d'où il revient, c'est impressionnant.
Andrew est autonome, il0 se prépare son petit-déjeuner, ses sandwichs.
Même s'il atteint difficilement un niveau CM1.
Les interactions sociales restent un problème pour lui, mais c'est un rayon de soleil dans la maison.

NARRATEUR :-Contrôler l'autisme en modifiant la flore intestinale suscite beaucoup d'espoir.
Des chercheurs pensent à remplacer médicalement l'écosystème interne par un autre plus sain.

-C'est l'occasion rêvée d'observer ce qui se passe dans ces situations de dysfonctionnement intestinaux et du développement.

NARRATEUR :-Le Dr MacFabe et sa collègue E. Allen-Vercoe ont lancé un projet inédit avec la communauté somalienne.
Ils proposent d'analyser les selles des enfants atteints.
Le Dr Allen-Vercoe espère que cela révèlera l'origine du problème dans leur profil bactérien.

ELLEN :-C'est un tel changement pour une population de passer de la Somalie au Canada.
Tout est différent.

Le pays, la culture et aussi les habitudes alimentaires.

Il faut déterminer ce qui, dans la nouvelle alimentation, fait réagir des bactéries intestinales

NARRATEUR:-On connaît l'adage : « On est ce qu'on mange. »
En Somalie, on consomme des aliments fermentés.
Une habitude abandonnée ici.

-C'était notre mode de vie.
Pas de maïs, pas de soja, aucun aliment génétiquement modifié.
Uniquement des choses très naturelles.
Pas de pesticides, pas d'hormones, rien.

-Il se peut qu'un microbe présent dans les aliments fermentés leur fasse défaut aujourd'hui.
Un microbe censé interagir avec d'autre microbes.
Avec une pièce manquante, le microbiote ne fonctionne peut-être plus correctement.

-Le Dr Allen-Vercoe veut savoir si l'écologie du système digestif pourrait être recomposée médicalement.

-Dr ALLEN-VERCOE :-Voici le robot-boyaux, notre système digestif artificiel.
C'est une reproduction de l'environnement intestinal.
Il permet de cultiver des micro-organismes qu'on ne sait pas cultiver en laboratoire.
Ici, ils se développent dans un environnement familier, en tant que maillon de l'écosystème.

NARRATEUR :-Le Dr Allen-Vercoe a une approche écologique.
Grâce au robot-boyaux, elle crée des communautés microbiennes, puis les manipule pour ses observations.

-Dr ALLEN-VERCOE :-Ccet écosystème est divers.
C'est l'un des plus riches de la planète.
Je fais volontiers la comparaison avec les forêts tropicales.
Si on supprime des espèces au cœur de la forêt, la terre devient aride et l'écosystème s'effondre.
Beaucoup de maladies, aujourd'hui, découlent de ce genre de phénomène.

NARRATEUR :-Cette vision du microbiote intestinal comme écosystème nourrit l'espoir qu'un jour des microbes défectueux pourront être remplacés.

-Dr ALLEN-VERCOE :-L'idée est de supprimer l'écosystème défaillant grâce à des antibiotiques ou autres purges et de le remplacer sur le champ par un écosystème sans défaut, qui repartira sur des bases saines.

Dr MIDVED :-C'est peut-être l'absence d'un microbe et non sa présence qui provoque l'autisme.
Difficile à savoir, mais il faut persévérer.

NARRATEUR :-A Bergen, en Norvège, l'élaboration de thérapie basée sur la théorie des bactérie intestinales devient une science que pratique la famille du Dr Midved.
Son neveu et sa femme ont deux fils.
Le plus jeune, Erik, est autiste.

Le Dr Midvedt est venu avec le Dr Bjorg, biochimiste.
Elle a quitté la finance pour se consacrer aux recherches sur le traitement biomédical de l'autisme.

Dr BJORG :-Je me suis investie dans la recherche pour trouver des réponses aux problèmes de mes trois enfants.
Après avoir vu 17 médecins qui se sont tous avoués impuissants.

NARRATEUR :-Ayant trouvé aux Etats-Unis des ressources précieuses qui ont aidé ses enfants, elle rapporte ce savoir en Nrvège.
Elle cofonde, à Oslo, la première clinique en Europe qui traite l'autisme en traitant le corps.
Une idée qui demeure relativement neuve.

Dr BJORG :-La position officielle en Norvège, c'est qu'il n'y a aucun traitement contre l'autisme.
L'idée est neuve pour la communauté médicale, mais pas pour les parents qui côtoient la maladie.

NARRATEUR :-Avant toute prise en charge, Hanne examine l'historique et les habitudes de l'enfant.

-Dr ALLEN-VERCOE :-Comme préalable, sur 7 jours, les parents vont nous dire ce que mange l'enfant, quel est son comportement à la maison et à l'école, commeny il dort...
A partir de là, nous entamons les examens médicaux.

NARRATEUR :-Avec l'aide d'expert, tel que le Dr Midvedt, Hanne effectue des tests sur le système digestif.
Elle intervient sur le régime alimentaire en contrôlant la flore intestinale.

-Dr ALLEN-VERCOE :-On commence par éliminer progressivement tous les produits contenant du lait.
Et ils sont nombreux.
Ensuite, on fait de même avec le gluten.

-On a rencontré Hanne est ses collègues à Oslo.
Et on a réalisé l'importance d'éliminer le gluten, le lait et le maïs.

-Maintenant, je fais le pain moi-même.
On a dû séparer la cuisine en deux.
Il y a la partie avec et la partie sans gluten.

NARRATEUR :-Les régimes sont efficaces en cas de dysfonctionnement digestif, mais on ne comprend pas pourquoi.
Un déséquilibre microbien compromet leur absorption et le cerveau en est affecté.
Hanne a aidé Erik à améliorer son interaction sociale et ses capacités d'apprentissage, mais ses parents rêvent de progrès plus importants.

-Il est primordial que les parents s'impliquent pour leur enfant aux côtés des professionnels.
Ce sont eux qui sont le plus à même de nous renseigner sur l'évoution de leur enfant.

-Des tests du régime sans gluten et sans caséine ont été menés.
Et au bout d'un an, ils ont pu se passer du groupe placebo.
La plupart des gens ne croient pas une seconde qu'on puisse guérir l'autisme.
Ils sont persuadés qu'on est autiste à vie, que c'est inéluctablement imprimé dans le cerveau.
J'en suis arrivée à la conclusion que rien ne prouvait une telle assertion.

ELLEN :-Je m'accroche à l'espoir que les chercheurs trouveront des traitements dont il pourra encore bénéficier.
Après tout, la plasticité du cerveau est étonnante.

-Peut-être un jour pourra-t-on dépister ces bactéries chez les enfants et réagir en les éliminant, en les contrôlant grâce à des bactéries saines ou en aidant le patient à métaboliser ces acides gras, comme on aide les diabétiques à métaboliser le sucre.
On est en présence d'un trouble neurologique non fixé.

-Quand vous avez un vrai souci au niveau du systme digestif, rien ne peut fonctionner.
Entendre sa voix, c'est ce que je souhaite le plus.
Il comprend tout ce qu'on lui dit, mais il ne peut pas s'exprimer.
Je rêve de l'entendre m'appeler ''maman'' un jour.

-Les perturbations de la flore intestinale à un stade critique du développement peuvent déclencher l'autisme.
Les travaux sur l'impact du microbiote intestinal sur le cerveau portent l'espoir que la maladie puisse être traitée.

-Jusque très récemment, on accordait que peu d'importance à la flore intestinale.
On la considérait comme une population inoffensive, opprtunément là pour consommer nos déchets.
On a découvert que très récemment qu'elle avait une action décisive sur la santé.
En réalité, nous sommes à l'aube de cette découverte.

FIN

Autism Enigma Productions Inc.
© 2011


 

 

 

Retour ACCUEIL      Retour SOMMAIRE             Retour ALIMENTATION - HYGIENISME    Retour TV SANTÉ            Retour TV_SAGESSES_BOUDDHISTES