Retour Accueil     Retour SOMMAIRE     Retour Textes concernant la fin d'une vie       Retour Textes choisis reliés à l'anthroposophie

BEAUX TEXTES

qui m'ont accompagnés... et qui m'accompagnent...

Voir aussi des Textes au lien : http://www.conscience33.fr/Facebook.html

Voir aussi des Citations au lien : http://www.conscience33.fr/Facebook_citations.html

 

Trois superbes diaporamas :

(à télécharger gratuitement, avec de préférence Microsoft Office PowerPoint), extraits du site la petite douceur.org

- À TRAVERS LE DEUIL, LA VIE...  

- RESTER DEBOUT MALGRÈ TOUT...

DIAPORAMA DE LIBÉRATION : Ho o ponopono 

---

DES PHRASES A MÉDITER POUR DEUX SEMAINES SUR LE SITE DE "GIROLLE"

Des beaux textes aussi sur fantastiquephoenix.free.fr

o O o

CLASSEMENT "ALÉATOIRE"  ou   CLASSEMENT "PAR THÈME"

 

"Même si vous vous trouvez dans les pires conditions psychiques et matérielles,
ne vous laissez pas affaiblir par la pensée que le mal, sous toutes ses formes,
peut si facilement vous atteindre. Si vous vous sentez toujours faible,
vulnérable, sans protection, alors là, oui, vous êtes réellement exposé. Mais
faites un travail intérieur afin de vous lier aux entités célestes, à la
lumière, menez une vie honnête, pure, et vous sentirez que quelque chose
d'essentiel en vous demeure malgré tout à l'abri.
Vous direz : « Mais je sens que certaines personnes ne cessent de projeter sur
moi de mauvaises pensées. » Eh bien, c'est sur elles que ces mauvaises pensées
finiront par retomber, car en agissant ainsi elles s'exposent à la loi du choc
en retour. Le mal ne peut pas pénétrer dans un être qui est occupé par le
Seigneur, occupé par les anges ; il est tout de suite rejeté et va retomber sur
la tête de celui qui l'a envoyé. Accrochez-vous à cette vérité, et déjà vous
vous sentirez à l'abri."

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

o O o

CLASSEMENT "ALÉATOIRE" :

 

 

L'art d'apprivoiser le buffle   1 - Chercher Esseulé en ces lieux sauvages perdu, le bouvier est en quête. Il cherche. Les eaux débordent – les montagnes sont loin, le sentier ...

 

Quelques_citations...   Le hasard, c'est Dieu qui se promène incognito." (Albert Einstein)  Connais-toi toi-même." (Socrate) 

DESIDERATA   Va paisiblement ton chemin à travers le bruit et la hâte et souviens toi que le silence est paix. Autant que faire se peut et sans courber la tête Sois ami avec...

Dis-lui_que_tu_l’aimes   Si tu veux donner toutes ses chances à ton enfant, Aime-le. Apprends-lui à prendre garde, apprends-lui ce qui est bon, ce qui est beau, A travers...

Je_ne_suis_ni_mes_pensées    Je ne suis ni mes pensées, ni mes émotions, ni mes perceptions sensorielles, ni mes expériences. Je ne suis pas le contenu de ma vie...

Tu_seras_un_homme...   Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir, Ou perdre en un seul coup le gain de cent...

Psycho   Le changement radical n'intervient qu'au moment où, éveillé au sens se ce qui est, on passe à passe de l'intérêt personnel à l'acte gratuit, au don de soi.... 

Citations sur l'amour   Ce qui se fait par amour se fait toujours par-delà le bien et le mal. (Friedrich Nietzsche 1844-1900) L'amour n'est pas ce qui anime le monde...

 

Grand-mère   Une grand-mère est une femme qui n'a pas d'enfants à elle. C'est pour ça qu'elle aime les enfants des autres. Les grands-mères n'ont rien à faire...

Etre_libre   Aimer, c'est risquer le rejet. Vivre, c'est risquer de mourir. Espérer, c'est risquer l'échec. Le plus grand des dangers, c'est de ne pas risquer, d'être enchaîné dans...

Légende_hindoue   Une vieille légende hindoue raconte qu’il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma...

Les_yeux_de_l'âme   Deux hommes, tous deux gravement malades, occupaient la même chambre d'hôpital. L'un d'eux devait s'asseoir dans son lit pendant une heure chaque...

Qui_prend_soin_de_votre_parachute ?   Charles Plumb était pilote de chasse dans la marine américaine au Vietnam. Après 75 missions de combats, son avion fut abattu par...

Aider_l'autre   Si je veux réussir A accompagner un être vers un but précis, Je dois le chercher là où il est Et commencer là, juste là. Celui qui ne sait faire cela, se trompe...

Chemin_de_vie   Un jour, un vieux professeur de l'École nationale d'administration ( ENA ) fut engagé pour donner une formation sur la Planification efficace de son temps...

Empreintes   Une nuit, un Homme eût un rêve. Il rêva qu'il était en train de marcher sur la plage avec le Maître. Des scènes de sa vie apparaissaient dans le ciel. A chaque...

 

Un_pauvre_fermier_écossais   C'était un pauvre fermier écossais... Un jour, alors qu'il allait gagner la vie de sa famille, il entendit un appel au secours provenant d'un...

Pour_toi_mon_amour (J. Prévert)   Je suis allé au marché aux oiseaux Et j'ai acheté des oiseaux Pour toi Mon amour Je suis allé au marché aux fleurs Et j'ai acheté des...

C'est cela la_mort   Je suis debout au bord de la plage. Un voilier passe dans la brise du matin et part vers l'océan. Il est la beauté, il est la vie. Je le regarde jusqu'à ce...

L'hymne_à_la_vie (Mère Teresa)   La vie est une chance, saisis-la. La vie est beauté, admire-la. La vie est béatitude, savoure-la. La vie est un rêve, fais-en une réalité...

Aimer_c'est_vouloir_le_bonheur_de_l'autre   L'amour n'est jamais contrainte. Il est joie, liberté, force. Et c est l'amour qui tue l'angoisse. Là où l'amour manque...

La_parabole_du_fils_prodigue   Les collecteurs d'impôts et les pécheurs s'approchaient tous de lui pour l'écouter. 2 Et les Pharisiens et les scribes murmuraient ; ils...

NOTRE_PEUR LA PLUS PROFONDE (Nelson Mandela)   Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur. Notre peur la plus profonde...

L'INVITATION   Peu m’importe comment tu gagnes ta vie. Je veux savoir quelle est cette chose que tu veux tellement fort que cela te fait mal, et si tu oses rêver...

 

Il meurt lentement...   Celui qui ne voyage pas, Celui qui ne lit pas, Celui qui n'écoute pas de musique, Celui qui ne sait pas trouver Grâce à ses yeux. Il meurt lentement...

LE_BILLET_DE_50_EUROS   Un conférencier bien connu commence son séminaire en tenant bien haut un billet de 50 Euros. Il demande aux gens : “Qui aimerait avoir...

La grande invocation   Du point de Lumière dans la Pensée de Dieu, Que la Lumière afflue dans la Pensée des Hommes, Que la Lumière descende sur la Terre...
Le_discours_sur_l'amour   Ceux qui veulent atteindre la paix doivent pratiquer régulièrement la droiture, l’humilité et être capables d’employer un langage...

Une_femme_devant_son_miroir   À 3 ans : Se regarde et voit une reine. À 8 ans : Se regarde et voit Cendrillon ou la belle au Bois Dormant À 15 ans : Se regarde...

L'argent_ne_se_mange_pas   Quand le dernier arbre sera abattu, La dernière rivière empoisonnée, Le dernier poisson pêché, Alors seulement nous comprendrons que...

Pensez-y_à_deux_fois   Une vielle légende indienne raconte qu'un brave trouva un jour un œuf d'aigle et le déposa dans le nid d'une « poule de prairie ». L'aiglon vit le jour...

Tout_ce_qui...   Tout ce qui, dans mon existence, a quelque valeur à mes yeux, c’est d’autrui que je le tiens, c’est par autrui que j’y parviens. Mes plus profondes joies...

 

Le_laboureur_et_le_trésor   Un laboureur entend un bruit bizarre sous le soc de sa charrue. Il va voir et déterre un coffre rempli de pièces d'or. Une fortune pour lui ! Il...
Les_Trois_Portes_de_la_Sagesse   Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l'envoya...

Histoire_chimique_d'une_tarte_aux_cerises_dun_supermarché   I Histoire de la pâte La farine : Les grains de blé ont été enrobés d'un fongicide avant semis. Pendant...

Méditation_de_guérison   Il n'y a en mon corps ni bien ni mal, pas plus en qualité qu'en quantité. Il n'est ni malade ni sain, ni grand ni petit, ni vivant ni mort...

MÉDITATION_/_AFFIRMATIONS_(Archange_Mikaël)   JE SUIS... (votre nom) JE SUIS UN avec le battement cardiaque de l'Univers JE SUIS UN avec le...

Symptômes_de_la_paix_intérieure   Une tendance à agir spontanément plutôt que par des peurs basées sur des expériences précédentes. Une perte d'intérêt...

La_séduction_selon_Osho   Il y a deux voies qui conduisent à la révélation, l'une est la méditation, on cherche l'absolu sans l'autre. La seconde voie est l'amour...

L'envie_d'aimer_(Final)   C'est tellement simple L'amour Tellement possible L'amour A qui l'entend Regarde autour A qui le veut vraiment C'est tellement rien D'y croire...

 

Un_Sourire   Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup, Il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne, Il ne dure qu'un instant, mais son souvenir...

Une_histoire_d'imperfection...   Un porteur d'eau indien avait deux grandes jarres, suspendues aux 2 extrémités d'une pièce de bois qui épousait la forme de ses épaules...

Méditation_mondiale_de_guérison   Au commencement, Dieu créa le ciel et la Terre. Et Dieu dit : « Que la Lumière soit », et la Lumière fut. Le temps est venu pour...

Faites_quelque_chose...   Je vous en supplie Faites quelque chose Apprenez un pas Une danse Quelque chose qui vous justifie Qui vous donne le droit D’être habillés de...

Histoire_du_bûcheron  Un bûcheron menait une vie très misérable en vendant chaque jour du bois à brûler qu'il emportait d'une forêt voisine. Un jour, comme il rapportait...

La_vie_La_vie...   Un jour, l'âne d'un fermier tomba dans un puits. L'animal gémit pitoyablement pendant des heures... et le fermier se demandait que faire...

ÊTRE_JEUNE   La jeunesse n'est pas une période de la vie, elle est un état d'esprit, un effet de la volonté, une qualité de l'imagination, une intensité émotive, une victoire...

 

Le_bonheur...    Le bonheur ne se trouve pas avec beaucoup d’effort et de volonté mais réside là, tout près, dans la détente et l’abandon... Ne t’inquiète pas, il n y a rien à...

Les_deux_natures_de_l'être_humain   La nature supérieure et la nature inférieure ne se manifestent jamais aussi clairement en l'homme qu'au moment où il subit une ...

L'amour...   L'amour te donne la substance, l'amour te donne l'intégrité, l'amour te centre. Mais ce n'est que la moitié du chemin : l'autre moitié doit être complété par la...

Quest-ce qu'une_vérité ?    Il y a très longtemps en Chine un terrible Saurien semait la terreur dans une rivière à toutes tentatives de passage. Il posait parfois une question...

Dieu_fait_tout_pour_le_mieux_(Swâmi_Râmdâs)   Un roi, son ministre et sa suite s'enfoncèrent un jour dans la jungle pour chasser. Or, le ministre était renommé pour sa...

 

PAROLES D'ANGES

PAROLES DE DANSE

DIAPORAMAS

 

LE TEST DES TROIS PASSOIRES (Socrate) Socrate avait, dans la Grèce antique, une haute opinion de la sagesse. Quelqu'un vient un jour trouver le grand philosophe et lui dit...

LA VALEUR DU TEMPS (Anonyme) Pour apprendre la valeur d'une année, demande à l'étudiant qui a raté un examen. Pour apprendre la valeur d'un mois, demande à la mère...   

 

 

 

 

 

L'art d'apprivoiser le buffle   1 - Chercher Esseulé en ces lieux sauvages perdu, le bouvier est en quête. Il cherche. Les eaux débordent – les montagnes sont loin, le sentier ...

Les_Trois_Portes_de_la_Sagesse   Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l'envoya...

Dieu_fait_tout_pour_le_mieux_(Swâmi_Râmdâs)   Un roi, son ministre et sa suite s'enfoncèrent un jour dans la jungle pour chasser. Or, le ministre était renommé pour sa...

Quelques_citations...   Le hasard, c'est Dieu qui se promène incognito." (Albert Einstein)  Connais-toi toi-même." (Socrate) 

Les_deux_natures_de_l'être_humain   La nature supérieure et la nature inférieure ne se manifestent jamais aussi clairement en l'homme qu'au moment où il subit une ...

DESIDERATA   Va paisiblement ton chemin à travers le bruit et la hâte et souviens toi que le silence est paix. Autant que faire se peut et sans courber la tête Sois ami avec...

Je_ne_suis_ni_mes_pensées    Je ne suis ni mes pensées, ni mes émotions, ni mes perceptions sensorielles, ni mes expériences. Je ne suis pas le contenu de ma vie...

Quest-ce qu'une_vérité ?    Il y a très longtemps en Chine un terrible Saurien semait la terreur dans une rivière à toutes tentatives de passage. Il posait parfois une question...

Une_histoire_d'imperfection...   Un porteur d'eau indien avait deux grandes jarres, suspendues aux 2 extrémités d'une pièce de bois qui épousait la forme de ses épaules...

Psycho   Le changement radical n'intervient qu'au moment où, éveillé au sens se ce qui est, on passe à passe de l'intérêt personnel à l'acte gratuit, au don de soi.... 

Etre_libre   Aimer, c'est risquer le rejet. Vivre, c'est risquer de mourir. Espérer, c'est risquer l'échec. Le plus grand des dangers, c'est de ne pas risquer, d'être enchaîné dans...

Faites_quelque_chose...   Je vous en supplie Faites quelque chose Apprenez un pas Une danse Quelque chose qui vous justifie Qui vous donne le droit D’être habillés de...

Histoire_du_bûcheron  Un bûcheron menait une vie très misérable en vendant chaque jour du bois à brûler qu'il emportait d'une forêt voisine. Un jour, comme il rapportait...

La_vie_La_vie...   Un jour, l'âne d'un fermier tomba dans un puits. L'animal gémit pitoyablement pendant des heures... et le fermier se demandait que faire...

Légende_hindoue   Une vieille légende hindoue raconte qu’il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma...

Chemin_de_vie   Un jour, un vieux professeur de l'École nationale d'administration ( ENA ) fut engagé pour donner une formation sur la Planification efficace de son temps...

L'hymne_à_la_vie (Mère Teresa)   La vie est une chance, saisis-la. La vie est beauté, admire-la. La vie est béatitude, savoure-la. La vie est un rêve, fais-en une réalité...

Symptômes_de_la_paix_intérieure   Une tendance à agir spontanément plutôt que par des peurs basées sur des expériences précédentes. Une perte d'intérêt...

NOTRE_PEUR LA PLUS PROFONDE (Nelson Mandela)   Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur. Notre peur la plus profonde...

LE_BILLET_DE_50_EUROS   Un conférencier bien connu commence son séminaire en tenant bien haut un billet de 50 Euros. Il demande aux gens : “Qui aimerait avoir...

L'argent_ne_se_mange_pas   Quand le dernier arbre sera abattu, La dernière rivière empoisonnée, Le dernier poisson pêché, Alors seulement nous comprendrons que...

Tout_ce_qui...   Tout ce qui, dans mon existence, a quelque valeur à mes yeux, c’est d’autrui que je le tiens, c’est par autrui que j’y parviens. Mes plus profondes joies...

Le_laboureur_et_le_trésor   Un laboureur entend un bruit bizarre sous le soc de sa charrue. Il va voir et déterre un coffre rempli de pièces d'or. Une fortune pour lui ! Il...

LE TEST DES TROIS PASSOIRES (Socrate) Socrate avait, dans la Grèce antique, une haute opinion de la sagesse. Quelqu'un vient un jour trouver le grand philosophe et lui dit...

 

L'INVITATION   Peu m’importe comment tu gagnes ta vie. Je veux savoir quelle est cette chose que tu veux tellement fort que cela te fait mal, et si tu oses rêver...

Il meurt lentement...   Celui qui ne voyage pas, Celui qui ne lit pas, Celui qui n'écoute pas de musique, Celui qui ne sait pas trouver Grâce à ses yeux. Il meurt lentement...

Pensez-y_à_deux_fois   Une vielle légende indienne raconte qu'un brave trouva un jour un œuf d'aigle et le déposa dans le nid d'une « poule de prairie ». L'aiglon vit le jour...

Le_bonheur...    Le bonheur ne se trouve pas avec beaucoup d’effort et de volonté mais réside là, tout près, dans la détente et l’abandon... Ne t’inquiète pas, il n y a rien à...

 

 

Empreintes   Une nuit, un Homme eût un rêve. Il rêva qu'il était en train de marcher sur la plage avec le Maître. Des scènes de sa vie apparaissaient dans le ciel. A chaque...

Qui_prend_soin_de_votre_parachute ?   Charles Plumb était pilote de chasse dans la marine américaine au Vietnam. Après 75 missions de combats, son avion fut abattu par...

Aider_l'autre   Si je veux réussir A accompagner un être vers un but précis, Je dois le chercher là où il est Et commencer là, juste là. Celui qui ne sait faire cela, se trompe...

Les_yeux_de_l'âme   Deux hommes, tous deux gravement malades, occupaient la même chambre d'hôpital. L'un d'eux devait s'asseoir dans son lit pendant une heure chaque...

Empreintes   Une nuit, un Homme eût un rêve. Il rêva qu'il était en train de marcher sur la plage avec le Maître. Des scènes de sa vie apparaissaient dans le ciel. A chaque...

Un_Sourire   Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup, Il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne, Il ne dure qu'un instant, mais son souvenir...

LA VALEUR DU TEMPS (Anonyme) Pour apprendre la valeur d'une année, demande à l'étudiant qui a raté un examen. Pour apprendre la valeur d'un mois, demande à la mère... 

 

 

Citations sur l'amour   Ce qui se fait par amour se fait toujours par-delà le bien et le mal. (Friedrich Nietzsche 1844-1900) L'amour n'est pas ce qui anime le monde...

Pour_toi_mon_amour (J. Prévert)   Je suis allé au marché aux oiseaux Et j'ai acheté des oiseaux Pour toi Mon amour Je suis allé au marché aux fleurs Et j'ai acheté des...

Aimer_c'est_vouloir_le_bonheur_de_l'autre   L'amour n'est jamais contrainte. Il est joie, liberté, force. Et c est l'amour qui tue l'angoisse. Là où l'amour manque...

Le_discours_sur_l'amour   Ceux qui veulent atteindre la paix doivent pratiquer régulièrement la droiture, l’humilité et être capables d’employer un langage...

La_séduction_selon_Osho   Il y a deux voies qui conduisent à la révélation, l'une est la méditation, on cherche l'absolu sans l'autre. La seconde voie est l'amour...

L'envie_d'aimer_(Final)   C'est tellement simple L'amour Tellement possible L'amour A qui l'entend Regarde autour A qui le veut vraiment C'est tellement rien D'y croire...

L'amour...   L'amour te donne la substance, l'amour te donne l'intégrité, l'amour te centre. Mais ce n'est que la moitié du chemin : l'autre moitié doit être complété par la...

 

 

 

Grand-mère   Une grand-mère est une femme qui n'a pas d'enfants à elle. C'est pour ça qu'elle aime les enfants des autres. Les grands-mères n'ont rien à faire...

Une_femme_devant_son_miroir   À 3 ans : Se regarde et voit une reine. À 8 ans : Se regarde et voit Cendrillon ou la belle au Bois Dormant À 15 ans : Se regarde...

 

 

Dis-lui_que_tu_l’aimes   Si tu veux donner toutes ses chances à ton enfant, Aime-le. Apprends-lui à prendre garde, apprends-lui ce qui est bon, ce qui est beau, A travers...

Tu_seras_un_homme...   Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir, Ou perdre en un seul coup le gain de cent...

La_parabole_du_fils_prodigue   Les collecteurs d'impôts et les pécheurs s'approchaient tous de lui pour l'écouter. 2 Et les Pharisiens et les scribes murmuraient ; ils...

ÊTRE_JEUNE   La jeunesse n'est pas une période de la vie, elle est un état d'esprit, un effet de la volonté, une qualité de l'imagination, une intensité émotive, une victoire...

 

 

C'est cela la_mort   Je suis debout au bord de la plage. Un voilier passe dans la brise du matin et part vers l'océan. Il est la beauté, il est la vie. Je le regarde jusqu'à ce...

 

 

Histoire_chimique_d'une_tarte_aux_cerises_dun_supermarché   I Histoire de la pâte La farine : Les grains de blé ont été enrobés d'un fongicide avant semis. Pendant...


La grande invocation   Du point de Lumière dans la Pensée de Dieu, Que la Lumière afflue dans la Pensée des Hommes, Que la Lumière descende sur la Terre...

Méditation_de_guérison   Il n'y a en mon corps ni bien ni mal, pas plus en qualité qu'en quantité. Il n'est ni malade ni sain, ni grand ni petit, ni vivant ni mort...

MÉDITATION_/_AFFIRMATIONS_(Archange_Mikaël)   JE SUIS... (votre nom) JE SUIS UN avec le battement cardiaque de l'Univers JE SUIS UN avec le...

Méditation_mondiale_de_guérison   Au commencement, Dieu créa le ciel et la Terre. Et Dieu dit : « Que la Lumière soit », et la Lumière fut. Le temps est venu pour...

 

PAROLES D'ANGES

PAROLES DE DANSE

DIAPORAMAS

 

 

o  O  o

 

Deux superbes diaporamas (à télécharger gratuitement, avec de préférence Visionneuse Microsoft Office PowerPoint), extraits du site la petite douceur.org : 

- À TRAVERS LE DEUIL, LA VIE...  

- RESTER DEBOUT MALGRÈ TOUT... 

 

Un superbe texte zen à méditer : "l'art d'apprivoiser le buffle" -
LES ETAPES DE L'EVEIL SELON LE ZEN, traduit et commenté par Jean-Yves Leloup
(en téléchargement, extrait du site de "Terre du Ciel" : http://www.terre-du-ciel.org/upload/File/Articlesdintervenants/10%20tableaux.pdf)

 


Quelques citations...

"Le hasard, c'est Dieu qui se promène incognito."
(Albert Einstein)

"Le hasard est le synonyme de Dieu quand il ne veut pas signer.
" (Voltaire)

"Connais-toi toi-même." (Socrate)

 

 

 DESIDERATA

Va paisiblement ton chemin à travers le bruit et la hâte
et souviens toi que le silence est paix.
Autant que faire se peut et sans courber la tête
Sois ami avec tes semblables.

Exprime ta vérité calmement et clairement
Écoute les autres, même les plus ennuyeux ou les plus ignorants
Eux aussi ont quelque chose à dire.


Fuis l'homme à la voix haute et autoritaire
Il pèche contre l'esprit

Ne te compare pas aux autres par crainte de devenir vain ou amer
car toujours, tu trouveras meilleur ou pire que toi.
Apprécie tes réalisations aussi bien que tes plans

Aime ton travail aussi humble soit-il
car c'est un bien réel dans un monde incertain.


Sois sage en affaires, car le monde est trompeur

Mais ne sois pas aveugle à ce qu’est la vertu

Beaucoup d’êtres poursuivent un idéal
 et l'héroïsme n'est pas chose si rare.

Sois toi-même et, surtout, ne feins pas l'amitié
N'aborde pas non plus l'amour avec cynisme

car malgré les vicissitudes et les désenchantements
Il est aussi vivace que l'herbe que tu foules.

Inclines-toi devant l'inévitable passage des ans,

abandonnant de bonne grâce ce qui appartient à la jeunesse.
 Nourris la force de l’esprit, qu’elle te protège dans les revers soudains.

Ne te laisse pas accabler par les craintes chimériques,

Qu'engendrent parfois fatigue et solitude.
En deçà d’une sage discipline, sois bon avec toi-même.
Tu est fils de l'univers, tout comme les arbres et les étoiles.


Tu y as ta place, mais quoique tu en penses  
L'univers obéis à ses lois

Sois donc en paix avec Dieu, quel qu'il puisse être pour toi
Et, quelles que soient ta tâche et tes aspirations
dans le bruit et dans la confusion, garde ton âme en paix
Malgré les vilenies, les instants de grisaille, les désillusions,
Ce monde est magnifique.
Sois prudent. Efforce-toi d'être heureux !

 

Max Ehrmann (1872-1945)

 

 

 

 

Dis lui que tu laimes

Si tu veux donner toutes ses chances à ton enfant,

Aime-le.

Apprends-lui à prendre garde, apprends-lui ce qui est bon, ce qui est beau,

A travers cela, dis-lui que tu l’aimes.

Laisse-le découvrir ses limites,

Et sois là pour veiller au grain,

S’s’il se fait mal en les rencontrant.

Accueille ses larmes et ses souffrances,

Dis lui que c’est ainsi qu’il deviendra grand.

Embrasse-le et dis-lui que tu l’aimes.

Surtout dis-lui que de l’effort naît le bonheur,

Et quand il te montrera ses cahiers et ses notes,

Montre-lui que tu l’aimes,

Ne l’enferme pas dans les moyennes,

Ne le classe pas comme sur un champ de courses.

Exige de lui des efforts, ne lui donne pas tout.

Apprends-lui le prix des choses,

Et surtout, s’il se met à crier et hurler,

Dis-lui que tu l’aimes.

Lorsque, le soir, tu devineras qu’il a mal,

Pose-toi dans le fauteuil et laisse tomber le journal.

Laisse-le poser sa tête sur tes genoux,

Caresse-lui les cheveux,

Ecoute-le.

Et, dans le silence,

Dis-lui que tu l’aimes.

Quand il t’épuisera de questions,

Te bousculera d’interrogations,

Eteins la radio et la télévision,

Ferme ton agenda et pose ton crayon.

Demain, quand il découvrira le monde,

Il se méfiera de l’éphémère,

Il saura ce qui est bon,

Et s’il trébuche un jour,

Dis-lui que tu l’aimes.

Alors, tu verras,

Lui aussi vous dira :

« Maman, Papa, je vous aime. »

 

D’après Alain RAOULT, « Il sagit de nos enfants », Editions Licône de Marie.

 

 

 Je ne suis ni mes pensées,
ni mes émotions, ni mes perceptions sensorielles, ni mes expériences.
Je ne suis pas le contenu de ma vie.
Je suis l'espace dans lequel tout se produit. Je suis la conscience.
Je suis le Présent.
Je suis.

(Eckhart Tolle)

 

Tu seras un homme...

Si
tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir,
Si tu peux être amant sans être fou d’amour ;
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre
Et , te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d’un mot ;
Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les Rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frères,
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur
Rêver, sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser, sans n’être qu’un penseur ;
Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu peux être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer triomphe après défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront ;
Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,

Tu seras un Homme, mon fils.z

(Rudyard KIPLING)

 

 

 

Psycho 
Le changement radical n'intervient qu'au moment où, éveillé au sens se ce qui est, on passe à passe de l'intérêt personnel à l'acte gratuit, au don de soi.
(Yvan Amar)

Vous avez des problèmes psychologiques avec quelqu'un ? Réfléchissez : c'est avec vous-mêmes que vous aves un problème...
(S. Aïssel)


Le secret de la vie n'est pas d'avoir tout ce que l'on désire, mais de vouloir ce que l'on a.
(John Gray)


Deux formules : "Je veux ce qui est" et " Je veux ce que je fais". Seul le présent est réel.
Ce que je crains me domine. Ce que j'affronte, je le domine.
(Père Henri Jomin)


Il n'est jamais trop tard pour être ce que vous auriez pu être. (George Eliot)

 Juger, c’est de toute façon ne pas comprendre, car si l’on comprenait, on ne pourrait pas juger. (André Malraux)

Le travail est l'amour rendu visible. (extrait du livre "LE PROPHETE" par Khalil Gibran)

Les quatre accords Toltèques :
1 - "Que votre parole soit impeccable"
2 - "Quoi qu'il arrive, n'en faites pas une affaire personnelle"
3 - "Ne faites pas de suppositions"
4 - "Faites toujours de votre mieux"

(Don Miguel Ruiz)


 Il faut que nous sachions tous que la force unique qui nous permet d'accomplir des miracles dans la vie
ne se trouve pas dans les connaissances philosophiques, mais dans la simplicité de l'existence
et dans la manifestation de l'amour, de la foi, et de l'espérance.
(Omraam Mikhaël Aïvanhov)

Toute identité requiert l'existence d'un autre : de quelqu'un d'autre dans une relation grâce à laquelle s'actualise l'identité de soi. (S. Freud)

Ce que je dis n'est pas important ; l'espace entre les mots est important. Ne prêtez pas trop d'attention à ce que je dis. Les mots sont comme les deux rives d'un fleuve – les rives ne sont pas le fleuve. Ne vous attachez pas trop aux rives – elles ne calmeront pas votre soif. Oubliez-les ; regardez simplement au milieu. L'espace, le silence entre les mots, c'est le fleuve. C'est ce que j'essaie de vous transmettre.
("Osho, Never Born, Never Died, Only Visited this Planet Earth between Dec 11 1931 - Jan 19 1990")

Travailler moins, gagner moins, consommer moins, c'est ça l'avenir de l'homme ! (Wolinski)

Hier est l'histoire,
Demain est le mystère,
Aujourd'hui est le cadeau,
C'est pour cela qu'on l'appelle le présent.

 

 

 

  Citations sur l'amour 

 

 

Ce qui se fait par amour se fait toujours par-delà le bien et le mal. (Friedrich Nietzsche 1844-1900)

 

L'amour n'est pas ce qui anime le monde, mais qui rend le voyage digne d'être vécu. (Franklin Jones)

 

L'amour n'est pas seulement un miracle d'une rencontre. Il est chaque jour ce que l'on veut qu'il soit. (Martin Gray)

 

La rencontre de deux personnalités, c'est comme le contact de deux substances chimiques : s'il n'y a pas de réaction, les deux sont transformées. (C.G. Jung)

 

le plus bel amour est celui qui s'inscrit sur le chemin de la réalisation de soi.

 

 

 

  Grand-mère 

 

 

Une grand-mère est une femme qui n'a pas d'enfants à elle. C'est pour ça qu'elle aime les enfants des autres.
Les grands-mères n'ont rien à faire. Elles n'ont qu'à être là.
Quand elles nous amènent en promenade, elles marchent lentement, à coté des belles feuilles et des chenilles.
Elles ne disent jamais "Avance plus vite, dépêche toi".
En général, elles sont grosses, mais pas trop pour pouvoir attacher nos souliers.
Elles savent qu'on a toujours besoin d'un deuxième morceau de gâteau, ou du plus gros.
Une vraie grand-mère ne tape jamais un enfant, elle se met en colère en riant.
Les grand-mères portent des lunettes et, parfois, elles peuvent même enlever leurs dents.
Elles savent être sourdes, quand il le faut, pour ne pas nous gêner quand nous sommes maladroits.
Quand elles nous lisent des histoires, elles ne sautent jamais un bout et elles n'ont rien contre si on réclame la même histoire plusieurs fois.
Les grands-mères sont les seules adultes qui ont toujours du temps.
Elles savent faire le geste qui fait du bien quand on a mal.
Les grands-mères ne sont pas aussi fragiles qu'elles le disent, même si elles meurent plus souvent que nous.
Tout le monde devrait essayer d'avoir une grand-mère, surtout ceux qui n'ont pas la télé.
Une grand-mère, ça sert aussi à rester enfant quand on est grand.

(Un enfant de Genève)

 

 

  Etre libre 

 

 

Aimer, c'est risquer le rejet. Vivre, c'est risquer de mourir. Espérer, c'est risquer l'échec.

Le plus grand des dangers, c'est de ne pas risquer, d'être enchaîné dans ses certitudes comme un esclave.

Seul est vraiment libre, celui qui ose risquer. (Help for the Helpers)

 

A déguster en méditant la phrase du sage indien Swami Prajnanpad : "Être libre, c'est se libérer de papa maman, rien d'autre."

 

 

 

 

  Légende hindoue 

 

 

Légende hindoue

Une vieille légende hindoue raconte qu’il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette.

Lorsque les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci : "Enterrons la divinité de l’homme dans la terre." Mais Brahma répondit : "Non, cela ne suffit pas, car l’homme creusera et la trouvera."

Alors les dieux répliquèrent : "Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans."

Mais Brahma répondit à nouveau : "Non, car tôt ou tard, l’homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu’un jour, il la trouvera et la remontera à la surface."

Alors les dieux mineurs conclurent : "Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour."

Alors Brahma dit : "Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher."

Depuis ce temps-là, conclut la légende, l’homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

 

 

  Les yeux de l'âme 

 

 

 

 Les Yeux de l'Ame

Deux hommes, tous deux gravement malades, occupaient la même chambre d'hôpital.
L'un d'eux devait s'asseoir dans son lit pendant une heure chaque après-midi afin d'évacuer les sécrétions de ses poumons, son lit était à coté de la seule fenêtre de la chambre. L'autre devait passer ses journées couché sur le dos.

Les deux compagnons d'infortune se parlaient pendant des heures. Ils parlaient de leurs épouses et familles décrivaient leur maison, leur travail, leur participation dans le service militaire et les endroits ou ils avaient été en vacances.

Et chaque après-midi quand l'homme dans le lit près de la fenêtre pouvait s'asseoir passait le temps à décrire à son compagnon de chambre tout ce qu'il voyait dehors.

L'homme dans l'autre lit commença à vivre pour ces périodes d'une heure ou son monde était élargi et égayé par toutes les activités et les couleurs du monde extérieur.

De la chambre la vue donnait sur un parc avec un beau lac les canards et les cygnes jouaient sur l'eau tandis que les enfants faisaient voguer leurs bateaux modèles réduits.

Les amoureux marchaient, bras dessus bras dessous, parmi des fleurs aux couleurs de l'arc-en-ciel de grands arbres décoraient le paysage et on pouvait apercevoir au loin la ville se dessiner.
Pendant que l'homme près de la fenêtre décrivait tous ces détails, l'homme de l'autre côté de la chambre fermait les yeux et imaginait la scène pittoresque.

Lors d'un bel après-midi, l'homme près de la fenêtre décrivit une parade qui passait par-là. Bien que l'autre homme n'ait pu entendre l'orchestre il pouvait le voir avec les yeux de son imagination tellement son compagnon le dépeignait de façon vivante.

Les jours et les semaines passèrent...

Un matin à l'heure du bain l'infirmière trouva le corps sans vie de l'homme près de la fenêtre mort paisiblement dans son sommeil.
Attristée elle appela les préposés pour qu'ils viennent prendre le corps.

Dès qu'il sentit que le temps était approprié, l'autre homme demanda s'il pouvait être déplacé à coté de la fenêtre.

L'infirmière heureuse de lui accorder cette petite faveur s'assura de son confort puis elle le laissa seul.

Lentement péniblement le malade se souleva un peu, en s'appuyant sur un coude pour jeter son premier coup d'œil dehors. Enfin il aurait la joie de voir par lui-même ce que son ami lui avait décrit. Il s'étira pour se tourner lentement vers la fenêtre près du lit.

Or tout ce qu'il vit fut… un mur !

L'homme demanda à l'infirmière pourquoi son compagnon de chambre décédé lui avait dépeint une toute autre réalité.

L'infirmière répondit que l'homme était aveugle et ne pouvait même pas voir le mur.
Peut-être a-t-il seulement voulu vous encourager, commenta-t-elle.


 

 

   Qui prend soin de votre parachute ? 

 

 

Qui prend soin de votre parachute ?

Charles Plumb était pilote de chasse dans la marine américaine au Vietnam. Après 75 missions de combats, son avion fut abattu par un missile. Plumb s'éjecta de son appareil et atterrit avec son parachute dans une zone contrôlée par l'ennemi. Il fut capturé par les communistes vietnamiens et passa 6 ans en prison. Il survécut à l'épreuve et donne aujourd'hui des conférences sur les leçons à tirer de son expérience.

Un jour, Plumb et sa femme était assis dans un restaurant, lorsqu'un client du restaurant lui dit:

" Vous êtes Plumb! Vous étiez pilote de chasse au Vietman sur le porte-avion Kitty Hawk. Votre avion a été abattu!"

"Comment donc le saviez-vous?" demande Plumb.
"Je me suis occupé de votre parachute", répondit l'homme.

Plumb eut le souffle coupé par la surprise et exprima toute sa gratitude.
L'homme fit un geste de la main et dit: " N'est-ce pas que ça a marché?"
Et Plumb lui assura: " Et comment. Si votre parachute n'avait pas fonctionné, je ne serais pas de ce monde aujourd'hui".

Plumb n'arrivait pas à dormir cette nuit là, car il pensait sans cesse à cet homme. Il se demandait à quoi il ressemblait dans un uniforme de marine: un béret blanc, une bavette dans le dos et un pantalon à pattes d'éléphant. Combien de fois il avait pu le voir sans même lui dire "Bonjour, comment ça va?" ou quelque chose de ce genre. Car voyez-vous, Plumb était pilote de chasse alors que cet homme n'était qu'un marin.

Plumb pensa à toutes ces heures que le marin avait passées, au cœur du navire, à plier soigneusement des parachutes sur une longue table de bois, ayant à chaque instant entre les mains le destin d'une personne qu'il ne connaissait pas.

Aujourd'hui, lors de ces conférences, Plumb demande à son auditoire: " Qui prend soin de votre parachute?". Nous avons tous quelqu'un pour nous apporter ce dont nous avons besoin pour passer la journée.

Parfois, en raison de la vitesse de la vie quotidienne, nous oublions ce qu'il y a de vraiment important. Nous oublions de dire " Bonjour ", "S'il vous plaît" ou " Merci ", ou de féliciter une personne qui vient de connaître un grand événement. Nous oublions, aussi, de faire un compliment ou simplement une gentillesse uniquement pour le plaisir de le faire.

Au cours de cette semaine, ce mois-ci ou cette année, retrouvez les gens " qui prennent soin de votre parachute ".

 

 

  Aider l'autre... 

 

 

Aider l’autre…

 

Si je veux réussir

A accompagner un être vers un but précis,

Je dois le chercher là où il est

Et commencer là, juste là.

Celui qui ne sait faire cela, se trompe lui-même

Quand il pense pouvoir aider les autres.

Pour aider un être,

Je dois certes comprendre plus que lui,

Mais d'abord comprendre ce qu'il comprend.

Si je n'y parviens pas,

Il ne sert à rien

Que je sois capable et plus savant que lui.

Si je désire montrer ce que je sais,

Je cherche à être admiré de l'autre,

Plutôt que l'aider.

Tout soutien commence avec humilité,

Devant celui que je veux accompagner .

Je dois comprendre qu'aider,

N'est pas vouloir maîtriser,

Mais vouloir servir.

 

Sören Kierkegaard (1813-1855)

 

 

  Chemin de vie   

 

Chemin de vie

Un jour, un vieux professeur de l'École nationale d'administration ( ENA ) fut engagé pour donner une formation sur la Planification efficace de son temps à un groupe d'une quinzaine de dirigeants de très grosses compagnies nord-américaines. Ce cours constituait l'un des cinq ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof n'avait donc qu'une heure pour "passer sa matière". Debout, devant ce groupe d'élite (qui était prêt à noter tout ce que l'expert allait enseigner), le vieux prof les regarda un par un, lentement, puis leur dit : "Nous allons réaliser une expérience". De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof sortit un immense pot qu'il posa délicatement en face de lui.

Ensuite, il sortit environ une douzaine de gros cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça doucement, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu'au bord et qu'il fut impossible d'y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda :

" Est-ce que ce pot est plein ? " .
Tous répondirent : " Oui " .
Il attendit quelques secondes et ajouta :
" Vraiment ? " .

Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier s'infiltrèrent entre les cailloux ... jusqu'au fond du pot. Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et redemanda :

" Est-ce que ce pot est plein ? ".

Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège.
L'un d'eux répondit : " Probablement pas ! ".
" Bien ! " répondit le vieux prof.

Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table une chaudière de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier... Encore une fois, il demanda :
" Est-ce que ce pot est plein ? ".

Cette fois, sans hésiter et en cœur, les brillants élèves répondirent : "Non !"
"Bien !" répondit le vieux prof.

Et comme s'y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d'eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu'à ras bord. Le vieux prof brancha les yeux vers son groupe et demanda :
"Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ?"
Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours répondit :
"Cela démontre que même lorsque l'on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous et plus de choses à faire".
"Non !" répondit le vieux prof. "Ce n'est pas cela"
"La grande VÉRITÉ que nous démontre cette expérience est la suivante :
"Si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous ensuite".

Il y eut un profond silence, chacun prenant véritablement conscience de l'évidence de ces propos...
Le vieux prof leur dit alors : "Quels sont les GROS CAILLOUX dans votre vie ?"
" Votre santé? Votre famille ? Vos ami(e)es ? Réaliser vos rêves ? "
"Faire ce que vous aimez ? Apprendre ? Défendre une cause ? Relaxer ? Prendre le temps ?"
"Ou.....tout autre chose ?"

Ce qu'il faut retenir, c'est l'importance de mettre ses GROS CAILLOUX en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir... sa vie. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable) on remplira sa vie de peccadilles et on n'aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments IMPORTANTS de sa vie.

Alors n'oubliez pas de vous poser à vous-mêmes la question :
"QUELS SONT LES GROS CAILLOUX DANS MA VIE ?"

Ensuite, mettez-les en premier dans votre POT ( vie )"

D'un geste amical de la main, le vieux prof salua son auditoire et lentement quitta la salle.

 

 

  Empreintes  

 

Empreintes

Une nuit, un Homme eût un rêve.

 

Il rêva qu'il était en train de marcher sur la plage avec le Maître.

 

Des scènes de sa vie apparaissaient dans le ciel.

A chaque scène, il remarqua deux paires d'empreintes de pas sur le sable :

l'une était la sienne, l'autre était au Maître.

 

Quand la dernière scène de sa vie apparut, il se retourna vers les empreintes sur le sable.

Il constata que durant le cheminement de sa vie, il y avait souvent une seule paire d'empreintes.

Il remarqua aussi,

que cela arrivait aux moments les plus durs, les plus tristes, dans sa vie.

 

"Maître, vous m'aviez dit que lorsque j'avais décidé de vous suivre, vous marcheriez tout le temps à mes côtés,

mais j'ai remarqué que lors des périodes les plus troubles de ma vie, il n'y a qu'une seule trace de pas.

Je ne comprends pas, pourquoi vous m'avez laissé lorsque j'avais le plus besoin de vous ?"

 

Le Maître répondit : "Mon fils, mon enfant précieux, je vous aime et je ne vous laisserais jamais.

Pendant vos épreuves et vos souffrances, si vous voyez une seule empreinte de pas, c'était que je vous portais."

 

(Auteur Inconnu)

 

 

 

  Un pauvre fermier écossais  

 

Un pauvre fermier écossais

C'était un pauvre fermier écossais...

Un jour, alors qu'il allait gagner la vie de sa famille, il entendit un appel au secours provenant d'un  marécage proche. Il laissa tomber ses outils, y courut et y trouva un jeune garçon enfoncé jusqu'à la taille dans le marécage, apeuré, criant et cherchant à se libérer. Le fermier sauva le jeune homme de ce qui aurait pu être une mort lente et cruelle.

 

Le lendemain, un attelage élégant se présenta à la ferme. Un noble, élégamment vêtu, en sorti et se présenta comme étant le père du garçon que le fermier avait aidé. "Je veux vous récompenser", dit le noble. "Vous avez sauvé la vie de mon fils".
"Non, je ne peux accepter de paiement pour ce que j'ai fait",  répondit le fermier écossais. A ce moment, le fils du fermier vint à la porte de la cabane. "C'est votre fils" demanda le noble. "

 

"Oui", répondit fièrement le fermier. Je vous propose un marché.   Permettez-moi d'offrir à votre fils la même éducation qu'à mon fils. Si le fils ressemble au père, je suis sûr qu'il sera un homme duquel tous deux seront fiers". Et le fermier accepta. Le fils du fermier Fleming suivit les cours des meilleures écoles et au final, fut diplômé de l'Ecole de Médecine de l'Hôpital Sainte Marie de Londres.

 

Il continua jusqu'à être connu du monde entier. Le fameux Dr Alexander Fleming avait en effet découvert la pénicilline. Des années plus tard, le fils du même noble qui avait été sauvé du marécage avait une pneumonie...

 

- Qui lui sauva la vie cette fois ?... La pénicilline.

- Comment s'appelait le noble ?... Sir Randolph Churchill.
- Comment s'appelait son fils ?...  Sir Winston Churchill.

(Auteur inconnu)

 

   Pour toi mon amou

 

Pour toi mon amour

Je suis allé au marché aux oiseaux
Et j'ai acheté des oiseaux
Pour toi
Mon amour


Je suis allé au marché aux fleurs
Et j'ai acheté des fleurs
Pour toi
Mon amour


Je suis allé au marché à la ferraille
Et j'ai acheté des chaînes
De lourdes chaînes
Pour toi
Mon amour


Et je suis allé au marché aux esclaves
Et je t'ai cherchée
Mais je ne t'ai pas trouvée
Mon amour

 

Jacques Prevert

 

 

  C'est cela la mort  

 

        Comme un voilier part dans la lumière du matin

 

Je suis debout au bord de la plage.
Un voilier passe dans la brise du matin et part vers l'océan.
Il est la beauté, il est la vie.
Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'horizon.

Quelqu'un à mon côté dit :
"Il est parti !"
Parti ? Vers où ?
Parti de mon regard, c'est tout...

Son mât est toujours aussi haut,
sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine.
Sa disparition totale de ma vue est en moi,
pas en lui.

Et juste au moment où quelqu'un près de moi dit : "Il est parti !",
il en est d'autres qui, le voyant poindre à l'horizon et venir vers eux,
s'exclament avec joie :
"Le voilà !"...

C'est cela la mort.

(Attribué à William Blake)

 

 

  L'hymne à la vie  

 

L'hymne à la vie

La vie est une chance, saisis-la.
La vie est beauté, admire-la.
La vie est béatitude, savoure-la.
La vie est un rêve, fais-en une réalité.
La vie est un défi, fais-lui face.
La vie est un devoir, accomplis-le.
La vie est un jeu, joue-le.
La vie est précieuse, prends en soin.
La vie est une richesse, conserve-la.
La vie est amour, jouis-en.
La vie est un mystère, perce-le.
La vie est promesse, remplis-la.
La vie est tristesse, surmonte-la.
La vie est un hymne, chante-le.
La vie est un combat, accepte-le.
La vie est une tragédie, prends-la à bras-le-corps.
La vie est une aventure, ose-la.
La vie est bonheur, mérite-le.
La vie est la vie, défends-la.


(Mère Teresa)

 

 

  Aimer c'est vouloir le bonheur de l'autre  

 

AIMER, c’est vouloir le bonheur de l’autre

L'amour n'est jamais contrainte. Il est joie, liberté, force.
Et c est l'amour qui tue l'angoisse.
Là où l'amour manque ,naissent la peur et l'ennui.

L'amour est emportement.  L'amour est enthousiasme.  L'amour est risque.
N'aiment et ne sont pas aimés ceux qui veulent épargner, économiser leurs sentiments.
L'amour est générosité, l’amour est prodigalité, l'amour est échange.
Qui donne beaucoup, reçoit beaucoup en fin de compte.

Car nous possédons ce que nous donnons.  Aimer ce n'est pas mutiler l'autre, le dominer, mais c’est l'accompagner dans sa course, l'aider. 
Savoir accepter l'autre tel qu'il est. Etre joyeux du bonheur de l’autre.
L'aimer dans sa totalité : pour ce qu'il est, laideur et beauté, défauts et qualités.

Voilà les conditions de l'amour, de l'entente. 
Car l'amour est vertu d'indulgence, de pardon et de respect de l'autre.

(Martin Gray)


 

 

  La parabole du fils "prodigue"  

 

La parabole du fils "prodigue"
 

Lc 15,1 Les collecteurs d'impôts et les pécheurs s'approchaient tous de lui pour l'écouter. 2 Et les Pharisiens et les scribes murmuraient ; ils disaient: « Cet homme-là fait bon accueil aux pécheurs et mange avec eux » ! 3 Alors il leur dit cette parabole:

4 « Lequel d'entre vous, s'il a cent brebis et qu'il en perde une, ne laisse pas les quatre-vingt dix-neuf autres dans le désert pour aller à la recherche de celle qui est perdue jusqu'à ce qu'il l'ait retrouvée? 5 Et quand il l'a retrouvée, il la charge tout joyeux sur ses épaules, 6 et, de retour à la maison, il réunit ses amis et ses voisins, et leur dit: "Réjouissez-vous avec moi, car je l'ai retrouvée, ma brebis qui était perdue" ! 7 Je vous le déclare, c'est ainsi qu'il y aura de la joie dans le ciel, pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de conversion.

8 « Ou encore, quelle femme, si elle a dix pièces d'argent et qu'elle en perde une, n'allume pas une lampe, ne balaie la maison et ne cherche avec soin jusqu'à ce qu'elle l'ait retrouvée? 9 Et quand elle l'a retrouvée, elle réunit ses amies et ses voisines, et leur dit : "Réjouissez-vous avec moi, car je l'ai retrouvée, la pièce que j'avais perdue"! 10 C'est ainsi, je vous le déclare, qu'il y a de la joie chez les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit ».

11 Il dit encore : « Un homme avait deux fils. 12 Le plus jeune dit à son père : "Père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir". Et le père leur partagea son avoir. 13 Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout réalisé, partit pour un pays lointain et il y dilapida son bien dans une vie de désordre. 14 Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans l'indigence. 15 Il alla se mettre au service d'un des citoyens de ce pays qui l'envoya dans ses champs garder les porcs. 16 Il aurait bien voulu se remplir le ventre des gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui en donnait. 17 Rentrant alors en lui-même, il se dit : "Combien d'ouvriers de mon père ont du pain de reste, tandis que moi, ici, je meurs de faim" ! 18 Je vais aller vers mon père et je lui dirai : "Père, j'ai péché envers le ciel et contre toi. 19 Je ne mérite plus d'être appelé ton fils. Traite-moi comme un de tes ouvriers". 20 Il alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l'aperçut et fut pris de pitié : il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. 21 Le fils lui dit : "Père, j'ai péché envers le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d'être appelé ton fils" 22 Mais le père dit à ses serviteurs : "Vite, apportez la plus belle robe, et habillez-le; mettez-lui un anneau au doigt, des sandales aux pieds. 23 Amenez le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, 24 car mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé". Et ils se mirent à festoyer.

25 Son fils aîné était aux champs. Quand, à son retour, il approcha de la maison, il entendit de la musique et des danses. 26 Appelant un des serviteurs, il lui demanda ce que c'était. 27 Celui-ci lui dit : "C'est ton frère qui est arrivé, et ton père a tué le veau gras parce qu'il l'a vu revenir en bonne santé". 28 Alors il se mit en colère et il ne voulait pas entrer. Son père sortit pour l'en prier; 29 mais il répliqua à son père : "Voilà tant d'années que je te sers sans avoir jamais désobéi à tes ordres ; et, à moi, tu n'as jamais donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. 30 Mais quand ton fils que voici est arrivé, lui qui a mangé ton avoir avec des filles, tu as tué le veau gras pour lui" ! 31 Alors le père lui dit : "Mon enfant, toi, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. 32 Mais il fallait festoyer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et il est vivant, il était perdu et il est retrouvé"».

 

Texte présenté sur le site "bible-service.net", aussi Choix de textes dans le Premier Testament et Choix de textes dans le Nouveau Testament.

 

 

 

 Notre peur la plus profonde...   

 

Notre peur la plus profonde...

 

Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur,

Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au delà de toute limite,

C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nous nous posons la question : “ Qui suis-je, moi, pour être brillant, talentueux et merveilleux ? ”

En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ?

Vous êtes un enfant de Dieu. Vous restreindre et vivre petit ne rends pas service au monde,

L’illumination n’est pas de vous rétrécir pour éviter d’insécuriser les autres,

Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous,

Elle ne se trouve pas seulement chez quelques élus : elle est en chacun de nous, et au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même.

En nous libérant de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres...

 

(Extrait du discours prononcé par Nelson Mandela lors de son intronisation à la présidence de la République de l’Afrique du Sud, 1994)

 

 

 

  L'INVITATION  

 

 

L’INVITATION

Peu m’importe comment tu gagnes ta vie. Je veux savoir quelle est cette chose que tu veux tellement fort que cela te fait mal, et si tu oses rêver de réaliser le désir de ton Cœur.

Peu m’importe quel âge tu as. Je veux savoir si tu es prêt à risquer de paraître ridicule pour l’Amour, pour tes rêves, pour l’aventure d’être en Vie.

Peu m’importe quels planètes sont en conjoncture avec ta lune. Je veux savoir si tu as touché le centre de la tristesse, si tu t’es ouvert aux trahisons de la vie ou si tu t’es ratatiné ou refermé de peur d’une douleur de plus ! Je veux savoir si tu peux t’asseoir avec la douleur, la mienne ou la tienne, et ne plus bouger pour la cacher ou pour l’estomper ou la figer. Je veux savoir si tu peux être avec la Joie, la mienne ou la tienne, si tu peux danser sauvagement, et laisser l’extase te remplir jusqu’au bout des doigts et des orteils, sans crier qu’il faut faire attention, être réaliste ou se rappeler les limitations de l’être humain.

Peu m’importe que l’histoire que tu me racontes soit vraie ou fausse. Je veux savoir si tu es capable de décevoir un autre pour être vrai avec toi-même, si tu peux supporter d’être accusé de trahison et ne pas trahir ton âme à toi. Je veux savoir si tu sais être fidèle et donc digne de confiance ! Je veux savoir si tu peux voir la beauté quand elle n’est pas belle tous les jours, et si tu nourris ta vie à la Source de sa Présence. Je veux savoir si tu peux vivre avec l’échec, le tien ou le mien, et te tenir néanmoins au bord du lac et crier vers l’argent de la pleine lune : « OUI ! ».

Peu m’importe de savoir où tu habites ni combien tu as d’argent. Je veux savoir si tu peux te lever après une nuit de douleur et de désespoir, épuisé et meurtri et faire ce qu’il faut pour les enfants.

Peu m’importe qui tu connais et par quel chemin tu es venu ici. Je veux savoir si tu te tiendras au centre du feu avec moi, et si tu ne reculeras pas.

Peu m’importe ce que tu as étudié, ni où, ni avec qui. Je veux savoir ce que c’est qui te soutient de l’intérieur quand tout le reste s’est évanoui. Je veux savoir si tu peux être seul avec toi-même et si tu aimes réellement la compagnie que tu fréquentes dans les moments vides.

(par Oriah Mountain Dreamer, Ancien Indien)

 

 

   Il meurt lentement...

 

Il meurt lentement...   

Celui qui ne voyage pas,
Celui qui ne lit pas,
Celui qui n'écoute pas de musique,
Celui qui ne sait pas trouver
Grâce à ses yeux.

Il meurt lentement

Celui qui devient esclave de l'habitude,
Refaisant tous les jours les mêmes chemins,
Celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
De ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu.

Il meurt lentement

Celui qui évite la passion
Et son tourbillon d'émotions
Celles qui donnent la lumière dans les yeux
Et réparent les cœurs blessés.

Il meurt lentement

Celui qui ne change pas de cap
Lorsqu'il est malheureux
Au travail ou en amour
Celui qui ne prend pas de risques
Pour réaliser ses rêves,
Celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
N'a fui les conseils sensés.

Vis maintenant

Risque-toi aujourd'hui
Agis de suite
Ne te laisse pas mourir lentement
Ne te prive pas d'être heureux.

(Pablo Neruda)

 

 

   LE BILLET DE 50 EUROS  

 

LE BILLET DE 50 EUROS 

 

Un conférencier bien connu commence son séminaire en tenant bien haut un billet de 50 Euros.


Il demande aux gens : “Qui aimerait avoir ce billet ?”

Les mains commencent à se lever. Alors il dit :

“Je vais donner ce billet de 50 euros à l'un d'entre vous, mais avant laissez-moi donc faire quelque chose avec.”

Il chiffonne alors ce billet avec force et il demande : “Est-ce que vous le voulez toujours ?”

Les mains continuent à se lever.

“Bon d'accord, mais que se passera-t-il si je fais cela?”

Il jette le billet par terre et saute à pieds joints dessus, l'écrasant autant que possible et le recouvrant des poussières du plancher.

Ensuite il demande :” Qui veut encore avoir ce billet?”

Evidemment, les mains continuent à se lever !


“Mes amis, vous venez d'apprendre une leçon… Peu importe ce que je fais avec ce billet, vous le voulez toujours parce que sa valeur n'a pas changé, il vaut toujours 50 Euros.”


"Alors pensez à vous, à votre vie. Plusieurs fois dans votre vie vous serez froissés, rejetés, souillés par les gens ou les évènements.

Vous aurez l'impression que vous ne valez plus rien mais, en réalité, votre valeur n'aura pas changé aux yeux des gens qui vous aiment !”

 La valeur d'une personne ne tient pas à ce qu'elle fait ou ne fait pas.
Vous pourrez toujours recommencer et atteindre vos objectifs, car votre valeur intrinsèque demeure toujours intacte.
"

(Auteur inconnu).

 

 

 

 La grande invocation   

 

LA GRANDE INVOCATION

Du point de Lumière dans la Pensée de Dieu,
Que la Lumière afflue dans la Pensée des Hommes,
Que la Lumière descende sur la Terre.

Du point d'Amour dans le Cœur de Dieu,
Que l'Amour afflue dans le Cœur des Hommes,
Puisse le Christ revenir sur Terre.

Du Centre où la Volonté de Dieu est connue,
Que le Dessein guide le faible vouloir des Hommes,
Le Dessein que les Maîtres connaissent et servent.

Du Centre que nous appelons la Race des Hommes,
Que le Plan d'Amour et de Lumière s'épanouisse
Et puisse-t-il sceller la Porte de la demeure du Mal.

Que Lumière, Amour et Pouvoir restaurent le Plan sur la Terre.

 

(Transmise par le "Maître Tibétain" (Dwal Khoul) à l'humanité par l'intermédiaire d'Alice A. Bailey)

Il existe une version de "La Grande Invocation" que l'on peut télécharger ici.

 

 

 

  Les béatitudes du rire  

 

Les béatitudes du rire 

Bienheureux ceux qui sont attentifs à l'appel des autres, sans toutefois se croire indispensables... Ils seront semeurs de joie.

Bienheureux ceux qui rient d'eux-mêmes, ils n'ont pas fini de s'amuser.

Bienheureux ceux qui sourient de la bêtise humaine en sachant qu'elle ne les épargne pas.

Bienheureux ceux qui ne rient pas de la méchanceté, ni de la vulgarité, ils les encourageraient. (Riez "avec" et non "de").

Bienheureux ceux qui rient des farces qu'on leur fait, ils auront la joie d'en faire aux autres.

Bienheureux ceux qui sont assez intelligents pour ne pas se prendre au sérieux.

Bienheureux ceux qui rient de leurs maladresses, ils s'approchent de la simplicité.

BIENHEUREUX LE FOU-RIRE. IL EST CONTAGIEUX.

BIENHEUREUX LE RIRE, IL  EST GRATUIT, OFFREZ-LE!

Bienheureux ceux qui rient de voir rire les autres, leur cœur est ouvert à la joie.

Bienheureux ceux qui rient sans trop savoir pourquoi. Dieu le sait.

Bienheureux ceux qui disent qu'il n'y a pas de quoi rire, ils font sourire.

Bienheureux les gens qui rient souvent, ce sont vraiment des gens sérieux.

(Auteur inconnu)

 

 

 

   Une femme devant son miroir 

 

Une femme devant son miroir...


À 3 ans : Se regarde et voit une reine.

À 8 ans : Se regarde et voit Cendrillon ou la belle au Bois Dormant

À 15 ans : Se regarde et voit Cendrillon, la belle au Bois Dormant, une cheerleader, une actrice de cinéma.

 

Ou si elle est dans ses «SPM» (Syndrome Pré-Menstruel), se voit grosse, laide, pleine de boutons et « Maman, je ne peux pas aller à l'école comme ça ! »

À 20 ans : Se regarde et se voit trop grosse/trop mince, trop petite/trop grande, les cheveux trop raides/trop frisés mais décide qu'elle ira quand même !

À 30 ans : Se regarde et se voit trop grosse/trop mince, trop petite/trop grande, les cheveux trop raides/trop frisés mais décide qu'elle n'a pas le temps de les arranger et y va quand même !

À 40 ans : Se regarde et se voit trop grosse/trop mince, trop petite/trop grande, les cheveux trop raides/trop frisés mais se dit qu'au moins elle est propre et y va quand même !

À 50 ans : Se regarde et se dit: « C'est moi », sourit et va où bon lui semble !

À 60 ans : Se regarde, se rappelle que bien des gens ne peuvent même plus se voir dans le miroir, sourit, sort et va conquérir le monde !

À 70 ans: Se regarde et voit l'expérience, l'habileté, sourit et sort profiter de la vie!

À 80 ans : Ne se regarde même plus dans le miroir, met son petit chapeau violet et sort juste pour le plaisir de voir le monde !

NOUS DEVRIONS TOUTES PRENDRE NOTRE PETIT CHAPEAU VIOLET UN PEU PLUS SOUVENT !.

Chacune de nous a besoin de se faire dire qu'elle est formidable!

La beauté d'une femme n'est pas dans ses vêtements, ni le joli minois qu'elle affiche ou la façon dont elle se coiffe.

La beauté d'une femme doit être vue dans ses yeux parce qu'ils sont les portes de son cœur, là où l'amour réside.

La beauté d'une femme n'est pas dans un grain de beauté bien placé sur le haut d'une lèvre.

La vraie beauté d'une femme est réfléchie par son âme.

 

L'amour qu'elle donne, la passion qu'elle démontre, les années qui passent l'embellissent.

TU ES UNE BELLE FEMME !

 

(Auteur inconnu)

 

 

 

 

  Le discours sur l'amour  

 

Le discours sur l'amour
Un texte bouddhique sur l'amour


Ceux qui veulent atteindre la paix doivent pratiquer régulièrement la droiture, l’humilité et être capables d’employer un langage compatissant et bienveillant.

Ils savent vivre simplement et heureux.

Ils sont en paix, calmes, ont peu de désirs  et ne se laissent pas entraîner par les émotions de la majorité.

Qu’ils ne fassent rien qui soit désapprouvé par les sages.

Et voici ce qu’ils contemplent en permanence :



Que tous les êtres soient heureux et en sûreté, et que leurs cœurs soient remplis de bonté et de liberté.

Que tous les êtres vivants soient en sécurité et en paix, les êtres frêles ou forts, grands ou petits déjà nés ou encore à naître.

Que personne ne tue ni ne fasse de mal à autrui.

Que personne ne prenne à la légère la vie des autres et que nul, par colère ou malveillance, ne souhaite de mal à autrui.

De même qu’une mère aime et protège son unique enfant au risque de sa propre vie, cultivons l’Amour Bienveillant et offrons-le à tous les êtres vivants.

Laissons notre amour infini se répandre dans le monde entier, au-dessus, en dessous, et dans chaque direction.

Notre amour n’aura aucun obstacle, notre cœur sera complètement libéré de toute haine et animosité.

Debout ou assis, allongés ou en marchant, tant que nous sommes éveillés, nous devons maintenir en nous-mêmes la pleine conscience de la compassion.

Ceci est la plus noble façon de vivre.

Débarrassés de toute perception fausse, éliminant progressivement l’avidité et les désirs, vivant une vie saine et réalisant la compréhension parfaite, les pratiquants transcenderont certainement la Naissance et la Mort.


(Metta Sutta, Suttanipata)

 

 

 

  L'argent ne se mange pas   

 

L'argent ne se mange pas

Quand le dernier arbre sera abattu,


La dernière rivière empoisonnée,


Le dernier poisson pêché,


Alors seulement nous comprendrons que


l’argent ne se MANGE  pas.

(Proverbe amérindien)

 

 

 

   Pensez-y à deux fois 

 

Pensez-y à deux fois

 

Une vielle légende indienne raconte qu'un brave trouva un jour un
œuf d'aigle et le déposa dans le nid d'une « poule de prairie ».
L'aiglon vit le jour au milieu d'une portée de poussins de prairie
et grandit avec eux.

Toute sa vie l'aigle fit ce qu'une poule de prairie fait
normalement. Il chercha dans la terre des insectes et de la
nourriture. Il caqueta de la même façon qu'une poule de prairie.
Et lorsqu'il volait, c'était dans un nuage de plumes et sur
quelques mètres à peine.

Après tout, c'est ainsi que les poules de prairie sont censées
voler.

Les années passèrent. Et l'aigle devint très vieux. Un jour,
il vit un oiseau magnifique planer dans un ciel sans nuage.
S'élevant avec grâce, il profitait des courants ascendants,
faisant à peine bouger ses magnifiques ailes dorées.

"Quel oiseau splendide !" dit notre aigle à ses voisins.
"Qu'est-ce que c'est ?"

"C'est un Aigle, le roi des oiseaux," caqueta sa voisine.
"Mais il ne sert à rien d'y penser à deux fois. Tu ne sera jamais
un aigle."

Ainsi l'aigle n'y pensa jamais à deux fois.

Il mourut en pensant qu'il était une poule de prairie.

Vous est-il arrivé de penser, que vous étiez une poule
de prairie ?

Pensez-y à deux fois...

 

 

 

 

   Tout ce qui... 

 

Tout ce qui...

 

Tout ce qui, dans mon existence, a quelque valeur à mes yeux,

c’est d’autrui que je le tiens, c’est par autrui que j’y parviens.

 

Mes plus profondes joies, mes plus indispensables ressaisissements, mes ressources propres, ma « personnalité »,

c’est aux autres que je les dois, à la rencontre des autres, à l’amour des autres,

à cette souffrance des autres qui me force à sortir de moi, à ces mots qu’un autre a prononcés, juste au moment où j’en avais besoin,

à ce geste d’un autre qui m’a soudainement livré un aspect de moi-même, à ce sourire,

à cet amical silence qui, de façon inattendue, me rendent le courage de poursuivre et le goût d'une certaine poursuite…

 

(Francis Jeanson, philosophe)

 

 

 

  Le laboureur et le trésor  

 

Le laboureur et le trésor


Un laboureur entend un bruit bizarre sous le soc de sa charrue.

Il va voir et déterre un coffre rempli de pièces d'or.
 
Une fortune pour lui ! Il l'enterre au fond de son jardin. Qu'en faire ?
Il imagine quantité d'achats possible et décide finalement...  de ne rien décider.
Ce coffre de pièce d'or, ce trésor sera sa sécurité en cas de coup dur.
 
Et cette sécurité change son caractère :
de tendu, le voilà relaxé, de grincheux il devient aimable, d'intolérant il devient tolérant...
 
Il vit une belle vie, heureuse, sachant que quoiqu'il lui arrive de matériel, il pourra faire face.
 
Sa dernière heure arrive, avant d'expirer, il réunit autour de lui ses enfants et leur livre son secret. Puis il meurt.
 
Le lendemain, ils creusent à l'endroit indiqué, et trouvent le coffre, mais... il est VIDE !
 
Le laboureur s'était fait voler son or des dizaines d'années auparavant !
 
Ce qui est intéressant dans cette histoire, c'est de voir que ce n'est pas le fait d'être riche qui lui donnait de la sécurité et du bonheur, mais l'IDEE qu'il en avait.
 
Non pas le fait lui-même mais son interprétation.

Lorsque vous avez une idée qui vous fait du mal, pensez à cette histoire.
Est-ce vraiment le fait lui-même qui vous fait mal, ou les pensées que vous lui accordez ?

 

 

 

 Les Trois Portes de la Sagesse   

 

Les Trois Portes de la sagesse

Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l'envoya auprès d'un Vieux Sage.

- Eclaire-moi sur le Sentier de la Vie, demanda le Prince.

- Mes paroles s'évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable, répondit le Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d'entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t'en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t'en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton coeur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi.

Le Vieux Sage disparut et le Prince s'engagea sur le Chemin de la Vie. Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire :

"CHANGE LE MONDE"

"C'était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d'autres ne me conviennent pas." Et il entama son premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler la réalité selon son désir. Il y trouva le plaisir et l'ivresse du conquérant, mais pas l'apaisement du coeur. Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup d'autres lui résistèrent. Bien des années passèrent.

Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande :

- Qu'as-tu appris sur le chemin ?

- J'ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m'échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n'en dépend pas.

- C'est bien, dit le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise.

Et il disparut. Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire:

"CHANGE LES AUTRES"

"C'était bien là mon intention, pensa-t-il. Les autres sont source de plaisir, de joie et de satisfaction mais aussi de douleur, d'amertume et de frustration." Et il s'insurgea contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez ses semblables. Il chercha à infléchir leur caractère et à extirper leurs défauts. Ce fut là son deuxième combat. Bien des années passèrent.

Un jour, alors qu'il méditait sur l'utilité de ses tentatives de changer les autres, il croisa le Vieux Sage qui lui demanda :

- Qu'as-tu appris sur le chemin ?

- J'ai appris, répondit le Prince, que les autres ne sont pas la cause ou la source de mes joies et de mes peines, de mes satisfactions et de mes déboires. Ils n'en sont que le révélateur ou l'occasion. C'est en moi que prennent racine toutes ces choses.

- Tu as raison, dit le Sage. Par ce qu'ils réveillent en toi, les autres te révèlent à toi-même. Soit reconnaissant envers ceux qui font vibrer en toi joie et plaisir. Mais sois-le aussi envers ceux qui font naître en toi souffrance ou frustration, car à travers eux la Vie t'enseigne ce qui te reste à apprendre et le chemin que tu dois encore parcourir.

Et le Vieil Homme disparut. Peu après, le Prince arriva devant une porte où figuraient ces mots :

"CHANGE-TOI TOI-MEME"

"Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c'est bien ce qui me reste à faire," se dit-il. Et il entama son 3ème combat. Il chercha à infléchir son caractère, à combattre ses imperfections, à supprimer ses défauts, à changer tout ce qui ne lui plaisait pas en lui, tout ce qui ne correspondait pas à son idéal. Après bien des années de ce combat où il connut quelque succès mais aussi des échecs et des résistances, le Prince rencontra le Sage qui lui demanda :

- Qu'as-tu appris sur le chemin ?

- J'ai appris, répondit le Prince, qu'il y a en nous des choses qu'on peut améliorer, d'autres qui nous résistent et qu'on n'arrive pas à briser.

- C'est bien, dit le Sage.

- Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à être las de ma battre contre tout, contre tous, contre moi-même. Cela ne finira-t-il jamais ? Quand trouverai-je le repos ? J'ai envie de cesser le combat, de renoncer, de tout abandonner, de lâcher prise.

- C'est justement ton prochain apprentissage, dit le Vieux Sage. Mais avant d'aller plus loin, retourne-toi et contemple le chemin parcouru.

Et il disparut.

Regardant en arrière, le Prince vit dans le lointain la 3ème porte et s'aperçut qu'elle portait sur sa face arrière une inscription qui disait :

"ACCEPTE-TOI TOI-MEME."

Le Prince s'étonna de ne point avoir vu cette inscription lorsqu'il avait franchi la porte la première fois, dans l'autre sens. "Quand on combat on devient aveugle, se dit-il." Il vit aussi, gisant sur le sol, éparpillé autour de lui, tout ce qu'il avait rejeté et combattu en lui : ses défauts, ses ombres, ses peurs, ses limites, tous ses vieux démons. Il apprit alors à les reconnaître, à les accepter, à les aimer. Il apprit à s'aimer lui-même sans plus se comparer, se juger, se blâmer. Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda :

- Qu'as-tu appris sur le chemin ?

- J'ai appris, répondit le Prince, que détester ou refuser une partie de moi, c'est me condamner à ne jamais être en accord avec moi-même. J'ai appris à m'accepter moi-même, totalement, inconditionnellement.

- C'est bien, dit le Vieil Homme, c'est la première Sagesse. Maintenant tu peux repasser la 3ème porte.

A peine arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut au loin la face arrière de la seconde porte et y lut:

"ACCEPTE LES AUTRES"

Tout autour de lui il reconnut les personnes qu'il avait côtoyées dans sa vie ; celles qu'il avait aimées comme celles qu'il avait détestées. Celles qu'il avait soutenues et celles qu'il avait combattues. Mais à sa grande surprise, il était maintenant incapable de voir leurs imperfections, leurs défauts, ce qui autrefois l'avait tellement gêné et contre quoi il s'était battu.

Il rencontra à nouveau le Vieux Sage :

- "Qu'as-tu appris sur le chemin ? demanda ce dernier.

- J'ai appris, répondit le Prince, qu'en étant en accord avec moi-même, je n'avais plus rien à reprocher aux autres, plus rien à craindre d'eux. J'ai appris à accepter et à aimer les autres totalement, inconditionnellement.

- C'est bien, dit le Vieux Sage. C'est la seconde Sagesse. Tu peux franchir à nouveau la deuxième porte.

Arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut la face arrière de la première porte et y lut :

"ACCEPTE LE MONDE"

"Curieux, se dit-il, que je n'aie pas vu cette inscription la première fois." Il regarda autour de lui et reconnut ce monde qu'il avait cherché à conquérir, à transformer, à changer. Il fut frappé par l'éclat et la beauté de toute chose. Par leur perfection. C'était pourtant le même monde qu'autrefois. Etait-ce le monde qui avait changé ou son regard ? Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda :

"- Qu'as-tu appris sur le chemin ?

- J'ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme. Que mon âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde. Quand elle est enjouée, le monde lui semble gai. Quand elle est accablée, le monde lui semble triste. Le monde, lui, n'est ni triste ni gai. Il est là ; il existe ; c'est tout. Ce n'était pas le monde qui me troublait, mais l'idée que je m'en faisais. J'ai appris à accepter sans le juger, totalement, inconditionnellement.

- C'est la 3ème Sagesse, dit le Vieil Homme. Te voilà à présent en accord avec toi-même, avec les autres et avec le Monde."

Un profond sentiment de paix, de sérénité, de plénitude envahit le Prince. Le Silence l'habita.

- Tu es prêt, maintenant, à franchir le dernier Seuil, dit le Vieux Sage, celui du passage du silence de la plénitude à la Plénitude du Silence.

Et le Vieil Homme disparut.

(Texte de Charles Brulhart)

 

 

 

  Histoire chimique d'une tarte aux cerises d'un supermarché

 

Histoire chimique d'une tarte aux cerises d'un supermarché.


I Histoire de la pâte

La farine :

Les grains de blé ont été enrobés d'un fongicide avant semis. Pendant sa culture, le blé a reçu de deux à six traitements de pesticides selon les années, un traitement aux hormones pour raccourcir les tiges afin d'éviter la verse et une dose importante d'engrais : 240 kg d'azote, 100 kg de phosphore et 100 kg de potassium à l'hectare. Dans le silo, après récolte, les grains sont fumigés au tetrachlorure de carbone et au bisulfide de carbone puis arrosés au chlopyriphosmethyl. Pour la mouture, la farine reçoit du chlorure de nitrosyl puis de l'acide ascorbique, de la farine de fève, du gluten et de l'amylase.

La poudre levante :

Elle est traitée au silicate de calcium et l'amidon est blanchi au permanganate de potassium.

Les corps gras :

Ils reçoivent un antioxydant comme l'hydroxytoluêne de butyl et un émulsifiant type lécithine.



II Histoire de la crème

Les œufs :

Ils proviennent d'un élevage industriel où les poules sont nourries aux granulés contenant des antioxydants (E300 à E311), des arômes, des émulsifiants comme l'alginate de calcium, des conservateurs comme l'acide formique, des colorants comme la capsanthéine, des agents liants comme le lignosulfate et enfin des appétants pour qu'elles puissent avaler tout ça comme le glutamate de sodium. Elles reçoivent en plus des antibiotiques et en particulier des anticoccidiens. Les œufs avant séchage reçoivent des émulsifiants, des agents actifs de surface comme l'acide cholique et une enzyme pour retirer le sucre du blanc.

Le lait :

Il provient d'un élevage industriel où les vaches reçoivent une alimentation riche en produits chimiques : des antibiotiques comme le flavophospholipol (F712) ou le monensin-sodium (F714), des antioxydants comme l'ascorbate de sodium (F301), l'alpha-tocophérol de synthèse (F307), le buthyl-hydrox-toluène (F321) ou l'ethoxyquine (E324), des émulsifiants comme l'alginate de propylène-glycol (F405) ou le polyéthylène glycol (F496), des conservateurs comme l'acide acétique, l'acide tartrique (E334), l'acide propionique (F280) et ses dérivés (F281 à E284), des composés azotés chimiques comme l'urée (F801) ou le diurédo-isobutane (F803), des agents liants comme le stéarate de sodium, des colorants comme F131 ou F142 et enfin des appétants pour que les vaches puissent manger tout cela comme le glutamate de sodium.

Les huiles :

Elles ont été extraites par des solvants comme l'acétone puis raffinées par action de l'acide sulfurique, puis lavage à chaud, neutralisées à la lessive de soude, décolorées au bioxyde de chlore ou au bichromate de potassium et désodorisées à 160 0C avec du chlorure de zinc. Enfin, elles ont été recolorées à la curcumine.

La crème :

Une fois obtenue, elle reçoit des arômes et des stabilisants comme l'acide alginique (E400).



III Histoire des cerises

Les cerisiers ont reçu pendant la saison entre dix et quarante traitements de pesticides selon les années.

Les cerises sont décolorées à l'anhydride sulfureux et recolorées de façon uniforme à l'acide carminique ou à l'érythrosine. Elles sont plongées dans une saumure contenant du sulfate d'aluminium et à la sortie elles reçoivent un conservateur comme le sorbate de potassium (E202).

Elles sont enfin enduites d'un sucre qui provient de betteraves qui, comme les blés, ont reçu leur dose d'engrais et de pesticides. Le sucre extrait par défécation à la chaux et à l'anhydride sulfureux puis décoloré au sulfoxylate de sodium, puis raffiné au norite et à l'alcool isopropylique. Il est enfin azuré au bleu anthraquinonique.

Il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter bon appétit !


(Texte de Claude Bourguignon, ingénieur INAPG (Institut National Agronomique Paris-Grignon), extrait de son livre "Le sol, la terre et les champs".)

 

 

 

  Méditation de guérison  

 

Méditation de guérison


Il n'y a en mon corps ni bien ni mal, pas plus en qualité qu'en quantité.

Il n'est ni malade ni sain, ni grand ni petit, ni vivant ni mort.

Mon corps est le temple de Dieu, ce Dieu - substance s'exprimant par la forme, incarnant et comprenant en qualité et en quantité tout ce dont est constitué Dieu, l'Âme, le "Je Suis".

Mon corps n'est ni jeune ni vieux.

Il est aussi ancien que Dieu et aussi neuf que chaque jour nouveau.

Mon corps n'est soumis à aucune loi matérielle ou mentale; il ne dépend que de la grâce divine, car "à Toi appartiennent le règne, la puissance et la gloire".

Dieu est La lumière de mon corps : il n'y a en celui-ci ni obscurité matérielle, ni ignorance mentale, car Dieu est la lumière de mon corps, qui est Son temple sacré.

Dieu s'épanouit, se divulgue et se révèle sous la forme de mon corps, temple de sainteté et de paix.

La grâce divine soutient et entretient Son corps et, mon corps est le Sien.



(Extrait de "L'Art de la guérison spirituelle" par Joël S. Goldsmith)



 

 

 

 

  MEDITATION / AFFIRMATIONS (Archange Mikaël)  

 

 MEDITATION / AFFIRMATIONS (Archange Mikaël)

 
 

  

 

JE SUIS... (votre nom)
JE SUIS UN avec le battement cardiaque de l'Univers
JE SUIS UN avec le cœur/esprit de Dieu
JE SUIS UN avec la Respiration Universelle
JE SUIS UN avec le flot de Lumière et d'Amour

JE SUIS ....(votre nom)
Je vois et reconnais ma propre Divinite
La magnificience de mon Etre
L'infini de mes possibilités
Les trésors de ma création

JE SUIS ...(votre nom)
Je sens et reconnais
Dans mon cœur et dans mon esprit
L'immensité de mon Etre
Ma force, ma douceur et mon caractère Unique

JE SUIS Dieu
JE SUIS le Créateur de mon propre univers
Et le Co-Créateur des Univers
JE SUIS l'initiateur du feu de la vie
Et le récipient des bénédictions de la vie

JE SUIS Dieu
J'initie et je reçois l'amour
Je m'aime moi-même et j'aime TOUS les aspects de mon Etre
Comme j'aime mes frères et sœurs, sans condition
Et porte leur flamme, comme ma flamme dans mon cœur

Je me soumets à Dieu
Au dessein de la Conscience Infinie
Je m'engage dans l'armée de Dieu
Et dans les rangs de l'Archange Michel

JE SUIS en alignement, en parfait abandon
Avec la respiration et le cœur de Dieu
Avec la Manifestation de la pensée divine
En magnificience et compassion

JE SUIS en alignement avec mon Moi-Divin
UN avec l'Intelligence Divine, UN avec le Christ Cosmique
UN avec le Cœur Infini, la Présence Totale
UU avec la Force Vitale Universellement Active

J'offre mon énergie a la Mère Divine
Incarnée sous ses divers aspects, noms et archétypes
Afin de l'accompagner dans la Manifestation
Dans la forme, du rêve et de la pensée de Dieu

J'offre mon énergie a la Mère Terre
A laquelle j'ai fait le serment
De l'aimer et la soutenir dans l'épanouissement
De sa Beauté et la floraison de ses enfants

J'attache mon attention au service de l'humanité
J'attache mon attention a l'élévation de mes semblables
A la fréquence divine d'Amour et de Beauté
A l'intégration complète et manifestée de leur mission divine

Je centre mon attention sur le service de mon Etre
Comme une part divine et parfaite du Tout
Je reconnais et honore chaque instant de ma vie
Comme une extension significative de l'histoire et du Dessein de Dieu

Je choisis et accepte d'aimer Dieu, mon Prochain et Moi-Même
Inconditionnellement et d'embrasser la Vision Infinie
Non révélée, intemporelle, de la Conscience Infinie
JE SUIS BENI(E), UN(E), et COMPLET(E)

AINSI-SOIT-IL, Maintenant.


JE SUIS ... (votre nom)

 

(Source : site de Michael El Nour)

 

 

 

  Symptômes de la paix intérieure  

 

SYMPTOMES DE LA PAIX INTERIEURE

 

 

Une tendance à agir spontanément plutôt que par des peurs basées sur des expériences précédentes.

 

Une perte d'intérêt au jugement des autres.

 

Une perte d'intérêt à son propre jugement.

 

Une perte d'intérêt dans l'interprétation de l'action des autres.

 

Une perte d'intérêt au conflit.

 

Une perte d'intérêt dans la capacité à s'inquiéter (c'est un très sérieux symptôme).

 

De fréquents et irrésistibles moments d'appréciation.

 

Le plein sentiment d'être relié aux autres et à la nature.

 

De fréquentes attaques de sourires venant du cœur et s'exprimant par le regard.

 

Une tendance accrue à laisser les choses se faire plutôt que de les forcer.

 

Une prédisposition à aimer les autres et un incontrôlable besoin d'étendre cet amour toujours plus.

 

 

(Johanne RAZANAMAHAY  et Dr Christian Tal Schaller )

 

 

 

 

  La séduction selon Osho  

 


La séduction selon Osho
 
 

Il y a deux voies qui conduisent à la révélation, l'une est la méditation, on cherche l'absolu sans l'autre.
La seconde voie est l'amour, on cherche l'absolu avec l'autre.

Ainsi si l'on est bon méditant on sera excellent amant car il nous est facile de s'abandonner et d'obtenir ce vide mental qui rend l'acte sexuel moment de conjonction charnelle émotive et cosmique.
De la même manière un excellent amant est aussi bon méditant car la jouissance extrême conduit à l'annulation des pensées laissant place à l'extase.

L'amour, celui qui nait spontanément en nous et ne dépend pas des autres, c'est le vrai amour qui donne énergie et nous rend attrayants aux yeux des autres.
Cet amour ou plutôt cette prédisposition à l'amour nous rend réceptifs, nous met en communication avec les autres, fait qu'on nous remarque.

On notera la brise après notre passage, le bonheur transmis aux autres, les regards et sympathies naissantes.

En amour il faut offrir et non posséder, il ne faut pas penser à savoir qui est le plus fort des deux, il ne faut pas laisser que la pensée rationnelle domine.
Tout le reste est merveilleux. Il faut réussir à se défaire des habitudes, et ne pas faire l'amour comme un acte programmé, un rendez-vous mais laisser que cela se passe.
C'est dans ce but qu'Osho nous suggère une méditation de couple afin de créer la juste situation et afin d'abandonner la pensée.

"Avant d'entrer dans l'amour asseyez vous en silence pendant 15 minutes, tenez vous les mains en les croisant. Assis dans l'obscurité ou avec une lumière très tamisée sentez la présence de l'autre. Syntonisez vous et pour ce faire respirez ensemble. Quand l'un de vous expire, l'autre aussi doit expirer, quand vous inspirez, votre partenaire aussi doit le faire. Il vous faudra 2 ou 3 minutes afin de vous syntoniser. Respirez comme si vous n'étiez qu'un seul organisme, un seul corps, et regardez vous dans les yeux sans agressivité ,le regard doit être très doux.

Donnez vous le temps nécessaire afin de vous amuser, jouez avec le corps de l'autre, abandonnez toute pensée. Ne commencez à faire l'amour que lorsque vous sentirez le moment arriver, tout seul.

Ce ne sera pas faire l'amour, ce sera s'aimer à l'improviste. Attendez donc que cela se produise tout seul, tout simplement. Et si ça ne se produit pas, soyez tranquilles car tot ou tard ce moment arrivera naturellement
".


(Traduit par Chandra Lucia Perazzolo)

 
 
 

 

 

  L'envie d'aimer (Final)  

 


L'envie d'aimer (Final)
 
 
[Moïse]

C'est tellement simple
L'amour
Tellement possible
L'amour
A qui l'entend
Regarde autour
A qui le veut
vraiment

C'est tellement rien
D'y croire
Mais tellement tout
Pourtant
Qu'il vaut la peine
De le vouloir
De le chercher
Tout le temps

[Répétition 1] :
Ce sera nous, dès demain
Ce sera nous, le chemin
Pour que l'amour
Qu'on saura se donner
Nous donne l'envie d'aimer

C'est tellement court
Une vie
Tellement fragile
Aussi
Que de courir
Après le temps
Ne laisse plus rien
A vivre

[Répétition 1]

[Répétition 2] x2 :
Ce sera nous, dès ce soir
A nous de le vouloir
Faire que l'amour
Qu'on aura partagé
Nous donne l'envie d'aimer

C'est tellement fort
C'est tellement tout

L'amour

Puisqu'on attend
De vies en vie
Depuis la nuit
Des temps

Ce sera nous,
Ce sera nous,
Ce sera nous,
Pour que l'amour
Qu'on saura se donner
Nous donne l'envie d'aimer

[Répétition 2]

(Extrait de "Les Dix Commandements", source : Parole-musique.com )
 

 

 

  Un Sourire  

 


Un Sourire
 
 
 

Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup,
Il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne,
Il ne dure qu'un instant, mais son souvenir est parfois éternel,


Personne n'est assez riche pour s'en passer,
Personne n'est assez pauvre pour ne pas le mériter,
Il crée le bonheur au foyer, soutient les affaires,
Il est le signe sensible de l'amitié,


Un sourire donne du repos à l'être fatigué,
Donne du courage au plus découragé
Il ne peut ni s'acheter, ni se prêter, ni se voler,
Car c'est une chose qui n'a de valeur qu'à partir du moment où il se donne.


Et si toutefois, vous rencontrez quelqu'un qui ne sait plus sourire,
soyez généreux donnez-lui le vôtre,
Car nul n'a autant besoin d'un sourire que celui qui ne peut en donner aux autres.

(Extrait de "Le Livre d'amour" par Raoul Follereau 1903-1977)

 

 

 

  Une histoire d'imperfection...  

 

Une histoire d'imperfection...

Un porteur d'eau indien avait deux grandes jarres, suspendues aux 2 extrémités d'une pièce de bois qui épousait la forme de ses épaules.

L'une des jarres avait un éclat, et, alors que l'autre jarre conservait parfaitement toute son eau de source jusqu'à la maison du maître, l'autre jarre perdait presque la moitié de sa précieuse cargaison en cours de route.

Cela dura 2 ans, pendant lesquels, chaque jour, le porteur d'eau ne livrait qu'une jarre et demi d'eau à chacun de ses voyages.

Bien sûr, la jarre parfaite était fière d'elle, puisqu'elle parvenait à remplir sa fonction du début à la fin sans faille.

Mais la jarre abîmée avait honte de son imperfection et se sentait déprimée parce qu'elle ne parvenait à accomplir que la moitié de ce dont elle était censée être capable.

Au bout de 2 ans de ce qu'elle considérait comme un échec permanent, la jarre endommagée s'adressa au porteur d'eau, au moment où celui-ci la remplissait à la source.

"Je me sens coupable, et je te prie de m'excuser."

"Pourquoi ?" demanda le porteur d'eau. "De quoi as-tu honte ?"

"Je n'ai réussi qu'à porter la moitié de ma cargaison d'eau à notre maître, pendant ces 2 ans, à cause de cet éclat qui fait fuir l'eau. Par ma faute, tu fais tous ces efforts, et, à la fin, tu ne livres à notre maître que la moitié de l'eau. Tu n'obtiens pas la reconnaissance complète de tes efforts", lui dit la jarre abîmée.

Le porteur d'eau fut touché par cette confession, et, plein de compassion, répondit:

"Pendant que nous retournons à la maison du maître, je veux que tu regardes les fleurs magnifiques qu'il y a au bord du chemin".

Au fur et à mesure de leur montée sur le chemin, au long de la colline, la vieille jarre vit de magnifiques fleurs baignées de soleil sur les bords du chemin, et cela lui mit du baume au cœur.

Mais à la fin du parcours, elle se sentait toujours aussi mal parce qu'elle avait encore perdu la moitié de son eau.

Le porteur d'eau dit à la jarre "T'es-tu rendu compte qu'il n'y avait de belles fleurs que de TON côté, et presque aucune du côté de la jarre parfaite? C'est parce que j'ai toujours su que tu perdais de l'eau, et j'en ai tiré parti.

J'ai planté des semences de fleurs de ton coté du chemin, et, chaque jour, tu les as arrosées tout au long du chemin.

Pendant 2 ans, j'ai pu grâce à toi cueillir de magnifiques fleurs qui ont décoré la table du maître. Sans toi, jamais je n'aurais pu trouver des fleurs aussi fraîches et gracieuses."

 

Morale de l'histoire : Nous avons tous des éclats, des blessures, des défauts. Nous sommes tous des jarres abîmées.

Certains d'entre nous sont diminués par la vieillesse, d'autres ne brillent pas par leur intelligence, d'autres trop grands, trop gros ou trop maigres, certains sont chauves, d'autres sont diminués physiquement, mais ce sont les éclats, les défauts en nous qui rendent nos vies intéressantes et exaltantes.

Vous devez prendre prendre les autres tels qu'ils sont, et voir ce qu'il y a de bien et de bon en eux. Il y a beaucoup de positif partout. Il y a beaucoup de bon en vous.

Ceux qui sont flexibles ont la chance de ne pas pouvoir être déformés. Souvenez-vous d'apprécier tous les gens si différents qui peuplent votre vie ! Sans eux, la vie serait bien triste.

Merci d'apprécier amicalement les imperfections des autres - et, plus important pour vous - d'apprendre à aimer les vôtres !

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

"L'expérience n'est pas ce qui nous arrive. C'est ce que nous faisons de ce qui nous arrive". (Aldous Huxley)

 

 

 

  Méditation mondiale de guérison 

 

Méditation mondiale de guérison


Au commencement, Dieu créa le ciel et la Terre.
Et Dieu dit : « Que la Lumière soit »,

 et la Lumière fut.


Le temps est venu pour un nouveau commencement.
Je suis co-créateur avec Dieu et c’est un nouveau Ciel qui vient.
La Bonne Volonté de Dieu s’exprime sur Terre à travers moi.
C’est le Royaume de la Lumière, de l’Amour, de la Paix et de la Compréhension.
Et je fais ma part pour révéler sa Réalité. Je commence par moi.
Je suis une âme vivante et l’Esprit de Dieu habite en moi.
Le Père et Moi sommes Un et tout ce que le Père possède est mien.
En vérité, Je Suis le Christ de Dieu.

Ce qui est vrai pour chacun, car Dieu est tout et tout est Dieu.
Je ne vois que l’Esprit de Dieu en chaque âme.


Et à chaque homme, femme et enfant sur Terre, je dis :
« Je t’aime car tu es moi. Tu es moi Soi sacré. »
J’ouvre maintenant mon cœur et
Je laisse s’écouler la pure essence de l‘amour Inconditionnel.
Je la vois telle une Lumière Dorée rayonnant à partir du centre de mon être
et je sens sa Divine Vibration en moi

et à travers moi, au-dessus et au-dessous de moi.


Je suis un avec la Lumière. Je suis rempli(e) de Lumière.
Je suis illuminé(e) par la Lumière.
Je suis la Lumière du monde.
Avec une intention en mon esprit, j’envoie la Lumière.
Je laisse la radiance au-devant des autres Lumières.


Je sais que ceci est en train de se faire tout autour du monde en ce moment même.
Je vois les Lumières se fusionner. Il y a maintenant une seule Lumière.
Nous sommes la Lumière du monde.
Cette Lumière d’Amour, de Paix et de Compréhension se déplace.
Elle parcourt la surface de la Terre,
touchant et illuminant chaque âme dans l’ombre de l’Illusion.
Et, où était l’Obscurité, il y a maintenant la Lumière de la Réalité.
Et la Radiance s’accroît, pénétrant et saturant chaque forme de vie.
Il n’y a plus maintenant que la vibration de l’unique Vie parfaite.
Tous les royaumes de la Terre y font écho et
la planète est vivante de Lumière et d’Amour.
Il y a Unité totale et en cette Unité nous prononçons le Verbe.


Que soit dissous le sentiment de séparation
Que l’Humanité retourne à la condition divine.
Que la Paix jaillisse de chaque esprit.
Que l’amour s’écoule de chaque cœur.
Que le pardon règne en chaque âme.
Que la compréhension soit le lien commun.
Et maintenant, la Présence et le Pouvoir Unique
font écho à la Lumière du Monde.


L’Activité de Dieu guérit et harmonise la planète Terre.
L’Omnipotence est rendue manifeste.
Je vois le salut de la planète de mes propres yeux,
et toutes les fausses croyances et les pensées erronées sont dissoutes.


Le sentiment de séparation n’existe plus.
La guérison a eu lieu et la santé du monde est restaurée.


Ceci est le commencement de la Paix sur Terre

 et de la Bonne Volonté envers tous.


L’Amour jaillit de chaque cœur, le pardon règne en chaque âme
et tous les cœurs et esprits sont unis en une parfaite compréhension.


Cela est fait. Et il en est ainsi.

AMEN.

 

 

 

 

  Faites quelque chose... 

 

Faites quelque chose...

 

Je vous en supplie 

Faites quelque chose

Apprenez un pas

Une danse

Quelque chose qui vous justifie

Qui vous donne le droit

D’être habillés de votre peau, de votre poil

Apprenez à marcher et à rire

Parce que ce serait trop bête

à la fin

que tant soient morts

sans rien faire de votre vie. 

et que vous viviez

 

(Charlotte Delbo 1913-1985)

 

 

 

 

 

  Histoire du bûcheron 

 

Histoire du bûcheron

Un bûcheron menait une vie très misérable en vendant chaque jour du bois à brûler qu'il emportait d'une forêt voisine.

Un jour, comme il rapportait à la maison une charge de ramilles, il fut accosté par un étranger qui lui conseilla d'aller "plus loin".

Le lendemain, il suivit le conseil, s'avança plus profondément dans la forêt et en fut récompensé, car il trouva une abondance de grands arbres. 
Il coupa autant de bûches que sa force le lui permit et, en les vendant, fit un bénéfice considérable, comme il n'en avait jamais fait auparavant.

Le lendemain il se dit : "j'ai reçu le conseil d'aller plus loin, pourquoi n'irais-je pas encore plus loin aujourd'hui ?" 
Il fit comme il pensait et, ce jour-là, atteignit une partie de la forêt où croissaient de nombreux arbres de santal.

Il emporta autant de bois qu'il en pu transporter et, en les vendant au marché, en retira un gros gain.

Le jour suivant, il se souvint encore de l'avis de l'étranger et se décida d'aller plus loin encore. 
Ce jour-là il découvrit une mine de cuivre. Mais cela ne l'arrêta pas dans sa marche en avant, et jour après jour, il alla plus loin et trouva des mines d'argent, d'or et de diamant, si bien qu'il devint fabuleusement riche.

Tel est le cas lorsqu'il s'agit de la vie spirituelle. On devrait toujours aller de l'avant et ne pas penser que tout est accompli dès qu'on a eu quelques visions de la Lumière Divine ou acquis quelque pouvoir surnaturel.

(Enseignement de Râmakrishna.)

 

 

 

  La vie La vie... 

 

La vie La vie...

Un jour, l'âne d'un fermier tomba dans un puits.

L'animal gémît pitoyablement pendant des heures... et le fermier se demandait que faire.

Finalement, il décida que l'animal était vieux, que le puits devait disparaître de toute façon et que ce n'était pas rentable pour lui de récupérer l'âne.

Il a invité tous ses voisins à venir l'aider.

Ils ont tous sais une pelle... et ont commencé a enterrer le puits.

 

Au début, l’âne réalisant ce qui se produisait se mit a crier terriblement.

Puis, à la stupéfaction de tous, il se tut...
Quelques pelletées plus tard, le fermier regardant finalement au fond du puits fût étonné de ce qu'il vît.

Avec chaque pelletée de terre qui tombait sur lui, l’âne faisait quelque chose de stupéfiant.

Il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus.

Pendant que les voisins du fermier continuaient à pelleter de la terre sur l'animal, lui se secouait et montait dessus...

Bientôt, chacun fut stupéfié de voir que l'âne sortit hors du puits et se mit à trotter !

Conclusion : La vie va essayer de vous engloutir de toutes sortes d'ordures et de difficultés.

Le truc pour se sortir du trou est de se secouer pour avancer.

Chacun de nos ennuis est une pierre qui permet de progresser.

Nous pouvons sortir des puits les plus profonds en n'arrêtant jamais...

NE JAMAIS ABANDONNER !

Secouez-vous et foncez !

Rappelez-vous les cinq règles simples pour être heureux :
1. Libérez votre cœur de la haine.
2. Libérez votre esprit des inquiétudes.
3. Vivez simplement.
4. Donnez plus.
5. Attendez moins.

À ne jamais oublier, surtout dans les moments les plus sombres.

 

(Auteur inconnu)

 

 

 

  ÊTRE JEUNE  

 

ÊTRE JEUNE

La jeunesse n'est pas une période de la vie,
elle est un état d'esprit, un effet de la volonté,
une qualité de l'imagination, une intensité émotive,
une victoire du courage sur la timidité,
du goût de l'aventure sur l'amour du confort.

On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d'années :
on devient vieux parce qu'on a déserté son idéal.
Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l'âme.
Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs
sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre
et devenir poussière avant la mort.

Jeune est celui qui s'étonne et s'émerveille. Il demande,
comme l'enfant insatiable. Et après ?
Il défie les évènements et trouve la joie au jeu de la vie.

Vous êtes aussi jeune que votre foi. Aussi vieux que votre doute.
Aussi jeune que votre confiance en vous-même.
aussi jeune que votre espoir. Aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune tant que vous serez réceptif.
Réceptif à ce qui est beau, bon et grand.
Réceptif aux messages de la nature, de l'homme et de l'infini.

Si un jour votre cœur allait être mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme,
 puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.

 (Texte de Samuel Ullmann, cité par le Général McArthur)

 

 

 

  Le bonheur...  

 


Le bonheur....
 
 

    Le bonheur ne se trouve pas avec beaucoup d’effort et de volonté
mais réside là, tout près, dans la détente et l’abandon...
    Ne t’inquiète pas, il n y a rien à faire.
    Tout ce qui s’élève dans l’esprit n’a aucune importance
parce qu’il n a aucune réalité. Ne t’y attache pas. Ne te juge pas.
    Laisse le jeu se faire tout seul, s’élever et retomber, sans rien
changer, et tout s’évanouit et commence à nouveau sans cesse.
    Seule cette recherche du bonheur nous empêche de le voir.
    C’est comme un arc-en-ciel qu’on poursuit sans jamais le rattraper.
Parce qu’il n'existe pas, qu’il a toujours été là et t’accompagne à chaque instant.
    Ne crois pas à la réalité des expériences bonnes ou mauvaises,
elles sont comme des arcs-en-ciel.
    A vouloir saisir l’insaisissable, on s’épuise en vain.
    Dès hors qu’on relâche cette saisie, l’espace est là, ouvert, hospitalier et confortable.
    Alors, profites-en. Tout est à toi, déjà. Ne cherche plus.
    Ne va pas chercher dans la jungle inextricable l’éléphant qui est tranquillement à la maison.
    Rien à faire.
    Rien à forcer.
    Rien à vouloir.
    Et tout se fait tout seul...


    (Lama Guendune Rinpoché, il a fondé le centre Dhagpo Kagyu Ling en France
 

 

 

  Les deux natures de l'être humain  

 


Les deux natures de l'être humain
 
 

    La nature supérieure et la nature inférieure ne se manifestent jamais aussi clairement en l'homme qu'au moment où il subit une vexation, un outrage.

"Donne-lui une leçon, rends-lui coup pour coup." ! Voilà ce que dit la nature inférieure.

Tandis que la nature supérieure lui conseille : "Ne t'en fais pas, ce n'est pas grave. Au lieu de ruminer et de chercher à te venger, essaie plutôt d'utiliser et de transformer cette boue. Tu es un alchimiste, tu feras de l'or."

Si c'est cette voix que vous écoutez, vous allez vous lancer dans un formidable travail de transformation et vous vous ennoblissez.

La nature supérieure dit encore :
"Pourquoi te lamenter pendant des heures entières, alors que tu as là une formidable occasion de te mettre au travail ? Tu dois même remercier le Ciel, parce que cette personne t'a été envoyée pour te donner l'occasion de te surpasser. Ne reste pas là à pousser des cris" !

Et le vrai disciple n'écoute pas les conseils de sa nature inférieure qui le maintient dans la faiblesse et la sensiblerie; il suit les conseils de sa nature supérieure, car il veut devenir fort.


(Omraam Mikhaël Aïvanhov dans "Les deux natures de l'être humain") 
 

 

 

  L'amour...  

 


L'amour...
 
 

L'amour te donne la substance, l'amour te donne l'intégrité, l'amour te centre.

Mais ce n'est que la moitié du chemin : l'autre moitié doit être complété par la méditation, la conscience.

Mais l'amour te prépare pour cette deuxième partie.

L'amour est la moitié du début, la conscience est la moitié de la fin.

Entre les deux, tu atteins Dieu. Entre l'amour et la conscience coule la rivière de l'"être".

N'évite pas l'amour. Passe à travers, avec toutes les peines que tu peux y rencontrer.

Oui, ça peut blesser, mais si tu es en amour, ça ne fait rien. En fait toutes ces douleurs vont te fortifier.

Parfois, ça fait vraiment très mal, mais toutes ces blessures sont nécessaires pour te provoquer, te mettre au défi, te rendre moins endormi.

Toutes ces situations dangereuses sont nécessaires pour te rendre plus alerte.
L'amour prépare le terrain, et dans le sol de l'amour, la graine de la méditation peut germer - et seulement dans le sol de l'amour....



(Osho dans "The secret of secret") 
 

 

 

  Qu'est-ce qu'une vérité ?  

 


Qu'est-ce qu'une vérité ?
 
 

Il y a très longtemps en Chine un terrible Saurien semait la terreur dans une rivière à toutes tentatives de passage. Il posait parfois une question et malheur à qui ne savait répondre correctement.

Un jour une jeune fille voulait traverser la rivière. Le crocodile se jeta en avant pour la dévorer, mais bloqué dans son élan instinctif, il lui posa la question suivante : "Connais-tu la vérité ?"

"Oui" répondit elle avec calme.

"Si tu me dis quelle est cette vérité, je ne te dévorerais pas."

La jeune femme pensa, médita et réfléchit longuement puis répondit : "La vérité, c'est que tu vas me dévorer". Le crocodile, gueule ouverte ébahi, estomaqué les yeux ronds, à cet énoncé de vérité resta comme paralysé et la jeune femme en profita pour passer et la rivière franchie elle était déjà loin.

Moralité
Qui dans l'histoire a dit la vérité ?
Si c'est la femme, elle a menti, mais le crocodile avait dit : "Si tu me dis la vérité, je n te dévorerais pas et ne l'ayant pas fait il a dit la vérité par contre s'il l'avait fait elle aurait dit la vérité.

Conclusion à méditer sur ce texte hindo-chinois du Vème siècle la vérité de l'un est le mensonge de l'autre.

Ici nous avons dans cette fable Bouddhiste le jeu des apparences à méditer...
Qu'en pensez-vous ?


 

 

  Dieu fait tout pour le mieux (Swâmi Râmdâs)  

 


Dieu fait tout pour le mieux
 
 

 

Un roi, son ministre et sa suite s'enfoncèrent un jour dans la jungle pour chasser. Or, le ministre était renommé pour sa sagesse; il s'en tenait à la devise: "Dieu fait tout pour le mieux", et chaque fois que quelqu'un, dans le souci, le malheur ou l'infortune, venait lui demander conseil, il réconfortait l'affligé en l'engageant à reconnaître la vérité de ce proverbe.

En poursuivant le gibier, le roi et le ministre se séparèrent de la suite, errèrent loin dans l'intérieur de la vaste forêt et, finalement s'égarèrent. Le soleil atteignait le méridien. Le roi était accablé de fatigue et de faim. Ils se reposèrent à l'ombre d'un arbre.

"Ministre, dit le roi épuisé, je souffre cruellement de la faim. Pouvez-vous me trouver quelque chose à manger ?"

Le ministre regarda autour de lui et vit des fruits sur des arbres. Escaladant l'un d'eux, il cueillit quelques fruits mûrs et les offrit au roi qui, dans sa hâte à manger, s'enleva un morceau de doigt en se servant de son couteau. Il laissa tomber le fruit et le couteau avec un cri de douleur, tandis que son doigt blessé ruisselait de sang.

"Oh ! ministre, s'écria t'il, que cela fait mal !

-"Dieu fait tout pour le mieux", répondit tranquillement celui-ci.

Ces paroles ne firent qu'exciter le roi déjà irrité. Il se mit en rage et s'écria :

"Imbécile ! Trêve de philosophie ! J'en ai assez ! Alors que je souffre un affreux supplice, la seule consolation que vous m'offrez, c'est: " Dieu fait tout pour le mieux." Comment cela peut t'il être pour le mieux quand ma douleur est évidente et réelle ? Allez-vous en, je ne veux plus de vous à l'avenir ; retirez-vous de ma vue et ne vous présentez plus jamais devant moi." Incapable de se maîtriser, il se leva, donna un furieux coup de pied au ministre et lui ordonna de se retirer immédiatement .En quittant le roi, le ministre répéta calmement : " Dieu fait tout pour le mieux."

Le roi resta donc seul ; il déchira un morceau de son vêtement et banda son doigt blessé ; il s'adonnait à de tristes réflexions quand il vit s'approcher deux hommes vigoureux qui se jetèrent aussitôt sur lui et le ligotèrent. Lutter ou résister eût été absolument inutile, car les hommes étaient bâtis comme des géants.

Epouvanté, le roi demanda : "Qu'allez vous faire de moi ? "

Ils répondirent : "Nous voulons te sacrifier sur l'autel de notre déesse Kali. C'est notre coutume de lui offrir une fois par an un sacrifice humain. Le temps en est venu et nous étions à la recherche d'un être humain quand nous avons eu la chance de te trouver ."

Ces paroles remplirent le roi de frayeur. Il protesta : Laissez moi partir, je suis le roi d'un pays. Vous ne pouvez donc pas me tuer pour le sacrifice."

Les hommes se mirent à rire et dirent :

"Ce sacrifice va donc être unique et notre déesse sera extrêmement

satisfaite quand elle verra que nous amenons cette année un haut personnage à son autel. Viens. "

Il traînèrent la victime à l'autel de Kâli, à peu de distance de là. Le roi fut dûment placé sur l'autel sacrificiel. Tout était prêt pour le coup mortel quand le prêtre, remarquant que l'index de la main gauche était bandé, défit le pansement et vit qu'un morceau du doigt avait été coupé. Il dit alors :" Cet homme n'est pas digne de notre Déesse. Libérez-le. Il faut à la Déesse un homme intact, tandis que celui-ci a un défaut corporel. Un morceau de son doigt manque. Laissez-le aller. "

Détachant les cordes qui le liaient, les hommes libérèrent donc le roi et le laissèrent partir en paix.

Il se souvint alors des paroles du ministre lorsqu'il avait été blessé au doigt : "Dieu fait tout pour le mieux. " En vérité, si ce n'avait été cette heureuse coupure, il serait à présent un homme mort. Le souvenir du mauvais traitement qu'il avait infligé à son ami l'affecta vivement ; très désireux de réparer sa grossière erreur en lui demandant pardon, il parcourut la forêt en appelant son ministre et le trouva enfin qui se reposait sous un arbre. Allant à lui, le roi l'étreignit avec une extrême affection et dit : " Ami, je vous demande pardon pour ma dureté. J'ai compris la vérité de votre proverbe d'or. "

Il raconta alors l'incident du sacrifice destiné à la Déesse et comment il avait été libéré grâce au défaut du à la blessure .

"Sire, répondit le ministre, vous ne m'avez causé aucun tort. Il n'y a donc rien à pardonner. En réalité, vous m'avez sauvé. Vous pouvez vous rappeler que lorsque vous m'avez donné un coup de pied et m'avez chassé, je répétais la même chose : " Dieu fait tout pour le mieux. " Dans mon cas également, le proverbe s'est vérifié, car si vous ne m'aviez pas chassé, j'aurais été en votre compagnie quand les hommes de Kâli vous capturèrent et lorsqu'il découvrirent que vous étiez impropre au sacrifice, ils m'auraient offert à votre place puisque je n'avais pas d'imperfections corporelle comme celle qui vous était si providentiellement échue. Dieu fait donc tout pour le mieux. " 

(Swâmi Râmdâs)

 

 

 

   CITATIONS "EN VRAC" 

 

CITATIONS "EN VRAC"

"PAROLES D'ANGES"

 

Il y a de la musique même dans la beauté, et la note de silence jouée par Cupidon est plus suave que le son d'aucun instrument (Thomas Browne 1605-1682)

 

Il existe deux mondes : celui que l'on peut mesurer avec un crayon et une règle et celui que l'on peut sentir avec son coeur et son imagination. (Leigh Hunt 1784-1859)

 

Partout existe... la sensation que quelque chose transcende le naturel ou l'attendu, c'est le sens de l'extraordinaire, du mystérieux, du surnaturel. (Robert H. Lowie 1883-1957)

 

Il y a sur terre une musique qui peut atteindre les cieux les plus lointains, c'est le battement d'un cœur qui aime.  (Henri Ward Beecher 1813-1887)

 

Qu'y-t-il de meilleur, dis-moi ? Parler du voisin et de ses affaires, s'enquérir curieusement de toutes choses ? Ou s'entretenir des anges et des choses qui sont propres à nous enrichir ? (Saint Jean Chrysostome 344-407)

 

Les fous se précipitent où les anges craignent de poser les pieds (Alexander Pope, Essai sur la critique 1688-1744)

 

L'ange est le musicien du silence de Dieu (Dominique Ponnau, Dieu en ses anges 1937- )

 

L'être idéal ? Un age dévasté par l'humour. (Cioran 1911-1995)

 

La femme est l'être le plus parfait entre les créatures; elle est une créature transitoire entre l'homme et l'ange. (Honoré de Balzac 1799-1850)

 

Toute chose visible en ce bas monde est confiée à un ange. (Saint Augustin 354-430)

 

La terre est au soleil ce que l'homme est à l'ange. (Victor Hugo, Les Contemplations 1802-1885)

 

 

"PAROLES DE DANSE"

 

Je considère comme gaspillée toute journée où je n'ai pas dansé (Friedrich Nietzsche 1844-1900)

 

Danser, c'est s'abandonner aux rythmes de la vie" (Dr. Maya V. Patel)

 

Le Sage danse. Mais la danse est la plus efficace manière de créer le sage. (Georges Pomiès 1905-1933)

 

Fais attention à ce que tu danses, car ce que tu danses, tu le deviens. (Susan Buirge 1940- )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   LE TEST DES TROIS PASSOIRES 

 

LE TEST DES TROIS PASSOIRES

 

     Socrate avait, dans la Grèce antique, une haute opinion de la sagesse. Quelqu'un vient un jour trouver 
    le grand philosophe et lui dit : 
  
    "Sais-tu ce que je viens d'apprendre sur ton ami? 
  
     - Un instant, répondit Socrate. Avant que tu me racontes, j'aimerais te faire passer un test, 
     celui des 3 passoires : 
  
     - Les 3 passoires? 
  
     Mais oui, reprit Socrate. Avant de me raconter toutes sortes de choses de choses sur les autres, 
     il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l'on aimerait dire. 
  
     C'est ce que j'appelle le test des 3 passoires. La première passoire est celle de la vérité. 
     As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai? 
  
     - Non. J'en ai simplement entendu parler... 
  
     - Très bien. Tu ne sais donc pas si c'est la vérité. 
  
     Essayons de filtrer autrement en utilisant une deuxième passoire, celle de la bonté. 
     Ce que tu veux m'apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bon ? 
  
     - Ah non ! Au contraire. 
  
     - Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n'es même pas certain si 
     elles sont vraies. Tu peux peut-être encore passer le test, car il reste une passoire, celle de l'utilité. 
     Est-il utile que tu m'apprennes ce que mon ami aurait fait ? 
  
     - Non. Pas vraiment. 
  
     Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter n'est ni vrai, ni bien, ni utile, 
     pourquoi vouloir me le dire ?"
  

 

 

   LA VALEUR DU TEMPS 

 

LA VALEUR DU TEMPS

 

   
Pour apprendre la valeur d'une année, demande à l'étudiant qui a raté un examen.

Pour apprendre la valeur d'un mois, demande à la mère qui a mis un enfant au monde trop tôt.

Pour apprendre la valeur d'une semaine, demande à l'éditeur d'un journal hebdomadaire.

Pour apprendre la valeur d'une heure, demande aux fiancés qui attendent de se revoir.

Pour apprendre la valeur d'une minute, demande à celui qui a raté son train, son bus ou son avion.

Pour apprendre la valeur d'une seconde, demande à celui qui a perdu quelqu'un dans un accident.

Pour apprendre la valeur d'une milliseconde, demande à celui qui a gagné une médaille d'argent aux Jeux Olympiques.

Le temps n'attend personne. Rassemble chaque instant qu'il te reste et il sera de grande valeur. Partage les avec une personne de choix et ils deviendront encore plus précieux.

Anonyme
 

 

 

 

 

 

    

 

TEXTES PERSO

VEUX-TU DANSER LE TANGO DE LA VIE ?

Avec le bruissement des plantes et des arbres,
Avec les chants des oiseaux et des cigales,
Avec le souffle du feu pour raffermir,
Veux-tu danser le tango de la Vie ?

Avec les pieds qui s’entremêlent,
Avec les pieds qui s’entrechoquent,
Avec les pieds qui s’encanaillent et disent oui,
Veux-tu danser le tango de la Vie ?

Avec les corps qui se frôlent et s’entrainent,
Avec les corps qui s’appellent et se prennent,
Avec les corps qui vivent la Vie,
Veux-tu danser le tango de la Vie ?

Avec les mains qui se cherchent et se désirent,
Avec les mains qui guident et chavirent,
Avec les mains qui mènent et sont Vie,
Veux-tu danser le tango de la Vie ?

Avec les bras qui enlacent,
Avec les bras qui s’embrassent,
Avec les bras qui prennent la Vie,
Veux-tu danser le tango de la Vie ?

Avec le cœur qui bat la mesure,
Avec le cœur qui vit en l’autre sans mesure,
Avec le cœur qui sourit à la Vie,
Veux-tu danser le tango de la Vie ?

Avec l’âme qui a le goût du miel,
Avec l’âme qui monte au ciel,
Avec l’âme qui de nos rêves vit,
Veux-tu danser le tango de la Vie ?

Avec l’harmonie qui nous entoure,
Avec l’harmonie de nos êtres,
Avec l’harmonie de la Vie,
Veux-tu danser le tango de la Vie…
                Avec moi ?…

(Maurice Gaultier)

 


À ma fille Perdue
 
 
 
Où es-tu ma fille ?
Où es-tu ma chérie ?
Où es-tu la femme ?
Où es-tu ta flamme ?
 
Pourquoi faut-il vivre ces souffrances ?
Pourquoi la vie sépare-t-elle ceux qui s’aiment ?
Pourquoi faut-il ne pas s’entendre ?
Pourquoi ne pas pouvoir retrouver les cœurs qui sèment ?
 
Que devient l’amour quand l’argent vient ?
Que devient l’être quand l’amour part ?
Que devient le cœur quand l’être s’éteint ?
Que devient l’âme quand le cœur est hasard ?
 
Faut-il se perdre à deux quand un est aveuglé ?
Faut-il s’égarer à deux quand un est perdu ?
Faut-il se heurter à deux quand un est titubé ?
Faut-il se détester à deux quand un est non résolu ?
 
Où retrouver l’amour qui est ?
Où retrouver l’être qui vit ?
Où retrouver le cœur qui renaît ?
Où retrouver l’âme qui luit ?
 
Avec respect pour toi ma fille,
Avec respect pour moi ton père,
Avec respect pour la vie qui file,
Avec respect pour la terre qui peine.
 
A toi, ma fille bien-aimée.
 
Papa

(Maurice Gaultier)

 

 

     Retour Accueil     Retour SOMMAIRE     Retour Textes concernant la fin d'une vie       Retour Textes choisis reliés à l'anthroposophie