L'HYGIÉNISME - L'HYGIÉNE NATURELLE
 Retour ACCUEIL     Retour SOMMAIRE     Retour LE JEÛNE     Retour HYGIÉNISTE     Retour HYGIÉNISME-AUTHENTIQUE      Retour L'HYGIÉNISME-COURS      Retour NATUROPATHIE       Retour ALIMENTATION VIVANTE CRUE

L'HYGIÉNISME

L'HYGIÈNE NATURELLE

   

Avant-propos : L'Hygiénisme... ! En quelques clics...

Ce dossier, à force d'ajouts... aux ajouts est devenu très "lourd" ! Vous venez d'arriver... et vous voulez comprendre pourquoi c'est simple !
Alors : Qu'est-ce que l'Hygiénisme ? : http://www.hygienisme.org/
L'Hygiénisme - Principes de base : http://hygienisme.free.fr/Intro/_index.htm
"Le Petit Guide de découverte de l'hygiénisme" par Albert Mosséri (appelé aussi "Le guide du débutant" ou "Le petit guide vert") :
- à télécharger au lien : http://www.hygienisme.org/fichiers/lepetitguidededecouvertedelhygienisme.pdf
- ou à lire au lien : http://vitae.pagesperso-orange.fr/guide%20vert%20de%20l'hygienisme.html
- des extraits au lien : http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#Le_guide_du_debutant

QU’EST-CE QUE L’HYGIÉNISME ?
RÉSUMÉ POUR LES DÉBUTANTS
à lire au lien http://www.conscience33.fr/hygienisme-authentique.html#qu_est_ce_que_l_hygienisme

DOSSIER HYGIÉNISME
L'information de base

DOSSIER JEÛNE
Le jeûne hydrique

DOSSIER HYGIÉNISTE
Vers la nutrition hygiéniste

COURS HYGIÉNISME
Cours de base de T.C. Fry

CARTE
"Les amis hygiéphiles"


Powered by Dailymotion

ACTUALITÉS HYGIÉPHILES

GÉNÉRALITÉS CONCERNANT L'HYGIÉNISME

L'HYGIÉNISME : Pour réfléchir -

ARTICLES   -     SITES INTERNET - L'HYGIENISME AUTHENTIQUE

LIVRES
  et  VIDÉOS   -   TÉMOIGNAGES -

QUELQUES HYGIÉNISTES

LISTE DE LIVRES / DOCUMENTS / VIDÉOS À TÉLÉCHARGER

Texte : MORALITÉ HYGIÉNISTE par le Dr Jean-Marie Compagnon (préface de "Manger pour vivre sans maladies")

INTERVIEW D'ALBERT MOSSÉRI vidéo et transcription écrite (2010)

ENTREVUE AVEC ALBERT MOSSÉRI (2004)

ENTREVUE AVEC ANDRÉ PASSEBECQ

ENTREVUE AVEC DÉSIRÉ MÉRIEN

HOMMAGE À ALBERT MOSSÉRI

HOMMAGE À ANDRÉ PASSEBECQ


Documents :

LES ALIMENTS

Texte : LE GUIDE DU DÉBUTANT de Albert Mosséri

RECETTES   -   LES ALIMENTS

Livre : "LE SPORTIF HYGIÉNISTE" par Roger Marteau et Extraits

Livre : "LA SANTÉ PAR LA NOURRITURE" par Albert Mosséri (sommaire et extraits)

Livre : "MANGER POUR VIVRE SANS MALADIES" par Albert Mosséri (sommaire et extraits)

Livre : "MA RELATION À LA NOURRITURE - Introduction à l'alimentation dynamique" par Joël Acremant

LES COMBINAISONS ALIMENTAIRES

PLANCHES et Bonnes combinaisons alimentaires

Livre : "LES COMBINAISONS ALIMENTAIRES ET VOTRE SANTÉ" par Herbert M. Shelton (sommaire et extraits)

Livre : "LA NOURRITURE IDÉALE ET LES COMBINAISONS SIMPLIFIÉES" par Albert Mosséri (sommaire et extraits)

Textes de Jean-Claude REYGADE :

"Les compatibilités alimentaires" - "L'art de composer des menus équilibrés" - "Initiation à l'alimentation compatible"

LE JEÛNE

Voir le dossier concernant LE JEÛNE au lien : http://www.conscience33.fr/jeune.html

Livre : "LE JEÛNE" par H.M. Shelton (à télécharger, sommaire et extraits)

Livre : "JEÛNER POUR REVIVRE" par Albert Mosséri (sommaire et extraits)

LA MALADIE

Livre : "LA SANTÉ SANS MÉDICAMENTS" par Dr H. M. Shelton (sommaire et extraits)

Livre :
"TUMEURS ET CANCERS" par H.M. Shelton (sommaire et extraits)

Livre : TOXEMIA EXPLAINED - La toxémie expliquée par Dr J. H. Tilden (à télécharger et traduction du chapitre 2)

LES ENSEIGNEMENTS

Livre : "COURS D'HARMONISATION ÉNERGÉTIQUE" par André Passebecq

Livre : COURS : "The Life Science Health System" par T.C. Fry (à télécharger) - Sommaire du cours
Le cours en entier et partiellement traduit en francais au lien : http://www.conscience33.fr/HYGIENISME_COURS.html

Livre : "Hygiénistement vôtre ! " par Nicolas Ostaptchouk




DIVERS

LE VENTRE, notre deuxième cerveau & L'INTESTIN, cerveau des émotions (vidéos et commentaires)

MICROBIOTE INTESTINAL, la santé de demain...

 

INFORMATIONS GLANÉES DANS LE GROUPE "L'HYGIÉNISME SELON SHELTON" transféré à http://www.conscience33.fr/nutrition.html

DOCUMENTS GLANÉS DANS LE GROUPE "L'HYGIÉNISME SELON SHELTON" transféré à http://www.conscience33.fr/nutrition.html

"Les 10 pires erreurs à éviter avec l'alimentation vivante" par Frédéric Patenaude

Livre : "Maladies_des_oreilles_et surdité" par André Passebecq

 

Carte de l'association "Les amis hygiéphiles"
Contact : Évelyne Curt
Email : ak.tamari@gmail.com
Tél. : 04 89 00 95 48 ou 06 21 03 52 70
Cette carte précise la localisation des adhérents de l'association "Les amis hygiéphiles" qui souhaitent pouvoir échanger avec d'autres hygiéphiles.
Le lien de la carte est : https://mapsengine.google.com/map/u/0/edit?mid=z7-UEGatM5m0.kqfd2cor7d0s
IMPORTANT : Cliquer en haut et à droite pour voir la carte en plein écran pour une lecture correcte !
Toute demande de modifations, ajouts ou retraits doit être faite à : conscience33@gmail.com



QU’EST-CE QUE L’HYGIÉNISME ?
RÉSUMÉ POUR LES DÉBUTANTS
à lire au lien : http://les-hygienistes-authentiques.blogspot.fr/p/blog-page_22.html [page disparue !]
QU’EST-CE QUE L’HYGIÉNISME ?
RÉSUMÉ POUR LES DÉBUTANTS

L'Hygiénisme est un mouvement révolutionnaire de santé qui naquit aux U.S.A. il y a deux siècles, sur l'initiative de médecins dissidents.

Déjà dans la Grèce Antique, existaient des Temples où le jeûne était pratiqué, dans le but de guérir toutes les maladies.
Des philosophes grecs étaient en faveur d'un tel mouvement.
Celui qui cherche une santé naturelle se trouve confronté à une multitude de systèmes médicaux ou naturels.
Or, l'Hygiénisme se distingue de tous les autres systèmes par son originalité et sa rigueur.
Il met l'accent sur le fabuleux pouvoir d'auto-guérison du corps humain presque totalement ignoré de nos jours.

L'Hygiénisme exclut tout genre de remèdes, car il s'attaque à la cause mais non aux symptômes.
La suppression de l'origine du déséquilibre suffit pour retrouver la santé. De la sorte tout est simplifié.

D'après les principes de l'Hygiénisme, les facteurs nécessaires au maintien de la santé sont ceux-là même auxquels il faut recourir pour la rétablir, quelle que soit la maladie en cause.

Ces facteurs sont : l'alimentation spécifique à l'espèce humaine, le repos, le sommeil, l'air pur, l'exercice et l'esprit positif mais aussi l'absence de poisons chimiques, la suppression des médicaments, des vaccins et des émotions négatives.
L'Hygiénisme donne des principes de base pour tous, mais chacun doit doser selon ses besoins et son pouvoir d'assimilation pour devenir ainsi l'artisan de sa santé.


DÉFINITION DE L’HYGIÉNISME PAR UN DE CES PLUS CÉLÈBRES PORTE-PAROLE AUX USA (HERBERT M. SHELTON)


Extrait tiré de L’ALIMENTATION SUPÉRIEURE la voie de l’Hygiénisme

«Nous devons exploiter les riches sources de vitalité que nous offre la nature et les utiliser à notre profit. Nous devons procurer à nos enfants des substances nutritives supérieures et seule la nature peut nous les donner. Pour obtenir des aliments nutritifs, il est inutile de s’adresser au chimiste ou à l’industriel. Seuls les produits de la nature peuvent assurer une bonne nutrition.»
Herbert M. Shelton

Si le nom du docteur Shelton suggère à lui seul une approche différente et nouvelle de la santé, le mouvement Hygiéniste dont il est le plus célèbre porte-parole et qui vit le jour au dix-neuvième siècle est malheureusement encore peu connu de nos jours.
Pourtant il ne s’agit pas d’une mode passagère et opportuniste.
La voie hygiéniste ne propose pas de régime miracle, elle ne prétend pas guérir des maladies bien précises.

Il faut savoir que la plupart des maladies sont des carences et des déficiences, en vitamines, enzymes ou minéraux (ce que la médecine officielle néglige effrontément, en traitant uniquement les réactions symptomatiques).
C’est à ces carences que l’hygiénisme s’attaque, car ils sont la cause de nombreux maux.
Cela implique d’abord un reconditionnement total de l’organisme, une désintoxication par une alimentation supérieure à base de fruits, de légumes et de noix diverses.

L’alimentation a en effet perdu son rôle physiologique primordial pour devenir uniquement un plaisir du palais, un produit de consommation pour qui la quantité et la variété valent plus que la qualité.
Ce livre est un vibrant réquisitoire contre les déviations de notre société qui se mettant au service des institutions, néglige celui de l’Homme, se tenant ainsi à la remorque de l’argent, plutôt qu’à l’avant-garde d’un véritable progrès de l’humanité.
La voie hygiéniste est celle que nous trace la nature : de la nutrition du bébé jusqu’à la préparation à l’hiver, il faut que l’organisme fonctionne, s’alimente, élimine et se protège, comme nous l’enseigne la nature dans les différentes manifestations de sa sagesse.


http://les-hygienistes-authentiques.blogspot.fr/p/blog-page_22.html [page disparue !]

 

 

CONCERNANT L'HYGIÉNISME :

Groupe "L'Hygiénisme selon Shelton" : https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!forum/hygienisme (partagé en mode privé)
Visitez ce groupe à l'adresse http://groups.google.com/group/hygienisme?hl=fr
(pour s'y inscrire expliquez vos motivations)

Les amis hygiéphiles : contact Évelyne Curt ak.tamari@gmail.com

 

Voir aussi le dossier concernant LE JEÛNE au lien :

http://www.conscience33.fr/jeune.html

 

 

 

 

L'HYGIÉNISME

 

 
Il me semble que les différentes écoles : 80/10/10, hygiénisme et quelques autres sont des approches différentes qui conduisent au final au même résultat (si l'on ne s'arrête pas en chemin), c'est-à-dire manger un fruit cru à midi et un légume cru le soir.

Il me semble important de voir chaque méthode quelle qu'elle soit comme un processus évolutif et non comme une recette figée où nous recherchons la sécurité existentielle bien illusoire. Si l'on reste à ce niveau-là, le passif nous rattrape.

Ne pas oublier dans la définition de la pratique hygiéniste la première condition : le jeûne.

Beaucoup trop de gens suite à notre formatage intellectuel le voient encore comme un remède à nos maladies.
Il est avant tout un outil très puissant d'évolution et ouvre la porte du discernement... si l'on veut bien lui demander de nous redonner ce pouvoir. C'est faire les choix justes pour son alimentation, ses relations et ses choix de vie. 

Donc en tout, trois fondements à la pratique hygiéniste :
- le jeûne,
- le choix des bons aliments,

- l'observation des bonnes combinaisons.

(Evelyne Curt - 6 août 2013)

Lire aussi son message au lien : #Message_Evelyne_Curt

 

Définitions :

Lire le texte "QU'EST-CE QUE L'HYGIÈNE NATURELLE ?", par le Dr Herbert M. Shelton au lien : #QU_EST_CE_QUE_L_HYGIENISME
(Texte présenté dans le livre "La santé sans médicaments" écrit par le Dr Herbert M. Shelton)


« Qu'est ce que l'Hygiénisme ?
L'hygiénisme est l'art de vivre en bonne santé par le respect des lois de la nature et par la bonne connaissance des aliments spécifiques à l'espèce humaine.»
(Sur le site de l'hygiénisme : http://www.hygienisme.org/)


« L'Hygiénisme est une médecine non conventionnelle qui prône l'autoguérison, le crudivorisme, le jeûne et la naturopathie. »
("L'Hygiénisme (nutrition)" sur Ékopédia : http://fr.ekopedia.org/Hygi%C3%A9nisme_%28nutrition%29)


« Définition
L’hygiénisme est aussi appelé hygiène vitale ou encore hygiène naturelle. Il correspond à la fois à une science et à un art de vivre visant à promouvoir la santé. C’est le respect des lois de la nature qui engendre une bonne santé. La négligence de ces lois au-delà de certaines limites dirige les organismes vivants vers la maladie. »
(Écrit dans "Hygiène vitale" http://hygienevitale.over-blog.com/article-l-hygienisme-43327757.html)

 

« Paroles d'Albert Mosséri, hygiéniste Français qui a grandement inspiré ma pratique :
"L'hygiéniste a un problème ardu à résoudre: prendre soin du patient, lui ENSEIGNER la nature des conditions normales qui peuvent amener la guérison et lui apprendre l'art de vivre sainement.
L'hygiéniste ne traite pas les malades. Il ne cherche pas à guérir la maladie.
Il croit fermement que c'est la maladie qui guérit le malade de ses habitudes nocives et des conditions malsaines de sa vie.
Quand l'hygiéniste réussit à enseigner aux mal portants d'acquérir des habitudes saines de vie, alors la maladie ne devient plus nécessaire."»
(Lu au lien https://www.facebook.com/GuerisonParLaNature (23 mars 2013))

Entrevue avec Albert Mosséri (19 novembre 2004) : http://www.fredericpatenaude.com/francais/mosseri.html. Lire aussi cette entrevue au lien : #ENTREVUE_ALBERT_MOSSERI

Entrevue avec Désiré Mérien : #Entrevue_Desire_Merien

Entrevue avec André Passebecq (2002) : http://www.satoriz.fr/les-entretiens/Andre-Passebecq-:-la-naturopathie/article-sat-info-175-5.html ou http://neptuname.over-blog.com/article-andre-passebec-entretien-de-2002-extraits-65602656.html Lire au lien : #Entrevue_Andre_Passebecq

Une présentation de l'Hygiénisme : https://sites.google.com/site/libertero/l-humain-ce-sauvage/anatomie-comparee/hygienisme---albert-mosseri

Un distinguo fondamental : "Hygiénisme et Naturopathie !" : http://www.naturopathie-en-clair.com/un-distinguo-fondamental/

Aussi la différence entre Hygiénisme et Naturopathie par Frédéric Patenaude au lien http://www.fredericpatenaude.com/francais/PDF/mentoraout09.pdf
"La naturopathie a recours à des méthodes naturelles comme : Les bains de sièges  L’argile  L’hydrothérapie  La chiropratique  Les massages  Les compresses  Les tisanes  Les oligo-éléments  Les suppléments nutritionnels  La biorespiration  L’acupuncture  L’homéopathie  Les cures thermales  Etc.
Par contre, l’Hygiénisme ne reconnaît pas l’existence des remèdes , même naturels. Nous stipulons que le seul ‘remède’, pour ainsi dire, c’est la suppression de la cause et non celle des symptômes, fût-ce par des méthodes naturelles."

Voir aussi le dossier NATUROPATHIE au lien : http://www.conscience33.fr/naturopathie.html

Voir aussi le dossier concernant LE JEÛNE au lien : http://www.conscience33.fr/jeune.html


Pour réfléchir :

Tableau d'anatomie et de physiologie comparées...

Présenté au lien : http://danvkx.free.fr/HYGIENE/anatomie.htm

Photo : Pour réfléchir :    Tableau d'anatomie et de physiologie comparées...

 

HOMMAGE À ALBERT MOSSÉRI (12 mars 1925 - 11 février 2013) :

Albert Mosséri sur Wikipedia (en italien) : http://it.wikipedia.org/wiki/Albert_Moss%C3%A9ri

L'hygiénisme suivie de l'Entrevue avec Albert Mosséri (19 novembre 2004) : https://sites.google.com/site/libertero/l-humain-ce-sauvage/anatomie-comparee/hygienisme---albert-mosseri ou https://sites.google.com/site/kamaraimo/Home/albert-mosseri

L'Entrevue avec Albert Mosséri, l’hygiéniste qui a supervisé 4 000 jeûnes est aussi présentée aux liens : : http://nature-sante.org/index.php?option=com_content&view=article&id=16&Itemid=22 et http://www.fredericpatenaude.com/francais/mosseri.html. Lire aussi cette entrevue au lien : #ENTREVUE_ALBERT_MOSSERI

Hommage à Albert Mosséri par Raphaël Perez, Président de la fédération Française d’Hygiène Naturelle et de Nature & Santé, le 14 février 2013 : http://www.hygienenaturelle-alimentation.com/article-hommage-a-albert-mosseri-116535943.html

Hommage par Frédéric Patenaude le 22 février 2013 sur Facebook : "I just learned of the death of my early Natural Hygiene mentor Albert Mosséri (b. in 1925), author of over 20 books on the topic of natural health and fasting. An amazing life's accomplishment and certainly a man who's work should have been more well known internationally. Hopefully, one day I will finish the translation of his works that he asked me to publish, when I met him in person in 2010." (https://www.facebook.com/frederic.patenaude)

Décès de Albert Mosséri dans la nuit du 10 au 11 février 2013 : http://tangerine.forumprod.com/deces-d-albert-mosseri-t331.html et http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/t392-j-ai-lu-un-article-sur-le-net (nota : il y a eu une erreur dans internet concernant l'année : il s'agit de 2013 et non de 2012).
Informations parues dans le groupe "Hygiénisme" au lien : https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups=#!topic/hygienisme/8uj33WIppzg et https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups=#!topic/hygienisme/GYbxfFoW0-4

Interview de Albert Mosséri, réalisée en anglais par Frédéric Patenaude :
Partie 1 : http://www.youtube.com/watch?v=87YKDFKM60I (9'48) ou http://zipd.eu/exv/yt/?as=1&i=87YKDFKM60I (9'48)
Partie 2 : http://www.youtube.com/watch?v=QgyLoIv1Nig (9'29) ou http://zipd.eu/exv/yt/?i=QgyLoIv1Nig&as=1 (9'29)

Transcription écrite, en français, des deux vidéos au lien : http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#INTERVIEW_ALBERT_MOSSERI

Part 1 : Interview avec Albert Mosseri, Hygiénisme - 2010

Fréderic Patenaude a interviewé Albert Mosséri :
Comment avez-vous découvert l'Hygiénisme pour la première fois ? L'Hygiénisme et le jeûne..
.

https://www.youtube.com/watch?v=nRq1JH2nch8
Sous-titrée VOSTF (9'47)

ou http://www.dailymotion.com/video/x1qdskk
Sous-titrée VOSTF (9'48)

Lire la transcription en français : #mosseri1

Vidéo d'origine, non-sous-titrée :
http://www.youtube.com/watch?v=87YKDFKM60I (9'48)

Part 2 : Interview avec Albert Mosseri, Hygienisme - 2010

Fréderic Patenaude continue son interview avec Albert Mosseri,
Qu'est-ce que le menu hygiénique que vous recommandez ?


https://www.youtube.com/watch?v=yjoINABPyTg
Sous-titrée VOSTF (9'28)

ou http://www.dailymotion.com/video/x1qdtmz
Sous-titrée VOSTF (9'29)

Lire la transcription en français : #mosseri2

Vidéo d'origine, non-sous-titrée :
http://www.youtube.com/watch?v=QgyLoIv1Nig (9'29)

et :

- Albert Mosséri répond aux questions des jeûneurs en cure chez lui, le 19.02.1996 : https://www.youtube.com/watch?v=3a-PJ6kDfyw (4h05)
- Albert Mosséri répond aux questions des jeûneurs en cure chez lui, le 22.02.1996 : https://www.youtube.com/watch?v=l10GmwAd0Ig (5h09)
- Albert Mosséri répond aux questions des jeûneurs en cure chez lui, le 03.03.1996 : https://www.youtube.com/watch?v=hOYtKW2ZeHY (24'50)


ARTICLES :

 

HYGIÉNISME & RÉALISATION PRATIQUE DU JEÛNE DANS LA MÉTHODE HYGIÉNISTE - Conseils par Évelyne CURT

DOCUMENTS CONCERNANT L'HYGIÉNISME par Évelyne CURT :
"Qu'est-ce que l'Hygiénisme ?"
- Fiche n° 1 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Hygienisme
"Les grands principes de l'Hygiénisme"
- Fiche n° 2 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Les_grands_principes_hygienistes
"Notes sur l'eau"
- Fiche n° 7 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Notes_sur_l_eau
"Qu'avez-vous mangé aujourd'hui ?"
- Fiche n° 9 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Qu_avez_vous_mange_aujourd_hui
"Bases de la pratique hygiéniste"
- Fiche n° 17 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Bases_de_la_pratique_hygieniste
"Le jeûne matinal"
au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Le_jeune_matinal
"Les combinaisons alimentaires"
- Fiche n° 10 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Les_combinaisons_expliquees
"Que faire en cas de douleurs ?"
- Fiche n° 20-21 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Que_faire_en_cas_de_douleurs
"Conseils alimentaires pour commencer"
- Fiche n° 23 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Conseils_alimentaires_pour_commencer
"Les intoxications métalliques"
au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Les_intoxications_métalliques

STAGE "Jeûner en Conscience" avec Évelyne CURT : www.conscience33.fr/jeune.html#Stage_en_France
"Un peu d'explications sur le jeûne" - Fiche n° 3 à télécharger au lien ou à lire ici : www.conscience33.fr/jeune.html#Explications_sur_le_jeune
"Les modalités pour le stage" à télécharger au lien ou à lire ici : www.conscience33.fr/jeune.html#Modalites_pour_le_stage
"Se préparer" à télécharger au  lien ou à lire ici : www.conscience33.fr/jeune.html#Se_preparer

AUTRES DOCUMENTS COMPLÉMENTAIRES POUR FAIRE UNE CURE DE JEÛNE par Évelyne CURT :
"La cure de jeûne" - Fiche n° 4 à lire au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#La_cure_de_jeune
"Particularités de la pratique du jeûne dans la méthode hygiéniste" - Fiche n° 6 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Cure_de_jeune_Particularites
"Cure de jeûne - Citations - extraits de livres"
- Fiche n° 5 au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Extraits_de_livres
"Option pour l'accompagnement"
par Évelyne Curt au lien : www.conscience33.fr/jeune.html#Option_pour_accompagnement

 

LES ALIMENTS : http://www.hygienisme.org/ dans "Le petit guide de découverte de l'hygiénisme" rubrique "Les aliments". Lire ici un condensé : #ALIMENTS

BLOG HYGIÉNISME DE VINCENT MUNOZ : http://vitae.pagesperso-orange.fr/page%20presentation%20hygienism.htm
(contact : Mr Vincent MUNOZ, Domaine de boisviel Sud, 13104 Mas-Thibert ou par mail : vicen@wanadoo.fr) avec :
-
"Le petit guide vert" - Principes de base - à lire au lien : http://vitae.pagesperso-orange.fr/guide%20vert%20de%20l'hygienisme.html
-
Préparations plats hygiénistes : http://vitae.pagesperso-orange.fr/aliments%20saints.html
- Infos pratiques alimentaires
: http://vitae.pagesperso-orange.fr/info%20bouffe%20hygie.html
- Philosophie Hygiéniste - Moralité hygiéniste par le Dr J.M. Compagnon :
http://vitae.pagesperso-orange.fr/moralite%20hygieniste.htm
- Hygiénisme et la Bible :
http://vitae.pagesperso-orange.fr/3%20israelites.pdf

REVUE "Le Bon Guide de l'Hygiénisme" : Exemplaire n° 22 Juillet/Août 2004 Spécial : Fatigue, en ligne au lien http://www.hygienisme.org/.
À télécharger (56 pages) : http://www.hygienisme.org/fichiers/Le-bon-guide-de-l-hygienisme-022.pdf

Photo

 

Why Did T C Fry Die 'So Young'? : http://debbietookrawforlife.blogspot.fr/2009/06/why-did-t-c-fry-die-so-young.html

John H. Tilden (1851-1940) sur Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/John_H._Tilden

Herbert M. Shelton (1895-1985) sur Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Herbert_M._Shelton et sur digplanet : http://www.digplanet.com/wiki/Herbert_M._Shelton

Article La Toxémie expliquée John Henry Tilden 1926 http://neptuname.over-blog.com/article-la-toxemie-expliquee-41844992.html Lire au lien #La_toxemie_expliquee

Régime de l'hygiène naturelle : http://www.encyclopedia.com/doc/1G2-3435100556.html

 

Controverses :
- "Les aventures de l'hygiénisme et ses dérives" : http://marcelthiriet.blogspot.fr/2010/06/hygienisme-dhier-et-daujourdhui.html "... Une sorte de pouvoir qui touche à l'intimité par souci exclusif de contrôle..."

- "Avis sur l'Hygiénisme et la Publicité" : http://www.cep-pub.org/Avis-sur-l-Hygienisme-et-la,43.html "... Une dérive vers l’eugénisme est-elle toujours à redouter..."

- Historique et controverse : http://www.crudivegan.fr/2012_11_01_archive.html "... Vous pouvez lire une petite interview de Mosseri très intéressante par Fréderic Patenaude... Il préconise une alimentation crue à base de fruits, légumes et noix, mais il est surtout un fervent adepte de la cure de jeûne... Mosseri est contre la naturopathie qui prescrit des "médicaments naturels" comme la phytothérapie alors que l'Hygiénisme propose uniquement de supprimer la cause de la maladie... Cela dit, TC Fry disait que les légumes verts n'ont aucune utilité (!) et il est mort gros, et en très mauvaise santé !... Fréderic Patenaude... dit être maintenant un crudivore qui mange quelques légumes et pommes de terres ou soupes chaudes le soir..." (Note : lire l'entrevue à ce lien : http://www.fredericpatenaude.com/francais/mosseri.html)

-Controverse au lien : http://blogue.passeportsante.net/helenebaribeau/2008/10/fautil_suivre_les_combinaisons.html

- Controverses sur le site de Frédéric Patenaude : http://www.fredericpatenaude.com/francais/fanatisme.html et http://www.fredericpatenaude.com/francais/solange.html ainsi qu'une interview : http://www.rawinmontreal.com/fr/blogue/117-raw-in-montreal-interviews-frederic-patenaude et un livre : http://www.fredericpatenaude.com/francais/PDF/secrets-vivant.pdf
- "Les controverses du cru" par Frédéric Patenause : http://www.fredericpatenaude.com/francais/controversel/cru.html

 

SITES :


- Site officiel de "L'Hygiénisme" : http://www.hygienisme.org/
(avec Alain Moséri)
et...
- sur Facebook : "Hygiénisme Mosséri" : https://www.facebook.com/hygienisme.mosseri (avec Alain Moséri)

 

- Site "L'Hygiénisme - Un système révolutionnaire de santé" : http://hygienisme.free.fr/ (avec Daniel Vranckx) et...
Site d'Equisano asbl (avec Daniel Vranckx) : http://danvkx.free.fr/

*** Groupe "L'Hygiénisme selon Shelton" : http://groups.google.com/group/hygienisme?hl=fr ou https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!forum/hygienisme

*** L'Hygiénisme Authentique : Voir plus d'information au lien hygienisme-authentique.html
- Site web : http://www.hygienismeauthentique.org/ (avec Fares Achour https://www.facebook.com/fares.achour75)
- sur Facebook : https://www.facebook.com/groups/lhygienismeauthentique/ Groupe fermé.
avec aussi :
- Glossaire : https://www.facebook.com/notes/lhygi%C3%A9nisme-authentique/glossaire/818617041543750
Le glossaire permet aux membres de rechercher les écrits hygiénistes partagés au sein du groupe, par termes. 
- Fichiers : https://www.facebook.com/groups/lhygienismeauthentique/files/
Nombreux fichiers à télécharger : Voir au lien hygienisme-authentique.html - Liste au 16.07.2015 :
Ces fichiers sont téléchargeables sur Facebook. Pour y accéder, il est nécessaire d'avoir un compte Facebook et de demander à être accepté dans le groupe.

*** CYTUNILLA : http://www.cytunilia.com/ Holistic Art of Life (par Pauyel) : Hygiène Naturelle - Pratiques Crues - Evénements - Jeûner...

 

 

*** Facebook : Groupe cru et VEGAN "Qui l'eut CRU ?" :
Lien : https://www.facebook.com/groups/veganlifeholistic/ Groupe secret.
... Parmi les outils proposés, les vidéos et écrits de toute personne oeuvrant tant pour le cru que pour l'hygiénisme, parmi les grands noms de l'hygiénisme, on trouve Herbert Shelton, Albert Mosséri, Désiré Mérien...

- Communauté sur Facebook : https://www.facebook.com/GuerisonParLaNature/

 

- Site Vivre Cru : http://vivrecru.org/ Ce site de Thierry Casasnovas est orienté vers le cru, mais n'est pas complètement hygiéniste.
Il a un groupe sur Facebook "Vivons Cru" : https://www.facebook.com/groups/VivonsCru/ (groupe "privé")
Voir les diverses ressources de "Vivre Cru" au lien : http://www.conscience33.fr/naturopathie.html#site_vivre_cru

- Une page Facebook indépendante du groupe de Thiery Casanovas est intitulée "Vivons Cru" (!) : https://www.facebook.com/vivonscrusante (page accessible à toutes et tous, où on va retrouver des vidéos de Thierry Casasnovas, émanation de "Nutrition santé" : https://www.facebook.com/nutrition.sante.vege)

 

- Blog michelnature : http://michelnature.com/



et sur "Conscience 33" :

 

DOSSIER HYGIÉNISME
L'informations de base

DOSSIER JEÛNE
Le jeûne hydrique

DOSSIER HYGIÉNISTE
Vers la nutrition hygiéniste

COURS HYGIÉNISME
Cours de base de T.C. Fry

Sur Facebook :
- Hygiénisme Mosséri : https://www.facebook.com/hygienisme.mosseri
- Hygiénisme France : https://www.facebook.com/profile.php?id=100004799506673
et hygiénismefrance : https://www.facebook.com/hygienisme Site web de santé/Bien-être
- L'Hygiénisme authentique : https://www.facebook.com/groups/lhygienismeauthentique/ Groupe "fermé"

 


FORUMS :


Groupe "L'Hygiénisme selon Shelton" : https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!forum/hygienisme Visitez ce groupe à l'adresse http://groups.google.com/group/hygienisme?hl=fr (pour s'y inscrire expliquez vos motivations)

Forum : "La santé dépend-elle de l'alimentation : Faut-il devenir végétarien ?" http://novusordoseclorum.discutforum.com/t5957p30-la-sante-depend-elle-de-l-alimentation-faut-il-devenir-vegetarien (depuis le 21/12/2010)

Forum : "Hygiénisme" http://www.onpeutlefaire.com/forum/topic/5788-hygienisme/ (de 2006 à 2008)

Un forum jeûne hydrique, ayant principalement pour objectif de... maigrir, est ouvert depuis 2009 au lien :

http://www.regimesmaigrir.com/regimes/commentaires/jeune.php


Forum anglophone : Raw Foods & Sports Nutrition with Dr Doug Graham http://www.vegsource.com/talk/raw/index.html

 

Facebook : Groupe "Jeûne hydrique long" :
- sur Facebook : https://www.facebook.com/groups/634947623267009/ Groupe fermé.

 

FORUM JEÛNE ET SANTÉ :
Forum Thème "Jeûne et santé": http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/ Plusieurs discussions autour des différents types de jeûne.
Forum Thème "Éléments de connaissance du jeûne" : http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/f9-elements-de-connaissance-du-jeune dont :
"Rupture et réalimentation : suite au jeûne Shelton/Rocan/Reygade/Passebecq" http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/t226-rupture-et-realimentation-suite-au-jeune-shelton-rocan-reygade-passebecq (2012 : 1 page avec tableau des compatibilités alimentaires selon Reygade) et
"Jeûne (le) intégral par Jean Rocan" http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/t210-jeune-le-integral-par-jean-rocan (2012) "Tiré de l'ouvrage du biologiste Jean Rocan (1910-2001) : "Médecine de Demain"".
"Les contre-indications au jeûne" http://forum1.aimoo.com/lejeunetherapeutique2/General-Discussion/RE-les-CONTRE-INDICATIONS-au-je-ne-1-1402124.html (forum transféré en 2009 à "Jeûne et santé")


AUTRES :

Site du Dr Stanley S. BASS : http://drbass.com/sequential.html Nutrition séquentielle "par strate"...

Raw Food Explained : http://www.rawfoodexplained.com/

Cours appelé "The Life Science Health System" par T.C. Fry. (Le Système de Santé de la Science de la Vie). Voir ici : #COURS

 

Site : "Vivre cru" : http://vivrecru.org/ (Thierry Casasnovas)
Sur Facebook : Groupe https://www.facebook.com/groups/VivonsCru/239314972900202/?notif_t=group_activity : Groupe de partage et de discussion autour des Vidéos et du Site de Thierry Casasnovas "Vivre Cru".
Ce groupe est totalement indépendant du site vivrecru.org et de l'association "régénère" , Thierry Casasnovas n'exerce aucun contrôle ni regard sur les écrits échangés.
Informations extraites du site Vivre Cru ou du groupe Facebook au lien #vivre_cru
Voir aussi la liste des groupes Facebook "VIVONS CRUS" : http://www.conscience33.fr/naturopathie.html#site_vivre_cru

Blog "Hygiène naturelle et Alimentation" avec Dr Raphël Perez : http://www.hygienenaturelle-alimentation.com/

Alimentation vivante crue : http://www.conscience33.fr/Alimentation_vivante_crue.html

 

Croisade pour la santé avec Bernard Clavière : http://www.croisadepourlasante.org/ et http://www.croisadepourlasante.org/le-je%C3%BBne-pages-pratiques/
Un livre : "Et si on s'arrêtait de manger... de temps en temps" par Bernard clavière - 2008, 249 pages à télécharger au lien http://www.fichier-pdf.fr/2012/08/07/livre-et-si-on-s-arretait-un-peu-de-manger/ ou http://www.fichier-pdf.fr/2012/08/07/livre-et-si-on-s-arretait-un-peu-de-manger/livre-et-si-on-s-arretait-un-peu-de-manger.pdf.

L'hygiénisme et moi (Évelyne Curt) : http://provencejeun.e-monsite.com/pages/l-hygienisme-et-moi.html

Aliments Orkos : http://www.orkos.com/

Article - Cancer : Le jeûne aussi efficace que la chimiothérapie http://www.marocjournal.net/actualites/39909.html

Société de l'Hygiène Naturelle britannique et revue "The Hygienist" : http://www.drsidhwa.com/bnhs/index.html

 

LIVRES :


LIVRES & DOCUMENTS À TÉLÉCHARGER - Liste non exhaustive :
De nombreux livres peuvent être téléchargés sur Internet :
Source : le site de "Jeûne et Randonnée" : listés ici #jeune_et_randonnee et sur internet http://www.jeune-et-randonnee.com/textes.php
Source : le site de "Christopher Vasey" : listées ici et sur internet http://www.christophervasey.ch/francais/livres.html et http://www.christophervasey.ch/francais/livres_gratuits.html
Source : le groupe Facebook du site "Vivre Cru" listés ici #vivre_cru et sur internet https://www.facebook.com/groups/VivonsCru/files/

Remarque : certains documents ne sont pas sous forme PDF et doivent être copiés pour être conservés.


* LIVRES ÉCRITS PAR ALBERT ISAAC MOSSÉRI : Liste chez Amazon- Liste éditions Aquarius - Liste Hygiénisme.org - Liste Price Minister - Liste ebay -

Le Jeûne, meilleur remède de la nature (2010) - Ernia, emorroidi, varici e prolassi. Come guarire senza farmaci e operazioni chirugiche (2007) - Santé radieuse par le jeûne (2003) - L'antimédecine (2003) - La nutrition hygiéniste (2001) - Les Supercheries de la Médecine (1998) - Jeûner pour revivre (1992) - Mangez Nature Santé Nature Tome 1 et 2 (1992) - Manger pour vivre sans maladies (1990) - La nourriture idéale et les combinaisons simplifiées (1989) - La santé par la nourriture (1989 et 1960) - L'homme, le singe et le paradis (1989) - Vivre sans sida le goulag du sida (1987) - Confiez votre santé à la nature (1986) - Jeûner pour revivre (1980) - La Santé par la nourriture (1986) - L'Hygiénisme - Petit Guide du Débutant (1979) - L'Art de se nourrir pour se fortifier : Orthotrophie (1962, 1974) - La Santé par la nourriture : Orthotrophie (1964 et 1956) - Les Méthodes naturelles de guérison ; ce qu'est le véritable hygiénisme et ce qu'il n'est pas avec Gérard Nizet (1959) - Comment guérir le rhume cet inconnu suivi de la constipation, l'appendicite et le diabète avec Victor Matalon (1958) - Toxémie et désintoxication par le Dr John H. Tilden (1958 et 1956) - Tumeurs et cancers avec Herbert McGolphin Shelton (1964 et 1957) - La Science de la santé : Le Système hygiéniste et les lois de la vie, d'après les travaux du Dr H.M. Shelton (1957) - André Passebecq... Initiation à l'hygiénisme avec André Passebecq (1956) - Comment soigner sans opération hernie, hémorroïdes, ptoses, varices, déplacement de la matrice, déviations utérines... (1955) - L'hygiénisme : Disciplines de la santé naturelle (1995) - Dr Herbert M. Shelton La Santé par les combinaisons alimentaires traduction (1955) - Les soins hygiénistes - les malaises digestifs (estomac, intestins, amygdales, bouche, langue, pharynx, oesophage... (1954) - L'art de se nourrir pour se fortifier : le système hygiéniste (1953) - Comment guérir le rhume, cet inconnu. La nouvelle science de l'hygiène naturiste et ses lois (1951)


Livret "L'HYGIÉNISME - Petit Guide du Débutant - DISCIPLINES DE LA SANTÉ NATURELLE"
ou "Le petit guide de découverte de l'hygiénisme" par Albert Mosséri (1979)
"Le petit guide de découverte de l'hygiénisme" est présenté au lien : http://www.hygienisme.org/,
à télécharger au lien : http://www.hygienisme.org/fichiers/lepetitguidededecouvertedelhygienisme.pdf (39 pages)
C'est aussi "LE PETIT GUIDE VERT" qui peut être lu au lien : http://vitae.pagesperso-orange.fr/guide%20vert%20de%20l'hygienisme.html
Extraits au lien : #Le_guide_du_debutant ou http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#Le_guide_du_debutant

Photo

Livre "LA SANTÉ PAR LA NOURRITURE" par Albert Mosséri (1953, 1964, 1974) :
Un excellent ouvrage de référence.
Sommaire et extraits au lien : LA_SANTE_PAR_LA_NOURRITURE
Télécharger au lien : http://www.aryanalibris.com/index.php?post%2FMosseri-Albert-Isaac-La-sante-par-la-nourriture



Livre "MANGER POUR VIVRE SANS MALADIES"
par Albert Mosséri (1990) :
Préface au lien : #MORALITE_HYGIENISTE -
Sommaire et extraits au lien : #MANGER_POUR_VIVRE_SANS_MALADIES
Autres informations : http://www.vegetarismus.ch/heft/f2004-1/livres.htm

Vous pouvez acheter le livre neuf en ligne auprès, par exemple, des Éditions Aquarius ou de Amazon.



Livre "L'HOMME, LE SINGE ET LE PARADIS" par Albert Mosséri (1989) :
Extraits au lien : : https://sites.google.com/site/libertero/l-humain-ce-sauvage/anatomie-comparee/hygienisme---albert-mosseri
ou https://sites.google.com/site/kamaraimo/Home/albert-mosseri

Télécharger : L’homme, le singe et le paradis    : http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosséri_-_L’homme_le_singe_et_le_paradis.pdf
Version pdf-texte erreurs possibles : http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosséri_-_L’homme_le_singe_et_le_paradis-texte.pdf
Autre lien : http://www.aryanalibris.com/index.php?post%2FMosseri-Albert-Isaac-L-homme-le-singe-et-le-paradis

Photo


Livre "CONFIEZ VOTRE SANTÉ A LA NATURE" par Albert Mosséri (1986) :
Sommaire au lien : #Confiez_votre_sante_a_la_nature

Photo

 

Livre "SANTÉ RADIEUSE PAR LE JEÛNE " par Albert Mosséri

Ce livre peut être commandé par exemple avec Amazon. (15,96 €)
Conseillé par Évelyne Curt pour efffectuer un jeûne.

Extraits du livre :#Extrait_Santé_radieuse_par_le_jeûne

 

 



Livre : "LE JEÛNE, Meilleur remède de la Nature" par Albert Mosséri (2003) - Conseillé par Évelyne Curt

Complète"Santé Radieuse par le jeûne" -
Conseillé par Évelyne Curt pour efffectuer un jeûne.
Ce livre peut être commandé par exemple avec Amazon. (17,39 €)

Extraits du livre : #Extraits_Le_jeûne_meilleur_remède_de_la_nature
Un résumé du livre très complet et très bien fait est présenté dans le Blog "Alimentation crue originelle" au lien http://alimentation-crue-originelle.blogspot.fr/p/livre-le-jeune-meilleur-remede-de-la.html
et retranscrite au lien #le_jeune_meilleur_remede_de_la_nature

 

Télécharger le livre "LE JEÛNE, Meilleur remède de la Nature" :
Albert Mosséri, Le jeûne (français): http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosseri_-_Le_jeune.pdf
version pdf-texte erreurs possibles              : http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosseri_-_Le_jeune-texte.pdf (103 pages)
Autre lien : http://www.aryanalibris.com/index.php?post%2FMosseri-Albert-Isaac-Le-jeune


 

 

Livre "JEÛNER POUR REVIVRE" par Albert Mosséri (1980) :
Sommaire et extraits au lien : #JEUNER_POUR_REVIVRE ou http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#JEUNER_POUR_REVIVRE

Télécharger : Jeûner pour revivre                      : http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosseri_-_Jeuner_pour_revivre.pdf
Version pdf-texte erreurs possibles : http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosseri_-_Jeuner_pour_revivre-texte.pdf
Autre lien : http://www.aryanalibris.com/index.php?post%2FMosseri-Albert-Isaac-Jeuner-pour-revivre

Photo
Photo
Jeûner pour revivre
Edition 1992
Jeûner pour revivre
Edition 1980

 

 

Livre "LA NOURRITURE IDÉALE ET LES COMBINAISONS SIMPLIFIÉES" par Albert Mosséri (1976) :
Sommaire et extraits au lien : #LA_NOURITURE_IDEALE_ET_LES_COMBINAISONS_SIMPLIFIEES

 

Livre "ORTHOTROPHIE" par Albert Mosséri :
Orthotrophie http://www.truthseekers.fr/Albert_Isaac_Mosséri_-_Orthotrophie.pdf 

 

Livre "COURS D'HARMONISATION ÉNERGÉTIQUE" par André Passebecq (248 pages, 1991).
Sommaire et extraits au lien : #Harmonisation_energetique


* AUTRES :

Livret "LE SPORTIF HYGIÉNISTE" par Roger Marteau (1987) :

"Le sportif hygiéniste" par Roger Marteau - paru en 1987 dans la "Revue Nature et Vie" n° 71 (34 pages).
Ce livret, avec l'accord de Roger Marteau, est présenté en version PDF dans le Groupe "L'Hygiénisme selon Shelton" au lien https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!topic/hygienisme/Ht2arZLOngM (4 juin 2013).

Vous pouvez acheter sur internet le livret n° 71 auprès de "Nature et Vie" au lien : http://www.nature-et-vie.fr/librairie/livret&ajouter=24.
Bon de commande : http://www.nature-et-vie.fr/data/doc/NVBC2010.pdf.

Des extraits de ce livre sont présentés au lien : http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#Le_sportif_hygieniste_Extraits

Livre : "JEÛNER POUR SA SANTÉ" par Nicole Boudreau - Conseillé par Évelyne Curt

Ce livre peut être commandé par exemple avec Amazon ou la FNAC ou Decitre : (en neuf : à partir de 15,11 €).
Conseillé par Évelyne Curt pour efffectuer un jeûne.
Extraits du livre :
http://www.conscience33.fr/jeune.html#Extraits_Jeuner_pour_sa_sante

Description du livre : 
"Jeûner à l’ère du fast-food et de la médecine biotechnologique est considéré par plusieurs comme un anachronisme. Dans une société de loisirs et de plaisirs peu encline à la privation, le jeûne semble en effet austère. Pourtant, la recherche scientifique, après avoir connu un essor fantastique avec l’avènement de nouvelles technologies, nous ramène aujourd’hui au fondement de la santé humaine: le corps possède les moyens de se régénérer. La vie cellulaire est dynamique; elle se renouvelle constamment et le jeûne stimule ce renouvellement.

Effectué en période de repos et à l’abri du stress, le jeûne permet à l’organisme de digérer ses toxines, ses cellules et ses tissus endommagés. Le corps peut ainsi se détoxiquer et même rajeunir en profondeur. 

Cet ouvrage nous décrit les effets thérapeutiques du jeûne et nous fait pénétrer dans un centre où Michelle, Paul, Julie et Thérèse s’adonnent au jeûne non seulement pour leur santé, mais aussi pour leur bonheur. Épuisés par la surconsommation et par un environnement contraignant, ils redécouvrent une thérapie vieille comme le monde et partagent avec nous les bienfaits de cette découverte.

Nicole Boudreau est biologiste. Ses études en communication et son expérience en tant que journaliste et conférencière font d’elle une excellente vulgarisatrice."

Les commentaires parus sur Amazon.

Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Jeûner pour sa santé
Édition 2013
Jeûner pour sa santé
Édition 2012
Jeûner pour sa santé
Édition 2009
Jeûner pour sa santé
Édition 2006
Jeûner pour sa santé
Édition 1995


Livre : "Le jeûne, une nouvelle thérapie" par Thierry Lestrade en complément du film du même nom (voir au lien http://www.conscience33.fr/jeune.html#video_le_jeune_nouvelle_therapie)
Ce livre est proposé en lecture partielle au lien de Books.google : cliquer ici.
Télécharger au lien : http://batizen.blogspot.fr/2013/10/ebook-le-jeune-une-nouvelle-therapie.html

 

* OUVRAGES DE SHELTON en français :

Livre "LE JEÛNE" (Édition LE COURRIER DU LIVRE) :
Ce livre est téléchargeable gratuitement au lien : http://santeradieuse.org/wp-content/uploads/2014/03/Le-jeune-Shelton.pdf

Le livre peut être acheté aux Éditions Trédaniel ou chez Amazon : http://www.amazon.fr/Le-Jeune-H-Shelton/dp/270290016X et les critiques de ce livre ici.

Autre lien pour télécharger : http://www.fluket.com/uptobox-le-jeune-h-m-shelton/p815210/

Voir ici le sommaire et des extraits du livre : "Le Jeûne" par H.M. Shelton (lien : #LE_JEUNE)

Sommaire et extraits du livre au lien : #LE_JEUNE


Livre "LES COMBINAISON ALIMENTAIRES ET VOTRE SANTÉ" (1955 - 1968) par Herbert M. Shelton - Éditions LE COURRIER DU LIVRE).
Sommaire et extraits au lien : #Livre_LES_COMBINAISONS_ALIMENTAIRES_ET_VOTRE_SANTE

Extrait "Appendice II « COMPRIMÉS » HYGIÉNISTES" (page 111) présenté en PDF sur internet au lien :
http://santeradieuse.org/wp-content/uploads/2012/01/BONUS-comprim%C3%A9s-Shelton.pdf

Vous pouvez acheter le livre neuf (environ 10 €) en ligne auprès, par exemple, des Éditions Trédaniel, de Amazon ou de Rue du Commerce

Sommaire et extraits au lien : #Livre_LES_COMBINAISONS_ALIMENTAIRES_ET_VOTRE_SANTE

Livre "TUMEURS ET CANCERS" (1987) par Herbert M. Shelton - Éditions LE COURRIER DU LIVRE.
Sommaire et extraits au lien : #TUMEURS_ET_CANCERS

Vous pouvez acheter le livre neuf (environ 9 €) en ligne auprès, par exemple, des Éditions Trédaniel ou de Amazon.

Photo Sommaire et extraits au lien : #TUMEURS_ET_CANCERS

 


Livre "LA SANTÉ SANS MÉDICAMENTS" (1974) par Herbert M. Shelton (Éditions LE COURRIER DU LIVRE)
Sommaire et extraits au lien : #Livre_LA_SANTE_SANS_MEDICAMENTS - Télécharger au lien : la-sante-sans medicaments-shelton.pdf et https://www.facebook.com/download/438581556295215/la-sante-sans%20medicaments-shelton.pdf

Sommaire et extraits au lien : #Livre_LA_SANTE_SANS_MEDICAMENTS



Livre "L'ALIMENTATION SUPÉRIEURE" par Herbert M. Shelton (Éditions AQUARIUS)

Le site suivant donne énormément d'informations concernant Shelton, avec de nombreuses photos, et ce qu'il advient de son oeuvre de nos jours :
http://www.drsheltonshygienicreviewmagazines.com/

Voir aussi le site de Victoria BidWell :
Son site : http://www.getwellstaywellamerica.com/
"This Web Site Presents Natural Hygiene to the Health Seekers of the World !"

* OUVRAGES en anglais : liste au lien :
http://www.soilandhealth.org/02/0201hyglibcat/0201hyglibcat.html (via http://www.soilandhealth.org/02/02healthlibwelcome.html et http://www.soilandhealth.org/)

(Pour avoir une approche en français des livres en anglais sur internet utiliser Google Chrome qui permet une traduction approximative d'une manière simple)

Nombreux livres à lire ou à télécharger de SHELTON, TILDEN, TRALL, CORNARO (hygiéniste du 15ème siècle), Article HYGIENIC REVUE etc...

SHELTON :
Shelton, Herbert. Historical chronology.
 An brief admiring biography and complete historical bibliography of Shelton by a staunch follower, Victoria Bidwell. HERE WITH PERMISSION OF VICTORIA BIDWELL.

Shelton, Herbert M. The Hygienic Care of Children. San Antonio, Texas: Dr, Shelton's Health School, 1931.
    Not reprinted by the American Natural Hygiene Society! Shelton at his most aggressive, a vigorous defence of innocent children. The book was very badly printed and lacked the copy-editor's polishing given Shelton's other manuscripts. Thus it contained many, many errors, mispellings and even mis-used words. Many of these have been corrected. Many others were missed. Don't miss the very last chapter wherein Shelton ruthlessly attacks the alleopathic medicos for their greed and willful killing of the young; don't miss his detailed condemnation of vaccination. PUBLIC DOMAIN.

Shelton, Herbert M. The Hygienic System, Vol. II, Orthotrophy. San Antonio, Texas: Dr. Shelton's Health School, Sixth Edition, 1975. First published 1935.
   The question of what constitutes a proper and healthy diet has long been the matter of the greatest controversy among holistic healers. It is still a matter of great confusion among the public. Here is Shelton's thorough examination of eating and foodstuffs. Includes the complete data on food combining, feeding of infant and children, the digestive system, etc. PUBLIC DOMAIN.

Extrait en français du livre Orthotrophy : Chapitre XII "LES CÉRÉALES" http://delalumiere.free.fr/cereales.html à télécharger au lien : les_cereales_shelton.pdf


Shelton, Herbet M. The Hygienic System, Vol. III, Fasting and Sun Bathing. San Antonio, Texas: Dr. Shelton's Health School, Third Revised Edition, 1950. First Published 1934. 
   In his exhaustive study of therepeutic fasting, Shelton claimed: " In more than thirty years of conducting fasts, I have conducted over twenty-five thousand fasts, ranging in duration from three days to more than two months. I have conducted about six fasts that have gone sixty or more days, the longest being sixty-eight days. I have had literally hundreds of fasts that have lasted from forty to fifty and more days." Despite Shelton's possible overstatement of "twenty-five thousand," likely no one else has ever equalled his experience with fasting for the purpose of healing disease.PUBLIC DOMAIN.

Shelton, Herbert M. The Hygienic System, Vol. VI, Orthopathy. San Antonio, Texas: Dr. Shelton's Health School, 1939.
   The word "orthopathy" means something like "corrective suffering," or "repairing disease by experiencing the symptoms instead of suppressing them." Contains one of Shelton's most powerful statements of the fundamental nature of natural hygiene. Downloads as a PDF of 1.7 mb. PUBLIC DOMAIN.

Shelton, Herbert M. Natural Hygiene: Man's Pristine Way Of Life. San Antonio, Texas: Dr. Shelton's Health School, 1968.
    This rather long polemic painstakingly, passionately and rather aggressively examines certain key concepts of Shelton's version of Natural Hygiene: no one who reads this book carefully will ever think of the words cure and medicine as being compatible with Hygiene or healing or health. There is also an excellent history of the development of the Hygienic movement. PUBLIC DOMAIN.

Shelton, Herbert M. Syphilis: Is it a Mischievous Myth or a Malignant Monster. Mokelumne Hill, California, Health Research Press, 1962
   Shelton at his scathing best!, explaining that there is not now and never has been a disease called "syphilis" but that by diagnosing many minor and usually transient symptoms as "syphilis" the medical profesion has obtained a herd of terrified sheeple who take pay large fees to take their poisonous remedies. The remedies must go on for years and the toxicity of the very remedies themselves causes the dreaded symptoms of so-called tertiary syphilis Thanks to Gary Krasner of the Coalition for Informed Choice for the lend of this book. PUBLIC DOMAIN

Shelton, Herbert M. Food Combining Made Easy.San Antonio: Dr.Shelton's Health School, 1951.
     Shelton's statement is the most frequently referred to text on the subject. Reprinted 31 times between 1951 and 1979, which is the date of the copy on our shelf. Downloads as a non-searchable PDF of 4.25 mb. PUBLIC DOMAIN.

TILDEN :
Tilden, J. H., M.D. (1909) Appendicitis:
 The Etiology, Hygienic and Dietetic Treatment. Denver: Self-published. 273 KBytes. Currently in print by Kessinger Publishing Co.
    One of the pithiest and most crusty of cantankerous doctors, John Tilden had little respect for his fellow MDs, but enormous respect for the ability of a human body to heal if only given a chance. PUBLIC DOMAIN

Tilden, J.H., M.D. (1928) Children: Their Health and Happiness. Denver: Self-published.
    How to raise happy, healthy children per Dr. Tilden. The good doctor's firmly-stated views are definitely not the wishy-washy uncertainties that many young parents seem to hold these days. Some may find great wisdom here; others will be repelled by his sociology of human nature and his view of how to accomplish its moulding into a happy, and most importantly, healthy, adult. Tilden was opposed to vaccination and spoiling children. He was in favor of discipline, and felt effective discipline of children began with the parents' self-discipline. Currently in print by Kessinger Publishing Co. PUBLIC DOMAIN.

Tilden, J. H., M.D. (1924) Constipation: A New Reading On the Subject.Dr. Tilden's Health School.
    This ubiquitous ailment analyzed, dissected and its real cure indicated. Contains an interesting analysis of types of cases that pertains to all diseases. PUBLIC DOMAIN.

Tilden, J. H., M.D. (1921). Impaired Health: Its Cause and Cure, Volume I. (reprint of original). Mokelumne Hill, California: Health Research. Currently in print by Kessinger Publishing Co.
    Tilden's magnum opus, wherein the attempts to explain almost everything he understood in one book. Volume 1 covers the general causes of disease and his general approach to restoration of health. PUBLIC DOMAIN.

Tilden, J. H., M.D. Impaired Health: Its Cause and Cure, Volume II. (reprint of original). Mokelumne Hill, California: Health Research. Not in print at this time.
    The second half of this two-volume work. In part two, Dr. Tilden details treatment protocols for many different diseases. PUBLIC DOMAIN.

Tilden, J. H., M.D. Toxemia Explained. Télécharger au lien : http://www.soilandhealth.org/02/0201hyglibcat/020103toxemia/02010301.html ou http://www.soilandhealth.org/02/0201hyglibcat/020103toxemia/020103toxemia.PDF

"La toxémie expliquée" par John Henry Tilden au Blog Neptuname : http://neptuname.over-blog.com/5-categorie-11260379.html ou sur WikiSource au lien : http://fr.wikisource.org/wiki/La_Tox%C3%A9mie_expliqu%C3%A9e Lire au lien #La_toxemie_expliquee
Photo Lire au lien #La_toxemie_expliquee

TRALL :
Trall, J. R. The True Healing Art. Or, Hygienic vs. Drug Medication
, CORNARO (hygiéniste du 15ème sièvcle) : Cornaro, L. (1566). Discourses on the Sober Life,

CORNARO (hygiéniste du 15ème siècle) : Cornaro, L. (1566). Discourses on the Sober Life (has been through many reprintings by various publishers). Only 68 KBytes. PUBLIC DOMAIN

Article HYGIENIC REVUE : Hygienic Review etc...

Extrait du livre "Superior Nutrition" parHerbert M. Shelton paru au lien http://michelnature.com/?p=129#comments (posté le 25.3.2011) :

« À proprement parler, un repas est composé de deux éléments: une nourriture spirituelle et une nourriture matérielle. Puisqu’un état d’esprit enjoué et des associations joyeuses nous permettent non seulement de profiter de nos aliments mais encore de mieux les digérer, l’amitié, la joie, le bon esprit, de bonnes anecdotes, de l’amour, et l’absence de distractions, d’irritations, d’amertume, etc. composent l’essence spirituelle d’un bon repas. La fatigue, la douleur, la colère, l’inflammation, la fièvre et les autres états émotionnels et physiques similaires ont pour effet d’assécher nos fontaines de sucs digestifs et de ralentir voire de stopper les mouvements normaux du tube digestif, conduisant à l’indigestion, l’inconfort et les empoisonnements. S’il y a de la douleur, de la fièvre et / ou de l’inflammation, sautez le repas; sautez autant de repas que nécessaire pour que les symptômes passent. Si vous êtes fatigué, reposez-vous un peu avant de manger. Il n’y a rien de mieux qu’une période de repos et de relaxation pour restaurer la vigueur fonctionnelle d’une personne fatiguée. Le rire favorise la relaxation et la tranquilité. À table laissez régner la paix et la joie en maîtres absolus. »

par le Dr Herbert M. Shelton, extrait du livre « Superior Nutrition » traduit en français par yours truly :)

 

AUTRES LIVRES ET TEXTES EN PDF présentés au lien http://www.jeune-et-randonnee.com/bibliographie.php :

 

- Livre "Santé et Guérison par le Jeûne" par Arnold Ehret (1906-1971)
Une vidéo : http://vivrecru.org/vf-o/#.Uh-u7D8cpJJ ou http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=90M0C4R2IhI (38'08) et
Site pour lire le livre : http://www.vegedia.com/blogs/677/52/sant-et-gu-rison-par-le-je-ne et
Document en PDF (33 pages) au lien : http://jeune-et-randonnee.pagesperso-orange.fr/Ehret.pdf
Lire le commentaire de Shambalah du 29 avril 2013 (http://vivrecru.org/vf-o/#.Uh-u7D8cpJJ) au lien http://www.conscience33.fr/jeune.html#Sante_et_guerison_par_le_jeune
Intéressant pour l'alimentation et le jeûne.

- Livre "Jeûne et santé" par Pascal JACQUOT (février 2011) en lecture au lien : http://www.ecoutetpartage.fr/ateliers_fichiers/Jeuneetsante.pdf
Document en PDF (16 pages) au lien : http://www.ecoutetpartage.fr/ateliers_fichiers/Jeuneetsante.pdf

- Livre "Le jeûne et les traitements naturels" par le Dr Yves VIVINI (1970, nouvelle édition 1977) : http://crohn.superforum.fr/t2532-le-jeune-therapeutique#ehret
Document en PDF (292 pages) au lien : http://www.jeune-et-randonnee.com/old/VIVINI4.pdf et http://www.scribd.com/doc/143578748/Jeune-Vivini

- Livre "Le retour à la santé par le jeûne" par Dr Ed. Bertholet :
Document en PDF (272 pages) au lien : http://www.jeune-et-randonnee.com/Bertholet.pdf

 

Livret "Ma relation à la nourriture" par Joël Acremant - Extrait (10 pages) : http://apma.fr/boutique/wp-content/uploads/2013/05/Ma-relation-%C3%A0-la-nourriture-extrait.pdf - Achat : http://apma.fr/boutique/?product=ma-relation-a-la-nourriture
Sommaire et extraits au lien : #ma_relation_a_la_nourriture



Livre "Comment Et quand Être Son Propre Docteur" par Isabelle A. Moser :
Document PDF (281 pages) au lien : http://www.soilandhealth.org/02/0201hyglibcat/020102moser.french.pdf
Sommaire et extraits au lien http://www.conscience33.fr/naturopathie.html#Comment_Et_Quand_Etre_Son_Propre_Docteur
Photo

Livre : "Les secrets de l'alimentation vivante - L'alimentation crue en pratique" par Frédéric Patenaude (2008, 208 pages),
à télécharger au lien : http://www.fredericpatenaude.com/francais/PDF/secrets-vivant.pdf
A lire en téléchargeant car il y est écrit : "Important: Il est illégal de reproduire, vendre ou distribuer ces informations !"


Texte : "Les 10 pires erreurs à éviter avec l'alimentation vivante" par Frédéric Patenaude
à télécharger http://www.fredericpatenaude.com/francais/10erreur.pdf
À lire aussi à ce lien : #Les_10_pires_erreurs_a_eviter (il y est écrit : "Important : Vous pouvez distribuer cet article")
Photo

Texte : "L'art de composer des menus équilibrés" par Jean-Claude Reygade
Ce texte est présenté dans la revue Biocontact  – n° 119, Novembre 2002 (pages 70 à 72) :
Lire (ainsi que d'autres textes de Jean-Claude Reygade) au lien #Jean_Claude_Reygade
Extraits d'autres textes de Jean-Claude Reygade au lien au lien #Jean_Claude_Reygade

LA BIO RESPIRATION : http://www.cure-detoxination.fr/services/51-la-bio-respiration.html et
présentation par Désiré Merien : http://nature-et-vie.fr/blog/index.php

 

"HYGIÉNISTEMENT VÔTRE"par Nicolas Ostaptchouk
Élève de Désiré Mérien, cuisinier recyclé en conseiller hygiéniste, l’auteur raconte comment il est passé d’un poids de plus de 100 kg à une forme vigoureuse. 
Il présente ici une synthèse d’un mode de vie sain en mettant l’accent sur l’alimentation...
(Lu au lien : http://nature-sante.org/index.php?option=com_content&view=article&id=426%3Ahygienistement-votre&catid=29%3Alivres&Itemid=36)
Le livre est à télécharger (209 pages) au lien : http://www.conscience33.fr/Hygienistement_votre.pdf [avec l'accord de Nicolas Ostaptchouk]
Sommaire et extraits du livre "Hygiénistement Vôtre" au lien : #hygienistement

Photo

 

LIVRES A TELECHARGER PRESENTES AU LIEN http://www.truthkeeperz.com/

+ Albert Mosséri, Le jeûne (français): http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosseri_-_Le_jeune.pdf
version pdf-texte erreurs possibles              : http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosseri_-_Le_jeune-texte.pdf
Anglais: http://www.truthseekers.fr/Albert.Mosseri.the_Fast.Nature.s.Best.Remedy.htm
+ L’homme, le singe et le paradis    : http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosséri_-_L’homme_le_singe_et_le_paradis.pdf
Version pdf-texte erreurs possibles : http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosséri_-_L’homme_le_singe_et_le_paradis-texte.pdf
+ Jeuner pour revivre                      : http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosseri_-_Jeuner_pour_revivre.pdf
Version pdf-texte erreurs possibles : http://www.truthseekers.fr/Albert_Mosseri_-_Jeuner_pour_revivre-texte.pdf
+ Orthotrophie http://www.truthseekers.fr/Albert_Isaac_Mosséri_-_Orthotrophie.pdf

Herbert Shelton (français): Le jeûne : http://www.truthseekers.fr/Shelton.Herbert.Macgolfin.-.Le.jeune.pdf

Note: les poids de sécurités réels sont ceux du premier livre de Désiré Merien ci-dessous (page 22 ~légèrement après 1/3 de la page),ceux d’Albert Mosseri sont erronés.

Désiré Merien, Palier detox: http://www.truthseekers.fr/desiremerien/Desire_Merien_Palier_Detox_EBOK.htm
Les clefs de la nutrition: http://www.truthseekers.fr/desiremerien2/Desire_Merien_-_Les_clefs_de_la_nutrition.htm
Note: Les produits laitiers sont des poisons qui causent de l’hyperpermeabilité intestinale et ils contiennent de la caseine indigeste et intoxicante, que ce soit cru et non pasteurisé n’y change rien.

 

Arnold Ehret* (français) (il s’est trompé sur les globules blancs): http://www.truthseekers.fr/EHRETFRENCH_EBOK.htm
Version différente plus ancienne et moins complète (manque les recettes* par exemple):http://www.truthseekers.fr/Arnold_Ehret_french_oldversion.htm
* Le blé d’aujourd’hui et les méthodes de préparation du pain n’ont rien à voir avec celles d’il y a 100 ans, les recettes d’Ehret avec du blé sont évidemment à éviter ou en l’enlevant / le remplaçant par autre chose. Et puis même le blé ancien est toxique dans tous les cas. Le seul pain acceptable est le pain Essénien (pain de graines germées broyées) à partir de graines germées de sarrasin et/ou de quinoa.

Robert Morse (anglais), le meilleur livre qui résume toutes les informations des différents livres et qui vas plus loin, plus précisément, plus proche de la réalité des choses:
http://www.truthseekers.fr/Robert_Morse_-_The_Detox_Miracle_Sourcebook_EBOK.pdf



AUTRES

- Norman Walker - livres :
En français: http://www.truthseekers.fr/Norman_Walker_-_Votre-sante-par-les-jus-frais-de-legumes-et-de-fruits.pdf
Santé de l’intestin, le colon (français): http://www.truthseekers.fr/normanwalker/Norman_Walker_-_La_sante_de_lintestin_le_colon_EBOK.htm
Rajeunir et rester jeune (français): http://www.truthseekers.fr/Rajeunir_et_rester_jeune_par_Norman_Walker.pdf

Barbara Ann Brennan: http://www.truthseekers.fr/Barbara_Ann_Brennan_-_Le_pouvoir_bénéfique_des_mains.pdf

- James Redfield, la prophetie des Andes: http://www.truthseekers.fr/La_Prophetie_Des_Andes-James_Redfield.pdf
Autre version du pdf: http://www.truthseekers.fr/La_Prophetie_des_Andes-James_Redfield-v2.pdf

- Corinne Gouget – Les additifs alimentaireshttp://www.truthseekers.fr/corinne_gouget-les-additifs-alimentaires.pdf

- Mémoire : Du cru au cuit par Dominique Guyaux : description et téléchargement au lien http://www.conscience33.fr/Alimentation.html#dominique_guyaux
Mémoire EPHE (Ecole Pratique des Hautes Etudes) centré sur l'alimentation de l'homme lui-même, soutenu en 2013.

- Thèse (rapporteur Pr Henri Joyeux) : "Actualité médicale de la loi de Moïse à travers l’étude du Syndrome d’Epuisement" par Laurence Desjardin, en pdf : (droit juif et Evangiles)
http://sd-6.archive-host.com/membres/up/aebe5f773ab1b632fdd5b29944ff136f222ca21b/These_Laurence_Dejardin/THESE_version_finale_-_Copie_1-10-13.pdf
Conférence au sujet de cette thèse : http://croisements04.over-blog.com/conf%C3%A9rence-retrouver-la-sant%C3%A9-du-jardin-d-eden
Lire B- Lois relatives à la nutrition : page 206


* COURS À TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT : "The Life Science Health System" par T.C. Fry

Télécharger le cours complet en anglais (18 Mo) au lien :

https://groups.google.com/group/hygienisme/attach/bee21f0b734c0b90/Fry%20-%20the%20life%20science%20health%20system%20-%20t.c.%20fry.pdf?part=4&authuser=0

Présentation et début de traduction en français au lien : http://www.conscience33.fr/HYGIENISME_COURS.html

 

 

* MENUS ET RECETTES HYGIÉNISTES :

N° 72 Menus et recettes hygiénistes par Joëlle Marteau
Menus végétariens. Les légumes. Les fruits sont utiles pour la santé. Comment consommer les noix.
32 p. - 4,50 €

Vous pouvez acheter sur internet le livret n° 72 auprès de "Nature et Vie" au lien : http://www.nature-et-vie.fr/librairie/livret&ajouter=24.
Bon de commande : http://www.nature-et-vie.fr/data/doc/NVBC2010.pdf.

a

 

VIDÉOS :


Le jeûne, nouvelle thérapie ? Mars 2012 (documentaire Arte) :

Vidéo à chercher avec Google.
Lire le "dossier de presse d'Arte" (6 pages) : http://download.pro.arte.tv/uploads/DDP-Jeune.pdf
Sur "arte.tv/jeuner" : lien arte.tv/jeuner ou http://www.arte.tv/fr/6412060.html
Le site d’ARTE y propose un dossier spécial avec des vidéos, interviews et informations complémentaires.
Avec plus d’infos sur le mouvement du jeûne en france, dit « Jeûne de confort » :
On y trouve "Complément d'information et "Le jeûne en France" et "Mots des réalisateurs" (avec des commentaires)
Sur Facebook, l'événement : https://www.facebook.com/events/254234407984174/
Un livre "Le jeûne, une nouvelle thérapie" par Thierry de Lestrade http://www.amazon.fr/je%C3%BBne-une-nouvelle-th%C3%A9rapie/dp/2707175579/
Extraits du livre au lien : http://www.jolpress.com/jeune-nouvel-espoir-cancer-thierry-de-lestrade-sante-article-821741.html
Télécharger au lien : http://batizen.blogspot.fr/2013/10/ebook-le-jeune-une-nouvelle-therapie.html
Sur France Inter un complément "Jeûner pas mangé" (15 octobre 2012) écoute disponible jusqu'au 11.07.2015 - émission Service Public avec Jean-Claude Noyé et Claude Fischler au lien http://www.franceinter.fr/emission-service-public-jeuner-pas-mange


THIERRY CASASNOVAS de "Vivre Cru" : Toutes les vidéos de Thierry Casasnovas : http://www.youtube.com/user/thierry66pasteque/videos
Les soins naturels et hygiénistes du corps : http://www.youtube.com/watch?v=eqnMfyHZGJg (23'07) par Thierry Casasnovas.
Voir aussi d'autres vidéos de Thierry Casanovas transcrites au lien #vivre_cru_videos_transcrites

Cours appelé "The Life Science Health System" par T.C. Fry (La Science de la Vie)  (en anglais avec sous-titrage en français)
Lecture de la leçon n° 1 - Life Science Intro : http://www.youtube.com/watch?v=b2TwlU5qTiI&feature=youtube_gdata (1h20')
Écoute de la leçon n° 2 - The Nature And Purpose Of Disease : http://www.youtube.com/watch?v=McFdS2OYV9k (1h32')
Écoute de la leçon n° 65 - There Are No Cures : http://www.youtube.com/watch?v=voOZwWIShU4 (1h39)
Écoute de la leçon n° 65 - Contagion, Epidemics : http://www.youtube.com/watch?v=TdSUBUWh35Q (2h13)

Allaitement et santé bucco-dentaire : Interview du Dr. Frank Amoyel chirugien dentiste sur France info : http://www.franceinfo.fr/sciences-sante/tout-comprendre/allaitement-et-sante-bucco-dentaire-884521-2013-03-25#main-content Site du Dr. Frank Amoyel : http://www.franck-amoyel.fr/

Blog d'Eric Gandon : Vidéos en relation avec le film d'Arte http://www.osenvol.fr/blog/2013/09/13/le-Je%C3%BBne-la-nouvelle-th%C3%A9rapie-le-livre.aspx
et témoignages de guérison par le jeûne hydrique : http://www.osenvol.fr/blog/2012/10/29/T%C3%A9moignage-gu%C3%A9rison-de-cancer-par-le-je%C3%BBne.aspx
Exemple Vidéo : Guéri du cancer par le jeûne -2- Michel : http://www.dailymotion.com/video/xlyajd_gueri-du-cancer-par-le-jeune-2-michel_lifestyle (18'20)



80+ year old Natural Hygienist & Friend of T.C. Fry (part 1 & 2 HD)
: http://www.youtube.com/watch?v=2CLjIXywlMY (23'15)

T.C. Fry Great AIDS HOAX The Myth of Contagion : http://www.youtube.com/watch?v=g9tXm1BlFtY (60'00)

Introduction to Natural Hygiene - Dr Herbert M. Shelton : http://www.youtube.com/watch?v=h2QMHCV4z4M (1h27')

Natural Hygiene & Care of Sick Children - Dr. Herbert M. Shelton
: http://www.youtube.com/watch?v=W8eKxCkTWzk (43'19)

ALBERT MOSSÉRI :
Interview de Albert Mosséri, réalisée en anglais, par Frédéric Patenaude :
Partie 1 : http://www.youtube.com/watch?v=87YKDFKM60I (9'48) ou http://zipd.eu/exv/yt/?as=1&i=87YKDFKM60I (9'48)
Partie 2 : http://www.youtube.com/watch?v=QgyLoIv1Nig (9'29) ou http://zipd.eu/exv/yt/?i=QgyLoIv1Nig&as=1 (9'29)

Transcription écrite, en français, des deux vidéos au lien : http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#INTERVIEW_ALBERT_MOSSERI
Ainsi que :
What is the Difference Between Natural Hygiene and Naturopathy - http://www.ifood.tv/video/interview-with-albert-mosseri-natural-hygiene-part-3 (partie 3 : 9'28)

Part 1 : Interview avec Albert Mosseri, Hygiénisme - 2010

Fréderic Patenaude a interviewé Albert Mosséri :
Comment avez-vous découvert l'Hygiénisme pour la première fois ? L'Hygiénisme et le jeûne..
.

https://www.youtube.com/watch?v=nRq1JH2nch8
Sous-titrée VOSTF (9'47)

ou http://www.dailymotion.com/video/x1qdskk
Sous-titrée VOSTF (9'48)

Lire la transcription en français : #mosseri1

Vidéo d'origine, non-sous-titrée :
http://www.youtube.com/watch?v=87YKDFKM60I (9'48)

Part 2 : Interview avec Albert Mosseri, Hygienisme - 2010

Fréderic Patenaude continue son interview avec Albert Mosseri,
Qu'est-ce que le menu hygiénique que vous recommandez ?


https://www.youtube.com/watch?v=yjoINABPyTg
Sous-titrée VOSTF (9'28)

ou http://www.dailymotion.com/video/x1qdtmz
Sous-titrée VOSTF (9'29)

Lire la transcription en français : #mosseri2

Vidéo d'origine, non-sous-titrée :
http://www.youtube.com/watch?v=QgyLoIv1Nig (9'29)

et :

- Albert Mosséri répond aux questions des jeûneurs en cure chez lui, le 19.02.1996 : https://www.youtube.com/watch?v=3a-PJ6kDfyw (4h05)
- Albert Mosséri répond aux questions des jeûneurs en cure chez lui, le 22.02.1996 : https://www.youtube.com/watch?v=l10GmwAd0Ig (5h09)
- Albert Mosséri répond aux questions des jeûneurs en cure chez lui, le 03.03.1996 : https://www.youtube.com/watch?v=hOYtKW2ZeHY (24'50)

 

Dr HERBERT M. SHELTON - NATURAL HYGIENE
Nombreuses vidéos au lien : https://www.youtube.com/user/DrHerbertShelton/videos

ANDRÉ PASSEBECQ : Vidéo d'André Passebecq (2000) Posté le 24 Juin 2007 par icareh : http://www.metacafe.com/watch/625674/dr_andr_passebecq_mednat_lausanne_suisse_avril_2000/ ou http://video.vefire.ru/Dr_Andre_Passebecq_-_MEDNAT_Lausanne_Suisse_avril_2000-v4000667846.html (durée 10'04)

Le Célèbre docteur naturothérapeute et écrivain André Passebecq, à la sortie de sa conférence sur l'œil et le Traitement des Problèmes de vue Donnée au congrès annuel de médecine naturelle au MEDNAT de Lausanne. Rencontre Informelle et causeries improvisées, ASSORTIES de question de participants Dans Les coulisses du congrès La publication inédite de cette video Est Une première, voiture Elle n'avait Jamais Été visionnée par quiconque JUSQU'A CE jour. Cette vidéo (produite en Avril 2000) n'a jamais été publié, ni émis - et même pas montré à quelqu'un d'autre avant - au moins, jusqu'à aujourd'hui ... Dr. André Passebecq, ND, D.Psy, qui est le sujet principal de ce film, est tout à fait un célèbre médecin français, écrivain, conférencier, nutritionniste et naturopathe. Il est également professeur de professeur de renom à la "Faculté de médecine Paris-XIII" (Pour la DUMENAT) ainsi que d'être le président de "Vie et Action". André Passebecq Sabrina Heyse diététique diététiques santé Santes salutaire salutaires hygiène hygiènes hygiéniste hyginénistes naturopathie naturopathies naturopathe naturopathes naturopathique naturopathique naturothérapeute Naturothérapeutes naturothérapeutique naturothérapeutiques vue Vues œil yeux visionnement visionnements vision visions ophtalmologie ophtalmologue ophtalmologies ophtalmologues visuel visuels acuité visuelle acuités Visuelles vision collyre Collyres naturopathies thérapie thérapies thérapeutique thérapeuthiques Traitement naturel Traitements naturels médecine naturelle médecines naturelles acouphène acouphènes alimentation biologique alimentations Biologiques biogonie biogonies dynamique Les Dynamiques agrobiologie agrobiologies agrobiologiques agrobiologiques Horace Jarvis MEDNAT Lausanne Suisse 2 avril 2000 France Vie et Action GREOLIERES Enseignant Enseignants enseignantes professeur Professeurs de renom renoms Renommé Renommée renommés Renommées chlorelle chlorelles chlorella chlorelles spiruline spirulines lymphe lymphes drainage lymphatique Vodder drainages lymphatiques hydrolat hydrolats mélilot mélilots bleuet Bleuets Agaricus agaric agarics entretien Entretiens question reponses aux questions Réponses faq

Vidéo d'André Passebecq à Lausanne (2000)

 

Guérir du cancer par le jeûne : http://www.dailymotion.com/video/xlycrq_gueri-du-cancer-par-le-jeune-1-jean-claude_lifestyle#.UXoihrVhU2U

TÉMOIGNAGES :

L'histoire de la vie de H.M. Shelton et du jeûne de nos jours : http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/t18-le-jeune-hm-shelton

Conseils nutrition : http://www.chateaudestouches.com/Bien-etre et group 13.01.11

Des témoignages : http://www.hygienisme.org/01%20Temoignage.htm

 

Témoignage de Daniel VRANCKX : http://sida69.free.fr/Daniel/daniel.htm et ici. Vidéo au lien https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=1V4Fgpfsyfs.

 

 

 

Livre : "Roger MARTEAU - Le sportif hygiéniste" : revue Nature Et Vie n° 71 (1987) - http://www.priceminister.com/offer/buy/169211657/roger-marteau-le-sportif-hygieniste-revue-nature-et-vie-71.html Roger Marteau a écrit le 26 avril 2013 : "A mon avis, et c'est  mon souhait, Evelyne Curt est toute désignée pour prendre le relais de Mosséri ." (source ici). 
Des extraits de ce livre sont présentés au lien : #Le_sportif_hygieniste_Extraits

 

Des extraits de ce livre sont présentés au lien : #Le_sportif_hygieniste_Extraits

 

 

Nombreux témoignages sur le site de "VIVRE CRU" (Thierry Casasnovas) : http://vivrecru.org/ au lien : http://vivrecru.org/livre-dor/#.UeBodvn0E2U (Livre d'Or)

Témoignage d'Agnès DURAND (77) paru au lien http://vivrecru.org/livre-dor/#.UeBodvn0E2U le 23 juin 2013 :
"J'ai fait des bonds quand j'ai découvert "vivrecru" car je me suis mise au cru et jus en 1984 ! 
Et on a presque vécu un peu comme des "parias" avec nos enfants, 
Le 1er a reçu une alimentation traditionnelle jusqu'à 8ans,le foie et l'intestin out of order, la 2ème a été élevée plutôt céréales bios, une KATA , tous 2 étaient en carence et toujours malades. 
Le 3ème élevé au cru (smoothies très étudiés) après 2 ans de régénération des parents: le RÊVE ! tellement bien qu'on en a eu 2 autres après !!! 
Si je n'avais pas pris ce virage, je serais morte aujourd'hui ! 
Voilà maintenant bientôt 30 ans de cru et de jus ! 
les 2 ainés ont un peu laissé tombé pour l'instant, mais les 3 autres même si l'adolescence leur a fait faire quelques écarts, ne peuvent vivre sans les fruits, ils n'ont eu ni oreillons, ni rougeole, ni bronchites ni, ni, ni..... et leur développement est harmonieux ! 
je n'ai qu'une envie: témoigner, partager, aider d'autres parents. 
Surtout si vous ne pouvez allaiter, on peut donner des fruits mixés dès la naissance quand on respecte certaines règles. 
On peut me contacter sans problème. 
Agnès/VivelaVie.jimdo.com" (http://vivelavie.jimdo.com/)

 

 

 

 

QUELQUES HYGIÉNISTES :

Albert MOSSÉRI (1925-2013) : Son site : http://www.hygienisme.org/ Auteur de nombreux livres -
Hommage à Albert Mosséri : #HOMMAGE_A_ALBERT_MOSSERI


NATUROPATHES AYANT UNE FORMATION HYGIÉNISTE :

Désiré MÉRIEN Sur le blog Hygiène vitale : responsable de "Nature et Vie"
Blog de Désiré MÉRIEN : http://nature-et-vie.fr/blog/ (il propose un cours de conseiller hygiéniste par correspondance ici et - informations par Raphaël Perez)
Site de Désiré MÉRIEN : http://www.nature-et-vie.fr/
Document : "Le jeûne diététique" par Désiré Mérien à télécharger au lien : http://nature-et-vie.fr/blog/index.php
"LA BIO-RESPIRATION : pour la santé" : http://www.cure-detoxination.fr/services/51-la-bio-respiration.html et http://nature-et-vie.fr/blog/index.php
Entrevue avec Désiré Mérien : #Entrevue_Desire_Merien
Lire les 23 premières pages du livre "La Biorespiration : pour la santé" ici

Lire :
Désiré Merien, Palier detox: http://www.truthseekers.fr/desiremerien/Desire_Merien_Palier_Detox_EBOK.htm
Les clefs de la nutrition: http://www.truthseekers.fr/desiremerien2/Desire_Merien_-_Les_clefs_de_la_nutrition.htm

André PASSEBECQ (1920-2010) (source ici) : sur Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Passebecq -
Hommage à André Passebecq : http://vieetaction.org/hommage-a-ap.html ainsi que http://www.ouvertures.net/le-celebre-naturopathe-andre-passebecq-est-mort/ et http://aps94.free.fr/IMG/article_PDF/article_a190.pdf.
Livre : "Cours d'harmonisation énergétique" par André Passebecq (248 pages, 1991). Sommaire et extraits au lien : #Harmonisation_energetique
Photo ou Photo Sommaire et extraits au lien : #Harmonisation_energetique

Livre : "Maladies des oreilles et surdité" par André Passebecq (1962). Sommaire et extraits au lien : #Maladies_des_oreilles_et_surdite
Photo Sommaire et extraits au lien : #Maladies_des_oreilles_et_surdite

Livre : "Rhumatismes et arthrite" par André Passebecq (1983). Document Club Nouvelles Clés à télécharger (5 pages) au lien http://www.welwel-multimedia.com/cnc/429647.pdf
Site de "Vie et Action" : http://www.vieetaction.org/ - Livres : http://www.vieetaction.org/livres.html - Revue de presse : http://www.vieetaction.org/revue-de-presse.html
Hommage à André Passebecq : http://www.vieetaction.org/hommage-a-ap.html par Sabrina Heyse.
Document "Santé de la bouche et des dents" par le Dr Gilles PETIT, à lire au lien : http://www.vieetaction.org/les-articles-du-dr-petit.html (12 pages).
Livre : "Cours d'alimentation de santé" par André Passebecq.

Lu au lien http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/t226-rupture-et-realimentation-suite-au-jeune-shelton-rocan-reygade-passebecq
"... il faut éviter de trop dissocier certains aliments pour diverses raisons. 

Voici le point de vue du docteur André Passebecq

Dans son livre "Cours d'alimentation de santé" p. 146 André Passebecq (1) cite un passage de l'ouvrage "Foods and Principles of Dietetics" de Robert Hutchison:

"Les hydrates de carbone (glucides) doivent figurer à côté des protéines au cours d'un repas; cette règle a été clairement établie par Cuthberson et Munro. Dans leurs expériences, on donnait quatre repas par jour, ces repas se composaient tour à tour d'hydrates de carbones seuls et de protéines et de graisse (lipides). Les repas à base d'hydrates de carbone se composaient de fécule de maîs cuite et de sucre. Dans ce régime, les hydrates de carbone étaient presque completement séparés par plusieurs heures de l'ingestion des protéines. Bien que 80 à 100 grammes de protéines et 2700 à 3400 calories fussent absorbées quotidiennement, les sujets soumis à l'expérience perdirent tout l'azote supplémentaire qui ne pouvait provenir que des tissus du corps, probablement des muscles. En d'autres terme, un individu peut très bien manquer de protéines, à moins que des hydrates de carbone accompagnent les protéines dans le régime. Il est primordial qu'une partie des protéines 'disons le quart' soit associée aux hydrates de carbone. Sinon ces protéines ne sont d'aucune utilité pour la construction des tissus. Ces observations se sont trouvées confirmées aussi bien sur les animaux que pour les hommes. Également, on a trouvé que les mélanges d'acides aminés et protéines concentrées ne peuvent servir à l'élaboration des tissus s'ils ne sont pas absorbés avec du glucose." 

Selon André Passebecq, les régimes dissociés conduisent à court ou à long terme aux états de dénutrition, de maigreur et d'affaiblissement.

(1) Dr André Passebecq 

Après des études de médecine aux É.U., il est diplômé de naturopathie (Académie des sciences et recherches de Montréal), de physiothérapie, d’ostéopathie, de rééducation visuelle (méthode Bates) ; il est également docteur en psychologie et diplômé en organisation scientifique du travail (facteur humain) et en graphologie..."

Entrevue avec André Passebecq (2002) : http://www.satoriz.fr/les-entretiens/Andre-Passebecq-:-la-naturopathie/article-sat-info-175-5.html ou http://neptuname.over-blog.com/article-andre-passebec-entretien-de-2002-extraits-65602656.html Lire au lien : #Entrevue_Andre_Passebecq

Vidéo d'André Passebecq (2000) : http://www.metacafe.com/watch/625674/dr_andr_passebecq_mednat_lausanne_suisse_avril_2000/ ou http://video.vefire.ru/Dr_Andre_Passebecq_-_MEDNAT_Lausanne_Suisse_avril_2000-v4000667846.html (durée 10'04)

Le Célèbre docteur naturothérapeute et écrivain André Passebecq, à la sortie de sa conférence sur l'œil et le Traitement des Problèmes de vue Donnée au congrès annuel de médecine naturelle au MEDNAT de Lausanne. Rencontre Informelle et causeries improvisées, ASSORTIES de question de participants


Gëorgia KNAP (1866-1946) :
Voir un dossier au lien http://www.conscience33.fr/Knap.html Un français, né à Troyes...
Livre : "Quand j'étais vieux..." par Gëorgia KNAP : Sommaire et extraits au lien http://www.conscience33.fr/Knap.html#Quand_j_etais_vieux

Photo Sommaire et extraits au lien http://www.conscience33.fr/Knap.html#Quand_j_etais_vieux

Livre : "Le programme intégral de santé et de rajeunissement" par Gëorgia KNAP : Sommaire et extraits au lien http://www.conscience33.fr/Knap.html#Le_programme_integral_de_sante_et_de_rajeunissement

Sommaire et extraits au lien http://www.conscience33.fr/Knap.html#Le_programme_integral_de_sante_et_de_rajeunissement

LES POINTS DE KNAP : Vidéos et documents au lien http://www.conscience33.fr/Knap.html#Points_de_Knap


LE DR. PAUL CARTON (1875-1947) :
"Il est l'initiateur d'une médecine naturelle fondée sur les principes du père de la médecine, le médecin-philosophe de la Grèce antique Hippocrate...
Il crée en 1921 la Société Naturiste Française et il débute l’année suivante la publication de la Revue Naturiste pour se démarquer autant des systèmes thérapeutiques traditionnels que des discours ésotériques." (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Carton)
Lire : "Le Message du Dr. Paul Carton - L'Hippocrate du 20ème siècle" par Christopher Vasey (49 pages, 1992), éditions Trois fontaines, à téléchager au lien http://www.christophervasey.ch/telechargement/le_message_du_dr_paul_carton.pdf
Lire "Synthèse du travail du Dr Paul Carton" par Roxane Jaccard (11 pages, 1935) : http://www.conscience-sante.com/Dr%20Paul%20Carton.pdf
Lire aussi "L'enseignement du Dr Paul Carton" : http://www.royalismesocial.com/index.php?option=com_content&view=article&id=446:lenseignement-du-dr-paul-carton-&catid=53:sante-et-medecine&Itemid=82

Livre "La Science Occulte et Les Sciences Occultes" par Pau Carton - Extraits (53 pages) au lien http://ebookesoterique.com/Extraits/Extrait-Carton-ScienceOcc.pdf
Livre "La cuisine simple" par Paul Carton (377 pages, 1931)  : http://www.livrespourtous.com/e-books/detail/La-cuisine-simple/onecat/0.html ou
http://www.ebooksgratuits.com/pdf/carton_cuisine_simple.pdf et http://eturama.com/download?id=3397

Autre livre : "Traité de Médecine, d'Alimentation et d'Hygiène Naturiste" (1920 et 1931 -
présentation ici ou
Page 112 : "... Changer l'eau, une ou mieux deux fois, au milieu du temps de cuisson, pour effectuer une déconcentration thérapeutique de l'aliment.


Père Jean RIALLAND : Article ici et livres "Bonne santé ! par l'hygiéne naturelle" (1967), " Santé du corps. santé de l'âme" (1952).

 

Robert HAEGEL : Chirurgien Dentiste, un livre "Sauvez vos dents" guide de prévention et de soins hygiénistes (1962)
en vente ici. Lire un extrait "Faut-il se brosser les dents ?" au lien : #dents

C. Leslie THOMSON est le fils de James C. THOMSON qui a introduit l'hygiène vitale en Angleterre en 1910. Citation http://www.drsidhwa.com/ideas.html et http://www.whale.to/a/thompson_h.html.
Un livre : "Les « Méthodes naturelles de Guérison » Ce qu'est le véritable hygiénisme et ce qu'il n'est pas." par C. Leslie Thomson. Introduction par A. Mosséri (1959).
Photo

Gérard NIZET directeur de "La nouvelle hygiène", revue du mouvement hygiéniste français.
Un livre : "Le scandale du pain" par Georges Barbarin édité par Gérard Nizet à télécharger au lien : http://www.georgesbarbarin.com/telechargements/Georges%20BARBARIN%20-%20GB51%20-%20Le%20scandale%20du%20pain.pdf (59 pages - 1956)

Nicole BOUDREAU : Nicole Boudreau (canadienne) est biologiste. Ses études en communication et son expérience en tant que journaliste et conférencière font d’elle une excellente vulgarisatrice.
Un livre : "Jeûner pour sa santé" voir les différentes éditions et la présentation au lien : http://www.conscience33.fr/jeune.html#LIVRES
Photo Les commentaires parus sur Amazon.


AUTRES RESSOURCES :


Site de VIVRE CRU (Thierry Casasnovas) : http://vivrecru.org/ Ce site est orienté vers le cru, mais n'est pas complètement hygiéniste. Très nombreuses vidéos.
L'hygiénisme présenté sur le site est au lien http://vivrecru.org/?s=hygi%C3%A9nisme&search=
Sur Facebook : Thierry Casanovas : https://www.facebook.com/thierry.watermelon.man et
Vivre Cru (groupe privé) https://www.facebook.com/groups/VivonsCru/ et
Aussi au site : http://www.abcdelanature.com/gelules_melanges_vivrecru.html
Le site est en relation avec l'association "REGENERE" à lieu-dit Le Pain de Sucre, 66200 Montescot (source ici)
Voir des textes des vidéos extraites du Site "Vivre Cru" transcrites par écrit au lien #vivre_cru

Site de Frédéric PATENAUDE : http://www.fredericpatenaude.com/francais.html

Docteur Jean-Marie COMPAGNON : http://www.compagnon-nutrition.fr/ et ici ou .

Régime du Docteur Caldwell Esselstyn Jr : http://scenepublique.com/comment-proteger-son-coeur-contre,1347 "... pas de viande, pas d’oeufs, pas de produits laitiers, pas d’huiles...". Site : http://www.heartattackproof.com/

Blog de NeptuÂme : Rubrique Santé : http://neptuname.over-blog.com/categorie-11141232.html Rubrique Hygiénisme : http://neptuname.over-blog.com/categorie-11260379.html et suite "La toxémie expliquée" : http://neptuname.over-blog.com/5-categorie-11260379.html et Biographie du Docteur Shelton : http://neptuname.over-blog.com/5-categorie-11260379.html

Site de Clara d'Amore http://www.cladame.fr/ ... a étudié la diététique et la santé hygiéniste du Dr Shelton.

Site de Julien Volga http://inspiration-naturienne.blogspot.fr/p/a-propos.html "Sa conception de l’hygiénisme-naturiste est enrichissante et bien construite. Il en développe une vision élargie très sociale. J’ai par exemple apprécié sa vision d’un monde hygiéniste basé sur le matriarcat : source de paix. Toutes ses vidéos sont à voir et à méditer." (Jean-Pierre)

Sites de Néo-naturo-thérapie : http://www.peupleconscient.com/neo-naturo-therapie/ et https://www.facebook.com/GuerisonParLaNature

Sur le site de Psiram : Yves RASIR responsable du site Néosanté : http://psiram.com/fr/index.php/Yves_Rasir?COLLCC=2151315698&


FÉDÉRATION FRANCAISE D'HYGIÈNE NATURELLE (FFHN) déclarée le 7 février 2013 : http://www.net1901.org/association/FEDERATION-FRANCAISE-DHYGIENE-NATURELLE-FFHN,1086777.html - Objet : regrouper les associations qui oeuvrent pour la promotion ; d’une hygiène de vie saine pour la prévention des maladies, le maintien de la santé, la recherche d’un poids de forme et de performances physiques ; de l’écologie, de l’environnement et de la santé des êtres vivants; du développement durable, de comportement médicamentaux raisonnés pour éviter les abus de médicaments, limiter la pollution par les rejets ; procéder à une éducation populaire, sanitaire, sociale et culturelle, déterminer les règles de fonctionnement de ses adhérents, informer les citoyens pour permettre à chacun de déterminer ses choix de consommateurs, hors de toutes contraintes dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation et de la vente.  Adresse : 21 quai Joseph Gillot 69004 Lyon.
Le président en 2013 est Raphaël PEREZ : http://www.hygienenaturelle-alimentation.com/article-hommage-a-albert-mosseri-116535943.html

Christopher VASEY naturopathe : http://www.christophervasey.ch/
Livres de Christopher VASEY à télécharger : http://www.christophervasey.ch/francais/livres_gratuits.html
"Le Message du Dr. Paul Carton - L'Hippocrate du 20ème siècle" par Christopher Vasey (49 pages, 1992), éditions Trois fontaines, à téléchager au lien http://www.christophervasey.ch/telechargement/le_message_du_dr_paul_carton.pdf La vie et la conception de la maladie, de la santé et de la thérapie par un des grands pionniers de la médecine naturelle.
"Secrets de jouvence... des peuples de centenaires" par Christopher Vasey (94 pages) à télécharger :http://www.christophervasey.ch/telechargement/secrets%20de%20jouvence.pdf Ce livre présente les moyens naturels de favoriser la santé et la qualité de la vie jusqu'à un âge avancé, en se basant sur l'exemple des peuples centenaires.
"Vaincre le stress et vivre le présent - L'énigme du temps" par Christopher Vasey (60 pages) à télécharger http://www.christophervasey.ch/telechargement/Livre%20%20Temps.pdf
"L'équilibre acidio-basique - Source de bien-être et de vitalité" par Christopher Vasey (127 pages) à télécharger http://impzone.free.fr/mag/L'equilibre%20acido-basique%20-%20Christopher%20Vasey.pdf Texte extrait du livre (4 pages) au lien http://www.amap.asso.fr/documents/equilibibre_acido_basic.pdf

Robert MASSON naturopathe - "Équilibre acido-basique et alimentation" : à télécharger (7 pages) au lien http://ebookbrowsee.net/quilibre-acido-basique-et-alimentation-par-robert-masson-a1554-pdf-d412601589

Régime du Dr Jean SEIGNALET : Téléchargez gratuitement en PDF: "L’alimentation ou la troisième médecine" par le Docteur Jean Seignalet :
http://www.esprit-de-la-nature.fr/alimentation-ou-la-troisieme-medecine-docteur-jean-seignalet.html
Télécharger le livre "Réduire au silence 100 maladies avec le régime Seignalet" au lien :
http://www.co-evoluons.com/wp-content/uploads/2013/09/Réduire-au-silence-100-maladies.pdf

Émission de télévision 30 avril 2014 "La santé par l'alimentation" : http:// www.conscience33.fr/ tv_la_sante_par_l_alimentat ion.html



RETRAITES - CURES :

Évelyne CURT : Tél. : 04 89 00 95 48 ou 06 21 03 52 70
Pour jeûner avec Évelyne CURT : http://vivrecru.org/jeune-au-pied-du-vercors/#.UZVQ5LVhU2U ou http://etre-en-conscience.over-blog.com/article-sejours-de-jeunes-avec-evelyne-curt-111771395.html et ici ou . Message de Evelyne Curt ici. Plus d'informations au lien : http://www.conscience33.fr/jeune.html#STAGES

Blog de Dominique FRANÇOIS : http://provencejeun.e-monsite.com/ et http://provencejeun.e-monsite.com/album/ ou http://provencejeun.e-monsite.com/pages/l-hygienisme-et-moi.html

Blog d'Éric Gandon : Vidéos en relation avec le film d'Arte http://www.osenvol.fr/blog/2013/09/13/le-Je%C3%BBne-la-nouvelle-th%C3%A9rapie-le-livre.aspx
et témoignages de guérison par le jeûne hydrique : http://www.osenvol.fr/blog/2012/10/29/T%C3%A9moignage-gu%C3%A9rison-de-cancer-par-le-je%C3%BBne.aspx
Exemple Vidéo : Guéri du cancer par le jeûne -2- Michel : http://www.dailymotion.com/video/xlyajd_gueri-du-cancer-par-le-jeune-2-michel_lifestyle (18'20)

Centre Nature et Vie (Désiré Mérien) : http://www.nature-et-vie.fr/ 8, impasse des Roitelets, Village de Kervam, 56270 PLOEMEUR Contact : http://www.nature-et-vie.fr/contact

Site de Randodiete - association hygiéniste avec Monique POUPART : http://www.randodiete.fr/ (enseignement par correspondance : "6 jours pour se revitaliser" ici et )

Maison de cure de Marie-France, Les Logis de Kafoutine http://www.cure-detoxination.fr/ Au village, 32130 Nizas - Tél. : 05 62 62 04 95 & 06 08 35 13 79. Centre créé en 2009 par Marie-France VEGA. "Marie-France VEGA est l'amie et la confidente des curistes, le bras-droit de Jean Claude Reygade" (lu au lien http://www.centre-monbejan.com/index.php).

Jean-Claude REYGADE - Centre Diététique de Monbéjan :
Texte : "L'art de composer des menus équilibrés" par Jean-Claude Reygade http://www.francaise-bio-energetique.com/menus-equilibres-reygade.htm Jean-Claude Reygade a écrit "Bien manger grâce aux combinaisons alimentaires - Introduction à l'hygiénisme" À lire au lien : #Jean_Claude_Reygade
Informations sur le décès de Jean-Claude Reygade en 2008 : http://www.piktos.fr/V4/sites/www.piktos.fr/prd_fiche-lg1.php?&edition-nom=dangles&edition-nom=dangles&livre=20841 et http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/t392-j-ai-lu-un-article-sur-le-net

Centre Diététique de Monbéjan http://www.centre-monbejan.com/ 32130 Monbéjan Tél. : 05 62 62 35 45. Clôture de la procédure judiciaire pour insuffisance d'actif le 31.05.2011 : http://www.infofaillite.fr/fr/liquidation-judiciaire/661147/sarl-monbejan.aspx mais article 16.10.2012 : http://www.ladepeche.fr/article/2012/10/16/1466142-la-maison-de-demain-est-econome.html. Ce centre ne fonctionne plus depuis 2009.

Retraite "Méditation Santé et Bonheur" au Village des Pruniers (août 2013) : http://michel1955.blogspot.fr/2013/09/notre-nouvelle-retraite-meditation.html

Site du Dr Lallement, cancérologue et auteur de "Les Clés de l'alimentation" : http://www.docteur-michel-lallement.com/
dont un document à télécharger : "L'index glycémique" au lien : http://docteur-michel-lallement.com/app/download/5783088405/Tableau+des+index+glyc%C3%A9miques.pdf
"Les sucres sont dits "rapides" lorsqu'ils passent rapidement dans le sang. Cette vitesse d'assimilation est mesurée par l'index glycémique. Plus cet index est élevé, plus l'aliment contient des sucres rapides et plus il est "toxique". Néanmoins, c'est l'index glycémique moyen sur un repas et même sur plusieurs jours qui détermine le caractère plus ou moins toxique de notre alimentation."
Lire aussi "Intolérances alimentaire et inflammation chronique" : http://www.rebelle-sante.com/node/2039

 

AUTRES INFORMATIONS :

CORPS HUMAIN : Observez le corps humain sous toutes ses coutures. 
Cliquez sur ce lien : http://www.ikonet.com/fr/sante/corpshumainvirtuel/corpshumainvirtuel.php
POUR VOUS FACILITER L’APPRENTISSAGE DU CORPS HUMAIN, UN OUTIL INDISPENSABLE DE RÉFÉRENCE ET ACCESSIBLE À TOUS ET À TOUTES.

EAU : TESTEZ  L'EAU  DE  VOTRE  VILLE  SANS  BOUGER  DE  CHEZ  VOUS  :
Il n'est plus nécessaire d'aller en mairie ou lire le panneau concernant la
qualité de l'eau de votre ville.
Trouvez votre commune et vous aurez le résultat (officiel) complet de l'analyse ... Cliquez sur ce lien :
http://www.sante-sports.gouv.fr/resultats-du-controle-sanitaire-de-la-qualite-de-l-eau-potable.html
(Lu au lien http://cabinetsoinsnaturels.e-monsite.com/pages/infos-diverses.html)

ALUMINIUM : LA PRUDENCE EST DE MISE ! Analyse en PDF : http://www.acrf.be/publications/analyses/acrfana_2012_06_aluminium_AV.pdf?PHPSESSID=ff7f6ffba639eadd6b2b4e8fb7b1649e

PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION LYMPHATIQUE : http://www.medix.free.fr/sim/physiologie-circulation-lymphatique.php et sur la ymphe sites.

Un site concernant LE CORPS HUMAIN : http://anatomieludique.unblog.fr/

Un livre à télécharger : "GUIDE ALIMENTAIRE FRUGIVORE ou l'alimentation la plus adaptée au corps humain" (33 pages) par Patrice Robert et Sylvie Sauvé, en collaboration avec Thierry Casanovas (juillet 2013) : http://guidealimentairefrugivore.com/wp-content/uploads/2013/07/Guide-Alimentaire-Frugivore.pdf

« Comment on falsifie l'histoire : le cas Pasteur » à télécharger : http://ubuntuone.com/4Eh3Qj7doPWCA4JR9zHBgs (paru dans le groupe Hygiéniste le 27.09.2013 "LIVRE PDF HISTOIRE DES SCIENCES"

Livres à télécharger : "CONSTITUTION DES ORGANISMES animaux et végétaux - CAUSES DES MALADIES QUI LES ATTEIGNENT" par le Docteur Tissot -
Volume 1 (21 pages) : www.arsitra.org/yacs/files/fetch.php/75/tissot-tome1.pdf
Volume 2 qui a pour titre : "Causes et nature de la tuberculose" n'est pas téléchargeable.
Volume 3 (23 pages) : www.arsitra.org/yacs/files/fetch.php/76/tissot-v3.pdf. Le volume 3 a pour sous-titre : "Constitution anatomique de la matière vivante - Fonction bactérienne des êtres vivants - Virus des maladies autogènes et hétérogènes et leurs sources originelles - Preuves de l'inefficacité et des dangers des vaccinations actuelles".

Un roman "La Ballade de Lila K." par Blandine Le Callet où on parle d'hygiénisme http://www.babelio.com/livres/Le-Callet-La-Ballade-de-Lila-K/198715/critiques et http://www.blog-laprocure.com/chroniques-de-nos-libraires/blandine-le-callet-la-ballade-de-lila-k/ ou http://labibliodegaby.blogspot.fr/ ainsi que http://lechateaudegaby.wordpress.com/ et https://www.facebook.com/LeChateauDeGaby

Pour info : Exposition "Hygiène" de Dresde en 1911 : http://en.wikipedia.org/wiki/International_Hygiene_Exhibition
et le Musée allemand de l'hygiène à Dresden : http://en.wikipedia.org/wiki/German_Hygiene_Museum
L'homme transparent : http://expositions.bnf.fr/utopie/grand/4_63.htm

Photo
Affiche pour l' Exposition internationale d'hygiène à Dresde, en 1911, par Franz von Stuck (1)
"L' Homme transparent"
Dresde, Deutsches Hygiene-Museum, 1911 (2)

Sources :
(1) : http://en.wikipedia.org/wiki/German_Hygiene_Museum
(2) : http://impala.utopia.free.fr/pd/patchs/doc_tut_workshop/Fr_Documentation_pd_giair/01_ordinateur.htm

 

THESE :

- Sujet : "L’appellation ''jeûne thérapeutique'' est-elle fondée ou usurpée ? Eléments de réponse d’après une revue de bibliographie chez l’animal et chez l’homme."
THÈSE PRÉSENTÉE POUR L'OBTENTION DU DOCTORAT EN MÉDECINE DIPLÔME D'ÉTAT par Jérôme LEMAR
Thèse soutenue publiquement à la faculté de médecine de Grenoble * Le 12 Décembre 2011 (158 pages)
A télécharger au lien : http://sci.pam.szczecin.pl/~fasting/2011GRE15119_lemar_jerome_1_D_.pdf
*La faculté de Médecine de Grenoble n'entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans cette thèse ; ces opinions sont considérées comme propres à leur auteur.
Plus d'informations - Sommaire et extraits au lien http://www.conscience33.fr/jeune.html#these

 

LES ALIMENTS

Lire : L'hygiénisme suivie de l'Entrevue avec Albert Mosséri (19 novembre 2004) : https://sites.google.com/site/libertero/l-humain-ce-sauvage/anatomie-comparee/hygienisme---albert-mosseri ou https://sites.google.com/site/kamaraimo/Home/albert-mosseri

LE GUIDE DU DÉBUTANT de Albert Mosséri ou
- "LE PETIT GUIDE VERT - Principes de base " - à lire au lien : http://vitae.pagesperso-orange.fr/guide%20vert%20de%20l'hygienisme.html

- RECETTES - LES ALIMENTS -

Livret : "LE SPORTIF HYGIÉNISTE" par Roger Marteau et Extraits

BLOG HYGIÉNISME : http://vitae.pagesperso-orange.fr/page%20presentation%20hygienism.htm (contact : vicen@wanadoo.fr) avec :

-
Préparations plats hygiénistes : http://vitae.pagesperso-orange.fr/aliments%20saints.html
- Infos pratiques alimentaires
: http://vitae.pagesperso-orange.fr/info%20bouffe%20hygie.html

Lire en complément le chapitre "COMBINAISONS ALIMENTAIRES" #les_combinaisons_alimentaires et "LE JEÛNE" http://www.conscience33.fr/jeune.html

Liste des aliments alcalinisants et acidifiants : Liste-des-aliments-alcalinisants-et-acidifiants.pdf



PLANCHE "CLASSIFICATION DES ALIMENTS" présentée au lien : #planches

Photo

Lu dans le livre de Shelton "LES COMBINAISONS ALIMENTAIRES ET VOTRE SANTÉ" #Livre_LES_COMBINAISONS_ALIMENTAIRES_ET_VOTRE_SANTE

Chapitre 1 – LA CLASSIFICATION DES ALIMENTS (page 25)

     … Un aliment véritable ne doit pas contenir d’éléments nuisibles…
     I. – PROTÉINES (protides)
     Les aliments suivants contiennent un pourcentage élevé de protides :
     Graines et noix (riches en huile) : amande, noisette, sésame, pistache, etc.) - Légumineuses – Arachide – Soja – Viandes, poissons, fromages, œufs – Céréales – Lait : % plus faible.

     II. – HYDRATES DE CARBONES (Glucides)
     … 1°) Amidons (ou farineux) :
     Arachide (cacahuète) – Céréales (toutes) – Châtaignes – Fève, haricot et pois secs (à l’exception du soya) – Pomme de terre (toutes variétés) – Potiron – Topinambour – Etc.
     2° Amidons légers (ou petits farineux) :
     Artichaut – Betterave – Carotte – Chou-fleur – Navet – Rutabaga – salsifis – Etc.
     3° Sirop et sucres :
     Sucres blanc, brun (cassonade), de canne, d’érable, de lait – Miel – Etc.
     4° Fruits doux :
     Banane – Datte – Figue – Kaki – Poire séchée au soleil – Pruneau – Raisin – Raisin ses – Etc.

     III. – GRAISSES (Lipides)
     … Avocat – Beurre – Crème – Huile de coton, de maïs, de noix, d’olive, de sésame, de soya, de tournesol – Lard – Noix (la plupart) – Succédanés du beurre – Suif – Viandes grasses – Etc.

     IV. – FRUITS ACIDES
      … Ananas – Citron – Grenade – Orange – Pamplemousse – Pêche acide – Pomme acide – Prune acide – Raisin acide – Tomate – Etc.

     V. - FRUITS MI-ACIDES
     Abricot – Bluet – Cerise douce – Figue fraîche – Mangue – Mangouste – Papaye – Pêche douce – Poire – Pomme douce – Prune douce – Etc.

     VI. – LÉGUMES VERTS NON FARINEUX
     … Ail – Asperge – Betterave (feuilles vertes) – Brocoli – Cardon – Carotte (feuilles vertes) – Céleri – Ciboulette – Chicorée – Choux commun, de Bruxelles, de Chine, chou-fleur, frisé – Concombre – Courge – Courgette – Cresson – Échalote – Endive – Epinard – Haricot vert – Laitue – Maïs vert – Moutarde – … - Navet (feuilles vertes) – Oignon – Oseille – Persil – Pissenlit – Poireau – Poivron doux – Pousse de bambou – Primevère – Rhubarbe – Scarole – Etc.

     VII. – MELONS
     Toutes les espèces de melons et de pastèques
     …

Lu dans "LE GUIDE DU DÉBUTANT" #Le_guide_du_debutant

LES LÉGUMINEUSE Les légumineuses à l'état naturel et cru ne peuvent pas être mangées...

LE BLANC D'OEUF... le jaune est acceptable cru, mollet ou cuit dur...

LE LAIT ET LE LAIT CAILLÉ Le lait est destiné par la Nature aux bébés et aux enfants jusqu'à l'âge de 3 ans... Le lait caillé, appelé aussi yaourt, est acceptable tous les jours... Ne pas lui adjoindre de sucre. Le yaourt au soja nature est aussi acceptable...

LES FROMAGES La Nature ne produit pas de fromage... Les fromages contiennent donc la caséine du lait, qui est une protéine concentrée, au même titre que celles la viande et des noix diverses. C'est de là que vient le mal...

LA CRÈME On peut prendre de la crème fraîche ou liquide en petites quantités...

LE SUCRE Le sucre blanc ou roux est un aliment industriel qu'il faut éviter...

LA VIANDE La viande est naturelle pour les chiens et les loups, c'est à dire pour les animaux carnivores. Pas pour nous...

LE POISSON Le poisson est plus nocif que la viande, car il contient un plus fort pourcentage de protéines...

LES CHAMPIGNONS ET LES HUÎTRES Les champignons et les huîtres sont naturels, mais peu attirants sans assaisonnements. Ces substances sont bien nuisibles...

LE PAIN ET LES PÂTES... Ces aliments sont destinés par la Nature aux granivores, c'est à dire aux oiseaux et aux poules. Pas aux êtres humains...

LES ALIMENTS NATURELS On prendra les aliments naturels à l'état où la Nature nous les offre de ses mains généreuses...

LES FRUITS On peut manger les fruits en mélange avec du yaourt et des fruits secs doux trempés la veille. Il ne faut pas mélanger les fruits et les farineux, comme les pommes de terre, le pain. Quant aux bananes, nous défendons leur consommation fraîche, car elles contiennent un poison qui affecte les reins et la vessie...

LES CRUDITÉS On peut manger les crudités, crues, telle quelles, ou préparer un saladier dans lequel on les coupera en petits morceaux et qu'on assaisonnera avec de l'huile vierge, du citron ou du yaourt...

ASSAISONNEMENTS PERMIS Aucun animal n'assaisonne les aliments naturels. On peut toutefois assaisonner avec de l'oignon, de l'huile, des olives noires...

LES LÉGUMES Tous les légumes qu'on ne peut pas manger crus, en bonne quantité, seront cuits légèrement. On évitera les épinards à cause de l'acide oxalique en excès. Pareil pour la rhubarbe et l'oseille à cause de leur acidité. Les petits pois tendres et verts sont bons, mais pas les secs. On se limitera à une seule tomate par jour, à cause de l'acide oxalique encore.

LA CUISSON ... La cuisson doit toujours être faite à l'eau, sinon au four, jamais à l'huile ni au beurre... Comme la cuisson détruit la plus grande partie des vitamines et qu'elle transforme les sels minéraux et les oligo-éléments en matières inertes, il faut donc cuire le moins possible...

... LE JEÛNE HEBDOMADAIRE Quand on a une contrariété, de graves soucis, un grand chagrin, quand on est obligé de se précipiter, de courir, quand on a une obsession, alors il faut sauter le repas, car l'estomac ne peut rien digérer durant ces périodes difficiles de la vie... De toute façon, comme la plupart des personnes font des écarts alimentaires, elles devront jeûner un jour par semaine...

LE SOMMEIL ET LE REPOS Le sommeil est un facteur important de la santé. Rien n'est aussi destructeur de la santé que le manque de sommeil et le surmenage...
...

RECETTES :

MENUS ET RECETTES HYGIÉNISTES :

n° 72 menus et recettes hygiénistes par Joëlle Marteau
Menus végétariens. Les légumes. Les fruits sont utiles pour la santé. Comment consommer les noix.
32 p. - 4,50 €

http://www.nature-et-vie.fr/librairie/livret&ajouter=42

b

 

AUTRES RECETTES :

RECETTES VÉGÉTARIENNES FASTOCHES par CDLP : RECETTES VEGETARIENNES FASTOCHES-CDLP.pdf (105 pages à télécharger)

RECETTES DE CUISINE VÉGÉTARIENNE par Yv - Pranique.com : http://pranique.com/recet2cuisin.pdf (23 pages à télécharger)

 

DIVERS :

Livre "VOTRE SANTÉ PAR LES JUS FRAIS DE LÉGUMES ET DE FRUITS" par N.W. Walker : au lien http://dl.free.fr/getfile.pl?file=/aZ0UGhlF et chez Amazon http://www.amazon.fr/Votre-sant%C3%A9-frais-l%C3%A9gumes-fruits/dp/2868199291

 

 

AUTOUR DU RÉGIME 80/10/10 de D. Douglas Graham (80 % de glucides, 10 % de protéines et 10 % de lipides) :

Lu au forum : http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php?topic=17303.0

"Le régime 80/10/10 du Dr Graham est un régime végétalien, cru et contenant peu de matières grasses et de protéines.

80/10/10 signifie:
80 % ou plus des calories sous forme de glucides
10 % maximum sous forme de protéines
10 % maximum sous forme de lipides

Ce régime est aussi connu sous le nom de 811rv (811 étant l'abréviation de 80/10/10 et rv signifiant "raw vegan").

Les calories apportées par les glucides proviennent essentiellement de fruits frais. Le régime inclut aussi de grandes quantités de plantes à feuilles vertes (salades diverses, chou, céleri, etc.) et des graines et noix en petite proportion.

Le 811rv s'inscrit dans une démarche hygiéniste et les facteurs de santé autres que l'alimentation sont abordés dans le livre."

Télécharger le livre en anglais : http://www.4shared.com/office/3gJ4u2nv/douglas-graham-the-80-10-10-di.html ou http://dl.free.fr/getfile.pl?file=/VVnZkPkx
Un groupe de C'cru avec Michel Nature a débuté une traduction du livre en accord avec Doulas Graham : http://ccru.fr/group/811rv/forum/topics/traduction-francaise-du-livre?commentId=1999560%3AComment%3A41466&xg_source=activity&groupId=1999560%3AGroup%3A37206
Un petit résumé sur Crudivegan : http://www.crudivegan.fr/search?q=80+10+10

- Forum http://arnelae.forumactif.com/t12104-l-alimentation-crue-et-la-80-10-10-diet

- Témoignage de Michel Nature : http://michelnature.com/?p=147

- Une présentation du régime 80/10/10 : http://www.crudivegan.fr/2012/11/lalimentation-selon-le-docteur-graham.html

- Analyse des aliments : avec CRON-O-Meter : http://cronometer.com/ ou USDA database au lien http://ndb.nal.usda.gov/ et Nutridiary : http://nutridiary.com/

- Témoignage : http://vivrecru.org/articles-pratiques-temoignages/temoignage-de-dan-du-quebec/#.Uf0jDZL0E2U

 

RÉFLEXION : L'ANTHROPOSOPHIE ET L'ALIMENTATION :

Article "Pour l’anthroposophie, l’alimentation doit répondre aux besoins du corps, de l’âme et de l’esprit tout en tenant compte de la nature des aliments" : http://www.medecines-douces.com/impatient/251dec98/aliment.htm

Article "Pourquoi pas une cantine bio ?" par Joël Acremant http://www.journal-la-mee.fr/35200-pourquoi-pas-une-cantine-bio-joel.html

Livret " MA RELATION À LA NOURRITURE" par Joël Acremant, éditions APMA - Extrait (10 pages) : http://apma.fr/boutique/wp-content/uploads/2013/05/Ma-relation-%C3%A0-la-nourriture-extrait.pdf - Achat : http://apma.fr/boutique/?product=ma-relation-a-la-nourriture
Sommaire et Extraits du livret au lien : #ma_relation_a_la_nourriture

Livre "SE NOURRIR AUJOURD'HUI" par Joël Acremant, éditions Novalis, 2009
Sommaire et Extraits du livre au lien : #se_nourrir_aujourd_hui

Livre : "ALIMENTATION DYNAMIQUE SELON RUDOLF STEINER. Ce que la Science spirituelle de Rudolf Steiner apporte à une nouvelle hygiène alimentaire", Tome 1 http://www.abebooks.fr/Alimentation-dynamique-Rudolf-Steiner-science-spirituelle/4749790097/bd ou
autre titre : "DYNAMIQUE DE L'ALIMENTATION" par Gerhard Schmidt : http://livre.fnac.com/a1238463/Gerhard-Schmidt-Dynamique-de-l-alimentation ou http://www.abebooks.fr/servlet/SearchResults?an=Schmidt%2C+Gerhard&sortby=3

Livre "ALIMENTATION DYNAMIQUE : Tome 2, Ce que la Science spirituelle de Rudolf Steiner apporte à une nouvelle hygiène alimentaire", 2ème édition par Gerhard Schmidt : http://www.amazon.fr/Alimentation-dynamique-spirituelle-nouvelle-alimentaire/dp/2852481154


Document "DIÉTÉTIQUE OU QUELQUES BASES D'UNE ALIMENTATION SAINE " (46 pages) par Jean José Mayol :
http://reocities.com/Athens/3767/approche.pdf
(source http://wikipedia.orange.fr/wiki/P%C3%A2te+de+noisettes) où se trouve des références à Rudolf Steiner :

 

Page 31 :
c) Les vaches folles....
La consommation de viande est globalement à la baisse depuis 1979, bien avant la panique de l'ESB. Rudolf Steiner durant une conférence faîte en 1924 expliqua comment un boeuf alimenté de colombes (même si elles représentent la pureté et la paix !) deviendrait fou…

Page 32 et suivantes :
f) Rudolf Steiner…
Voici un petit extrait d’un livre « Alimentation dynamique » [note : le livre est analysé sous le titre "Dynamique de l'alimentation" tome 1 avec en sous-titre : "Pourquoi mangeons-nous ?" par Gerhard Schmidt] :

C’est seulement depuis 1847, date où fut fondée la première Société végétarienne (la London Vegetarian Society), que la question du régime «cru» commença à se poser en Europe. Peu avant 1900, le jeune Birchner-Benner, alors âgée de 28 ans, se décida au végétarisme ; ce fut un acte extrêmement inhabituel. (Chapitre VII - Le cru et le cuit - page 171)

Birchner-Benner ne s’était pas fait végétarien pour des raisons morales ou religieuses, mais parce qu’il avait appris par expérience que ses malades guérissaient mieux avec ce régime. Mais il ne trouva pas, dans toutes la science nutritionnelle de 1895, une seule donnée capable de justifier les effets bienfaisants du « régime cru ». En tout ceci, Birchner-Benner eut un comportement parfaitement scientifique, libre de préjugés, rationnel. (Chapitre VII - Le cru et le cuit - page 171)

Cherchant la raison de cette efficacité, Birchner-Benner s’arrêta à une assertion du physicien Wilhelm Ostwald : « Ce que nous mangeons dans la plante, c’est de l’énergie solaire ». Il fit sien ce postulat, qui est absolument juste, et il en déduisit que la nourriture d’origine végétale doit avoir la plus haute valeur nutritive. Car selon les lois énergétiques, la lumière solaire représente la force la plus agissante. Mais la nourriture végétale crue, « fraîche », comme il disait, surpasse-t-elle en valeur la nourriture végétale qu’il appelait « cuite à mort » ? (Chapitre VII - Le cru et le cuit - page 172)

En mangeant de la viande, on ne développe donc pas les forces que nécessite la digestion des plantes. On devient intérieurement plus paresseux et les forces inemployées provoquent des troubles. (Chapitre VII - Le cru et le cuit - page 173)
Page 151 : « Lorsque l’homme tire sa nourriture du règne animal, le processus d’intégration est déjà accompli. Au contraire, s’il se nourrit de plantes, il accomplit lui-même, en toute fraîcheur, en toute virginité, le processus d’intégration ».

Toute force que l’on ne met pas en action se paralyse et s’affaiblit. Que ce soit un muscle qui, ne pouvant plus se mouvoir, s’atrophie et régresse, ou un organe digestif auquel on ne fait pas suffisamment appel, ou encore une faculté psychique que l’on laisse en jachère, le résultat est toujours un affaiblissement, jamais un renforcement. Car ainsi que Bunge l’avait déjà dit : « C’est dans l’activité que réside le secret de la vie ». Rudolf Steiner ajoute :
« Lorsque l’homme déploie cette force, il devient en lui-même une vie intérieure autonome ». Il en résulte aussi que ce n’est pas la quantité des matières absorbées qui importe, mais les forces qu’elles éveillent et la qualité de ces forces. [Chapitre IX -Nourriture végétale - nourriture animale - page 202]

Se nourrir exclusivement de végétaux, c’est prendre à sa charge tout le processus que l’animal nous épargnait, étant donné qu’il a déjà conduit assez loin la métamorphose de ses propres substances. [Chapitre IX -Nourriture végétale - nourriture animale - page 202]

Une nourriture carnée empêche de développer certaines forces. [Chapitre IX -Nourriture végétale - nourriture animale - page 202]

Reproduisons ici notre schéma du chapitre III : HOMME ANIMAL VÉGÉTAL MINÉRAL [page 49 du livre]
Nous l’avions dit déjà, les aliments ont à parcourir un chemin plus ou moins long pour s’identifier et s’intégrer à l’homme. C’est pourquoi l’homme actuel ne peut tolérer que de très petites quantités de minéraux, à moins qu’ils ne soient « végétabilisés » : la plante lui apporte des minéraux déjà transmués.
Mais l’homme actuel a-t-il assez de forces pour le régime végétarien ? Peut-il en mobiliser assez ? N’est-il pas devenu tout à fait inapte à ce travail ? Auquel cas, un régime «mixte» lui conviendrait mieux. [Chapitre IX -Nourriture végétale - nourriture animale - page 202]

Il serait trop simple de déduire que l’homme est un omnivore. Et là aussi, Glatzel reconnaît à l’homme « son pouvoir extraordinaire d’adaptation à différentes formes d’alimentation » Cela signifie que l’homme a la possibilité de rompre avec les sévères contraintes qui pèsent sur l’animal en matière alimentaire et de se créer à lui-même son mode d’alimentation, en fonction de son niveau d’évolution, de sa constitution, de sa race, de son peuple et, en dernière analyse, de son individualité. [Chapitre IX -Nourriture végétale - nourriture animale - page 203]

L’hérédité, par exemple, peut jouer un rôle. « Il existe des gens qui, en vertu de leur hérédité, ne peuvent pas déployer assez de force pour une alimentation purement végétarienne. » [Chapitre IX -Nourriture végétale - nourriture animale - page 204]

Rudolf Steiner disait : « Cela provoque chez l’adulte de la volupté, exactement comme les sucreries chez l’enfant… Si on mange de la viande, c’est principalement parce que le corps aime la viande ».
Si l’organisme s’est habitué à la nourriture carnée dès la petite enfance, il devient très difficile de l’en déshabituer. Car, sous ce rapport aussi, le pouvoir de l’habitude est considérable et souvent méconnu. [Chapitre IX -Nourriture végétale - nourriture animale - page 205]

On compte en moyenne une dépense de 7 kg de protéines végétales pour obtenir 1 kg de protéines animales. En d’autres termes : « du point de vue énergétique, la production de protéines animales est un procédé extrêmement irrationnel ». [Chapitre IX -Nourriture végétale - nourriture animale - page 206]

Or une nourriture d’origine végétale met l’homme en rapport avec des forces cosmiques inemployées, vierges, et de ce fait, il devient « beaucoup plus sensible » à toutes les impressions et expériences spirituelles que le système nerveux lui transmet. Car rien, alors, ne trouble ce système nerveux. L’homme est donc redevable à ce mode d’alimentation « d’une faculté de voir plus haut et plus largement les grandes correspondances des choses, ce qui l’élève au-dessus des limites étroites de son existence personnelle… »
Mais une telle allégation, tout comme les suivantes, ne peut être comprise que par un esprit libre de tout préjugé, et dans le cas présent, la chose naturellement rare et difficile à exiger. [Chapitre IX -Nourriture végétale - nourriture animale - page 210]

Rudolf Steiner ajoutait : « Lorsque l’homme forme ses jugements à partir de la colère, de l’égoïsme, les sympathies et des antipathies qui troublent tout et montrent tout sous un jour étroitement limité, lorsqu’il se traîne de préjugé en préjugé… il le doit à ses relations avec le monde animal dont il se nourrit ». [Chapitre IX -Nourriture végétale - nourriture animale - page 211]

De telles paroles n’ont presque jamais été prononcées dans notre monde moderne ; lorsqu’elles le sont par quelqu’un qui a écrit « La philosophie de la liberté », cela leur donne d’autant plus de poids.
« Car l’homme est libre, dans la mesure où il est capable, à tous les instants de sa vie de n’obéir qu’à lui-même. » [Chapitre IX -Nourriture végétale - nourriture animale - page 211]

 

Photo Photo

Pour mémoire : Agriculture & alimentation par Rudolf Steiner : http://www.anthromedia.net/fr/themes/agriculture-alimentation/

Rudolph Steiner disait dans une conférence en 1923: “Et l’on en arrive à ce que je répète toujours aux gens. Ceux-ci, n’est-ce pas, viennent et demandent: est-il préférable de boire de l’alcool ou vaut-il mieux ne pas en boire? Vaut-il mieux être végétarien ou manger de la viande? Je ne réponds généralement jamais s’il faut renoncer à l’alcool ou s’il faut en boire, s’il faut se nourrir de végétaux ou de viande, mais je réponds: l’alcool agit de telle ou de telle façon. Je fais simplement part de la façon dont il agit. A eux de se décider entre boire et ne pas boire. Je me comporte également ainsi pour ce qui est des nourritures végétales et animales. Je dis: la viande agit ainsi, les plantes agissent ainsi. L’homme peut ainsi décider librement. Voici l’attitude dont la science devrait faire preuve: le respect de la liberté de l’homme. De façon à ne pas laisser apparaître le sentiment que l’on veut imposer ou interdire quelque chose à l’homme, mais qu’on lui dit les faits. Lorsqu’il sait l’action de l’alcool, il en vient de lui-même à ce qui est bon. C’est ainsi que nous avançons. Nous en arrivons à ce que les hommes libres puissent eux-mêmes trouver leur chemin.” 
Alimentation et développement spirituel - Edition Anthroposophiques Romandes.

et

... Rudolf Steiner, “Quand l’homme complète son régime par des pommes de terre en quantité mesurée, il ne fait pas de doute que celles-ci sont bénéfiques… Mais la pomme de terre contient énormément d’amidon, lequel doit absolument se transformer en sucre chez l’homme…Je vous l’ai déjà dit: quand l’homme mange trop de pommes de terre, sa tête doit faire obstacle à la fermentation. Voilà pourquoi les hommes qui mangent trop de pommes de terre et qui, de ce fait, imposent à leur tête une tâche écrasante pour maîtriser la fermentation de la pomme de terre, deviennent faibles d’esprit. S’affaiblissent notamment les parties centrales du cerveau, il ne reste que les parties antérieures du cerveau qui se donnent peu de mal pour s’opposer à la fermentation de la pomme de terre. Et c’est précisément parce que la consommation de la pomme de terre a pris dans les temps modernes une extension considérable qu’est apparu le matérialisme, qui est un produit du cerveau antérieur”. 
Rudolf Steiner - Alimentation et développement spirituel Editions Anthroposophiques romandes

Claude TRAKS et l'alimentation qui écrit à ce lien : http://www.claudetraks.com/fr/lalimentation.html où il cite Rudolf steiner.

Rudolf HAUSCHKA : Cours sur la substance - traduction partielle (86 pages) à télécharger au lien : http://www.triarticulation.fr/AtelierTrad/SubstHauschka1.pdf
Sa biographie : http://en.wikipedia.org/wiki/Rudolf_Hauschka

 

 

LES COMBINAISONS ALIMENTAIRES

Livre : "LES COMBINAISONS ALIMENTAIRES ET VOTRE SANTÉ" par Herbert M. Shelton (sommaire et extraits)

Livre : "LA NOURRITURE IDÉALE ET LES COMBINAISONS SIMPLIFIÉES" par Albert Mosséri (sommaire et extraits)

Lire en complément le chapitre "LES ALIMENTS" #Les_aliments et "LE JEÛNE" http://www.conscience33.fr/jeune.html

Fiches nutritionnelles par produits au lien : http://www.aprifel.com/fiches,produits,liste.php

PLANCHES :

 

Planche donnée par Jean-Claude Reygade (source : http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/t226-rupture-et-realimentation-suite-au-jeune-shelton-rocan-reygade-passebecq)



Les deux planches suivantes résument les bonnes combinaisons alimentaires et la classification des aliments.

BONNES COMBINAISONS ALIMENTAIRES (planche recto) * : photo agrandie ou à télécharger combinaisons alimentaires - recto.jpg

Photo

 

CLASSIFICATION DES ALIMENTS (planche verso) * : photo agrandie ou à télécharger combinaisons alimentaires - verso.jpg

Photo

* REMARQUE CONCERNANT "L'HISTOIRE" DE CES DEUX PLANCHES :
Ces planches ont été données à une amie hygiéniste par une amie qui l'avait elle-même obtenue auprès d'un hygiéniste de Toulouse aux environs de l'an 2000.

Ainsi qu'il apparaît en bas de la page recto, ces planches ont été créées intialement par "Shangri-La" à Bonita Springs en Floride (USA).
Des recherches sur internet permettent de trouver que c'est en 1964 que l'hôtel qui exploitait ce lieu a été nommé "Shangri-La" par son propriétaire R.J. Cheatham et qu'il fonctionnait come un centre thermal.
Après la mort de Cheatham, la propriété a été revendue en 1993 à un couple allemand en 1993, Leo et Deborah Dahlman, pour crééer un centre nutritioniste à Bonita Springs et ce centre a fait faillite en 1998. Ce centre nutritioniste était destiné à une clentèle européenne et a décliné à partir de la chute du mur de Berlin.
Le centre a été ensuite racheté en 1998 par le "Lama Hana Land Trust" afin de le protéger des spéculateurs, avec deux écologistes Addison Fischer et Heather Burch qui ont conservé en bon état ce lieu pour sa partie culture biologique, mais sans activités d'accueil. L'agriculteur biologiste Frank Oakes est présenté ici : http://www.marconews.com/photos/galleries/2013/feb/05/local-organic-entrepreneur-and-farmer-frank-oakes/262173/ (Il est décédé en 2013 : http://storify.com/critterkay/in-memoriam-frank-oakes).
Ce centre a été revendu une dizaine d'années plus tard, et il vient maintenant d'être ré-ouvert en décembre 2011 comme un centre de santé pour l'usage en particulier des sources. Il est présenté sur internet au lien : http://shangrilaretreat.com/ et https://www.facebook.com/shangrilasprings. Son nouveau nom est "Shangri-La Springs". Le centre n'avait pas été ouvert au public entre entre 1998 et 2011 !

Tout ceci pour expliquer que ces planches semblent avoir été créées par le centre "Shangri-La" à sa période nutritioniste, pendant la durée de son fonctionnement à partir de 1993 avant sa faillite en 1998, et n'ont pas de relation avec la direction actuelle de "Shangri-La" à Bonita Springs, et qu'on n'en retrouve pas de traces sur internet !
Les planches n'ont pas non plus de relation avec "le régime Shangri-La" : http://en.wikipedia.org/wiki/The_Shangri-La_Diet, présenté au lien http://www.perdre-du-poids-ensemble.com/regime-shangri-la !
L'histoire du centre Shangri-La à Bonita Springs est présentée en particulier aux liens : http://www.naplesnews.com/news/2006/sep/07/mysteries_behind_shangrila_hotel_fivestar_tour/ et http://shangrilaretreat.com/history/?pid=74.

 

MANGER EN SÉQUENTIEL :

Site du Dr Bass : http://drbass.com/sequential.html

"Pour simplifier ce concept de manger en séquentiel ou en couches successives, la règle de base ou le principe peut être énoncé comme suit :
Mangez l'aliment le plus liquide le premier, le suivant moins liquide en second, etc..."

Temps de digestion (temps passé dans l'estomac) : source http://drbass.com/sequential.html

Eau : si l'estomac est vide, l'eau va directement dans les intestins
Jus : fruits, bouilon de légumes : 20 à 30 minutes
Semi-liquide (salade mixte, légumes ou fruits) : 20 à 30 minutes
Légumes cuits : 40 à 50 minutes
Glucides semi-concentrés - amidons (pommes de terre, topinanbours, courges...) : 60 minutes
Glucides concentrés (riz, millet, sarrasin...) : 90 minutes
Légumineuses et pois (lentlles, pois, haricots...) : 90 minutes
Graines et noix : 2 heures à 3 heures
Fromages : 1h30 à 4h
...

 

EXEMPLES DE MENUS :

 

MENU IDÉAL (3 repas)

 

MENU IDÉAL (2 repas)

Matin :
     Fruits frais en mélange (100g à 150 g)
     ou 1 jus
     ou 1 lait caillé sans sucre.

Midi :
     Salade verte (100 g à 500 g)
     Crudités (100 g à 500 g)
     Noix diverses (50 g à 150 g)
     ou fromages cuits (gruyère, conté (50 g à 250 g))
     ou fromage blanc frais (100 g à 300 g).

Soir :
     Légumes échaudés 5 minutes (200 g à 500 g)
     Pommes de terre bien cuites ou marrons (100 g à 200 g)
     Fruits secs doux (1/2 verre à 1 verre 1/2)

 

 Matin :
     Rien ou 1 jus ou 1 lait caillé sans sucre.

Midi :
     Fruits frais en mélange (500 g à 1 500 g).

Soir :
     Salade verte (100 g à 500 g)
     Crudités (100 g à 500 g)
     Légumes échaudés 5 minutes (200 g à 500 g)
     Noix diverses (50 g à 150 g)
     ou fromages cuits (gruyère, conté) (50 g à 250 g)
     ou fromage blanc (100 g à 300 g).

Soir alternatif :
     Salades (laitue, épinards, scarole,…) (100 g à 500 g)
     Crudités (100 g à 500 g)
     Légumes échaudés 5 minutes (200 g à 500 g)
     Pommes de terre ou marrons bien cuits (100 g à 300 g)
     Fruits secs doux (1/2 verre à 1 verre 1/2).

 Source : "La santé par la nourriture" par Albert Mosséri – EXTRAITS (page 225)

 

Source : Livre : "Hygiénistement vôtre ! " par Nicolas Ostaptchouk - Tableau page 77


 

L'HYGIÉNISME : LES ALIMENTS - LA FAIM
Extraits du livret "Le petit guide de découverte de l'hygiénisme" ou "Le guide du débutant" ou de "LE PETIT GUIDE VERT" par Albert Mosséri

Extraits du livret "Le petit guide de découverte de l'hygiénisme" à télécharger au lien :
http://www.hygienisme.org/fichiers/lepetitguidededecouvertedelhygienisme.pdf (39 pages)

C'est aussi "Le guide du débutant" ou "LE PETIT GUIDE VERT" qui peut être lu au lien :
http://vitae.pagesperso-orange.fr/guide%20vert%20de%20l'hygienisme.html


Photo

 

"Le petit guide de découverte de l'hygiénisme" comporte les rubriques suivantes :
1.-Introduction : Les principales causes de la maladie (page 2)
2 - La faim (page 3) - présentation d'extraits au lien : #chapitre_2_la_faim
3 - Les poisons (page 15)
4 - Les aliments (page 23) - présentation d'extraits au lien : #chapitre_4_les_aliments
5 - Conclusion (page 36)
6 - Annexes (page 37)



EXTRAITS DU CHAPITRE 4 - LES ALIMENTS (Page 23 et suivantes) :

LES LÉGUMINEUSES

Les légumineuses à l'état naturel et cru ne peuvent pas être mangées...

 

LE BLANC D'OEUF

... le jaune est acceptable cru, mollet ou cuit dur...

 

LE LAIT ET LE LAIT CAILLÉ

Le lait est destiné par la Nature aux bébés et aux enfants jusqu'à l'âge de 3 ans...

Le lait caillé, appelé aussi yaourt, est acceptable tous les jours... Ne pas lui adjoindre de sucre.

Le yaourt au soja nature est aussi acceptable...

 

LES FROMAGES

La Nature ne produit pas de fromage...

Les fromages contiennent donc la caséine du lait, qui est une protéine concentrée, au même titre que celles la viande et des noix diverses. C'est de là que vient le mal...

 

LA CRÈME

On peut prendre de la crème fraîche ou liquide en petites quantités...

 

LE SUCRE

Le sucre blanc ou roux est un aliment industriel qu'il faut éviter...

 

LA VIANDE

La viande est naturelle pour les chiens et les loups, c'est à dire pour les animaux carnivores. Pas pour nous...

 

LE POISSON

Le poisson est plus nocif que la viande, car il contient un plus fort pourcentage de protéines...

 

LES CHAMPIGNONS ET LES HUÎTRES

Les champignons et les huîtres sont naturels, mais peu attirants sans assaisonnements. Ces substances sont bien nuisibles...

 

LE PAIN ET LES PÂTES

... Ces aliments sont destinés par la Nature aux granivores, c'est à dire aux oiseaux et aux poules. Pas aux êtres humains...

 

LES ALIMENTS NATURELS

On prendra les aliments naturels à l'état où la Nature nous les offre de ses mains généreuses...

 

LES FRUITS

On peut manger les fruits en mélange avec du yaourt et des fruits secs doux trempés la veille.

Il ne faut pas mélanger les fruits et les farineux, comme les pommes de terre, le pain.

Quant aux bananes, nous défendons leur consommation fraîche, car elles contiennent un poison qui affecte les reins et la vessie...

 

LES CRUDITÉS

On peut manger les crudités, crues, telle quelles, ou préparer un saladier dans lequel on les coupera en petits morceaux et qu'on assaisonnera avec de l'huile vierge, du citron ou du yaourt...

 

ASSAISONNEMENTS PERMIS

Aucun animal n'assaisonne les aliments naturels. On peut toutefois assaisonner avec de l'oignon, de l'huile, des olives noires...

 

LES LÉGUMES

Tous les légumes qu'on ne peut pas manger crus, en bonne quantité, seront cuits légèrement.

On évitera les épinards à cause de l'acide oxalique en excès. Pareil pour la rhubarbe et l'oseille à cause de leur acidité. Les petits pois tendres et verts sont bons, mais pas les secs. On se limitera à une seule tomate par jour, à cause de l'acide oxalique encore.

 

LA CUISSON

... La cuisson doit toujours être faite à l'eau, sinon au four, jamais à l'huile ni au beurre...

Comme la cuisson détruit la plus grande partie des vitamines et qu'elle transforme les sels minéraux et les oligo-éléments en matières inertes, il faut donc cuire le moins possible...

...

LE JEÛNE HEBDOMADAIRE

Quand on a une contrariété, de graves soucis, un grand chagrin, quand on est obligé de se précipiter, de courir, quand on a une obsession, alors il faut sauter le repas, car l'estomac ne peut rien digérer durant ces périodes difficiles de la vie...

De toute façon, comme la plupart des personnes font des écarts alimentaires, elles devront jeûner un jour par semaine...

 

LE SOMMEIL ET LE REPOS

Le sommeil est un facteur important de la santé. Rien n'est aussi destructeur de la santé que le manque de sommeil et le surmenage...

...

 

AUTRES INFORMATIONS EXTRAITES DU LIVRET "LE PETIT GUIDE DE DÉCOUVERTE DE L'HYGIÉNISME" :

 

EXTRAITS DU CHAPITRE 2 - LA FAIM (Page 3 et suivantes) :

LA FAIM
Au réveil.

Au réveil, la plupart des gens, dès qu'ils ouvrent les yeux après une nuit de sommeil, fument mangent ou boivent quelque chose.
Le petit déjeuner est souvent composé de café et de croissants.

Mais au réveil, on n'a jamais réellement faim.
On a la bouche pâteuse, mauvaise, parfois amère, sèche.
On a l'esprit vaseux, pas clair et engourdi.
Instinctivement, on cherche à supprimer ces symptômes d'élimination nocturne à l'aide d'une boisson chaude contenant des poisons, comme le café, le thé, le cacao, les tisanes, puis par le tabac.
Ensuite, on mange sans faim un ou deux croissants, ce qui surcharge l'organisme à un moment où ses forces vives sont concentrées à achever le catabolisme (élimination de la nuit).

Pour ceux qui souffrent de dénutrition (malgré l'abondance de leur alimentation), la "faim" pourrait apparaître une ou deux heures après le réveil, et même tout de suite.
Quand leur dénutrition aura été soignée et éliminée, leur corps ne réclamera de nourriture que plusieurs heures après le réveil.


Mais quelles sont donc les souffrances de la faim ?

L'opinion médicale et populaire veut que la faim soit une sensation douloureuse et pénible.
On parle des souffrances de la faim. "J'ai souffert de la faim", vous dira-t-on !

Or la faim est une manifestation du fonctionnement normal du corps, et toutes les fonctions normales du corps procurent du plaisir.
Ainsi, par exemple, le fait d'uriner, d'évacuer, de regarder, de dormir, d'avoir des rapports sexuels, sont toutes des fonctions agréables.

Pourquoi parle-t-on alors des souffrances de la faim ? De ses douleurs ?
Il est vrai que certains individus ressentent effectivement des souffrances, mais ce ne sont là que des signes d'élimination et de désintoxication pour effacer les séquelles irritantes des repas malsains précédents.
Celui qui arrête de fumer ou de boire du café ressent des souffrances identiques et des douleurs similaires provenant de la désintoxication.
Ces inconvénients ne doivent pas porter à manger, ni à fumer, ni à boire du café.

Répétons-le : les souffrances parfois ressenties ne sont pas celles de la faim, mais bien celles de la désintoxication.
Ces souffrances disparaissent quand la désintoxication se termine, et quand la faim arrive enfin, aucune souffrance n'est ressentie.

La vraie faim et la fausse faim.
...

Attendre une heure pour voir.
La fausse faim disparaît en peu de temps, réapparaît encore, puis disparaît de nouveau.
Par contre, la vraie faim persiste et s'accentue.

Donc, pour les distinguer, il suffira d'attendre une heure par exemple, sinon plus, ainsi on sera fixé.
De toute façon, plus on attend, plus la vraie faim sera aiguisée. Car au début, elle sera faible.

Dans les cas de dénutrition, la faim aiguë aboutit à une sensation de "partir", de s'évanouir, de s'effondrer.
On ne peut pas travailler, ni rien faire avant d'être nourri.
A ce moment, il faut manger tout de suite un fruit ou deux, sans aucune boisson.

"L'appétit, écrit Shelton, est une contrefaçon de la faim.
Ce n'est pas l'expression d'un besoin, mais celle d'une habitude ou d'une envie imaginaire.
L'appétit est une créature de l'habitude et de la routine, et peut être due à plusieurs choses comme : l'heure du repas, la vue, le goût et l'odeur des aliments, ou même l'idée de manger qui peut déclencher l'appétit.
Les condiments et les assaisonnements peuvent aussi éveiller l'appétit."

Mais cela n'est pas la vraie faim.
L'appétit, c'est une fausse faim.
La vraie faim ne s'accompagne d'aucun symptôme.
On n'a pas mal à la tête, ni aucun malaise.
Les idées sont claires, l'esprit lucide, on est optimiste, heureux, tranquille, serein.

La vraie faim ne vient pas forcément à l'heure des repas.
Par contre, les contractions rythmiques de l'estomac se produisent régulièrement, par habitude, à l'heure des repas, et font croire à la faim.
Hélas ! C'est une fausse faim.

La vraie faim peut survenir spontanément à tout moment de la journée, mais pas en pleine nuit.
En effet, durant la nuit les muscles sont relaxés et l'estomac, qui est aussi un muscle, se relaxe aussi.
Il n'est pas prêt à malaxer le bol alimentaire durant le repos nocturne.

Si l'on ressent, par contre, la faim avant minuit, alors quelques feuilles de laitue ou une pomme devraient la calmer et assurer un sommeil réparateur.
Selon Fletcher, pour distinguer la vraie faim de la fausse faim, on notera que dans la vraie faim "l'eau coule dans la bouche".
Selon moi, pour les distinguer, il suffirait d'attendre une heure : la vraie faim persiste, alors que la fausse faim disparaît avec tous les symptômes morbides et trompeurs.

La gorge contractée ou dilatée ?
La plupart des hygiénistes professionnels attribuent aux glandes de la gorge et à celles de la bouche le rôle principal dans les manifestations de la faim.
Shelton attribue ce rôle principal actif aux nerfs.
En effet, ce sont bien les nerfs qui commandent cette sensation de creux et de dilatation qui monte vers l'oesophage et vers la gorge.
C'est pourquoi durant les moments de fatigue, de soucis, de préoccupations, de colère, de haine, d'émotions négatives, etc., même si le corps a besoin de nourriture, il ne la demande pas et ne manifestera pas la faim.
Les nerfs garderont la gorge et l'oesophage contracté.
Quand les conditions sont favorables, la faim se manifeste par la dilatation de la gorge et de l'oesophage.

Une sensation agréable.
La vraie faim est une sensation toujours agréable et plaisante, même si elle peut être pressante.
Un creux dans l'estomac, un vide accompagné de contractions rythmiques, une sensation de détente qui monte de l'estomac vers la gorge en traversant l'oesophage : tous ces symptômes sont agréables et plaisants.

Par contre, dans les cas de dénutrition et de manque de réserves, le sujet peut ressentir une faim diffuse, une incapacité de travailler ou de se concentrer, il se sent "partir".
Or ces sensations disparaissent rapidement en quelques semaines, au fur et à mesure que les réserves sont comblées.
Alors, la faim devient moins pressante et moins fréquente. Le sujet ressentira alors la faim, mais son esprit sera alerte, vif et lucide, et son humeur optimiste et sereine. Il verra la vie en rose.

La fausse faim comme après une drogue.
Tous les symptômes morbides que j'ai décrits dans la fausse faim ressemblent de façon frappante aux symptômes qui se manifestent chez le fumeur et le buveur de café, de thé ou même chez le drogué, quand ils arrêtent leur poison.
Ces symptômes sont ceux de la fausse faim, ce sont des symptômes d'élimination.
La fausse faim est un symptôme d'élimination des résidus du repas précédent.
Or ces symptômes de désintoxication sont bien connus des drogués, des fumeurs et des buveurs de café et de thé. Malheureusement, les mangeurs les ignorent.

L'accoutumance peut exister pour la drogue comme pour les aliments malsains.
Il est évident que si un drogué ou un fumeur en pleine désintoxication reprend son poison, les symptômes désagréables de la désintoxication cessent aussitôt. Or, il ne faut jamais arrêter une désintoxication, qu'elle provienne de la drogue, de l'alcool, du café ou des aliments malsains.

"Les symptômes morbides de la fausse faim, poursuit Shelton, sont identiques à ceux qu'éprouvent les drogués quand ils sont privés de leur drogue habituelle".

...  » (page 7)


 

Texte "MORALITÉ HYGIÉNISTE"
par Dr Jean-Marie COMPAGNON

 

Ce texte est paru au lien :

http://vitae.pagesperso-orange.fr/moralite%20hygieniste.htm [lien disparu !]

Il est la préface du livre "MANGER POUR VIVRE SANS MALADIES" écrit par Albert Mosséri

 

MORALITÉ HYGIÉNISTE

PAR LE DR J.M. COMPAGNON

 

 

MORALITÉ HYGIÉNISTE
PAR LE DR J.M. COMPAGNON

Tout être humain, et en particulier, tout médecin, devrait savoir que chacun d'entre nous possède en lui un trésor inestimable qui est : son "pouvoir d'Autoguérison". 
Le sachant, libre alors à chacun de l'utiliser, complètement, sans prétendre l'aider, ou non.


J'ai rencontré Monsieur Mosséri sur le chemin qui m'a conduit d'une des facultés de médecine de Paris pour le diplôme classique, à une autre faculté de médecine de Paris pour le diplôme de Naturothérapeute.
Cette "Force médicatrice interne", je ne la connaissais pas, mais quand j'ai appris son existence, j'ai décidé de l'utiliser complètement, pour moi-même, et pour les personnes venant me consulter, et capables d'intégrer cette connaissance. 
"Capables" en effet, car ce n'est pas si simple, et il peut apparaître beaucoup plus facile, à première vue, de consommer des médicaments, que de modifier le choix de ses aliments. 
La grande différence entre ces deux attitudes, c'est la même que celle qui existe entre un Etre qui subit et un Etre qui agit, entre un Etre objet et un Etre sujet.
Cela pour le problème de la prise en charge par l'autre ou par soi-même.
C'est aussi poser le problème de la responsabilisation de la Personne et du développement de sa Personnalité. 
C'est la différence entre le malade "spectateur" et le malade "acteur".
Il est très important de comprendre tout de suite que par le choix du titre, l'auteur ne veut pas dire du tout que la santé ne repose que sur les aliments. en effet, il est écrit : 

Une santé radieuse dépend d'un grand nombre de facteurs... une alimentation correcte n'est pas tout...
Tous les efforts qui tendent à traiter l'homme uniquement par le régime doivent aboutir à un échec...
La vie ne se réduit pas à une question de nourriture.

Il existe, en effet, d'autres facteurs de sauté qui sont : l'eau, l'air, le Soleil, le Repos, l'activité physique, l'activité mentale et la Vie affective.

L'homme n'est pas uniquement ce qu'il mange : il est aussi ce qu'il boit, ce qu'il respire, comment il dort, comment il se repose, comment il pense, comment il s'émeut.


Il faut donc bien comprendre que les aliments ne sont pas, et ne doivent pas être notre seule nourriture : les nourritures affective et spirituelle, entre autres, sont par exemple, aussi importantes.
Cette conception de l'être humain qui aborde celui-ci dans sa "totalité", m'est apparue fondamentale, et, sur mon "chemin", qui a duré plusieurs années, j'ai compris que la maladie, la "vraie", - pas celle qu'on nomme grippe ou équivalent, mais celle qui correspond à un état pathologique constitué, avec des lésions dégénératives organisées, n'est pas "normale", inéluctable, parce que "banale", et qu'elle a ses causes.
Grâce aux progrès considérables faits dans les pays industrialisés dans le secteur de l'Hygiène publique (assainissement, tout à l'égout..), la santé ou la maladie ne repose plus sur l'existence ou l'absence des grandes épidémies qui décimaient, encore au siècle dernier, les enfants en bas âge et les adultes encore jeunes. 
La vérité est qu'aujourd'hui, comme cela commence à être reconnu dans certains milieux médicaux conscients et objectifs, la quasi-totalité des maladies actuelles en pays développés, repose sur cinq grandes causes fondamentales de base, qui agissent, soit en général en association, et qui sont : l'Alimentation moderne, le Tabac, l'Alcool, le Stress et les Médicaments (ATASM). 
Sans crainte de se tromper, ceci est la pure vérité et nier serait une erreur "impardonnable". (Sédentarité et Hérédité sont deux causes supplémentaires annexes.)
Donc, il est certain que l'Alimentation moderne réunit 33 % des parts de responsabilité dans les pathologies dont nous faisons le constat chaque jour, et ce taux monte à 43 % en ajoutant l'Alcool. 
En ajoutant en plus le Tabac, on arrive au chiffre considérable de 76 %, ce qui veut dire qu'en intervenant sur ces trois facteurs seulement : Alimentation, Alcool et Tabac, on peut réduire de trois quarts l'ensemble de toutes les pathologies médicales, chirurgicales et psychiatriques, avec toutes les conséquences pour l'individu et pour la société que ça peut représenter.
Certainement, on peut nier tout cela, ou, on peut accepter de se résigner, mais on peut aussi décider de sortir de la passivité de l'assisté, et agir.
En particulier, si donc la "malbouffe" fait autant de dégâts aujourd'hui que les épidémies hier, on peut peut-être essayer de définir ce que peut être l'Alimentation "idéale" de l'être humain, c'est à dire celle qui permet la longévité dans la santé. 
On se met à table trois fois par jour, et personne ne semble savoir, ce pour quoi l'être humain est fait pour manger !
Quand en Asie, l'alimentation est passée du riz entier au riz raffiné, la population s'est vue atteinte d'une maladie qui ressembla à une nouvelle épidémie, inconnue et mortelle.
Cette maladie, nommée Béri-béri, fut finalement reconnue comme ayant pour unique cause , la carence totale en une des vitamines du groupe B, exactement comme le scorbut ne repose que sur la seule carence en vitamine C !
Ainsi donc, voici deux maladies mortelles qui ne reposent que sur une carence alimentaire ! 
Or, qu'en est-il de nos maladies actuelles ? 
Qu'en est-il en particulier d'une d'entre elles, seconde cause de mortalité en France : le Cancer ? 
Toutes les statistiques s'accordent que le cancer augmente dans les pays industrialisés de 5 % par an, ce qui signifie qu'à partir des années 2010/2020, tout être humain, dans ces pays-là, fera au moins un cancer dans sa vie ! (Actuellement, on en est à une personne sur quatre). 
N'est-ce pas là un autre type "d'épidémie" ? 
Alors bien sûr, des centaines de scientifiques à travers le monde, étudient toutes les possibilités envisageables de dépistage et de traitement, mais la question fondamentale de base à se poser, n'est-elle pas tout simplement : pourquoi ?, c'est à dire : qu'est-ce que tout cela signifie ? Qu'y a-t-il de caché ? 

Car, si on obtient une réponse, au lieu de se contenter de faire des dépistages, il devient possible de faire de la prévention, ce qui n'est pas du tout la même chose.
Qu'en est-il aussi de la progression phénoménale de cette maladie qui provoque une sénilité avant même d'avoir atteint 65 ans, c'est à dire la maladie d'Alzheimer, qui est en passe de devenir la plus grande cause de morbidité, d'invalidité et de mortalité ! 
N'est-ce pas là un exemple supplémentaire d'un autre type d'épidémie"?
Que dire encore de la progression silencieuse de cette maladie, qui interpelle actuellement tant de gynécologues et de rhumatologues, devant leurs patientes en phase de ménopause ?
Il s'agit là de l'ostéoporose, qui, correspondant à la réduction de la calcification osseuse, peut aller jusqu'à atteindre le seuil de la fracture spontané !
Ces trois exemples, et tant d'autres identiques, ne correspondent-ils pas tout simplement aussi à des "carences" ?
Notre société de consommation, et son abondance alimentaire, n'est-elle pas en réalité productrice de carences multiples ?
La femme japonaise est la femme qui fait le moins de cancer du sein au monde, et la femme américaine, le plus. 
On pourrait voir là, une simple question de race ou de climat. 
Mais il n'en est rien, car les générations suivantes de femmes japonaises immigrées aux Etats-Unis, voient leur fréquence du cancer du sein rejoindre celle de la femme américaine, mais uniquement lorsqu'il y a eu pleine assimilation, non lorsque les traditions, en particulier alimentaires, ont été conservées !
On sait par ailleurs aujourd'hui que les produits laitiers gras (crèmes glacées,...), l'alcool et les tranquillisants, ont une influence péjorative non contestable sur l'incidence du cancer du sein.
Trouver un exemple plus parlant, c'est difficile, et nier l'évidence, c'est faire fausse route et c'est dangereux: il est clair aujourd'hui que le Cancer, l'Alzheimer, les Maladies cardio-vasculaires (Infarctus, hypertension artérielle, Accident vasculaire cérébral,...), Ostéoporose et autres états pathologiques, ont tous à leur origine les mêmes erreurs, qui sont alimentaires à 50 %. 
Ces erreurs, elles concernent essentiellement : les calories en excès, les graisses saturées animales en excès (beurre, fromages, viande, charcuterie...), les protéines animales en excès, l'alcool en excès, les vitamines en défaut, les minéraux et oligo-éléments en défaut, et les additifs chimiques en excès.
Ceci commence à pouvoir être lu dans la presse médicale spécialisée, mais pouvait déjà être lu depuis plusieurs dizaines d'années dans les livres d'Albert Mosséri.

L'incidence du cancer est proportionnelle à l'alimentation carnée.

Quelques chiffres très parlants peuvent être retenus :
- la consommation de viande en France est passée de 55 gr par jour et par personne à la fin du siècle dernier, à 110 gr par jour après la première guerre mondiale, à 165 gr par jour après la seconde guerre mondiale, et enfin à 330 gr par jour aujourd'hui !

- la consommation de sucre industriel est passée de 2,500 kilos par an et par personne à la fin du siècle dernier, à 40 kg par an en France et 70 kg aux Etats-Unis ! 

- la consommation des graisses en France est passée de 70 gr par jour et par personne à la fin du siècle dernier, à 135 gr par jour en 1965, et 200 gr aujourd'hui !

Et on voudrait que tout cela se fasse sans conséquences ? 
De même que "la société crée des obèses et ne les accepte pas "(Jean Trémolière), la
société moderne crée des malades et en nie les causes !
Etant donné les progrès scientifiques considérables réalisés ces dernières décennies, on pourrait s'attendre à une amélioration importante de l'état de santé de notre civilisation. Or, s'il est bien vrai que 2 % de la population française dépassera les 85 ans en l'an 2000, on peut se poser la question :
Oui, mais dans quel état ? 
C'est à dire après avoir subi combien d'interventions chirurgicales, combien de chimiothérapies, avec combien de prothèses de toutes sortes ? 
Ceci a d'ailleurs amené à définir à côté de la notion classique d'espérance de vie, la notion "d'espérance de santé" et celle aussi "d'espérance d'autonomie".
Finirons-nous donc tous cancéreux ou déments ? 
Au lieu de dépenser notre temps, notre énergie et notre argent, à nous occuper de nos maladies, ne pourrions-nous pas nous occuper de notre santé ? 
Nous nous acharnons, ignorance ou inconscience, à "creuser notre tombe avec nos dents ".

"La moitié de la France meurt par le déjeuner, l'autre moitié par le dîner. "
"L'homme ne meurt pas, il se tue".


Et qui est menacé ? 
En fait, tout le monde, depuis le P-D-G, l'industriel en repas d'affaires et de cocktails, jusqu'aux jeunes qui associent sans complexe : pizza, frites, pâtisseries et soda au même repas en passant par tous ceux qui déjeunent le midi en restauration collective et qui reproduisent le soir, chez eux, exactement le même type de repas.
Alors, quel est l'alimentation "idéale" ? On voit que cette situation n'est pas une simple curiosité intellectuelle, mais elle est, peut être aujourd'hui, une véritable question de survie.
J'ai commencé par explorer la situation classique, et ayant constaté qu'elle ne fait pas la différence entre une baguette de pain industriel achetée sous Cellophane dans une grande surface, et un pain artisanal pétri à la main et levé au levain, ou encore entre une huile industrielle fabriquée à chaud et par solvants, et une huile vierge fragile dans sa pureté, je m'en suis éloigné. 
Se contenter de comptabiliser les calories et les proportions glucides-lipides-protides, est à mon avis une erreur, et est extrêmement limitant. 
Parce qu'au contraire, l'alimentation idéale (Voir . " Un régime de longue vie " de Roy Walford), semble devoir être pauvre en éléments Caloriques (glucides, lipides, protides), et riche en éléments non Caloriques (vitamines, minéraux, fibres). 
Comme il est écrit :

Les sels organiques sont plus importants que les calories et les aliments qui dégagent le plus de calories sont les moins nourrissants.


J'ai donc exploré à peu près tous les modes alimentaires proposés dans la littérature nutritionnelle dite "parallèle", et à travers toutes ces propositions, faisant l'une l'éloge inconditionnel des fruits, l'autre celui du riz, l'autre celui du blé..., j'ai retenu celle proposée par le mouvement hygiéniste, résultat des travaux de nombreux chercheurs du siècle dernier, tels que Densmore, Trall, Jennings, Tilden, Lindlahr, Durville, Graham,
et du 20éme siècle comme Shelton et l'auteur de ce livre, représentait L'Hygiénisme en France.
La proposition hygiéniste m'a plu et continue toujours de me plaire au fil des années, parce que, bien qu'elle ne soit peut-être pas la plus facile à mettre en pratique, psychologiquement et socialement en particulier, c'est celle qui m'a semblé la plus authentique, la plus vraie, la plus conforme aux lois naturelles qui nous régissent, et aussi parce qu'elle s'accorde à ce que peuvent nous apprendre les anthropologues.
En effet, tout un chacun admet sans difficulté que les félins ont leur alimentation spécifique, c'est à dire la chair animale, et les oiseaux aussi la leur avec les graines. Pourquoi donc l'être humain serait-il la seule espèce vivante à ne pas avoir son alimentation spécifique ? 
Et pour moi l'alimentation idéale de l'être humain, celle qui peut donc apporter la longévité dans la santé, se confond avec cette alimentation spécifique.
Alors, que peut-elle être cette alimentation spécifique de l'être humain ?
L'anthropologie nous apprend que l'histoire de l'humanité a commencé il y a trois millions d'années, juste après la fameuse " Lucy ", décrite par Donald Johanson, et à travers elle, on peut tenter de suivre ce qu'a pu être l'évolution de l'alimentation humaine.
Celle-ci fut d'abord, semble-t-il, végétalienne pure, et crue bien sûr, exactement celle des Primates anthropoïdes d'aujourd'hui, comme le gorille, qui partage, ne l'oublions pas, 99,9 % de notre génétique. 
Donc des légumes : tiges, pousses, racines, fleurs, feuilles et des fruits.
Ceci est, par ailleurs, parfaitement en accord avec les écrits bibliques, avec, au tout début, à la première ou seconde page de la Genèse, cités dans ce livre :

Voici, je vous donne tout herbage portant graine sur toute la surface de la terre, et tout arbre portant des fruits qui deviendront arbres par développement du germe : ce sera votre nourriture.

Donc, une alimentation foli-frugivore, du type "cueillette".
Puis du fait de la raréfaction de la végétation luxuriante de type amazonienne, et de l'augmentation des savanes, il y eut consommation de chair animale (poissons, gibiers, coquillages), sauvages bien sûr, crus bien sûr, en complément. 
Donc, alimentation foli-frugi-carnivore, du type "chasseur-cueilleur".
Puis, il y a 500.000 ans environ, il y eut consommation d'aliments "cuits", avec la domestication progressive du feu.
Puis, ce fut la domestication de certains animaux et des céréales, il y a 10.000 ans environ seulement, avec aussi consommation d'aliments nouveaux, complètement inconnus jusqu'alors, comme le pain et le fromage. 
Alimentation du type agriculteur-éleveur, avec aussi consommation d'aliments, non seulement cuits, mais en plus "cuisinés", c'est à dire mélangés entre eux, et antérieurement, mangés séparément.
Très proche de nous, ce fut la vulgarisation de la consommation du sucre, antérieurement de "canne à sucre", et devenu, par un artifice chimique, sucre de "betterave".
Encore plus proche, quelques dizaines d'années seulement, ce fut le passage du système agriculteur-éleveur artisanal, à celui d'agriculteur éleveur industriel, par l'utilisation de l'industrie chimique dans l'agro- alimentaire : engrais de synthèse, pesticides, insecticides, conservateurs, colorants, exhausteurs de goût, hormones, anabolisants, sédatifs.
.... Comme conséquence : la détérioration de la qualité des produits : lait, fromages, beurre, œufs, viandes, charcuteries, céréales, légumes, fruits ...
Enfin, actuellement, c'est l'augmentation considérable des repas pris à l'extérieur, c'est la consommation de plats cuisinés industriellement, c'est la création d'aliments de semi-synthèse, voire de synthèse pure, type sodas...
Quel parcours, et que de changements, voire de bouleversements ! 
Car finalement, l'être humain serait donc à la base un foli-frugivore strict, ou, dominant et petit carnivore, ainsi qu'un crudivore, strict ou, dominant et petit crudivore. 
Et il est devenu, en pays industrialisés, un carnivore dominant et un crudivore dominant !
Et pourtant, anatomiquement, physiologiquement, quelle différence peut-on faire entre un Homo Sapiens de Néendertal d'il y a 250.000 ans et l'Homo Sapiens Sapiens que nous sommes aujourd'hui : pratiquement aucune ! 
Dans ce livre, l'auteur nous propose une alimentation idéale humaine entièrement végétalienne (pas de viandes, ni de poissons, ni coquillages, ni œufs, ni produits laitiers), non basée sur les céréales (pain, pâtes, semoules, riz,,), mais basée sur les légumes de toutes sortes (aqueux comme les carottes, courgettes .. - farineux comme les pommes de terre) et les fruits de toutes sortes (aqueux comme les pommes, les pêches, gras comme les avocats, séchés comme les dattes, les abricots secs...), ainsi que les pousses des légumineuses : lentilles germées, soja germé,... les pousses des céréales (blé germé, etc...) , et des fruits azotés comme les noix, noisettes,,,, mais en très petites quantités, - l'ensemble consommé à majorité non cuit .
Cette alimentation nous apporte des glucides simples, des glucides complexes, des lipides polyinsaturés, mono insaturés, et saturés, des protéines végétales d'origine différentes et qui se complètent, sans risque d'acides aminés manquants, Toutes les vitamines, hydro-solubles comme lipo-solubles, tous les minéraux et oligo-éléments, des fibres tendres, des enzymes multiples, de l'eau pure en grande quantité, et, pas de cholestérol du tout , - l'être humain en faisant sa propre synthèse selon ses besoins.
Il ne manque donc rien, reste le problème de la mise en application.
Il faut déjà réaliser que tout processus de changement doit correspondre à une décision librement prise, bien vécue dans le tête et dans le corps, le but étant un meilleur être psychique et physique et non un mal être fait de frustrations répétées car :

"Un gâteau mangé avec joie et envie, est mieux digéré qu'une pomme absorbée dans la dépression. "


Puis, on respectera un programme de "transitions alimentaires", qui sera suivi avec "beaucoup de souplesse", c'est à dire progressivement, par paliers successifs dans lesquels on réduit puis on supprime certains aliments, tandis qu'on introduit puis on privilège d'autres, avec un étalement dans le temps sur plusieurs mois ou sur plusieurs années.
Par ailleurs, comme une alimentation "idéale", devrait, peut-être, correspondre à des conditions de vie "idéales", au soleil, sans stress.., certains aliments peuvent être consommés épisodiquement, comme il est écrit : 

Nous devons reconnaître qu'on peut se conserver en assez bonne santé en absorbant de la viande deux fois par semaine au maximum.... le jaune d'œuf est facile à digérer et nous en tolérons la consommation, ainsi que celle du lait caillé et des fromages non fermentés, pour les personnes qui souhaitent une transition douce et progressive.

Voici donc l'alimentation vers laquelle, lorsqu'on est soucieux de se libérer au maximum de l'angoisse de la maladie, il me semble qu'il est bon de tendre, en faisant, sur les mille cent repas qu'une année peut compter, beaucoup plus de repas "idéaux " que de repas "classiques "
En conclusion, donner une bonne orientation à son alimentation, c'est aussi peut-être donner une nouvelle orientation à sa vie. 
C'est remettre en question des notions institutionnalisées, répétées sans réfléchir. 
C'est changer de comportement. 
C'est modifier ses perceptions et ses projets.
C'est s'interroger sur la maladie, qui est peut-être en fait, la perte du Savoir, du Pouvoir, de l'Avoir, la perte de la Liberté. 
C'est se questionner sur la santé, la "vraie", celle qui ne s'achète pas en pharmacie. 
C'est enfin réaliser que le fait de consommer des médicaments, pour accéder à la santé est une illusion.
Il est important que chacun se sente responsable de sa santé et qu'ainsi, la mentalité d'assisté disparaisse.
Les maladies sont multiples, niais la Santé est une et le traitement est UN.
A travers le Savoir, chacun peut évoluer, et à travers la Connaissance, chacun peut peut-être vivre sa Re-Naissance.

 

Le 20 juin 1991
Dr. J.M. Compagnon
Paris



Paru au lien :
http://vitae.pagesperso-orange.fr/moralite%20hygieniste.htm [lien disparu !]

Préface du livre d'Albert Mosséri : 
MANGER POUR VIVRE SANS MALADIES - Préface du Dr J.M. Compagnon (Editions Aquarius)

Site du Dr Jean-Marie Compagnon : http://www.compagnon-nutrition.fr/

 

Livre "MANGER POUR VIVRE SANS MALADIES"
par Albert Mosséri

SOMMAIRE & EXTRAITS - CHOIX DE CITATIONS

Sommaire et extraits :

 

"MANGER POUR VIVRE SANS MALADIES"
Préface du Dr J.M. Compagnon

Albert Mosséri 1990 © 1998, 2003  Éditions AQUARIUS - Suisse – 194 pages
Site des Éditions AQUARIUS : http://www.editions-aquarius.com/ 

Ce livre peut être acheté par exemple aux Éditions Aquarius ou chez Amazon.

Avertissement de l’auteur de ces « extraits » : les textes choisis sont volontairement subjectifs.
Les phrases sont extraites du livre.
Merci de respecter le copyright concernant les phrases extraites du texte du livre.

 

AVERTISSEMENTS IMPORTANTS PAR L’AUTEUR DU RÉSUME :

Il est souhaitable de lire en premier le livre et/ou le résumé du livre MANGER POUR VIVRE SANS MALADIES par Albert Mosséri.

Ce résumé de 10 pages (taille des caractères : 12), réalisé à partir à partir d’un livre de 194 pages ne peut en être qu’une présentation incomplète. 

Il est une invitation à lire, si vous en sentez l’intérêt, l’intégralité du livre.

Les points de suspension qui apparaissent correspondent à des parties de phrases volontairement retirées ou à plusieurs phrases omises, avant ou après le texte, pour ne pas alourdir ce résumé..

Les titres des chapitres (en gras) sont ceux du texte original.

Un résumé est surtout utile à celui qui a d’abord lu avec attention le livre dans son intégralité.

Ce livre étant en Copyright, vous êtes priés d'en respecter la propriété intellectuelle des auteurs pour toute citation éventuelle de phrases extraites du résumé.

 

Ce résumé (10 pages 21x29,7) ne peut être qu'un aperçu de ce livre que vous pouvez acheter neuf (environ 16 €) en ligne auprès, par exemple, des Éditions Aquarius ou Amazon.

PRÉFACE PAR LE DR J.M. COMPAGNON

     Lire son intégralité au lien :
http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#MORALITE_HYGIENISTE

 

Ch. 1 LES ALIMENTS RICHES ET NOURRISSANTS

     …
LA VIE SAUVAGE
     … Il n’est pas utile de prendre des compléments alimentaires, pour enrichir des aliments cultivés sur un terrain appauvri par les engrais chimiques…
     Quand on assimile correctement les aliments, ceux-ci contiennent dix fois plus qu’il ne faut…
     La cuisson est aussi nocive, pour détruire l’aliment que tous les autres traitements chimiques…

 

Ch. 2 – MAIGREUR ET DÉNUTRITION

      … La viande, comme tous les autres aliments azotés, intoxique l’organisme, à cause de sa haute teneur en protides…
     Une autre cause méconnue de la maigreur, ce sont les épices, les aromates et le sel. En effet, ces substances engendrent une rétention d’eau dans le corps (œdème), pour les diluer et éviter qu’elles corrodent l’organisme…
LA SURALIMENTATION
     … ‘‘Les aliments sains, écrit Shelton, quand ils sont pris en trop grande quantités vont en pure perte…’’
     Selon Tilden, ‘‘tous les aliments ont bons, sauf quand on en abuse…’’… Quand on abuse des aliments, fussent-ils sains, ils deviennent un poison…
LES CAS PATHOLOGIQUES…

 

Ch. 3 – COMBIEN DE PROTÉINES PAR JOUR ?

UNE PEUPLADE JAMAIS MALADE
      … Dans les régions intérieures de la Nouvelle-Guinée… Evidemment, il y a cuisson et cuisson. Ils cuisent sur des pierres chaudes, et non dans du gras chauffé ou à des températures élevées…

 

Ch. 4 – PEUT-ON VIVRE DE FRUITS ET DE NOIX ?

     …
UNE INTERPRÉTATION NOUVELLE
     … On peut donc vivre de fruits, parfaitement, mais sans noix diverses…
EN AFRIQUE DU SUD
     … La plupart des gens, sont en effet, malades, à cause de ce qu’ils mangent et boivent…
UNE EXPLICATION DIFFÉRENTE
     … Je ne suis pas tout à fait d’accord avec Shelton quand il dit qu’on peut vivre de fruits et de noix diverses…
DOIT-ON RECHERCHER LA VARIÉTÉ ?
     … La flore intestinale, quand elle est florissante et saine, peut opérer des transmutations biologiques, pour élaborer les éléments qui lui manquent, à partir de ceux qu’elle a présentement…
LA RECHERCHE DIFFICILE DE LA CAUSE
     … Les noix sont des semences, censées servir à la reproduction de la plante, et pas à la consommation…

 

Ch. 5 – PEUT-ON VIVRE DE NOIX DE COCO ?

     … La noix de coco est la noix qui contient le moins de protéines (trois à cinq fois moins).
     Mais la noix de coco contient trop de gras, à mon avis…

 

Ch.6 – PEUT-ON VIVRE DE FRUITS ET DE NOIX DIVERSES ?

L’ERREUR DANS L’INTERPRÉTATION
     Voyons comment certains hygiénistes, et non des moindres, se sont trompés dans leur interprétation. Ils ont tout simplement incriminé l’abus des fruits, au leu d’accuser les noix diverses (amandes, noisettes, etc.)…
L’ERREUR DU DR BENESH
     … Tous les symptômes énumérés, comme étant dus à l’abus de fruits, ou à un régime exclusif de fruits et de noix, excluant les verdures, - tous ces symptômes devraient plutôt être attribués à la consommation des noix diverses…
MON EXPÉRIENCE PERSONNELLE
     … Les légumes forment le menu des faibles, des malades, auxquels ils conviennent mieux que les fruits, car ces derniers représentent la nourriture des forts…
L’HOMME EST UN PRIMATE…
LES GORILLES AU JAPON…
LES QUANTITÉS DE FRUITS AU REPAS…
LES QUANTITÉS DE LÉGUMES PAR JOUR
     … Mais il semble que l’on peut vivre rien que de fruits, en tenant compte que les concombres, les poivrons, les courgettes, les tomates sont aussi des fruits du point de vue de la botanique…

 

Ch. 7 – LES ALIMENTS AZOTÉS

      L’être humain a besoin, tous les jours, d’une très petite quantité de protéine, que lui fournit son alimentation et sa flore intestinale…
     Le blanc d’œuf est empoisonnant ; tandis que le jaune, acceptable à la rigueur, n’a sûrement pas été destiné à l’espèce humaine, qui le vole aux poules…
     Le terme ‘‘noix’’ est un terme générique qui s’applique à toutes les variétés citées plus haut, y compris la noix de coco, l’avocat, les sésames, les graines de tournesol, etc…
     Mangez une poignée d’amandes, le soir, et vous verrez l’excitation qu’elles provoqueront, la nuit même…
LA DOSE DE PROTÉINE
     … Un corps sain, possédant une flore intestinale saine, fabrique ses propres protéines, à partir des éléments qu’il trouve dans des aliments qui en contiennent très peu, ou même qui n’en contiennent pas du tout…
LES ALIMENTS AZOTÉS CONCENTRÉS
     L’erreur la plus grave est la consommation des aliments azotés concentrés, comme la viande, le poisson, les fruits de mer, les légumineuses, les noix diverses, les fromages de toutes sortes, le blanc d’œuf…

 

Ch. 8 – LE RÉGIME PARADISIAQUE SELON LE DOCTEUR LOVEWISDOM

     …
APHRODISIAQUES…
UNE SUBSTANCE ÉTRANGÈRE…
LA PARANOIA…
LA DÉPENSE ENZYMATIQUE…
LE LAIT HUMAIN ET SES VARIATIONS PROTÉIQUES…
LE RAPPORT PROTÉINES/SELS MINÉRAUX…
LES NOIX CONTIENNENT DES SELS INERTES…
LE RAPPORT EAU/PROTÉINES…
L’INFECTION ET LE CANCER
     Un certain docteur Lorinez supprime les protéines à ses cancéreux et arrive à réduire les grosseurs cancéreuses…
     Un cancer qui ne peut plus grossir est un cancer qui ne peut plus tuer…
LE RÉGIME PARADISIAQUE SUBLIME…
INNOCENCE ET MORALITÉ ÉLEVÉE…
RÔLE DES ENZYMES…
LES TRANSMUTATIONS BIOLOGIQUES…
L’INSTINCT DÉVOYÉ…
LES POULES RENDUES CARNIVORES…
LE RÉGIME PARADISIAQUE SUBLIME…

 

Ch. 9 – SUPPRIMONS L’HEURE FIXE DES REPAS ET ATTENDONS LA FAIM

     … Certains adultes aussi, parmi les femmes plutôt, attendent d’avoir faim pour manger, se contentant du minimum pour calmer la faim…
LA VRAIE FAIM ET LA FAUSSE FAIM
     … La vraie faim se manifeste quand on goûte et qu’on apprécie les aliments les plus simples, sans assaisonnements…
LA SATIÉTÉ NORMALE ET LA SATIÉTÉ PATHOLOGIQUE
     … La faim passe avant l’odeur des aliments, c’est-à-dire qu’il faut attendre la faim avant de sentir l’aliment  pour faire un choix…
UN EXERCICE À FAIRE
     Il s’ensuit donc que la faim devrait avoir la primauté sur l’odorat…
     L’observation des vieillards m’avait fort impressionné, dans le domaine de la frugalité. Ils mangent tout juste ce dont ils ont besoin, et pas une bouchée de plus…
LES LOIS DE LA NATURE
     … D’après les Lois de la Nature, c’est la faim aiguë qui prime tout, sans respect des horaires.    
LES TROIS STADES DE L’INSTINCT ALIMENTAIRE
     L’instinct alimentaire doit passer par les trois stades suivants :
     1) satisfaire une faim authentique.
     2) choisir l’aliment qui vous attire le plus, par l’odorat, le goût.
     3) ressentir la satiété physiologique, dans un estomac non distendu.
     …
LES SINGES NE SE GAVENT PAS : ILS GRIGNOTENT
     … Celui qui mange modérément digère ses aliments facilement ; il  est convenablement nourri ; il est en forme pour s’occuper des affaires courantes de la vie…
     L’exercice  n’aide pas à éliminer, comme on le pense couramment. Il retire tant d’énergie, qu’il retarde plutôt l’élimination.
ÉTAT DES SELLES NORMALES…

 

Ch. 10 – L’HISTOIRE DE CORNARO
CONDAMNÉ PAR LA MÉDECINE À 40 ANS, IL VÉCUT 104 ANS !

     Luigi Cornaro était un membre de la noblesse Italienne, vivant au XVème siècle…
     Comme je l’ai déjà dit, quand ses médecins lui déclarèrent qu’il était perd, il eut l’idée, bien bizarre pour son entourage, de limiter sa nourriture à 600 grammes par jour, sans rien changer aux aliments consommés…
LE CAPITAINE DIAMOND, LA PEUPLADE DE LA NOUVELLE-GUINÉE, ET LES HOUNZAS
     … Ce capitaine… vécut 120 ans… Il s’est nourri exclusivement de fruits…
LE SYSTÈME DE J.C. THOMSON, BASÉ SUR LA FRUGALITÉ
     … Il préconisait ainsi des quantités minimes d’aliments biologiques : pain complet, fruits, légumes, verdures, lait caillé, dattes…
     Il commençait toujours par un jeûne de trois jours…

 

Ch. 11 – QUELLE CASSEROLE UTILISER ?

     … Les pommes et les poires, en compote, contiennent assez d’acides pour attaquer l’aluminium qui noircit aussitôt.
     N’est-ce pas un sacrilège que de cuire ces fruits, ou d’autres, si délicieux à l‘état naturel ?...
     En conclusion choisir : la fonte noire, non émaillée, la terre cuite ou en verre transparent…

 

Ch. 12 – COMMENT SÉCHER LES FRUITS ET LES LÉGUMES

     … En principe, la chaleur de séchage ne doit pas dépasser 40°/50° C, comme au désert, sinon les vitamines sont détruites…
COMME ASSAISONNEMENTS SAINS
     Les feuilles acceptables sont celles des bettes, du chou, mais pas celles de la menthe, de la cannelle, du thym…

 

Ch. 13 – COMMENT SE NOURRIR EN VOYAGEANT

     … Pour conclure : ne pas compter sur les restaurants pour se nourrir…

 

Ch. 14 – LE RÉGIME IDÉAL PRIMITIF CONFORME AUX LOIS DE LA NATURE

     …
INCARTADES RARES PERMISES…
LE JEÛNE HEBDOMADAIRE…
DESSERTS…
ASSAISONNEMENTS…
CUISSON DES BANANES…
DÉFENDU :
     Poivre, vinaigre, épices, aromates, fritures, moutarde, café, thé, chocolat, vin, bière, épinards, huitres, noix diverses, champignons, levure, fromages fermentés ou même cuits, médicaments, analyses, pain même complet, céréales, blanc d’œuf, sel, boissons…
LA DEMI-CUISSON…
LÉGUMES CORIACES…
LÉGUMES TENDRES…
LA CASSEROLE…
LA FAIM :
     Dès les premiers signes de la faim, attendre une demi-heure pour l‘aiguiser, sinon sauter le repas du soir.

 

Ch. 15 – LES DEUX SUPERSTITIONS DE L’HUMANITÉ :
RECHERCHE DE LA STIMULATION ET RECHERCHE DES REMÈDES

LA PREMIÈRE ERREUR DE L'HUMANITÉ    
     … L’homme… avait pensé que les choses qui stimulaient augmentaient l’énergie. Il n’avait pas compris que ce qui stimulait diminuait les forces et vidait les réserves…
LA DEUXIÈME ERREUR DE L'HUMANITÉ
      La deuxième erreur, concernant l’existence des remèdes, a été bien comprise par Molière et Voltaire…
     Les mauvais esprits de nos ancêtres furent ainsi remplacés par les microbes et le tour fut joué ! Mais les microbes sont partout dans l’air. Sans eux, la vie ne serait pas possible. Ils sont toujours utiles. Ce ne sont pas les vraies causes de la maladie…
ANATOLE FRANCE ET LA MÉDECINE
     … Tant que le traitement restera basé sur le profit, comment voulez-vous que les praticiens soient désintéressés totalement ?...

 

Ch. 16 – COMMENT NAQUIT LA MÉDECINE :

LA MÉDECINE D’HIER ET CELLE D’AUJOURD’HUI
     … La médecine promettait de guérir la maladie, sans supprimer ses vraies causes, - ce qui fit plaisir à tout le monde, car on voulait garder toutes les habitudes malsaines…
LEES REMÈDES SONT NOCIFS POUR LES GENS SAINS
     …Ce ne sont que des substances violentes, qu’on qualifie de l’euphémisme trompeur de ‘‘remèdes’’, et qui ne sont rien que des poisons…
LS TROIS CONDITIONS
     Bref, seul l’Hygiénisme rejetait tout genre de poisons. En effet, pour croire à la nécessité de quoi que ce soit, il fallait que cela :

  • fût indispensable à la vie,
  • fût utile à la santé,
  • et enfin qu’il en résultât un bien…

     Or pour les éliminer, le corps dépensait une énergie qui le fatiguait, et risquait ainsi de l’épuiser. Rien en vérité ne justifiait l’usage des médicaments…
DURANT LA GUERRE DE CORÉE
     Ce médecin-colonel décida de les diviser en deux groupes… Le premier groupe… traités avec les médicaments… Le second groupe… ni médicaments, ni nourriture…
     À la fin de la guerre, on réalisa des statistiques… La mortalité était plus grande parmi les blessés de l’hôpital…
     De plus en plus, la médecine officielle utilise les poisons chimiques, les traitements nocifs, les rayons, etc. Ces excès finiront par aboutir à sa perte…
‘‘ET POURTANT ELLE TOURNE’’
     Voilà pourquoi la naturopathie et toutes les autres médecines douces prendront le pas, à l’avenir, sur la médecine chimique, qui sera reléguée aux antiquités…

 

Ch. 17 – LES BASES ERRONÉES DE LA MÉDECINE :

LES HUIT PRÉMISSES ERRONÉES DE LA MÉDECINE
1) LA MÉDECINE ENSEIGNE UNE FAUSSE DOCTRINE SUR LA NATURE DE LA MALADIE
     En effet, la médecine considère la maladie comme une entité
2) LA MÉDECINE ENSEINE UNE FAUSSE DOCTRINE SUR L’ACTION DES REMÈDES
   En effet, la médecine enseigne que les médicaments agissent. Comment et pourquoi agissent-ils ? Les plus hautes autorités médicales avouent l’ignorer…
3) LA MÉDECINE ENSEIGNE UNE FAUSSE THÉORIE SUR LE POUVOIR DE GUÉRISON
     En effet, ce pouvoir est inhérent aux organismes vivants… C’est le corps qui se guérit, de lui-même…
4) LA MÉDECINE ENSEIGNE UNE FAUSSE DOCTRINE SUR LA RELATION ENTRE LA MALADIE ET LE POUVOIR GUÉRISSEUR
     Rien de plus absurde, car le pouvoir curatif, c’est la maladie même.
5) LA MÉDECINE ENSEIGNE UNE FAUSSE THÉORIE SUR LA RELATION DES REMÈDES AVEC LA MALADIE
     En effet, la médecine veut guérir une maladie, en produisant une maladie contraire ! Et c’est de là que provient son nom : allopathie.
6) LA MÉDECINE ENSEIGNE UNE FAUSSE THÉORIE SUR LES RELATIONS ENTRE LES MATIÈRES VIVANTES ET LES MATIÈRES INANIMÉES
     En effet, la médecine enseigne que les matières inanimées, inertes, chimiques, synthétiques, peuvent nourrir. Or cela est impossible…
7) LA MÉDECINE ENSEIGNE UNE FAUSSE DOCTRINE SUR LES MALADIES EN RELATION AVEC LES CAUSES ET LES EFFETS
     En effet, le plus grand paradoxe en médecine est de considérer que les états pathologiques sont leurs propres causes !...
8) LA MÉDECINE ENSEIGNE UNE FAUSSE DOCTRINE SUR LA NATURE ET LA SOURCE DES REMÈDES
     En effet, la médecine croit à l’existence des remèdes, ce qui est absurde et illogique…

 

Ch. 18 – LE POUVOIR GUÉRISSEUR

     Le pouvoir guérisseur… est inné aux cellules vivantes seulement…
LA GUÉRISON NE PEUT PAS ÊTRE INSTANTANÉE
     … Ce sont des processus continus… Ils ont besoin de tous les matériaux normaux de croissance, accompagnés d’influx nerveux, de nutrition et d’élimination cellulaire…
BON POUR LA SANTÉ : BON POUR LA MALADIE
     … L’Hygiénisme proclame, par contre, que tout ce qui est favorable au développement et à la préservation de la santé, l’est également à son rétablissement, quand on la pers…
     On ne pouvait pas se passer d’air pur, de soleil, de repos, d’activités saines, de sommeil, de nourriture naturelle.
LE DOSAGE DES FACTEURS D’HYGIÈNE
     … L’Hygiénisme leur dosait les facteurs d’hygiène (aliments, exercice, repos)…
C’EST QUOI LA MALADIE ?
     … La maladie est une action de l’organisme, un processus vital…
L’HYGIÉNISME N’EST PAS THÉRAPEUTIQUE
     … Nous proclamons que la maladie est le résultat de la violation des lois physiologiques…
ON NE VIOLE PAS IMPUNÉMENT LES LOIS DE LA NATURE
     … Les remèdes étaient une tromperie : ils masquaient, tout au plus, les symptômes, pour un temps…
LE VOCABULAIRE TECHNIQUE
     … On utilisait un jargon médical, technique, obscur, des tournures recherchées et des formules abracadabrantes…
     La santé publique s’était détériorée de jour en jour, le nombre de malades augmentaient constamment au point qu’il fallait leur trouver de nouveaux noms…
     La médecine n’a pas fait de progrès, car ses résultats sont nuls. Par contre, la chirurgie a beaucoup avancé…

 

Ch. 19 – LES PROGRÈS DE LA MÉDECINE, SOI-DISANT

     … On avait recours, pour se soigner, à la magie, aux sorciers, à la religion…
     Où est le progrès ?
POURQUOI LA MÉDECINE EMBRIGADE LES AUTRES SCIENCES ?
     … C’est ainsi que la médecine a su merveilleusement se mettre au goût du jour, se réformer, pour se sauver d’une destruction lente et inéluctable…
LES TENDANCES VERS LES MÉTHODES NATURELLES
     … Est-ce un progrès de la médecine que de s’éloigner de la Nature ?...
LA PESTE
     … La peste n’a été enrayée en Europe que grâce à l’hygiène…
LA SYPHILIS
     … Le progrès réside plutôt dans l’arrêt du poison – le mercure…
     Ainsi les antibiotiques, s’ils arrêtent l’infection rapidement, détruisent la flore intestinale, affaiblissent les défenses naturelles du corps et ne sont nocifs qu’à la longue
LA VARIOLE
     … Non, la vaccination n’avait pas supprimé la variole, ce fut l’hygiène qui l’a annihilée, dans les pays civilisés…
     La philosophie de la médecine, dans la vaccination, a toujours été d’affaiblir le sujet, en lui inoculant une première maladie, dans le but d’abaisser ses forces vitales, et de l’empêcher ainsi d’en faire une autre. Ce n’est pas un progrès, mais une régression.
LES MALADIES MENTALES
     … De nos jours, on calme ces malades difficiles avec des tranquillisants, des somnifères et autres poisons apparentés, à la satisfaction de tout le monde…
     Où est donc le progrès médical ?...
PASTEUR ET SES DÉCOUVERTES-BIDON
     … Pasteur avait, du reste, reconnu sur son lit de mort, que ‘‘Bernard avait raisin, le microbe n’est rien, le terrain est tout’’. Il s’agit bien sûr de Claude Bernard, le célèbre physiologiste français, qui contredisait Pasteur…
LA QUININE
     … La quinine a prouvé qu’elle ne prévenait pas la malaria, mais qu’elle causait un tas d’ennuis de santé et même des accidents…
DÉCOUVERTE DES ANTIBIOTIQUES
     … Enfin, ce furent les antibiotiques. Leur usage a affaibli les défenses du corps, en les aidant à outrance…
   Les microbes sont des agents de l’élimination infectieuse, et leur destruction arrête cette élimination bénéfique…
LES TRANSFUSIONS ET LES ANTICOAGULANTS
     La médecine a recours aux transfusions sanguines, mais celles-ci sont très néfastes. En effet, un sang étranger est toujours éliminé.
     Alors, on a recours maintenant à l’autotransfusion…
LES HORMONES
     … On ne peut réussir à maintenir et à redresser la santé qu’en travaillant de concert avec la Nature.
LA TUBERCULOSE, LE CHOLÉRA, LA DYSENTRIE, LA TYPHOÏDE…

 

Ch. 20 – DÉBUTS DE L’HYGIÉNISME DANS LA GRÈCE ANTIQUE

LES TEMPLES ET LES SANCTUAIRES GRECS
     … On compte actuellement jusqu’à 33 000 maladies, alors que dans le passé, ce nombre était de 300 seulement…
     Dans la Grèce Antique, vers l’an 400 avant Jésus-Christ, existaient des temples où l’hygiénisme était pratiqué : jeûne, diète, exercices, prière, repos physique et mental…
     Par exemple, le philosophe Démocrite estimait qu’il fallait laisser la Nature suivre son cours

 

Ch. 21 – LES MÉDECINS DISSIDENTS 

     Le Dr Roger Dalet vient de publier… LES MENSONGES DE LA MÉDECINE
     N’a-t-on pas vu le docteur Henri Pradal, auteur du Guide des Médicaments, poursuivi devant les tribunaux par le syndicat des pharmaciens, dans le but d’interdire son livre, trop critique à propos des médicaments ?...
     N’a-t-on pas eu recours à l’attentat et à la tentative de meurtre contre le docteur Shelton, comme ce fut le cas pour moi-même en 1982 ?...
     Mais heureusement, tous les médecins ne sont pas aussi dociles, tous ne baissent pas la tête devant l’Ordre des Médecins, instauré pour faire régner la terreur et l’ordre dans ses rangs…
     Avec les formidables marchés, qui se comptent par milliards de dollars, l’industrie médico-pharmaceutique ne se laissera pas faire de la sorte…
     Le public n’abandonnera jamais la médecine, sauf une toute petite minorité éclairée. La foule, elle, préférera toujours la suppression des symptômes à celle des mauvaises habitudes, et seule la médecine le lui donne…
     La doctoresse Janine Fontaine… a subi, elle-aussi, les foudres de la Médecine : procès, fisc, mise à l’index des éditeurs…

 

Ch. 22 – LA MÉDECINE N’EST PAS UNE SCIENCE

LA MÉDECINE EST-ELLE UNE SCIENCE ?…
AUCUN PRINCIPE FONDAMENTAL…
COMME L’ALCHIMIE
     … Mais quand on a découvert, par la suite, les lois de la chimie, l’alchimie a été reconnue comme une superstition, et la chimie la remplaça, en tant que science, à part entière…
COMME L’ASTROLOGIE
     … Enfin, quand Newton et Kepler découvrirent les Lois qui sont à la base de ces faits, l’astrologie devint une superstition, et l’astronomie se développa, à sa place, en tant que SCIENCE à part entière…
COMME LA MÉDECINE
     … Mais comme ce fut le cas de l’astrologie et de l’alchimie, quand on aura découvert les lois fondamentales qui relient et unifient ces faits épars, la médecine sera alors reléguée à la salle de débarras, au placard, avec les deux autres superstitions : l’alchimie et l’astrologie – ses sœurs jumelles…
     C’est alors que l’Hygiénisme la remplacera, en tant que science exacte
     Avec les médicaments, les sérums, les opérations, les rayons, on n’est jamais sûr du résultat final, - si le malade va guérir ou mourir…
DES RÉSULTATS TOUJOURS INVARIABLES
     Par contre, avec les facteurs d’hygiène – l’Hygiénisme – on est toujours sûr du résultat – toutes choses égales. Voilà ce qui caractérise la science…
LES RECHERCHES MODERNES N MÉDECINE
     … Mais les remèdes n’existent pas. Que cherche-t-on dans un remède si ce n’est de supprimer les symptômes, sans supprimer les causes. Or c’est impossible…
     La médecine recherche toujours des causes fictives ou secondaires comme les virus, pour ne pas avoir à lutter contre les vraies causes…
‘‘LE MENSONGE DES DÉCOUVERTES’’
 … Pourquoi ? Parce qu’on ne découvrira jamais le remède qui pourra annuler les Lois de la Nature, ni Les Lois de Cause à Effet
‘‘LE MENSONGE DES EXPÉRIMENTATIONS’’
     … Le système actuellement en cours ne favorise pas l’éclosion d’une honnêteté intellectuelle médicale…
LA SPÉCIALISATION MÉDICALE
     Les médecins se sont partagés entre eux le corps humain ; chacun en traite une partie…
LA MALADIE N’EST PAS UNE ENTITÉ…
‘‘SOUVENT MÉDECINE VARIE’’
     Mais en médecine, merveille des merveilles, splendeur des splendeurs, la grippe est soignée, tantôt comme ci, tantôt comme ça, selon les années !...
LES ANTIBIOTIQUES…
LES TRIBULATIONS D’UN MÉDECIN DÉBUTANT, CONSCIENCIEUX…
LES ANTICOAGULANTS ET LES ANTIDIABÉTIQUES…
LES AMYGDALES, LES RADIOS ET L’ASTHME…
À L’AVENIR
     À l’avenir, dans un État logique, la médecine sera séparée de l’industrie pharmaceutique, comme la religion le fut de ‘État, depuis longtemps.
     Les médecins seront payés pour maintenir les citoyens en bonne santé, et seulement quand ceux-ci sont en bonne santé, pas quand ils tombent malades.
     Chacun choisira son propre médecin, qui sera rétribué par la sécurité sociale, chaque mois, selon les jours où ses clients sont en bonne santé seulement, et non ses malades. Les jours qu’ils sont malades seront retranchés de la paie du médecin…
     Actuellement, l’intérêt du médecin réside dans la multiplication des malades, et non dans leur guérison…

 

Ch. 23 – COMMENT LA MÉDECINE EST ENSEIGNÉE EN FACULTÉ

LA PHYSIOLOGIE N’EST PAS LA MÉDECINE…
LES MALADIES PROVOQUÉES ARTIFICIELLEMENT
     En effet, les chercheurs médicaux ont voulu produire des maladies artificielles, chez des cobayes. Or ce n’est pas de cette façon-là que les maladies se développent chez les individus…
     Bien que les deux pathologies soient les mêmes, elles se développent de causes radicalement différentes…
LES EXPÉRIENCES DE LA NATURE ET CELLES DE LA VIVISECTION…
POUR SE DONNER UNE ALLURE SCIENTIFIQUE…
QUAND LE MÉDECIN COMMENCE SA PRATIQUE…
LE VIDE… QUI SERA VITE COMBLÉ !…
‘‘LE MENSONGE DES THÉORIES’’…
LES MENSONGES EN CHIRURGIE…
LES STATISTIQUES MÉDICALES…

 

Ch. 24 – LES STATISTIQUES MÉDICALES TENDANCIEUSES

     … Or la physiologie et la biologie sont les seules bases, valables, sur lesquelles on peut asseoir une science de la santé et de la maladie…
UNE ÉQUATION BIEN COMPLIQUÉE…
ET CEUX QUI TIRENT LES FICELLES ?…
MAIS LES DIAGNOSTICS SONT INCERTAINS…
LES SONDAGES…
LES CAUSES SECONDAIRES…
LES STATISTIQUES EN MÉDECINE : UNE MÉTHODE CONTESTABLE…
C’EST LA NATURE QUI GUÉRIT, PAS BESOIN DE STATISTIQUES…
… EN DÉPIT DU TRAITEMENT…
LA MALADIE N’EST PAS UNE ENTITÉ…
L’EXEMPLE DU RHUME DÉMOLIT LES STATISTIQUES…
DEUX CAS DE PNEUMONIE SE REMETTENT, MAIS DIFFÉREMMENT…

 

Ch. 25 – LES DROGUES MIRACLES DE LA MÉDECINE  

     Depuis qu’Hippocrate, Père de la Médecine, avait établi ses premiers fondements, vers l’an 400 avant J.-C., c’est-à-dire depuis 2 500 ans, la médecine s’est avérée incapable de résoudre le problème le plus simple de la santé : le rhume. Alors, comment vouliez-vous qu’elle pût traiter des affections plus graves ?...
COMMENT LANCER UN NOUVEAU REMÈDE… 
IMPOSTURE ET SUPERCHERIE DES DROGUES-MIRACLE… 

 

 

CHOIX DE CITATIONS
extraites du livre :
MANGER POUR VIVRE SANS MALADIES
Préface du Dr J.M. Compagnon

Albert Mosséri 1990 © 1998  Éditions AQUARIUS - Suisse – 194 pages
Site des Éditions AQUARIUS : http://www.editions-aquarius.com/product.php?id_product=39 


PRÉFACE PAR LE DR J.M. COMPAGNON

     …

Ch. 1 LES ALIMENTS RICHES ET NOURRISSANTS

     …
Après avoir scandalisé le public, la médecine s’efforce de le rassurer à l’aide de mensonges d’une effronterie qui vous coupe la respiration. – G.B. SHAW

C’est ce qui arrive de presque toutes les maladies qu’on se flatte d’avoir guéries. On les répercute seulement, comme on dit en médecine, et on leur en substitue d’autres. – SAINTE-BEUVE (Lundis, I, p. 19)

C’est contraire à la science que de prétendre ou de croire que les médecins ne pratiquent pas des opérations inutiles ou n’inventent pas ni ne prolongent les maladies. – GEORGE BERNARD SHAW

Ch. 2 – MAIGREUR ET DÉNUTRITION

      …  
Ce qui est grave et a pour conséquence, entre autres, de paralyser la curiosité et la rigueur des médecins, c’est que toute vérité est toujours présentée comme absolue et définitive. – N. BENSAID (Les illusions de la Prévention)

Ch. 3 – COMBIEN DE PROTÉINES PAR JOUR ?

      …  
Un estomac sain détruit rapidement toutes les bactéries, tous les microbes et toutes les amibes qui se trouvent dans les aliments. – ALBERT MOSSÉRI (Confiez votre santé à la nature, p. 56)

Une bonne santé chez les vieillards dénote un contrôle de soi, une modération en toutes choses et de la pondération. – DR. J.H. TILDEN

Ch. 4 – PEUT-ON VIVRE DE FRUITS ET DE NOIX ?

     …
Ce n’est pas aux médecins que j’en ai, mais à leur art. – MONTAIGNE

Croyez-moi : il vaut mieux abandonner remèdes et médicastres : ils ne servent qu’à faire du mal. – NAPOLÉON (à Sainte Hélène)

Ch. 4 (SUITE I) – PEUT-ON VIVRE DE NOIX DE COCO ?

     …
De tous les intérêts anti-sociaux, le pire de tous est l’intérêt calculé sur la mauvaise santé. – G. BERNARD SHAW

Si l’on jetait tous les médicaments à la mer, ce serait pour le bonheur des hommes et… le malheur des poissons. – DR. H. LINDLAHR

Ch. 4 (SUITE I) – PEUT-ON VIVRE DE FRUITS ET DE NOIX DIVERSES ?

     …  
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les foutus mensonges et les statistiques. – CARLYLE

Plus d’hommes ont été victimes des médicaments que de la guerre, la famine et la peste réunies. – DR. MAGONSOOD

Ch. 5 – LES ALIMENTS AZOTÉS

     …  
Mangez mais n’abusez pas, car Dieu n’aime pas ceux qui abusent. – LE PROPHÈTE MAHOMMAD (Le coran)

Nous ne mangeons que lorsque nous avons faim. - LE PROPHÈTE MAHOMMAD (Le coran)

Ch. 6 – LE RÉGIME PARADISIAQUE SELON LE DOCTEUR LOVEWISDOM

     …
 Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils continuent à chérir les causes. - BOSSUET

Ch. 7 – SUPPRIMONS L’HEURE FIXE DES REPAS ET ATTENDONS LA FAIM

     …  
Je reconnais avoir commencé ma carrière médicale en croyant tout ce qu’on m’avait enseigné ; mes patients en ont payé le prix pendant de nombreuses années. - DR. R.S. MENDELSON

Ch. 8 – L’HISTOIRE DE CORNARO
CONDAMNÉ PAR LA MÉDECINE À 40 ANS, IL VÉCUT 104 ANS !

     …  
L’affairisme pharmaceutique consiste à fabriquer le plus de médicaments possibles, pour le maximum de malades, et à fabriquer le plus de malades possibles, pour le maximum de médicaments. – George BARBARIN

Les voluptueux hésiteront peut-être à se soumettre à toutes ces règles. Qu’ils sachent alors qu’ils cessent d’avoir des droits à une bonne santé : elle n’est point pour eux. - SALGUES

Ch. 9 – QUELLE CASSEROLE UTILISER ?

     …  
Je suis accablé par l’indifférence des foules, par leur acceptation passive de n’importe quelle aberration (médical), dès l’instant que cela les tranquillise. – Dr. Jacques KALMAR

Jeûnez et vous guérirez. - LE PROPHÈTE MAHOMMAD (Le coran)
Les remèdes sont de véritables maux qui usent la nature. - FÉNELON

 

Ch. 10 – COMMENT SÉCHER LES FRUITS ET LES LÉGUMES

     …  
La médecine est pourvoyeuse de tares, elle se recrute des clients ; elle crée des hommes qui auront besoin d’avoir recours à elle. – Jean ROSTAND

La médecine use de médicaments dont elle connaît très peu, sur un organisme qu’elle connaît encore moins, pour traiter des maladies dont elle ne connaît rien ! - VOLTAIRE

Ch. 11 – COMMENT SE NOURRIR EN VOYAGEANT

     …
À quoi sert de se conserver des poires pour la soif, si l’on n’a pas su, par l’hygiène, se conserver de la soif pour les poires. – PROFESSEUR ÉDOUARD BURLUREUX

Ch. 12 – LE RÉGIME IDÉAL PRIMITIF CONFORME AUX LOIS DE LA ATURE

     …
La preuve que je suis encore en vie, c’est que je n’ai pas vu de médecins. - BOILEAU

Ch. 13 – LES DEUX SUPERSTITIONS DE L’HUMANITÉ :
RECHERCHE DE LA STIMULATION ET RECHERCHE DES REMÈDES

     …  
La vaccination est la plus grande escroquerie de tous les temps. – Prof. TISSOT

Le germe n’est rien, le terrain est tout. - PASTEUR

Ch. 13 (suite 1) – COMMENT NAQUIT LA MÉDECINE :

     …
Un médecin vaut mieux que deux, deux valent mieux que trois, etc… ; avec l’augmentation du nombre des médecins diminue toujours l’éventualité de la guérison. - CICÉRON
 


Ch. 13 (suite 2) – LES BASES ERRONÉES DE LA MÉDECINE :

Les effets suivent les causes et, pour ceux qui ignorent les causes, les malheurs semblent tomber du ciel. – LANZA DEL VASTO
      …

Ch. 13 (suite 3) – LE POUVOIR GUÉRISSEUR

Les médecins appellent secours ce qui le plus souvent est empêchement. - MONTAIGNE
     …  

Ch. 14 – LES PROGRÈS DE LA MÉDECINE, SOI-DISANT

Les joies pures ne lassent jamais ; l’uniformité devient bonheur uniforme si le cours de notre mode de vie est conforme à la Nature. – Félix O. Oswald
     …  
Les médicaments, qui intoxiquent et corrodent l’organisme, sont des reliques d’une ère de barbarie  encore toute récente, indigne du siècle où nous vivons. – DOCTEUR E.H. DEWEY

Ch. 15 – DÉBUTS DE L’HYGIÉNISME DANS LA GRÈCE ANTIQUE

     …  
Bien qu’ayant de leurs facultés et de leur intelligence une mésestime réciproque, les deux médecins ne craignaient pas de changer entre eux d’opinions, sachant qu’ils n’y risquaient rien et ne perdraient ni ne gagneraient au change, puisque c’étaient des opinions médicales. – ANATOLE FRANCE

Ch. 15 (suite) – LES MÉDECINS DISSIDENTS 

     …
Messieurs, 99 % des faits médicaux sont des mensonges médicaux et les doctrines médicales sont, pour la plupart, une absurdité tout à fait évidente. – PROF. GREGORY

 

Ch. 16 – LA MÉDECINE N’EST PAS UNE SCIENCE

La Cause Première de la Maladie ; - Loi N° 18. – C’est la force vitale qui déclenche la maladie.- ALBERT MOSSÉRI (Confiez votre santé à la nature, - Les Lois de la Nature Vivante, p. 84)
     …  

Ch. 17 – COMMENT LA MÉDECINE EST ENSEIGNÉE EN FACULTÉ

     …  
Loi N° 24. – La maladie est une élimination accentuée. - ALBERT MOSSÉRI (Confiez votre santé à la nature, - Les Lois de la Nature Vivante, p. 93)

Ch. 18 – LES STATISTIQUES MÉDICALES TENDANCIEUSES

     …

Ch. 19 – LES DROGUES MIRACLES DE LA MÉDECINE  

     …

 


 

Livret "LE SPORTIF HYGIÉNISTE"
par Roger Marteau

 

LE SPORTIF HYGIÉNISTE
Extraits

Roger Marteau © 1987 Livret paru dans la Revue Nature et Vie - 34 pages

Avertissement de l’auteur de ces « extraits » : les textes choisis sont volontairement subjectifs.
Les phrases sont extraites du livret.
Merci de respecter le copyright concernant les phrases extraites du texte du livret.

 

AVERTISSEMENTS IMPORTANTS PAR L’AUTEUR DU RÉSUME :

Il est souhaitable de lire en premier le livre et/ou le résumé du livre LE SPORTIF HYGIENISTE par Roger Marteau.

Ce résumé de 8 pages (taille des caractères : 12), réalisé à partir à partir d’un livret de 34 pages ne peut en être qu’une présentation incomplète. 

Il est une invitation à lire, si vous en sentez l’intérêt, l’intégralité du livret.

Les points de suspension qui apparaissent correspondent à des parties de phrases volontairement retirées ou à plusieurs phrases omises, avant ou après le texte, pour ne pas alourdir ce résumé..

Les titres des chapitres (en gras) sont ceux du texte original.

Un résumé est surtout utile à celui qui a d’abord lu avec attention le livre dans son intégralité.

Ce livret étant en Copyright, vous êtes priés d'en respecter la propriété intellectuelle des auteurs pour toute citation éventuelle de phrases extraites du résumé.

 

Ce résumé (8 pages 21x29,7) ne peut être qu'un aperçu de ce livret que vous pouvez acheter neuf (4,50 €) sur internet auprès de "Nature et Vie" au lien : http://www.nature-et-vie.fr/librairie/livret&ajouter=24. Bon de commande : http://www.nature-et-vie.fr/data/doc/NVBC2010.pdf.

"Le sportif hygiéniste" par Roger Marteau - paru en 1987 dans la "Revue Nature et Vie" n° 71 (34 pages) : ce livre, avec l'accord de Roger Marteau, est présenté en version PDF dans le Groupe "L'Hygiénisme selon Shelton" au lien https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!topic/hygienisme/Ht2arZLOngM (4 juin 2013).

Ce que Roger MARTEAU écrit en 2013 au sujet de son document :
« C'est une revue écrite en 1987. En ce temps-là ma progression dans le mouvement hygiéniste se situait dans un mode d'alimentation de compromis. 
 Mais il est certain que si le peuple, et surtout du bas, se familiarise avec cette méthode un grand pas sera accompli. 
Sûrement beaucoup poursuivront dans l'alimentation idéale. Pour ma part, cela a été mon chemin, avec tous les bienfaits qui ont  transformé mon existence. 
OK, pour le mettre à disposition de tous.

Que la science hygiéniste progresse ! Roger »

Lu en dernière page du livret :
« Roger MARTEAU, alpiniste et hygiéniste, découvre en 1961 l’attrait sportif et scientifique de la spéléologie…
En 1981, sa recherche de la vie saine l’oriente vers les méthodes des hygiénistes, nutrition saine et sport se complètent parfaitement pour la randonnée en montagne… »

 

 

 

 

I – UNE EXPÉRIENCE VÉCUE

     … Maintenant c’est fait, j’ai compris qu’il faut manger pour vivre et non le contraire.
     Ces 6 années d’hygiénisme, appliquées à ma vie sportive, m’ont rapporté de nombreuses réflexions que je propose à ceux, soucieux de leur forme, qui recherchent la performance, l’efficacité dans l’action physique et dans tous les domaines.

II LE SYSTÈME NERVEUX

     … D’une alimentation correcte résultent un bon aspect physique, un poids convenable, une énergie suffisante.
     Mais celui qui présente une bonne silhouette et une grande activité n’est pas forcément en bonne santé, il peut être toxémique. Et son activité peut être due à une surcharge en nourriture, riche en boissons qui créé plus une excitation qu’une véritable énergie.
     D’ailleurs remarquons que cette dernière manifestation sous forme de fausse énergie est sûrement la plus grave. Elle peut être à l’origine de l’arrêt d’une fonction organique trop sollicitée, cœur par exemple…
     En activité, l’animation du corps se manifeste par la sollicitation des membres. C’est le système nerveux qui conduit l’influx vers les muscles sollicités…
     Les ganglions latéraux servent de relais dans les sens centripètes et centrifuges…
     C’est par ces relais ganglionnaires que se manifeste la douleur qui informe le cerveau d’un état anormal…
     L’alimentation saine, le jeûne sont des méthodes remarquables pour désintoxiquer ces centres nerveux…
     La transmission nerveuse, la contraction et décontraction musculaire exigent du milieu physiologique certains minéraux qui ont pour rôle de changer l’équilibre ionique de la membrane concernée, et aussi, d’activer des enzymes spécifiques…
     Toutes ces activations nécessitent un apport optimal en minéraux et vitamines pour un rendement musculaire satisfaisant.
     Ces constituants ne doivent pas être recherchés dans les synthèses chimiques qui se présentent sous diverses formes, mais plutôt dans les aliments de qualité biologique…

III – LES GLANDES ENDOCRINES

     … Pour ce qui concerne le sport, deux glandes sont prépondérantes pour mener avec efficacité la demande d’action musculaire : ce sont la thyroïde et les surrénales, elles-mêmes régulées par les autres glandes telles l’hypophyse et les glandes sexuelles…
     La thyroïde stimule l’activité des surrénales : elle apporte la vivacité, le rythme et la souplesse…
     La surrénale donne au muscle sa puissance…
     L’hypophyse secrète une hormone de grande importance pour l’activité sportive, l’A.D.H. antidiurétique. Son rôle est d’empêcher la déshydratation cellulaire…
     Les hormones ont une fonction de messager…

IV – L’ASPECT MUSCULAIRE 

     Les muscles ont des structures différentes. Certains sont formés de fibres lisses à contraction lente indépendantes de la volonté. D’autres sont constituées de fibres striées, ce sont les muscles du mouvement volontaire. Ces fibres striées peuvent être à contraction lente ou rapide.
     Les fibres lentes apportent l’endurance et sont irriguées par un réseau sanguin important…
     Les fibres à contraction rapides permettent des efforts violents et brefs…
     Le muscle cardiaque est constitué de fibres striées : c’est le myocarde…
     L’alimentation doit être saine et ne comporter que peu ou pas du tout de protéines animales…

V – LE MÉTABOLISME ET LE CERVEAU

     Le cerveau et le système nerveux sont tributaires, dans le cycle normal du métabolisme, d’une fourniture régulière de glucose…
     C’est avec stupeur qu’on se rend compte qu’avec peu de nourriture, de qualité biologique et bien associée, on acquiert une forme différente et durable dans le temps. Point besoin de stimulants pour s’activer, car ceux-ci causent un effondrement pernicieux…
     Divers aliments, altérés par la fabrication industrielle, seront impropres à la vie cellulaire. Ce sont des supports qui donnent la force soudaine, la vigueur immédiate, mais qui sont malheureusement suivis d’un effondrement fort dangereux…

VI – CARACTÉRISTIQUES DU SANG

     Il existe des aliments néfastes à l’homme, qui malheureusement, donnent immédiatement une sensation de puissance, et les aliments bénéfiques qui construisent la santé…
     La maladie déplace les énergies vitales, la lutte pour la désintoxication en utilise la grande part ; il en reste très peu pour l’activité…
     Divers aliments, altérés par la fabrication industrielle, seront impropres à la vie cellulaire…

VII – ALIMENTS NON APPROPRIÉS POUR LE SPORT

     Les aliments de dégénérescence qui sont classés par les hygiénistes, comme stimulants, excitants, irritants, apportent une fausse énergie et un état d’acidose qui diminue le tonus musculaire…
     LE VIN :… 1 demi-litre de vin apporte 300 calories, l’équivalent de 75 grammes de sucre, soit 15 morceaux.
     L’ALCOOL : L’alcool est un toxique pour l’organisme…
     L’alcool inhibe des réflexes de défense qui sont essentiels aux sportifs…
     C’est une fausse joie de vivre qui mène tôt ou tard à la catastrophe musculaire.
     LE TABAC : Le tabac, un plaisir qui cause une dégénérescence pulmonaire, est un excitant du système nerveux…
     Les statistiques des CHU confirment que les personnes qui s’adonnent à l’alcool et au tabac finissent par une dégénérescence du larynx et du pharynx. C’est une association nocive qui aboutit au cancer des tissus qui reçoivent ces poisons, donc redoutables dans le temps.
     LE CAFÉ : Le café est un stimulant, avec comme conséquence un bilan acide, son PH est de 2,4. Il faut deux jours pour éliminer la caféine…
     Le thé au fort pourcentage de purines est générateur d’acide oxalique. Il contient de la théophylline qui a une action marquée sur le cœur et les bronches.
     Cette boisson chaude commune apporte une destruction du système nerveux, accroît le métabolisme, accélère le rythme cardiaque, apporte une diurèse excessive, agit défavorablement sue les sécrétions gastriques et intestinales
     LE CHOCOLAT :… Mais il contient un alcaloïde très actif : la théobromine qui détériore le système nerveux. C’est aussi un aliment qui amène la constipation…
     LE SUCRE : Le sucre blanc, raffiné, le plus petit des grands ennemis de la santé…
     C’est un aliment carencé, de calories vides.
     C’est un puissant déminéralisant et décalcifiant.
     En milieu intestinal, il donne des acides lactiques, oxaliques, qui s’opposeront à l’absorption des minéraux, il favorise l’apparition de parasites et il est un inhibiteur du transit intestinal qui cause la constipation, situation fort gênante pour le sportif…
     Se méfier des états d’excitation suivis de dépression que provoque cet aliment de dégénérescence.
     LE LAIT : Le lait est difficile à digérer. En effet cet aliment liquide subit une dégradation au niveau du duodénum…
     Le café au lait met à rude épreuve le foie…
     LAIT INDUSTRIEL : Le lait concentré sucré, aliment industriel, ne renferme aucun principe vital…
     Le lait concentré épuise la vitalité au lieu de la renforcer.
     LE PAIN BLANC : Il entre lui aussi dans la catégorie des aliments de dégénérescence. Il est carencé en minéraux, azote, phosphore, vitamines…
     Il est préférable de consommer du pain complet, bluté à 80 %, 85 %...
     Du point de vue nutritionnel, l’amidon est déjà un aliment qui demande beaucoup d’énergie pour être digéré. Le sportif a tout intérêt à rechercher un excellent pain pour compenser cette dépense en énergie de digestion.
     LE SEL : … Le chlorure de sodium joue un rôle important dans la transmission de l’influx nerveux, au niveau de la plaque membranaire…
     Le sel cause un dérèglement des excrétions. De plus, son excédent sera éliminé par les reins, d’où fatigue rénale et à la longue dégénérescence de ce filtre sanguin…
     Une association néfaste est le sucre et le sel, tous deux préhenseurs d’eau. Ce sont déjà deux aliments de dégénérescence, leur combinaison ne peut être que dangereuse. Ceci provoque un déséquilibre hydrique fort préjudiciable pour le sportif…
     L’alimentation carnée est à l’origine de diverses dégénérescences organiques… En effet, cet aliment carencé contient des purines qui élèvent l’uricémie…
     En résumé les protéines sont certes nécessaires pour le renouvellement cellulaire et le transport de molécules lipidiques, mais en consommer trop, apporte des préjudices significatifs pour le sportif.
     LA CHARCUTERIE : Elle est riche en graisses saturées ; elle est conservée avec des nitrates qui à la longue se décomposent en nitrites, facteurs cancérigènes.
     Ce sont des aliments composés de toutes sortes d’ingrédients forts nocifs pour la santé du sportif.
     LE CAFÉ AU LAIT : Les médecins traditionnels déconseillent l’association malsaine café plus lait et charcuterie.
     Cela dispose à la contre-performance sportive.
     LES BOISSONS : … Il faudrait éviter le coca-cola qui peut être qualifié des plus antinaturels ; la bière, avec ou sans alcool, qui coupe les jambes du sportif ; le cidre et le vin, boissons aussi alcoolisées…
     Les boissons industrielles, pétillantes, gazeuses, genre soda, Schweppes, sont des boissons créatrices de dérangements intestinaux, et par abus, de dégénérescence ; elles n’ont aucune valeur nutritionnelle et acidifient notre terrain…
     Le pain de seigle, le riz complet, le millet, de qualité biologique si possible, sont des aliments énergétiques intéressants car ils apportent des sucres lents…
     LA POMME DE TERRE : Elle est difficilement transportable, doit rester l’aliment des camps de base…
     C’est un amidon classé dans les sucres lents.
     Les pommes chips sont à déconseiller car elles sont très riches en lipides, 55 %. Elles sont source d’hypertension et de cholestérol.
     Le sel est un excitant pour les cellules gustatives et crée un abus de consommation.
     LE BEURRE : Il est un aliment énergétique mais qui demande une digestion laborieuse et longue.
     C’est un sous-produit animal…
     LES HUILES : Les huiles végétales sont les meilleures. Parmi les nombreuses huiles obtenues par première pression à froid, il en est une qu’il est préférable de consommer : l’huile d’olive de qualité biologique…
     Les margarines et les végétalines de fabrication industrielle entrent dans la classification des aliments destructeurs et ils ne sont pas recommandés pour l’activité sportive.
     LES ŒUFS : Ce sous-produit animal, peu énergétique, 80 Kcal. Par œuf, apporte des protéines parfaitement équilibrées…
     Les hygiénistes évitent de consommer le blanc d’œuf qui est fort oxydant. De plus il contient des ovomucoïdes qui sont des inhibiteurs de la trypsine. À l’état cru, les protéines du blanc sont imparfaitement digérées, car elles stimulent peu les sécrétions des sucs gastriques et pancréatiques. La cuisson du blanc d’œuf ne supprime pas tous les caractères anti-digestifs. Les albumines du blanc d’œuf seraient indigestes…
     Le jaune d’œuf doit être consommé mollet pour être digéré aisément. Les œufs durs, les omelettes, sont indigestes et demandent trois heures et plus pour être digérées. Ce sont des plats vraiment indigestes pour le sportif…
     L’absorption du blanc et du jaune à l’état cru est absolument à éviter.
     LES LÉGUMINEUSES : Elles doivent être consommées avec prudence, car leur digestion est lente et difficile…
     Une longue cuisson les rend plus digeste, mais c’est un artifice peu hygiéniste.
     De toutes, je préfère les lentilles pour leur teneur en fer…
     LE MIEL : Un aliment de complément est intéressant pour le sportif : le miel. Il est utilisé parcimonieusement avec d’autres denrées, tels que fruits ou fromages blanc et yaourt à 0 % de matière grasse.
     Il doit être de qualité…
     Les tempéraments nerveux en consommeront avec prudence ; malgré des inconvénients dus aux acides le composant, il offre des sucres qui sont vite absorbés. C’est surtout un tonique du cœur…
     Après épuisement du glycogène, le miel rétablit la contractibilité dans un temps plus court. Pour ces raisons, le miel, sous-produit animal, doit être consommé avec prudence ; le sportif le consommera si ses réserves alimentaires viennent à manquer et lors d’efforts intenses…

     LES ALIMENTS IDÉAUX : Les sucres simples apportent une bonne énergie musculaire au sportif…
     LES FRUITS : Ils sont adaptés à l’activité sportive. Ce sont des aliments riches en sucres simples, surtout en fructose qui ne fait pas appel, ou si peu, à l’insuline…
     Les fruits consommés doivent être, si possible, de qualité biologique…
     Les fruits meurtris peuvent contenir de la patuline, poison virulent…
     Une association judicieuse entre fruits frais et séchés sera un bon moyen de régulariser dans le temps les sucres simples qu’ils contiennent pour mieux prolonger l’endurance. Ils sont à consommer strictement pendant l’effort ou pendant des temps de repos courts…
     LES BOISSONS : L’eau est la seule boisson qui devrait être consommée pour une bonne hydratation. Au regard de l'hygiéniste toutes les autres sont néfastes, y compris l’eau de Perrier…
     La prise d’eau est toujours facile en dehors des repas. Toutefois lors des repas avec amidon, l’appel d’eau se fait sentir : un demi-verre d’eau est nécessaire.
     L’eau est d’une importance considérable, surtout au cours d’efforts intenses…
     Pour améliorer l’eau de boisson, un moyen simple est celui d’ajouter le jus d’un citron : on obtient une eau citronnée fort agréable qui fait disparaitre l’amertume de la bouche. Un autre procédé est d’ajouter une fraction de miel : on obtient ainsi une eau agréable et en même temps légèrement énergétique. Ces deux boissons sont considérées comme hygiéniques pour l’activité sportive.
     Les jus de fruits ne sont pas une boisson. Ils sont trop vite précipités au niveau intestinal et ainsi provoquent une pointe insulinique importante. A la rigueur, les prendre après un repas de fruit est un moindre mal et surtout en association compatible. Mais c’est à éviter.
     Dans un effort intense et bref, sont-ils appropriés ? Ils fatiguent le pancréas qui fournit un effort insulinique.

VIII – L’ALIMENTATION DANS L’ACTIVITÉ SPORTIVE

     Il est facile d’observer les gens qui ont besoin de s’alimenter dès le réveil…
     Néanmoins, d’après mon expérience, pour des efforts intenses qui commencent la journée, il est judicieux de faire appel à un aliment starter sans toutefois en abuser.
     Les meilleurs aliments à préconiser sont l’orange, le pamplemousse, la tomate. N’en prendre qu’une seule sorte pour éviter le mélangisme…
     Il est nécessaire d’observer un temps de digestion de 15 à 20 minutes pour neutraliser l’acidité, afin d’en tirer une meilleure efficacité. Au cours de l’activité, l’alimentation doit se composer uniquement de fruits.
     Tout autre aliment, tels que céréale, protéine, lipide, induira un déplacement énergétique au niveau de la digestion. De plus ces aliments compriment, par dilatation stomacale, le diaphragme, l’empêchant ainsi de jouer son rôle maximum…
     Pour un amaigrissement important, il faut de longues marches en montagne, ou un autre sport intensif. Pire, ces personnes, à l’arrêt de l'activité, s’alimentent à outrance, pensant par-là récupérer les forces dépensées.
     Souvent la perte de poids qu’elles constatent est tout simplement une perte d’eau…

1. PENDANT L'EFFORT : … Il faut impérativement remonter son taux de sucre dans le sang.
     Le moyen le plus approprié et le plus efficace est la prise de sucre simple, sous forme de fruits sucrés concentrés ou de miel. Es raisins secs, les dattes, les figues, le miel, sont à mon sens, les meilleurs. Les bananes séchées sont difficiles à digérer…
     RAISINS SECS : dattes, figues : très concentrés en sucre simples, mais riches en composants vitaux.
     Une bonne mastication est requise.
     MIEL :
     ACACIA : tonique et favorable au foie.
     THYM : tonique, augmente les forces physiques et l’énergie.
     TRÈFLE : … C’est un aliment dont la proportion en sel magnésium est proche du sang humain. Bien l’ensaliver. C’est une source précieuse de minéraux et d’oligo-éléments.
     Une ou deux cuillères à soupe semble raisonnable pour éviter le choc hypoglycémique. Ceci pendant l’effort.

2. PRISE DE NOURRITURE AU COURS D’UNE COURTE PAUSE 1/2 HEURE :
     La prise de nourriture est plus conséquent, mais les fruits sont toujours pris en priorité, ils sont comme on e sait facilement digérés.
     Les pommes et les poires composent souvent la ration alimentaire du sportif dans tous les domaines.
     La quantité est affaire de chacun. La prise de 2 à 3 fruits est souhaitable. On peut terminer par des fruits secs ou du miel qui renforcent la charge en sucre…
     Les fruits entiers modulent la sécrétion d’insuline et sont à la base d’une satiété plus prononcée.
     Les fruits séchés, tels que l’abricot, le pruneau ont un bilan acide et doivent être consommés durant l’effort, alors que le phénomène de ventilation pulmonaire est intensifié…
   Une autre façon de s’alimenter sainement est la cueillette de fruits sauvages sur le bord des chemins. Myrtilles, fraises et autre baies.
     A l’automne, le raisin est un aliment énergétique fort intéressant… Si possible, se procurer chez les fermiers locaux des salades. L’avantage de leur fraîcheur en fait un aliment vitalisant, excellent avec du pain de seigle.
     Salade + pain de seigle mastiqués ensemble donnent un goût remarquable.
     Entre ces collations peuvent s’insérer des bouillons de légumes. L’hiver, leur chaleur réconforte, leur apport en minéraux est bienvenu. C’est aussi un bon moyen de s’hydrater. Les prendre seuls pour un bon transit digestif.
     Pour commencer deux ou trois fruits doux, sans fruits secs concentrés. Attendre 15 à 20 minutes que leur transit vers l’intestin soit bien amorcé. Toutefois, des crudités, concombres, carottes, seraient préférables.
     Passé ce temps, on peut continuer par du pain de seigle de préférence, avec du beurre ou mieux de l’huile végétale, olive ou tournesol.
     Terminer par des oléagineux : amandes, noix, noisettes, qui sont des protéines grasses. L’amande sera recherchée en particulier pour son bilan alcalin.
     Il faut boire très peu dans ce repas ; ne pas s’activer dans l’immédiat, mais garder l’énergie pour la digestion car une mauvaise digestion procure des dérangements intestinaux. Attendre une heure et demie pour reprendre les activités physiques…

POURQUOI LES PROTÉINES EN FIN DE JOURNÉE ?
     … Nous hygiénistes, sommes convaincus que les protéines prise le soir sont mieux assimilées…
     Une composition de repas que j’aime beaucoup est l’association fruits-produits laitiers sous forme de yaourt, fromage à 0 % de matières grasses. C’est une association neutre très stimulante, attention pour le repas du soir, il y a un risque de mauvais sommeil. Ceci est fonction du tempérament.
     Les produits laitiers conviendraient mieux au repas de midi, seulement ils sont difficilement transportables.
     Les aliments déshydratés légers sont intéressants…
     Mais ces denrées proposées dans les magasins de sport ne sont pas préconisés par l‘enseignement hygiéniste. Les extraits secs sont reconstitués avec l’eau de diverses provenances…
     Il en va de même des produits présentés en commerce diététique. Ils sont enrichis de minéraux, vitamines, protéines, glucose, et seraient dynamisants selon la publicité qui en est faite…

UNE ALIMENTATION VÉCUE :

UNE RANDONNÉE HIVERNALE JURASSIENNE :

ÉLIMINATION ET RÉCUPÉRATION :

TROIS FACTEURS SONT ESSENTIELS :
     1. La réhydratation,
     2. La biorespiration,
     3. La circulation nerveuse consciente.
     La prise d’eau favorise l’évacuation des toxines par les reins. Elle ne doit être en aucun cas salée.
     Le sel provoque une rétention des déchets métaboliques au niveau rénal.
     Les bouillons de légumes, non salés, sont bénéfiques pour leur apport en minéraux. Il existe sur le marché des produits sains de très bonnes présentations.
     Mais l’eau fraîche doit être absolument prépondérante.
     La biorespiration ou respiration intensive est un moyen efficace pour évacuer les toxines de fatigue.
     On se reportera aux livrets de Désiré Mérien sur cette méthode extraordinaire de bien-être.
     L’activité physique produit de l’acide lactique en brûlant les lipides.
     Les minéraux du sang dont le sodium et le potassium transportent l’acide lactique vers l’évacuation pulmonaire.
     C’est pour cette raison qu’il faut consommer en abondance des fruits et légumes.
     La biorespiration doit s’étendre sur une durée d’une heure environ, pour obtenir un maximum d’évacuation des toxines de fatigue. Le poumon est un important organe d’élimination.

LA CIRCULATION NERVEUSE :

LE SOMMEIL :
     … Le sommeil au grand air est facteur d’une bonne élimination pulmonaire, pendant celui-ci on constate une expiration plus longue que l’inspiration. (Dr LEFEBURE).

RÉSUMONS :
     1. Avant l’activité physique, s’hydrater le mieux possible.
     2. Effectuer une séance de biorespiration d’une heure environ.
     3. Avoir un repas hygiéniste, complémenté au mieux de ses provisions.
     4. Un bon sommeil réparateur.
     Ces facteurs sont garants d’une forme exceptionnelle pour la journée d’activité.
     La sudation n’est pas une méthode hygiéniste. C‘est une élimination forcée, les organes : reins, poumons, peau sont intensément sollicités pour régulariser la thermogénèse du corps.
     Les toxines de fatigue, les produits nocifs sont neutralisés à 90 % par le foie, 5 % par l’urine et 5 % par la transpiration.

MISE EN CONDITION POUR L’ACTIVITÉ SPORTIVE :
     L’alimentation saine est la principale notion d’hygiène qui favorise un bien-être. 
     Les repas seront équilibrés et constitués de denrées en qualité biologique.
     Les aliments de dégénérescence seront proscrits. Selon sa personnalité, on s’orientera vers les repas hétérogènes ou es associations alimentaires compatibles.
     Mais surtout on évitera des digestions laborieuses…
     Toutes les méthodes hygiénistes contribuent à un accroissement de la vitalité en chacun de nous…
     La gymnastique matinale, la course à pied, la marche rapide sont de très bons moyens pour augmenter ses performances.
     Il est préférable de s’immerger dans les arcs forestiers pour s’entraîner : la pollution est moindre…
     La pollution la plus faible se situe le matin…

SPORT ET JEÛNE :
     Des remarques importantes relatives au catabolisme du glycogène : le sport épuise la réserve hépatique en 3 heures Le jeûne en 24 heures. Le sportif aura un meilleur sang, une meilleure lymphe ; son activité lui assure un développement de ses capacités physiques pour satisfaire son activité préférée. Malgré cela, sans le savoir, il sera porteur d’une toxémie au niveau cellulaire, propice à la dégénérescence organique.
     L’hygiéniste, lui, connait les processus de désintoxication cellulaire, en particulier le jeûne. Il entreprend des jeûnes courts ou longs pour obtenir une rénovation en profondeur. Cumuler ces deux modes de vie, à mon avis, donne la vraie santé.
     L’activité physique augmente la production par le foie de HDL, véritable transporteur du cholestérol sanguin. Il joue un rôle d’épurateur des parois artérielles où circule le cholestérol libre. Donc, le sport est d’une remarquable action contre l’athéromatose.
     Le jeûne, contraire de l’activité physique, dissout ces obstacles artériels, veineux, par dissolution enzymatique : autolyse.
     C’est une technique de l'hygiène vitale qui rénove notre réseau sanguin : l’activité physique s’oppose au retour prématuré de cette dégénérescence. Jeûne, nutrition saine et activité physique sont des associations qui orientent l’homme vers la santé parfaite.

CONCLUSIONS :
     Le sport est un acte vivant qui met en valeur la force vive de l’individu qui s’y adonne.

 

 

INTERVIEW D'ALBERT MOSSÉRI
par Frédéric Patenaude


Cet article est la transcription écrite, par Nicole Troclet, de l'interview réalisée en anglais, en 2010, par Frédéric Patenaude.

Interview de Albert Mosséri par Frédéric Patenaude :
Partie 1 : http://www.youtube.com/watch?v=87YKDFKM60I (9'48) ou http://zipd.eu/exv/yt/?as=1&i=87YKDFKM60I (9'48)
Partie 2 : http://www.youtube.com/watch?v=QgyLoIv1Nig (9'29) ou http://zipd.eu/exv/yt/?i=QgyLoIv1Nig&as=1 (9'29)


Part 1 : Interview avec Albert Mosseri, Hygiénisme - 2010

Fréderic Patenaude a interviewé Albert Mosséri :
Comment avez-vous découvert l'Hygiénisme pour la première fois ? L'Hygiénisme et le jeûne..
.

https://www.youtube.com/watch?v=nRq1JH2nch8
Sous-titrée VOSTFR (9'47)

ou http://www.dailymotion.com/video/x1qdskk
Sous-titrée VOSTFR (9'48)

Lire la transcription en français : #mosseri1

Vidéo d'origine, non-sous-titrée :
http://www.youtube.com/watch?v=87YKDFKM60I (9'48)

Part 2 : Interview avec Albert Mosseri, Hygienisme - 2010

Fréderic Patenaude continue son interview avec Albert Mosseri,
Qu'est-ce que le menu hygiénique que vous recommandez ?


https://www.youtube.com/watch?v=yjoINABPyTg
Sous-titrée VOSTFR (9'28)

ou http://www.dailymotion.com/video/x1qdtmz
Sous-titrée VOSTFR (9'29)

Lire la transcription en français : #mosseri2

Vidéo d'origine, non-sous-titrée :
http://www.youtube.com/watch?v=QgyLoIv1Nig (9'29)


"Interview d'Albert Mosséri"

2010, par Frédéric Patenaude

Sous-titres de 2 vidéos de l’interview d’Albert Mosséri, hygiéniste français, par Frédéric Patenaude, crudivore végan canadien.

Remerciements pour la traduction faite par Nicole Troclet.



FRÉDERIC PATENAUDE : - Bonjour, ici Frédéric Patenaude de RawVegan.com et je suis ici à Paris, vous voyez la Seine, la fameuse rivière, nous sommes dans le cœur de Paris et aujourd’hui j’ai une vidéo très intéressante pour vous et c’était une journée très intéressante pour moi car j’ai eu l’occasion de rencontrer un mentor à moi, son nom est Albert Mosséri, c’est un hygiéniste français né en Egypte, il a écrit 25 livres sur le sujet de l’hygiénisme, du jeûne, de la santé, de l’alimentation naturelle et je lis ses livres depuis des années.

En fait j’ai commencé à lire ses trucs il y a 15 ans et c’est par ses livres et par lui que j’ai été introduit au crudivorisme et que j’ai commencé à en apprendre plus sur l’hygiénisme mais je n’avais jamais rencontré cet homme et il a maintenant 85 ans passés, donc j’ai pensé que si j’allais le rencontrer un jour, c’est le moment.

Nous avons donc conduit 2 heures en sortant de Paris, d’abord dans la campagne française, pour rencontrer Albert Mosséri et il était chez lui dans sa maison où nous l’avons rejoint, nous avons fait un tour de ses arbres fruitiers, avons causé pendant un moment.
Donc il est égyptien, il parle l’arabe, il parle le français, il est de culture et d’héritage français mais nous lui avons demandé s’il pouvait faire l’interview en anglais, il a dit oui mais que son anglais n’est pas parfait.
Il ne parle pas très fort, il va donc falloir monter le volume, j’expliquerai les détails entre deux, c’est un homme très intéressant et, euh, pour que vous sachiez, c’était une étape très importante dans ma vie de le rencontrer enfin, je suis donc très excité de partager ceci avec vous et nous reparlerons de sa philosophie juste après.

Interview No.1 avec Albert Mosséri

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Comment avez-vous découvert l’hygiénisme pour la première fois ? 

ALBERT MOSSÉRI : - Je suis né végétarien, ça veut dire que je n’aimais pas manger de  viande, je n’aimais pas la viande, je ne mangeais jamais de viande, je mangeais un peu de poisson, très peu mais la viande jamais et ma santé n’était pas bonne, donc j’ai trouvé quelques livres qui parlaient d’hygiénisme, écrits par des auteurs en anglais, c’était en Egypte : J’étais en Egypte dans un…
Je suis né il y a 85 ans, en Egypte bien sûr puis j’ai suivi ces auteurs hygiénistes et j’ai trouvé enfin Thomson en Ecosse et Shelton au Texas, aux Etats Unis.
Je pensais qu’ils étaient les meilleurs auteurs que j’ai rencontrés.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Shelton, Thomson, en quoi étaient-ils différents des autres auteurs ?

ALBERT MOSSÉRI : - Ils étudiaient le sujet de façon plus approfondie que les autres auteurs.
Tous les autres étaient superficiels dans leur façon de penser et en pratique et ils ne sont pas dans l’hygiénisme, ils recommandent des remèdes.
Bien qu’ils disent que l’on doit aller à la cause de la maladie, bien vite ils recommandent les remèdes, ce qui est le contraire de ce qu’ils ont dit.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Donc vous avez commencé l’hygiénisme et vous êtes parti pour la France

ALBERT MOSSÉRI : - Quand je suis venu en France, c’était il y a 35 ans, je me suis fait pratiquement jeter d’Egypte pour des raisons politiques.
Et je suis venu en France et j’ai commencé à écrire et à pratiquer et à superviser des jeûnes.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Et vous étiez le seul en France à pratiquer l’hygiénisme et le jeûne ?

ALBERT MOSSÉRI : - Oui, j’étais le seul, et je suis encore le seul.
Bien sûr maintenant, il y en a quelques uns qui se disent hygiénistes mais ne le sont pas.

FRÉDERIC PATENAUDE : - Qu’est-ce que c’est l’hygiénisme pour les gens qui ne savent pas et quelle est la différence principale entre l’hygiénisme et la naturopathie ?

ALBERT MOSSÉRI : - Ce sont là deux questions différentes : l’hygiénisme est un mode de vie, ce n’est pas un traitement, ce n’est pas un remède, juste un mode de vie.
Pour la seconde question : la différence entre l’hygiénisme et la naturopathie, la naturopathie recommande un tas de remèdes comme des remèdes électriques, comme un mélange de plantes médicinales, qui ne sont pas bons pour la santé.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Et vous avez fait aussi des découvertes intéressantes en jeûnant où vous parlez du jeûne, du jeûne à l’eau

ALBERT MOSSÉRI : - Oui

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Et aussi le demi-jeûne après.
Et pouvez-vous expliquer quelle est la méthode que vous avez découverte qui est différente de Shelton ? 

ALBERT MOSSÉRI : - Shelton jeûnait les gens jusqu’à 50 ou 80 jours, je suivais sa méthode pour jeûner les gens, le jeûne le plus long que j’ai supervisé était de 87 jours, un homme qui est mort il y a juste quelques années à l’âge de 103 ans.
J’ai eu un couple de jeûneurs qui en était à leur vingtième jour de jeûne, au bout de 20 jours, ils étaient chez moi, ils m’appelèrent : «Il faut que vous regardiez, Monsieur Mosséri, notre langue est noire. »
Je réfléchis sur ce sujet et répétai l’expérience, je vis des langues devenir noires, devenir d’autres couleurs, puis je pensai que cela devait être l’élimination et  j’ai conseillé depuis cela que le jeûne ne devrait pas excéder 20 jours…

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Et après ces 20 jours ?

ALBERT MOSSÉRI : - Après ces 20 jours, je conseille un demi-jeûne, ce demi-jeûne doit être poursuivi jusqu’à ce que la soif disparaisse.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Et que la langue éclaircisse…

ALBERT MOSSÉRI : - Et que la langue éclaircisse en théorie ! Car elles ne vont jamais plus loin !

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Il y a des gens qui jeûnent plus de 20 jours ?
Vous avez écrit dans votre livre qu’après 20 jours, c’est une perte de temps.

ALBERT MOSSÉRI : - C’est du temps perdu, oui.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Car ils feraient mieux de faire un demi-jeûne.

ALBERT MOSSÉRI : - Quand ils demandent à Shelton quoi faire pendant le long jeûne, ils lui disent qu’ils sont encore en train d’éliminer, Shelton leur dit que c’est mieux que rien.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Parce que c’est une élimination lente.

ALBERT MOSSÉRI : - Elle est très lente, elle s’arrête presque.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Il faut donc mieux faire un demi-jeûne parce que l’élimination continue.

ALBERT MOSSÉRI : - Exactement, exactement

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Qu’est-ce qu’un demi-jeûne ?

ALBERT MOSSÉRI : - Le demi-jeûne consiste à manger toutes les 2 heures 100 grammes de pommes.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Donc une très petite quantité.

ALBERT MOSSÉRI : - Très petite toutes les 2 heures.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - OK.

ALBERT MOSSÉRI : - Jusqu’à ce que le corps ne perde plus de poids.
Une fois que le poids est stable, ça veut dire que l’élimination est presque à sa fin, donc.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Donc vous arrêtez le demi-jeûne.

ALBERT MOSSÉRI : - Donc j’arrête le demi-jeune puis je leur donne un menu hygiéniste normal.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Combien de jeûnes avez-vous supervisé au cours des années ?

ALBERT MOSSÉRI : - 3 000 ou 4 000.

 



Interview No.2 de Frédéric Patenaude avec Albert Mosséri

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Voici l’interview No.2 avec la vidéo d’Albert Mosséri. Appréciez !

Interview :

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Qu’est-ce que le menu hygiénique que vous recommandez ?

ALBERT MOSSÉRI : – Eh bien le menu hygiénique, est fait de fruits et de légumes, crus pour la plupart et je conseille une poignée de noix, par jour, de l’avocat, de la nourriture cuite comme des pommes de terre, c’est tout.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Qu’est-ce que vous pensez du régime 100% cru ?
Les gens suivent ce régime 100% cru ?

ALBERT MOSSÉRI : – J’ai peur que ces gens regarderont le régime 100% cru comme un remède.
Mais ce n’est pas un remède.
Quand ils arrêtent ça, au bout d’un jour ou deux, ils se mettent à manger de la nourriture très mauvaise.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Si quelqu’un suit le régime 100% tout le temps, ça serait mieux que…

ALBERT MOSSÉRI : – Oui, c’est mieux que de manger de la nourriture cuite, bien sur !

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Que pensez-vous de manger trop de noix, d’avocat et d’huile ?

ALBERT MOSSÉRI : – Bon, Shelton conseille quatre (4) onces (112 gr.) par jour, je pense que c’est trop, c’est mauvais, une once (28 gr.) suffit.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Une once (28 gr.) suffit.

ALBERT MOSSÉRI : – Une once par jour suffit, à condition que les gens puissent digérer les noix car la plupart des gens ne digèrent pas les noix.
Donc, quand les gens ne digèrent pas les noix, je leur donne du fromage, du fromage cuit.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Et quelle est la raison pour cela ?

ALBERT MOSSÉRI : – Ils n’ont pas la capacité de digérer les noix.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Et le fromage, pour quelle raison ?

ALBERT MOSSÉRI : – Le fromage est plus facile à digérer, beaucoup plus facile

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Quelle sorte de fromage ?

ALBERT MOSSÉRI : – Du fromage cuit.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – OK, pas fermenté.

ALBERT MOSSÉRI : – Pas fermenté.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – OK, c’est quelque chose que vous avez changé au cours des années ou... ?

ALBERT MOSSÉRI : – Oui, j’ai trouvé ça il y a quelques années.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Est-ce que c’est mieux pour eux de ne pas manger de fromage, ou un peu de fromage ?

ALBERT MOSSÉRI : – Non, c’est mieux un peu de fromage.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Quelle est la raison ?

ALBERT MOSSÉRI : – Parce que nous avons besoin d’une certaine quantité de protéine par jour.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – OK.

ALBERT MOSSÉRI : – Et il n’y a pas assez de protéine dans les fruits.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Donc un petit peu de noix ou de…

ALBERT MOSSÉRI : – Oui. Moi personnellement, je ne mange pas de fromage, je mange de la pâte de sésame, vous savez..

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Tahini, je pense qu’en anglais, c’est du tahini.

ALBERT MOSSÉRI : – Du tahin, c’est un mot arabe.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Qu’est-ce que ça veut dire en arabe ?

ALBERT MOSSÉRI : – En arabe, ça veut dire crème.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Ah, d’accord.

ALBERT MOSSÉRI : – Pas de la crème de lait, juste de la crème.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Donc vous ne mangez pas de fromage.

ALBERT MOSSÉRI : – Non. Mais c’est pour les gens qui sont malades et la plupart des gens sont malades, mais au début je leur demande de manger des noix.
Et quand ils disent qu’ils ne digèrent pas les noix, je leur conseille du fromage.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – OK, et quel est le menu que vous-même avez suivi au cours des années, en quoi consiste-t-il ?

ALBERT MOSSÉRI : – Mon menu, il est très compliqué, je mange juste 3 repas cuits par semaine seulement, et le reste du temps je mange des fruits un jour et des légumes crus le deuxième jour, puis je répète le même menu chaque semaine.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Donc une journée vous mangez seulement des fruits et le jour suivant vous mangez des fruits et des légumes, des légumes pour le dîner et ensuite vous mangez des fruits et puis vous mangez des fruits et des légumes cuits.
Comme ça, vous avez beaucoup de jours dans une semaine où vous ne mangez que des fruits.

ALBERT MOSSÉRI : – Bien sûr.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : - Et est-ce que c’est quelque chose que vous avez changé au cours des années ?

ALBERT MOSSÉRI : – Non, je suis ce menu depuis bien des années.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Mais je sais, dans votre livre vous parlez de fruits tous les jours et un repas de légumes le soir, tous les jours comme ça.

ALBERT MOSSÉRI : – Oui bon, je ne peux pas conseiller les repas que je mange moi-même aux autres, c’est trop compliqué.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – C’est trop difficile pour certains de suivre…

ALBERT MOSSÉRI : – Pas seulement de suivre mais de comprendre.

FRÉDÉRIC PATENAUDE :  – OK.

ALBERT MOSSÉRI : – Ils ne le suivront pas, c’est trop compliqué pour eux.
Donc je conseille qu’ils mangent ce que nous venons de dire : des fruits dans la journée et des légumes cuits le soir.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – D’accord mais l’idéal est ce que vous avez suivi vous-même, c’est-à-dire fruits seulement plusieurs fois par semaine.

ALBERT MOSSÉRI : – Oui, et faire alterner fruits et pommes de terre et ces aliments cuits qui comprennent les autres légumes comme le chou-fleur, la courgette, etc..

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Y a-t-il d’autres choses importantes que les gens devraient savoir au sujet de la nourriture qu’ils mangent.
Je sais qu’aux Etats Unis, au Canada, les gens qui suivent, ils veulent avoir le meilleur régime possible.
Donc qu’est-ce qu’ils devraient éviter, aussi ?

ALBERT MOSSÉRI : – Ils doivent éviter les épices, ils doivent éviter les aliments fermentés, que ce soit des légumes ou autres, ils doivent éviter le poisson, qui est bien plus dangereux que la viande, ils doivent éviter.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Le sel.

ALBERT MOSSÉRI : – Le sel bien sûr et ils doivent éviter ce que nous appelons en France « les fruits de mer ».

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Euh « sea food ».
Pourquoi est-ce que le poisson est plus dangereux que la viande ?

ALBERT MOSSÉRI : – Parce qu’il pourrit beaucoup plus vite que n’importe quel autre aliment Et quand il pourrit dans les intestins, il empoisonnera le corps entier.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – En France, c’est très difficile de pratiquer l’hygiénisme.
Pouvez-vous nous parler un peu des difficultés que vous avez eues à faire passer l’information et pratiquer l’hygiénisme en France.

ALBERT MOSSÉRI : – Bon, j’ai eu 6 procès, ils m’ont mis en prison deux fois, ils ne me laissent pas travailler, ils ne veulent pas me donner de permis de travail et voilà !

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Donc c’est très difficile parce que la France, parce que la France est un pays…

ALBERT MOSSÉRI : – C’est très difficile parce que le système médical a toujours le monopole sur la santé.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Est-ce que vous supervisez encore des jeûnes ?

ALBERT MOSSÉRI : – Je supervise les jeûnes par téléphone seulement parce que de cette façon personne n’en sait rien.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Ha ha ha, est-ce que vous auriez une dernière chose que vous aimeriez dire au sujet de l’hygiénisme et …

ALBERT MOSSÉRI : – Bon, la dernière chose que les gens me demandent : qu’est-ce qu’il va se passer avec l’hygiénisme en France quand vous ne serez plus là ?
Je leur dis, je ne sais pas, je n’ai pas une vue très optimiste de la question, j’ai peur que l’hygiénisme disparaisse quand j’aurai disparu aussi.

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Eh bien nous ferons passer le mot au sujet de votre travail.

ALBERT MOSSÉRI : – Merci !

FRÉDÉRIC PATENAUDE : – Grand merci !

 

Rappel : Monsieur Albert Mosséri nous a quitté le 11 février 2013 : http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#HOMMAGE_A_ALBERT_MOSSERI

 

[Sites de Frédéric Patenaude en anglais : http://www.rawvegan.com/ ou http://www.fredericpatenaude.com/ (www.rawveganshow.com)

et autre site de Frédéric Patenaude en français : http://www.fredericpatenaude.com/francais.html]


 

ENTREVUE AVEC ALBERT MOSSÉRI
par Frédéric Patenaude

 

Cet article est extrait du lien : http://www.fredericpatenaude.com/francais/mosseri.html


Photo extraite de son interview vidéo parue au lien http://www.youtube.com/watch?v=87YKDFKM60I

"Entrevue avec Albert Mosséri"

19 Novembre 2004, par Frédéric Patenaude

M. Mosséri, quel âge avez-vous et depuis combien de temps suivez-vous l’hygiénisme?

J’ai bientôt 80 ans, et je m’intéresse à l’hygiénisme depuis 60 ans, donc depuis l’âge de 20 ans. C’était en Égypte où je vivais à l’époque. J’ai commencé par faire des recherches, mais je n’ai pas trouvé tout de suite. J’ai dû lire tous les auteurs que je connais dans le monde entier, dans plusieurs langues, car je connais plusieurs langues, et je suis tombé finalement sur Shelton et Thompson, qui m’ont paru les plus sérieux. Au début j’avais adopté la naturopathie, mais j’ai abandonné la naturopathie parce qu’elle est à mi-chemin entre la médecine et l’hygiénisme. J’ai commencé à publier des livres quand j’avais 20-24 ans. Et quand les événements politiques en Égypte n’étaient plus favorables, j’ai dû émigrer en France, où j’ai pratiqué l’hygiénisme dès le début.

Mais la pratique de l’hygiénisme tel que je la pratique actuellement elle est venue par étapes, de très nombreuses étapes. Parce que d’abord il faut chercher le bon régime, les bonnes idées, ce n’est pas facile à trouver, et quand on les a trouvées, les tentations extérieures et intérieures sont tellement fortes qu’on ne peut pas d’emblée les appliquer. Il faut des années et des années pour pouvoir pratiquer l’hygiénisme pur.


Vous avez fait une différence entre la naturopathie et l’hygiénisme. Quelle est cette différence ?

La différence est capitale. D’abord ce qui nous unis c’est que nous sommes contre les médicaments. Mais nous, les hygiénistes, nous disons qu’il faut supprimer la cause, comme ça les effets disparaissent. Alors que les naturopathes veulent utiliser des remèdes naturels, comme la phytothérapie, c’est-à-dire les plantes médicinales, et nous refusons tous ces remèdes naturels, même s’ils sont certainement moins nocifs que les médicaments.


Donc vous faites une différence à la base entre la médecine et l’hygiénisme, et ensuite entre l’hygiénisme et les autres thérapies naturelles. Quelle est donc la différence fondamentale entre la médecine et l’hygiénisme ?

La différence fondamentale est que la médecine, elle combat les symptômes avec des poisons, et elle ne combat pas la cause, d’ailleurs elle ne comprend rien à la cause. Et puis la médicine dit que l’alimentation n’a rien à voir avec la maladie — ce que nous contestons formellement.


Selon vous, quelle est l’alimentation naturelle ?

L’alimentation naturelle est celle qui se rapproche le plus de l’alimentation des grands primates — c’est-à-dire le gorille, le chimpanzé, l’orang-outang. C’est-à-dire, il n’y aura pas ou presque pas de produits animaux, ni viande, ni poisson, ni huîtres, ni fruits de mer, et il n’y aura pas non plus de céréales, parce que l’homme n’est pas un granivore. Shelton a publié le tableau d’anatomie et de physiologie comparées, que j’ai reproduit dans mon livre « La Nutrition Hygiéniste ». D’après ce tableau, qui a été proposé par les grands physiologistes du siècle passé, français, allemand, comme Cuvier, l’homme est frugivore. Il n’est pas carnivore, ni omnivore, ni granivore. Granivore c’est-à-dire qui mange des graines et des céréales. Les céréales comprennent le pain, les sandwichs, les galettes, les pâtes, etc.


Donc il reste les fruits, les légumes...

Il reste tous les fruits, tous les légumes, et les racines, comme les pommes de terres, les topinambours, les ignames.


Et les noix ?

Et les noix. Mais je ne suis pas d’accord avec Shelton quand il donne 120 à 200 grammes de noix par jour — je trouve cette quantité excessive. Alors moi je limite à 20 ou 30 grammes, et pour les athlètes peut-être 40 grammes.


Et vous avez observé beaucoup de problèmes avec les gens qui mangent plus de noix ?

Évidemment, les noix (en excès) sont indigestes. Elles causent des selles putrides, des gaz. La plupart des gens qui mangent trop de noix ont ces problèmes-là.


Mais à un moment donné vous les aviez complètement éliminées ?

Au départ j’en mangeais comme Shelton le réclamait, mais quand j’ai vu que c’était tellement excessif, je suis allé dans le sens contraire, avec le docteur Lovewisdom en Equateur. Et puis après, dans le doute, j’ai adopté une position médiane avec un peu de noix en quantités limitées. Et qui dit noix dit aussi crème de sésame (tahini), etc.


L’alimentation hygiéniste exclue aussi les épices, le sel...

Ah oui, il faut exclure complètement les épices, les aromates, la moutarde, le poivre, le sel, et le tabac, l’alcool, le vin.


Donc c’est un retour à l’alimentation la plus simple possible ?

Oui, la plus simple possible. Et il faut en plus de cela surveiller les émotions vives, c’est-à-dire les fortes émotions, comme le chagrin, la colère, les soucis — bien tout ça peut causer la maladie, même si votre régime est parfait.


Si quelqu’un tombe malade, que doit-il faire, selon l’hygiénisme ?

Si quelqu’un tombe malade, selon l’hygiénisme, il faut chercher la cause. Et une fois qu’on a découvert la cause, il faut l’écarter. Mais le malade lui-même tout seul n’est pas capable de trouver cette cause. Parfois il l’imagine qu’elle est causée sa maladie par une chose, alors que c’est une autre. Surtout qu’il y a des priorités. Il y a des causes qui sont secondaires, qu’il faut complètement ignorer, et il y a des causes qui sont capitales, qu’il faut écarter en priorité.


Par exemple ?

Les causes principales ça peut être la peur, un très mauvais régime, ça peut être des abus alimentaires, de l’alcool, du vin avec les repas. Quand on boit du vin avec un repas, cela fait fermenter tout le repas qui passe le lendemain dans les selles en état de putréfaction, avec des gaz.


Et les cause secondaires ?

Bien les causes qui ne sont pas tellement importantes. Lorsque qu’on mange du riz une fois tous les 10 jours, c’est pas grave. Même si on mange un tout petit bout de viande tous les 15 jours, c’est pas grave. Mais j’exclus le poisson, car le poisson se putréfie très vite. Même si on mange rarement du poisson, je considère que c’est très nocif. Et les fromages aussi, il faut les supprimer.


Donc toutes ces causes secondaires, comme manger de la viande aux 15 jours, ce ne sont pas des choses que vous recommandez, mais vous dites qu’à cette fréquence, ça ne causera pas la maladie ?

Oui, évidemment, il vaut mieux éviter tout cela. Mais je tiens compte de la nature humaine. Elle peut être tentée. La chair est faible, comme on dit.


Et une fois qu’on a trouvé les causes ?

Il faut les écarter, les supprimer, et ensuite, si c’est possible, entreprendre une cure de jeûne, en sautant un repas, ou un jour, ou plusieurs jours.


Vous avez eu un centre de jeûne pendant longtemps ?

Oui, j’ai eu un centre de jeûne qui a fonctionné pendant 30-40 ans. J’ai surveillé environ 4000 jeûneurs.


Est-ce que vous pourriez nous donner quelques exemples de guérisons qui ont été vraiment miraculeuses ?

De guérisons miraculeuses... bien j’ai eu un monsieur de 60 ans qui était sourd, et quand je donnais des causeries tous les soirs aux curistes qui étaient chez moi — il y en avait entre 15 et 20, il regardait les oiseaux, il regardait le ciel. Il ne m’écoutait pas, parce qu’il était sourd. Au bout de 20 jours de jeûne, il me regardait, il me posait des questions, sa surdité avait déjà disparu.

Et puis j’ai soigné aussi par téléphone il y a un an, une dame suisse, en Suisse, qui avait un ulcère à l’estomac. Elle a fait une cure de 15-20 jours de jeûne, et son ulcère s’est guéri complètement, et elle est en parfait état actuellement. Voilà deux exemples.

Et puis j’ai un autre exemple qui est vraiment le plus terrible qui soit. Il y a un an, j’ai eu un monsieur, de mes adeptes, qui avait laissé de côté le menu hygiéniste et toutes les idées hygiénistes, et qui avait mangé comme tout le monde, avec de la bière, avec de la viande, avec tout. Il a pris 30 kilos. Il pesait finalement 90 kilos. Et il a eu une jambe qui commençait à lui faire mal, il a été voir un médecin qui lui a fait un test médical qui s’appelle le doppler, et il lui a dit : « Monsieur, vous avez un caillot. Alors le caillot peut monter au cerveau et causer une paralysie, ou monter au cœur et vous serez mort en quelques minutes ». Alors il lui a donné des anti-coagulants et des médicaments pour liquéfier le sang. Lui qui était contre les médicaments, il savait plus quoi faire. Il ne pouvait pas marcher 2-3 mètres sans avoir de fortes douleurs dans la jambe. Alors, il m’a appelé, et il a accepté de suivre un jeûne. Je l’ai fait jeûné 32 jours, à l’eau, il a perdu 20 kilos, il a arrêté avec beaucoup de difficultés les anti-coagulants et le médicament qui doit liquéfier le sang. Je dis avec beaucoup de difficultés parce qu’il avait une peur bleue que je me trompe. Si je me trompe, alors c’est la mort pour lui. Il allait dans les bibliothèques consulter des livres médicaux, il a demandé à des médecins de lui faire plusieurs examens, l’un après l’autre, tous des dopplers, et dans les dopplers on voit sur un écran, des images, des ombres, alors il faut vraiment être expérimenté pour comprendre exactement ces ombres-là et ne pas se tromper. Il avait peur que la doctoresse chez qui il faisait ses dopplers se trompe et ne trouve pas exactement si le caillot se trouve à l’endroit qu’elle avait précisé la fois d’avant. Alors, avec le temps, la doctoresse lui a dit, peut-être au bout de 5 examens, elle lui a dit « Votre caillot n’existe plus ».


Après le jeûne ?

Oui, après le jeûne. Ça ne l’a pas tranquillisé, parce qu’il avait toujours mal à cet endroit. Je lui ai dit, il faut patienter, ça va disparaître. En effet, le corps s’est rétabli, peu à peu, et actuellement il ne souffre plus de rien. Alors il m’a dit, textuellement, « Je suis condamné à suivre le menu hygiéniste. Je n’ai pas le choix ».


Vous avez connu beaucoup de gens qui essayaient de suivre le menu hygiéniste et qui sont revenu à la médecine dans des cas graves ?

Des gens qui suivent le menu hygiéniste à 100%, il n'y en a pas. Il y en a qui le suivent à 30%, 50%, ça varie selon les semaines et les mois. Alors une fois ils retombent avec la viande et le menu de tout le monde, ça les rend malades, ils comprennent, ils reviennent au menu hygiéniste —, ils vont et viennent plusieurs fois. La majorité des gens, c’est comme ça. C’est la nature humaine. Ce n’est pas blanc ou noir.

 

Mais avec le temps, les gens remarquent qu’ils se sentent mal quand ils reviennent au menu traditionnel ?

Oui, les gens le comprennent, ils le comprennent très bien. Mais entre la compréhension et l’application, il y a une marche très très vaste. Très vaste. Les gens veulent appliquer le menu hygiéniste, mais le souvenir des mets anciens qu’ils ont aimés, les sauces, les macaronis, tout cela, ça leur reste dans l’esprit, et de temps et temps ils ont des envies, vous voyez ?


Et il y a aussi le doute de la médecine ?

Aussi. Ils me téléphonent, je remets leurs roses à l’heure, mais ce sont les tentations qui sont les plus mauvaises.


Vous vous êtes occupés de cas assez graves. Est-ce qu’il y a beaucoup de naturopathes qui s’occupent de cas comme ça ?

Non, les naturopathes ne s’occupent pas des cas graves. Ils s’en lavent les mains complètement. La naturopathie, en principe, c’est pour prévenir la maladie. On vous dira, ne fumez pas, ne buvez pas d’alcool, etc. Mais quand le cas est grave, il ne s’en occupe pas du tout, ils laissent le malade à la médecine.


Et vous vous occuper de ces cas-là ?

Oui, je m’occupe de tous les cas, sauf de très rares occasions, et d’ailleurs ils ne viennent pas chez moi. Quand c’est vraiment mortel, et très grave, ils ne s’adressent pas à moi.


Est-ce que vous croyez que l’hygiénisme fonctionne dans tous les cas ? Y a-t-il des cas où les médicaments sont utiles ?

99,9% des médicaments sont des poisons et sont complètement inutiles. Mais je dois avouer qu’il y a une fraction vraiment, vraiment minime, pour laquelle je donne certains médicaments, et pas dans les doses habituelles, et ni dans les durées habituelles.


Comme par exemple ?

Comme par exemple en cas de cystite. La cystite est une maladie où la personne, d’habitude une femme, parfois un homme, a les urines qui brûlent. C’est une inflammation de la vessie. Si la personne commence à faire un jeûne, au bout de 1-2 semaines, la cystite disparaît. Mais chez certaines personnes, la cystite ne disparaît pas au bout de 20 jours de jeûne. Alors je suis obligé de leur demander d’aller voir un médecin, de préférence naturopathe. Il va leur prescrire des antibiotiques. Ils doivent les acheter. Alors le médecin leur prescrit l’antibiotique pendant 10 jours. Je leur dis de ne les prendre que durant 1 jour ou deux seulement, et la moitié de la dose que le médecin a prescrite. Vous voyez ça fait une quantité vraiment minime, et j’ai des résultats excellents de cette façon.

 

Mais tout cela c’est des choses qu’on apprend avec l’expérience ?

Oui, il faut beaucoup d’expérience pour savoir tout cela.


Et comment voyez-vous l’avenir de l’hygiénisme ?

L’avenir... [rire] Je ne peux pas y penser, parce que la médicine est envahissante. Je ne suis pas tellement optimiste. Moi je travaille pour les individus, mais pour la population en général, je ne suis pas optimiste du tout. Parce que si vous ouvrez la télé, ou la radio, ou les journaux, il y a une publicité incroyable pour les médicaments et pour la médicine.


Et vous avez vu au cours des années beaucoup de nouveaux médicaments, de nouvelles maladies...

Oui, il y a actuellement la maladie d’Alzheimer, dans laquelle le malade ne se rappelle plus de rien. Alors j’ai beaucoup de difficulté à soigner ces malades. Le dernier qui s’est présenté avec sa femme, il était d’accord pour jeûner. Deux semaines après il avait oublié qu’il était d’accord. Alors on ne pouvait plus le faire jeûner.


Est-ce que vous croyez que c’est réversible ?

Oui, je suis certain qu’on peut guérir ces malades-là. Parce que si vous purifiez le sang, le cerveau est un organe, comme tous les organes, il a besoin d’être nourri de sang pur. Si le sang est impur, le cerveau va tourner de travers. Il ne pourra pas fonctionner normalement.


À part vous, y a-t-il d’autres praticiens hygiénistes en France ?

Y en a pas du tout. Il y en a un ou deux qui disent qui sont hygiéniste, mais ce n’est pas vrai, ils sont plutôt naturopathes. Ils utilisent des méthodes que l’hygiénisme réprouve, comme par exemple la bio-respiration, qui est vraiment très nocive pour la santé, comme les massages, comme la psychanalyse, etc.


Qu’est-ce qui fait que l’hygiénisme ne s’est pas aussi bien propagé en France ?

La France a des lois médicales qui sont vraiment dictatoriales. Les fabriques de produits pharmaceutiques sont vraiment des bêtes. On ne peut pas aller contre elles. C’est pour cela que l’hygiénisme ne peut pas se développer. J’ai eu des ennuis depuis un an, exactement, des ennuis très graves avec les autorités médicales, qui m’ont défendu toute publicité pour les méthodes hygiénistes.


Depuis un an ?

Depuis un an et ça continue. Ça continuera jusqu’à la fin de mes jours. Je n’ai pas le droit de faire aucune annonce, aucune publicité pour les méthodes hygiénistes en général, c’est-à-dire mes livres. Dans ces conditions, comment voulez-vous que l’hygiénisme se développe ?


Vos livres ont quand même eu un certain impact ?

Très faible, en France.


Pourquoi dites-vous cela ?

Où voulez-vous que j’aille ? Je suis de culture française, quoique je ne sois pas français. Si j’étais en Angleterre, j’aurais beaucoup plus de liberté à pratiquer. Mais je ne suis pas de culture anglaise, quoique je parle l’anglais, mais pas parfaitement.

Les difficultés sont tellement fortes, que ça décourage n’importe qui de suivre la même voie, en France. Mais moi je vois qu’au Canada, quoique la population soit très très faible par rapport à la France, il y a beaucoup de maisons qui pratiquent le jeûne, il y a beaucoup de livres sur le jeûne, et ça m’a fait beaucoup plaisir.


Si vous pouviez résumer l’enseignement de l’hygiénisme en quelques phrases, comment le feriez-vous ?

En quelques mots, ça ne va pas couvrir toutes les idées. Il faut chercher à vivre une vie saine, et pour avoir la santé, on ne peut pas autrement que par la vie saine. Ni par les vaccins, ni par les médicaments, ni par aucun remède, il n'y a que la vie saine qui donne la santé. En anglais, ils disent, « Health by healthful living ». C’est beaucoup plus compact, et beaucoup plus correct, mais je n’arrive pas à le traduire en français d’une façon aussi compacte.

 

Pour rejoindre Albert Mosséri

Demandez des renseignements sur la revue "Le bon guide de l'hygiénisme" ainsi que les livres d'Albert Mosséri (plus de 20) :

Albert Mosséri
25, rue du Grand Pré
10290 Rigny-la-Nonneuse
France

Tel/Fax: 333-25-21-60-05

Want to Use This Article In Your Website or E-Zine? You can, as long as you include this blurb with it: “Frederic Patenaude, is the author of the best-selling e-book "The Raw Secrets". He is currently giving away free access to his private library of over 100 exclusive articles along with a subscription to his newsletter Pure Health & Nutrition. Visit http://www.fredericpatenaude.comwhile charter subscriptions last.”

 

 

Rappel : Monsieur Albert Mosséri nous a quitté le 11 février 2013 : http://www.conscience33.fr/HYGIENISME.html#HOMMAGE_A_ALBERT_MOSSERI


 

ENTREVUE AVEC DÉSIRÉ MERIEN

 

Cette entrevue est présentée au lien du site Nature-santé :
http://www.nature-sante.org/index.php?option=com_content&view=article&id=412:entrevue-avec-desire-merien-auteur-professeur-et-conseiller-hygieniste-&catid=15:entrevues&Itemid=22

Entrevue avec Désiré Mérien,

auteur, professeur et conseiller hygiéniste

 

http://nature-sante.org/images/stories/photo%20dsir%20mrien.png
Désiré Mérien

 

Comment en êtes-vous venus à faire profession de conseiller hygiéniste ?

Je me suis intéressé au jeûne en 1963 pour tenter de résoudre des problèmes de santé que j’avais encourus  suite à une vaccination au BCG.      
Par la suite, je me suis intéressé aux associations qui diffusent les méthodes de santé naturelle, ou qui militent pour la défense contre les rayonnements ionisants, la liberté des vaccinations, la préservation de la nature, etc.
J’ai alors fondé un mouvement semblable dans ma région, l’association Nature et Vie.

 

Comme plusieurs maîtres hygiénistes vous avez découvert puis étudié l’hygiène naturelle suite à des problèmes de santé personnels !

Suite à cette vaccination, je n’avais plus aucune énergie. J’ai dû suspendre mes études universitaires. Tous les traitements qu’on m’avait proposés ne semblaient qu’empirer ma situation. Jusqu’au jour où je suis entré dans une boutique de produits naturels : j’ai commencé à lire sur place certains ouvrages qui me donnaient un espoir. J’ai acheté une vingtaine de livres que j’ai étudiés avec la plus grande attention. J’ai commencé à appliquer ces méthodes et je m’en trouvais mieux. Solution ultime : j’ai pratiqué mon premier jeûne… Je suis demeuré dans la fonction enseignante. Une fois guéri je suis retourné aux études en biologie, une science qui m’apparaissait alors plus essentielle et plus intéressante. Et c’est ainsi que j’ai poursuivi ma carrière comme professeur de biologie. Pour partager mes découvertes j’ai fondé l’Association Nature et Vie.

 

Quels services avez-vous offerts sous la bannière Nature et Vie ?

Lors des premières années, nous avons soutenu de nombreuses causes écologiques dont celle de la diffusion de l’agriculture biologique. J’ai fondé la revue Nature et Vie, que je publie depuis plus de quarante ans, d’abord sur papier et maintenant en version numérique. Progressivement je me suis concentré sur la promotion de la santé naturelle, d’abord par le végétarisme, l’harmonisme puis par l’hygiénisme. Puis, peu à peu j’ai créé et animé un centre d’éducation à l’hygiène vitale dans mon village. Quelques années après, la demande augmentant, j’ai construit un centre plus grand pour recevoir plus de gens, jusqu’à maintenant. Durant toutes ces années, j’ai écrit et souvent édité plusieurs livres détaillés sur la santé.

 

Quel est le but de ce centre et comment fonctionne-t-il ?

Mes collaborateurs et moi y faisons une œuvre éducative. Nous y essayons les meilleures pratiques d’une bonne hygiène de vie. Comme ces procédés s’enseignent mieux par la pratique, j’y anime des formations sur l’alimentation, avec démonstration en cuisine, des cours sur la nutrition, l’élimination, l’équilibre énergétique, des séances de bio-respiration en petits groupes, etc. Tout naturellement notre Centre d’enseignement hygiéniste s’est transformé en Centre de jeûne. Ce que nous faisons depuis quarante ans.

 

Votre enseignement est à la fois traditionnel et original dans l’histoire des hygiénistes professionnels. Comment en êtes-vous parvenu à vos découvertes particulières ?

Je me suis intéressé de près aux compatibilités alimentaires, que j’ai analysées avec mes connaissances de professeur de biologie. J’ai tout naturellement introduit la méthode de jeûne par paliers alimentaires. Cette innovation s’est pratiquement imposée d’elle-même : certains résidents se disaient peu disposés à jeûner mais prêts à faire une certaine cure alimentaire : je leur suggérais d’éliminer les protéines, puis, à leur demande d’une nouvelle étape, souvent pour perdre du poids, de manger des fruits et légumes crus, puis, d’eux-mêmes plusieurs se mirent au jeûne. Et leur degré d’activité a également diminué en proportion de leur apport calorique.
De même pour la bio-respiration : j’ai observé un jeûneur qui respirait en hyperventilation : les gens autour étaient terrifiés. J’ai laissé agir la nature. Après une vingtaine de minutes, qui à plusieurs a semblé une heure, il s’est remis à respirer normalement… et a dit qu’il se sentait beaucoup mieux !
J’ai expérimenté cette pratique et j’en ai déduit qu’elle éliminait des tensions accumulées. J’ai donc proposé à mes résidents de l’expérimenter sous ma surveillance. Les effets furent bénéfiques.
Par la suite, constatant que plusieurs personnes n’obtenaient pas les résultats escomptés malgré un jeûne prolongé. Comme leurs difficultés semblaient provenir surtout de tensions psychologiques, j’ai appliqué des techniques d’analyse transactionnelle que j’avais étudiées et appliquées. Ainsi, pour obtenir un mental serein, j’ai mis au point la bio-analyse, indispensable pour accéder à une bonne santé. Nous appliquons encore ces méthodes avec succès.

 

Quels autres moyens avez-vous utilisés pour faire connaître l’hygiène vitale à ceux qui la recherchent pour se guérir ou pour amener leur famille à la santé optimale ?

Après avoir dispensé des cours oraux en hygiène vitale, j’ai mis au point par des formations  par correspondance. Puis nous avons mis en place un lieu de rencontres et d’entretiens hygiénistes sur Paris. Encore maintenant, nous assurons une permanence les premières fins de semaines de chaque saison.
Toute cette progression s’est faite lentement et a évolué selon les besoins et les demandes. Toutes ces activités, stages, cours, publications, consultations, etc. fonctionnent. Et maintenant notre grand projet est de créer une grande librairie numérique hygiéniste Nature et Vie.

Concrètement, comment se déroule un stage typique à votre centre ?
A Nature et Vie les séjours de détoxination se pratiquent selon la  technique des paliers alimentaires. A leur arrivée, les résidents peuvent réduire leur alimentation. Naturellement, chaque résident peut demeurer également en alimentation solide ou y revenir à son gré, à tout moment selon son désir. A l’issue de sa période de détoxination, le résident remonte en alimentation en utilisant les paliers inversés. La nourriture proposée comporte une base de fruits et légumes. L’alimentation est prise en respectant les associations alimentaires.
Des séances de relaxation utilisant la respiration, pour évacuer les tensions physiques, psychiques, et libérer les émotions, sont proposées quotidiennement. Les résidents peuvent y participer facultativement, en groupe ou en individuel. Ces séances se terminent par un temps de relaxation musicale, puis par celui du partage des expériences vécues. Des séances de gestion du stress sont réalisées en individuel, à la demande facultative des résidents. Le coût des séances est en supplément de celui des séjours.
Les séjours de détoxination ont lieu toute l’année. On doit réserver avant de venir. L’alcool, le tabac, l’encens et les drogues sont prohibés. Notre centre est installé dans un village de Bretagne, située à 1 km de la mer. Des étages on aperçoit l’océan atlantique. On accède aux plages par une marche d’une trentaine de minutes. C’est un lieu de tranquillité et de ressourcement. De nombreuses promenades existent tant sur le littoral que sur les parcours de randonnées pédestres. Il existe aussi des sorties en mer. La nourriture proposée au Centre lors de la réduction et de la reprise alimentaire est exclusivement végétarienne. Nos chambres pour une ou deux personnes sont confortables avec chauffage central, eau chaude, téléphone, ordinateur, internet, etc.

 

Vous continuez d’écrire ?

Mon nouveau livre Les associations alimentaires compatibles vient d’être publié aux Éditions Lanore. Ce tome 2 présente les menus et recettes de l’alimentation raisonné et de nouveaux textes sur le devenir de l’alimentation humaine. Il est en vente en librairie et sur notre site.

 

Quelles activités poursuivez-vous pour faire connaitre l’hygiène vitale ?

Nature et Vie participe à plusieurs salons bio écologiques, tels que Médecine douce et Marjolaine à Paris. En fait, ce sont nos collaborateurs encadrés par  Roger le Madec-auteur hygiéniste du livre Un esprit sain dans un corps sain - qui tiennent ces stands. C’est l’occasion de parler de santé authentique à des gens qui recherchent des approches naturelles pour leur santé. Plusieurs de mes diplômés offrent des activités variées dans leur région : jeûne actif, randonnée, combinés avec des cours sur l’hygiène vitale.
Je continue d’exposer sur mon site www.nature-et-vie.fr les fondements et les applications de l’hygiène vitale, non seulement je traite du jeûne et de l’alimentation mais bien sûr d’équilibre psychologique et des méthodes naturelles pour y parvenir. C’est un sujet sans limite qui me passionne encore.              
Ces ouvrages sont visibles en rubrique librairie sur notre site.


 

ENTREVUE AVEC ANDRÉ PASSEBECQ

 

Cette entrevue est présentée au lien du site de Satoriz : http://www.satoriz.fr/les-entretiens/Andre-Passebecq-:-la-naturopathie/article-sat-info-175-5.html ou du
blog Neptun Âme : http://neptuname.over-blog.com/article-andre-passebec-entretien-de-2002-extraits-65602656.html

Photo
Photo extraite de la vidéo :
http://www.metacafe.com/watch/625674/dr_andr_passebecq_mednat_lausanne_suisse_avril_2000/ ou
http://video.vefire.ru/Dr_Andre_Passebecq_-_MEDNAT_Lausanne_Suisse_avril_2000-v4000667846.html


Entrevue avec André Passebecq

André Passebecq - entretien de 2002 - extraits

 

“Celui-là est digne de la liberté et de la vie, qui doit les conquérir chaque jour”. Cette citation de Goethe figure sur la carte postale que nous a envoyée André Passebecq pour confirmer notre rendez-vous. A n’en pas douter, il l’a faite sienne. La vie d’André Passebecq est faite de combats et de courage et à 82 ans, il envisage l’avenir avec sérénité et détermination. Nous fûmes reçus à Gréolières, sur les hauteurs de l’arrière pays niçois, au centre “Vie et Action”. Monsieur Passebecq avait pris soin de nous réserver sa journée malgré son abondant travail. Qu’il en soit remercié.

C’est “grâce” à la maladie que vous en êtes venu à la médecine naturelle. Pouvez-vous nous raconter votre histoire ?

On devait m’opérer d’un un ulcère gastrique proche de la perforation et d’un début de cancer de l’estomac (néo-formation), à 29 ans. Il se trouve que j’avais vu mourir ma grand-mère heureuse et sereine, et mon père au contraire dans d’atroces souffrances. Celui-ci était revenu de la guerre avec des rhumatismes et prenait beaucoup de médicaments pour les soigner, ces médicaments engendrant de terribles maux d’estomac… On a voulu m’opérer, ce que j’ai refusé, préférant mourir naturellement comme ma grand-mère, que soigné comme le fut mon père… Ce choix a déterminé toute mon existence. Je suis allé me soigner en Angleterre, et en trois mois, je me suis trouvé bien, notamment grâce à une nourriture très réduite. C’est Horace Jarvis qui me suivait, et après m’avoir enseigné la méthode de la Naturopathie Fondamentale, il m’a demandé de la transmettre. Je me suis formé en 6 ans.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre début de cancer ?

J’étais alors officier affecté dans la Sarre, en Allemagne, juste après la guerre. C’était la nourriture militaire de l’époque, les boissons de l’époque, avec notamment ces apéritifs allemands totalement synthétiques… Le vin du Rhin était bourré d’anhydride sulfureux, on tuait le sanglier avant d’en consommer le pâté, on fumait beaucoup, on buvait, une vie terrible… Le résultat, ce fut “ulcère pour tout le monde” dans mon unité militaire ! Le mien a évolué…

Votre compagne, Yolande Buyse, (auteur d’excellents livres sur les méthodes naturelles), est également venue à la naturopathie suite à de graves ennuis de santé. Doit-on être malade pour accéder à la sagesse ?

Oui !… Sauf pour ceux qui ont la chance d’avoir des parents qui les informent. Mais on n’a pas la sagesse, jeune. Il faut passer par des périodes difficiles pour comprendre. Il faut avoir vécu. Alfred de Vigny écrivait dans “La mort du Loup” : “Et nul ne se connaît avant d’avoir souffert”. Se rétablir, c’est le commencement de la connaissance. Je me méfie des gens qui disent ne jamais avoir été malades.

La maladie est-elle donc positive ?

Elle n’est à considérer négativement que lorsqu’elle vient de traitements incorrects, d’intoxications, de vaccinations. Dans le cas contraire, elle développe nos défenses immunitaires. C’est comme l’orage : il fait plus lourd, on sent la tension, les insectes bourdonnent et les mouches piquent… Un éclair, et on se sent mieux. L’orage remet le temps, la crise remet nos défenses immunitaires en forme, on se connaît mieux…

Ce n’est pas l’acception généralement admise du mot “maladie”…

C’est pourquoi nous préférons le mot “biogonie” pour la nommer. Du grec “bio”, la vie, et “agon”, la lutte. Ce n’est pas une lutte contre la mort, mais pour la vie ! Nous distinguons la biogonie dynamique de la biogonie a-dynamique : dans la biogonie dynamique, la fièvre est de 38°5 ou 39°, et nous n’y touchons pas. Vive la fièvre ! L’organisme fait le nécessaire pour sa survie, pour sa réparation. 
Dans la biogonie adynamique, la fièvre est moins forte, elle ne joue plus son rôle. Seule l’adoption de mesures d’hygiène vitale peut être bénéfique. Mais dans un cas comme dans l’autre, nous ne faisons pas baisser la fièvre.

Cette pratique est carrément à l’opposé des préconisations médicales officielles !

Mais c’est pourtant scientifiquement prouvé. Les recherches ont été faites… à l’Institut Pasteur, par le Professeur André Lwoff, prix Nobel de médecine dans les années soixante-dix ! A 39°5, les bacilles, colibacilles et même certains virus sont détruits par la fièvre. Il l’a écrit, il a fait de nombreuses conférences, “La fièvre est le meilleur remède”. Mais ça n’a pas été du goût de tout le monde… Son travail a été étouffé. Lorsque j’ai enseigné à la faculté de Paris XIII, j’ai demandé au bibliothécaire de rechercher ses écrits. Il ne les a pas trouvés à Paris, il a donc entrepris de les rechercher dans les autres facultés. Rien ! Ses travaux ont été mis sous le boisseau. André Lwoff a touché à trop gros. La fièvre, c’est la poule aux œufs d’or de l’industrie pharmaceutique, c’est un point sensible. Je suis arrivé à publier par la suite ces travaux dans la revue “Vie et Action”, ce dont je fais volontiers mon titre de gloire. La fièvre, c’est un point capital de la santé !

Quels sont justement, selon vous, les grands principes de la santé ?

Il y en a sept, que je propose de mémoriser avec “les sept S”.
• Premier S, comme Symbiose alimentaire. C’est le principe de base. Le carburant doit être de qualité, que ce soit l’aliment, l’eau ou l’air.
• Le deuxième S, c’est la Sédentarité. Veillons à alterner mouvement et repos, sans oublier l’importance de la respiration.
• Et le troisième, c’est le Stress, à gérer soigneusement. Si l’un de ces trois grands principes n’est pas respecté, des problèmes apparaîtront. 
• Le quatrième S, c’est la Situation : est-ce que le lieu que j’habite est sain, agréable, est-ce que mes vêtements respectent ma peau ? De même la situation affective : je m’éloigne d’une personne avec laquelle j’ai des difficultés à cohabiter, même si je l’aime. S’éloigner n’empêche pas de se retrouver et de chercher des solutions. 
• S, comme structure. Qu’elle est la structure de mon corps, qu’est-ce que j’en ai fait ? Os, muscles, structures nerveuses, amalgames dentaires au mercure (qu’il faut enlever avec précaution) !
• Sexualité : qu’elle s’exerce dans un cadre harmonieux.
• Suppression : médicaments, café, alcool (à l’exception d’un peu de vin bio !)… On doit supprimer le lait et le gluten en cas de catarrhe*. Dans le cas contraire, veiller à ne pas trop en consommer. La santé passe souvent par la modération.

Et quels sont les grands défauts de la médecine officielle ?

L’ignorance, la croyance et le fric !
- L’ignorant ne connaît pas les médecines naturelles : il veut détruire le microbe. Et pour cela, il dispose d’un arsenal thérapeutique. L’arsenal est un terme guerrier, et nous ne voulons pas faire la guerre. L’organisme fait le nécessaire ! D’ailleurs, les microbes, il y en a partout : dans la gorge, dans l’anus, la flore intestinale : nous avons des colibacilles dans l’intestin ! C’est la flore intestinale qui forme un aspect essentiel de nos défenses immunitaires ; elle fabrique même la vitamine B12, pour peu que l’on mange de bons fruits et légumes bio, riches en celluloses indispensables. 
- Quant à la croyance, elle concerne ceux qui attendent tout des médicaments. Ce peuvent être des âmes pures, mais…
- Le fric : pour parvenir au pouvoir. Ces trois principes caractérisent la médecine actuelle. On apprend beaucoup de choses en fac de médecine, mais le diagnostic conduit trop vite à la chirurgie et aux médicaments ! Médecine et pharmacie ont partie liée ! 

Vous ne trouvez rien de positif dans la médecine actuelle ?

Si, notamment dans le domaine de la recherche. Mais les informations obtenues sont souvent corrompues. La médecine ne tient pas entièrement compte des recherches ; elle les détourne pour les utiliser à son avantage. Dans le domaine des vaccinations, entre autre, lisez donc le livre “Vaccinations, les vérités indésirables” de Michel Georget (Editions Dangles).

Et dans le domaine de la médecine naturelle, fait-on des progrès ?

Je me réfère souvent aux pionniers, à ceux qui ont “osé”. Il faut agir avec prudence. Les faits qu’ils ont rapportés sont crédibles. Lorsqu’une nouvelle situation se présente, on applique un principe à de nouvelles pathologies, et on arrive souvent à trouver les causes qui les déterminent. Les myofasciites à macrophages, par exemple : elles viennent probablement de l’aluminium, notamment celui qu’on trouve dans certains vaccins.

N’avez-vous jamais eu de problèmes avec le corps médical ?

C’est arrivé plusieurs fois... L’une d’entre elles m’a d’ailleurs finalement été favorable : j’étais venu en aide à une fille de médecin belge qui avait tenté de se suicider. Je me suis contenté de l’écouter et de l’orienter professionnellement, ce qui lui a réussi : elle est devenue kinésithérapeute et a trouvé son équilibre. On m’a poursuivi pour cela : exercice illégal de la médecine… Un doyen de la faculté en a eu vent, et j’ai été chargé de cours de naturothérapie pendant 12 ans dans cette faculté… 
Plus récemment, j’ai été attaqué parce que je propose une méthode anti-tabac : le fumeur serait un malade justifiable de la médecine ! Ce n’est pas mon avis.

Comment se passait la formation des médecins ?

On m’a demandé de préparer un programme de trois ans, et j’ai formé 300 médecins. Je les formais en naturothérapie, terme utilisé pour ne pas confondre avec la naturopathie, qui n’est pas exercée par des médecins. Il est bon dans cette formation d’appliquer quelques principes, dont ceux d’Hippocrate : “En premier lieu, ne pas nuire” ! Prescrire une vitamine en cas de fièvre, de la vitamine C principalement, tout praticien peut le faire ! Et c’est justement ce qu’il ne faut pas faire, car à partir du moment où on a bousculé un équilibre, on ne sait pas où l’on va. 
Il faut également apprendre à chercher la cause, et la cause de la cause : lorsqu’un diabétique mange du sucre, il va mal. Mais pourquoi mange-t-il du sucre ? Que s’est il passé dans son enfance, quels liens ses parents ont ils établis avec les sucreries ? Prenez un autre problème, celui de l’alcoolisme en Normandie : où l’on ajoutait fréquemment de l’alcool dans les biberons… L’habitude dans le jeune âge devient une seconde nature.

Votre rapport à la médication, même naturelle, doit les surprendre !

C’est l’occasion de rappeler quelques-unes de nos formules. Par exemple, à propos de tout médicament : “Et après ?”. Qu’il soit efficace ou pas, un médicament puise sur les réserves énergétiques et il est un poison : il ne peut favoriser la vraie guérison. 
“Le corps sait”.
“Pas d’arsenal, pas d’armes”…

Votre enseignement passe maintenant principalement par le biais de l’association “Vie et Action”. Qu’elle est sa vocation ?

J’ai fondé Vie et Action en 1960, pour succéder à “Hygiène et science”, qui avait été fondée en 1954. Le but de Vie et Action, c’est de faire connaître la Médecine Naturelle Fondamentale, celle d’Horace Jarvis, qui m’en a transmis le flambeau. “L’hygiène Vitale”, même s’il faut parfois se méfier de ce terme parce que d’autres l’ont utilisé, et pas toujours à bon escient.

Quels types de praticiens formez-vous ?

Des hygiénistes. Ce sont des conseillers en hygiène et en nutrition. Cette formation se fait par le biais de stages. Nous formons également des naturopathes, avec des cursus plus longs et plus exigeants.

Quelles sont leur sphère de compétences et d’action ?

Pas de diagnostic médical, pas de pronostique, pas de médicaments, même dits naturels. Ils ne “singent” pas le médecin.

Ces naturopathes sont-ils reconnus ?

Ils le sont en Angleterre, au Canada, aux Pays bas, en Allemagne, Italie et Espagne, et dans quelques Cantons Suisses. Le cas de la France est à l’étude au niveau de l’Europe.

Le mot “Naturopathie” vous semble-t-il être un terme approprié ?

Il provient de l’anglais, langue dans laquelle le mot “path” signifie “le chemin”. La naturopathie, c’est donc le chemin qui mène à la santé. En français, c’est vrai qu’on l’entend dans le sens “pathos”, ce qui n’est pas forcément heureux.

Le fait de ne pas être médecin vous pose-t-il un problème de crédibilité face au corps médical ?

Après ma formation à Londres, j’ai obtenu un titre M.Dr : Doctor of Medicine, à la Columbia University, aux Etats Unis. Ce qui me donne le droit d’exercer la médecine partout, sauf en France ! J’aurais pu demander une équivalence, mais je ne l’ai pas fait : il faut savoir qu’un médecin naturothérapeuthe formé à Bobigny peut être poursuivi s’il ne donne pas de médicaments. Le Conseil de L’ordre veille ! Je préfère, en France, ne pas être médecin et pouvoir continuer à dire et faire ce que je veux. D’ailleurs, je considère que je ne pratique pas la médecine, mais plutôt de la non-médecine ! Je ne fais pas la guerre. Je prétends que le respect de toute forme créée est essentiel au maintien de la santé et à son rétablissement, de même qu’à la santé et à l’harmonie des groupes humains et de leur environnement.

Pensez-vous que la médecine changera ?

Oui. Elle est déjà en mutation profonde.

Notre dernière question sera un peu plus légère : si vous aviez à retenir un tableau, un livre et un disque, lesquels choisiriez-vous ?

- Le tableau : mon frère Claude était graveur, il a réalisé certaines gravures des billets de banque français (mais pas ceux de l’euro) ! Il est aussi peintre, dans la lignée des flamands. Affectivement, je choisirais un de ses tableaux où il se représente à l’âge d’environ vingt ans.
- Le livre : je choisirais Victor Hugo. Toute son œuvre, très courageuse.
- Le disque ? De la chanson, certainement. Ou la Pavane de Gabriel Fauré, formidable lorsqu’elle est bien jouée. Où encore “La rose rouge”, de mon cousin André Messager (Auteur d’opérettes qui furent célèbres).


 

 

Livre : LA SANTÉ PAR LA NOURRITURE
par Albert Mosséri

 

LA SANTÉ PAR LA NOURRITURE
L’ART DE SE NOURRIR POUR SE FORTIFIER
- Orthotrophie (= nutrition correcte) - (Sommaire et Extraits)

A.I. Mosséri 1953, 1964, 1974 © 1974 Le Courrier du Livre – Paris - 416 pages

Avertissement de l’auteur de ces « extraits » : les textes choisis sont volontairement subjectifs.
Les phrases sont extraites du livre.
Merci de respecter le copyright concernant les phrases extraites du texte du livre.

Ce livre peut être acheté d'occasion, par exemple sur le site de Price Minister :
http://www.priceminister.com/offer/buy/72257011/La-Sante-Par-La-Nourriture-L-art-De-Se-Nourrir-Pour-Se-Fortifier-La-Sante-Par-La-Nourriture-L-art-De-Se-Nourrir-Pour-Se-Fortifier-Livre.html


Télécharger au lien : http://www.aryanalibris.com/index.php?post%2FMosseri-Albert-Isaac-La-sante-par-la-nourriture


 

Écrit en 4ème de couverture :
… Dans cet important travail de synthèse hygiéniste, Albert Mosséri apporte des réponses pratiques aux problèmes que pose l’alimentation comme facteur de santé.
Suivant en ceci la voie ouverte par les travaux du Dr H.M. Shelton, le propos de ‘auteur n’est pas de susciter quelque croyance aveugle dans une pratique miraculeuse mais plutôt une étude réfléchie et une pratique éclairée des principes de vie saine.

o O o

Cet ouvrage est constitué, pour les deux premières parties par L’Art de se nourrir pour se fortifier, dont c’est la 4ème édition, et pour la 3ème partie par La Santé par la nourriture, dont c’est la 5ème édition revue et complétée.

P R E M I È R E   P A R T I E (L’Art de se nourrir pour se fortifier)

DU RÉGIME D’ÉPICURE (page 5)

     Les gens ressentent-ils le plaisir au même degré ? – La joie de vivre contre le plaisir

LA SCIENCE DES CADAVRES VAUT-ELLE POUR LES VIVANTS ? (page 6)

     Les hygiénistes ne tombent pas malades

COMMENCE PAR ME DIRE CE QUE TU MANGES ET JE FINIRAI PAR TE DIRE CE QUE TU ES (page 7)

     De omni re sribili et quibusdam aliis – Un changement brusque – Histoires vécues – L’énigme du cuirassé allemand – Les excès de la table

LES ALIMENTS FRELATÉS (page 12)

     Causes de maladie

DIS-MOI CE QUE TU MANGES JE TE DIRAIS QUI TU ES (page 14)

     Faut-il manger comme tout le monde ? – Ce qu’on prend au petit-déjeuner – Le thé et le café – Les sandwiches – Le pain

LES ŒUFS  (page 17)

     Anaphylaxie – Qualité des œufs – Le blanc d’œuf – Maladies provoquées par le blanc d’œuf pris en excès – Le jaune d’œuf

A-T-ON IDÉE DE SE NOURRIR DE CADAVRES (page 20)

     L’homme est frugivore – Civilisation et végétarisme – Santé des végétariens – Anaphylaxie. Ne vous trompez pas – Comment manger la viande – Pour les mal portants


LES SUCRERIES (page 23)


LES BOISSONS À BASE DE COLA (page 24)

     Une grosse entreprise contre la santé publique – Teneur en poison – Dérangements provoqués

L’ALCOOL (page 26)

EST-CE QUE VOUS FUMEZ ? (page 27)

     Poison de l’intelligence – Teneur en poison

COMMENT LES ÉMOTIONS AFFECTENT LA SANTÉ ? (page 28)      

     Le fisc – D’autres exemples – Les émotions – Conseil pratique – Maladies causées par les émotions

LA FAIM (page 31)

     Comment reconnaître la faim

LES VITAMINES NE SE DÉBITENT PAS EN PAQUETS DANS LES PHARMACIES (page 32)

     Complétines épithéliogènes (ou vitamines « A » antixérophtalmique) – Complétines névrogènes (vitamines « B1 » ou anti névrotique) – Complétine riboflavine (vitamine « B2 ») – Complétine « C » (vitamine « C » ou antiscorbutique) – Complétine ostéogène (vitamine « D » ou antirachitique) – Les autres vitamines

LA CUISSON TUE LES ALIMENTS (page 34)

     Visage de la superstition – Pour exorciser les microbes – La cuisson détruit les vitamines – Les vitamines mortes – Expériences édifiantes – La cuisson fait perdre aux aliments leurs éléments nutritifs

QUELS SONT LES ALIMENTS NOURRISSANTS ? (page 38)


COMBINAISONS ALIMENTAIRES (page 39)

     Comment manger les fruits – Le petit-déjeuner – Exemple – Les noix - Difficultés

LISTE DES ALIMENTS SAINS (page 42)


MENU SAIN (page 44)

     Matin – Midi – Soir

AVERTISSEMENT (page 44)


LES CURES DE FRUITS (page 45)

LE JEÛNE (page 45)

     Consensus omnium – désintoxication et purification – Orgie et frugalté – Le médecin doit se mettre à l’école de la nature – Les prophètes et les rois – Pour la santé – La grève de la faim – Sustine et abstine

DES RAPPORTS SEXUELS DURANT LA GROSSESSE ET L’ALLAITEMENT (page 50)

     La nature animale s’adapte mais à quel prix ? – Comportement sexuel des animaux – Chez l’homme – Conséquences

DE L’ACTE SEXUEL (page 52)

     Principe d’hygiène – Les plaisirs de la chair – Comportement sexuel des animaux – Chez l’homme

COMMENT JE ME SUIS GUÉRI ? (page 54)

     Diabète, tension et foie maladie – Angine de poitrine – Guérison – La médecine

D E U X I È M E   P A R T I E (L’Art de se nourrir pour se fortifier)

HISTORIQUE (page 57)

      Le précurseur – Superstitions – Les non-conformistes – Fabricant, chimiste et médecin : un cercle vicieux

COMPOSITION DES ALIMENTS (page 59)

      Les protides – Fonction des acides aminés dans le corps humain – Les protéines végétales contre les protéines animales – Les glucides – Maladies provoquées par l’abus de farineux – Les corps gras (lipides) – Crèmes pour la peau – Les sels minéraux organiques et les vitamines

     … Les protéines végétales contre les protéines animales
     … Les savants Berg et Hindhede ont prouvé que les protéines des pommes de terre conviennent mieux à l’homme que celles de la viande…  
     … Les protéines renfermées dans les légumes et les feuilles vertes sont de très bonne qualité…  

 

DÉFENDS TA PEAU CONTRE TON MÉDECIN (page 67)

      Un non-sens universel – Amicus Pastur, Sed Magis, Amica Veritas – Les prostitués de la médecine

LES CALORIES, CHINOISERIE MÉDICALE (page 69)

      La théorie des calories – Les impondérables – La preuve par 9 – Ingérer n’est pas digérer – Le cuirassé allemand – Le démiurge de Chaman

LES CARENCES ET LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES (page 75)

      Absorption bloquée – Le sel

Absorption bloquée
     … On voit donc que la plupart des carences alimentaires proviennent, non pas de carences dans les aliments mêmes, mais d’une absorption bloquée, paralysée.
     Pour remédier aux carences, il suffira de remettre en état la muqueuse intestinale par la suppression de tous les poisons : sel, café, thé, etc., et aussi par le respect des règles hygiénistes qui assurent une bonne digestion (combinaisons alimentaires, repos avant et après le repas, quantités selon le pouvoir digestif, etc.). En effet, toute mauvaise digestion engendre une fermentation ou une putréfaction dont les poisons nombreux finissent par bloquer la résistance de la muqueuse intestinale et bloquer l’absorption.
     L’arrêt de tous ces poisons extérieurs ou formés à l’intérieur suffira pour remettre en état la muqueuse intestinale. Néanmoins, le jeûne surveillé durant quelques semaines accomplira rapidement ce qui autrement prendrait plusieurs mois, ou davantage…

 

L’HOMME CREUSE SA FOSSE AVEC SES DENTS (page 77)

      Notions nouvelles de trophologie (science de la nutrition) – La poule aux œufs d’or – Mystère de la vie – Viande, poisson, œufs, légumineuses, etc. – Pain, macaronis, riz, sucre, pâtes, etc.

     … Pain, macaronis, riz, sucre, pâtes, etc
     … Passons aux corps amylacés…
     La fermentation des corps amylacés ressemble à l’alcoolisme chronique. Elle donne du gaz carbonique, de l’alcool, de l’acide acétique et de l’eau. Elle produit une auto-intoxication chronique des tissus qui finit par les indurer…

 

LES CÉRÉALES (PAIN, MACARONIS, RIZ, etc.) (page 81)

      Pauvres en sels minéraux – Pauvres en vitamines – Indigestes – Facteurs d’acidité – Conclusion

     … Facteurs d’acidité
     … Le riz, qui est la meilleure de toutes les céréales est consommé par la moitié de la population du globe…
     … Conclusion
     … Les céréales ne forment pas l’aliment naturel de l’homme et ne sont pas nécessaires à la santé et à la vie…
     … Le miel n’est pas destiné à l’être humain qui le vole aux abeilles…

 

LE MIEL (page 87)


LE LAIT (page 87)

      Pour les enfants – Pour les adultes

     … Pour les adultes
     Le lait n’est un aliment sain pour aucun enfant après 8 ou 9 ans…

 

L’HUILE DE FOIE DE MORUE ET D’AUTRES POISSONS (page 90)

Cette graisse est à condamner…


LES PRODUITS ANIMAUX ET LE COTÉ ÉCONOMIQUE (page 91)

      Moralité des carnivores

LA BOISSON (page 93)

      Pour les bébés – Pour les adultes – Faut-il boire en mangeant ? – L’eau distillée – Les eaux salines – Les eaux droguées

     L’eau pure est la seule boisson digne de ce nom. Les autres liquides sont, ou des aliments, ou des poisons. Quant aux jus de fruits, ce sont des aliments et ne seront pas pris au même titre que l’eau…
     … La meilleure est l’eau des pluies ou l’eau distillée…
     … L’homme qui se nourrit de fruits et de légumes n’a pas besoin de boire, car ces aliments contiennent une grande quantité d’eau très pure…

 

LES SELS MINÉRAUX (page 98)

      Les minéraux médicamentaires

LES VITAMINES (page 99)

      Provenance des vitamines – Facteurs destructeurs des vitamines – Aliments dépourvus de vitamines et de minéraux – Extraits de vitamines – Nos besoins quotidiens en vitamines – Utilisation des vitamines – Stultarum infinitus est numerus – Expériences ahurissantes – Les facteurs inconnus – Conclusion – La fabrication des vitamines – Toxicité des vitamines – Les guérisons par les vitamines – Inutilité des expériences de laboratoire – Symbiose

     … Aliments dépourvus de vitamines et de minéraux
     La farine blanche.
     Le riz décortiqué et poli. (riz non complet)
     Le sucre blanc.
     Les confitures.
     Les gelées.
     Le lait pasteurisé.
    Les sirops raffinés.
     Les fruits en conserve sulfurés, etc…

 

LA LOI DU MINIMUM DE LIEBIG (page 111)

      Énoncé – Exemples – Dans le règne végétal – Substances antagonistes – Observations

LES ALIMENTS ORGANIQUES (page 114)

      Le fer – Le phosphore – Le soufre – Le calcium – L’iode – Le chlorure de sodium – Les alcalins – Homéopathie et biochimie

     … Homéopathie et biochimie
     … Un médecin qui se respecte, même s’il en doute dans son for intérieur, prescrit à tour de bras du calcium, du fer, de l’iode et tous les minéraux de la terre dans l’ordre alphabétique. Car il s’agit de contenter les malades avant que de les guérir. Même au risque d’empirer leur condition…

 

LA FAIM ET L’APPÉTIT (page 120)

      Ne jamais manger dans la douleur, le malaise physique ou mental et la fièvre

… DEUX RÈGLES D’OR
     1) Attendre une faim aiguë pour manger…
     2) Manger, mais s’arrêter juste à la satiété pas plus (Bien mastiquer, terminer une bouchée avant de passer à la suivante. Se lever de table léger.)…

 

LA CUISSON DES ALIMENTS (page 123)

      La cuisson – Comment choisir les aliments – Faut-il cuire les fruits et les noix ? – Préparation des légumes et plantes potagères – Cuisson des feuilles vertes – Cuisson des légumes – Cuisson des œufs, de la viande et du poisson – Les céréales (blé, avoine, etc.) – Les soupes – Ce qu’on ajoute aux aliments durant la cuisson

Les soupes
     Elles sont à déconseiller, vu qu’elles ne peuvent pas être mâchées et sont bues tout court.
     Lorsqu’on y ajoute des macaronis, du riz ou de la farine, les soupes sont plus malsaines, étant donné que le liquide entrave la digestion de ces corps amylacés en diluant les sucs gastriques. Toutefois, on peut parfois en prendre, mais avant le repas.

 

DESSERT OU PETIT-DÉJEUNER DE FRUITS (page 128)

      Les fruits acides sont-ils recommandables pour tout le monde – Le petit-déjeuner – Les fruits – Peut-on sucrer les fruits ? – Les conserves – Le dessert – Les jus de fruits - Les fruits secs – Les allergies – Les fruits – La genèse

     … Les fruits
Nous les classerons en trois catégories :
Acides : Oranges – Pamplemousses – Tomates – Fraises – Cerises – Prunes etc.
Mi-acides : Pommes – Poires – Abricots – Raisins – Pêches etc.
Doux : Dattes – Figues – Bananes séchées – Raisin doux – Goyaves – Mangues- Mûres etc…

     … Les jus de fruits
     … L’enseignement hygiéniste a toujours proclamé que les aliments devaient être pris tels quels dans l’état où la nature les offre.
     L’habitude de prendre des jus de fruits entre les repas surmène les organes digestifs, car ces jus sont des aliments…
     Si l’on a soif, il faut boire de l’eau pure et rien d’autre…
     Il faut noter aussi que la pulpe qu’on jette est aussi profitable au corps que le jus. Cette pulpe favorise la digestion du jus de fruits (Cannon), nettoie les intestins, prévient la constipation. Les jus passent trop vite pour être bien digérés…

     … Les fruits secs
     Les fruits secs sont supérieurs au pain. Mais il faut les éviter quand ils sont sulfurés.
     On peut les manger tels quels ou après les avoir trempés dans très peu d’eau qu’il faut également boire. Ne jamais les cuire.

 

LES FRUITS : NOURRITURE DES DIEUX (page 132)

      Les fruits aliments parfaits – Valeur des fruits – Le régime des fruits

 

T R O I S I È M E   P A R T I E (La Santé par la nourriture)

PROLOGUE (page 135)


LA RAFFINERIE NATURELLE DES ALIMENTS (page 137)

      Pas de nutrition sans digestion – Les enzymes – La digestion salivaire – La digestion gastrique – La digestion intestinale – L’indigestion

ABSORPTION DES ALIMENTS (page 147)


LES PLAISIRS DE LA TABLE (page 148)    

LES INFLUENCES MENTALES N’AFFECTENT PAS LES BIENS PORTANTS (page 150)

      Loi de Shelton sur les causes mentales – Le diabétique est susceptible aux chocs émotifs

LA SOUS-ALIMENTATION (page 152)

      Les causes physiques – Les causes sociales – Les causes diététiques – L’énervation engendre la toxémie qui entrave l’élimination – Les causes mentales

     … L’énervation engendre la toxémie qui entrave l’élimination
     La toxémie dérange la nutrition. Elle est causée par tout ce qui surmène les organes vitaux et épuise les réserves nerveuses, ce qui entrave l’élimination. C’est cet état de toxicité du sang qui est à la base des « maladies »…
     … « LA TOXÉMIE… La soi-disant maladie est l’effort de la nature pour éliminer les toxines du sang. Toutes les soi-disant maladies sont des crises de Toxémie. (Dr JHN H. TILDEN) »…

 

L’HYPO-ALCALINITE (page 156)

      Cause de l’acidité – La vieillesse est une « maladie » - L’alimentation saine favorise la longévité

MÉFAITS DES CONDIMENTS ET DES ASSAISONNEMENTS. LA MAGIE NOIRE CULINAIRE EST LE PRODUIT ADULTÉRIN DE LA MAGIE NOIRE MÉDICALE (page 160)

      Des épices et des afflictions qu’elles nous réservent – Les épices sont le sûr moyen de dévoyer le goût – En stimulant l’appétit, les épices engendrent la boulimie – Les épices entravent la digestion – Méfaits des condiments

     … Les épices sont le sûr moyen de dévoyer le goût
… Les condiments irritent les organes digestifs et entravent leur fonctionnement normal…
     … Il n’existe pas de saveur supérieure à celle des aliments naturels…

     … En stimulant l’appétit, les épices engendrent la boulimie
     Les condiments stimulent l’appétit ? Mais pourquoi le stimuler ? La stimulation artificielle est néfaste à l’organisme, tandis que la stimulation naturelle par l’odeur et la saveur est parfaitement saine…

 

LE SEL EST UN POISON (page 165)

      Un sel – Tout le monde n’en consomme pas – Le sel ne nourrit pas – Les animaux n’ont pas besoin de sel – L’homme n’a pas besoin de sel – La grande industrie du sel est une industrie nouvelle – Nocivité du sel – Le sel déprave le goût – Une envie pathologique – Le sel retarde la digestion – Le sel dérègle la nutrition – Le sel entrave l’excrétion – Polyurie – Œdème – Le sel et la chaleur – Les autres sels – Poison – Le sel organique et inorganique

DANGERS DE LA CUISSON (page 172)

      L’odeur des aliments et une dissipation des principes énergétiques – Les goudrons produits par la cuisson prédisposent au cancer – Cuisson et digestibilité

MEFAITS DES ALIMENTS DENATURES (page 181)

      Les plantes qui poussent sur un terrain déficient deviennent malades – Les animaux nourris d’aliments déficients deviennent malades – L’homme nourri d’aliments carencés devient malade – Méfaits de la farine blanche – Méfaits du lait pasteurisé – Méfaits du riz décortiqué – Méfaits des aliments frigorifiés – Les aliments dénaturés ne sont pas rendus sains par l’adjonction d’aliments naturels – Distribution des éléments dans les organismes animaux et végétaux – Le pain

LE PROLÉTARIAT ADOPTE LES MALADIES DES RICHES (page 190)


LA MÉTHODE DES DEUX REPAS (page 192)

      Ne mangez pas à satiété – Deux repas par jour – Pas de repas consistant le matin – Mangez lentement

LA FRUGALITÉ, FACTEUR DE SANTÉ (page 196)

      La gloutonnerie – Cause des excès de table – À l’attention des religieux, théosophes, spiritualistes, psychologues, etc. – Aux mal portants – Ne fixez pas les heures de repas – Anorexie – Quelle quantité manger ? – Les rations alimentaires

SEPT RÈGLES À OBSERVER (page 203)

      Règle n° 1 : Attendez la faim pour manger
     Règle n° 2 : Ne mangez pas sans tranquillité d’esprit
     Règle n° 3 : Reposez-vous avant et après le repas
     Règle n° 4 : Ne buvez pas durant les repas et supprimez les boissons chaudes et glacées
     Règle n° 5 : Mastiquez et insalivez bien vos aliments
     Règle n° 6 : Ne mangez pas « peu et souvent »
     Règle n° 7 : Si vous êtes hygiéniste vous pouvez manger juste avant de dormir.

 

CONCORDANCES ET DISCORDANCES ALIMENTAIRES (page 209)

      L’adaptation du suc digestif chez les plantes – Compartiments dans l’estomac ? – Le sucre, le miel et la mélasse – Les salades – Méfaits des discordances alimentaires – Les pires combinaisons…
     … L’adaptation du suc digestif chez les plantes
… Les règles qui vont suivre ont fait suffisamment leurs preuves pour qu’elles soient recommandables à tous, bien ou mal portants :
1) Ne prenez jamais un acide et un glucide au même repas. – Il ne faut pas manger, par exemple, les dattes, les pommes de terre, les bananes, le pain, les petits pois, ou tout autre glucide avec des fruits acides, tels que les agrumes, les tomates, etc…
2) Ne prenez jamais un protide et un glucide concentrés au même repas. – On ne consommera pas, par exemple, les noix, le fromage, les œufs, la viande ou tout autre protide concentré, au même repas que les fruits doux, les pommes de terre, les céréales, le pain etc…
     … Compartiments dans l’estomac ?...
3) Ne prenez jamais deux protides concentrés au même repas. – On ne consommera pas, par exemple, au même repas noix et viande, œuf et viande, fromage et noix, lait et noix, et ainsi de suite…
4) Ne prenez jamais les lipides avec les protides. – On ne consommera pas, par exemple, la crème, le beurre, l’huile, etc., avec les noix, le fromage, les œufs, la viande, etc…
5) Ne prenez jamais les fruits acides avec les protides. – On ne consommera pas, par exemple, oranges, tomates, citrons, pamplemousses, etc., en même temps que les noix, le fromage, les œufs, la viande, etc…
6) Ne prenez jamais les sucres et les amylacés ensemble. On ne consommera pas, par exemple, la confiture, le sucre, le miel, les sirops, les douceurs, les gelées avec le pain, les bananes, les pommes de terre. Sinon, la fermentation est inévitable…
7) Jamais deux farineux ensemble. - … Prenons à titre d’exemple le pain et les pommes de terre dont l’association est incompatible, donc malsaine…
8) Ne prenez jamais les melons et les pastèques avec aucun autre aliment. - …
9) Le lait doit être pris seul ou abandonné. - …
10) Pommes-dattes. - … Nous conseillons de les prendre peu après le repas amylacé.

MENU IDÉAL (3 repas)

Matin :
     Fruits frais en mélange (100g à 150 g)
     ou 1 jus
     ou 1 lait caillé sans sucre.

Midi :
     Salade verte (100 g à 500 g)
     Crudités (100 g à 500 g)
     Noix diverses (50 g à 150 g)
     ou fromages cuits (gruyère, conté (50 g à 250 g))
     ou fromage blanc frais (100 g à 300 g).

Soir :
     Légumes échaudés 5 minutes (200 g à 500 g)
     Pommes de terre bien cuites ou marrons (100 g à 200 g)
     Fruits secs doux (1/2 verre à 1 verre 1/2)

 

 

MENU IDÉAL (2 repas)

Matin :
     Rien ou 1 jus ou 1 lait caillé sans sucre.

Midi :
     Fruits frais en mélange (500 g à 1 500 g).

Soir :
     Salade verte (100 g à 500 g)
     Crudités (100 g à 500 g)
     Légumes échaudés 5 minutes (200 g à 500 g)
     Noix diverses (50 g à 150 g)
     ou fromages cuits (gruyère, conté) (50 g à 250 g)
     ou fromage blanc (100 g à 300 g).

Soir alternatif :
     Salades (laitue, épinards, scarole,…) (100 g à 500 g)
     Crudités (100 g à 500 g)
     Légumes échaudés 5 minutes (200 g à 500 g)
     Pommes de terre ou marrons bien cuits (100 g à 300 g)
     Fruits secs doux (1/2 verre à 1 verre 1/2).

 

Fruits secs doux : Bananes séchées, figues, raisins, dattes (pas de pruneaux, ni d’abricots). 
Ration de noix : 1/2 verre = 40 g environ
                              1 verre = 80 g environ

LES SÉQUENCES ALIMENTAIRES (page 227)

      Les aliments plus ou moins liquides – Le melon et les pastèques – Les fruits acides et mi-acides – Les sucres

LES TRANSITIONS VERS UN MENU  100 % CRU (page 233)

      Programme des transitions – Le tabac – L’alcool – Le café et le thé – Le chocolat et le cacao – La viande, le poisson, le poulet – Les sous-produits animaux – Les noix diverses – Les aliments cellulosiques – Le pain, les céréales

     … L’alimentation crue implique la suppression évidente des céréales et même de la viande laquelle provoque, heureusement, un dégoût chez la majorité à l’état cru…

POINT DE VUE DE SHELTON SUR LE CHANGEMENT PROGRESSIF (page 241)

      « La seconde nature » - Où se trouve la vérité ? – Où réside le danger ? – Un programme vers l’échec – L’erreur de diagnostic – Cesser de mentir par étapes

QUELQUES INDICATIONS POUR INDIVIDUALISER L’ALIMENTATION (page 250)

      Un principe – Les fruits (non azotés) – Les crudités – Temps de régénérescence et santé idéale

MANGEZ CRU (page 254)

      Les crudités protègent la santé – L’homme primitif et les animaux mangent cru – Bienfaits de l’alimentation crue – Les crudités sont cuites à point par la nature – La cuisson affaiblit les organes – Les crudités renferment des rayons ultra-violets – La manducation des crudités est une économie

VIANDE, CLIMAT ET ALIMENTS EXOTIQUES (page 260)

      Le climat – Les aliments exotiques – L’intellect – Ce qui convient à l’un ne convient-il pas à l’autre ? – Énoncé du principe physiologique général – Raisonnement par l’absurde

NI PAIN, NI CÉRÉALES (page 267)


NI PAIN, NI CÉRÉALES (suite)  (page 272)


COMMENT PRÉPARER LES SALADES (page 276)

… 1) La salade doit être composée de végétaux frais…                                                          
     2) Nettoyez bien les végétaux et les fruits
     3) Les végétaux ne doivent pas être coupés, écrasés, tranchés, hachés
     4) Gardez les fruits entiers ou coupez-les en grands morceaux dans la salade de fruits
     5) Les végétaux ne doivent pas être trempés dans l’eau
     6) Ne mettez pas tout le jardin dans la salade
     7) Les salades doivent être un festin pour les yeux
     8) Associez harmonieusement les composants de la salade entre eux, et par rapport au reste du repas
     10) N’employez jamais sel, vinaigre, jus de citron, ou tout autre assaisonnement dans la salade

 

LES PLANTES POTAGÈRES (page 282)

      Cuisson des plantes potagères – Artichauts – Asperges – Aubergines – Betteraves – Blettes – Carottes – Céleri en branches – Céleri rave – Chou – Chou-fleur – Chou de Bruxelles – Chicorée – Concombres – Cornes grecques – Courgettes – Épinards – Fenouil – Fèves vertes – Haricots verts – Laitue – Navet – Persil – Poireau – Pois – Poivres doux – Pomme de terre – Pourpier – Roquette – Salsifis – Scaroles – Topinambours – Les oignons, l’ail, le radis, etc.

LES NOIX OU LES FRUITS AZOTÉS SECS OLÉAGINEUX (page 296)

      Dix avertissements – Pour les bébés – Fruits azotés – Amandes – Cacahuètes – Les châtaignes – Noisettes – Noix – Noix d’acajou – Noix de coco – Pignons – Pépins blancs – Pistaches – Sésames

LES FRUITS (page 304)

      Les fruits acides sont-ils acidifiants ? – Abricots – Ananas – Anones – Banane – Bibasses  Canne à sucre – Caroube – Cerises – Citron – Dattes – Figues – Figues de Barbarie – Fraises – Goyaves – Grenades – Kaki – Mandarines – Mangues – Mûres – Oranges – Pamplemousse – Papaye – Pastèques – Pêches – Poires – Pommes – Prunes – Raisins – Tomates

ATTENTION AUX BANANES (page 324)

      L’amidon cru… Mûres ou vertes…


LES ALIMENTS CORRECTIFS ET REMPLAÇANTS (page 328)

      Méfiez-vous de toute publicité alimentaire – Les aliments naturels ne sont pas des médicaments – Les principes nutritifs et les vitamines ne valent rien hors des aliments naturels – Les aliments malsains ne doivent pas être remplacés

LA CONSTITUTION HUMAINE VARIE-T-ELLE D’UNE PERSONNE À L’AUTRE ? (page 331)

      Il est absurde de proclamer que ce qui est aliment pour l’un est poison pour l’autre

LES DIFFICULTÉS EXTÉRIEURES DU NÉOPHYTE (page 334)


LES DIFFICULTÉS INTÉRIEURES DU NÉOPHYTE (page 336)

      Rééduquez votre goût – La conscience ou sens somatique – Les crises bienfaisantes de désintoxication – Les incartades alimentaires

LE JEÛNE PERMET DE CHANGER BRUSQUEMENT LE RÉGIME ET FAIT GAGNER DU TEMPS EN ÉVITANT LES TRANSITIONS (page 341)


LA PERTE DE POIDS (page 344)


LES REPAS MONOTROPHIQUES ET LA MONO-DIÈTE (page 347)

      La variété favorise la gourmandise

LA STIMULATION PAR L’ÉBRIÉTÉ ALIMENTAIRE (page 349)


QUELQUES CONSEILS PRATIQUES (page 351)

… 1) La réforme alimentaire doit commencer par la discrimination, se poursuivre par le choix, et enfin se terminer par le plaisir…
     2) La réforme alimentaire peut s’opérer sans changement du mode de nourriture…
     3) Il faut user de peu d’oignons, de radis, d’ail, etc…
     4) Évitez l’huile sur la salade…
     5) Prenez les graisses en très petites quantités ou pas du tout…
     6) Évitez les fruits et les végétaux nuisibles ou inutiles…
     7) Le vinaigre, qui provient de la fermentation du sucre des fruits, contient de l’alcool et de l’acide acétique…
     8) Supprimez les acides, - acides organiques, vinaigre, médicaments, - car ils sont néfastes au foie…
     9) Supprimez le sucre…
     10) Il existe une foule d’aliments dont la consommation ne tue pas sur-le-champ…
     11) Évitez les restes cuits du repas précédent…
     12) Les fruits coupés, les melons ouverts et les salades de légumes râpés se décomposent
Rapidement. Il ne faut pas en manger.
     13) Quand il fait chaud, on a besoin de moins de nourriture.
     14) Quand on est malade, il faut réduire la ration ou jeûner, - ce qui est préférable.
     15) Prenez les salades une seule fois par jour, les crudités une seule fois par jour et enfin les fruits une seule fois par jour.
     16) Les médicaments sont nuisibles. Seuls les processus naturels sont acceptables.
     17) Ne pas manger pour se ranimer, ni pour stimuler…
     18) Attendez d’avoir une faim aiguë pour manger…

 

RÉGIME DES TRAVAILLEURS (page 354)

      Régime des grands travailleurs – La force musculaire par le régime cru

DES DIÈTES DE DÉSINTOXICATION (page 356)

      Conseils pratiques – La diète d’oranges – La diète de pamplemousses – La diète de citrons acides – La diète uvale – La diète de pommes – La diète double de fruits et de plantes potagères – Les cures de fruits

LA NUTRITION DES MAL PORTANTS (page 362)

      Les aliments n’ont pas de vertus curatives – Il n’existe pas d’aliments spécifiques – Superstition du régime nourrissant et des aliments riches – Il faut se nourrir selon le pouvoir digestif – Il faut se nourrir selon le pouvoir fonctionnel de la partie malade – Les aliments ne sont pas des médicaments – Le régime lacté – La nutrition symptomatique – Idiosyncrasies – La nutrition durant la convalescence

LA FORMATION DES DENTS (page 373)

      Que celui qui possède une bonne dentition lève la main – Les bactéries ne causent pas de caries – La nutrition malsaine cause la carie – La mastication prévient la carie – Les mauvaises dents sont dues à une mauvaise santé – Les cavités peuvent souvent se combler – Soin aux caries

NOUS NE SOMMES PAS CE QUE NOUS MANGEONS (page 380)

      La théorie des carences alimentaires – Les carences nutritives ne sont pas des carences du régime

LE SOL DÉNATURÉ (page 389)


LES HOUNZA, UN PEUPLE QUI IGNORE LA MALADIE (page 392)

      Capacité d’effort – Enjouement du caractère – Patience – Le demi-jeûne du printemps – Leurs croyances – Les fêtes – Leurs habitations – Le côté sexuel – Leur alimentation – La valeur de l’exemple donné par les Hounza au monde civilisé – L’origine de la belle santé des Hounza – La vie intégrale

UN AUTRE PEUPLE QUI IGNORE LA MALADIE (page 405)

      La civilisation des Hounza en regard d’une autre civilisation peu apparente
     Beaucoup de traits caractérisent les Hounza avec la civilisation des Caraïbes-Tupi-Guarani de l’Amérique du Sud…

 

     L’histoire de cette jeune fille américaine est édifiante. Condamnée à mourir d’une maladie incurable, elle résolut tout simplement d’abréger ses souffrances et de se tuer. Pour se donner la mort, elle arrêta tout médicament, renvoya son médecin, et s’abstint de manger. Mais comme la mort tardait à venir, elle commença à s’inquiéter. Poursuivant le jeûne qui devait la délivrer et de la vie et de ses souffrances, elle fut grandement surprise de se voir délivrée seulement de ses souffrances. Ses maladies disparurent une à une et elle recommença à vivre plus saine que jamais. Si tous les malades qui veulent se suicider choisissaient ce moyen-là…
o

 

 

Livre : CONFIEZ VOTRE SANTÉ À LA NATURE
par Albert Mosséri

CONFIEZ VOTRE SANTÉ À LA NATURE


Photo

 

CONFIEZ VOTRE SANTÉ À LA NATURE
DISCIPLINE DE LA SANTÉ NATURELLE(sommaire et extraits)

Albert MOSSÉRI © 1986 Le Courrier du Livre – Paris - 128 pages

Avertissement de l’auteur de ces « extraits » : les textes choisis sont volontairement subjectifs.
Les phrases sont extraites du livre.
Merci de respecter le copyright concernant les phrases extraites du texte du livre.

 

Lu en 4ème de couverture :

     Peut-on faire confiance à la nature ? Certainement, et c’est ce que l’auteur entend démontrer dans ce livre. « La loi et l’ordre gouvernent l’univers », a rappelé H. M. Shelton ; et bien évidemment, notre monde terrestre est soumis à des lois vitales et à un ordre biologique qu’il est nécessaire de connaître.
     Dans la première partie de ce livre, A. Mosséri rappelle succinctement quelques règles importantes pour la santé, notamment en matière d’alimentation.
     La deuxième partie est consacrée aux lois de la nature vivante. L’auteur reprend, en les complétant, les lois et principes fondamentaux de la vie et de la santé qu’il avait abordés dans son ouvrage La Science de la santé, publié en 1957, donc bien avant que se répandent les idées de « médecine différente » ou de « médecine douce »…

 

Dédié à mon fils André, qui, ayant vu sa mère un jour manger de la viande, lui dit avec malice : « Fais attention, Maman, ça bouge. » Elle s’arrêta net. Il avait gagné.

Sommaire

o O o

P R E M I È R E    P A R T I E – LES PLAISIRS DE LA FAIM

PREMIÈRE PARTIE : LES PLAISIRS DE LA FAIM (page 13)

 LES PRINCIPALES CAUSES
LA FAIM VÉRITABLE
LA BOULIMIE
LES CONDIMENTS
LA DEMANDE NATURELLE
UNE SENSATION AGRÉABLE
LES ALIMENTS SIMPLES

 

CONSEILS PRATIQUES POUR LES DÉBUTANTS (page 26)

LES MÉDICAMENTS
LES OPÉRATIONS
L’ALCOOL ET LE TABAC
LE CAFÉ ET LE THÉ
LE CHOCOLAT
VINAIGRE, MOUTARDE, POIVRE, SEL
LA CUISSON
LES CASSEROLES
LES LÉGUMINEUSES
LE BLANC D’ŒUF
LES FROMAGES
LA VIANDE
LES CHAMPIGNONS ET LES HUITRES
LE PAIN, LES PÂTES
LES FRUITS
LES DATTES
LES CRUDITÉS
ASSAISONNEMENTS
LES LÉGUMES
LES AUTRES FACTEURS
LES ALIMENTS NATURELS
LES CONTRARIÉTÉS
CLASSIFICATION DES ALIMENTS
HORAIRES DES REPAS
POIDS DES REPAS
LE SOMMEIL

 

EVOLUTION DE LA MALADIE (page 40)

LES CAUSES PRINCIPALES DE LA MALADIE
LE RÉGIME HYGIÉNISTE CLASSIQUE
LE RÉGIME IDÉAL CLASSIQUE
LES ASSISONNEMENTS

o O o

D E U X I È M E    P A R T I E – LES LOIS DE LA NATURE VIVANTE

DEUXIÈME PARTIE - LES LOIS DE LA NATURE VIVANTE (page 45)

PRINCIPE FONDAMENTAL
DÉFINITIONS

LOI N° 1 – LOI ORTHOBIONIQUE DE LA CELLULE :... Chaque cellule du corps continue à accomplir, durant son cycle de vie complet, les fonctions pour lesquelles elle a été créée, si son milieu demeure favorable...

LOI N° 2 – LOI DU MINIMUM :... La santé d'un être vivant est fonction des facteurs nécessaires dont il est le moins pourvu...

LOI N° 3 – LOI DE WALTER SUR L’INSTINCT DE CONSERVATION :... Chaque cellule vivante d'un corps organisé est dotée d'un instinct de conservation maintenu par une force inhérente dans l'organisme, qu'on appelle généralement "force vitale" ou "vie", et dont le succès du travail est proportionnel directement à la dimension de cette force, et inversement à son activité...

LOI N° 4 – LOI DE LA DISTRIBUTION VITALE :... Les forces du corps, quelle que soit leur dimension, sont réparties aux différents organes et aux tissus proportionnellement à leur importance et à leurs besoins...

LOI N° 5 – LOI DE GRAHAM SUR LE BUT CONSTITUTIONNEL APPLIQUÉE À LA NUTRITION ET À LA SEXUALITÉ :... L'être vivant ne peut pas faire de la jouissance d'aucun de ses sens une source de plaisir au-delà de la réalisation du but constitutionnel en vertu duque ils ont été créés, sans compromettre les intérêts de sa nature...

LOI N° 6 – LOI GÉNÉRALE DU DÉVELOPPEMENT :... Le développement de toute partie du corps est directement proportionnel aux courants vitaux (nerveux et nutritifs) qui, par l'exercice de sa fonction, sont portés sur cette partie...

LOI N° 7 – LOI SPÉCIALE DU DÉVELOPPEMENT MUSCULAIRE :... L'exercice intensif produit un grand développement ; l'exercice modéré un développement modéré ; et peu d'exercices, un développement faible ; pas d'exercices : l'atrophie...

LOI N° 8 – LOI DE L’ÉCONOMIE SPÉCIALE :... Dans les conditions favorables, l'organisme vivant accumule tout excès de fonds vital qui deépasse les dépenses en cours, pour constituer un fonds de réserves qui pourra, plus tard, être utilisé quand le besoin s'en fers sentir...

LOI N° 9 – LOI DE LA COMPENSATION PHYSIOLOGIQUE :... Les organes n'ont pas d'existence en soi, mais font partie 'un ensemble physiologique dont l'efficacité dépend des facteurs synthétiques de symbiose : coopération, subordination et compensation...

LOI N° 10 – LOI DE L’ADAPTATION MALBIONOMIQUE OU TOLÉRANCE PATHOLOGIQUE :... Le comportement de l'organisme vital envers le stimulus extérieur est un comportement instinctif dont le motif est l'instinct de conservation, et qui s'adapte à toutes les influences qu'il ne peut pas détruire, contrôler ou éviter...

LOI N° 11 – LOI SUR LES MOYENS DE L’ADAPTATIO N MALBIONOMIQUE OU TOLÉRANCE PATHOLOGIQUE :... L'adaptation à toute influence nuisible est une adaptation malsaine qui s'accomplit toujours dans le corps par des changemeents qui s'éloignent de l'idéal et aboutissent à la dégénérescence...

LOI N° 12 – LOI DE TRALL SUR L’UNITÉ DES PROCESSUS DE LA SANTÉ ET DE LA MALADIE :... L'organisme utilise les mêmes matériaux et les mêmes processus dans la santé (développements physiologiques) que dans la maladie...

LOI N° 13 – LOI DE TRALL SUR LES RELATIONS VITALES :... Toutes les fois qu'une action s'accomplit dans l'organisme vivant comme résultat d'influences extérieures, l'action doit être attribuée à la chose vivante qui a un pouvoir d'action, et non à la chose inanimée dont la caractéristique principale est l'inertie...

COROLLAIRE DE LA LOI N° 13 – LOI DE LA FORCE ET DE SON GENRE :... La force utilisée et dépensée dans toute action vitale est une force vitale, - une force intérieure et non extérieure...

LOI N° 14 – LOI DE LINDLAHR SUR LA DUALITÉ DES EFFETS :... Tout ce qui est introduit dans le corps ou qui entre en contact avec lui, occasionne avec le temps une action double et contraire : la seconde action réactive, est l'opposée de la première action active...

COROLLAIRE DE LA LOI N° 14 :... Le degré de toute stimulation détermine le degré de la dépression qui s'ensuit...

LOI N° 15 – LOI DE L’ALTERNANCE :... Dans la nature des organismes vivant, le repos alterne topujours avec l'activité...

PRINCIPE DU Dr WALTER SUR LA MISE EN ÉVIDENCE DE L’ÉNERGIE :... Dans quelques circonstances que ce soit, et quelle que soit sa nature, la vitalité ou l'énergie est invariablement mise en évidence et perçue par nous en tant qu'énergie, dans sa dépense, jamais dans son accumulation...

LOI N° 16 – LOI DE LA STIMULATION :...Toutes les fois qu'un agent, qu'une influence toxique ou irritante se portent sur l'organisme vivant, ils occasionnent une résistance vitale et une excitation qui sont mises en évidence par une action accrue et perturbée qui amoindrit toujours les forces proportionnellement à l'accélération de cette action. - L'accroissement de l'action est causée par la dépense extraordinaire des forces vitales et non par le processus. Il s'ensuit donc que les réserves de force sont amoindries...

LOI N° 17 – LI DU REPOS DU DOCTEUR SHELTON :...Chaque fois que l'action dans un organisme animal a dépensé l'énergie et la substance en réserve, un repos est nécessaire pour récupérer les forces et combler la substance...

LOI N° 18 – LA CAUSE PREMIÈRE DE LA MALADIE :... C'est la force vitale qui déclenche la maladie...

LOI N° 19 – L’ÉNERVATION :... Chaque fonction, chaque processus vital et surtout chaque action ou habitude malsaines, nécessitent une dépense d'énergie nerveuse qui aboutit à l'énervation quand cette dépense dépasse l'énergie nerveuse en réserve...

LOI N° 20 – L’AFFAIBLISSEMENT FONCTIONNEL :... L'énervation, qui est synonyme d'épuisement des énergies nerveuses, aboutit à l'affaiblissement des fonctions vitales de l'organisme, ce qui réduit les sécrétions, l'élimination, la digestion, l'absorption, l'assimilation, l'excrétion par les émonctoires, le péristaltisme... et toutes les fonctions organiques...

LOI N° 21 – LOI DE TILDEN SUR LA TOXÉMIE :... La diminution de l'élimination et des sécrétions produit la toxémie qui est la cause fondamentale de toutes les maladies (biogonies) et de tous les états pathologiques...

LOI N° 22 – LOI DE SHELTON SUR LES ÉTATS ÉMOTIFS :... Les soucis, la peur, les chocs nerveux, le chagrin, etc. produisent rarement, sinon jamais, de maladie chez un individu vraiment sain, parce qu'il est capable de se débarrasser de ces états émotifs avant qu'ils aient eu le temps d'engendrer des troubles sérieux...

LOI N° 23 – LA MALADIE : UNE ACTION VITALE ANORMALE :... La maladie est une action vitale anormale du corps (biogonie)...

LOI N° 24 - LA MALADIE : UNE ÉLIMINATION VICARIANTE :... La maladie (biogonie) est une élimination vicariante...

LOI N° 25 - LOI DE L’ÉLIMINATION SÉLECTIVE :...Toutes les substances nuisibles qui sont introduites, de n'importe quelle façon, à l'intérieur du domaine vital, sont combattues, neutralisées et éliminées par la matière et par les voies qui produisent dans le corps le minimum d'usure...

LOI N° 26 - L'ORGANE MALADE EST LE PLUS FORT :... L'organe malade (biogonie) est l'organe le plus fort (maladie aiguë). Il devient le plus faible dans la maladie chronique...
LOI N° 27 - LA MALADIE : UNE RÉSISTANCE VITALE À LA TOXÉMIE : ... La maladie est une résistance vitale à la toxémie...

LOI N° 28 – LOI DE LA LIMITATION :... Quand la dépense des forces vitales, où qu'elle se produise, arrive à la limite d'un épuisement fatal imminent, la Nature met un frein à cette dépense inutile et l'organisme se révolte contre l'emploi continu du stimulant habituel ou contre une mauvaise habitude...

LOI N° 29 – LOI DE JENNINGS SUR L’ORTHOPATHIE :... Le but de la maladie (biogonie) est de rétablir l'organisme...

LOI N° 30 – LA MALADIE AIGUË :... La maladie prend la forme aiguë quand le potentiel vital est élevé...

LOI N° 31 – LA MALADIE CHRONIQUE :... La maladie (biogonie) prend la forme chronique quand le potentiel est faible...

LOI N° 32 – ÉVOLUTION DE LA MALADIE :... Quand la toxémie n'est pas éliminée, la maladie évolue du stade aigu, vers le stade chronique et finalement vers l'état pathologique irréversible...

COROLLAIRE DE LA LOI N° 32 – LES ÉTAPES DU RÉTABLISSEMENT :... Puisque la maladie en s'aggravant doit passer de l'état aigu à l'état chronique, il s'ensuit que l'individu en voie de rétablissement doit passer de l'état chronique à l'état aigu, c'es-à-dire par le chemin inverse...

LOI N° 33 – LOI DU POUVOIR DE RÉCUPÉRATION :... Le pouvoir de récupération est inérent à la matière vivante...

LOI N° 34 – LES CONDITIONS DU RÉTABLISSEMENT :... Le rétablissement est possible aux 4 conditions suiantes :
1) Suppression du motif.
2) Apport des éléments et des conditions nécessaires à la santé.
3)Récupération des forces vitales.
4) Donner le temps nécessaire aux processus réparateurs.

o O o

T R O S I È M E    P A R T I E - APPENDICES

L’ADAPTATION par A. Mosséri (page 109)

L’ADAPTATION
CRITIQUE DE L’ADAPTATION
EXAGÉRATION OU DIMINUTION
UTILE OU NÉFASTE ?
CERTAINES ADAPTATIONS CULTURELLES
L’HOMME NE S’EST PAS ADAPTÉ AU CARNIVORISME NI AU CÉRÉALISME
OMNIVORE ?
L’ADAPTATION

(Extrait de la Nourriture idéale)

 

LE SEUL POUVOIR DE GUÉRISON par H. M. SHELTON (page 118)
Les forces et les processus de la vie s'accomplissent d'une façon parfaitement ordonnée et dans une parfaite conformité aux lois.
Ce sont :
1. Les processus de reproduction.
2. Le travail de croissance et de développement.
3. La réparation et le réapprovisionnement des parties usées ou déchirées.
4. La récupération de l'énergie d'un corps épuisé.
5. L'excrétion des déchets.
6. La réparation des dommages faits à l'organisme et résultant d'un accident ou d'une violence.
7. Le rétablisselent et la restauiration du corps malade...

 

LA RÉSERVE VITALE par C.-L. THOMSON (page 120)

 

LA TOXÉMIE – CAUSE FONDAMENTALE DE TOUTES LES SOI-DISANT MALADIES par le Dr J. Tilden (page 122)

EMPOISONNEMENT PAR LES TOXINES
L’IMPORTANCE DE L’ÉNERGIE NERVEUSE
LA VIE MOUVEMENTÉE
LA BASE DE LA SANTÉ
LA PALLIATION DE LA NATURE
LA NATURE DES TOXINES
LA FAIBLESSE

(Extrait de Toxemia Explained, par le Dr J. Tilde)

LA TOXÉMIE – DÉFINITION DE LA TOXÉMIE ET DES CRISES DE TOXÉMIE

 

¤

 

 

LES COMBINAISONS ALIMENTAIRES ET VOTRE SANTÉ
par Herbert M. SHELTON

 

LES COMBINAISONS ALIMENTAIRES ET VOTRE SANTÉ
Pour bien digérer
Les menus dissociés à la portée de tous

(Sommaire et Extraits)

Herbert M. SHELTON 1955 © 1968 Le Courrier du Livre – Paris - 126 pages

Avertissement de l’auteur de ces « extraits » : les textes choisis sont volontairement subjectifs.
Les phrases sont extraites du livre.
Merci de respecter le copyright concernant les phrases extraites du texte du livre.

Traduit de « FOOD COMBINING MADE EASY » par René Bertrand

Extrait présenté en PDF sur internet : Appendice II « COMPRIMÉS » HYGIÉNISTES (page 111) au lien :
http://santeradieuse.org/wp-content/uploads/2012/01/BONUS-comprim%C3%A9s-Shelton.pdf

 

AVERTISSEMENTS IMPORTANTS PAR L’AUTEUR DU RÉSUME :

Il est souhaitable de lire en premier le livre et/ou le résumé du livre LES COMBINAISONS ALIMENTAIRES ET VOTRE SANTÉ par Herbert M. Shelton.

Ce résumé de 5 pages (taille des caractères : 12), réalisé à partir à partir d’un livre de 126 pages ne peut en être qu’une présentation incomplète. 

Il est une invitation à lire, si vous en sentez l’intérêt, l’intégralité du livre.

Les points de suspension qui apparaissent correspondent à des parties de phrases volontairement retirées ou à plusieurs phrases omises, avant ou après le texte, pour ne pas alourdir ce résumé..

Les titres des chapitres (en gras) sont ceux du texte original.

Un résumé est surtout utile à celui qui a d’abord lu avec attention le livre dans son intégralité.

Ce livre étant en Copyright, vous êtes priés d'en respecter la propriété intellectuelle des auteurs pour toute citation éventuelle de phrases extraites du résumé.

 

Ce résumé (5 pages 21x29,7) ne peut être qu'un aperçu de ce livre que vous pouvez acheter neuf (environ 10 €) en ligne auprès, par exemple, des Éditions Trédaniel, de Amazon ou de Rue du Commerce

 

 

 

PRÉSENTATION par Gérard NIZET, directeur de la Collection « Le système hygiéniste » (page 11)

     … Un nombre toujours plus grand de personnes adoptent les règles prônées ici par le Dr Shelton, car la pratique est simple.
     Si, au début, elles paraissent compliquées, c’est qu’elles s’écartent des coutumes régnantes…
     Il suffit de les insérer soi-même dans un mode de vie hygiéniste pour que la santé revienne ou se maintienne au mieux…
     Cette pratique, judicieusement appliquée, aura principalement pour effets : d’alléger le travail ardu de la digestion, de diminuer considérablement et parfois d’éliminer la fermentation et la putréfaction gastro-intestinales, et conséquemment de réduire la toxémie et ses conséquences…
     Sucres, amidons, protéines, végétaux aqueux, fruits aqueux, fruits acidulés et mi-acidulés, fruits doux, noix, voilà autant d’éléments que nous apprenons à connaître et avec lesquels nous jouons ensuite (comme avec des mots, des notes ou des couleurs) pour qu’ils prennent place harmonieusement dans le grand œuvre de la  nutrition…

Chapitre 1 – LA CLASSIFICATION DES ALIMENTS (page 25)

     … Un aliment véritable ne doit pas contenir d’éléments nuisibles…
     I. – PROTÉINES (protides)
     Les aliments suivants contiennent un pourcentage élevé de protides :
     Graines et noix (riches en huile) : amande, noisette, sésame, pistache, etc.) - Légumineuses – Arachide – Soja – Viandes, poissons, fromages, œufs – Céréales – Lait : % plus faible.

     II. – HYDRATES DE CARBONES (Glucides)
     … 1°) Amidons (ou farineux) :
     Arachide (cacahuète) – Céréales (toutes) – Châtaignes – Fève, haricot et pois secs (à l’exception du soya) – Pomme de terre (toutes variétés) – Potiron – Topinambour – Etc.
     2° Amidons légers (ou petits farineux) :
     Artichaut – Betterave – Carotte – Chou-fleur – Navet – Rutabaga – salsifis – Etc.
     3° Sirop et sucres :
     Sucres blanc, brun (cassonade), de canne, d’érable, de lait – Miel – Etc.
     4° Fruits doux :
     Banane – Datte – Figue – Kaki – Poire séchée au soleil – Pruneau – Raisin – Raisin ses – Etc.

     III. – GRAISSES (Lipides)
     … Avocat – Beurre – Crème – Huile de coton, de maïs, de noix, d’olive, de sésame, de soya, de tournesol – Lard – Noix (la plupart) – Succédanés du beurre – Suif – Viandes grasses – Etc.

     IV. – FRUITS ACIDES
      … Ananas – Citron – Grenade – Orange – Pamplemousse – Pêche acide – Pomme acide – Prune acide – Raisin acide – Tomate – Etc.

     V. - FRUITS MI-ACIDES
     Abricot – Bluet – Cerise douce – Figue fraîche – Mangue – Mangouste – Papaye – Pêche douce – Poire – Pomme douce – Prune douce – Etc.

     VI. – LÉGUMES VERTS NON FARINEUX
     … Ail – Asperge – Betterave (feuilles vertes) – Brocoli – Cardon – Carotte (feuilles vertes) – Céleri – Ciboulette – Chicorée – Choux commun, de Bruxelles, de Chine, chou-fleur, frisé – Concombre – Courge – Courgette – Cresson – Échalote – Endive – Epinard – Haricot vert – Laitue – Maïs vert – Moutarde – … - Navet (feuilles vertes) – Oignon – Oseille – Persil – Pissenlit – Poireau – Poivron doux – Pousse de bambou – Primevère – Rhubarbe – Scarole – Etc.

     VII. – MELONS
     Toutes les espèces de melons et de pastèques
     …

Chapitre II LA DIGESTION (page 30)

     ENZYMES ET BACTÉRIES
     ENZYMES ET SUBSTRATUM
     L’ENZYME DE LA BOUCHE OU PTYALINE
     L’ENZYME DE L’ESTOMAC OU PEPSINE
     ADAPTATION DES SECRÉTIONS.

Chapitre III – LES COMBINAISONS D’ALIMENTS (page 38)

     ACIDE – AMIDON
     … Pour nous, la règle est la suivante : Manger acides et amidons à des repas séparés.
     PROTÉINE – AMIDON
     … Deuxième règle… Manger les aliments protéiques et les hydrates de carbone (amylacés) à des repas séparé.
En pratique donc les farineux : céréales, pain, pommes de terre, etc., ne sont pas à prendre en même temps que les éléments protéiques : viande, œufs, fromage, fruits azotés, etc.
     PROTÉINE – PROTÉINE
     … Notre règle sera donc : Ne manger à un même repas qu’un aliment contenant une protéine concentrée…
ACIDE - PROTÉINE
     … Règle suivante : Manger les protéines et les acides à des repas séparés…
GRAISSEPROTÉINE
     … Notre quatrième règle : Manger les corps gras et les protéines à des repas séparés…
     SUCRE – PROTÉINE
     … Règle… : Manger les sucres et les protéines à des repas séparés…
     SUCRE – AMIDON
     … La règle : Manger amidons et sucres à des repas séparés…
     LES MELONS
     … La règle :Manger les melons seuls…
     LE LAIT
     … Notre règle pour le lait : Prendre le lait seul, ou n’en point prendre du tout…
     LES DESSERTS :
     … La règle suivante s’impose à leur sujet : Délaisser les desserts…

Chapitre IV – LA DIGESTION NORMALE (page 53) 

     LA FERMENTATION GASTRO-INTESTINALE
     PHÉNOMENE NORMAL OU ANORMAL ?
     CAUSES ET EFFETS DE LA FERMENTATION

Chapitre V – LE REPAS DES PROTÉINES (page 60)

     … MENUS-TYPES

Chapitre VI – LE REPAS D’AMIDON (page 69)

     … MENUS-TYPES

Chapitre VII – LE REPAS DE FRUITS (page 77)

     … Faites un repas exclusivement de fruits : c’est la façon idéale de les manger…
     … MENUS-TYPES

Chapitre VIII – LA PREPARATION DES MENUS (page 84)

     … Apprenez donc les principes des combinaisons de façon à en faire un usage correct en toutes circonstances…
     … Prenez votre repas et oubliez-le. Laissez vos amis manger à leur guise et ne les embêtez pas en leur servant à table une conférence sur la diététique.
     … MENUS-TYPES POUR DEUX SEMAINES

Chapitre IX – LE « REMÈDE » À L'INDIGESTION (page 89)

     …Une bonne nutrition exige nécessairement une bonne digestion.
     La meilleure alimentation ne peut profiter à l’organisme si le processus de la digestion échoue…
     … Notre collectivité souffre d’indigestion chronique…
     … Pour demeurer en santé, il faut observer fidèlement toutes les lois de la vie…
     … On s’illusionne si l’on compte « guérir » une maladie sans changer le mode de vie qui en est la cause radicale…
     … Quand toutes les causes d’affaiblissement ont disparus, les facteurs essentiels à la santé, tels que le repos, le sommeil, l’alimentation saine, l’exercice, l’air frais, l’eau pure, le soleil et les bonnes influences psychiques et morales peuvent et doivent concourir à la restauration de tout l’organisme et à l’efficacité de ses fonctions…
   … Au cours du jeûne, presque tous les organes du corps réduisent leur activité. Ils se reposent. Seuls les organes d’élimination ou d’excrétion fonctionnent alors plus activement…

Chapitre X – L’INSTITUTION HYGIÉNISTE (page 99)

     … Le principe fondamental de la méthode hygiéniste peut se résumer ainsi : l’organisme vivant possède en lui-même ses propres pouvoirs et moyens de guérison…

Appendice I – CE QUE L’HYGIÉNISME DOIT AU DOCTEUR SHELTON (page 104)

Appendice II – « COMPRIMÉS » HYGIÉNISTES (page 111)

Extrait complet de l'appendice II présenté en PDF sur internet au lien : http://santeradieuse.org/wp-content/uploads/2012/01/BONUS-comprim%C3%A9s-Shelton.pdf

1.. … Ne manger que si on a vraiment faim et… ne jamais manger à satiété…
2. Ne pas confondre faim et appétit…
3. La sensation de faim n’est pas localisée dans l’estomac, mais dans le nez, la bouche et la gorge…
4. Si vous êtes fatigués, préoccupés, si vous avez du chagrin, de gros ennuis, ne mangez rien…
5. Cultivez la patience, la pondération, le sang-froid…
6. La nourriture idéale de l’homme est celle du singe anthropoïde, dont la constitution est semblable à la nôtre. Cette nourriture consiste en fruits frais et noix diverse, avec l’adjonction de pousses vertes et de racines. Et c’est tout.
7. Cultivez votre instinct…
8. Bannissez de vos placards de cuisine tous les aliments tentateurs et de fabrication industrielle…
9. Profitez de vos défaillances alimentaires occasionnelles pour en observer les effets sur votre digestion, sur votre comportement général et vos sensations… Après un écart, omettez le repas suivant : jeûnez…
10. Apprenez à interpréter correctement le langage de vos sensations…
11. Quand on rejette un régime malsain pour adopter une alimentation saine, on ressent d’habitude des crises de désintoxication. Véritables maladies. Il ne faut pas s’en inquiéter…
12. … Sachez attendre le renouvellement de vos cellules…
13. Ceux qui adoptent intégralement le mode de vie hygiénique ont, en général, l’air très maigres.
14. Le poids normal une fois atteint, on le garde aisément grâce aux soins hygiénistes bien appliqués et à une alimentation correcte, équilibrée.
15. Le régime de deux repas constitue sans doute la perfection (midi : fruits ;  soir :  un jour sur deux, repas amylacé ; le lendemain soir, repas de protéines ;
     Mais le régime de trois repas proposé par Shelton (matin :  fruits seulement ; midi :  repas amylacé ; soir :  repas de protides) s’est révélé le plus efficace, et n’importe qui peut le suivre, moyennant un peu de bonne volonté.
16. Abattez les difficultés méthodiquement…
17. Le fruit aqueux… ne suffit pas à procurer au corps toutes les sources de vie indispensables.
18. Les verdures… on devrait en manger abondamment, au moins une fois par jour…
19. Les salades et légumes crus doivent constituer, en poids les deux tiers ou les trois quarts d’un repas, le restant pouvant être en période de transition, légèrement cuit…
20. Les céréales constituent une source de vie secondaire…
21. Les condiments naturels… peuvent être utiles dans les débuts…
22. L’humanité met bien du temps à comprendre l’hygiénisme dont la simplicité paraît complexe…
23. Toute réforme commence par une compréhension et une conviction de l’esprit…
24. Observez une grande discrétion… Gardez cependant le contact avec ceux qui vous entourent.
25. Ne discutez pas avec les ignorants. Souriez. Priez-les de ne pas insister…
26. Tout est lié, et la santé exige l’intégration équilibrée de chaque facteur naturel…
27. Plus vous étudierez l’hygiénisme, mieux vous constaterez qu’il enseigne les lois de la vie dans leur pureté et sur tous les plans…
28. Il convient de viser la perfection…
29. Devrez-vous garder ce mode de vie jusqu’à votre mort ? OUI…

CITATIONS (page 117)

     Trois grandes peurs conditionnent la conduite des hommes : la peur de « manquer », la peur du qu’en dira-t-on et la peur de mourir… (Nil Hahoutoff)

     « L’expérience alimentaire que l’humanité fait actuellement sur le plan mondial n’est qu’un jeu qui mène à la dégénérescence. Bientôt, ce sera un jeu qui mènera à la mort… »
(Günther SCHWAB, La Danse avec le Diable. Traduit de l’allemand par Jean  Choisel. Le Courrier du Livre, Paris 1968.)

     « Nous avons fait de ‘homme un esclave aveuglément obéissant aux plaisirs de son palais. » (Schwab, op., cit., p. 91.)
     …
     « … On a tout dit sur la crise morale et spirituelle. On a beaucoup moins parlé des conditions de la vie saine, des besoins essentiels et pour tout dire de la conduite du corporel, inséparable d’ailleurs de celle du mental. »
(Dr Pierre Delore, M.D., Notre Frère corps, Editions M.-Th. Génin, Paris 1938, p. 11.)
     …
     Le poids n’est pas un signe de santé… (J. C. Thomson)

     De toutes les tâches quotidiennes, la digestion et l’assimilation des aliments sont celles qui exigent la plus grande dépense d’énergie nerveuse… (J. C. Thomson)

     L’alimentation et le repos constituent l’essentiel du problème de la santé… (Dr George Weger)

     Le jeune n’altère pas la santé… (Dr Victor Pauchet)

     La nature est le plus admirable des médecins… (Galien)

     Il ne faut que demeurer en repos ; la nature, d’elle-même, quand nous la laissons fire, se tire doucement du désordre où elle est tombée… (Molière)

     …

     « L’ignorance du retentissement immédiat ou lointain que eut avoir l’alimentation sur la santé du corps et de l’âme, procure une grande sérénité au nombre incalculable des indifférents er des veules, et ôte tout remords aux jouisseurs et aux épicuriens ; mais elle est pernicieuse pour ceux qui tiennent à leur élévation spirituelle et morale. »
(Dr Casabianca, M.D., Spiritualité et alimentation. Influence du régime alimentaire sur le omportement moral et physique. Spes, Paris, 1954.)

     « … Certes, les travaux des physiologistes nous montrent l’intérêt de la variété alimentaire pour subvenir aux besoins de l’organisme ; mais il n’est pas nécessaire de réaliser cette variété en une seule journée et encore moins en un seul repas. »
(Dr H. Gaehlinger, M.D., Luttez contre les fermentations digestives. 4° éd., J. Oliven, Paris, 1961.)

Appendice III – RENSEIGNEMENTS DIVERS  (page 124)

     ADRESSES – BIBLIOTHÈQUE HYGIÉNISTE – LIVRES DIVERS

¤

 

LA NOURRITURE IDÉALE ET LES COMBINAISONS SIMPLIFIÉES
par Albert Mosséri

 

LA NOURRITURE IDÉALE
ET LES COMBINAISONS ALIMENTAIRES  SIMPLIFIÉES

L’Hygiénisme en pratique (Sommaire et Extraits)

Albert MOSSÉRI © 1976 Le Courrier du Livre – Paris - 320 pages

Avertissement de l’auteur de ces « extraits » : les textes choisis sont volontairement subjectifs.
Les phrases sont extraites du livre.
Merci de respecter le copyright concernant les phrases extraites du texte du livre.
Les parties ou mots surlignés en gras sont personnels.

Ce livre, épuisé, peut s’acheter d’occasion (environ 40 €) chez Amazon ou chez Abebooks.

Lu en 4ème de couverture :
Dans cet ouvrage, qui est à la fois la suite et le complément de La Santé par la Nourriture, Albert Mosséri approfondit et développe la question de l’alimentation hygiénique…
La deuxième partie du livre est consacrée aux combinaisons d’aliments...
                                                                                                                 
 
P R E M I È R E   P A R T I E : LA NOURRITURE IDÉALE

Tableau d’anatomie et de physiologie comparés (page 9)

     … Ce tableau est présenté au lien : http://danvkx.free.fr/HYGIENE/anatomie.htm

 

Chapitre 1 – ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE COMPARÉES (page 11)

     L’homme se classe parmi les frugivores. Il n’est ni carnivore, ni granivore (pain, céréales) - La ptyaline, l’uricase et l’acide urique - Les canines –Les normes physiologiques – L’homme est un petit herbivore – Pour survivre – L’homme n’est pas granivore – L’homme n’est pas un carnivore (protéine concentrée) – Faiblesse, fatigue et amaigrissement.
     … Évidemment, ce qui est trompeur, c’est que l’énergie n’est évidente que dans sa dépense et non durant sa récupération. C’est durant le sommeil, le repos et la relaxation que l’on accumule les énergies vitales. L’activité les épuise. La stimulation les vide. L’ébriété alimentaire, les condiments, le café, le sel, sont des stimulants. Tous les stimulants sont nocifs.

 

Chapitre II LA LUNE, LA TERRE ET LE PARADIS (page 29)

     Les fruits défendus, les aliments (semences) – Les frugivores du XXe siècle.

 

Chapitre III – L’ADAPTATION (page 38)

     L’adaptation – Critique de l’adaptation – Exagération ou diminution – Utile ou néfaste ? – Certaines adaptations culturelles – L’homme ne s’est pas adapté au carnivorisme ni au céréalisme – Omnivore ? – L’adaptation – L’adaptation et l’hérédité – L’hérédité contre l’adaptation – Évolution limitée – Une seule espèce – Ni carnivore, ni granivore, ni omnivore – Adaptation = Détérioration – La tolérance – L’abus – La loi du Dr Walter sur la tolérance – Peut-on s’adapter à l’alcool ? – Peut-on s’adapter à l’arsenic ? – Peut-on s’adapter aux tranquillisants ? – Peut-on s’adapter à la viande ? – Peut-on s’adapter au pain et aux céréales ? – Le métabolisme et la cuisson.
     … Les aliments crus favorisent donc la nutrition et l’élimination, tandis que la cuisson freine l’élimination et la nutrition. D’où les maladies…

 

Chapitre IV – QU’EST-CE QU’UN ALIMENT NATUREL ? (page 62) 

     L’homme antique 

 

Chapitre V – COMMENT SAVOIR QUOI MANGER  (page 66)

     Comment savoir quoi manger – Les aliments naturels pour l’homme – Le même régime pour tout le monde – Ce qui est poison pour l’un ne peut être aliment pour l’autre.
     … « Si l’un d’entre vous ne peut pas manger un certain fruit ou un certain légume sans ressentir un ennui, alors purifiez votre corps par le jeûne et les autres facteurs et vous serez surpris de voir que les aliments qui ne vous convenaient pas sont alors digérés facilement et sont peut-être les aliments dont vous avez le plus besoin. »…

 

Chapitre VI – LE SEL (page 71)

     Les médecins russes – L’excès ? – Le coup de chaleur – Cuisson des légumes – Le goût – Les partisans du sel – La stimulation – L’inactivité et l’asthénie – Perte d’appétit – Difficultés de digestion – Réceptivité infectieuse – Recherche d’excitants compensateurs de l’action physiologique du sel.
     … En effet, le sel est une substance inutile…

Chapitre VII – LE PAIN, LES CÉRÉALES ET LES GRAINES GERMÉES (page 83)

     Les aliments spontanés de la nature – Le goût – Les analyses – L’amidonisme – Physiologie et évolution – Avantages de la suppression des farineux concentrés – Aliments prédigérés – Et la ptyaline ? – Le sucre – Les toasts – Pour les mal-portants – Maladies provoquées par les régimes céréaliens – La macrobiotique – Le gésier broyeur – Les raines germées.
     Tous les vrais hygiénistes sont opposés aux céréales
     … Il ne faut pas consommer des graines germées comme aliment miracle, ni comme remède, ni comme fortifiant. Tous les aliments naturels contiennent des éléments vivants plus ou moins et ce n’est pas l’aliment qui en contient le plus qui nous en donnera le plus.
     En effet, le pouvoir d’assimilation est relativement plus important que la richesse de l’aliment consommé.
     Certains peuvent manger les aliments les plus vitalisés, mais qui ne leur profitent pas. Pour améliorer le pouvoir d’assimilation, il faut se désintoxiquer par un jeûne. C’est la toxémie qui empêche l’assimilation… C’est l’encrassement du corps qui empêche les échanges métaboliques nutritifs et cataboliques…
     

Chapitre VIII – LE CRUDIVORISME (page 100)

     L’accoutumance des aliments cuits est le plus dangereux de tous les vices – La demande d’aliments cuits n’est pas la faim – Les aliments cuits forcent les organes humains à fournir trois ou quatre fois plus de travail – La nourriture humaine devrait comprendre des cellules vivantes et non es cadavres des cellules mortes – La vue courte est le plus grand défaut de la médecine – Le poids de celui qui mange cuit ne doit pas être considéré comme un critère de bonne santé – Aucun médicament ne peut remplacer les matières premières détruites par le feu – La cuisson et les médicaments mènent la race humaine vers son annihilation totale – Il ne faut jamais briser l’intégrité des matériaux alimentaires crus – C’est le pire des crimes d’accoutumer un nouveau-né aux aliments cuits – Les biologistes doivent prouver que la nature s’est trompée en ne présentant pas à l’humanité des aliments cuits – Dans ma propre famille – La conception du régime devrait se limiter au remplacement du régime antinaturel par le régime naturel – La construction de l’organisme humain – Les propriétés spéciales des protéines, des vitamines et des sels minéraux et celles de tous les constituants nutritifs ne devraient plus être une base de discussion – L’homme véritable et l’homme factice – Une expérience ? – L’humanité à présent est loin d’être civilisée – La demi-cuisson – Le menu – Un moindre mal ? – Comment s’habituer à manger les légumes crus ? – Le régime idéal – Analyse du sang après un repas cuit – La demi-cuisson – Le régime idéal primitif (conforme aux Lois de la Nature).

 

Chapitre IX – LA FORCE MUSCULAIRE CHEZ LES CRUDIVORES (page 128)

     … Je crois que vous êtes le dernier flambeau de l’Hygiénisme français… Shelton, qu’on le veuille ou non, a marqué Passebecq, Marchesseau, Dextreit, Roux, Bressy et tant d’autres… (lettre du 12.6.1975 de Christian JAIME, Délégué régional « Nature et Progrès »…

 

Chapitre X – LES PLANTES MÉDICINALES, LES TISANES ET LES INFUSIONS  (page 133)

     Classification des plantes médicinales – Les plantes purgatives – La bardane – L’oignon marin – Le romarin – Les médicaments à base de plantes – On supprime les symptômes – Les principes actifs – Les effets physiologiques et les effets thérapeutiques – Classification des médicaments et des plantes médicinales – Teneur en poison – Les naturopathes-herboristes – Les témoignages – Les tisanes anodines – Conclusion.
… On voit bien que les infusions sont utilisées pour supprimer les symptômes au lieu de supprimer les causes

Chapitre XI – LES CARENCES (page 149)

     Un exemple – Une constatation finale – Le diagnostic hygiéniste – Carences primaires et carences secondaires – Des exemples – L’interprétation – L’optique scientifique – Les oligo-éléments – La science contre la nature – Conclusion – Importance relative des aliments biologiques.
.. J’adopterai ici le point de vue… : à savoir que les « maladies par carence » sont rarement dues à des régimes carencés, mais qu’elles proviennent dans la plupart des cas d’un métabolisme défectueux…
     … Les carences peuvent avoir trois causes :
     1) Un menu carencé, ce qui n’existe pratiquement jamais en Europe, mais qui peut se rencontrer en Asie, en Afrique, etc.
     2) Un faible pouvoir d’assimilation.
     3) Les aliments concentrés volent au corps ses réserves de sels minéraux et de vitamines. En effet, les azotés concentrés et les farineux concentrés contiennent très peu de vitamines et de sels minéraux par rapports aux aliments dilués (fruits et légumes).

 

Chapitre XII – LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES levure, gelée royale, pollen, mélasse, extraits, etc. (page 161)

     D’où proviennent les carences ? – Exemple – Les carences de calcium – Les maladies par carence – La solution – Où chercher les éléments nutritifs ? – La publicité – Dénaturés – La phobie des aliments carencés – Le changement progressif – La phobie des carences – La vie sauvage – Conclusion.  
… Si on peut s’assurer d’avoir des aliments à 100 % biologiques, tant mieux. Sinon, que faire ? On se contentera des aliments courants en veillant à peler les fruits et à bien laver les légumes…
     … La cuisson est bien plus grave pour détruire l’aliment que les pires traitements.
     Il vaut mieux de manger une pomme forcée, traitée, appauvrie, mais crue, que de manger une pomme biologique en compote…

 

Chapitre XIII – DÉNUTRITION ET MAIGREUR (page 175)

     Combien de protéine par jour ?
… Maintenant, la quantité de fruits pour chacun est pesée : 300 g à 1 200 g selon le cas pour le midi.
     Répétons en dernier lieu qu’il faut refuser l’idée courante qu’il faut bien manger pour se fortifier. Ce n’est pas la quantité absorbée qui fortifie, mais c’est plutôt la quantité qui est digérée, absorbée, assimilée. Tout ce qui dépasse cela représente une charge pour le corps…

 

Chapitre XIV – PEUT-ON VIVRE DE FRUITS ? (page 179)

     Les pacifistes et la guerre – Dépérissement et névrose – L’homme est-il mangeur de fruits à 100 % ? – L’homme est un primate.
… Ne jamais prendre deux repas de fruits consécutifs. Alterner toujours fruits et légumes…
     Attendre la faim aiguë, attendre une heure de plus pour qu’elle soit plus aiguë, puis manger 2 à 3 fruits (1 seul fruit pour les vieillards) de la même espèce. Ne pas varier, car la variété favorise la gloutonnerie.
     Si à un moment on n’a pas le loisir de manger à cause du travail, calmer la faim en attendant avec une seule datte ou une figue sèche…

 

Chapitre XV – LE DANGER DES PROTIDES CONCENTRÉES (page 189)

     Les aliments avilissants (semences : céréales, noix, viande, etc.) – Observations de la plus haute importance – Les aliments avilissants.

 

Chapitre XVI – LE SYSTÈME MOSSÉRI DE FRUGALITÉ (page 201)

     Primauté de la faim – La satiété normale et la satiété pathologique – Le Système cornaro – Le Système Thomson – Le Système Mosséri – La bonne dose – État des selles normales – Combien de protéine par jour ?
… D’après le SYSTÈME MOSSÉRI de frugalité, c’est la primauté de la faim qui est en honneur…
     … Plus on mange, plus on a faim car on digère mal les aliments qui ne profitent plus au corps. Moins on mange, moins on a faim souvent, car on digère mieux et on assimile mieux…

 

Chapitre XVII – QUELLE CASSEROLE UTILISER ? (page 149)

     Comment sécher les fruits et les légumes…
… Les casseroles en fonte noire non émaillée nous semblent les meilleures…

 

Chapitre XVIII – COMMENT SE NOURRIR EN VOYAGEANT (page 213)

     Les aliments cuits sont dépourvus d’enzymes.

 

D E U X I È M E   P A R T I E – LES COMBINAISONS SIMPLIFIÉES

AVANT-PROPOS (page 221)

   … À quoi servirait cette étude si on garde encore la viande, le pain même complet, les céréales, les assaisonnements, les condiments, la cuisson à outrance, le camembert, le sucre même roux, le sel marin, l’huile raffinée ou vierge, le miel, le lait, etc…

 

Chapitre XIX – DANS LA NATURE (page 225)

     L’opossum – Le serpent – Le pigeon – L’homme.
… Nous estimons qu’il est essentiel de voir si on peut mélanger certains aliments dans un même repas sans trop de dégâts ou de difficulté pour la digestion ? C’est ainsi que nous acceptons que le repas de fruits soit composé de plusieurs fruits frais à la fois et non d’un seul.

Chapitre XX – LA DIGESTION – LES OBJECTEURS (page 229)

     La digestion – Les mélanges indigestes – Les objections – Les fruits acides – Les selles malodorantes et les gaz – Aux sceptiques – La science et l’interprétation – Chez les malades.
… Toutefois notre expérience diffère légèrement de celle de Shelton.
     Tandis qu’il attache autant d’importance aux bonnes combinaisons alimentaires qu’aux aliments eux-mêmes, nous attachons plus d’importance à ces derniers.
      En effet, nous avons observé la disparition totale de tous les catarrhes quand on supprime totalement le pain et les céréales…

 

Chapitre XXI – LES COMBINAISONS NATURELLES (page 251)

Le pain n’est pas un aliment spécifique de la race humaine.
     Il présentera toujours des inconvénients à être consommé, même sans sel, même complet, même seul, même associé correctement selon les savantes combinaisons de Shelton !
     Aucun accommodement ne rendra le pain acceptable au corps humain…

     … Dans Hygienic Review, vol. 37, n° 1 (sep. 1975), Shelton publie un article passionnant du Dr Ralph Bircher Benner, au sujet la question controversée des protéines.
     « Kofranyi de l’Institut Max Planck a prouvé qu’on pouvait maintenir un équilibre azoté complet et une efficacité physique admirable avec 25 g de protides par jour.
     De son côté, Oomen et Hipsley ont trouvé une population qui a réussi à développer non seulement une santé magnifique mais une musculature et une structure splendides avec des performances physiques correspondantes, rien qu’avec 15 à 20 g de protides par jour. »
     Voilà de quoi faire rêver tous les diététiciens !
     Je ne vois pas pourquoi Shelton et d’autres recommandent des doses plus fortes, c’est-à-dire 40 g environ.
     Avec une telle dose, les ennuis sont incalculables et il ne faut pas ensuite les imputer aux mauvaises combinaisons !...

 

Chapitre XXII – EXPÉRIENCES DE LABORATOIRE (page 259)

     La digestion salivaire des farineux – Les grand farineux encrassent – Le sucre contre l’amidon – Les farineux entre eux.
… Je ne vois pas pourquoi Shelton s’efforce d’étudier les bons mélanges du pain et des céréales, alors qu’il les condamne de toute façon…
     Des aliments aussi encrassants et aussi mauvais posent ainsi bien plus de problèmes à l’estomac et aucun accommodement subtil ne les rendra sain.

 

Chapitre XXIII – LES INHIBITEURS (page 269)

     Le vinaigre, les saumures, la choucroute, les cornichons – Les acides contre les farineux – L’alcool, les remplaçants du levain – e thé, le café, le sel – La famille de l’oignon et les radis – Les condiments.

 

Chapitre XXIV – LES FRUITS FRAIS (page 273)

Ceux qui appliquent la frugalité selon le système Mosséri ont avantage à manger une seule variété de fruits par repas, quitte à changer au repas suivant.
     … Quand on ne prend que des pommes, les intestins fragiles en seront vite encombrés…
     … Voilà pourquoi un mélange de fruits atténue les inconvénients que l’un d’eux seul pourrait avoir…
     … Ceux qui préfèrent prendre les fruits en jus se font du mal à leur santé… C’est pourquoi les jus entraînent l’indigestion et la fermentation. On est d’ailleurs tenté d’en prendre beaucoup trop…
     … Du point de vue des combinaisons alimentaires, nous permettons le mélange de tous les fruits frais au même repas à l’exclusion des bananes que nous écartons définitivement du régime…
     … Un mot en passant au sujet des ananas. Ce sont les fruits les plus acides qui soient même quand ils sont bien mûrs. On ne dépassera pas ainsi une tranche.
     Pour les oranges, on choisira les moins acides, donc celles qu’on vend en été surtout. Éviter d’en acheter en automne car elles contiennent trop d’acidité en cette saison. De même pour les pamplemousses.
     … Selon l’âge, l’activité, la faim, on mangera de 300 g à 1 500 g de fruits frais par jour au maximum…

 


Chapitre XXV – LE LAIT CAILLÉ (page 280)

    Les crudités -
     On l’appelle aussi yaourt, kéfir, etc…

 

Chapitre XXVI – LE PAIN, LES CÉRÉALES ET LA VIANDE (page 287)

… Pour notre part, nous ne traiterons pas de la combinaison du pain, ni des céréales, ni de la viande car nous sommes opposés à leur consommation…
     1). La consommation du pain et des céréales est la cause principale de toutes les maladies catarrhales telles que :
     rhumes, sinusites, asthme, bronchite, colite, etc…
     2). Il en est de même pour les maladies suivantes surtout causées par le pain :
     le rhumatisme, le lumbago, la sciatique, l’arthrite, l’arthrose, la goutte, le diabète.
     Sans pain, ni céréales toutes ces maladies ne peuvent pas se produire…
     Nous ne tolérons pas le pain et les céréales comme écarts car ils ne sont pas une tentation au même titre que les gâteaux ou la viande en général. On risque de glisser vers leur consommation régulièrement.
     Un organisme purifié ne supportera pas la moindre tranche de pain, même sans sel. La clarté d’esprit s’en ressent le lendemain.
     Quant à la viande, c’est un aphrodisiaque avilissant qui souille l’organisme et l’épuise par a stimulation.

 

Chapitre XXVII – LES LÉGUMES ET LES RACINES MI-CUITS (page 291)

Les légumes cuits qui comprennent les pommes de terre (et comme les crudités) se digèrent dans les intestins grêles. Dans la bouche, la mastication et l’action de la ptyaline transforment les amidons en sucre. Mais la moindre trace d’acidité dans la bouche inhibe et détruit la phtaline. C’est pour cela qu’aucun fruit frais ne doit être mangé avec, ni avant, ni après un mets de légumes…
… Ceux qui préconisent de manger des fruits avant le repas se trompent, car l’acidité traîne dans l’appareil digestif assez longtemps pour déranger le repas…
… Les tartes de fruits sont indigestes et passent dans les selles le lendemain par indigestion. Cela entraîne la perte des sucs digestifs précieux et une fermentation qui se traduit par un empoisonnement au niveau des intestins.
     Seules les tartes à l’oignon, au fromage, au poireau, aux bettes, sont acceptables comme écart de temps en temps les dimanches.
     Les tomates sont considérées comme un fruit, elles contiennent de l’acide et ne doivent pas être prises avec les légumes cuits, ni avec les pommes de terre. Du reste, elles ne doivent pas en outre être cuites en aucune manière…
     … Les légumes cuits s’accordent bien avec les crudités. On put les manger en même temps ou dans n’importe quel ordre, mais e préférence en commençant par les crudités qu’on aime le moins !
     … Au sujet des olives, à cause de leur amertume naturelle et des traitements qu’elles subissent, elles ne sont pas acceptables pour la santé…
     … La plupart des légumes sont bons : courgettes, haricots verts, choux-fleurs, choux blanc ou rouge, choux de Bruxelles, navets, éviter les épinards cuits (crus ils sont acceptables en petites quantités), bettes, éviter la rhubarbe, l’oseille. Les endives se mangent crues, elles sont très pauvres et pâles.
     Un mot en passant au sujet des légumineuses : haricots blancs, petits pois mûrs, lentilles, pois chiches, fèves sèches, soja. Ces aliments ont l’inconvénient qu’on ne peut pas les manger crus et qu’ils sont très difficiles à digérer, bien plus que la viande ou les noix. Il faut les abandonner…

 

Chapitre XXVIII – LES DIFFÉRENTES NOIX (page 297)

… La ration que nous recommandons de ne pas dépasser est de 10 g, c’est-à-dire 5 petites amandes par exemple…
     … Toutes les noix seront mangées crues avec leurs peaux, sauf les amandes, car la peau des amandes contient un poison…
     … Les noix que nous préférons sont les noix pecan car elles ne contiennent aucune âcreté comme les amandes.
     Les noix du noyer sont un peu fortes à cause du tannin. Nous les avons écartées du menu.
     Nous aimons beaucoup de pépins blancs de courge et les pépins de tournesol crus…
     … Les noix de cajou sont appréciées de tous. On les aime tellement qu’on en abuse ! Pour cette raison, nous préférons ne plus en acheter…
     Les avocats sont aussi des noix qu’on peut manger nature, si on les aime…
     … Nous avons donc recommandé la dose de 10 g de noix diverses par jour.
     Notons que cette ration ne doit pas être manquée un seul jour car le corps n’emmagasine pas les protides comme il le fait pour les farineux…

 

Chapitre XXIX – LES FROMAGES (page 303)

     Le fromage blanc.
     … Dans l’idéal le fromage doit être abandonné… En attendant, on peut toujours en prendre jusqu’au jour où on aura décidé de l’écarter définitivement du menu. Pour s’en écarter peu à peu, il suffira de le manger tout seul en le goûtant bien. On lui trouvera toujours un défaut qu’on ne trouve pas quand on mange des amandes, des noisettes, ou autres noix…

 

Chapitre XXX – LES FRUITS SECS DOUX (page 308)

Ce sont les dattes, figues, bananes et raisins secs. (Pas de pruneaux ni d’abricots secs car ils contiennent des poisons. La preuve c’est qu’on les prend comme laxatifs)…
     … Doit-on tremper les fruits secs ? Cela leur redonnera leur teneur naturelle… L’eau de trempage sera bue.
     Laver soigneusement les figues et les raisins secs avant de les tremper ou de les manger car ils sont parfois enrobés d’un conservant (paraffine, etc.).
     Les quantités seront minimes car ce sont des aliments très énergétiques et le moindre abus donnera gaz et diarrhées…
     Peut-on mélanger les dattes (ou autres fruits secs) avec les fruits frais ? Non…

 

Chapitre XXXI – LE LAIT (page 311)

     Melons et pastèques – Les gâteaux
… L’adulte ne peut pas digérer le lait…
     … Le melon et la pastèque ne peuvent être pris avec les autres fruits…
     … On s’abstiendra de tous les gâteaux qui sont à base de farine…

 

CONCLUSION (page 316)

     Tableau des combinaisons simplifiées.
… L’homme primitif n’avait ni cuisine, ni cuisinière, ni cuisinier. Il n’avait ni salle à manger, ni montre, ni livre de recettes. Quand il avait faim, il cueillait un fruit ou deux et les mangeait sous l’arbre. C’était le Jardin d’Éden. C’était le Paradis.
¤


 

L ES COMPATIBILITÉS ALIMENTAIRES
par Jean-Claude Reygade

Autres textes de Jean-Claude Reygade : "L'art de composer des menus équilibrés" - "Initiation à l'alimentation compatible" (2007) - L'alimentation à Monbéjan

LES COMPATIBILITÉS ALIMENTAIRES
Minimisons l’apport des déchets dans l’organisme (Sommaire et Extraits)

Jean-Claude Reygade © 2002 Texte présenté dans la revue Biocontact  – n° 119, Novembre 2002 (pages 70 à 72)

Merci de respecter le copyright concernant les phrases  du texte.


LES COMPATIBILITÉS ALIMENTAIRES
Minimisons l’apport des déchets dans l’organisme (Sommaire et Extraits)

     L’école hygiéniste recommande de dissocier certains types d’aliments afin d’en faciliter la digestion. En effet, à quoi bon consommer bio si on ne peut pleinement assimiler ce que nous mangeons ? Quelques règles.

     Les premières études relatives aux associations alimentaires ont été effectuées par Herbert Shelton, célèbre hygiéniste américain, spécialiste de la pratique du jeûne thérapeutique, puis par Albert Mosséri, en France.
     Ces recherches sont reprises et confirmées par un autre hygiéniste, français, biologiste de formation, Monsieur Désiré Mérien.
L’hypothèse de ces chercheurs s’appuie sur trois constatations :

 

1 – LES TEMPS DE DIGESTION

    Chaque aliment nécessite un temps de digestion variable qui peut aller de quelques minutes pour un fruit (consommé seul) à quelques heures pour un plat de lentilles.
     Des aliments ayant des temps de digestion et d’assimilation trop différents risquent fort de se contrarier dans l’estomac et de se retarder mutuellement dans le processus de transformation.

 

2 L’ÉQUILIBRE ACIDO-BASIQUE DIGESTIF

     Le fonctionnement du corps humain dépend étroitement d’un subtil équilibre acido-basique (nommé aussi pH).
     Le pH se mesure sur une échelle variant de 1 à 14. La zone de 1 à 7 est dite acide, la zone de 7 à 14 est dite basique. L’équilibre entre les acides et les bases se situe au milieu, pH 7.
     La peau a un pH de 5,2, elle est donc légèrement acide. Le sang a un pH de 7,35, assez équilibré et l’urine peut varier de 5 à 8, donc parfois acide, parfois basique.
     Le système digestif, lui aussi, obéit à son propre équilibre acido-basique :
     Les protéines animales : viande, poisson, œuf, fromages, laitages et les protéines végétales : tofu, les légumineuses (lentilles, pois chiches, soja, haricots blanc et rouge), les oléagineux (noix, noisettes, amandes), se digèrent en milieu acide, pH 2 à 3, alors que les sucres lents (pain, pâtes, riz, céréales) se digèrent en milieu basique, pH 7 à 8.
     La principale proposition diététique hygiéniste est donc de dissocier les protéines des féculents car nous ne pouvons demander au même estomac et au même moment d’être à la fois acide pour transformer le poisson, la viande ou le tofu et basique pour transformer le riz, les pâtes ou les pommes de terre !
     Cette dissociation ne s’applique pas aux protéines grasses telles que les fromages gras (gruyère, comté), les oléagineux (noix, amandes, noisettes). En effet, les protéines grasses et les féculents sont neutres ensemble.
     Par contre, les protéines maigres (yaourts, fromage blanc à 0 %) sont très incompatibles avec les féculents (exemple : un plat de riz suivi d’un yaourt en dessert). Ce type de mélanges, très répandu culturellement, rend souvent les enfants malades en créant une toxémie par fermentation du féculent.
     Les lipides (huiles végétales, beurre, crème fraîche) sont compatibles avec les féculents, mais beaucoup moins compatibles avec les protéines qui contiennent déjà des lipides comme la viande de porc et les noix par exemple.
     Les fruits contiennent du sucre rapide, des vitamines, des sels minéraux, un peu de protéines, de l’eau. Ce sont les seuls aliments ne nécessitant pas de transformation chimique pour être assimilés, et leur digestion est très rapide. C’est pour cela qu’il est conseillé de les consommer en dehors des repas, seuls. Les fruits consommés en fin de repas fermentent et se transforment en alcool.
     Dans la famille des sucres rapides, nous avons donc les fruits frais, la compote, les fruits secs sucrés (raisins secs, dattes, figues, etc.) mais aussi les mauvais sucres, plus exactement le sucre blanc raffiné que l’on retrouve dans les bonbons, les sodas, la charcuterie, les pâtisseries.
     Les légumineuses sont très prisées dans plusieurs pensées diététiques. Ce sont les lentilles, pois chiches, haricots blancs/rouges, les légumes secs Ces aliments sont très riches en minéraux, protéines et sucres lents. Mais, du fait de cette richesse ils sont, chez certains, difficiles à digérer.
     L’important n’est pas ce que nous absorbons, mais ce que nous pouvons assimiler.
     Les légumes tiennent une place particulière dans l’alimentation. En effet, ce sont les seuls aliments, avec les fruits, dont le bilan final de digestion est basique.
     Tous les aliments ont tendance à être acidifiants pour l’organisme, sauf les fruits et les légumes. Il ne faut pas confondre les aliments acides et les aliments acidifiants : l’orange est acide au goût mais basique au final quand nous sommes en état de réception. Si notre toxémie est trop importante (vérifiée par une situation de constipation et de frilosité), alors l’orange sera acidifiante. Le riz, doux au goût, a un bilan final acidifiant.
     Le fonctionnement que nous avons actuellement dans notre société est très acidifiant.
     Les sources d’acidification de l’organisme sont diverses :
          - Le stress de la vie quotidienne professionnelle, familiale et les scénarios de vie mal vécus chez certains entraînent une réaction chimique acidifiante dans l’organisme : le stress est la plus grande source d’acidification de l’organisme.
          - La mauvaise qualité des aliments ingérés est source d’acidose : engrais, colorants, conservateurs, sucre blanc.
          - La mauvaise gestion des associations alimentaires, par exemple un excès de protéines animales et végétales, crée naturellement de l’urée et de l’acide urique ; ces produits en excès se stockent dans l’organisme et sont à la base de toutes les maladies articulaires, au même titre qu’un excès de féculents provoquera des maladies catarrhales et respiratoires chez certains.
          - Les médicaments sont aussi une source de pollution importante car les effets secondaires (iatrogènes) sont parfois plus nocifs que le mal qui est censé être combattu.

     Face à cette surenchère de fabrication d’acides, le fait de consommer des légumes et fruits basiques permet à l’organisme de s’équilibrer plus harmonieusement. En fait, les fruits et légumes vont faire tampon dans le système acido-basique global de chacun.
     Le meilleur moyen de réduire son propre état de toxémie, s’il est trop important, est de permettre au corps, en le mettant au repos, d’évacuer ses acides qu’il a accumulés au fil du temps. Ceci se fera par une alimentation basique, par la diète et par le jeûne.

 

3 – LE CAPITAL D’ÉNERGIE VITAL

     Il diffère d’un individu à l’autre et varie dans le temps chez la même personne.
     Nous avons tous un héritage énergétique variable à la naissance, certains naissent avec des châteaux et des actions boursières, d’autres avec une cabane et une valise de vêtements uniquement.
     Dans les deux cas, l’objectif est d’entretenir et d’essayer d’améliorer cet héritage. On peut dépenser rapidement le capital familial, faire faillite et se retrouver sans rien, ou bien faire fructifier le peu d’avoir de départ et améliorer sa condition.
     Dans le cas du corps humain, la faillite se traduira par la maladie, la destruction.
     La fructification se traduira par une augmentation de son potentiel d’activité mentale et physique. Ces situations sont directement liées au choix de vie que nous ferons, notre hygiène de vie, tant dans le domaine alimentaire que spirituel, affectif, professionnel, familial, géographique…
     Une critique très souvent émise, relative à la dissociation des protéines et des féculents est la suivante :
 Les acides aminés ne sont pas suffisants et il serait nécessaire de les compléter par les acides aminés des légumineuses. Les partisans de cette hypothèse prennent l’exemple des Africains du Nord qui consomment pois chiches et semoule, ou bien les paysans du Sud américain qui consomment des haricots rouges avec du maïs.
     Peut-on comparer un Africain du Nord ou un paysan brésilien qui marchent beaucoup, qui travaillent de façon importante physiquement, qui ne sont pas agressés mentalement en permanence par des médias, par le bruit, avec un Européen moyen qui s’assied dans sa voiture pour participer aux embouteillages, puis s’assied à son bureau pour quelques heures, prend son repas de midi assis au restaurant ou à a cantine de ‘entreprise, puis reprend sa voiture pour rentrer chez lui, assis devant la télévision, ingurgitant des informations souvent négatives… Et qui entretient, avec peut-être un peu de malchance, des relations affectives conflictuelles… En effet, la société matérialiste a fabriqué des assistés qui passent beaucoup de temps dans un intellectualisme qui éloigne de la réalité humaine historique.
     Cette réalité, présente dans encore beaucoup de pays au monde, consistait, et consiste encore, à cultiver la terre pour se nourrir et nourrir la famille…
 Une personne dotée d’un faible potentiel d’énergie vital, ou se retrouvant momentanément dans une toxémie trop importante de par une mauvaise hygiène de vie mentale et alimentaire, risque fort d’être dans l‘incapacité d’utiliser correctement des aliments trop concentrés qui finiront par putréfier et fermenter, créant ainsi une augmentation de la toxémie.
     C’est pour cela que les hygiénistes se méfient des aliments et des mélanges alimentaires complexes.
     Si une personne possède un bon capital énergétique, avec une faible toxémie, elle pourra consommer des aliments nutritionnellement riches comme les légumineuses. Dans le cas contraire, ces aliments seront plutôt à éviter au profit d’aliments plus simples.

 

NE PAS CONFONDRE FAIM ET PEUR DE MANQUER

     Nous devrions, dans l’idéal, nous poser trois questions avant de manger :
- Est-ce que j’ai vraiment faim ou bien je mange par habitude, parce que c’est l’heure ?
- Est-ce que les aliments que j’ai devant moi vont m’apporter les nutriments essentiels dont j’ai besoin ?
- Est-ce que j’ai la capacité énergétique suffisante pour éliminer les déchets (toxines) que je vais naturellement me fabriquer à partir de ces aliments ?
     Un des principaux moteurs actuels de réaction diététique de notre société est la peur de manquer. Ceci s’explique sociologiquement avec nos parents et grands-parents qui ont vécu de manière forcée des restrictions alimentaires à cause des guerres.
     De ce fait, la tendance actuelle est de surconsommer des aliments, avec parfois rajout de compléments alimentaires, et beaucoup de nos concitoyens sont en carence par surconsommation. En effet, l’organisme préfère parfois, pour sa survie, mobiliser son énergie pour éliminer les excès alimentaires au détriment de la fonction d’assimilation.
 

  ET LE LAI T ?

       Un petit mot plus particulier au sujet des produits laitiers très décriés actuellement. Il est vrai que les vaches folles ne pouvaient donner du lait de Jouvence !
     De plus en plus de personnes sont réactives en consommant des produits laitiers et il est bon qu’elles arrêtent d’en consommer. Pour les autres, je conseille plutôt les fromages frais en premier (chèvres, brebis, vache en dernier) ou les fromages à pâtes dures de tradition ancienne tels que le cantal, le gouda, le comté, etc. Les fromages fermentés tels que le camembert, les bleus, ont tendance à acidifier la flore microbienne.

 


 VERS UNE ALIMENTATION SIMPLE

     Nous consommons trop de protéines dans nos pays occidentaux. Les déchets naturels des protéines, l’urée et l’acide urique, sont une des principales causes de toutes les maladies arthritiques. Un aliment à protéine concentré est suffisant à l’âge adulte.
     Il est intéressant de voir aussi que dans les endroits du monde qui regroupent de façon importante des personnes plus que centenaires, l’alimentation est frugale et peu diversifiée : quelques légumes et fruits locaux, une à deux céréales locales et un peu de fromage égoutté provenant d’un animal de la faille des bovidés (yak, vache).
      Ce besoin permanent de varier à outrance les aliments consommés est une erreur entretenue par les médias dans un but commercial et non dans un but de santé publique.
     Les hygiénistes proposent et conseillent une alimentation simple à tendance crudivoriste et végétarienne. Elle sera à base de fruits et légumes, un peu de céréales, parfois des légumineuses et, comme source de protéines, des oléagineux (noix, amandes, etc.), quelques produits laitiers classés dans les aliments de compromis, du tofu, des œufs. Elle devra être pensée non seulement en besoin quantitatifs et qualitatifs mais en possibilité individuelle de digestion.
     Souvent ce n’est pas l’aliment qui est en cause, mais notre propre capacité de réception qui varie en fonction de différents paramètres, principalement psychologiques.

Jean-Claude Reygade.
Directeur du centre de cures diététiques de Monbéjan, auteur.

LIRE
-  « Bien alimentairement vôtre » + planche A3 plastifiée sur la compatibilité des aliments, Jean-Claude Reygade, 30 euros port compris.
-  « Compatibilités alimentaires », Désiré Mérien, biologiste, 21 euros port compris.

Règlement à l’ordre de : Balance de vie, 32130 Savignac-Mona

CONTACT
Centre de Montbéjan, Jean-Claude Reygade, 32130 Savignac-Mona, Tél./fax : 05 62 62 35 45,
Site : www.monbejan.com

 

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES À L’ARTICLE PARU DANS BIOCONTACT REPRODUIT IN – EXTENSO CI-DESSUS :

Jean-Claude Reygade est décédé en 2008.
Informations sur le décès de Jean-Claude Reygade en 2008 aux liens : http://www.piktos.fr/V4/sites/www.piktos.fr/prd_fiche-lg1.php?&edition-nom=dangles&edition-nom=dangles&livre=20841  et
http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/t392-j-ai-lu-un-article-sur-le-net

Le site du Centre Diététique de Monbéjan, 32130 Monbéjan, a été changé : http://www.centre-monbejan.com/ mais il n‘y a pas de réponse au numéro de téléphone 05 62 62 35 45.
Il apparaît sur internet la clôture de la procédure judiciaire pour insuffisance d'actif le 31.05.2011 : http://www.infofaillite.fr/fr/liquidation-judiciaire/661147/sarl-monbejan.aspx. Ce centre ne fonctionne plus depuis 2009.
 
Il a été créé, à proximité, la Maison de cure de Marie-France, Les Logis de Kafoutine présentée au lien : http://www.cure-detoxination.fr/  
Adresse : Au village, 32130 Nizas - Tél. : 05 62 62 04 95 & 06 08 35 13 79.
Ce centre a été créé en 2009 par Marie France VEGA, ancienne collaboratrice de Jean-Claude Reygade.
"Marie-France VEGA est l'amie et la confidente des curistes, le bras-droit de Jean Claude Reygade" (lu au lien http://www.centre-monbejan.com/index.php).

LIVRES DE JEAN-CLAUDE REYGADE :

Le livre « Bien alimentairement vôtre » écrit par Jean-Claude Reygade est vendu
-  à Nature et Vie : http://www.nature-et-vie.fr/librairie/livre#p133 (1994 - 194 pages, 19 €).

Le livre « Bien manger grâce aux combinaisons alimentaires – Introduction à l’hygiénisme » écrit par Jean-Claude Reygade est vendu chez Amazon http://www.amazon.fr/Bien-manger-grace-combinaisons-alimentaires/dp/2703308418/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1378287379&sr=1-1 (2010 – 186 pages 18.29 €)

REMARQUE :

Jean-Claude REYGADE a présenté dans Biocontact n° 169 paru en mai 2007 (pages 12 à 19) un article intitulé : "Initiation à l'alimentation compatible" -
Résumé : "Des arguments sont développés concernant les associations alimentaires. Elles reposent d'une part sur le temps de digestion de chaque aliment et dépendent de l'énergie mise à la disposition de celle-ci, d'autre part sur l'équilibre acido-basique digestif. Les constituants des repas (sucres lents, protéines, légumineuses, lipides, légumes verts, fruits, boissons) sont étudiés en même temps que les fonctions et les comportements de l'organisme." (Lu au lien : http://abiodoc.docressources.fr/opac/index.php?lvl=categ_see&id=2463). Lire un extrait au lien : #Initiation_alimentation_compatible.

 

AUTRE TEXTE « L’art de composer des menus équilibrés » :

Un autre texte : « L’art de composer des menus équilibrés » écrit par Jean-Claude Reygade est paru sur le site de l’Association Française de Bio-énergétique : http://www.francaise-bio-energetique.com/menus-equilibres-reygade.htm. Il est aussi présenté au lien http://reiki-eloise.fr/2011/10/30/l%E2%80%99art-de-composer-des-menus-equilibres/ et au forum http://www.onlinetri.com/phpBB2/viewtopic.php?p=881605

Condensé de ce texte :

"L’art de composer des menus équilibrés" par Jean-Claude Reygade - CONDENSÉ

LES COMPATIBILITÉS ALIMENTAIRES
     … Mais la pratique devient simple, la théorie une fois maîtrisée : un repas à base de crudités en entrée suivi d’un gratin de pâtes au gruyère est un repas compatible, suffisant et à la portée de tous.
     Aucune quantité ne sera donnée, même à titre d’exemple, car elles sont très variables d’une personne à l’autre, d’un jour à l’autre, d’une saison à l’autre, selon le vécu émotionnel et professionnel de chacun…

LES ASSOCIATIONS ALIMENTAIRES
     Cette théorie repose d’une part sur le temps de digestion de chaque aliment et de l’énergie mise à la disposition de celle-ci, d’autre part sur l’équilibre acido-basique digestif.
Le temps de digestion des aliments : il peut varier de quelques minutes pour les jus de fruits, les fruits, le sucre, le miel, à environ une demi-heure pour les légumes verts et jusqu’à cinq heures pour les légumineuses (lentilles et légumes secs en général)…
     … Le potentiel de vitalité générale d’une personne est fonction de son hygiène de vie physique, mentale et alimentaire…

FABRICATION DE TOXINES IMPROPRES À L'ÉTAT DE SANTÉ GÉNÉRALE.
     Si la personne consomme des aliments « lourds » à digérer, une carence d’énergie certaine dans les fonctions digestives se fera sentir et ces mêmes aliments, au lieu de nourrir, vont stagner dans l’estomac et les intestins trop longtemps, dans un processus de fermentation et de putréfaction. Non seulement l’objectif de départ, qui était nutritionnel, ne sera pas atteint, mais, à la place, nous aurons une situation d’empoisonnement par fabrication de toxines impropres à l’état de santé générale.
Les principaux signes cliniques en sont une langue blanche chargée, une haleine fétide, des selles irrégulières, collantes, nauséabondes, une urine foncée, malodorante…
     … En fait, si je pousse le raisonnement plus loin, il faudrait, avant de manger, se poser simultanément deux questions :
— Cet aliment va-t-il m’apporter les nutriments essentiels dont j’ai besoin ?
— Ai-je les capacités énergétiques suffisantes pour digérer, assimiler et éliminer les déchets provenant de cet aliment ?

L’ÉQUILIBRE ACIDO-BASIQUE DIGESTIF
     Cet équilibre se mesure sur une échelle de valeur allant de 1 à 14 : de 1 à 7 l’état est acide, de 7 à 14 l’état est basique. L’équilibre entre les acides et les bases se situe dans l’idéal à 7. On parle alors du potentiel hydrogène (pH).
     Exemples : le pH sanguin est de 7,35, un peu basique, le pH urinaire varie de 5 à 9, le pH de la peau est de 5,2. La digestion se fait aussi dans un pH particulier, suivant l’aliment ingéré.

A. LES SUCRES LENTS
     On les appelle aussi féculents, glucides lents, hydrates de carbone. Ce sont les pommes de terre, le riz, les pâtes, le pain, le pil-pil, le quinoa, le millet, le sarrasin, la semoule de couscous (toutes les céréales en général). Ils subissent une première phase digestive buccale en milieu basique, grâce à un suc digestif buccal basique (pH 7 à 8). Ce travail de transformation chimique continue dans l’estomac, toujours grâce à ce suc salivaire basique…
     … Une consommation excessive de céréales sans contrepartie de dépenses physiques crée une dépense d’énergie conséquente pour dissiper le sucre en excédent. De ce fait, l’appareil cardio-pulmonaire est mis à rude épreuve lors de l’utilisation de ces sucres arrivant massivement. Pour éviter les sensations de chaleur excessive dans le corps, le surmenage du pancréas chargé de maintenir le taux de sucre dans le sang et l’usure plus rapide du système cardio-pulmonaire, les sédentaires doivent réduire leur consommation de céréales (pour les asthmatiques, elle est fortement déconseillée, dans ce cas, leur préférer les pommes de terre). Pour les travailleurs physiques, les sportifs, une consommation modérée (une fois par jour) de céréales leur apportera le sucre et les nutriments nécessaires à leurs activités…

B. LES PROTÉINES
     Les protéines comprennent la viande, le poisson, les œufs, le yaourt, les fromages, le tofu, les noix, les noisettes et les amandes (oléagineux). Elles ne subissent pas d’action chimique buccale. Après mastication, ces aliments parviennent dans l’estomac. Dans ce dernier, l’organisme libère de l’acide chlorhydrique (HCl) d’un pH 2 à 4, donc très acide.
     Une fois transformées en acides aminés, les protéines passeront dans l’intestin grêle pour être à leur tour assimilées sous forme d’acides aminés. La principale transformation chimique des protéines se fait dans l’estomac en pH acide.
     En théorie, le mélange féculent-protéine est incompatible. En effet, nous n’avons qu’un seul estomac et on ne peut réclamer à celui-ci un milieu à la fois basique d’un pH 7 à 8 pour les féculents et un milieu acide d’un pH 2 à 4 pour les protéines.
     Ceci est très ennuyeux car la démarche alimentaire actuellement admise est d’associer presque systématiquement : poisson avec riz, jambon avec purée, steak avec frites.
     Une exception existe avec les protéines grasses : noix, noisettes, amandes (oléagineux), fromages à pâte cuite (Comté, Gouda, Gruyère, etc.) qui sont semi-compatibles avec les féculents grâce à la présence des lipides.
     Les produits laitiers comprennent : le lait biologique, le lait UHT cuit à plus de 100 °C, les fromages à pâtes fermentées : Bleu, Camembert, Roquefort, etc., les fromages blancs frais : de vache, de brebis, de chèvre, ainsi que les yaourts et petits suisses, les fromages à pâtes cuites : Gruyère, Comté, St-Paulin, Gouda, etc. Les produits laitiers sont classés dans les sous-produits animaux. Ils contiennent nutritionnellement des protéines, des lipides, des glucides, du phosphore et ce « fameux » calcium fort à la mode.

LE LAIT EST UN ALIMENT DÉCONSEILLÉ POUR L'ADULTE
     … — Les fromages à pâte fermentée sont très acidifiants et destructeurs de la flore microbienne intestinale. Par leur acidité, ils sont très incompatibles avec le pain.

LES ÉCHANGES NUTRITIONNELS DE L'ORGANISME
     Les moisissures contenues dans ces fromages sont soupçonnées de détruire la flore microbienne intestinale au même titre que les antibiotiques. Cette flore est encore mal connue. On en parle aujourd’hui comme d’un écosystème très riche par le nombre de souches microbiennes existantes, chaque souche contenant des milliards d’individus. C’est à partir de cette flore que tous les échanges nutritionnels de l’organisme se font. Cette flore intestinale aurait des affinités très puissantes avec l’ensemble du système immunitaire. Tout élément perturbant cet équilibre microbien détruirait certaines souches, laissant la place libre soit à une prolifération pathologique d’une des souches naturellement présentes, soit à une colonisation par une souche externe (par exemple la Candida albicans).
     Les connaissances actuelles étant trop réduites pour affirmer quoi que ce soit relatif aux fromages fermentés, leur suppression ou leur consommation restreinte semble cependant un gage de prudence.
— Les fromages frais, ainsi que les yaourts de fabrication récente, n’ont pas les inconvénients des pâtes fermentées. Ces derniers peuvent être placés en première place favorable parmi les produits laitiers. Ils sont compatibles avec soit les légumes verts, soit les fruits frais.
— Les fromages à pâte cuite sont compatibles avec le pain. Leur haute teneur en lipides leur permet une digestion en deux temps : pain-lipide puis protéine. Ces deux temps permettent de supprimer la contrariété acido-basique. Ils sont utiles dans les modes alimentaires de transition pour les personnes en surconsommation de protéines animales.
     Dans certaines écoles de pensée diététique, les produits laitiers sont remis en cause et parfois bannis en totalité…
La viande et le poisson contiennent des nutriments essentiels par leur teneur en protéines nobles mais apportent également beaucoup de déchets appelés purines, urée et acide urique. Pour les végétariens, la consommation de produits laitiers ou oléagineux (noix, noisette, amande) remplaceront favorablement la viande et le poisson…
     … Pour les strictement végétaliens, les acides aminés provenant de la viande et du poisson se retrouvent en totalité dans les oléagineux : noix, noisettes, amandes, noix de cajou, noix du Brésil, pignons de pin. Ceci est théorique et demande beaucoup de vigilance ; en effet, il n’est pas sûr, après avoir longtemps consommé des produits animaux, que l’organisme soit capable d’assimiler les protéines d’origine végétale. Toute démarche vers le végétalisme doit être effectuée dans un premier temps sous surveillance compétente…
Le poisson (non issu d’élevage) est de meilleure qualité biologique (mis à part la présence éventuelle de mercure) car il n’a pas reçu d’antibiotiques, de vaccins, d’hormones de croissance et de nourriture inadaptée à son espèce comme la vache folle. Mais il a un inconvénient majeur : c’est un aliment qui rentre très vite en décomposition et fabrique rapidement des poisons. Son ultra-fraîcheur avant consommation est obligatoire.
Sa surconsommation entraîne les mêmes problèmes que la viande car le taux de protéines est équivalent.
Si nous pouvons dire que les céréales en excès fatiguent le système cardio-pulmonaire, les protéines en excès fatiguent le système rénal par trop grande élimination toxinique.

C. LES LÉGUMINEUSES
Elles comprennent les lentilles, le soja, les haricots blancs et rouges (légumes secs en général).
Elles sont très riches à la fois en protéines et en féculents. Malgré leur apport nutritionnel important, ces aliments sont difficiles à digérer car féculents et protéines sont incompatibles entre eux. Les légumineuses ne sont pas conseillées aux personnes à faible vitalité.

D. LES LIPIDES
     Les huiles végétales, le beurre, la crème fraîche, le saindoux, l’avocat, sont souvent en surcharge avec les protéines, car ces dernières contiennent déjà des lipides (la viande de porc, classée en protéine, est très grasse, très lipidique).

E. LES LÉGUMES VERTS DE SAISON
     Ils sont très compatibles entre eux. On peut les consommer crus ou cuits. Exemples : salade composée avec laitue, radis, concombre ou soupe de légumes poireaux-carottes, navets. Leur point fort est qu’ils sont compatibles avec toutes les autres familles d’aliments, protéines, féculents, lipides.

F. LES FRUITS
Rapides de digestion, contenant beaucoup de sucres rapides, ils sont quasiment incompatibles avec les autres familles d’aliments sauf avec les fruits secs sucrés : les raisins secs, dattes, figues, abricots secs, pruneaux, et les protéines maigres acides : yaourt, petit suisse, lait caillé.
     Les fruits, bien que considérés comme essentiels, peuvent devenir dangereux consommés en mauvaise association. C’est le cas du fruit en fin de repas : son transit dans l’intestin est bloqué au niveau de l’estomac par la présence des autres aliments, quelle que soit leur nature (et a fortiori les féculents). Le fruit contenant beaucoup de sucre rapide, ce dernier va fermenter et sera transformé en alcool. Je rappelle que c’est à partir de pommes que l’on fabrique le cidre et le Calvados, à partir du raisin que l’on fabrique le vin, l’eau de vie, etc. Nous retrouvons parfois des personnes, qui n’ont jamais bu une goutte d’alcool de leur vie, avec une cirrhose du foie !
     Elles n’avaient pas besoin de boire puisqu’elles avaient transformé leur estomac en alambic pendant des décennies avec les fruits en fin de repas.
Une association très répandue, particulièrement désastreuse pour les enfants et qui provoque des désordres O.R.L. comme les otites, rhinites, bronchites, bronchiolites, angines : un repas de féculents (riz ou purée par exemple) et un yaourt sucré en dessert : le mélange féculent et yaourt (protéine acide) est incompatible et le mélange féculent/sucre du yaourt (sucre rapide) est également incompatible. Cela nous donne une double incompatibilité majeure et des rendez-vous réguliers chez le pédiatre.

G. LES BOISSONS
     Les jus de fruits, le vin, la bière, le thé, les tisanes, le café sont à classer parmi les aliments à cause de leur composition. Exemples : la bière est faite à partir de céréales, le vin à partir du raisin, quant au café, il contient beaucoup d’acide urique. Ces liquides ne sont pas anodins dans l’alimentation. Un verre de jus d’orange ou de vin, par son acidité, bloque la digestion basique des féculents, consommés au même repas. Par contre, dans un repas de protéines qui se digèrent en milieu acide, l’association sera plus acceptable.
     La boisson chaude retarde la digestion en fin de repas car elle dilue les sucs digestifs présents. Quant aux boissons froides, ou glacées, elles créent un choc thermique dans l’organisme. Elles doivent être consommées à température ambiante, surtout l’été. Il est rappelé que les jus de fruits sont à classer dans les aliments plutôt que dans les boissons de par leur teneur importante en sucres et vitamines. Ces deux derniers éléments sont très énergétiques et adaptés à l’activité du corps. C’est pour cela qu’il est déconseillé de boire un jus de fruit après 18 heures car il risque de perturber gravement le sommeil.

LA SEULE BOISSON VÉRITABLE EST L'EAU SOURCE DE TOUTE VIE.
     Toutes ces boissons correspondent plus à un besoin culturel que physiologique. Ce besoin est aussi important et c’est à chacun de trouver sa propre voie du « milieu ». La seule boisson véritable est l’eau, source de toute vie.
     Quand faut-il boire ? Quand on a soif !
     Cette réponse peut paraître un peu simpliste mais elle est donnée à ceux et à celles qui se forcent à boire un, deux ou trois litres d’eau par jour sans soif, sous prétexte d’éliminer ! L’élimination est un processus cellulaire à ne pas confondre avec l’évacuation intestinale et urinaire. La surconsommation d’eau dans notre climat tempéré ne se justifie pas et peut entraîner une insuffisance rénale grave par fatigue des reins.

FAUT-IL BOIRE PENDANT LES REPAS ?
     Si le repas contient en bonne proportion des légumes crus et cuits et que, dans la journée, des fruits frais ont été consommés, alors il n’est pas nécessaire de boire pendant le repas. Faut-il boire en dehors des repas ?

LE STRESS
     Avant d’aborder le « comment manger », il est important de signaler que la toxémie, source de toute maladie, est créée par un état d’acidose d’origine d’une part alimentaire mais aussi, d’autre part, mentale. En effet, dans une situation de stress relationnel, l’organisme déclenche un processus chimique avec hormones, corticoïdes, adrénaline, noradrénaline, dont le résultat final de dégradation est l’acide vanyl-mandélique, perturbant l’équilibre acido-basique.
     Les stress peuvent être ponctuels : divorce, deuil, chômage, déménagement, mais aussi ancrés et anciens. C’est le cas des « scénarios de vie mal digérés » que sont les moments conflictuels dans la vie d’un individu, datant de l’enfance, de l’adolescence ou de son existence présente. Ces situations intégrées négativement créent des contentieux émotionnels non évacués et sont souvent rattachés à des conflits d’ordre familial. Tant que les dépendances envers ces chocs émotionnels existent, il est vain de vouloir résoudre un symptôme de maladie persistant, uniquement en supprimant la toxémie d’origine alimentaire.
     Le corps humain fonctionne avec deux processus :
— psychosomatique, exemple : la colère que j’ai envers un de mes parents crée une toxémie qui engendre des crises d’asthme,
— somato-psychologique, exemple : ma mauvaise alimentation fabrique une toxémie qui se localise dans mon système respiratoire, engendre des crises d’asthme et me crée des problèmes relationnels à cause de ma mauvaise humeur.
     Le mot humeur a deux connotations : c’est un trait de caractère agréable ou désagréable et ce sont les liquides qui circulent dans mon organisme, principalement le sang et la lymphe.
     Une personne de « mauvaise humeur » indique une toxémie d’origine physiologique qui intervient sur son caractère de sociabilité. Dans certains cas, il est souhaitable d’utiliser un outil de travail psychothérapeutique comme la bio-analyse qui permet le repérage des scénarios de vie, leur évacuation émotionnelle et un nouveau repositionnement de détachement. Il existe d’autres outils intéressants comme le programme Sappe et Espere de Jacques Salomé.

ALORS, QUOI MANGER ?
— Les fruits seront consommés en dehors des repas, au moins un quart d’heure avant le repas, ou bien dans la matinée ou encore l’après-midi.
— L’association fruits + fruits secs sucrés + yaourt peut se faire le matin au petit déjeuner.
— Les légumes verts, nécessaires à chaque repas, en crudités et/ou cuits vapeur seront présents en grande proportion.
— Les fruits et les légumes sont les seuls aliments qui drainent et qui nourrissent le corps sans l’encrasser. De plus, ce sont les seuls aliments dont le bilan final est basique pour l’organisme, contrairement à tous les autres aliments qui sont acidifiants. Il est très recommandé de leur donner une place de choix dans notre alimentation.
— Les légumineuses sont compatibles avec les légumes.
Exemple : une assiette de crudités avec un plat de lentilles cuisinées avec oignons et carottes.
— Les huiles végétales de première pression à froid et le beurre (lipides) sont compatibles avec les légumes et les féculents.
A noter : citron, vinaigre, tomate et vin sont incompatibles avec les féculents et compatibles avec les protéines.
Sur les deux repas principaux de la journée, déjeuner et dîner, un repas sera composé de crudités + féculents + légumes vapeur, et l’autre repas : crudités + protéines + légumes vapeur.
     En fait, au lieu de penser l’équilibre alimentaire sur un repas, nous allons le penser sur la journée. Ces indications sont bien sûr théoriques et à adapter selon chacun, c’est-à-dire suivant son potentiel énergie, sa toxémie et ses goûts.

LES ALIMENTS ACIDES ET LES ALIMENTS ACIDIFIANTS
Il ne faut pas les confondre. Certains aliments ont un bilan final acide dans l’organisme, même si leur digestion s’est faite en milieu basique (ex : les céréales). D’autres, bien qu’acides au goût, ont un bilan final basique (ex: les oranges).
     La viande fabrique de l’acide urique, elle est donc acidifiante.
Les oranges, citrons, pamplemousses, oseille, épinards sont acides au goût mais basiques à la fin.
Le riz, la semoule, le quinoa sont doux au goût mais acidifiants au final car ces aliments contiennent aussi des protéines (malgré leur digestion en milieu basique)…

LA SURCHARGE PONDÉRALE
Les personnes en surcharge pondérale vont perdre du poids. Les personnes ayant un poids normal et en bonne santé verront leur poids varier très peu. Les personnes ayant un poids normal mais en situation de forte toxémie perdront du poids, situation nécessaire dans un premier temps…

____________________________________________________

AUTRE TEXTE « Initiation à l'alimentation compatible » :

Un autre texte :  « Initiation à l'alimentation compatible » écrit par Jean-Claude Reygade est paru dans Biocontact n° 169 de mai 2007 http://magazines.biocontact.fr/biocontact-version-papier/66-biocontact-fait-main.html 

Extraits de ce texte paru au lien http://storage.canalblog.com/76/62/24955/55804343.pdf (pages 18 & 19) 

"Initiation à l'alimentation compatible" par Jean-Claude Reygade - EXTRAITS

Initiation à l'alimentation compatible (extraits)

Combien d'entre nous affirmons "manger sain" simplement parce que nous achetons des produits bio ou naturels? Mais cela ne suffit pas toujours à retrouver vitalité et santé. Et si  nous apprenions à associer les types d'aliments entre eux pour profiter au mieux de leurs  vertus? Jean-Claude Reygade, conseiller en diététique, nous montre que c'est tout  simple…

Depuis une soixantaine d'années, nous avons connu une explosion de nouveaux produits alimentaires (bonbons, surgelés, féculents soufflés, aliments exotiques, etc.), une nouvelle  qualité alimentaire défectueuse (engrais de synthèse, pesticides, colorants, conservateurs,  aliments transgéniques), de nouveaux mélanges au cours du même repas.
Prenons, par exemple, les desserts en fin de repas, devenus un réflexe très courant : ceux-ci ne correspondent pas à un besoin physiologique au départ, mais à un besoin  culturel. Nos arrières grands-mères ne consommaient pas de façon systématique  des yaourts, des glaces, des tartes aux fraises (surtout en plein hiver!) à la fin de  chaque repas.
Cela dit, bien que souvent incompatibles avec les autres aliments à cause du sucre, les desserts sont devenus presque incontournables dans nos échanges culturels alimentaires.
Nous allons donc apprendre à gérer notre alimentation en tenant compte de ces aliments ou repas conventionnels et en jouant la carte "soupape de sécurité" de temps à autre. „
 
Alors, quoi manger?
Les fruits seront consommés en dehors des repas, au moins un quart d'heure avant, ou bien dans la matinée ou encore l'après-midi.
L'association fruits + fruits secs sucrés + yaourt au soja peut se faire le matin au repas du matin.
Les légumes verts, nécessaires à chaque repas, en crudités et/ou cuits à vapeur seront présents en grande proportion.
Les fruits et les légumes sont les seuls aliments qui drainent et qui nourrissent le corps sans l'encrasser. De plus, ce sont les seuls aliments dont le bilan final est basique pour l'organisme, contrairement à tous les autres aliments qui sont acidifiants. Il est très recommandé de leur donner une place de choix dans notre alimentation.
Les légumineuses sont compatibles avec les légumes. Exemple : une assiette de crudités avec un plat de lentilles cuisinées avec oignon et carottes.
Les huiles végétales de première pression à froid sont compatibles avec les légumes et les féculents.
À noter : citron, vinaigre, tomate et vin sont incompatibles avec les féculents et compatibles avec les protéines. Sur les deux repas principaux de la journée, déjeuner et dîner, un menu sera composé de crudités + féculents + légumes vapeur, et l'autre de : crudités + protéines + légume vapeur.
En fait, au lieu de penser l'équilibre alimentaire sur un repas, nous allons le penser sur la journée. Ces indications sont bien sûr théoriques et à adapter selon chacun, c'est-à-dire suivant son potentiel d'énergie, sa toxémie et ses goûts.

Les aliments acides et les aliments acidifiants
>  Il ne faut pas confondre :
Certains aliments ont un bilan final acide dans l'organisme, même si leur digestion s'est faite en milieu basique (exemple : les céréales).
D'autres, bien qu'acides au goût, ont un bilan final basique (exemple : les oranges).
La viande fabrique de l'acide urique, elle est donc acidifiante.
Les oranges, citrons, pamplemousses, oseille, épinards sont acides au goût mais basiques à la fin.
Le riz, la semoule, le quinoa sont doux au goût mais acidifiants au final car ces aliments contiennent aussi des protéines (malgré leur digestion en milieu basique).

Mise en garde
Ces propositions sont en fait un mode alimentaire transitoire, d'une alimentation hétérogène vers une alimentation compatible.
Si vous êtes dans une situation toxémique, cette manière de se nourrir agira dans un premier temps de façon thérapeutique en créant des symptômes d'élimination. Divers troubles d'autonettoyage peuvent alors apparaître : perte de poids, langue chargée, haleine fétide, urine jaune foncée, pouls plus rapide, variations dans la qualité/quantité/régularité des selles, sensation de froid aux extrémités.
Ces signes doivent être analysés positivement. L'organisme profite en fait de ce "répit alimentaire" pour mettre en marche la fonction d'élimination toxinique cellulaire.
Quant aux personnes en bonne santé, bonne vitalité, faible toxémie, leurs capacités de fonctionnement quotidien vont s'accroître. Elles dormiront un peu moins et seront en pleine forme pour affronter toute l'animation de la vie quotidienne, familiale, professionnelle, culturelle.

La surcharge pondérale
Les personnes en surcharge pondérale vont perdre du poids. Les personnes ayant un poids normal et en bonne santé verront leur poids varier très peu. Les personnes ayant un poids normal mais en situation de forte toxémie perdront du poids, situation nécessaire dans un premier temps.
Pour les personnes ayant déjà des symptômes de maladies la désintoxication de l'organisme pourra s'effectuer par une série de mode cellulosique et mode non-cellulosique, qui tiendront compte de l'espace familial, culturel, et professionnel de chacun. Leur spécialité est de supprimer en douceur les aliments hautement acidifiants pour passer en alimentation basique. Ceci permet l'organisme une reminéralisation.
Aux couples qui essaieraient ce mode alimentaire : "Mesdames, ne soyez pas jalouses, votre compagnon perdra plus et plus vite que vous !"

La sous-charge pondérale

Le sous-poids indique que la fonction d'assimilation ne fonctionne plus. Consommer une quantité importante de nourriture à ce moment-là ne changera rien. Il faut au contraire passer par une phase de diète et de repos physiologique dans toutes les fonctions afin de redonner de l'énergie à la fonction d'assimilation

____________________________________________________

 

ENFIN LU SUR LE SITE DU CENTRE MONBÉJAN au lien http://www.centre-monbejan.com/includes/pop-alimentation.html

ALIMENTATION COMPATIBLE

L'art de composer des menus équilibrés

Nombre d'entre nous affirment "manger sain" simplement parce qu'ils achètent des produits bio ou naturels. Mais cela ne suffit pas toujours à retrouver vitalité et santé.
Et si nous apprenions à associer les types d'aliments entre eux pour profiter au mieux de leurs vertus ? Et si nous pensions équilibre alimentaire sur une journée et non plus sur un repas ?


Le temps de digestion des aliments

Il peut varier de quelques minutes pour les jus, les fruits, le sucre, le miel à environ une demi-heure pour les légumes verts et jusqu'à cinq heures pour les légumineuses (lentilles et légumes secs en général). Le capital d'énergie mis à la disposition de l'organisme pour la digestion-assimilation peut donc être très variable, voire considérable suivant les aliments ingérés.


Quelle est la nocivité des mauvaises associations alimentaires ?

Certains aliments se digèrent en milieu basique (les féculents, pain, pâtes, riz par exemple). D'autres, au contraire se digèrent en milieu acide comme les protéines (viande, poisson, ouf). On ne peut pas demander au même estomac d'être à la fois basique pour digérer les frites et acide pour digérer le steak. Ceci est une incompatibilité alimentaire qui crée des fermentations, des putréfactions engendrant des toxines qui empoisonnent l'organisme.


Alors quoi manger ?

Les fruits sont consommés en dehors des repas, au moins un quart d'heure avant le repas, ou bien dans la matinée ou l'après midi. L'association fruits + fruits secs + yaourt peut se faire le matin au petit déjeuner.
Les légumes verts, nécessaires à chaque repas, en crudités et/ou cuits vapeur seront présents en grande proportion. Les fruits et les légumes sont les seuls aliments qui drainent et qui nourrissent le corps sans l'encrasser. De plus, ce sont les seuls aliments dont le bilan final est basique pour l'organisme, contrairement à tous les autres aliments qui sont acidifiants. Il est très recommandé de leur donner une place de choix dans notre alimentation.
Les légumineuses sont compatibles avec les légumes (exemple : une assiette de crudités avec un plat de lentilles avec oignons et carottes). Les huiles végétales de première pression à froid et le beurre (lipides) sont compatibles avec les légumes et les féculents.


A noter :

Citron, vinaigre, tomate et vin sont incompatibles avec les féculents et compatibles avec les protéines. Sur les deux repas principaux de la journée, déjeuner et dîner, un repas sera composé de : crudité + féculents + légumes vapeur, et l'autre repas : crudités + protéines + légumes vapeur.


INFORMATIONS GLANÉES DANS LE GROUPE "L'HYGIÉNISME SELON SHELTON"

 


IMPORTANT : CE DOSSIER EST DÉPLACÉ DEPUIS SEPTEMBRE 2013 au lien : http://www.conscience33.fr/nutrition.html


Groupe "L'Hygiénisme selon Shelton" : http://groups.google.com/group/hygienisme?hl=fr ou

https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!forum/hygienisme

Le groupe a été créé en 2010.

 

BONNES ADRESSES :

CHÂTAIGNES : http://www.fruitsdescevennes.fr/ (avec Peter) - Soupes, crêmes et boissons déshydratées - Email : thommen.peter@orange.fr - Adresse : Le Mas Roger 48110 LE POMPIDOU - Tél. : 04 66 44 77 43.

PÉPINIÈRE BIO : - Pépinière BIO Pépinière BURRI à 11500 Brénac : http://www.pepiniereburri.com/ Contact : 06-87-93-38-88 / 07-86-15-64-47 ou burri.watson.grange@orange.fr Pépiniéristes producteurs de variétés anciennes et rustiques (certifié AB. FR BIO 10).

OLIVES SANS SEL : http://amaplacesurlaterre.free.fr/Amaplacesurlaterre/OLIVES_ABRICOTS.html Paul Gréco. Domaine des Roustans. 26110 Chateauneuf de Bordette. Tél. : 04.75.27.10.08 / 06.74.99.55.51. Email : paul.greco«at»wanadoo.fr

 


IMPORTANT : CE DOSSIER EST DÉPLACÉ DEPUIS SEPTEMBRE 2013 au lien : http://www.conscience33.fr/nutrition.html



 

DOCUMENTS GLANÉS DANS LE GROUPE "L'HYGIÉNISME SELON SHELTON"

 


IMPORTANT : CE DOSSIER EST DÉPLACÉ DEPUIS SEPTEMBRE 2013 au lien : http://www.conscience33.fr/nutrition.html


Groupe "L'Hygiénisme selon Shelton" : http://groups.google.com/group/hygienisme?hl=fr ou

https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!forum/hygienisme


MESSAGE D'ÉVELYNE CURT GLANÉ DANS LE GROUPE "L'HYGIÉNISME SELON SHELTON"

Groupe "L'Hygiénisme selon Shelton" : http://groups.google.com/group/hygienisme?hl=fr ou

https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!forum/hygienisme

 

25 avril 2013 au lien : https://groups.google.com/forum/?hl=fr&fromgroups#!topic/hygienisme/duxQpV8FJWw

Bonjour à tous, 

je vous propose de revenir toujours aux bases de l'hygiénisme.
L'hygiénisme répond à toutes les questions : protéines, écarts, quantités, etc.
Donc voici quelques éléments de réflexions :

-  je suis idiote, je ne connais que ce que je vois ; je n'ai jamais vu de protéines pousser sur un arbre, ni dans un jardin potager.
De là à dire qu'il faut être idiot ( ou faire l'idiot) pour être hygiéphile ...
oui, c'est un peu ça ... il faut passer par là pour le retour au vrai, au simple, au facile, au ressenti, ... et finalement à la maîtrise !
Comme la vache qui broute l'herbe ... elle n'a pas besoin d'études pour savoir ce qu'elle doit manger, et elle n'est pourtant pas si bête !

- la question des protéines est une question récurrente. Les protéines n'ont pas d'existence. Le terme correspondant en hygiénisme est "aliment concentré".
L'hygiénisme consiste à rechercher la cause. Quelle est donc la cause de cette préoccupation ? 

Mesurer, analyser les composants des aliments et du corps humain relève de la médecine et de la naturopathie (composition des aliments en protéines, vitamines, calories ..., analyses de sang, ...on établit des normes, des besoins, des tableaux à n'en plus finir, ...) Tout cela est en pure perte, c'est une impasse.

- la question des écarts est beaucoup plus grave !
Plusieurs hygiéphiles ont frôlé la mort, hospitalisés en état grave ces dernières années. Merci les écarts !
L'hygiénisme est un mode de vie permanent. Les écart n'existent pas dans l'hygiénisme.
Nous faisons tous des compromis entre l'hygiénisme, la vie sociale, nos frustrations, nos émotions, nos souvenirs ... mais ce n'est pas de l'hygiénisme, ce sont nos compromis personnels.

Revenons à l'histoire des protéines.

- l'hygiénisme = la science juste enseigne que le corps utilise les acides aminés (pas les protéines), et que tous les aliments, fruits et légumes, en contiennent en quantité suffisante.

- l'hygiénisme enseigne que les carences n'existent pas.
Dans l'état de santé parfaite, le corps synthétise les molécules dont il a besoin : le corps s'auto-construit à partir des éléments simples présents dans toute forme de vie.
Pour raisonner par l'absurde, s'il n'en était pas ainsi, nous serions contraints de manger des molécules humaines ... qui veut bien se sacrifier ?

Même si la santé parfaite n'existe plus à l'heure actuelle, et que nous ne pouvons plus nous contenter de pratiquer l'hygiénisme comme il était enseigné dans l'évangile essénien et comme l'enseignaient les premiers hygiénistes des siècles précédents, nous devons maintenir un raisonnement fondé sur les critères de la santé parfaite, ... sinon on coule !

- l'hygiénisme enseigne que les carences sont toujours causées par la présence de toxines dans le corps qui empêchent son fonctionnement parfait, les processus d'auto-construction, de réparation, d'élimination, ...
On en déduit : au plus les toxines sont nombreuses, en quantité et en diversité, au plus l'élimination de ces toxines elles-mêmes devient difficile et même impossible. Les intoxications par l'activité professionnelle sont les plus graves.

Nous sommes transformés biologiquement en véritables sacs de noeuds (paralysies, névralgies, fibromyalgies, crampes, tics, déviations du comportement, colère, timidité, ...) et en véritables bombes ambulantes (cancers, ulcères, abcès, kystes, ruptures d'anévrisme, crises cardiaques, ..).
Tous ces symptômes résultent d'un niveau élevé et grave de toxémie.
Pour revenir à l'état de santé parfaite, il faut constamment se concentrer sur l'élimination des toxines, et non sur la peur du manque, et la stimulation par les aliments concentrés.

- l'hygiénisme enseigne que seuls les aliments aqueux conviennent à notre physiologie.
L'attirance pour les aliments concentrés (oléagineux, sel, céréales, soja, fromage, ...) sont toujours le signe d'une toxémie (ou l'adaptation à des conditions de vie difficiles, comme le climat ..).
La toxémie peut entraîner des carences, la peur du manque, le besoin de stimulation, etc ...
Les aliments concentrés (même dilués) sont des stimulants.

- l'hygiénisme enseigne qu'un poison est toujours un poison quelle que soit la quantité ingérée.
Et la toxémie s'accumule plus vite et plus facilement qu'elle ne s'élimine.
L'élimination est une activité à temps complet pour le corps qui demande des conditions favorables particulières. Chaque jour, nous accumulons plus que nous éliminons (sauf hygiène parfaite permanente).
Une miette de pain : ce sont des molécules que le corps ne reconnaît pas = poison.
Une miette + une miette + ...  = toxémie.
La nourriture transformée, dénaturée entraîne l'obligation de se limiter en quantité (ex : 20 gr de fromage par jour). 20 gr + 20 gr + ... = toxémie : les symptômes sont reportés à plus tard si on limite la quantité.
C'est le principe de la médecine : 1 comprimé suffit pour arrêter le symptôme, calmer, stimuler,  ... mais il ne faut pas dépasser la dose pour ne pas ressentir l'effet toxique immédiatement. Ainsi, le lien de cause à effet est plus difficile à conscientiser.

Pour savoir si un aliment est correct, il faut le manger en exclusivité et une fois en grande quantité, ainsi vous avez la réponse immédiatement, et vous prévenez les symptômes de votre fin de vie.
Buvez 10 litres d'eau : vous n'êtes pas malade.
Buvez 10 litres de café ou de vinaigre : c'est un suicide.
L'humanité entière se suicide lentement avec les aliments dénaturés.

- l'hygiénisme enseigne de manger des aliments non dénaturés.
Que vous buviez un litre d'eau ou trois litres, la santé n'est pas altérée.
Que vous mangiez une pomme ou cinq pommes (mûres et non traitées), la santé n'est pas altérée.
M. Mosséri disait "il n'y a pas d'erreurs graves dans l'hygiénisme".
Dans la pratique de l'hygiénisme (que des aliments non dénaturés), la quantité est sans importance ou presque.
Cela ne s'applique pas aux aliments de transition (huile, yaourts, légumes cuits, etc).
Les quantités se régulent automatiquement avec la vraie faim et la satiété que l'on retrouve avec les jeûnes.
Chacun doit manger les quantités qui lui conviennent en fonction du sexe, de l'âge, de l'activité, ....
On ne doit pas fixer de quantité optimale de façon arbitraire.
La faim, la satisfaction, le rot sont les meilleurs indicateurs.

Pour résumer sur le mode alimentaire :
trois conditions nécessaires et suffisantes pour une bonne santé: 
1 - le jeûne et la vraie faim
2 - la qualité des aliments
3 - les combinaisons alimentaires.
Chacun peut évaluer sur une échelle de 0 à 10 où il en est dans sa pratique.

Trois facteurs déterminent notre état de santé, mentale et physiologique :
- la vitalité (à la naissance)
- la toxémie (accumulation)
- le mode de vie (actuel)
Vous pouvez aussi chacun évaluer le degré des trois facteurs pour voir où il faut avancer en priorité.
Exemple : une personne peut être en relative bonne santé avec un mode de vie désastreux.
                une personne peut être relativement malade avec un mode de vie correct.

Pour revenir sur les écarts alimentaires, ...  qui ne sont pas hygiénistes !
En permaculture, est-ce que vous mettez des engrais chimiques dans votre jardin une année sur deux en disant : "ma terre éliminera ces produits chimiques si je n'en mets pas l'année prochaine ?"  
Non ! Vous allez penser que votre terre restera infestée !
Pareil dans notre corps; un seul écart infeste notre corps durablement.
Que chacun fasse des écarts, c'est normal, c'est notre faiblesse humaine et notre liberté (illusoire).
Mais c'est se mentir à soi-même que de croire que le jeûne du lundi permet d'éliminer toutes les toxines du repas malsain pris le dimanche. Non ! Le lundi le corps est en indigestion, pas en élimination. Il vaut mieux ne pas parler de jeûne, mais de diète. De même en cas de fièvre, on se met à la diète, ce n'est pas un jeûne.
Il ne faut pas mettre le jeûne "à toutes les sauces" et en faire un médicament pour nos écarts (nos incohérences). Prudence ! Certains peuvent supporter le choc, d'autres non.

Mais par définition, l'hygiénisme est un mode de vie permanent comme la permaculture. 
Il est normal de ne pas guérir un état chronique avec des "écarts" ... permanents !
Un écart est par définition exceptionnel : une fois par an par exemple.
Mais toutes les semaines ... c'est un compromis. Chacun les siens, cela ne regarde pas l'hygiénisme.
Bien sûr ce qui représente un écart pour l'un ne l'est pas pour un autre. Chacun le définit par rapport à la discipline, au cadre qu'il s'est fixé lui-même. L'important est d'être cohérent avec soi-même.


Au décès de Albert Mosséri, on m'a dit "y a-t-il des hygiéphiles qui ont vécu 120 ans en bonne santé ? Comment l'hygiénisme peut-il être crédible ?"
M. Mosséri lui-même ne suivait plus l'hygiénisme. En tant qu' "adeptes" , ou"enfants" comme vous préférez, nous devons aller plus loin pour honorer son dévouement, son courage et sa vie qu'il a sacrifiée pour faire passer le message, grâce à l'admiration qu'il avait pour Shelton.

Bon week-end à tous, et que de la bonne nourriture jusqu'à lundi !

Evelyne


Livre : LE JEÛNE
par H.M. Shelton

 

LE JEÛNE (édition LE COURRIER DU LIVRE) :

Ce livre est téléchargeable gratuitement aux liens : http://santeradieuse.org/wp-content/uploads/2014/03/Le-jeune-Shelton.pdf

Le livre peut être acheté chez Amazon : http://www.amazon.fr/Le-Jeune-H-Shelton/dp/270290016X et les critiques de ce livre ici.

 

AVERTISSEMENTS IMPORTANTS PAR L’AUTEUR DU RÉSUME :

Il est souhaitable de lire en premier le livre et/ou le résumé du livre LE JEÛNE par H. M. Shelton.

Cette présentation de 10 pages, réalisé à partir à partir d’un livre de 356 pages ne peut en être qu’une présentation incomplète. 

Il est une invitation à lire, si vous en sentez l’intérêt, l’intégralité du livre.

Les points de suspension qui apparaissent correspondent à des parties de phrases volontairement retirées ou à plusieurs phrases omises, avant ou après le texte.

Les titres des chapitres (en gras) sont ceux du texte original.

Un résumé est surtout utile à celui qui a d’abord lu avec attention le livre dans son intégralité.

Ce livre étant en Copyright, vous êtes priés d'en respecter la propriété intellectuelle des auteurs pour toute citation éventuelle de phrases extraites du résumé.

 

Cette présentation (10 pages 21x29,7) ne peut être qu'un aperçu de ce livre que vous pouvez acheter neuf (environ 20 €) en ligne auprès, par exemple, des Éditions Trédaniel ou de Amazon.

 

 

 

LE JEÛNE
Extraits

Herbert M. SHELTON © 1987 Éditions de LA NOUVELLE HYGIÈNE – Le Courrier du Livre – Paris - 356 pages

Avertissement de l’auteur de ces « extraits » : les textes choisis sont volontairement subjectifs.
Les phrases sont extraites du livre.
Merci de respecter le copyright concernant les phrases extraites du texte du livre.

PRÉFACE

     … Lorsqu’il s’agit de santé (de son absence plutôt, car c’est alors qu’on s’en inquiète), le malade fait généralement appel à un praticien de la profession médicale qui, en France notamment, est le seul autorisé à « guérir »; ou bien il se tourne vers ceux que l’on nomme « guérisseurs », c’est-à-dire qui ne sont pas autorisés à donner des soins, encore qu’en plusieurs pays, et non des moindres, les naturopathes, chiropracteurs, etc., peuvent, sous certaines conditions, exercer leur art. (1)
     Herbert M. Shelton n’appartient à aucun de ces groupes. Ses connaissances et son autorité n’en sont pas moins immenses car il n’est guère de problème touchant aux conditions de la vie saine qu’il n’ait approfondi au cours de sa longue carrière. L’auteur de cet ouvrage est un savant, un hygiéniste non dans le sens restreint donné habituellement au mot « hygiène », mais dans l’acception la plus large et la plus précise du terme, c’est-à-dire en tant que science du maintien et du rétablissement de la santé…
     Toutefois, avant d’entreprendre le plus, il reste d’essayer le moins, c’est-à-dire effectuer de courts jeûnes de 24 à 48 heures, chaque fois que l’organisme donne le signe d’un malaise ; ce petit repos est de bonne sagesse…
     Cette traduction de l’ouvrage du Dr Shelton sur le Jeûne est loin d’être parfaite, et nous demandons l’indulgence du lecteur pour les lourdeurs de style et autres travers qu’une traduction difficile ne nous a pas permis de toujours éviter. De plus l’auteur fait de nombreuses répétitions, qui ne sont pas involontaires, car il est dans ses habitudes d’insister plusieurs fois sur ce qui lui paraît important de souligner...

 

TABLE DES MATIÈRES (les numéros des pages sont ceux du livre)
Introduction 11
Chapitre I. Définition du jeûne 21
Chapitre II. Le jeûne chez les animaux inférieurs 24
Le jeûne pendant la période de rut. . Le sommeil de la pupe. . Le jeûne après la naissance. . Le jeûne quand la faim est absente. . Le jeûne dans les cas de colère ou d’énervement. . Le jeûne en captivité. . Jeûnes expérimentaux. . Le jeûne en cas de blessure. . Le jeûne dans la maladie. Le manque de nourriture. . Le jeûne au cour d’emprisonnement accidentel. . Hibernation. . L'hibernation chez les plantes. . L'hibernation chez les animaux. . L'hibernation chez les ours. . L'hibernation chez les rongeurs. . L'hibernation chez les chauves-souris. . L'hibernation chez les animaux à sang froid. . L'hibernation des insectes. . Inanition et durée de l'hibernation. . Le métabolisme pendant l’hibernation. . L'estivation. . Combien de temps les animaux peuvent-ils s'abstenir de nourriture ? . Le jeûne en tant que moyen de survivance.
Chapitre III. Le jeûne chez l’homme 50
Le jeûne religieux. . Le jeûne en tant que magie. . Les jeûnes disciplinaires. . Jeûnes périodiques et annuels. . Les grèves de la faim. . Les jeûnes d’exhibition. . Les jeûnes expérimentaux. . Le jeûne quand l’alimentation est impossible. . Marins et voyageurs naufragés. . Mineurs ensevelis. . Le jeûne dans la maladie. . Famine et guerre. . Le jeûne en cas de choc émotionnel. . Le jeûne chez l’aliéné. . L'hibernation chez l'homme. . Le jeûne instinctif. . Les longs jeûnes chez l’homme. . Aptitude au jeûne et survivance.
Chapitre IV. Un menu pour les malades 68
Chapitre V. L’autolyse 75
L'autolyse chez les plantes. . L'autolyse chez les animaux. . L'autolyse durant le sommeil pupal (ou de la nymphe). . La distribution des matériaux. . L'autolyse est contrôlée. . La désintégration autolytique des tumeurs.
Chapitre VI. Jeûner n’est pas mourir de faim 86
Chapitre VII. Les modifications chimiques et organiques pendant le jeûne 93
Les changements du sang. . La peau. . Les os. . Les dents. . Le cerveau, la moelle épinière et les nerfs. . La moelle épinière. . Le cerveau. . Les reins. . Le foie. . Les poumons. . Les muscles. . Le cœur. Le pancréas. . La rate. . L'estomac. . Les modifications chimiques.
Chapitre VIII. Le rétablissement des organes et des tissus pendant le jeûne 107
Chapitre IX. L’influence du jeûne sur la croissance et la régénération 110
Chapitre X. Les modifications de la fonction fondamentale pendant le jeûne 115
Le repos physiologique. . Le métabolisme. . La respiration. . L'élimination. . Le nettoyage organique. . Actions relatives aux poisons.
Chapitre XI. L’esprit et les organes des sens pendant le jeûne 122
Les capacités spirituelles. . L'aliénation mentale. . Le psychisme anormal. . Les sens.
Chapitre XII. Sécrétions et excrétions 134
La salive. . Le suc gastrique. . La bile. . Les sucs pancréatiques et intestinaux. . Le lait. . La transpiration. . Le mucus. . L'urine.
Chapitre XIII L’activité intestinale 140
Chapitre XIV. Le jeûne et le sexe 149
Chapitre XV. La régénération par le jeûne 154
Chapitre XVI. Gain et perte de force pendant le jeûne 159
Chapitre XVII. Gain et perte de poids pendant le jeûne 166
Il n'y a aucun danger découlant de la perte de poids.
Chapitre XVIII. Le jeûne ne produit pas de « maladie » de carence 172
Chapitre XIX. La mort pendant le jeûne 179
Chapitre XX. Les objections au jeûne 187
Chapitre XXI. Le jeûne guérit-il la « maladie »? 199
Chapitre XXII. L’analyse raisonnée du jeûne 205
La nature se prépare au jeûne. Ceux qui travaillent doivent manger. Elimination. .Compensation.
Chapitre XXIII. La durée du jeûne 212
Chapitre XXIV. Faim et appétit 219
Chapitre XXV. Les contre-indications au jeûne 227
Chapitre XXVI. Le jeûne dans les périodes et conditions spéciales de la vie 230
Quand jeûner. . Le jeûne chez les végétariens. . Le jeûne chez le nourrisson et chez l'enfant. . Le jeûne dans la vieillesse. . Le jeûne chez la femme enceinte. . Le jeûne pendant l’allaitement. . Le jeûne chez le fort et chez le faible. . Le jeûne chez le très maigre. . Le jeûne dans les carences:
Chapitre XXVII. Symptomatologie du jeûne 241
Symptômes subjectifs. . Le pouls. . L'appétit. . La langue et l'haleine. . La température. . La sensation de froid. . Les frissons. . La fièvre de famine. . Le sommeil.
Chapitre XXVIII. La progression du jeûne 251
Les premiers jours du jeûne. . La disparition des symptômes. . L'augmentation des symptômes. . Les crises durant le jeûne (Crachements. Crises nerveuses. Catarrhe. Crises cutanées. Maux de tête. Membres endoloris. Nausées. Vomissements. Crampes. Gaz. Diarrhée. Vertiges. Evanouissements. Mal de gorge. Palpitations. Insomnie. Troubles visuels). . Complications sérieuses (Grande faiblesse. Pouls irrégulier. Respiration difficile. Rétention d’urine. Pétéchie). .Force et faiblesse.
Chapitre XIX. L’hygiène du jeûne 265
La conservation. . Le repos. . Les influences mentales. . La peur. La pondération. . L'air frais. . La chaleur. . L'exercice. . Le travail durant le jeûne. . Le bain de soleil. . Le mauvais goût dans la bouche. . Chewing-gum. . L'absorption d'eau durant le jeûne. . Amélioration du goût de l’eau. . L'eau froide. . Intervalles entre les aliments. Le lavement pendant le jeûne. .Le lavage d'estomac pendant le jeûne. . Les dentiers. . Mesures de coercition.
Chapitre XXX. Rupture du jeûne 288
La faim après le jeûne. . L'alimentation après le jeûne.
Chapitre XXXI. Reprise de poids après le jeûne 295
Chapitre XXXII. Mode de vie après le jeûne 299
Chapitre XXXIII. Le jeûne en période de santé 303
Chapitre XXXIV. Le jeûne dans les « maladies » aiguës 306
Les enseignements erronés de la « science médicale ». . Répugnance instinctive pour la nourriture dans les « maladies » aiguës. . Se nourrir pour se sustenter. . Incapacité digestive pendant la maladie aiguë. Pas de nourriture sans digestion. . Alimentation rectale et dermique. La décomposition gastro-intestinale. . L'estomac et les intestins dans les « maladies » aiguës. . La nausée et le vomissement. . L'alimentation augmente la souffrance. . Compensation. . Repos physiologique. . Prévention. . Pas de danger d'inanition. . La douleur. . La torture des cas sans espoir. . Le jeûne dans les cas de fièvre. . La typhoïde. . La pneumonie. . L'appendicite. . Le rhumatisme. . La toux. . La diarrhée. La dvsenterie. . Dépérissement dans les troubles aigus malgré l’alimentation. . La faiblesse.
Chapitre XXXV. Le jeûne dans les « maladies » chroniques 326
Le régime contre le jeûne. . La perte de l'appétit. . Une abondance de bons aliments nourrissants. . La peur non fondée du jeûne. . L'inanition résultant de la suralimentation. . Le désir fictif pour la nourriture. Aliments non digérés dans l’estomac. . Le manger instinctif. . La nature accepte le jeûne. . L'élimination. . Le repos physiologique. . Le soulagement de la douleur. . Les plaisirs du praticien. . Quelques témoignages « orthodoxes ». . Examen de quelques « maladies ». . Le jeûne dans les « maladies » nerveuses.
Chapitre XXXVI. Le jeûne et la toxicomanie 340
L'alcoolisme. . Nicotinisme. . Le café, le thé, le cacao. . D'autres toxicomanies. . Opiomanie. . Soins après la guérison.
Chapitre XXXVII. Cures de désintoxication 348
Le jeûne contre les régimes d’élimination. . Les régimes alimentaires. Les carences. . Moins on mange, mieux cela vaut.

 

Attention : Les nuuméros de pages sont ceux du livre (retirer 3 pour avoir le numéro des pages du document téléchargé !)

INTRODUCTION (page 12)

     … Comme on le verra plus loin, le jeûne, déjà en usage bien avant l’avènement de l'Histoire, a été employé dans de nombreux buts…

 

Chapitre I – DÉFINITION DU JEÛNE (page 21)

     … Le jeûne, tel que nous l’entendons, est l’abstention volontaire et totale de tout aliment excepté d’eau…
     … Nous n’employons pas le mot jeûne pour décrire une diète de jus de fruits, par exemple…
     Le jeûne est un repos : des vacances physiologiques. Ce n’est pas une épreuve ni une pénitence. C’est une mesure de nettoyage qui mérite d’être mieux connue et plus largement employée.

 

Chapitre II LE JEÛNE CHEZ LES ANIMAUX INFÉRIEURS (page 24)

     … Le jeûne pendant la période de rut. . Le sommeil de la pupe. . Le jeûne après la naissance. . Le jeûne quand la faim est absente. . Le jeûne dans les cas de colère ou d’énervement. . Le jeûne en captivité. . Jeûnes expérimentaux. . Le jeûne en cas de blessure. . Le jeûne dans la maladie. Le manque de nourriture. . Le jeûne au cour d’emprisonnement accidentel. . Hibernation. . L'hibernation chez les plantes. . L'hibernation chez les animaux. . L'hibernation chez les ours. . L'hibernation chez les rongeurs. . L'hibernation chez les chauves-souris. . L'hibernation chez les animaux à sang froid. . L'hibernation des insectes. . Inanition et durée de l'hibernation. . Le métabolisme pendant l’hibernation. . L'estivation. . Combien de temps les animaux peuvent-ils s'abstenir de nourriture ? . Le jeûne en tant que moyen de survivance.
    
     … En considérant la condition émaciée des animaux à la fin de leurs diverses périodes de jeûne, il devient évident que tandis que les différentes espèces varient quant à la quantité de pertes qu’elles peuvent subir sans danger, il n’y a aucun risque de détérioration ou de mort avant qu’un fort pourcentage du poids corporel n'ait été perdu. II n'y a donc aucun danger à jeûner pendant des durées assez longues, en cas de maladie.

 

Chapitre III – LE JEÛNE CHEZ L’HOMME (page 50)

     … Le jeûne religieux. . Le jeûne en tant que magie. . Les jeûnes disciplinaires. . Jeûnes périodiques et annuels. . Les grèves de la faim. . Les jeûnes d’exhibition. . Les jeûnes expérimentaux. . Le jeûne quand l’alimentation est impossible. . Marins et voyageurs naufragés. . Mineurs ensevelis. . Le jeûne dans la maladie. . Famine et guerre. . Le jeûne en cas de choc émotionnel. . Le jeûne chez l’aliéné. . L'hibernation chez l'homme. . Le jeûne instinctif. . Les longs jeûnes chez l’homme. . Aptitude au jeûne et survivance.

     Si l'homme peut jeûner, c’est parce qu’il transporte, tout comme les formes de vie inférieures, une réserve de nourriture qu’il peut utiliser en cas de nécessité, ou quand les matières premières ne sont pas disponibles.

 

Chapitre IV – UN MENU POUR LES MALADES (page 68) - voir aussi plus au lien : #le_jeune_chapitre_IV

     … Jeûner, c'est s'abstenir de toute nourriture, excepté d’eau, jusqu’à ce que les réserves nutritives soient consommées. Mais dépérir, c’est s’abstenir de nourriture après que ces réserves ont été consommées…
     Si le jeûneur se repose, ses réserves durent plus longtemps que s’il est actif durant le jeûne. De meilleurs résultats sont obtenus par le jeûne si le repos est observé. Le travail, de longues marches, des exercices fatigants, etc., gaspillent les réserves du corps sans offrir aucun avantage en compensation.
     L'effort physique, le froid extérieur, les soucis, les émotions fortes, accélèrent l'utilisation des réserves. La fièvre produit sans doute le même effet, du moins dans la plupart sinon dans tous les états aigus…
     … Un jeûne antérieur semble entraîner le corps à utiliser ses réserves de façon plus économique. On voit ainsi l’économie énorme réalisée par une utilisation éduquée des forces du corps. Un second ou un troisième jeûne est aussi presque toujours plus facile que le premier bien que pour beaucoup, pendant le premier jeûne, il n’y ait pas de gêne du tout…

 

Chapitre V – L’AUTOLYSE (page 75) - voir aussi plus au lien : #le_jeune_chapitre_V

L'autolyse chez les plantes. . L'autolyse chez les animaux. . L'autolyse durant le sommeil pupal (ou de la nymphe). . La distribution des matériaux. . L'autolyse est contrôlée. . La désintégration autolytique des tumeurs.

     … II y a plus de cent ans, Sylvester Graham écrivait : « C’est une loi générale de l'économie vitale, que lorsque, par un moyen quelconque, la fonction de décomposition dépasse celle de composition ou de nutrition, les agents de décomposition s'attaquent toujours en premier lieu aux substances les moins nécessaires à l’économie et les éliminent; par conséquent, toutes les accumulations morbides, tels que goitres, tumeurs, abcès, etc., sont rapidement réduites et souvent complètement désintégrées à la suite de jeûnes prolongés ou d’abstinence sévère »…   
     … En général, les bons tissus ne sont pas utilisés aussi rapidement que les mauvais et la tumeur sera soumise à « l’inanition » avant le reste du corps. Sauf dans le cas où la tumeur est très grosse, nous pouvons être certains que la faim reviendra avant que les tissus vitaux ne soient endommagés. Dans plus d’un cas de cancer où on avait eu recours à des sédatifs pour calmer la douleur, j’ai vu le
Soulagement apporté par trois ou quatre jours de jeûne.
     Il faut noter une autre limitation : des tumeurs situées de telle sorte qu’elles font obstacle à la circulation lymphatique continueront à grossir (se nourrissant de l'excès de lymphe qui s’accumule derrière elles), malgré le jeûne.
     Dans les cas où on n’obtient pas la résorption complète, la grosseur de la tumeur est suffisamment réduite pour n’être plus dangereuse. Par la suite, un mode de vie convenable empêchera une nouvelle croissance. En fait, nous   bien des cas où la tumeur a continué de diminuer lors d’une vie saine observée à la suite du jeûne.

 

Chapitre VI – JEÛNER N’EST PAS MOURIR DE FAIM (page 86)

     … Des milliers de jeûnes, variant de quelques jours à trois mois, chez des humains des deux sexes, vieux et jeunes, dans toutes les conditions vitales, ont démontré que l'homme pouvait passer de longues périodes sans nourriture sans que cela puisse lui être nuisible et qu’il retirait un grand bénéfice d’un jeûne rationnellement conduit. L'inanition, c'est mourir; jeûner, c’est vivre.

 

Chapitre VII – LES MODIFICATIONS CHIMIQUES ET ORGANIQUES PENDANT LE JEÛNE (page 93)

Les changements du sang. . La peau. . Les os. . Les dents. . Le cerveau, la moelle épinière et les nerfs. . La moelle épinière. . Le cerveau. . Les reins. . Le foie. . Les poumons. . Les muscles. . Le cœur. Le pancréas. . La rate. . L'estomac. . Les modifications chimiques.

     … Que le corps possède une réserve considérable de fer, même dans l’anémie pernicieuse, est prouvé par la régénération rapide du sang et la grande augmentation d'hémoglobine et de globules rouges pendant un jeûne dans ce cas. Le fer libéré par la réduction des tissus est retenu dans le corps et n’est pas rejeté pendant le jeûne. Une quantité considérable de fer et proportionnellement d’autres éléments nécessaires sont utilisés pendant le jeûne, bien que le corps accumule beaucoup de ce fer dans la rate, le foie, les cellules de la moelle et dans de nombre accru de globules rouges...

 

Chapitre VIII – LE RÉTABLISSEMENT DES ORGANES ET DES TISSUS PENDANT LE JEÛNE (page 107) - voir aussi plus au lien : #le_jeune_chapitre_VIII

     … La réparation ne se produit pas seulement pendant un jeûne, mais elle s'effectue souvent plus rapidement pendant un jeûne que lorsqu’on s’alimente. En effet, j'ai vu des blessures et anciennes plaies qui avaient longtemps refusé de guérir, complètement et rapidement guéries pendant un jeûne…

 

Chapitre IX – L’INFLUENCE DU JEÛNE SUR LA CROISSANCE ET LA RÉGÉNÉRATION (page 110)

     … La continuation de la croissance pendant le jeûne et l’accélération rapide de la croissance après le jeune indiquent de façon nette que le corps retient et utilise pour son plus grand profit les substances appelées vitamines, qui sont destinées à jouer des rôles si importants dans la croissance et la régénération des tissus. Il se peut même que le corps ne perde aucune de ses réserves en vitamines pendant le jeûne le plus prolongé. L’absence totale de preuves visant à montrer que le corps perd des vitamines est aussi suggestive que la preuve qui démontre que le jeûne non seulement n’arrête pas la croissance, mais en fait l'accélère.



Chapitre X – LES MODIFICATIONS DE LA FONCTION FONDAMENTALE PENDANT LE JEÛNE  (page 115)

Le repos physiologique. . Le métabolisme. . La respiration. . L'élimination. . Le nettoyage organique. . Actions relatives aux poisons.

     … Le système nerveux du jeûneur devient relativement plus puissant qu’à d'autres moments, et sa sensibilité est accrue. Pour cette raison, les actions du corps relativement aux drogues sont plus promptes et plus fortes lorsqu'on jeûne que lorsqu'on mange. A cause de ceci, le jeûneur est obligé de rompre avec l’habitude de prendre des drogues. Ce sujet sera discuté plus complètement dans un chapitre suivant. Le jeûneur devrait éviter de prendre des drogues, quelles qu'elles soient.

 

Chapitre XI – L’ESPRIT ET LES ORGANES DES SENS PENDANT LE JEÛNE (page 122)

Les capacités spirituelles. . L'aliénation mentale. . Le psychisme anormal. . Les sens.

     … La faiblesse et la diminution de la perception sensorielle chez l'homme est due principalement à la diminution de la vitalité et à l’accumulation dans les tissus d'excès de nourriture et de déchets retenus. Le jeûne, en débarrassant les excès et les déchets, en les éliminant de l’organisme et aussi en permettant la récupération nerveuse, rétablit les sens émoussés.

 

Chapitre XII – SÉCRÉTIONS ET EXCRÉTIONS (page 134)

La salive. . Le suc gastrique. . La bile. . Les sucs pancréatiques et intestinaux. . Le lait. . La transpiration. . Le mucus. . L'urine.

 

Chapitre XIII – L’ACTIVITÉ INTESTINALE  (page 140)

     … Le jeûne donne un repos complet à l’estomac, à l’intestin grêle et au côlon, qui sont ainsi capables de restaurer leurs structures abîmées…

 

Chapitre XIV – LE JEÛNE ET LE SEXE  (page 149)

     … L'amour semble aussi diminuer le désir de manger chez les garçons et chez les filles…

 

Chapitre XV – LA RÉGÉNÉRATION PAR LE JEÛNE (page 154)

     Upton Sinclair dit : « La plus grande chose à propos du jeûne est qu'il nous donne un nouveau niveau de santé »…

Chapitre XVI – GAIN ET PERTE DE FORCE PENDANT LE JEÛNE (page 159)

     « La plupart des hommes peuvent comprendre que manger donne des forces », dit le Dr Tilden, « mais il leur faut longtemps pour comprendre qu’arrêter l’alimentation donne des forces. »…

 

Chapitre XVII – GAIN ET PERTE DE POIDS PENDANT LE JEÛNE (page 166)

     … Le poids perdu pendant un jeûne est rapidement regagné, si ceci est désirable. La perte de poids n'offre pas le moindre danger.

 

Chapitre XVIII – LE JEÛNE NE PRODUIT PAS DE « MALADIE » DE CARENCE (page 172)

     … Le jeûne ne produit pas de lésions profondes et cachées qui se font ressentir plus tard. Il n'y a aucune lésion dangereuse des tissus importants ou vitaux qui puisse survenir pendant un jeûne.

 

Chapitre XIX – LA MORT PENDANT LE JEÛNE (page 179)

     … Nous devons encourager le jeûneur et collaborer avec lui, et ne jamais l'effrayer à en mourir.

 

Chapitre XX – LES OBJECTIONS AU JEÛNE (page 187)

     … Je n’ai pas rencontré une seule objection au jeûne qui n’était pas basée sur un manque de connaissance du jeûne, ou simplement sur une demi-vérité…
     … Au risque de quelques répétitions, qu’on me permette ici de dresser la liste de quelques-unes des choses que le jeûne ne produit pas :
     Le jeûne ne cause pas l’atrophie de l’estomac.
     Le jeûne ne provoque pas l’adhérence des parois de l'estomac par resserrement.
     Le jeûne n’agit pas de telle sorte que les sucs digestifs de l’estomac s’attaquent à lui et le digèrent.
     Le jeûne ne paralyse pas les intestins.
     Le jeûne n’appauvrit pas le sang ni ne produit l’anémie.
     Le jeûne ne produit pas l'acidose.
     Le jeûne n’affaiblit pas le cœur, ni ne cause sa défaillance.
     Le jeûne ne produit pas d’.dème de malnutrition.
     Le jeûne ne produit pas la tuberculose, ni ne prédispose à son développement.
     Le jeûne ne diminue par la résistance à la « maladie ».
     Le jeûne n’abîme pas les dents.
     Le jeûne n’affecte pas le système nerveux.
     Le jeûne n’affaiblit pas les forces vitales.
     Le jeûne n’abîme aucun des organes vitaux.
     Le jeûne n’abîme pas les glandes.
     Le jeûne ne produit pas de psychisme anormal.

 

Chapitre XXI – LE JEÛNE GUÉRIT-IL LA « MALADIE » ? (page 199)

     … Pour nous il n'y a pas vingt mille « maladies » mais de nombreux états locaux provenant d'un dérangement général de l’organisme. Nous ne cherchons pas à soigner la « maladie », mais à supprimer les causes de l’altération et à procurer à l'organisme malade toutes les conditions naturelles ou hygiénistes qui faciliteront son retour spontané à la normale biologique et physiologique…
     … Le jeûne fait partie des soins rationnels du corps malade, il ne traite ni ne guérit la maladie…
     … Nous ne prétendons pas que le jeûne restaure la santé, mais simplement qu'il permet à l’organisme de se guérir lui-même. Quel est donc le rôle du jeûne ?
     1° Il donne un repos complet aux organes vitaux.
     2° Il arrête l’absorption d’aliments qui se décomposent dans les intestins et qui ensuite intoxiquent le corps.
     3° Il vide les voies digestives et les débarrasse des bactéries de putréfaction.
     4° Il donne aux organes d’élimination l’occasion de mettre leur travail à jour, et il facilite l'élimination.
     5° Il rétablit la chimie physiologique normale et les sécrétions normales.
     6° Il favorise la désintégration et l’absorption des déchets (excrétions), effusions, dépôts, tissus « malades », et excroissances anormales.
     7° Il rajeunit les cellules et tissus, et il régénère le corps.
     8° Il permet la conservation et la recanalisation de l'énergie.
     9° Il augmente les pouvoirs de digestion et d’assimilation.
     10° Il éclaircit et fortifie l’esprit.
     11 ° Il améliore le fonctionnement général du corps.
     Chacune de ces affirmations a été entièrement prouvée au cours de ce livre.

 

Chapitre XXII – L’ANALYSE RAISONNÉE DU JEÛNE (page 205)

La nature se prépare au jeûne. . Ceux qui travaillent doivent manger. . Elimination. . Compensation.

 

Chapitre XXIII – LA DURÉE DU JEÛNE (page 212)

     … Il n'est pas possible d'avoir une règle rigide pour nous guider ici; chaque cas devra être traité selon ses propres besoins et selon l’état général du malade…

 

Chapitre XXIV – FAIM ET APPÉTIT (page 219)

     … On ne prend pas un mal de tête pour de la soif.
     On connaît trop bien la sensation de soif. La faim réelle est également ressentie dans la bouche et dans le gosier. En cas de faim réelle, on sent un besoin net et conscient d’aliments. On éprouve une sensation de confort, et non de souffrance et de malaise...
     … L’appétit
     L'une des erreurs commises le plus fréquemment en diététique est de confondre l'appétit avec la faim. L’appétit n’est pas plus de la faim que la passion sexuelle n'est de l'amour…

 

Chapitre XXV – LES CONTRE-INDICATIONS AU JEÛNE (page 227)

     … Les livres sur le jeûne donnent une liste de cas où le jeûne est contre-indiqué ; ceux-ci demandent à être élucidés. Ce sont les suivants :
     1° Peur du jeûne de la part du malade. La peur peut tuer dans des cas où le jeûne pourrait apporter un bienfait appréciable. Si la peur du jeûne peut être surmontée, il n’y a pas de raison pour ne pas l'entreprendre.
     2° Maigreur extrême. Dans ce cas, un jeûne prolongé est impossible. Un jeûne court, de un à trois jours, peut souvent être bienfaisant, ou bien une série de petits jeûnes, avec des intervalles plus longs, et une alimentation soignée, peuvent être recommandés…
     3° Dans des cas de faiblesse extrême ou de dégénérescence extrême…
     4° Dans les cas de reins inactifs accompagnés d’obésité…
     5° Dans les cas de « maladies par carence »…
     6° Dons les cas de respiration difficile : ce symptôme est parfois observé dans deux genres de cas; ce sont les cas nerveux et les cas de maladies cardiaques. Dans les cas nerveux, ce n'est pas un signe de danger. Dans les cas cardiaques, il est nécessaire de suivre attentivement le rythme cardiaque. Si celui-ci venait à montrer des signes d’affaiblissement, il faudrait rompre le jeûne immédiatement…
     … 11 y a des cas où il vaut mieux procéder avec prudence, et où une personne inexpérimentée ne devrait pas tenter de faire entreprendre un jeûne; mais, en général, il y a rarement une contre-indication au jeûne, de même qu’il y a rarement ou jamais une contre-indication à une forme quelconque de repos.

 

Chapitre XXVI – LE JEÛNE DANS DES PÉRIODES ET CONDITIONS SPÉCIALES DE LA VIE (page 230)

Quand jeûner. . Le jeûne chez les végétariens. . Le jeûne chez le nourrisson et chez l'enfant. . Le jeûne dans la vieillesse. . Le jeûne chez la femme enceinte. . Le jeûne pendant l’allaitement. . Le jeûne chez le fort et chez le faible. . Le jeûne chez le très maigre. . Le jeûne dans les carences.

 

Chapitre XXVII – SYMPTOMATOLOGIE DU JEÛNE (page 241)

Symptômes subjectifs. . Le pouls. . L'appétit. . La langue et l'haleine. . La température. . La sensation de froid. . Les frissons. . La fièvre de famine. . Le sommeil.

 

Chapitre XXVIII – LA PROGRESSION DU JEÛNE (page 251)

Les premiers jours du jeûne. . La disparition des symptômes. . L'augmentation des symptômes. . Les crises durant le jeûne (Crachements. Crises nerveuses. Catarrhe. Crises cutanées. Maux de tête. Membres endoloris. Nausées. Vomissements. Crampes. Gaz. Diarrhée. Vertiges. Evanouissements. Mal de gorge. Palpitations. Insomnie. Troubles visuels). . Complications sérieuses (Grande faiblesse. Pouls irrégulier. Respiration difficile. Rétention d’urine. Pétéchie). .Force et faiblesse.

     … Les vertiges. . Ils constituent un symptôme très fréquent, qui se manifeste principalement au début du jeûne, ou lorsqu’on se lève d’une façon soudaine. Il ne dure que quelques secondes et on peut l'éviter en se levant lentement. On éprouve souvent des vertiges pendant le jeûne, ce qui provient du retrait soudain du sang du cerveau. Si le jeûneur se meut avec pondération, il sera rarement sujet au vertige…
     … Ce qui peut, au début, sembler paradoxal, c’est que lorsqu’un malade devient très faible en jeûnant, s'il persiste dans son jeûne, la faiblesse cesse et il devient plus fort….

 

Chapitre XXIX – L’HYGIÉNE DU JEÛNE (page 265)

La conservation. . Le repos. . Les influences mentales. . La peur. La pondération. . L'air frais. . La chaleur. . L'exercice. . Le travail durant le jeûne. . Le bain de soleil. . Le mauvais goût dans la bouche. . Chewing-gum. . L'absorption d'eau durant le jeûne. . Amélioration du goût de l’eau. . L'eau froide. . Intervalles entre les aliments. . Le lavement pendant le jeûne. . Le lavage d'estomac pendant le jeûne. . Les dentiers. . Mesures de coercition.

     … Le jeûne n’est pas un jouet avec lequel un ignorant peut s’amuser, et il ne faut pas non plus le considérer comme une bravade…
     L’absorption d’eau durant le jeûne
     La plupart des adeptes du jeûne conseillent de boire beaucoup d’eau durant le jeûne. Cela est basé sur la théorie qui veut que l’eau favorise l’élimination des toxines du corps. Levanzin exprime cette théorie comme suit : « En général, il est bon de boire beaucoup d'eau pendant le jeûne, puisque cela aide à laver
le système et à le débarrasser des impuretés qui s’y étaient accumulées ».
     Carrington et Macfadden conseillent de boire plus d'eau que la soif n'en exige pendant le jeûne. Carrington préconise l’absorption d’eau comme un moyen pour soulager les sensations morbides de l'estomac ressenties parfois au début du jeûne. L’eau est ainsi utilisée comme palliatif et non pour satisfaire à un besoin quelconque du corps. L'eau prise en excédent doit être rejetée rapidement, afin que l'excès ne puisse causer de tort ; cette eau prise en excédent n’augmente, en aucun cas, l'élimination des toxines.
     Voilà une erreur que les premiers hygiénistes - Graham, Jennings, Trall, Alcoot, etc. - n'ont pas commise. Ils réprouvaient l’habitude consistant à boire trop d'eau. En vérité, une trop grande quantité d’eau n’est ni nécessaire ni profitable. Boire de l'eau par routine n'est pas à recommander. On peut se fier à la soif pour savoir quand et combien il faut boire. Il faut boire quand on a soif, et ne pas boire lorsqu'on n'a pas soif...

 

Chapitre XXX – RUPTURE DU JEÛNE (page 288)

La faim après le jeûne. . L'alimentation après le jeûne.

     … Il est d'importance vitale que le jeûne soit correctement dirigé…
     L’alimentation après le jeûne
     Après le jeûne, la nourriture devrait être la meilleure au point de vue qualités nutritives. Il ne faut pas employer de jus de fruits en bouteille ou en conserve pour rompre le jeûne. Seuls des fruits et légumes frais doivent être utilisés. Si des aliments secs doivent être employés, seuls les aliments séchés au soleil doivent servir. Tout aliment utilisé doit avoir sa teneur complète en vitamines et en minéraux. Produits conservés, fruits sulfatés, aliments dénaturés de toutes sortes, aliments trop cuits ou qui ont été hachés ou écrasés de sorte qu'ils ont subi des pertes vitales par oxydation, ne doivent pas être employés. La perte des minéraux et vitamines ne peut être compensée par des pilules de vitamines, quelles qu'elles soient, ni pas des préparations de minéraux quelle qu'en soit leur provenance. Ces éléments doivent être fournis par des aliments naturels.
     Après un long jeûne il y a un besoin plus grand de protéines que d’hydrates de carbone. Comme l'organisme qui a jeûné va reconstruire ses tissus rapidement, il lui faudra plus de protéines que dans un régime normal. Il lui faudra des protéines de bonne qualité, qui devront être aussi fraîches et complètes que possible. Il devrait être superflu d’ajouter qu’il ne faut pas donner la ration complète de protéines dès le premier jour. La rupture d’un long jeûne demande de la circonspection et des précautions, et c’est graduellement que le malade doit être amené du jeûne à des repas complets.

 

Chapitre XXXI – REPRISE DE POIDS APRÈS LE JEÛNE (page 295)

     La reprise de poids après un jeûne est habituellement très rapide. Souvent elle est aussi rapide que la perte de poids durant le jeûne. Des personnes qui avaient toujours été maigres et émaciées, par suite de digestion et d’assimilation déficientes, acquièrent alors un poids normal…

 

Chapitre XXXII – MODE DE VIE APRÈS LE JEÛNE (page 299)

     « Le jeûne est une chose vaine, dit Tilden, si le malade retourne à ses anciennes habitudes. Ceci est vrai de la convalescence en général. »…

 

Chapitre XXXIII LE JEÛNE EN PÉRIODE DE SANTÉ (page 303)

     … Le jeûne en période de maladie diffère beaucoup, à plusieurs égards, du jeûne en période de santé, mais fondamentalement le processus du jeûne est le même dans les deux cas…
     … Nous pouvons ajouter le fait évident qu’il n’y a pas, à notre connaissance, d'homme parfaitement sain; de sorte qu'il n'existe pas de personne qui ne puisse tirer profit du jeûne…

 

Chapitre XXXIV – LE JEÛNE DANS LA MALADIE AIGUË (page 306)

Les enseignements erronés de la « science médicale ». . Répugnance instinctive pour la nourriture dans les « maladies » aiguës. . Se nourrir pour se sustenter. . Incapacité digestive pendant la maladie aiguë. Pas de nourriture sans digestion. . Alimentation rectale et dermique. . La décomposition gastro-intestinale. . L'estomac et les intestins dans les « maladies » aiguës. . La nausée et le vomissement. . L'alimentation augmente la souffrance. . Compensation. . Repos physiologique. . Prévention. . Pas de danger d'inanition. . La douleur. . La torture des cas sans espoir. . Le jeûne dans les cas de fièvre. . La typhoïde. . La pneumonie. . L'appendicite. . Le rhumatisme. . La toux. . La diarrhée. . La dysenterie. . Dépérissement dans les troubles aigus malgré l’alimentation. . La faiblesse.

     « Plutôt que d’employer des médicaments, jeûnez un jour » écrivit Plutarque. Quelqu'un d'autre a dit : « Les gens sages, lorsqu’ils ont une indisposition quelconque, prennent un bain, se mettent au lit et jeûnent, laissant la nature faire son propre travail de rétablissement, et n’empêchant pas son action bienfaisante.»
     Un des premiers signes de maladie est le manque d'appétit...

 

Chapitre XXXV LE JEÛNE DANS LA MALADIE CHRONIQUE (page 326)

Le régime contre le jeûne. . La perte de l'appétit. . Une abondance de bons aliments nourrissants. . La peur non fondée du jeûne. . L'inanition résultant de la suralimentation. . Le désir fictif pour la nourriture. Aliments non digérés dans l’estomac. . Le manger instinctif. . La nature accepte le jeûne. . L'élimination. . Le repos physiologique. . Le soulagement de la douleur. . Les plaisirs du praticien. . Quelques témoignages « orthodoxes ». . Examen de quelques « maladies ». . Le jeûne dans les « maladies » nerveuses.

     Il n'est pas de personne qui, comprenant à fond le jeûne, puisse conserver des doutes quant à ses possibilités et à ses limites. La plupart des personnes qui ont volontairement eu recours au jeûne pour se débarrasser d’une maladie chronique, l'ont fait en dernier ressort. Elles étaient généralement en très mauvais état avant de consentir à jeûner. C’est un fait remarquable que les résultats aient pu être aussi grands, quand nous considérons le type de malades qui jeûnent. Il faut s'attendre à ce que certaines personnes ne retirent du jeûne que de maigres résultats, parce qu’il y en a tellement qui ne se décident à jeunet que lorsqu’ils approchent de la mort. Le jeûne ne permet pas au corps d’accomplir des miracles, mais quatre-vingt-quinze pour cent des malades chroniques peuvent entreprendre un jeûne, convenablement surveillé, avec toutes les chances de succès…

 

Chapitre XXXVI – LE JEÛNE  ET LA TOXICOMANIE (page 295)

L'alcoolisme. . Nicotinisme. . Le café, le thé, le cacao. . D'autres toxicomanies. . Opiomanie. . Soins après la guérison.

     Dewey semble avoir été le premier à attirer l’attention sur la grande valeur du jeûne pour combattre l’alcoolisme…
     … Quand on a admis que l'alcoolisme est une maladie chronique, il est aisé de comprendre comment et pourquoi le jeûne peut être utile dans cette condition. C'est une période de repos pendant laquelle l’organisme, dont on a tellement abusé, procède à des ajustements et à des réparations nécessaires et récupère ses énergies gaspillées. Quand le jeûne est terminé et que l’organisme a été débarrassé des toxines accumulées, et, ce qui est encore plus important, lorsque le système nerveux a recouvré la santé, la prétendue soif ardente de l'alcool n'existe plus…
     … Remarquez qu'il enseignait que la viande, l'alcool et d'autres « stimulants » produisent l'énervation, qui est un « gaspillage du tissu nerveux ». L’énervation est la base de toutes les toxicomanies, et pour éviter une rechute il est essentiel que l'individu vive de façon à ne pas s’énerver. Alors que dans ce qui précède le Dr Jackson insiste sur l'alcoolisme, ce qu'il dit s'applique à toutes les toxicomanies. Il faudrait dire aussi que la viande est loin d'être le seul ou le plus grand facteur d'énervement dans la vie de notre peuple. Toutes les sources d'énervation devraient être soigneusement évitées. Un corps bien nourri, dont les énergies sont préservées, conservées, grâce à de bonnes habitudes, ne ressentira pas « le besoin » de stimulants et n’aura pas besoin de « soulager » des malaises et douleurs.

 

Chapitre XXXVII – CURES DE DÉSINTOXICATION (page 348)

Le jeûne contre les régimes d’élimination. . Les régimes alimentaires. Les carences. . Moins on mange, mieux cela vaut.

     … Employer des aliments pour soigner, au lieu d'éliminer les causes de la maladie et d'employer ensuite les aliments pour nourrir le corps, est fondamentalement aussi incorrect que d'employer des médicaments pour guérir. Les aliments ne soignent pas. Jusqu'à ce que nous nous soyons débarrassés de notre foi dans les cures, il ne peut y avoir d'approche intelligente aux problèmes présentés par la souffrance, ni de bon usage des aliments par ceux qui sont malades. Je ne me satisfais pas de demi-mesures. Je les ai vu échouer trop souvent, dans des cas où un jeûne a procuré de rapides résultats, pour être leurré par les pré- tentions de gens inexpérimentés et mal informés. Dans plusieurs cas, l’échec a été si important que le malade a été dégoûté du jeûne pour toujours…

 

___________________________________________________________________________________________________________________

SUR INTERNET : Extraits du livre "Le jeûne" par H.M. shelton présentés au lien :

[1] http://www.freedom-generation.com/le-jeun/jeuner (10.01.2013) ou

[2] http://www.histoires-de-guerisons.com/2013/07/comme-la-grenouille-qui-mange-sa-queue/ (20.07.2013)

Attention : Les nuuméros de pages sont ceux du livre (retirer 3 pour avoir le numéro des pages du document téléchargé !)

Chapitre IV - "UN MENU POUR LES MALADES" :

Page 68 :

     « ... Les organismes accumulent les résultats du travail conjoint de leurs différents organes et systèmes physiologiques sous la forme de potentiel énergétique et de réserves utiles de substances. Ce matériel brut biologique qu’ils ont incorporé à leurs tissus et converti en leur chair et sang, ce capital de réserve, ils peuvent apprendre à l’utiliser au profit de l'organisme entier, ou en effectuant un travail utile; ou bien, ils peuvent le gaspiller d'une façon ou d’une autre, ou encore l'employer dans des circonstances spéciales, telles que la « maladie » ou la famine, quand la nourriture ne peut pas être digérée ou n’est pas disponible...  » [1]

     « ... Les oiseaux et poissons femelles qui jeûnent absorbent les oeufs accumulés dans leur corps et les utilisent comme nourriture. Morgulis expérimentant sur le triton (batracien), Duemyctuin, trouva que la femelle fécondée résistait mieux à l’inanition, parce qu’elle absorbe et utilise la grande réserve de nourriture accumulée dans les œufs qu’elle porte, et sauve de cette façon ses tissus et autres organes du dépérissement. Heidkamp trouva, au cours de ses expériences sur le Tritoncristatus (un saumon d'eau douce), que lorsque la femelle était privée de nourriture, les œufs pleinement développés en elle étaient les premiers à être absorbés...  » [1]

Page 69 :

     « ... On a fait des objections contre le jeûne chez l’homme, sous prétexte que ce n'est pas un animal hibernant. 11 est vrai que l'homme ne possède pas de
réserves de nourriture spéciales, comme l’ours russe, par exemple ; mais il possède des réserves nutritives généralisées comme tous les animaux. Le chien, le chat, la vache, le cheval, l'éléphant, etc., ne sont pas des animaux hibernants, cependant ils refusent tous instinctivement de manger quand ils sont malades ou blessés.

     Les animaux hibernants sont inactifs et ont des réserves nutritives qui ont été mises de côté pour cette période; mais il y a d’autres animaux qui vivent longtemps sans nourriture et qui sont très actifs pendant ce temps. Le phoque d'Alaska et le saumon en sont des exemples remarquables. Le fait est que tous les animaux, l'homme y compris, sont pourvus de réserves nutritives qui sont emmagasinées en vue d’une période d’abstinence forcée ou nécessaire.

     C'est une tendance économique de l’organisme d’accumuler des réserves dans le corps de sorte que dans les périodes de tension, d’effort ou de privation et de besoin, ce dernier sera capable de se passer pour quelque temps de l'approvisionnement ordinaire en nourriture. L'homme ou l'animal, dans des cas de famine, de naufrage ou autres circonstances durant lesquelles la nourriture ne peut pas être obtenue, périraient immédiatement s’ils n'avaient pas ces réserves nutritives généralisées, emmagasinées dans le corps.

     Nous avons vu dans un chapitre précédent que chaque cellule et chaque organe a sa propre réserve de nourriture. En plus de cela, il y a une quantité considérable de glycogène accumulé dans le foie, un excédent de protéines et d'autres substances nutritives transportées dans le sang et dans la lymphe, plusieurs kilos de graisse dans le corps (même les personnes minces ont une quantité considérable de graisse), et beaucoup de réserves nutritives dans la moelle des os. Dans les glandes il y a une réserve considérable de vitamines. Il est possible que le corps puisse conserver et réutiliser ses vitamines comme il peut le faire pour le fer et certains autres minéraux. Collectivement, les provisions ci-dessus constituent une réserve nutritive qui est capable de subvenir aux besoins des organes vitaux et à leurs fonctions durant des périodes de longueur considérable...  » [1]

Pages 70 à 72 : (Comment un organisme en jeûne se nourrit-il ?)

     « ... L'ensemble des réserves nutritives corporelles est bien équilibré en ce qui concerne les divers éléments nutritifs, sels, vitamines, etc. Elles sont capables de subvenir aux besoins des tissus vitaux pendant de longues périodes...  » [1]

     « ... Les réserves des animaux omnivores, bien qu’étant abondantes habituellement, sont rapidement épuisées quand la nourriture fait défaut. Chez les chiens et chez l'homme le canal alvin est presque immédiatement vidé de son approvisionnement en nourriture, de sorte que la vraie période de jeûne est plus rapidement atteinte. C'est presque dès le début du jeûne que toute la dépense est faite au détriment des réserves nutritives de leur corps.

     L'hibernation diffère du jeûne ordinaire en ce que l’animal hibernant possède des réserves spéciales pour cette période, et en ce que le taux métabolique est beaucoup plus bas dans le cas d'hibernation, diminuant ainsi le besoin de nourriture.

     L'organisme qui jeûne subsiste aux dépens des matériaux précédemment accumulés dans ses tissus. Il serait faux de supposer que pendant un jeûne, dans n'importe quelle condition, les processus de nutrition sont suspendus. Seuls ceux qui concernent la digestion et l'absorption des matières premières sont interrompus.

     L'organisme qui jeûne est aussi bien nourri par ses réserves accumulées que s'il consommait journellement une grande quantité de la meilleure nourriture. Morgulis dit en effet que : « Le jeûne peut être regardé comme une forme spéciale — peut-être la plus simple — de nutrition ». Il ajoute que les matériaux pour la croissance et la réparation des tissus, l'énergie pour l’entretien, et l’énergie pour le travail sont fournis « dans les conditions du jeûne » par le « riche dépôt des substances nutritives que chaque organisme contient dans ses tissus, substances qui constituent les aliments communs lorsqu'ils servent à nourrir un autre organisme ».
     Morgulis dit plus loin : « La croissance et la régénération actives ne sont pas incompatibles avec le jeûne, et les détériorations, du moins dans certains organes, sont si complètement réparées qu’on peut échapper pendant un certain temps aux effets d'une restriction alimentaire. Le jeûne ne détruit pas l’aptitude à un effort extrême et soutenu ».

     Dans des circonstances ordinaires, les réserves nutritives généralisées de l'homme et de l'animal sont capables de maintenir l'intégrité fonctionnelle et structurale durant un temps considérable, sans consommation de nourriture. Dans les circonstances les plus favorables de repos, de tranquillité et d’équilibre mental, ces réserves sont capables de durer beaucoup plus longtemps... Ces réserves sont précisément accumulées pour de tels besoins, et elles doivent être utilisées à certains moments et dans certaines conditions. En effet, il y a des conditions de « maladie » dans lesquelles il est impossible d’accepter aucune autre nourriture : conditions qui font que le corps est incapable d'utiliser les matières premi ères ingérées.

     Non seulement ces réserves nutritives sont capables de nourrir les tissus vitaux de l'organisme durant un certain temps, mais aucun des tissus vitaux du corps
ne peut être endommagé ou consommé tant que ces réserves durent. C’est seulement après épuisement de ces réserves que la nature permettra qu’un des tissus vitaux ou fonctionnels du corps soit endommagé. Les organes vitaux ne sont pas affectés par un jeûne prolongé. La peur du jeûne n’est pas fondée, elle est basée sur l'ignorance ou une mauvaise information.

     Jeûner, c'est s'abstenir de toute nourriture, excepté d’eau, jusqu’à ce que les réserves nutritives soient consommées. Mais dépérir, c’est s’abstenir de nourriture
après que ces réserves ont été consommées....  » [1]

     « ... Quand on prive un homme ou un animal de nourriture, les substances qui servent au maintien des structures et au maintien des fonctions des tissus vitaux
sont puisées dans les réserves de l’organisme jeûnant.

     L'organisme qui jeûne tire le profit maximum du matériel disponible : il fait durer les ressources aussi longtemps que possible ; en effet, les substances qui sont absolument essentielles à la préservation de l’étincelle vitale, ou à la continuité du mouvement d’organes nécessaires, tels le cœur et le système nerveux central, ne sont utilisées que lorsque les autres organes ne peuvent en fournir. Les graisses et les réserves de glycogène sont d’abord utilisées, en plus d’une partie des protéines, jusqu’à ce que la machine s’arrête par manque de force motrice, lorsque le quart ou la moitié du poids a été perdu.

     Si le jeûne continue, des réajustements s'accomplissent pour assurer les demandes minimum faites sur les réserves nutritives ; pendant que le jeûne progresse,
le corps tend à conserver ses provisions en diminuant l’activité à la fois physique et physiologique, de sorte que le taux de perte diminue graduellement.

     Chez les animaux à sang froid, chez lesquels le jeûne est un événement physiologique normal dans le cycle vital, les réserves sont habituellement abondantes et la demande qui en est faite est petite, de sorte qu'ils peuvent jeûner pendant de longs intervalles sans être forcés de renouveler leurs provisions. Chez les animaux à sang chaud, chez qui les réserves sont fréquemment moindres et dont les activités sont plus grandes, les réserves s’épuisent plus rapidement. Cependant, c'est seulement une fois que toutes ces réserves sont épuisées que les tissus organiques sont réquisitionnés en tant que substances nutritives.

     Si le jeûneur se repose, ses réserves durent plus longtemps que s’il est actif durant le jeûne. De meilleurs résultats sont obtenus par le jeûne si le repos est observé. Le travail, de longues marches, des exercices fatigants, etc., gaspillent les réserves du corps sans offrir aucun avantage en compensation.

     L'effort physique, le froid extérieur, les soucis, les émotions fortes, accélèrent l'utilisation des réserves. La fièvre produit sans doute le même effet, du moins dans la plupart sinon dans tous les états aigus.

     La Nelson’s Encyclopédie dit : « Les observations faites durant le jeûne de Succi et celui d'autres personnes montrent que le corps perd moins rapidement quand le jeûneur est tenu au chaud et au repos. Les tissus adipeux sont utilisés les premiers ; viennent ensuite les protides des muscles du squelette et intestinaux. Le muscle cardiaque ne diminue pas sensiblement et probablement prend-il sa substance dans les muscles moins essentiels. Dans les longs jeûnes les tissus s’épuisent plus rapidement durant les premiers jours. Par la suite le corps utilise ses réserves nutritives de façon plus économique ».

     Un jeûne antérieur semble entraîner le corps à utiliser ses réserves de façon plus économique. On voit ainsi l’économie énorme réalisée par une utilisation éduquée des forces du corps. Un second ou un troisième jeûne est aussi presque toujours plus facile que le premier bien que pour beaucoup, pendant le premier jeûne, il n’y ait pas de gêne du tout.

     Dans The Natural Cure, p. 73, le Dr Page dit : « La chair humaine, par absorption, constitue un régime des plus appropriés dans certaines maladies (1). L'absorption et l'excrétion des tissus malades sont, dans certaines circonstances, le seul travail que la nature puisse entreprendre sans danger, et dans ces cas, aucun renforcement ne peut-être accompli jusqu’à ce qu’une fondation solide soit atteinte et jusqu'à ce que les débris soient enlevés ; ensuite, à moins que ce bon travail ne se poursuive, les organes nutritifs ont alors l'occasion de se renouveler virtuellement ».

     La chair humaine, par absorption, devient le menu des malades, le seul régime possible dans toutes les maladies aiguës sérieuses. Le Dr Dewey étant assistant-chirurgien aux U.S.A s'occupait, en 1864, d'une salle du Chattanooga Field Hospital où il dit que « les autopsies étaient de règle » et qu'elles étaient nombreuses. En discutant de ces autopsies il dit qu' « il ressortait de chacune d'elles un fait de signification prodigieuse, qui ne faisait aucune autre impression sur mon esprit, que de m'obliger à m’en souvenir ». Ce fait est que, quel que soit l'amaigrissement du corps, et même si la condition squelettique a été atteinte, le cerveau, le cœur et les poumons, sauf s’ils sont eux-mêmes malades, ne subissent jamais aucune perte...

     (1) L'auteur veut dire que l'organisme absorbe lui-même ses chairs et tissus inutiles (autolyse). (Note de l'éditeur.)... » [1]

Pages 73 & 74 :

     « ... Ces études nous révèlent qu’il y a dans le corps des réserves alimentaires amassées pour servir en cas de besoin. Ces réserves nutritives sont disponibles pour être utilisées dès que le besoin s’en fait sentir et avec peu de dépense d’énergie par le corps. Elles sont capables de satisfaire tous les besoins essentiels du moment, et peuvent être restaurées à loisir, après que le travail de reconstitution a été accompli.

     Si tous les tissus adipeux et autres réserves sont disponibles en abondance, on peut jeûner de trente à quatre-vingt-dix jours ou plus sans entamer une seule cellule des tissus essentiels du corps.

     « Lorsqu’elle n’a pas de travail digestif à faire, écrit Oswald, la Nature emploie le loisir longuement désiré à des fins de nettoyage général. Les accumulations de tissus superflus sont examinées et analysées; les parties utilisables sont renvoyées au système nutritif, les déchets sont enlevés complètement et d’une façon permanente... » [1]

     « ... L'ensemble des tissus de l'organisme peut être considéré comme un réservoir d'alimentation capable d'être dirigé sur n’importe quel point, selon le besoin. La capacité du corps à nourrir ses tissus vitaux à partir de ses réserves nutritives et de ses tissus moins vitaux, est d'une grande importance pour le malade qui est incapable de digère et d’absorber de la nourriture. Sans cette capacité, le malade en crise aiguë périrait de faim... » [1]

     Contrairement à l’opinion courante (et même professionnelle), les tissus vitaux de l'organisme qui jeûne ne commencent pas à se décomposer dès que la nutrition cesse.

     Le corps qui jeûne perd du poids, mais les pertes de poids ne sont pas des indications sûres que des changements interviennent dans les tissus internes. Durant un jeûne, c’est aux réserves corporelles de graisse qu’est fait le plus grand appel, aussi bien chez l'homme que chez les animaux; la perte rapide de poids durant les premiers quatre jours de jeûne, particulièrement remarquable chez les gros, est due à la tendance de la graisse à se dissoudre rapidement.

     Ainsi, on a vu que les tissus vitaux sont nourris d'abord par les réserves de nourriture et, quand celles-ci sont épuisées, par les tissus vitaux les moins importants. Aucun dommage ne sera causé, ni ne pourrait être causé, à aucun des tissus vitaux du corps tant que ses réserves seront suffisantes pour répondre aux besoins nutritifs de ces tissus. Ceci varie de quelques jours chez les gens très maigres à quelques mois chez les individu» très gras.

     Il n’y a pas besoin d’avoir peur de jeûner, même du jeûne le plus prolongé, sous une conduite intelligente et expérimentée. Le corps humain peut avoir accumulé en lui des ressources d'énergie tellement grandes qu’il sera à même de jeûner de nombreux jours.

     Parce qu'ils sont ignorants des réserves du corps animal, qui sont disponibles pour l'entretien, quand, pour une raison quelconque, la nourriture est refusée, les médecins, les gardes-malades, les malades, leurs parents et amis sont effrayésdu jeûne et insistent pour que les malades mangent afin de « maintenir leurforce ». On n’a jamais commis plus grande erreur.

     Un aspect important du jeûne a été entièrement perdu de vue par tous les prétendus expérimentateurs scientifiques du jeûne. Je fais allusion à la manière dont il cause la destruction, l'absorption et l'élimination ou l’utilisation des excroissances anormales, des effusions, exsudats, dépôts, etc. Les chercheurs ont fait toutes leurs expériences sur des animaux ou des hommes en bonne santé et, pour cette raison, ils ne peuvent connaître ses effets sur le corps malade.

     Ils ont appris que la graisse inutile et les tissus les moins essentiels sont d'abord utilisés, et que les tissus les plus essentiels du corps sont à peine touchés, même au moment où la mort par inanition en résulte ; mais n’ayant jamais surveillé le processus, ils ne peuvent rien savoir de la rapidité avec laquelle le liquide hydropique, par exemple, est absorbé à partir des cavités ou des tissus et est utilisé comme nourriture. Ils ne peuvent pas savoir comment des excroissances comme des tumeurs sont souvent rapidement absorbées et comment même de grosses tumeurs sont réduites. La résolution dans la pneumonie est hâtée, le processus se produisant si rapidement qu'il serait souvent difficile d'y croire si on ne le voyait de ses propres yeux. Les tissus « malades » sont détruits, les tumeurs, exsudats, effusions et dépôts sont absorbés pour être utilisés ou éliminés. Durant le jeûne, le corps utilise tout ce dont il peut se passer, afin de préserver l’intégrité des tissus essentiels. Les choses inutiles et moins essentielles sont sacrifiées en premier lieu.


Chapitre V - "L'AUTOLYSE" :

Page 75 :

     « ... Au cours du processus de transformation en grenouille, le têtard développe quatre pattes. Lorsque celles-ci sont entièrement constituées, la queue qui était tellement utile au têtard ne lui sert plus à rien; aussi procède-t-il à son élimination, non en la faisant tomber, comme on le pense couramment, mais en l'absorbant.

     ... Pendant la période où la queue de l’ex-têtard est en voie d’absorption, la jeune grenouille ne mange pas... Il se peut que le jeûne soit essentiel pour permettre l'absorption de la queue, ou du moins il hâte le processus, car il oblige l'utilisation de la queue comme nourriture pour subvenir aux besoins des tissus vitaux de la grenouille jeûnant... » [1] et [2]

Page 76 :

     « ... Le mot autolyse... On l'emploie en physiologie pour désigner le processus de digestion ou de désintégration de tissus par des ferments (enzymes) produits dans les cellules ferments (enzymes) produits dans les cellules elles-mêmes. C’est un processus d’auto-digestîôn, de digestion intra-cellulaire... » [2]

     « ... Les phénomènes qui se produisent au cours d’un jeûne donnent de nombreux exemples du contrôle que le corps exerce sur ses processus d'autolyse. Par exemple, les tissus sont perdus en raison inverse de leur utilité — les graisses et excroissances morbides s'en vont en premier lieu, puis les autres tissus... » [1]

Page 77 : "L'autolyse chez les plantes" :

     « ... Le règne végétal offre de très nombreux exemples d’autolyse... Tous les bulbes — et l'oignon nous servira d'exemple —... En fait, le bulbe peut être retiré du sol et mis de côté durant de longue périodes. L'oignon peut commencer à germer dans le seau ou le sac dans lequel il se trouve... Le bulbe se ramollit graduellement, et bientôt il ne reste plus qu’une simple enveloppe, la substance de l'oignon ayant été digérée et utilisée par la plante en voie de croissance.
     Les éléments nécessaires à la croissance sont fournis par la digestion autolytique des substances contenues dans le tubercule, et même hors de terre ces plantes produisent racines et feuilles, et elle poussent.... » [2]

Page 80 : "L'autolyse est contrôlée"

     « ... durant l’inanition, il n’y a pas dépérissement indiscriminé du corps, mais plutôt, comme il a été déjà observé pendant le jeûne, la même sauvegarde des tissus vitaux et un lent sacrifice des tissus moins indispensables... » [2]

Page 81 :

     « ... Il est intéressant de noter que ce contrôle de l’autolyse s’étend également aux tissus malades, tels que tumeurs, dépôts, écoulements, etc. et qu’il n’est pas limité aux tissus normaux. Des enzymes intra-cellulaires qu’il possède, le corps est capable de digérer ses propres protéines, lipides et glucides (…) Le corps est capable de contrôler le processus d’auto-digestion, et il le limite strictement aux tissus non essentiels. Le corps est capable d’utiliser les produits terminaux de la désintégration autolytique de ses propres tissus pour nourrir ses parties les plus essentielles et les plus vitales... » [1]

     « ... les tissus vitaux du corps ne seront pas sacrifiés pendant une abstention même prolongée de nourriture. Ainsi nous savons, de façon certaine, que seuls les tissus non essentiels seront digérés et que leurs composants seront transportés à travers le corps pour nourrir les tissus vitaux... » [2]

Page 82 : "La désintégration autolytique des tumeurs"

     «... Pour bien comprendre ceci, le lecteur doit savoir que les tumeurs sont constituées de chair, de sang et d’os.
Il existe divers noms pour indiquer les différentes sortes de tumeurs, mais ces noms indiquent la nature du tissu dont la tumeur se compose.
Par exemple,
un ostéome est fait de tissu osseux ;
un myome est constitué de tissu musculaire ;
un neurome, de tissu nerveux ;
un lipome, de tissu adipeux ;
un fibrome, de tissu fibreux ;
un épilhéliome, de tissu épithélial, etc.
Des excroissances de ce genre sont techniquement désignées sous le nom de néoplasmes (nouvelles croissances) pour les distinguer des simples gonflements ou enflures.
Une grosse boule au sein peut n'être que l’enflure d’une glande lymphatique ou d’une glande mammaire. Une telle glande, ainsi enflée, peut être fort douloureuse mais ce n’est pas un néoplasme.

     Les tumeurs étant composée de tissus du même genre que les autres tissus du corps, elles sont susceptibles de désintégration autolytique, de même que les tissus normaux, et elles se résorbent et sont digérées dans certaines circonstances et en particulier pendant le jeûne.... » [2]

Page 83 :

     «... La rapidité d’absorption des tumeurs chez les individus qui jeûnent varie suivant une variété de circonstances connues et inconnues. Voici quelques facteurs dont dépend cette rapidité :
.
l’état général du patient,
. la quantité de surplus contenue dans son corps,
. le genre de tumeur,
. la dureté ou la mollesse de la tumeur,
. le siège de la tumeur,
. l’âge du patient.

     Voici deux exemples extrêmes qui montreront la grande variation qui existe dans la rapidité d’absorption.
     Une femme de moins de 40 ans avait un fibrome utérin de la grosseur d’un pamplemousse moyen. Il se résorba complètement en vingt-huit jours d'abstinence totale de nourriture, excepté d’eau. Cette rapidité d’absorption fut particulièrement rapide.
     Un autre cas est celui d'une tumeur semblable chez une femme à peu près du même âge. Dans ce cas, le fibrome était de la grosseur d’un œuf d'oie. Un jeûne de vingt et un jours réduisit la tumeur à la grosseur d’une noix. Le jeûne fut interrompu à cause du retour de la faim. Un autre jeûne, qui eut lieu quelques semaines plus tard et qui dura dix-sept jours, fut nécessaire pour amener la résorption totale de la tumeur. C’est un exemple de résorption particulièrement lente.
Des boules dures au sein, semblables à des tumeurs, dont la grosseur peut varier de celle d'un petit pois à celle d’un œuf d’oie, disparaissent dans un espace de temps allant de trois jours à trois semaines.
     Voici un cas remarquable, à la fois intéressant et instructif. Une jeune femme de 21 ans avait une forte enflure dure au sein droit, qui lui avait fait très mal pendant quatre mois. Finalement, elle consulta un médecin qui diagnostiqua un cancer et conseilla une intervention chirurgicale immédiate. Elle alla chez un autre médecin, puis chez
un autre et encore chez un autre, et chacun fit le même diagnostic et conseilla l'ablation d'urgence. Au lieu d'avoir recours à la chirurgie, elle eut recours au jeûne; au bout de trois jours exactement sans nourriture, le « cancer » et les douleurs disparurent. Aucune rechute ne se produisit après vingt-trois ans...

Voici un exemple récent. Un industriel de Los Angeles vint me voir avec sa femme qui avait une tumeur au sein. Elle avait consulté plusieurs médecins. Chacun d'eux avait vivement conseillé l’ablation du sein. Je lui fis entreprendre un jeûne qui dura trente jours. A la fin du jeûne, la tumeur, qui au début avait la grosseur d'une noix, était réduite à la grosseur d’un pois. Mise ensuite à un régime de légumes et de fruits, cette femme vit disparaître ce qui restait de la tumeur en moins d'un mois.... » [2]

Page 85 :

     «... Au cours de ma propre expérience, j’ai vu de nombreux fibromes de l’utérus et du sein, des lipomes sur diverses parties du corps, des épithéliomes tout un groupe de myomes et d’autres tumeurs être autolysés et disparaître pendant un jeûne entrepris par le malade. J’ai vu des verrues disparaître en cours de jeûne et j’en ai vu d’autres sur lesquels le jeûnesemblait n’avoir aucun effet. Je n’ai jamais vu un grain de beauté affecté par le jeûne. J’ai vu des kystes complètement dissous par le jeûne et d’autres réduits... » [1]

Chapitre VIII - "LE RÉTABLISSEMENT DES ORGANES ET DES TISSUS PENDANT LE JEÛNE" :

Page 108 :

     « ... Mes observations montrent que la pousse des cheveux est lente pendant un jeûne et que la barbe est beaucoup plus douce qu’à l’ordinaire, le corps sacrifiant les poils dans l'intérêt des structures plus importantes, bien que le jeûne arrête fréquemment la chute des cheveux... » [1]


¤

Rappel des références :

SUR INTERNET : Extraits du livre "Le jeûne" par H.M. shelton présentés au lien :

[1] http://www.freedom-generation.com/le-jeun/jeuner (10.01.2013) ou

[2] http://www.histoires-de-guerisons.com/2013/07/comme-la-grenouille-qui-mange-sa-queue/ (20.07.2013)


 

Livre : JEÛNER POUR REVIVRE
par Albert Mosséri

 

JEÛNER POUR REVIVRE
Techniques de l’hygiénisme (Sommaire et Extraits)

Albert Mosséri © 1980 Le Courrier du Livre – Paris - 312 pages

Avertissement de l’auteur de ces « extraits » : les textes choisis sont volontairement subjectifs.
Les phrases sont extraites du livre.
Merci de respecter le copyright concernant les phrases extraites du texte du livre.

Ce livre, épuisé, peut être acheté d'occasion, par exemple, chez Amazon : http://www.amazon.fr/Je%C3%BBner-pour-revivre-Albert-Mosseri/dp/270290095X

Photo    ou     Photo

"Dédié au lecteur militant qui a jeûné, pour qu’il écrive à la presse en relatant son expérience et pour réfuter ainsi les mensonges qu’elle propage sur ce sujet vital."
(L’Auteur)

Chapitre 1 – PRATIQUE DU JEÛNE ANNUEL CHEZ LES ANCIENNES PEUPLADES (page 9) – Pratique du jeûne annuel dans l’île Maurice – Le demi-jeûne annuel chez les Hounzas – Le jeûne annuel chez les Arabes – Le jeûne dans le monde animal

 

Chapitre 2 LE MÉTABOLISME ET L’AUTOLYSE DURANT LE JEÛNE (page 15)

 

Chapitre 3 – LES RÉSERVES DU CORPS (page 16)

 

Chapitre 4 – LE JEÛNE, PUIS L’INANITION (page 19) 

 

Chapitre 5 – PRIMAUTÉ DE LA FAIM DURANT LE JEÛNE ET DANS LA VIE COURANTE (page 23)

     … Le moyen infaillible, selon nous, de distinguer la vraie faim de la fausse faim, c’est d’attendre une heure. La vraie faim devient de plus en plus aiguë, tandis que la fausse faim disparaît peu à peu.

 

Chapitre 6 – LES CARENCES (page 28)

 

Chapitre 7 – LES MORTS DURANT LE JEÛNE (page 31)

 

Chapitre 8 – LES MÉDICAMENTS ET LE JEÛNE (page 40)

 

Chapitre 9 – LE JEÛNE N’EST PAS UN REMÈDE (page 50)

     … En médecine, la conception de la maladie est entitative et la guérison se conçoit comme une maladie annihilée. Or, en hygiénisme, la maladie est une élimination et la « guérison » devient la fin de cette élimination. C’est pour cela que nous ne devons pas parler de guérison car cela implique une conception médicale à laquelle nous sommes opposés. Nous dirons « rétablissement ».

 

Chapitre 10 – EN QUOI CONSISTE LE JEÛNE (page 52)

     … Il faut garder le lit presque tout le temps…

 

Chapitre 11 – QUAND, OÙ ET COMBIEN DE TEMPS JEÛNER ? (page 55)

 

Chapitre 12 – COMMENT NE PAS JEÛNER ? (page 60)

     Ceux qui jeûnent sans une surveillance qualifiée peuvent commettre un nombre d’erreurs incroyables…

 

Chapitre 13 – LA PRÉPARATION DU JEÛNE (page 63)

     Selon Shelton, aucune préparation n’est nécessaire pour jeûner…
     … Dans certains cas particuliers, cette préparation est indispensable, sans quoi on court au-devant de l’échec…

 

Chapitre 14 – LE DEMI-JEÛNE (page 67)

     … Ce demi-jeûne peut consister à prendre le soir une demi-orange à sucer ou un demi-pamplemousse ou même une demi-poire…

 

Chapitre 15 – CONSEILS DURANT LE JEÛNE (page 70)

     … Les hygiénistes rejettent totalement toutes les tisanes, que ce soit durant le jeûne ou en dehors du jeûne…
     … « Il n’existe pas de méthode plus efficace d’accroissement de l’élimination que celle du repos. »…

 

Chapitre 16 – LES PURGES ET LES LAVEMENTS DURANT LE JEÛNE (page 83)

 

Chapitre 17 – LE BOUCHON COLLÉ (page 88)

 

Chapitre 18 – LES SYMPTÔMES ET LES CRISES DURANT LE JEÛNE (page 92)

     La personne en excellente santé peut jeûner des semaines sans ressentir le moindre malaise. L’élimination se fait alors en douceur. Par contre, l’individu de santé moyenne aura des réactions suivant son état – violentes s’il est pourvu d’une bonne vitalité et faibles si celle-ci est faible…
     … Parmi les symptômes ressentis durant le jeûne, le plus courant est le vertige. Le sang est concentré dans l’abdomen et si on se lève brusquement le corps n’a pas le temps d’envoyer du sang vers le cerveau et on risque de s’évanouir…

 

Chapitre 19 – QUAND ET COMMENT COUPER LE JEÛNE (page 99)

 

Chapitre 20 – LA FRUGALITÉ APRÈS LE JEÛNE PAR LE SYSTÈME MOSSÉRI (page 116)

     … Le pire de tout c’est l’excès de protides, puis vient l’excès de dattes, figues sèches, etc…

 

Chapitre 21 – COMMENT VIVRE APRÈS LE JEÛNE (page 126)

     À quoi sert-il de jeûner si on doit retourner aux vieilles et mauvaises habitudes ?...
     … Le jeûne n’est pas une panacée. Il faut absolument supprimer les causes d’empoisonnement : café, tabac, etc., de même que les aliments non spécifiques à l’espèce qui empoisonnent l’organisme en l’acidifiant (pain, céréales, viandes, etc.)…

 

Chapitre 22 – LES CURES DE JUS ET AUTRES (page 135)

      … Aucun aliment en soi n’a de propriété éliminative. Les aliments n’aident pas à éliminer…
     … À tous ceux qui utilisent les jus de fruits à la place du jeûne, le Dr Tilden conseille dès 1927 l’abandon de cette pratique…

 

Chapitre 23 – LES QUATRE FORMES DE JEÛNE : Le jeûne hebdomadaire – Le jeûne annuel – Sauter un repas occasionnel – Le jeûne matinal (système Dewey)  (page 141)

     … LE JEÛNE MATINAL (OU LE SYSTÈME DEWEY)
     Ce jeûne consiste à sauter le repas du matin tous les jours de l’année. En effet, on n’a pas faim le matin. De toute façon, jamais avant 10 ou 11 heures. À ce moment, on peut calmer sa faim avec une pomme…
     … L’élimination se passe surtout la nuit et au réveil elle n’est pas encore terminée. Voilà pourquoi on n’a jamais faim le matin…

 

Chapitre 24 – RAJEUNIR, MAIGRIR, GROSSIR PAR LE JEÛNE (page 154)

     … Le jeûne permet le rajeunissement de dix ans au moins, surtout chez les obèses ou même chez ceux qui sont de poids normal…
     … Le rajeunissement par le jeûne n’est toutefois possible que si on n’est pas trop vieux. L’âge avancé ne permet qu’un rajeunissement limité…

 

Chapitre 25 – L’ACCOUTUMANCE AUX DROGUES BRISÉE PAR LE JEÛNE (Tranquillisants – tabac – café – alcool) (page 160)

 

Chapitre 26 – LE JEÛNE DANS LES MALADIES AIGUËS (page 164)

 

Chapitre 27 – LE JEÛNE DANS LES MALADIES CHRONIQUES (page 171)

 

Chapitre 28 – ÉVOLUTION DE LA MALADIE (page 182)

 

Chapitre 29 – LE RETOUR À LA SANTÉ (page 185)

 

Chapitre 30 – L’HYGIÉNISME (page 186)

     L’hygiénisme est un mouvement qui naquit en Amérique il y a environ 150 ans, et qui est dénommé hygiène naturelle. Comment le mot hygiénisme a-t-il été choisi ? C’était vers l’année 1950. Je résidais alors en Egypte sans être un égyptien, car je suis d’origine syrienne. Après un stage en Inde dans deux maisons naturopathies de jeûne durant environ 1 an, je revins au Caire et découvrit les écrits de Shelton, après Thomson. Je rejetai aussitôt la naturopathie pour embrasser l’hygiène naturelle. C’est alors qu’un ami, psychologue grec vivant au Caire en ce temps, avec lequel j’avais l’habitude de discuter très longuement, critiqua l’appellation hygiène naturelle employée par Shelton à cause de sa longueur. C’est lui qui me suggéra le mot hygiénisme avec argument à l’appui…
   … Avant d’adopter définitivement le mot hygiénisme, j’écrivais à Shelton pour avoir son avis. Il me répondit que ce mot sonnait mal en anglais, mais qu’il pouvait aller en français…
     … J’ai été donc le premier à employer le mot hygiénisme pour désigner notre mouvement et ceux qui l’emploient pour parler de naturopathie cherchent à profiter du crédit qu’il porte…

 

Chapitre 31 – LES REMÈDES NATURELS PENDANT LE JEÛNE (page 188)

     … L’élimination se passe surtout au niveau des cellules qui forment tout l’organisme…
     … L’élimination au niveau des cellules se fait à l’aide de l’énergie nerveuse…

 

Chapitre 32 – LA NOTION DE REMÈDE (page 193)

     … L’idée de l’existence des remèdes est un non-sens…
     … Quelle est la cause de la maladie ? La seule cause que les hygiénistes puissent accepter est un mode de vie malsain. Voilà la vraie cause…

 

Chapitre 33 LES TISANES DURANT LE JEÛNE (page 197)

     … Toutes les plantes médicales qui servent à faire des infusions et des tisanes sont utilisées pour combattre les symptômes : constipation, insomnie, nervosité, etc. Or il  faut combattre les causes et non les symptômes pour avoir un effet durable…

 

Chapitre 34 – CAS VÉCUS (page 204)

     … Arthritisme – Tumeur…
     … À 70 ans, il élimine l’asthme, la prostatite, l’impuissance, la surdité, la sinusite et la bronchite en jeûnant 32 jours… (.. Vers le 32ème jour du jeûne, il retrouva son ouïe de l’oreille gauche. Neuf mois après, l’audition par l’oreille gauche demeure parfaite…)…  – page 208
     … Paralysie, dépression, vertiges, vue faible…
     … Constipation, diarrhée, maux de tête, insomnie…
     … Paralysie partielle – Bronchite – Le foie…
     … Surdité (17 jours… L’ouïe empira quelques jours, puis du pus s’écoula et il put entendre mieux que jamais. On l’avait condamné comme sourd incurable !)…  – page 211
     … Calculs et abcès dentaires… Rhumes, ankylose des jointures, varices…
     … Maux de tête, nausées colite – Paralysie – Albumine, cœur, obésité…
     … Eczéma, hémorroïdes, vue faible, rhumatisme, reins affectés, constipation, etc…
     … Goitre – Asthme – Migraines – Calcul – Paralysie droite – Arthritisme – Cécité …
     … Névrite et surdité (… Un jeûne de 36 jours lui redonne l’ouïe de l’oreille droite qu’elle avait perdue durant 25 années !)…  – page 215
     … Rhumatisme – Estomac et surdité (… a jeûné 57 jours et se délivra de troubles stomacaux et de surdité partielle…)… - page 216
     … Rajeunissement – L’enseignement apprécié – Dépression nerveuse, insomnies et tentatives de suicide – Fièvre paludéenne – Enceinte (nausées, vertiges, « coup de pompe », hépatite) – Accouchement chez soi et par soi – Étudiant en médecine – Le pessimisme – Les convulsions durant le jeûne – L’arthrose, périarthrite, lumbago, sciatique, goutte, arthritisme, etc… - Cirrhose du foie, dépression – Obésité, constipation – Absence de menstruation – Zona, colite, brûlures à l‘anus – La fausse constipation – Arthrose, dépression – Asthme – Maux de tête, constipation, insomnie, nerfs – Vésicule biliaire… obésité – Goitre, calcul, arthrose, rajeunissement – Artérites graves – Blessures infectées, foie, maigreur, estomac, etc… - Arthritisme, rhumes – Les réserves – L’asthme – Maux de tête, foie, estomac, fatigue – Rétablissement spectaculaire d’un malade mental… page 235
     … D’autres cas mentaux – Tumeur à la gorge, ulcères dans l‘œsophage et foie malade – Selles volumineuses et non moulées – Maux de tête… page 255
     … L’inanition – Fatigue, constipation – 74 ans, yeux, estomac, arthrose, sommeil – Le tabac – Accouchement après jeûne – Les drogués aux tranquillisants et aux somnifères – Prostate et polyarthrite (blocage) – Cancer de la peau (… Le cancer c’est toujours une infection et l’infection est toujours causée par les protides. Ces derniers furent donc supprimées de son menu…)…  page 263
     … Maigreur et fatigue - Foie affecté, ulcère et eczéma – Fibrome et myopie – Sinusite grave, ulcères des yeux, herpès de la cornée – Ulcère – L’opinion d’une infirmière suisse – Arthrose, sinusite – Dépression, insomnie - … et je porte un sac de ciment… page 268
     … Dépression nerveuse – Artérite…
     … Le jeûne n’est pas toujours la solution… page 272
     … Se rapprocher de Dieu – Jeûner pour revivre – Un kyste éliminé – Pierre a 6 ans – Asthme – Sanctuaire de la santé – Calculs…

 

Chapitre 35 CORRESPONDANCE AVEC H.M. SHELTON ET V. VETRANO (page 281)

     … Pour la France A. Passebecq…, aussi Nature et vie… (1963)… (page 281)

« … D’autre part, on a fait trop de publicité sur les Hounzas. Une légende a été forgée autour de leur cas… » par H.M. Shelton le 23.02.1970 (page 299)

 

___________________________________________________________________________________________________________________

SUR INTERNET : Extraits du livre "Jeûner pour revivre" par A. Mosséri présentés au lien :

[1] http://www.freedom-generation.com/le-jeun/jeuner

[2] http://santenature.over-blog.com/article-30546563.html

 

Chapitre 2 - "Le métabolisme et l'autolyse durant le jeûne" :

page 15 :

     «... Durant le jeûne, le métabolisme se ralentit. La respiration, le pouls, la circulation et toutes les activités vitales sont en général ralenties.

     Après le jeûne, le métabolisme devient plus actif...

     ... L’autolyse est l’autodigestion des cellules et des tissus à l’aide d’enzymes intracellulaires. Ce phénomène est connu des physiologistes depuis longtemps, mais le mérite revient au Dr Shelton d’avoir le premier et lui seul souligné son importance dans les processus constructifs des organismes vivants...

     ... Durant le jeûne, le phénomène de l’autolyse entre en action. C’est un phénomène que le corps contrôle parfaitement et par lequel les matériaux inutiles sont d’abord digérés. Les premiers à être digérés sont la graisse, les excroissances morbides, puis les autres tissus. C’est ainsi que les tumeurs sont éliminées, alors que le système nerveux n’est pas touché... » [1]

Chapitre 34 - Cas vécus :

Pages 211 à 214 :

Surdité
 
     «... Robert B.  29 ans, a jeûné 17 jours.  Surdité.  Poids avant et après le jeûne 62/54 kg.  L'ouïe empira quelques jours, puis du  pus s'écoula et il put entendre mieux que jamais.  On l'avait condamné comme sourd incurable!
 
La surdité provenant de catarrhes ou de pus peut être éliminée.  Mais celle qui provient d'un accident ou de produits chimiques ou d'antibiotiques ne peut pas être remédiée.  Les premières surdités sont progressives et les autres subites.
 
Quel plaisir de remarquer ces anciens sourds quand ils changent leur comportement en société.  Avant, ils étaient toujours distraits, le regard ailleurs, puis quand ils retrouvent leur ouïe ils prennent part aux discussions et à la conversation... » [2]
 
                                                            -------------------------------------------------------

Calculs et abcès dentaires
 
     «... Diana Young a jeûné 32 jours.  Calculs rénaux, dents ulcérées, ongles incarnés.  Les grands professeurs avaient conseillé d'urgence 3 opérations!  Elle n'accepta aucune, mais jeûna.  Le 16 ième jour du jeûne, elle expulsa les calculs.  Après le jeûne, les rayons X montrèrent que les abcès dentaires avaient disparu tout en gardant ses dents qu'on voulait lui arracher.  Les ongles se rétablirent aussi.  Depuis lors, sa santé est parfaite.
 
Au sujet des calculs, quand ils sont très gros, il faut prévoir un jeûne de 30 à 60 jours pour les  dissoudre et les éliminer.  Les crises doivent être supportées et la douleur acceptée.  Un bain chaud de 20 min. peut calmer... » [2]
 
 
Maux de tête, nausées, colite
 
     «... Mme R.T., 32 ans, a jeûné 18 jours.  Poids avant le jeûne: 45 kg.  Elle avait souffert de longues années durant de maux de tête, nausées, manque d'appétit et  douleurs violentes dans le côlon ascendant.  Tous ces symptômes disparurent et elle demeura bien par la suite... » [2]
 
 
Paralysie
 
     «... G.W.S.,  45 ans, a gardé le lit durant 9 ans, paralysé totalement avec anesthésie.  Aucun traitement n'était utile.  Il jeûna 79 jours.  Ses forces revinrent et il put mouvoir ses membres, ses doigts et s'asseoir.  Le rétablissement ne fut possible qu'à moitié.
 
Nous avons surveillé un jeune homme de 18 ans souffrant de sclérose en plaques qui jeûna 32 jours sans aucune amélioration.
 
"On a supervisé plusieurs personnes avec scléroses en plaque dont une très avancée qui aujourd'hui est très bien, elle a fait plusieurs jeûnes dont un de 21 jours et quelques un de 14 jours. Elle a aussi fait beaucoup de travail autant de croissance personnelle que spirituelle.
 
Il y en a une qui fait une semaine par année , elle dit que ça lui fait beaucoup de bien , on voit des améliorations mais elle a encore des difficultés."  (Adèle Arsenault)
 
(courrier reçu le 25/05/2007 d'Adèle Arsenault: spécialiste du jeûne ayant oeuvré aux côtés des biologistes Jean Rocan et Nicole Boudreau)   Adèle Arsenault est toujours active dans le domaine... » [2]
 
 
 
 
Albumine, coeur, obésité
 
     «... Le Dr J. Eales a jeûné 30 jours durant lesquels il perdit 12 kg.  Il souffrait d'albuminurie aiguë, de troubles cardiaques fonctionnels et d'obésité.  Tous ces symptômes ont disparu par le jeûne.  (ce jeûne avait été publié à l'époque dans un journal de Saint-Louis (É.U.)  le "Saint-Louis Republic"... » [2]
 
 
Eczéma, hémorroïdes, vue faible, rhumatisme, reins affectés, constipation, etc.
 
     «... Van R. Willcox a jeûné 60 jours tel qu'il l'a décrit dans son livre: Correct Living (Vie Correcte).   Il souffrait de furoncles, eczéma, hémorroïdes, paralysie partielle, vue défectueuse, calvitie, rhumatisme, maladie des reins, etc.   Tous ces symptômes disparurent à jamais.  Après le jeûne, il gagna 26 kg... » [2]
 
                                                                            ---------------------------------------------
 
Goître
 
     «... Jeune fille de 27 ans,  goître depuis 2 ans avec des symptômes nerveux.   Son état empire avec le traitement classique.  Un jeûne de 28 jours la délivre de toute la tumeur et des symptômes nerveux.  Un an plus tard, pas de retour des symptômes.
 
Nous avons eu une dame de 40 ans avec un très gros goître bénin, les yeux pas exhorbitants et le pouls normal.  Au bout de 20 jours de jeûne, son goître avait diminué de moitié, mais elle n'avait  pas le courage de continuer à jeûner malgré ces résultats excellents.  Que peut-on faire pour porter ces malades à désirer un peu plus le rétablissement de leur santé?
 
Nous n'avons jamais eu de résultats avec les goîtres malins, même avec des jêunes très prolongés.  Le pouls est resté très élevé par la suite... » [2]
 
 
Asthme
 
     «... Femme mariée, 36 ans, a souffert d'asthme pendant 2 ans.  Traitement médical inutile.  Un jeûne de 25 jours la délivra de l'asthme.  Le sujet retourna au Canada où elle pratique les sports d'hiver.  Pas de retour des symptômes après un an... » [2]
 
 
Migraines
 
     «... Femme mariée, 37 ans, a souffert de migraines pendant 15 ans.  L'usage continu des analgésiques se transforma en habitude.  Durant un jeûne de 40 jours, vomissements excessifs de bile et parfois des spasmes aux mains et aux pieds.  Le rétablissement total ne survint qu'après 3 autres jeûnes de 4 jours chacun.
 
Les maux de tête peuvent s'aggraver durant le jeûne:  c'est un bon signe d'élimination qu'il ne faut pas contrarier.  Nous avons eu une dame qui avait jeûné sous la surveillance d'un médecin durant 20 jours.  À chaque  paroxysme, elle subit divers traitements pour la soulager des migraines.  Elle n'obtint en fin de compte aucun résultat.  Quand elle vint jeûner sous notre surveillance un an plus tard, nous lui expliquâmes que les paroxysmes de migraines ne doivent pas être soulagés.  C'est ce qui se passa et à la fin de son séjour les migraines avaient disparu à jamais.  Le jeûne peut aboutir à un échec selon la façon dont il est mené... » [2]
 
 
Calcul
 
     «... Femme mariée, 46 ans, ablation d'un rein et gros calcul dans l'autre rein.   Un jeûne de 12 jours permit au calcul de s'effriter et de descendre morceau par morceau sans douleur.  Rétablissement total.
 
En général, il faut prévoir un jeûne de 40 à 50 jours ou plus avec crises très douloureuses quand les calculs sont gros.  Il n'est pas nécessaire d'opérer.
 
Un bain chaud de 20 minutes calme les crises... » [2]

                                                        --------------------------------------------------

Rappel des références :

SUR INTERNET : Extraits du livre "Jeûner pour revivre" par A. Mosséri présentés au lien :

[1] http://www.freedom-generation.com/le-jeun/jeuner

[2] http://santenature.over-blog.com/article-30546563.html

 

 

 

Livre : LA SANTÉ SANS MÉDICAMENTS
par Herbert M. Shelton
RETOUR EN HAUT DE PAGE

.

LA SANTÉ SANS MÉDICAMENTS
L’ERREUR FONDAMENTALE DE LA MÉDECINE

Télécharger au lien : la-sante-sans medicaments-shelton.pdf

(sommaire et extraits)

Herbert M. SHELTON © 1974 Le Courrier du Livre – Paris - 50 pages

Avertissement de l’auteur de ces « extraits » : les textes choisis sont volontairement subjectifs.
Les phrases sont extraites du livre.
Merci de respecter le copyright concernant les phrases extraites du texte du livre.

 

PRÉSENTATION par Albert I. Mosséri (page 4)

     Les pages qui suivent sont traduites en grande partie de l’œuvre monumentale du Dr Herbert M. Shelton : Basic Principles of Natural Hygiene (660 pages) éditée par la « Dr Shelton’s Health School » (P.O.B 1277, San Antonio, Texas, U.S..). Cette œuvre est elle-même basée sur les travaux du fondateur principal de l’Hygiène Naturelle, le Dr Russel T. Trall…
     … En étudiant cette brochure, on sera ébloui par la richesse des idées du Dr Trall, par ses connaissances profondes en physiologie. L’école hygiéniste est la seule au monde qui n’emploie jamais ni traitement, ni médicaments pour soigner les malades.
     Pour soigner les malades, nous employons les facteurs qui sont indispensables à l’homme sain. Une alimentation saine par exemple…
     … C’est ainsi qu’on lira, par exemple, l’Art de se nourrir pour se fortifier et La santé par la nourriture (1) qui donnent une idée claire du menu à suivre. Le sel n’est pas le seul produit nuisible dans les régimes courants : les conserves, les fritures, le sucre industriel, les produits qui ne sont pas à l’état nature, le poisson, les pâtes, le riz glacé, etc. sont tous nocifs. L’alcool, le tabac, le café, le thé, le chocolat contiennent es poisons.
     Par ailleurs, les mauvaises combinaisons d’aliments causent, outre l’indigestion, pas mal de maladies. Pour apprendre à combiner les aliments, on étudiera l’ouvrage du Dr Herbert M. Shelton : Les Combinaisons alimentaires et votre santé.
     Enfin, pour savoir comment appliquer le repos physiologique (le jeûne), on étudiera l’ouvrage capital du Dr Shelton sur le Jeûne.
    Albert I. MOSSÉRI

(1) Réédités en un seul volume sous le titre : La santé par la nourriture (Éd. Le Courrier du Livre).

 

PRÉFACE par Gérard Nizet (page 5)

     …Les pages qui suivent ont été traduites pour la première fois dans la revue « La Nouvelle Hygiène » ; c’est pour répondre aux demandes et permettre ainsi une plus large audience de ces deux textes que la présente brochure est faite.
     Ainsi, le lecteur non averti pourra se faire une première idée de cette originale École d’Hygiène dont les promoteurs vécurent aux U.S.A. dans la première moitié du siècle dernier. Ce furent Sylvester Graham, Isaac Jennings, Russel T. Trall et Georges H. Taylor…
     … Mais ainsi que le rappelle une collaboratrice actuelle de H.M. Shelton, le Dr Virginia Vetrano : « Au début du siècle l’hygiénisme traversa une période statique, où il fut sur le point de périr sous l’amoncellement des dogmes, procédés et recettes qui étaient venus recouvrir sa vérité profonde et attentaient à son unité. »…    
     … Ainsi que l’écrit V. Vetrano : « … L’œuvre de Shelton est une réussite d’une portée considérable. Elle représente une synthèse magnifique par l’unification des concepts fondamentaux de Graham, Jennings et Trall, prolongée et parachevée par une analyse pénétrante de la diversité apparente de leur système et de leur interconnexion finale. »…
     … Herbert M. Selton a publié de nombreux ouvrages. Un des plus anciens, Human’s life, its Philosophy and Laws, a servi de fil conducteur à toute son œuvre. Basic Principles of Natural Hygiene est une œuvre classique, qui a inspiré bien des hygiénistes américains…
     … Les Hygiénistes de cette école ne se font pas d’illusion : ils voient bien le bourbier où s’empêtre notre monde, mais ils gardent assez d’optimisme pour œuvrer, comme le fait Shelton, à répandre la vérité méconnue… Et pour nous, la premère condition d’une vie meilleure est la anté, non ps la santé instable et déclinante, mais la santé vraie.   
     Gérard NIZET

 

L A    S A N T É    S A N S    M É D I C A M E N T S
par le Dr Herbert M. Shelton (page 7)

     … L’aphorisme suivant peut être considéré comme la clé de voute de l’édifice médical : un médicament pourrait tuer un homme sain s’il le prenait mais il pourrait ramener à la santé un malade…

LE CHARLATANISME (page 21)
     … D’après le Larousse, charlatan veut dire : qui dispense des drogues…

LES PRODUITS DE REMPLACEMENT (page 24)
     … À la place des grosses doses de poison des allopathes, les herbes et les doses infinitésimales des homéopathes nous sont proposées comme produits de remplacement efficaces et inoffensifs. Ces remèdes ne sont pas moins nocifs que tous les autres, et leur usage est aussi absurde que celui des médicaments…

RÉPONSES AUX OBJECTIONS (page 27)
     … Le corps n’utilise pas et ne pourra jamais utilise de médicaments. Quel que soit le médicament qu’on y introduit, le corps mobilisera ses énergies pour expulser, le neutraliser, ou le rendre inoffensif d’une manière ou d’une autre…

Traduit de l‘ouvrage : Principles of Natural Hygiene,  par E. GOLDENBERG

o O o

 

L ’ E R R E U R    F O N D A M E N T A L E    D E    L A    M É D E C I N E
par le Dr Herbert M. Shelton (page 28)

     … Il est enseigné dans toutes les écoles médicales (officielles et autres), que les médicaments agissent sur l’organisme vivant, tandis que la réalité est diamétralement opposée à cette affirmation.

L’ORGANISME VIVANT AGIT CONTRE LES MÉDICAMENTS (page 28)
     … Les hygiénistes soutiennent que les relations entre la structure vivante et es poisons sont des relations d’antagonisme…

LE VRAI PROBLÈME (page 29)
     … Ainsi, le rédacteur de cette étude, tandis qu’il affirme sa croyance dans l’action des médicaments (même si celle-ci est mystérieuse et dépasse les possibilités d’entendement actuelles de la médecine), reconnaît la totale ignorance des milieux médicaux quant à leur mode d’action.

LA CONCEPTION HYGIÉNISTE (page 30)
     Les Hygiénistes, qui observaient les symptômes consécutifs à l’administration de Calomel ou d’un autre poison, ne trouvaient aucun mystère dans ces actions faussement attribuées aux médicaments. Ils y voyaient la conséquence des efforts de l’organisme vivant en général – et de ses différentes structures en particulier – pour se débarrasser à tout prix du poison…

PAS D’ACTION SPÉCIFIQUE (page 30)
     Nous disons, nous hygiénistes, qu’il n’y a pas « affinité » pour la membrane muqueuse tapissant les voies respiratoires. Le corps utilise simplement cette muqueuse, en même temps que d’autres organes, par lesquels il élimine le médicament. Celui-ci ne possède pas d « pouvoir expectorant », mais i y a élimination grâce au « processus expectorant » du corps…

AUCUN PROGRÈS DANS LA CONCEPTION MÉDICALE (page 31)
     … Nous avons prouvé que les actions attribuées aux médicaments sont des actions vitales. Il s’ensuit qu’aucune d’elles ne peut jamais être soumise à une loi quelconque purement physique ou chimique.
     Il y a simplement le fait qu’aucune loi ne gouverne l’action de ce qui, en réalité, n’agit pas. L’inertie est la propriété première des choses inanimées et aucun amas de résultats des recherches pharmaceutiques ne permettra de découvrir une loi ou un système qui régisse l’action des substances inertes…

STIMULATION-DÉPRESSION (page 33)
     Ces autorités scientifiques sont toutes d’accord sur les idées suivantes :
     1. Les médicaments stimulent les cellules,
     2. Les médicaments abaissent les fonctions vitales des cellules,
     3. Les médicaments irritent les cellules…

QUI AGIT ET QUI SUBIT ? (page 34)
     … Si les pharmacologues avancent que les médicaments agissent et que les intestins réagissent ensuite, nous leur demandons de prouver que les médicaments agissent réellement et de donner une explication de leur manière d’agir…

L’ILLUSION DU VERBE (page 34)
     … Que les phrases d’allure savante ne nous trompent pas : les termes techniques cachent une profonde ignorance.

IRRITATION ET STIMULATION, PHÉNOMÈNES DE MÊME NATURE (page 35)
     … Ainsi, nous pouvons être assurés que, dans ses formes les plus sérieuses, la stimulation peut avoir pour effet l’irritation, ce qui est prouvé par le fit que le même médicament pris à des doses différentes peut être stimulant ou « irritant ». En d’autres termes, irritation et stimulation ne sont pas des phénomènes distincts mais des degrés différents d’un seul et même phénomène…

DÉPRESSION SANS STIMULATION PRÉALABLE (page 36)
     Il est un autre genre de dépression que la médecine n’a pas été en mesure d’expliquer. Bastedo écrit : «  On remarque souvent qu’un médicament stimule telle structure et en déprime une autre. Telle l’atropine, qui stimule le centre vague et déprime les terminaisons du vague, ou la pilocarpine, qui stimule les terminaisons nerveuses dans les glandes sudoripares et tend à déprimer le muscle cardiaque. »…

MÉDICAMENTS ET POISONS, AGENTS NÉGATIFS (page 37)
     Les milieux médicaux sont presque d’accord sur un autre point : « Les médicaments ne confèrent pas de nouveaux pouvoirs à l’organisme ou à une partie quelconque de l’organisme et ne donnent naissance à aucune nouvelle fonction. »

QU’APPELLE-T-ON FONCTION ? (page 38)
     …       Il devient aisément compréhensible que l’effet épuisant de la stimulation est le même si, comme le conçoivent les pharmacologues, la stimulation est  simplement une augmentation des fonctions des organes, ou si, comme l’entendent les Hygiénistes, il s’agit d’une résistance et non d’une fonction.

LES « ACTIONS SÉLECTIVES » (page 39)
     Bien qu’ils soient incapables d’expliquer comment les médicaments agissent ou de  prouver qu’ils agissent le moins du monde, les sommités sont toutes d’avis que les médicaments exercent des « actions sélectives »…
     … D’après Goodman et Gilman : « Le mécanisme exact de cette action sélective est inconnu, mais on croit à la possibilité d’une affinité spéciale, chimique, entre le médicament et les cellules prépondérantes. » Nous n’avons alors qu’une collection de croyances et de postulats. Un postulat est une assertion, une supposition sans preuve…

LES EFFETS LOCAUX (page 42)
      Ils sont incapables d’expliquer pourquoi et comment les médicaments agissent…
     … Médecins, pharmaciens, physiologistes, n’ont jamais voulu permettre au corps d’agir : il peut seulement réagir…

POURQUOI L’IMPASSE MÉDICALE ? (page 43)
     Il peut être logique de s’attendre à des actions du corps qui soient similaires par rapport aux médicaments de même composition, mais cela n’exclut pas la possibilité suivante : l’action organique peut être la même devant des médicaments de compositions diverses. Car ce n’est pas l’action du médicament mais l’action vitale qui est entrevue par le pharmacologue. Cela signifie tout simplement que les « actions pharmacologiques » ne sont qu’un mythe…

PORTÉE DE L’OPPOSITION DES CONCEPTIONS (page 44)
     … Permettez-nous d’insister sur le fait que, lorsque ces différences d’opinions s’appliquent aux soins à donner au mal portant, ils conduisent à des manières de soigner diamétralement opposées. Cela explique le plus souvent toute la différence entre rétablissement et non rétablissement, entre la vie et la mort.
… De nombreux facteurs sont censé modifier l’action du médicament ; par exemple : âge, dose, poids du corps, sexe, moment d l’administration, mode d’administration, taux d’élimination, maladie, degré de tolérance, espèce à laquelle appartient l’animal auquel on administre le médicament, accoutumance, accumulation, état de l’estomac, etc.
     L’heure du jour à laquelle le médicament est pris modifierait notablement, en quelque sorte, les réactions chimiques du médicament ! La grossesse modifierait aussi ces « actions » du médicament. Il serait beaucoup plus logique de reconnaître que ces facteurs modifient les actions organiques plutôt que les lois de la chimie…    
… L’Hygiénisme s’appuie fermement sur cette notion fondamentale, dont la valeur est démontrée : l’organisme ne réagit pas, il agit.

 

Extrait de Dr Shelton’s Hygienic Review, décembre 1953. Adapté par André PASSEBECQ. Traduit par Mme FLORIN-BONNET

Q U ’ E S T – C E    Q U E    L ’ H Y G I È N E    N A T U R E L L E  ?
par le Dr Herbert SHELTON (page 46)

     L’hygiène naturelle est un système qui vise à conserver et à rétablir la santé par l’utilisation de moyens qui entretiennent la vie, le développement et la croissance.
     Il ramène les êtres malades à la santé grâce aux mêmes mesures qui les maintiennent en bonne santé ; en ce qui concerne les malades, c’est un plan qui vise à soigner ces derniers en affermissant l’organisme au lieu de le détraquer ; c’est un système qui, ayant ramené le malade à la santé, lui a en même temps appris comment demeurer en bonne santé.
     Il est fondamentalement différent de tous les systèmes jusqu’ici en vogue. Nous nommons notre système hygiène naturelle ou hygiénisme afin de le distinguer de la fausse hygiène qui est populaire…

     Les systèmes médicaux à la mode s’efforcent de transformer des êtres malades en personnes bien portantes, avec les mêmes moyens qui transforment des êtres bien portants en personnes malades.
     Ce sont des plans qui visent à guérir la maladie en détraquant l’organisme au lieu de l’affermir ; ce sont des systèmes qui, ayant guéri la maladie, font généralement du patient un malade chronique pour la vie.
     C’est la raison pour laquelle dans chaque pays et de tous temps, plus le nombre des médecins est grand plus grande est l’armée des malades.

     Il faudrait d’abord que nous ayons une idée bien déterminée au sujet de ce que l’hygiène naturelle n’est pas.
     Ce n’est pas un système thérapeutique ; ce n’est pas une collection de cures ;  ce n’est pas un plan ou un système de guérison ; ce n’est pas une méthode ni un système de traitement de maladie ou d’application de palliatifs. Ce n’est pas quelque chose que l’on peut faire lorsque l’on est malade, et que l’on peut abandonner lorsque l’on se sent bien à nouveau.
     La materia hygienica est composée des conditions de santé de la nature, et celle-ci sont aussi importantes dans l’état de santé que dans l’état de maladie.

     L’hygiène naturelle est un mode de vie que l’on poursuit durant toute la vie et qui est aussi important, de manière vitale, pour les bien portants que pour les malades.
     La materia hygienica se compose des accessoires et des influences qui rendent la vie possible – les conditions requises essentielles pour l’existence organique.
     Ce sont les accessoires et les influences que la nature a toujours utilisés dans le passé, qu’elle utilise actuellement et qu’elle utilisera jusqu’à la fin des temps pour construire et pour conserver les règnes végétal et animal en entier.
     Ce sont la lumière, l’air, l’eau, la nourriture, l’activité (travail et exercice), le repos et le sommeil, la chaleur (la température), la propreté et  les influences mentales et passionnelles.
     Le terme chaleur peut comprendre l’habillement, le logement, les moyens artificiels de chauffage, etc., étant donné que ceux-ci peuvent être nécessaires sous différentes conditions de climat.
     Par air, on peut inclure la ventilation des locaux d’habitation, des ateliers, etc.

     À partir de ces matériaux et sous ces influences, le germe vivant (l’ovule fécondé) organise et achève un organisme complet et nouveau comprenant des structures nombreuses et complexes, et des fonctions nombreuses et complexes.
     À partir de ces mêmes accessoires et sous les mêmes conditions, l’organisme croît, se développe, se répare, poursuit les activités ou fonctions de la vie, se reproduit et, lorsqu’il est malade, répare lui-même ses propres forces.

     La santé ne peut être édifiée et conserve, elle ne peut être recouvrée par l’emploi correct de l’un ou de deux seulement des besoins nécessaires à a vie.
     Par exemple, l’exercice uniquement n’est pas la seule chose dont l’organisme ait besoin pour conserver ou pour recouvrer la santé.
     Ce n’est pas par le manque d’exercice seul que les hommes deviennent malades, et l’exercice seul ne les ramènera pas à la santé.
     En fait, il y a de nombreux états de mauvaise santé ans lesquels il ne faudrait pas faire d’exercice.
     Dans ces conditions, le repos est ce dont on a le plus besoin.

     La nourriture seule, le soleil seul, le sommeil seul, la boisson seule, ne sont pas suffisants pour conserver ou améliorer la santé.
     La synthèse de la santé n’est faite qu’à partir de l’utilisation correcte de tous les facteurs nécessaires à la vie.

La nourriture est l’un des besoins fondamentaux de la vie, et la vie ne peut durer longtemps sans elle ; mais la nourriture seule ne peut pas plus constituer un mode de vie complet que ne le ferait l’exercice seul.
     L’ancienne vérité qui disait que « l’homme ne vit pas de pain (nourriture) seulement » est aussi vraie de nos jours qu’elle ne l’a jamais été.
     L’assertion qui eut que « la vie soit plus que la nourriture et le corps plus que le vêtement » fait ressortir la nécessité de toutes les choses indispensables à la vie.
     L’homme doit remplir suffisamment tous les besoins de son corps et pas seulement un ou deux d’entre eux ; c’est pourquoi l’hygiénisme insiste sur l’adoption d’un mode de vie complet en tant que moyen de conserver la santé aussi bien que de parvenir à cet état.
     Nous ne pouvons vivre un peu à la fois, morceau par morceau et posséder santé et rigueur.

     Défini de façon simple, le plan hygiéniste pour conserver la santé est le suivant : fournir au corps tout ce qui est indispensable à la vie normale, en quantités suffisantes et en proportions requises, et éviter toutes les causes de maladie.
     À moins que nous ne remplissions les conditions de la santé, nous ne pouvons logiquement nous attendre à être en bon état de santé, ou à conserver cet état.

     Le véritable critérium de ce qui constitue un matériau ou une influence hygiéniste est le besoin de ce matériau ou de cette influence que ressent un corps sain.
     Si l’organisme sain peut en faire usage, et s’il s’affaiblit et tombe malade lorsqu’il ne l’a pas, il appartient alors au domaine des matériaux et influences hygiénistes ; si l’organisme sain ne peut en faire usage, s’il s’affaiblit ou tombe malade lorsqu’il le prend une fois de façon continue, il ne doit en aucun cas être introduit dans le corps par voie quelconque, dans quelque but que ce soit ou dans quelque condition ou circonstances de la vie que ce soit, et, de même, le corps ne devrait jamais être soumis à cette influence.
     Mesurés par cet étalon, la nourriture est un matériau hygiéniste ; le tabac, qui est une substance non-utilisable, n’est pas un matériau hygiéniste ; la chaleur est une influence hygiéniste, le souci est une influence qui n’est pas utilisable et ne fait pas partie du mode de vie hygiéniste.

     Il y a des conditions et des circonstances de la vie où l’un ou plusieurs de ces besoins de la vie ne sont pas immédiatement réclamés ou ne peuvent pas être utilisés.
     Il y a un temps pour travailler et un temps pour se reposer, un temps pour manger et un temps pour s’abstenir de nourriture ; il y a des moments où l’on a besoin de soleil et d’autres moments où il est préférable de rester à l’ombre ; il y a des moments où il faut prendre de l’eau et d’autres où il faudrait s’en abstenir.
     Il y a des conditions et des circonstances où l’on e peut digérer la nourriture ni l’assimiler, et il faudrait alors ne pas en prendre.

     Le contraire de tout cela n’est pas vrai. À aucun moment le corps n’a besoin de mercure, ou ne peut l’utiliser ; il en va de même pour l’arsenic, la quinine, la pénicilline ou autre poison.
     La position hygiéniste est que les relations de l’organisme vivant avec son entourage ne sont pas radicalement changées par la maladie.
     Tout ce qui nous est défavorable dans l’état de santé, nous est également défavorable dans l’état de maladie.
     Si une substance est un poison pour un homme bien, portant, c’est également un poison pour un homme malade ; si elle produit la maladie chez l’homme sain, elle produira également la maladie chez l’être souffrant.

     En ce qui concerne les soins aux malades, l’hygiène naturelle est l’utilisation, pour le recouvrement de la santé, des moyens qui conservent la santé.
     Elle restaure la santé dans l’organisme malade par les mêmes moyens qui conservent et favorisent la santé chez l’être bien portant.
     Définie de façon simple, notre position est celle-ci : Seules sont utiles à l’organisme dans l’état de maladie les choses auxquelles l’organisme vivant est adapté de par sa constitution, les choses telles que celles qu’il peut s’approprier et dont il peut faire un usage constructif dans l’état de santé.
     L’organisme malade n’est pas transformé au point que, alors qu’il a besoin de nourriture lorsqu’il est bien portant et que les poisons le rendent malades, il lui faille des poisons lorsqu’il est malade, et qu’il se sente mieux grâce à eux.
     Les distinctions qui existent entre les quelques substances et influences simples qui constituent la materia hygienica et l’immense étalage des substances complexes qui composent la materia medica sont radicales et ineffaçables.

     Le fait de recouvrer la santé par des moyens qui l’entretiennent et la conserve, relève d’une excellente science.
     Nul ne songerait à prescrire aux bien portants des doses quotidiennes régulières de drogues utilisées pour guérir les malades, et ceci en vue de les voir conserver leur état de santé.
     La santé par un mode de vie sain est le seul moyen de produire et d’entretenir la santé.
     Seul ceci rentre dans les processus licites et méthodiques de la vie ; tout le reste se trouve en dehors de la loi et de l’ordre de la nature, et produit la maladie plutôt que la santé.

     L’effort qui vise à guérir la maladie (effort qui remonte à loin et qui est toujours en vogue) au moyen de l’application et de l’administration de procédés et de matériaux destructifs et qui causent la maladie, effort qui est basé, comme on le sait, sur l’hypothèse erronée que l’organisme malade peut utiliser (et qu’il en a besoin), des procédés et des substances dont il n’a pas besoin et qu’il ne peut utiliser dans l’état de santé, cet effort, donc, n’a que trop aveuglé les gens et a estropié et tué les malades.

     Ce système tira son origine de l’effort primitif qui consistait à chasser les mauvais esprits ; il se poursuit dans l’effort qui consiste à chasser les mauvais microbes et virus.
     L’on ne pensait pas que la nourriture, l’eau, l’air, le soleil, le repos et le sommeil, la chaleur, l’exercice avaient qualité pour exorciser les démons malveillants que ‘on s’imaginait attaquant le corps et produisant la maladie, ce qui explique les moyens violents qui étaient employés.
     Il est infamant pour l’homme civilisé que ces vieilles méthodes d’exorcisme soient encore en vogue, en ce XXe siècle, alors que tout homme avisé et intelligent sait que ces mauvais esprits ne sont que des inventions de l’imagination primitive.

     Le seul trait caractéristique spécial en ce qui concerne l’utilisation des nécessités normales de la vie dans l’état de maladie, consiste en l’adaptation spéciale aux besoins et capacités courants qui sont requis.
     Les moyens hygiénistes ne sont pas des cures, des traitements  ou des  remèdes, et ils ne sont pas curatifs.
     Ils appartiennent totalement au royaume de l’hygiénisme, dans la maladie autant que dans la beauté.
     Leurs relations avec l’organisme vivant ne sont pas modifiées du fait que l’organisme est malade.
     Seul le pouvoir de l’organisme à les utiliser est affaibli.
     Ses besoins sont momentanément réduits ou modifiés, mais ils ne sont pas radicalement changés.
     L’adaptation des moyens de l’hygiène aux besoins et capacités de l’organisme altéré constitue l’hygiène réparatrice.

     Lorsque nous nous trouvons en présence d’une condition qui réclame davantage de repos et moins d’exercice, nous avons un exemple très net de la nécessité d’adapter les besoins normaux de la vie aux besoins courants de l’organisme malade et à ce qui est indispensable.
     Il y a certaines conditions de vie où il est impossible de digérer et d’assimiler la nourriture.
     Par conséquent, dans de telles circonstances, au lieu d’insister pour que le malade ingère la nourriture « dont il a besoin » d’après une norme arbitraire, l’on devrait permettre au malade de s’abstenir de nourriture.
     Une telle période d’abstinence constitue ce que l’on appelle un repos physiologique, des vacances.
     Si ‘organisme est capable de digérer et d’assimiler de petites quantités de certaines sortes de nourriture, on peut lui donner ces dernières en rapport avec a capacité d’utilisation.
     Si les limitations courantes sont outrepassées, le malade est suralimenté et souffre en conséquence.

     Au lieu d’administrer au malade une grande variété de substances qui engendrent la maladie (drogues-poisons) et qui sont bien connues comme engendrant la maladie chez les bien portants, l’hygiène naturelle adapte es besoins normaux de la vie aux besoins et capacités de la personne malade afin que les processus inhérents de guérison puissent se poursuivre avec la plus grande efficacité.
     Les matériaux et influences hygiénistes ne sont pas des cures ou des remèdes ; ce ne sont pas des « médicaments » !
     Ce ne sont pas des accessoires et des processus « thérapeutiques », mais bien les fondements essentiels de l’existence vivante.
     Notre position, définie en peu de mots, est la suivante : Tout ce que la vie utilise pour conserver un organisme sain en bonne santé est le seul moyen qui puisse être employé de façon légitime et efficace pour rendre à l’organisme malade la santé.
     Nous ne soutenons pas que ces moyens soient curatifs, mais qu’ils sont les accessoires normaux de la vie.

Tout ce qui touche la guérison est accompli par l’organisme vivant : c’est un processus biologique ou physiologique (ce dernier étant un processus vital) et qui n’est pas accompli par quelque chose d’externe ou d’étranger à l’organisme vivant.
     Lorsqu’elles sont endommagées, les structures vivantes sont réparées grâce aux mêmes processus biologiques qui les ont fait naître au début ; lorsqu’elle est altérée, la fonction vivante est ramenée à la normale par les mêmes moyens et par les mêmes processus biologiques qui l’avaient créée au commencement.

     À ce propos, il est indispensable que nous attirions l’attention sur le fait que, dans tous les efforts accomplis en vue de se remettre d’un état de santé altérée, il faille corriger ou supprimer toutes les causes d’altération de la santé.
     De même qu’il est impossible de dégriser un ivrogne alors qu’il continue à boire, et qu’il se dégrise automatiquement sans traitement ni remèdes lorsqu’il cesse de boire, de même il est impossible de ramener un malade à la santé – quel que soit le traitement ou le remède employé -  tant que la cause n’est pas supprimée ;  mais ceci étant fait, le malade acquiert la santé sans traitements ni remèdes.

     Le plan hygiéniste qui vise à ramener la santé chez les malades est aussi simple et aussi couronné de succès que l’est le plan visant à conserver la santé chez les bien portants.
     Il consiste en ceci : Supprimer toutes les causes de maladie de la voie du malade et fournir toutes les choses nécessaires et essentielles à la vie normale en rapport avec les besoins et les capacités courants de l’organisme altéré.

(Traduction de Mme Le Dantec, revue par G. Nizet)

 

N O T E S    S U R    L E    M O U V E M E N T    H Y G I É N I S T E (page 49)

     Le texte qui précède est un exposé qui mérite d’être relu et médité. Les grands principes de ‘hygiénisme y sont contenus…

     Dans la première moitié du siècle dernier (à partir de 1822) les bases de l’Hygiène Naturelle furent posées aux États-Unis par des avants, des pionniers qui ont nom : Dr I. Jennings, S. Graham, Dr Trall ; ils firent de nombreux élèves. Le Dr Tilden (mort en 1949 à 83 ans) eut ensuite une grande influence et inspira notamment Herbert M. Shelton…
     H.-M. Shelton est actuellement le représentant le plus qalifié du mouvement hygiéniste aux U.S.A…. Il dirige une revue et une école de santé qu’il a fondées.
     Un autre hygiéniste contemporain, James C. Thomson, introduisit l’Hygiène naturelle en Angleterre, vers 1910… Il a fondé une école (à Édimbourg) qui donne des soins.
     En 1950, M. Albert Mosséri, qui étudiait les thérapeutiques naturelles dans une école de l’Inde, entrait en rapport avec Shelton…

     En 1952, M. Gérard Nizet entrait, depuis Paris, entre en relation avec M. Mosséri pour répandre les publications hygiénistes. Éditeur, il fondait en 1953 une revue de santé (Bionaturisme). 
     Ayant dans le même moment reconnu l’excellence des enseignements hygiénistes… il consacra entièrement sa revue (devenue « La Nouvelle Hygiène » à la propagation de l’Hygiénisme…

 

À LA MÊME LIBRAIRIE – BIBLIOTHÈQUE D’HYGIÉNE NATURELLE (page 50)

Principes généraux :
TOXÉMIE ET DÉSINTOXICATION, par le Dr Tilden (brochure).
LES « MÉTHODES NATURELLES DE GUÉRISON », par C.L. Thomson.
LA SCIENCE DE LA SANTÉ, par A. Mosséri.
LES PRINCIPES DE L’HYGIÉNISME, par H.M. Shelton.

Alimentation :
LA SANTÉ PAR LA NOURRITURE, par A. Mosséri.
LES COMBINAISONS ALIMENTAIRES ET VOTRE SANTÉ, par H.M. Shelton.

Jeûnes, diètes :
GUÉRIS-TOI TOI-MÊME, par J. Rialland.
LE JEÛNE, par H.M. Shelton.

Divers :
TUMEURS ET CANCER, par H.M. Shelton.
POUR SOIGNER SANS OPÉRATION : HERNIE, HÉMORROÏDES, PTOSES, VARICES, par A. Mosséri.
SAUVEZ VOS CHEVEUX, par J.C. Thomson.
SAUVEZ VOS DENTS, par R. Haegel.

Hors-collection :
LE JEÛNE QUI GUÉRIT, par le Dr E.H. Dewey.
LE JARDIN POTAGER BIOLOGIQUE, par Claude Aubert.
L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE, par C. Aubert.
LA FÉCONDITE DU SOL, par le Dr H.P. Rusch.

 

Liste Santé et Nature avec prix à jour,
Envoyée sur simple demande faite au :
COURRIER DU LIVRE
21, rue de seine, 75006 Paris


 

 

Livre : TUMEURS ET CANCERS
par Herbert M. Shelton

 

TUMEURS ET CANCERS
Leur disparition naturelle par l’Autolyse
(Sommaire et Extraits)

Dr Herbert M. Shelton 1964 © 1987 Le Courrier du Livre – Paris - 188 pages
Traduction de E. Goldenberg
Revue par A. Mosséri

Ce livre peut être acheté d'occasion : http://www.archambault.ca/shelton-hm-tumeurs-et-cancers-ACH001002995-fr-pr

Avertissement de l’auteur de ces « extraits » : les textes choisis sont volontairement subjectifs.
Les phrases sont extraites du livre.
Merci de respecter le copyright concernant les phrases extraites du texte du livre.

 

AVERTISSEMENTS IMPORTANTS PAR L’AUTEUR DU RÉSUME :

Il est souhaitable de lire en premier le livre et/ou le résumé du livre TUMEURS ET CANCERS par Herbert M. Shelton.

Cette présentation de 4 pages (taille des caractères : 12), réalisé à partir à partir d’un livre de 188 pages ne peut en être qu’une présentation incomplète. 

Il est une invitation à lire, si vous en sentez l’intérêt, l’intégralité du livre.

Les points de suspension qui apparaissent correspondent à des parties de phrases volontairement retirées ou à plusieurs phrases omises, avant ou après le texte, pour ne pas alourdir ce résumé..

Les titres des chapitres (en gras) sont ceux du texte original.

Un résumé est surtout utile à celui qui a d’abord lu avec attention le livre dans son intégralité.

Ce livre étant en Copyright, vous êtes priés d'en respecter la propriété intellectuelle des auteurs pour toute citation éventuelle de phrases extraites du résumé.

 

Cette présentation (4 pages 21x29,7) ne peut être qu'un aperçu de ce livre que vous pouvez acheter neuf (environ 9 €) en ligne auprès, par exemple, de Éditions Trédaniel ou Amazon.


Photo 


INTRODUCTION, par E. Goldenberg (page 7)

     … Les médecins ont toujours prétendus « guérir les maladies » ; en réalité, pour parler avec précision, ils tentaient de faire disparaître des symptômes de trouble dans le fonctionnement de l’organisme en usant de méthodes et de moyens capables de rendre malade ou même de tuer une personne bien portante…
     … La médecine fait des miracles, vraiment, elle qui a tué plus d’êtres que toutes les guerres et toutes les catastrophes naturelles réunies…

 

LES TUMEURS (page 17)

     … Les tumeurs sont divisées en tumeurs bénignes (inoffensives) et malignes (cancer)…
     … Ni l’enlèvement des tumeurs par le bistouri, ni leur destruction par les rayons X ou le radium, ne suppriment leur cause, et elles reviennent habituellement, souvent sous une forme maligne.
     Le traitement radical des tumeurs requiert la suppression de toutes les causes de perversion métabolique, et la restauration d’une nutrition normale. Quand ceci est fait, les tumeurs tendent à disparaître…

 

Chapitre 1 – LA RECHERCHE MÉDICALE (page 29)

     L’art d’écrire pour ne rien dire – Comment on entretient les illusions du public – Comment on ramasse des fonds – Comment on se moque de la loi – Où va l’argent ?

 

Chapitre 2 L’ART D’EFFRAYER LES GENS (page 35)

     L’État – La presse jaune – La peur qui fait ouvrir la bourse – La peur par le bruit – Le patriotisme de clocher – Les tortionnaires de la chambre noire – Le sacrifice expiatoire – La cause du cancer ? Question peu intéressante – La chasse aux coquecigrues – L’arsenal de la chasse – Trouver un poison qui ne soit pas un poison – Un poison est toujours un poison – « Guérir » le cancer sans en supprimer la cause = récidive – L’éternel espoir, éternellement déçu – Des découvertes qui ne révèlent rien – Trouver la cause du cancer ? Dangereux – Qu’est-ce que le cancer ?

 

Chapitre 3 – LA MÉDECINE IGNORE LA CAUSE DU CANCER (page 47)

     Les virus – Les virus ne sont pas la cause – D’autres facteurs – La chasse aux hypothèses

 

Chapitre 4 – LA PRÉVENTION DU CANCER (page 67) 

     … Quel est l’effet du jeûne sur le cancer ? Il entraîne l’arrêt de la croissance de la tumeur, suivi d’un processus d’involution et de résorption…
     … La résorption autolytique (du grec auto et luo = dissoudre soi-même) des tumeurs bénignes s’achève d’ordinaire en peu de temps si l’on suit un régime alimentaire soigneusement réglé, au cas où le jeûne n’a pas été assez long pour permettre une résorption complète par ce moyen exclusivement…

 

Chapitre 5 – LES CHARLATANS DU CANCER (page 73)

     … Il n’existe aucune méthode pour « dépister » le cancer à ses débuts…

 

Chapitre 6 – CANCER CONTRE PUDEUR (page 84)

     … Toute habitude malsaine, mentale ou physique, réduit la réserve d’énergie nerveuse entraînant ainsi le ralentissement des fonctions d’élimination, et par voie de conséquence, la rétention et l’accumulation de déchets dans les cellules de l’organisme, générateur de toxémie…

 

Chapitre 7 – TUMEURS AUX SEINS (page 96)

     … Tilden, un des classiques de l’hygiénisme, écrit à ce sujet : « Si la tumeur n’a pas atteint le stade de l’induration, laquelle empêche la circulation du sang d’atteindre le centre de la tumeur, elle n’en est pas encore au stade cancéreux… »…

 

Chapitre 8 – L’ABLATION DES ORGANES FÉMININS (page 105)

     … Puisque nous parlons de tumeurs, il serait utile de signaler encore une fois que des ablations de seins se font encore par milliers chaque année sur un simple soupçon de cancer, ou sur une pure supposition que telle tumeur au sein pourrait devenir cancéreuse…
     … L’exploitation de la phobie cancéreuse est devenue l’une des combines les plus vastes et les plus lucratives de notre temps.

 

Chapitre 9 – LES RAYONS X, CAUSE DU CANCER (page 114)

     …  La radiographie est surtout utile pour les os. Pour tous les autres tissus son interprétation est extrêmement hasardeuse, et il faudrait estampiller ces mots « interprétations dangereuse – bévues faciles » sur toute plaque radiographique livrée au médecin par le radiologue.

 

Chapitre 10 – QUELLE EST LA CAUSE DU CANCER ? (page 118)

     … Le cancer n’est pas pour nous une « affection locale », c’est la manifestation localisée d’un dérèglement de tout l’organisme et d’un empoisonnement généralisé qui s’est continué pendant une longue période…
     … Nous affirmons que ce sont les habitudes malsaines, et plus particulièrement les habitudes alimentaires malsaines, qui sont à l’origine de la diathèse cancéreuse cumulative qui, avec le temps, engendre les modifications tissulaires « rétrogrades » qui précèdent et annoncent le cancer…
     … On pourrait objecter qu’il y a aussi des cancéreux végétariens. Cela est vrai car bien des végétariens ne se sont pas encore entièrement émancipés de leurs appétits de fauves et continuent à manger poisson, œufs, et autres « friandises » aussi peu recommandables qui n’ont rien de commun avec le vrai végétarien.
     Le végétarien d’Amérique ou d’Europe a presque toujours un père ou une mère carnivores, et dans la plupart des cas il ne devient végétarien qu’après de longues années de nourriture carnivore…

 

Chapitre 11 – QUELQUES CAUSES DE CANCER (page 127)

     … Je ne pense pas que le cancer puisse être attribué à aucun facteur isolé…
     … Nos modes actuels d’alimentation, particulièrement celui de suralimentation avec des protides animales – viande et œufs spécialement – peuvent facilement être un des éléments fauteurs dans le complexe des antécédents du cancer…

 

Chapitre 12 – LA DOULEUR DANS LE CANCER (page 133)

      … Les douleurs les plus terribles sont causées par les drogues que l’on administre pour « soulager » la douleur…
     … Il n’y a qu’un seul moyen logique et efficace d’arrêter les douleurs, c’est d’arrêter l’alimentation et le drogage…
     … L’abstention volontaire, la libre discipline, voilà des mots que les êtres humains ne veulent pas comprendre…

 

Chapitre 13 – QU’EST-CE QUE LE CANCER ? (page 138)

      … Il est de fait que la peur, l’inquiétude, l’appréhension, la violation par le chirurgien de l’intégrité de l’organisme, la cautérisation par les rayons X ou le radium, etc… peuvent provoquer un développement cancéreux dans les as où ce stade ne serait jamais atteint s’il n’y avait ni campagne de terreur ni traitement…

 

Chapitre 14 – COMMENT ON TUE LES CANCÉREUX (page 145)

     Il y a au moins cinquante ans que les médecins et les chirurgiens savent que les opérations chirurgicales abrègent la vie des cancéreux. Ils savent, depuis presque aussi longtemps, que les cancéreux qui ne subissent pas de traitement vivent plus longtemps que ceux qui en subissent. En d’autres termes, comme je l’ai fréquemment souligné, un grand nombre des décès attribués généralement au cancer sont dus, non pas au cancer, mais au traitement « anti-cancéreux ». Pis encore : un grand nombre de ces décès sont dûs à des o